Les socialauds sont au pouvoir

Que vous dire au sujet de ce putain de barrage de Sivens ? À l’heure où j’écris ces mots, rien ne garantit que Rémi Fraisse, ce gosse de 21 ans, soit mort d’une main policière. Tout le montre, rien ne le garantit encore. C’est d’une tristesse à pleurer, et je crois que nous ferions bien de pleurer un peu. Il n’y a rien de plus humain.

Au-delà, quoi ? Moi, je prétends qu’il faut faire un bilan complet des politiques de la gauche quand elle a été au pouvoir de 1981 à 1986, de 1988 à 1993, de 1997 à 2002, de 2012 à aujourd’hui. Et ce bilan inclut évidemment l’action du parti communiste – au pouvoir de 1981 à 1984, de 1997 à 2002 – et de Jean-Luc Mélenchon, inscrit au PS pendant 31 ans, qui ne cesse aujourd’hui encore de vanter les mérites de ses grands hommes à lui, François Mitterrand et Lionel Jospin.

il faudrait un livre pour faire réellement cela. On verrait sans nul doute que les socialistes ont pris la place du parti radical et des Clemenceau de jadis, et qu’ils n’ont jamais combattu pour les idées qu’ils proclamaient pourtant. En premier lieu, c’est cela qu’on doit leur reprocher. De s’être montrés incapables d’infléchir si peu que ce soit le cours des choses. Ils se disent sociaux-démocrates et ne l’ont jamais caché qu’aux imbéciles qui croyaient dans les fables. Mais un social-démocrate sincère, courageux, sûr de sa force et de ses valeurs, peut et doit agir pour le bien commun. Dans un cadre qui n’est certes pas le mien, mais qu’importe ? Les socialauds ont eu quantité de cartes en mains. Ils pouvaient tenter de sauver les banlieues, en commençant par donner le droit de vote aux étrangers, promesse datant de…1980. Ils pouvaient tenter d’endiguer la marée automobile, la marée publicitaire, l’invasion de tant de merdes via les écrans. Ils auraient même pu essayer de limiter la prolifération des objets, leur obsolescence programmée, l’hyperconsommation si folle qui relie tous les fils ou presque. Et s’attaquer, fût-ce à la marge, à cette « noblesse d’État » décrite par Bourdieu, qui contient tous les grands corps techniques. Les Ponts, les Mines, le Génie rural des eaux et forêts. On doit à ces « grands » personnages une bonne part de la laideur ambiante : le nucléaire, les autoroutes, les villes nouvelles, le remembrement, et jusqu’aux barrages comme celui de Sivens. Et qu’on fait les socialauds au pouvoir ? Ils ont tout ratifié, tout accepté, tout accéléré.

Mais au fait, sont-ils bien des sociaux-démocrates ? Point. Ils ne sont rien. Des supplétifs du monde tel qu’il est, peut-être. Absorbés par leurs sempiternelles, pathétiques, microscopiques ambitions personnelles, qui sont le seul moteur hoquetant de leur pauvre vie. Dans ces conditions, il n’y avait rien à attendre d’eux sur le plan essentiel, celui de la crise de la vie sur Terre. Le dérèglement climatique ? L’effondrement des écosystèmes marins ? La disparition des sols ou leur empoisonnement ? La sixième crise d’extinction des espèces ? Ils ne savent rien. Ils ne lisent pas. Ils ne se posent pas de questions. Ils avancent vers le vide. Plutôt, ils parlent comme s’ils étaient déjà morts. Mais ne le sont-ils pas ?

La plupart des contemporains, piégés par le vocabulaire, opposent encore la gauche et la droite. Grand bien leur fasse. Moi, je suis convaincu- et n’est-ce pas évident ? – que les formes politiques ont leur histoire. Qu’elles ont un début et une fin, laquelle peut malheureusement s’étendre sur des décennies, ce qui ne fait pas nos affaires, à nous qui vivons si peu d’années. À notre échelle, et compte tenu des enjeux vrais, il est crucial d’au moins ne pas perdre un temps si précieux. Pour ce qui me concerne – il est vrai que cela fait déjà un bail -, c’est fini. Je vois les socialistes comme de bien pauvres gens, qui n’apportent aucun bien à personne. En revanche, ils savent à la perfection incarner le mal, en excellents et définitifs socialauds qu’ils sont. Il est grand temps de rompre avec ce passé qui ne passe pas. Il est grand temps de choisir les chemins de la liberté.

67 réflexions au sujet de « Les socialauds sont au pouvoir »

  1. Merci pour ce coup de gueule qui résume si bien la situation.
    Économiquement et humainement on va droit dans le mur. Il n’est pas besoin d’être un grand visionnaire pour s’en apercevoir mais hélas peu n’osent le reconnaître et surtout pas les politiques, quelqu’ils soient et peu importe le parti dont ils se revendiquent.
    Le bon sens voudrait que l’on prenne le temps de la réflexion afin de vraiment prendre le mal à la racine. Mais le chaos ambiant profite à une certaine caste (financière et industrielle) qui ne voient que leurs profits à (très) court-terme.
    Et il s’avère que gens-là sont très proches des politiques, on ne va donc pas fâcher entre amis…

  2. La deuxième droite: un livre de Jean-Pierre Garnier et Louis Janover réédité en 2013 aux Editions Agone qui éclaire l’action des socialos sous Jospin et actuellement sous Hollande.

  3. Socialauds : profession traître…

    Depuis bientôt un siècle cette pseudo gauche trahit les siens, les laissant crever la gueule ouverte, tels des poissons venant s’échouer sur la grève. Les ‘’Cocus du socialisme’’…
    Les socialistes votèrent les crédits de guerre en 1914 à 1918.
    Les socialistes approuvèrent l’occupation de la Rhur.
    Les socialistes appelèrent avec le fameux Blum à une pause sociale en 1936.
    Les socialistes abandonnèrent les républicains espagnols aux bons soins de Franco.
    Les socialistes applaudirent aux accords de Munich.
    Les socialistes votèrent le décret de dissolution du PCF en 1939.
    Les socialistes accordèrent en 1940 les pleins pouvoirs à Pétain.
    Les socialistes firent tirer sur les mineurs grévistes malgaches en 1947.
    Les socialistes organisèrent les guerres d’Indochine et d’Algérie.
    Les socialistes approuvèrent la torture en Algérie.
    Les socialistes imposèrent la rigueur en 1983.
    Les socialistes supprimèrent des dizaines de milliers d’emplois dans la sidérurgie
    Les socialistes privatisèrent plus que la droite.
    Les socialistes réhabilitèrent les champions du CAC 40.
    Les socialistes organisèrent la casse du service public.
    Les socialistes organisèrent la dérégulation des marchés.
    Les socialistes créèrent l’angélisme de la délinquance en 1980.
    Les socialistes approuvèrent Maastricht.
    Les socialistes approuvèrent les traités de Lisbonne et Barcelone.
    Les socialistes approuvèrent la guerre du Golfe.
    Les socialistes applaudirent avec force le Pacte de stabilité.
    Liste non exhaustive..beurk!!

  4. Bien d accord la politique française ets morte c est une chose qui n est et ne vie que pour elle meme sans interet pour la survie du monde
    Les villages , les quartiers, les citoyens doivent se prendre en main pour montrer la voie, il faut se passer du politique, nettoyer les sources distribuer l eau localement, paver les routes assurer le transport publique local et faire de l énergie à petite échelle etc et un jour on s’apercevra que l Etat ne sert plus à rien, on pourra virer tous les politiciens, leur donner une bêche pour néttoyer les fossés ou tailler des pavers dans des blocs de pierre pour leur retraite

  5. Merci pour cet éditorial à la tronçonneuse. Je partage, mais j’émets une réserve sur Mélenchon, qui a au moins le courage, lui, de reconnaitre ses erreurs et de proposer quelque-chose de différent.

  6. Ce jeune a été tué par la Police de Hollande, ça ne fait plus aucun doute aujourd’hui.
    « Je vois les socialistes comme de bien pauvres gens, qui n’apportent aucun bien à personne »
    Voilà. C’est bien dit et c’est exactement ça.
    Ils me feraient presque pitié s’ils n’étaient socialauds : un jeune de 21 ans est mort à cause de leur morgue et de leur sinistre et dérisoire pantomine où il s’agit de se montrer aussi rigides -aussi salauds- que Sarko et la Marine réunis.
    Honte à eux. Tous ! Il est temps que l’on se réveille. Tous aussi !

  7. J’ai voté pour eux… je ne pense pas recommencer. J’en suis même certain. Mais le problème, c’est le piège de l’extrême droite. À chaque fois, c’est toujours pareil : « Tu ne votes pas ou tu votes blanc ? Tu fais le jeu de l’extrême droite ! »

    D’ailleurs, sur la machine à voter de mon quartier, je crois bien qu’aux dernières élections, je n’ai pas vu de case « blanc ».

    Enfin bref, à chaque fois, je ne sais pas quoi répondre. Je ne pense pas qu’à l’extrême droite, d’ailleurs… mais à tous les partis, en fait, puisque tant que les votes blancs ne sont pas comptés ou ne débouchent sur rien, le manège continue… Les deux grosses formations restent au pouvoir, à tour de rôle…

    Et les autres formations ? De temps à autre, je consulte le site http://www.politique-animaux.fr/ qui fournit un indicateur intéressant (à mon avis). Mais bon, à la longue… tout devient lassant.

  8. Les socialos certes mais en collaboration avec les verts car côté nucléaire Madame Voynet a super assuré : MOX,Bure,….
    La sortie du nucléaire comme ils disent en 25 ans ça c’est aujourd’hui. Un coup avec le PS, un coup on s’en va pour mieux revenir histoire de se rendre indispensable .EELV sont de pitoyables bouffons parfaitement représenté par Dufflot et Placé.
    Le PS a tué le socialisme et les « vers » ont tué l’écologie et la lutte antinucléaire !

    Courgage à nous

  9. La police nationale, les gendarmes mobiles, CRS, etc… utilisent systématiquement des armes mutilantes et potentiellement létales contre nous tous.
    Pierre, le fils d’une collègue, a perdu un oeil lors d’une manif lycéenne bon enfant il y a quelques années (tir de flash ball).
    Jamais les fautifs ne sont condamnés (le loi est étonnamment laxiste avec eux…).
    L’utilisation de telles armes dans une manif est inadmissible (bombes, lacrymos surpuissants, grenades, taser, flash-ball…).
    C’est une honte pour tous les gouvernements successifs.
    Mais ils s’en fichent royalement.
    Je suis certain, bientôt ils enverront des drones contre nous.
    C’est imminent. Les armes utilisées contre un ennemi extérieur se retournent presque toujours contre le peuple au bout d’un certain temps.
    Quand, mais quand donc allons nous nous organiser en masse contre cette barbarie ?

  10. Toutes mes condoléances et pensées émues à la famille de Rémi, mort pour défendre ce qui nous permet de vivre sur cette si belle terre, bien malmenée, à savoir les arbres, la terre, les différentes espèces qui coexistent…
    C’est lui qui devrait recevoir des funérailles nationales.

  11. Et voici la déclaration du socialaud Thierry Carnenac, président du conseil régional du Tarn sur le décès du jeune manifestant : » « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête ».

    …surtout quand on meurt assassiné par les forces de l’ordres.
    Ca me retourne les tripes

  12. De plus, en France, les forces de l’ordres utilisent les grenades assourdissantes en tirant SUR les gens au lieu de tirer en l’air! Il y a eu des cas récemment, des gens gravement blessés et évidemment, pas d’enquête sur ces utilisations non conformes.
    Et cette fois ci, il y a eu un jeune de 21 ans tué et on peut malgré tout penser que l’enquête sera dirigée.
    C’est révoltant, révoltant

  13. Oui on est d’accord.
    Il faudrait même aller un tout petit peu plus loin, et dire qu’il n’y a pas de démocratie ici, et qu’il n’y en a jamais eu.

    Les affaires scandaleuses comme celles de Sivens (et NDLL, le Center Parcs des Chambaran, etc.) montrent, s’il en était besoin, que les populations n’ont aucun pouvoir politique réel, que les lois censées protéger les écosystèmes naturels ne sont que du vent destiné à donner le change, que nous ne vivons pas en démocratie réelle, que les « prétendus » élus, avec leurs alliés capitalistes, peuvent faire ce qu’ils veulent, sans contrôle réel, avec l’appui sans réserve des préfets et forces de police, qui n’hésitent pas à utiliser la force violente et la provocation, et à risquer la mort d’homme comme on vient de le voir hélas au barrage de Sivens.

    Et donc, si on veut s’engager dans une autre voie, il faudrait s’organiser dès maintenant depuis la base pour tout reconstruire autrement, sans aucune sorte de parti politique, sans pouvoirs d’aucune sorte, par le biais de diverses formes de démocratie directe locale, d’autogestion, d’auto-organisation (dans une commune, un quartier, une association, un groupe en lutte, une coopérative, un centre autogéré, une coopérative intégrale, etc.).

    Plus que jamais, il n’y a absolument rien à attendre des pouvoirs, des capitalistes, des partis politiques (de gauche, de droite, des extrêmes, du haut ou du bas), de la croissance (verte, brune ou jaune).

    On ne veut pas de partis politiques, ni de représentants politiques, ni de « grand chef providentiel qui va nous sauver ». On ne souhaite aucun dirigeants et encore moins de prétendues élites.

    Même si un parti politique aurait par extraordinaire que des idées géniales et que ses dirigeants seraient par miracle tous des « saints » voulant servir les peuples et le bien commun, on n’en veut pas !
    On souhaite plutôt vivre dans la démocratie réelle auto-organisée depuis la base, avec toutes ses « imperfections », en apprenant à vivre et décider tous ensemble (par le biais de consensus, de processus de consentement) dans l’intérêt de tous.

    (le « on » symbolisant ici toutes les personnes qui veulent autre chose que le système marchand et ne croient plus du tout aux mascarades électorales ni à celles des partis)

  14. Oui. Et il s’avére il me semble que Rémi Fraisse a bien été victime de la violence d’Etat, et pas d’un « friendly fire » de ses propres camarades. Pas un mot de condoléance des socialauds , du reste. Voilà bientôt ce qui attendra les militants pour la Nature : se faire tuer. C’est de pire en pire..

  15. Imposer un barrage par la force, brutale, ce n’est même pas socialaud, c’est simplement facho.
    Allez voir un peu qui sont les pro-occidentaux ou pro-européens qui viennent d’être élus en Ukraine et qui reçoivent les soutiens sans failles des ricains et de leur serviles toutous européens.
    Ce sont pour la plupart des nazis, pas moins.
    Il y a même un parti qui arbore le sigle des tristement célèbres SS qui se sont si bien comportés à Ouradour-sur-glane.
    Le pouvoir occidental se radicalise, ça sent pas bon.

  16. Le socialisme comme but final, seuls étaient (et sont encore plus ou moins) les communistes et les anarchistes. Le parti socialiste n’en a que le nom… Quand cet article parle d’écologie, que ce soit les coco ou les anars en étaient tout à l’opposé, le productivisme étant un des but pour « qu’il y en ait pour tout le monde ». C’était le but de tout le monde en fait étant donné qu’au début du XXème on ne se rendait réellement pas compte des répercutions de ce productivisme sur la planète. Maintenant c’est différent, on s’en rend compte. Ceci dit seuls sont les anars et quelques écolos purs et durs sont d’avis que ce productivisme doit cesser. Les autres et ce de tous bords, gauches, droites, écolos capitalistes, continuent à prôner la croissance comme objectif. Tout ça pour dire que je le trouve un peu fade et injuste cet article étant donné que oui, il tape sur les sociolos, mais ce récit peut être retranscrit vis à vis de tout parti politique actuel. Bref, oui les socialistes sont tout sauf socialistes, mais est-ce nouveau?

  17. C’est un crime d’état,de nombreux temoins sur place,les gendarmes savent qui étaient sur place et qui a tiré son corps,IGS etc,sont sur place,plainte contre X de la famille pour mort donnée volontairement par un fonctionnaire de l’état;alors le PS ou les autresnc’est toujours les même on tire sur les ecologistes en France et aux USa et ailleurs ausi,c’est fini pour ces hors sol,la police fait toujours les même cirque pour faire croire au dangereux anars qui étaient là mais il y en avait comme dab,mais peu,et des blessés en nombre,ordre de faire peur aux gens sur place,Ben ,le coordinateur des deux collectifs Testet et des Bouilles, a été blessé déjà, il a un mois,des doigts pétés,des gens qui ont ds trous de brûlure par les grenades,des trous de flash ball dans la tête,les plaintes tombent,,juste ces politiques ne sont plus rien que les valets des industriels sans idées et si cons que l’étude sur Sivens date de 1997,le Collectif des Bouilles et du Testet sont sur d’une chose,il a été tué par un gendarme et de dos,et sa famille fait faire une autre autopsie aujourd’hui et des prélevements mais la gendarmerie a pu effacer des traces,elle a elle même deplaçé le corps pour le ranimer soi diasnt,pourquoi pas le faire sur place,strange,les flics avaient même des flingues a tir tendus ce qui est interdits par la loi,alors Fabrice, le magnifique dans cette tristesse immense,c’est que Remy Fraysse ,en Occitan Fraysse veux dire frêsne,donc le bois coupé ou les croix sont plantées pour chaque arbres tombés portera son nom ;celui du fresne.Alors pourquoi ecrire sur eux,ils sont si nuls et si cons que nous faisons tous sans eux et le Collectif a fait de même.Son père est un élu ND et sa famille va pas se laisser faire pas ce baratin habituel des medias et du pouvoir en place.

  18. Le PS, porte-drapeau de la barbarie et de l’obscurantisme :
    Dégoût en regardant ces images :
    http://www.liberation.fr/societe/2014/10/28/sivens-une-video-montre-des-affrontements-qui-ont-precede-la-mort-de-remi-fraisse_1131187
    Les flics ne défendaient rien, c’était juste le principe débile (style guerre de 14…) : garder du territoire, juste pour montrer qu’on sait faire, qu’on est des durs, les « forces de l’ordre », la république, l’Etat souverain !
    Pour rien ! Rémi est mort pour rien.
    Ces images m’ont ému, entre autre parce que ça ressemble furieusement à cette belle manif où nous étions 10 000 aux forges d’Abel en vallée d’Aspe contre le tunnel du Somport de Jean Lassalle et autres crétins du soi disant « développement ». Là, l’écologie a perdu et elle a perdu gros : le paysage inégalable de la vallée d’Aspe est désormas banalisé et les camions se ruent dans un tunnel dont l’entrée est à 30 mètres du coeur du Parc National des Pyrénées…
    EN 1994, nous avions aussi eu droit à ces saloperies de bombes qui éclatent sur le sol ou… sur les manifestants. A la demande du député Lassalle, de mèche avec le préfet, des camions bâchés remplis de gardes mobiles avaient remonté la manif, puis les soldats sautaient des camions comme des paras dans les films, matraquant tous ceux qu’ils croisaient (une foule bigarée de 10 000 personnes avec enfants et vieillards). Ils frappaient à coups de matraques sans aucun discernement, avec l’aveuglement qui caractérise ce genre de violence d’Etat.
    Puis on a eu droit à ces saletés de bombes.
    On a alors vu du sang.
    Un manifestant avait eu la main arrachée… qui s’en souvient ?

    Contre les agriculteurs, la clémence, contre les écologistes, la mort !

    COMMENT UN ETAT DEMOCRATIQUE COMME LA FRANCE SOUS UN GOUVERNEMENT DE GAUCHE PEUT IL TIRER SUR DES MANIFESTANTS AVEC CES ENGINS ?
    Rémi est mort de cette bêtise absolue.
    Pour le seul principe que l’Etat doit prouver qu’il sait tenir un terrain vague saccagé par des bulldozers…
    Quelle honte.
    Tu as raison Fabrice, c’est à pleurer…

    Sincères condoléances à la famille de ce jeune qui avait raison de se battre contre une telle absurdité que ce barrage en 2014, avec tout ce que l’on sait sur les effets des barrages… pour faire pisser du maïs ou de la merde verte industrielle…
    C’est parce que Le Foll est le meilleur copain de Hollande qu’on doit supporter tous les délires des agriculteurs ?

    Epoque de barbarie et d’obscurantisme dont le PS devient le porte-drapeau.

  19. Pour moi,cette manif était la suite de la manif de Nantes.
    Même démonstration de force et de férocité de la part des CRS, et peut-être l’espoir de faire un exemple, pour saper le mouvement écologiste, pour faire peur et calmer tout ceux qui auraient des intentions de militer, ou aussi pour dire aux parents de tenir leurs gamins loin des manifs.
    Les CRS savent très bien ce qu’ils font,et ils sont sensés, en bon toutous entraînés, répondre à des ordres. Cette grenade n’a pas été lancée au hasard …
    La preuve est qu’ils sont allés chercher Rémi Fraisse aussitôt.
    Qui a donné l’ordre ?

  20. « Le pouvoir occidental se radicalise »…

    Je crains fort que nous assistions a la fin d’une illusion. Ou disons, l’abandon programme d’une illusion ayant depasse sa duree de vie « utile » politiquement. Le dernier livre de Fabrice Nicolino, « Un empoisonnement universel », montre bien (au passage, meme si ce n’est pas le sujet explicite du livre) que le pouvoir occidental a toujours ete radical, disons depuis le XIX siecle, et a rarement concu la politique sous un autre angle que celui de la guerre (sous toutes ses formes). Jusqu’a la « democratie representative » qui n’est autre qu’une mise en scene figurative du theme de la guerre, avec ses gagnants et ses perdants, ses strategies, ses tactiques, ses generaux et ses fantassins, et sa chair a canon (figurative, enfin presque).

    Le mythe d’un pouvoir « eclaire » « liberal » et « humaniste » etait utile pour pouvoir se prevaloir des valeurs de la Resistance apres 1945.

    Il semble que ce mythe n’est plus utile politiquement aujourd’hui et on ne cherche meme plus a le garder vivant.

    Le climat exceptionnellement liberal de l’Europe Occidentale entre (en gros) 1945 et 1980 fut une chance, qui a culmine avec ce concept un peu flou de « esprit de mai 68 », chance qui ne fut peut-etre pas utilisee au mieux.

    Aujourd’hui on admet benoitement l’inevitabilite des anciennes ornieres: l’universel argent comme seul consensus, et comme pendant inevitable, au particularisme identitaire generalise (cf. Badiou dans « Saint Paul »), et l’alliance entre le capital international et les Neo-Nazis en Ukraine et les Takfiris au Moyen-Orient n’est qu’une repetition, avec plus de moyens encore, de celle de 1933, avec des consequences qui ne peuvent etre meilleures.

    Peut-etre peux t-on juste dire, a la decharge des socialistes, que « la droite », a part quelques personnes exceptionelles qui furent aussi parfois a gauche, ne s’est pas mieux comportee.

  21. Plutôt que de reprocher aux politiciens d’être des politiciens, peut-être bien que les électeurs pourraient commencer de se demander pourquoi et comment eux mêmes ne savent faire autrement que de se faire électeurs.
    Les formes politiques ont une histoire, cela, je le pense aussi. Et la démocratie et sa représentation politique en ont une. Peut-être bien que nous pourrions essayer d’en sortir. Mais cela risque de demander aux électeurs déçus de regarder un peu plus en eux-mêmes – ce que l’on fait lorsque l’on vote, par exemple, ce que l’on se trouve soi-même faire de sa capacité à penser, à critiquer, lorsque l’on se fait le défenseur d’un parti, ou d’un candidat. Ce qu’il se passe lorsque l’on commence de penser selon le calendrier du pouvoir: selon les échéances qu’il impose, les enjeux qu’il fabrique.
    Ce que l’on fait, banalement, lorsqu’on se comporte en citoyen et démocrate. Tout cela mérite d’être questionné sans ménagement, par celleux qui le font.
    Tant que ce ne sera pas fait, les occasions de déplorer vainement que les politiciens (et politiciennes) soient ce qu’ellils sont ne manqueront pas.
    Rien à fiche que les socialos soient des fauxsialistes ou des socialauds. Je pense que ces appelations servent à ceux qui les ont élus à continuer de se sentir trahis par les politiciens, et à se dissimuler combien ils se sont trahis eux mêmes en acceptant d’être représentés, en entrant dans le jeu du pouvoir. Je ne leur jette pas la pierre d’avoir été dupés par un dispositif dont c’est vraisemblablement la principale fonction. Mais je leur refuse le confort intellectuel de se raconter, et de prétendre, que « la gauche trahit ses aspirations ».
    Les électeurs n’ont pas le droit de se dissimuler qu’ils font et feront toujours le jeu du pouvoir.

  22. Bonjour M. Nicolino,

    Ne sachant comment vous joindre, je le fais ici, veuillez m’en excuser.

    Je vous informe que nous (association loi 1901) lançons dans quelques jours, pour tous les citoyens « engagés », le site http://www.whybook.org, qui permettra d’interroger directement les grands décideurs (politiques, actionnaires et dirigeants d’entreprises) sur leurs actions, engagements et responsabilités.

    N’hésitez pas à me joindre si le projet vous intéresse.
    Gregory Poinsenet

  23. Commentaire déjà posté sur Médiapart:

    « La mort de Rémi Fraysse m’a amenée à retrouver un livre intitulé « Charonne, 8 février 1962 » sous-titré « Anthropologie d’un massacre d’État ». L’auteur, Alain Dewerpe, est le fils de Fanny Dewerpe, morte à 31 ans au métro Charonne. Malgré la proximité émotionnelle de l’auteur, il fait très consciencieusement son métier d’historien, et décortique dans ses moindres détails le drame, et les mensonges (d’État) qui l’ont suivi.

    Ce livre m’a fait comprendre beaucoup de choses, entre autres celle-ci: ce n’est jamais par hasard ou par accident qu’une mort survient (ou plusieurs) dans le cadre d’une manifestation. Le hasard peut expliquer qu’il se produise aujourd’hui plutôt que demain, ou ici plutôt qu’ailleurs, mais pas plus. La (dé)raison d’État programme sciemment et cyniquement les circonstances qui feront que la mort sera possible, voire inévitable.

    On les voit clairement ici: violence montante des forces de police, sur-armement délibéré, harcèlement des plus réactifs des manifestants dont on attend qu’ils pètent les plombs, introduction de provocateurs s’ils ne sont pas assez énervés, mise en place des forces du désordre dans un lieu stratégique, chauffe à blanc des flics pour qu’un d’entre eux aille « trop » loin. Ce « un d’entre eux » pourrait bien être quelqu’un de politiquement très chaud, à qui on fera porter le chapeau au cas où les brouillages divers échoueraient.

  24. La personnalité de Rémi Fraisse décrite par ses proches
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6508

    je pense à tous ces jeunes morts de la guerre de 14 qui ne mesuraient pas tous ce qui les attendait en terme de violence et de non-sens;
    je pense aussi à mon grand-père qui, soldat mobilisé père de 4 enfants de 11 à 2 ans, écrivait en 1915 à ma grand-mère, sur une carte postale que j’ai encore,
    « …il est temps que toute cette fumisterie s’arrête… »
    Oui il est bien temps que cette fumisterie s’arrête.

  25. Merci Fabrice de cette magnifique synthèse, et de cette si puissante étiquette de « socialauds ».

    Mais, je me répéte sans doute, la différence entre la gauche et la droite existe et est irréductible. Ce qui arrive, c’est un enjeu supplémentaire (la crise faite au vivant), qui recouvre le précédent sans le faire disparaître.
    La gauche (la vraie), c’est la lutte contre l’injustice et les puissants, et l’esprit de droite c’est le je m’enfoutisme, le laisser-faire, l’approbation de la situation donnée, bref la passivité.
    La lutte contre l’extermination du vivant peut pour l’instant sembler ou être plus urgente que la lutte contre l’injustice, mais ne peut la remplacer ou la supprimer. Tel qu’il est fait, l’humain produira toujours de l’injustice, il faudra sans cesse la repousser. Et on ne pourra lutter contre l’extermination du vivant si on joint pas un volet contre l’injustice (je ne détaille pas).

    La spécificité des socialauds est qu’ils sont censés ne pas faire ce qu’ils ont fait, alors que la droite est parfaitement légitime pour faire les mêmes saloperies, puisqu’elles vont justement dans l’intérêt des puissants.

    Les choses ne changeront pas tant que la majorité de la population voudra préserver son mode de vie consommateur, qui est somme toutes intellectuellement confortable. En cela la majorité de la population est de droite : elle se fout de savoir ce qui se passe et de se bouger pour réduire les dysfonctionnement. Les politocards suivront l’avis majoritaire, il faudra faire les changements en parallèle : sortir de la société de consommation, libérer les politocards d’eux-mêmes.
    C’est bien beau de vouloir se passer des politiques, mais l’organisation de la société, c’est de la politique. Et à moins de vouloir vivre en petite communautés rurales, de renoncer à beaucoup de choses (la santé moderne, le savoir, une majeure partie des arts, etc.), on ne peut se passer de l’État et des politocards. Il faut mieux les contrôler, tout le temps, ne pas leur laisser trop de pouvoir, le partager, débattre de tout et tout le temps – bref se fatiguer.

  26. Si j’ai bien compris ce que l’on entend à la radio depuis hier, ce sont les complices des meurtriers qui, dans leur propos haineux, tentent de criminaliser la victime et tous les contestataires des grands travaux inutiles et coûteux. Ignoble !

  27. Le bilan du P »S » est vite fait : 2 ans de réformes socialistes 1981/1983, pour le reste, il se contente de poursuivre la politique du gouvernement de droite précédent.

  28. Les CRS et autres gendarmes sont recrutés selon leur capacité de soumission , tout comme leurs chefs , les postulants à l’ Ecole Nationale d’Abrutissement . Chercher la baston avec les premiers est aussi vain que d’insulter les roues d’une voiture qui a une trajectoire dangereuse : c’est au conducteur qu’il faut s’en prendre . L’auteur du  » ne me touche pas , tu me salis  » avait compris , peut-être sans le savoir , que l’idée communemment admise qui veut qu’on doive juger les idées , et non les hommes , est très contestable : face aux hommes d’ego que sont les politiciens , il est aussi efficace de présenter des concepts que d’apprendre l’algèbre aux poules . Les slogans du type  » Valls , ta réforme on en veut pas  » sont moins efficaces que  » valls , dégage pov’merde  » , d’autant qu’il est difficile de mettre en examen des centaines , encore plus des milliers , de personnes pour injure publique . Dans les sitations plus individuelles , il est dommage que ce qui suit serait interprêté comme du mepris pour les professions dites manuelles , car je me verrais sinon bien dire à l’homme aux oreilles élégantes , dans le cas où il viendrait vers moi pour me saluer : » Félicitez de ma part vos parents pour leur clairevoyance : ils ne vous ont pas appelé Intellectuel Valls  » . Ou bien , à n’importe quel autre :  » c’est étrange qu’on vous nomme les ténors de la politique ! Vous tenez quand même davantage des castras , non ?  » , ou encore , avec le ton badin ou bouffon à la de Funès :  » Je suis vraiment très honoré , monsieur le ministre ( président , député ou autre )de vous serrer la main , ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de rencontrer un prix Nobel … Bien le bonjour chez vous !  » , en mimant la salutation du chapeau . La déférence et le respect avec ces individus est déjà un signe de soumission et d’avillissement de soi , et le mépris un juste retour des choses .

  29. Mais PP, pourquoi tu écris ça?

    « Contre les agriculteurs, la clémence, contre les écologistes, la mort ! »

    Tous les jours, il y a des agriculteurs qui se font foutre dehors des chez eux a coup de pied dans le cul!! A Aspe aussi il y en a eu, à Notre Dame des Landes, à Sivens etc
    Et quelle clémence pour Philippe Layat et cette saloperie de stade de foot près de Lyon?

    ici: http://www.youtube.com/watch?v=PdQidfnFuwo

    Et ici: http://www.dailymotion.com/video/x2583zj_la-triple-peine-pour-un-paysan_people

    Je ne comprend pas ton acharnement a vouloir faire des clivages parce ce que tu es militant pro loup. Le monde agricole est dans le même bain que tout le monde. Il me semble plutôt que les grands gagnants de leur connivence avec les élus sont les boîtes de TP….

  30. montesquieu: « il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice »

  31. Salut

    Non, Rémi n’a pas été tué par la police de Holland !!! Rémi a été tué par la police française ,républicaine, raciste et xénophobe . La même qui a balancé plein d’Algérien dans la Seine le 17 octobre 1961. La même qui tue régulierement des personnes dont le seul tord est d’être des nons blancs !
    Si vous voulez vous informer sur l’histoire de la police française lisez les livres de Maurice
    Rajfus. C’est l’historien de la police française:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Rajsfus
    Un site de la sœur d’une victime:
    http://www.urgence-notre-police-assassine.fr/
    Merci Marie pour la citation de Montesquieu

  32. Cultive ton jardin: Votre commentaire est formidable. Il est vraiment remarquable que Alain Dewerpe ait ecrit un tel livre sur sa mere. « le devoir de memoire » ce n’est pas simplement repasser sans arret le meme film, c’est faire l’effort de comprendre ce qui s’est passe, ce qui se passe, du mieux qu’on peut, donc si possible mieux que la generation precedente.

  33. Je sais Fabrice, ce n’est pas drôle du tout, mais voilà, en lisant ton salutaire flashback, juste un truc m’est venu, avec un sourire que tu reconnaîtras : « Les socialauds? Ben, ils ont tout fait périr »……

  34. en mémoire à Rémi Fraisse ce jeune étudiant spécialiste de la Renoncule à feuille d’ophioglosse tué sur le chantier de Testet, beaucoup de personnes allumeront une bougie sur l’appui de leur fenêtre dimanche 2 novembre à 18h00.

  35. Complètement d´accord avec Laurent Fournier au sujet de votre commentaire, Cultive ton jardin.

    Même longueur d´ondes que vous, Orca.
    On ne peut rien attendre d´autre de la police française que matraquage et répression. Elle assure servilement la protection des lobbies de cette république devenue bananière et défend leurs intérêts, au mépris des principes fondamentaux de la démocratie. Les « grains de sable » qui menacent de gripper le système doivent être broyés, il faut les mettre hors d´état de nuire à son « bon fonctionnement ».
    Il serait temps de pratiquer à grande échelle la désobéissance civile, sans violence et avec humour. Dire non, en masse, refuser pacifiquement de marcher droit. Relever la tête et regagner en dignité. Peut-on flanquer des millions de citoyens en taule (Azer évoque le même sujet) ? S´en prendre aux décideurs politiques c´est comme pisser dans un violon. Avec eux, le changement n´est pas pour demain. Si ce n´est en pire, comme le démontre efficacement le jocrisse élyséen. Mais je crains fort que le changement du côté des citoyens ne soit pas non plus pour demain 🙁

  36. Anne J, tu as raison, je suis tellement en colère que je peux avoir tendance à globaliser.
    Mais tu te demandes pourquoi j’écris ça :
    “Contre les agriculteurs, la clémence, contre les écologistes, la mort !”
    Mais à cause de tout ça, Anne, ouvre les yeux :
    http://www.buvettedesalpages.be/2014/10/delinquance-agricole.html
    Quant au loup, en effet, le fait que la Conf ait choisi depuis des années de sacrifier l’ours dans les Pyrénées et le loup partout où il vit, ça ne me pousse pas beaucoup à ne pas globaliser.
    Je défends la nature. Quelques d’agriculteurs souvent aussi.
    Mais qu’ils se démarquent.
    Le barrage de Sivens et porté par des agriculteurs… c’est une réalité.
    Etre un agriculteur c’est trop souvent être contre la nature, même la Conf le montre avec le loup.
    Ceux qui ont réfléchi à tout cela le savent bien.
    Je ne veux pas entretenir un clivage, je veux que la majorité des agriculteurs changent et acceptent de sauver avec nous ce qui reste de nature (donc de nature sauvage aussi). C’est pour moi un enjeu majeur de notre époque.
    Je soumets à ta réflexion ce court texte de Levi-Strauss dont je viens de découvrir quelques lignes (il répondait en 2005 à une question sur son rapport au Brésil et sur le relâchement des liens entre l’Homme et la Nature) :

    « Le lien entre l’homme et la nature s’est peut-être rompu et, en même temps, on peut comprendre que le Brésil, qui s’est développé de manière si considérable, ait à l’égard de la nature la même politique que l’Europe au Moyen Age, c’est à dire la détruire pour installer une agriculture. »

    Il est évident que les agriculteurs ne sont pas « naturellement » des écologistes et que ce soit au sujet du loup en France, du barrage de Sivens ou des exactions agricoles de ces derniers mois, à part celles ayant trait à cette saloperie industrielle de ferme de 1000 vaches, je pense que nous sommes en droit d’attendre des clarifications de la part du monde agricole dans sa globalité et sa diversité.
    Or, rien pour le moment…

  37. Un exemple parmi tant d’autres : sur ma commune, il y a un éleveur de moutons en bio (et qui ne se positionne pas vraiment sur un éventuel retour du loup dans mon département), mon voisin, et un maraîcher bio qui s’est diversifié avec un petit élevage de poules élevées en plein air.
    Il y a quelques jours, je discute avec un « commerçant », et au détour de la conversation, il confesse qu’il n’aime pas celui qui élève ses moutons en bio. Je lui demande pourquoi.
    – ici, on n’aime pas le bio !
    – oui, mais pourquoi ? Je consomme bio moi…
    – parce que, faut plus rien faire sur une exploitation si on les écoute !
    – comme quoi ?
    – ben des pratiques « ancestrales », brûler les pneus et le plastique, arracher les haies qui nous emmerdent, on voit que c’est pas vous qui devez passer du temps à broyer avec le tracteur… et pis, ah la la, il nous dit qu’on devrait pas passer le round-up le long des haies et sous les fils électriques, là où il y a les vaches. Il a peut-être du temps à perdre lui, à désherber 30 Ha à la main !

    Voilà, j’ai retranscrit pratiquement au mot près. Et ce « commerçant » a oublié de me parler aussi du braconnage sur ses prés (renards et fouines passent à la trappe régulièrement) et de 2 ou 3 autres joyeusetés… Je vis en zone rurale, les atteintes à la nature je les vois tous les jours; Elles sont faites par des néo-ruraux, permises par des maires qui sont uniquement obsédés par l’idée de grossir le taux de population (plus de peuple, plus de subventions, plus de projets type lotissement, etc.), mais surtout par les agriculteurs. Et quand il faut se battre contre le projet de LGV, la destruction du bois dans le Morvan (Sardy les Epiry), où sont-ils les agriculteurs ? Ben ils ne sont pas là. Ah si, c’est vrai, je suis mauvaise langue. Ils siègent aussi dans les réunions du CG et à la Préf pour affaiblir les mesures à prendre contre les nitrates. Polluer la Loire c’est tellement plus réjouissant…
    Donc, à quelques rares exceptions près, je suis un peu écoeurée par le monde agricole, en effet.

  38. Le théorème du chien socialiste…

    Petite blague du jour fort mignonne transmise par notre camarade contrarien Jean-Claude. Pour ceux qui ne connaissent pas !!

    Charles SANNAT

    Je viens juste de réaliser quelque chose :

    Mon chien dort environ 20 heures par jour.

    Il fait préparer sa nourriture pour lui.

    On lui fournit ses repas gratuitement.

    Il bénéficie d’une visite médicale annuelle et chaque fois que son état de santé le nécessite. Pour tout ceci, il ne paie rien et rien ne lui est demandé en retour.

    Il vit dans un environnement agréable, dans une maison dont la taille est supérieure à ses besoins et ceci sans qu’il ne soit tenu à aucune contribution financière.

    S’il fait des saletés, quelqu’un d’autre nettoie.

    Il est libre de choisir un endroit confortable pour dormir.

    Il jouit d’un logement à titre gratuit.

    Il vit comme un roi et n’a absolument rien à dépenser.

    Toutes ses dépenses sont prises en charge par d’autres qui gagnent de quoi le faire vivre.

    Je pensais juste à tout cela, et soudainement, cela m’a frappé comme si j’avais reçu une tonne de briques sur la tête :

    « Bon sang ! »… MON chien est SOCIALISTE !!

    Orca,

    La violence et la haine ne génère jamais rien de bon. Cela se saurait, depuis le temps.

    On ne guérit pas le mal avec les mêmes « armes ».

    Au mieux. Annulation d’un projet, parmi des milliers d’autres qui verront le jour.

    Au pire. Mises en branle de lois de restriction. Surveillances accrues. Assimilation « terroristes ».

    Il suffirait qu’une majorité REFUSE.

    De consommer idiot
    De payer pour ce qui n’est pas juste
    De voter pour des cons
    De favoriser l’entre aide

    Ils tomberaient comme des mouches!

    Reste a convaincre la majorité ….

    Bien a vous,

  39. @Orca, ces crimes sont malheureusement trop fréquent, environ 1/3 des policiers sont des racistes fachos, et environ la moitié pensent surtout à arrondir leur fin de mois grâce aux primes de la politique du chiffre mis en place par sarkozy et que valls n’a pas supprimé, bien au contraire.

  40. Fabrice, comme tu as raison de marteler :
    « Et qu’on fait les socialauds au pouvoir ? Ils ont tout ratifié, tout accepté, tout accéléré. »

    Aujourd’hui même, en plein hémicycle, on ne peut-être plus clair de la part de l’inénarrable Royal Ségolène (celle dont le frère -dont elle dit être fière- a posé la bombe sous le Rainbow Warrior de Greenpeace en 1985…) :

    1 – ces travaux, contrairement à ses coups de pipeaux, elle les juge « indispensables »

    2 – le « développement économique » prime sur tout (joli programme d’une ministre de l' »écologie »…)

    3 – tout ceci est drapé dans le fabuleux vocable de « développement durable » (merci à tous les écologistes sincères de bannir à jamais cette épouvantable oxymore, de même que le terme « environnement »…

    4 – les travaux, elle le dit : « nous le ferons ».

    Conclusion : cette ministre n’est qu’un pître qui amuse la galerie. Un seul mot : « dégage ! »

    Ses propos à la lettre :

    « (…) personne dans notre pays ne pourra, par la violence, interdire la réalisation de travaux et d’équipements qui sont indispensables au développement économique de nos territoires et nous le ferons dans le cadre du respect des principes du développement durable, mais nous le ferons. », a déclaré à l’Assemblée nationale la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal ce mardi 4 novembre 2014.

  41. Témoignages suite à la manif de Nantes:

    https://nantes.indymedia.org/articles/30427
    https://nantes.indymedia.org/articles/30431

    Lettre ouverte de Farid El Yamni dont le frère a été assassiné par la police en 2012

    http://sous-la-cendre.info/2674/lettre-ouverte-de-fardi-el-yamni-dont-le-frere-a-ete-assassine-par-la-police-en-2012

    No comment et pour le reste j’assume ma révolte contre tous les totalitarismes

    Merci à la personne qui a évoqué la tuerie de Charonne le 8/02/62.Personnellement,j’avais évoqué celle du 17/10/61.
    C’est l’histoire d’un bien curieux pays qui se pare de bien des vertus dans le genre liberté ,égalité et surtout fraternité qui continue
    Rémi ne sera pas le dernier ,hélas!

  42. @SylvieC et @AnneJ : pour se réconcilier, entre nous, parcequ’il y a bien sûr agriculteurs et agriculteurs… :

    http://www.liberation.fr/terre/2014/11/03/sivens-la-double-revolution_1135307

    Excellente tribune, même si je trouve « CO2 mon amour » extraordinairement consensuel… et pour tout dire bien inefficace voire bien trop copain avec le système dominant au point de se montrer pour le moins… mièvre ! Mais ils peuvent progresser 😉

  43. @SylvieC, l’agriculture a été un des premiers ou le premier domaine a appliqué le néolibéralisme : suppression de 90% des emplois en 50ans, flexibilité accrue,
    augmentation de la production sans trop regarder sur les conditions,
    sélections des rescapés par l’argent, subventions financées par l’ensemble de la population et attribuées essentiellement à l’agriculture servant de débouché à certaines entreprises : bayer, monsanto, basf, rhone poulenc, elf…,
    financement des pots cassés : pollutions… par l’ensemble de la population,
    contrôle de la comercialisation de la production par quelques groupes…
    un monde que le medef souhaite appliquer aux autres secteurs.
    Donc rien d’étonnant à ce qu’une majorité d’agriculteurs pensent avant tout à faire du blé.

  44. A P.P. : oui, je sais encore faire la part ds choses, heureusement 🙂 Un maraicher bio est à l’origine d’une belle initiative dans mon département, c’est Corbeille nature. De même, je suis avec intérêt le travail de Richard Wallner et la ferme du colibri, son projet de permaculture est extraordinaire.
    Malheureusement, il y a aussi ceci chez moi :

    http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/pays/morvan/2014/11/05/manifestation-a-dijon-les-agriculteurs-nivernais-sont-prets-a-une-violence-sans-precedent_11206826.html

  45. Les saucialos au pouvoir c’est un grand soucis de démocratie comme l’illustre le comportement de madame Cécile Helle maire d’Avignon et membre du PS.
    L’eau d’Avignon serait radioactive d’aprés de analyses faites à la demande du groupe anti nucléaire local le CAN84 qui demande donc que la question soit mise à l’ordre du jour .
    Lisez donc la suite , elle est édifiante !
    Question : Mais que font les 6 élus EELV ?
    Réponse : Illes ferment leur gueule !
    Un exemple parmi tant d’autres du sabotage de la lutte anti nucléaire par ce parti pseudo ecologiste
    http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2014/10/30/Cecile-Helle-affiche-le-plus-grand-mepris-pour-la-sante-de-ses-concitoyens

  46. Bonjour,

    http://www.agenceinfolibre.fr/soyez-fiers-vos-agriculteurs/

    http://www.20minutes.fr/nantes/1475987-20141106-ragondins-maltraites-nantes-agriculteurs-organisateurs-defendent

    Les ragondins sont des animaux nuisibles! Ils détruisent les ruisseaux, les berges, les récoltes, véhiculent des maladies pour le bétail. Ils peuvent aussi être dangereux et agressifs pour l’homme. C’est un fléau pour notre profession et nos campagnes.

    À sa table accoudé, du vin il se versait.

  47. Un article important :

    Sivens: la faute des gendarmes, le mensonge de l’Etat

    06 NOVEMBRE 2014 | PAR MICHEL DELÉAN

    L’État l’a su immédiatement et l’a caché: c’est bien une grenade offensive qui a tué sur le coup dans la nuit du 25 au 26 octobre Rémi Fraisse. D’après les premiers éléments de l’enquête et des témoignages de gendarmes mobiles, une longue chaîne de responsabilités a abouti à la mort de l’étudiant écologiste. Le gouvernement a tenté durant quarante-huit heures de brouiller les pistes.

    «Grenade ! », crie le chef J. à l’attention de ses hommes, en joignant le geste à la parole. Des grenades offensives (OF) de ce type, la plupart des gendarmes mobiles avouent ne jamais en avoir lancé. Ce sont des armes de guerre, que seul un gradé peut projeter, et encore : dans certains cas bien précis, et seulement en les jetant à terre, prévoit le règlement. Mais cette nuit du 25 au 26 octobre, dans la forêt de Sivens, environ 40 grenades de type OF sont lancées par les militaires, sur un total de plusieurs centaines d’engins divers utilisés.

    Or, selon plusieurs témoignages de gendarmes présents sur place, qui ont été recueillis dès le lendemain pour les besoins de l’enquête judiciaire et dont Mediapart a pris connaissance, le chef J. lance cette grenade-là en l’air, et directement sur un petit groupe de quatre à cinq jeunes dont fait partie Rémi Fraisse et qui leur lançait des pierres et des mottes de terre. Équipés de jumelles à vision nocturne, plusieurs gendarmes reconnaîtront avoir vu tomber le jeune homme tout de suite après l’explosion, et avoir compris immédiatement ce qui venait de se passer, selon des sources proches du dossier.
    Les gendarmes n’étaient pourtant pas en danger. Protégés, suréquipés, ils étaient en outre séparés des jeunes manifestants par un grillage et un fossé (lire nos articlesici et là). Autant dire qu’avec leurs casques, boucliers, armure et protections diverses, ils auraient pu tenir leur position sans dommage pendant des heures. Selon plusieurs témoignages, les manifestants étaient d’ailleurs à court de fusées éclairantes et de cocktails Molotov.

    Pourquoi le chef J. a-t-il décidé de lancer une grenade offensive sur ces jeunes, avec les risques évidents que cela comportait ? A-t-il perdu ses nerfs ? Sur procès-verbal, le gradé a tenté d’expliquer son geste, un choix personnel selon lui, par l’intensité des incidents de cette nuit-là. Son supérieur au sein de l’escadron de gendarmes mobiles (EGM) 28/2 (venu de la Gironde) a donné une version légèrement différente, en assumant avoir donné cet ordre lui-même.

    Très vite, en tout cas, vers 2 heures du matin, la zone a été éclairée au projecteur, et le corps de Rémi Fraisse récupéré. Et en langage militaire, il a été « rendu compte »immédiatement au commandant d’escadron, et donc au préfet, au procureur, puis aux ministres de tutelle (intérieur et justice).

    Discrètement, un premier examen médico-légal de Rémi Fraisse est pratiqué deux heures à peine après sa mort dans une morgue d’Albi. Le médecin qui examine le corps conclut immédiatement à un décès provoqué par une explosion, mais on n’en savait rien jusqu’ici. Des photos sont alors faites du cadavre. Il ne reste rien ou presque du sac à dos de Rémi Fraisse. Ce dimanche 26 octobre, l’État sait déjà tout ou presque du drame, mais va choisir de feindre l’ignorance et de minimiser pendant 48 heures.
    La zone déboisée de SivensLa zone déboisée de Sivens

    La journée de samedi avait été plutôt calme, malgré quelques incidents dans l’après-midi, et il est permis de se demander si elle ne le serait pas restée sans la présence massive de ces « Robocops ». Vers 18 h 30, les CRS présents sur place s’étaient retirés. La situation était encore calme à 21 heures. Elle s’est échauffée vers 1 heure du matin, avec des caillassages vers les gendarmes mobiles, quelques jets de cocktails Molotov et tirs de fusées éclairantes, aussi. Rémi Fraisse est allé voir. On ignore s’il a lancé une pierre, une motte de terre, ou rien du tout.La mort de l’étudiant écologiste est d’autant plus absurde et révoltante qu’il n’y avait strictement rien à protéger sur la zone où étaient positionnés les gendarmes mobiles ce soir-là. Le préfet du Tarn avait donné des « consignes de fermeté » aux gendarmes, lesquels sont par ailleurs accusés par plusieurs plaignants ou témoins d’avoir provoqué des incidents sur le site, et de s’être livrés à des violences injustifiées (lire ici et là). En conséquence, le matin précédant le drame, à 9 h 30, une réunion entre officiers est organisée à Gaillac, dirigée par le lieutenant-colonel Andreani, qui commande le groupement du Tarn. Il est alors décidé ceci : créer une « zone de vie » sur le chantier de la forêt de Sivens, et « tenir le site ». Or les engins de chantier avaient déjà été retirés, et il ne restait plus qu’un préfabriqué sur place, où des incidents avaient eu lieu la veille au soir.
    Les conclusions de l’autopsie

    En termes prudents, mais de façon très claire, les deux médecins légistes qui ont procédé à l’autopsie du manifestant de 21 ans, tué à Sivens dans la nuit du 25 au 26 octobre, font la conclusion suivante : « Le décès de Monsieur Fraisse Rémi est compatible avec une lésion par blast secondaire (NDLR: consécutif) à une explosion en regard de la région thoracique postérieure haute. »

    Dans un rapport de 7 pages, daté du 27 octobre, le professeur Telmon et le docteur Savall, du CHU de Toulouse, détaillent les blessures fatales provoquées par l’explosion d’une grenade offensive tirée par les gendarmes mobiles au cours des incidents.

    Dans la « région dorsale haute du dos » de Rémi Fraisse, ils constatent « une large perte de substance de 16 cm sur 8 cm, à disposition quasi horizontale, atteignant la cavité thoracique, présentant à son extrémité inférieure de multiples dilacérations sur 3,5 cm de haut ». Les légistes font également état d’une « dilacération du lobe supérieur du poumon gauche et un fracas de la partie postérieure de la région thoracique haute, intéressant les omoplates, les arcs postérieurs des côtes et le rachis avec disjonction rachidienne du niveau T5/T6 avec rupture du cordon médullaire en regard ».

    En clair, le jeune homme a eu une partie de la colonne vertébrale et de la moelle épinière arrachées par l’explosion, et il est très certainement mort sur le coup. Par ailleurs, les médecins ont relevé une longue liste de « lésions traumatiques externes », des « plaques parcheminées » et des « ecchymoses », sur le haut du corps, qu’ils expliquent par la projection et la chute du corps après l’explosion.
    L’autel en hommage à Rémi FraisseL’autel en hommage à Rémi Fraisse

    « D’après les données de l’enquête le dimanche 26 octobre 2014, vers 2 heures du matin, au cours d’un affrontement entre des gendarmes mobiles et des opposants, il aurait été tiré une grenade offensive », écrivent les deux experts. « A la suite de ce tir, les gendarmes auraient constaté, en éclairant la zone que Monsieur Fraisse était étendu au sol face contre terre. Ils seraient alors allés le chercher et l’auraient tiré pour le ramener et prodiguer les premiers soins. Il est fait état que le sac à dos qu’il portait apparaissait dilacéré. L’examen externe et l’autopsie ont permis de mettre en évidence un ensemble lésionnel complexe compatible avec un blast secondaire à une explosion au contact ou à très courte distance dans la région thoracique haute entraînant un traumatisme pulmonaire, costal rachidien et médullaire ayant entraîné le décès. »

    Quant aux « plaques parcheminées », elles sont « compatibles avec un phénomène abrasif ou avec des effets thermiques sans qu’il ne soit noté d’élément évoquant une brûlure par flamme et sans particule retrouvée en regard du complexe lésionnel. Les autres lésions traumatiques retrouvées, notamment de la partie antérieure, en particulier en regard de la face, sont compatibles avec une chute et/ou une projection vers l’avant, ayant suivi immédiatement l’explosion en regard de la partie postérieure du corps », écrivent les légistes.

    Après les premières conclusions de l’enquête, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve avait suspendu, jeudi dernier, l’usage des grenades offensives OF F1, ainsi que, pour faire bonne mesure, les grenades lacrymogènes instantanées (GLI) utilisées par les policiers et les grenades instantanées (GI), leur équivalent gendarmesque. Lancées à la main, les grenades offensives dites OF F1 sont des armes militaires datant de la guerre de 1914-18 en dotation uniquement chez les gendarmes. À la lumière du décès de Rémi Fraisse, ces grenades offensives ne peuvent apparaître que pour ce qu’elles sont : des armes de guerre pouvant provoquer des blessures fatales. L’information judiciaire qui démarre au tribunal de Toulouse n’en est que plus sensible pour le pouvoir qui est comptable de ce drame.

  48. Bonjour à tous,

    Si je comprends bien:

    => tout va mal (ce qui n’est pas faux)

    => mais les politiques sont tous pourris (incroyable comme le discours du Le Pen (Jean-Marie) est entré dans toutes les têtes. N’oublions pas que, si nous ne mangeons plus de racines, c’est aussi parce qu’il y a eu certains hommes politiques œuvrant pour l’intérêt général à certains moments de l’histoire)

    => alors il faut se passer des politiques en menant des actions locales, ce qui n’est pas faux non plus

    => le problème, c’est qu’il y a un rouleau compresseur en face…

    Sachez que ce discours faussement rhétorique fait des petits sur les réseaux sociaux, jetant un trouble non négligeable sur la lecture de l’actualité et des faits en général. Du conspirationnisme à l’extrême droite, en passant par les abstentionnistes, tout le monde « pense » pareil. Quand on est aussi vide de propositions, tout ça finit par faire blablabla!

    Non mais vous roupillez ou quoi? Jean-Luc Mélenchon vient, avec d’autres, de lancer le Mouvement pour la 6° République, m6r.fr, qui permet justement d’apporter un outil de débat politique totalement en dehors des enjeux de partis.
    Quoi de mieux pour sortir du marasme et redonner « le goût du futur » qu’un projet d’Assemblée Constituante ?
    Constructif et ouvert, c’est le seul moyen de refondre les outils institutionnels qui verrouillent tous nos moyens d’actions et, plus prosaïquement, notre citoyenneté toute entière. Alors c’est le moment d’apporter vos doléances qui serviront à la rédaction d’un projet de constitution, que nous porterons à la candidature des présidentielles de 2017.

    SIGNEZ! m6r.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *