Cette si belle conférence sur le climat

 Je ne suis pas en grande forme. Et même pas du tout. Je ne peux, je ne veux vous parler en détail de mes blessures, mais elles sont là. En permanence.

Comme je ne peux guère écrire comme je le souhaiterais, je remets en ligne, ci-dessous, un texte de 2008. Qui est Laurence Tubiana ? Elle est, et j’ouvre les guillemets, « représentante spéciale du gouvernement français pour la conférence Paris Climat 2015 ». C’est elle qui prépare le terrain pour la grande conférence de décembre prochain. Eh bien, les choses sont merveilleusement bien parties, ainsi que vous lirez peut-être. Entre de telles mains, la Conférence est déjà un immense succès planétaire. Je vous salue tous.

——————————

Le ridicule ne tuera pas madame Tubiana (ni personne)

Je n’ai jamais rencontré madame Laurence Tubiana, et je dois avouer que cela ne m’a pas trop manqué. Qui est-elle ? Qui n’est-elle pas, plutôt. La totalité de ses titres, auxquels elle semble tenir avec fermeté, dépasse le cadre de cet article. Choisissons, élaguons : elle est la directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), prof à Sciences Po et siège dans un grand nombre de commissions et de conseils d’administration divers et variés.

Elle serait de gauche que je n’en serais pas autrement étonné. Elle a en effet été conseillère de notre excellent Jospin quand il était Premier ministre de la France, ce que des insolents comme moi finissent par oublier. Qu’il a été Premier ministre, je veux dire. Et de gauche, bien sûr. En somme, Laurence Tubiana est une considérable personne, au confluent de la politique, de l’économie, de l’écologie et des relations internationales.

Venons-en aux faits. Cela faisait un moment que l’Iddri et madame Tubiana, ce qui est bien leur droit, préparaient le terrain pour un machin de plus. Un machin sur la biodiversité. Un truc international, sur le modèle plus ou moins fidèle du Giec, ce groupe d’experts sur le climat qui a reçu le Prix Nobel de la paix. C’est vrai, quoi, il n’y a pas que le climat, tout de même. Et les éléphants, et les baleines, et les forêts tropicales ? Pour être complet, l’idée a été exprimée la première fois au cours de la farce grandiose organisée par Jacques Chirac à l’Unesco, en janvier 2005. Je vous en rappelle l’immortel intitulé : « Biodiversité, science et gouvernance ».

Donc, un lobbying intense autant que durable. Parallèlement, un Borloo et une Kosciusko-Morizet, ministre et secrétaire d’État chargés de l’écologie et du développement durables. Mal en point depuis qu’il apparaît cette évidence que le Grenelle de l’environnement fut une mise en scène dépourvue du moindre acte, ce qui est toujours fâcheux au théâtre.

Des lobbyistes, des ministres en mal de reconnaissance, une idée qui ne mange pas de pain : l’étincelle ne pouvait être très loin. Le résultat des courses s’appelle IMoSEB. Je vous jure que je n’invente pas : l’IMoSEB est né, alleluia ! Il s’agit de l’acronyme anglais de Mécanisme mondial d’expertise scientifique sur la biodiversité. Je ne galèje pas davantage. Tel est notre petit nouveau.

Je ne doute pas qu’il grossira, car toutes les occasions sont bonnes de réunir son monde et de voyager pour la bonne cause. Madame Valérie Pécresse, ministre de la Recherche, a en tout cas confié à madame Tubiana une mission décisive de « pilotage et de coordination ». On verra ce qu’on verra. Dès 2009, l’IMoSEB devra être « opérationnel ». Pour cela, madame Tubiana aura pour tâche, comme l’indique sa fort sérieuse lettre de mission, « d’organiser la contribution de la recherche française au projet d’expertise » et de préparer « les négociations au plus haut niveau avec les gouvernements, les partenaires institutionnels et les ONG ».

Où est le problème ? Je vous le demande. Et j’y réponds dans la foulée. Au moment même où était annoncée cette (petite mais réelle) loufoquerie, on apprenait le résultat d’une étude du Muséum sur l’état des espèces protégées en France. 200 espèces animales et 100 espèces végétales, légalement protégées je le rappelle, ont été étudiées, ainsi que 132 espaces naturels.

Le résultat est simplement fou. 36 % de ces espaces sont dans le rouge, statut dit « défavorable mauvais ». Les espèces qui y vivent voient leur avenir compromis. 29 % sont dans l’orange, statut « défavorable inadéquat », inquiétant mais réversible. Le comble de tout est que le loup est l’un des seuls animaux à sortir son épingle du jeu. Le loup, qui vient de revenir seul chez nous, sans demander son avis à aucune commission !

Je résume et synthéthise : l’état réel de la biodiversité ordinaire d’un pays comme le nôtre est lamentable. Et parmi les causes les plus évidentes, il faut citer, sans surprise, l’agriculture intensive et les projets industriels. Voilà pourquoi il était si urgent de confier une mission à madame Tubiana.

Et en effet ! Le 19 octobre dernier, l’Iddri qu’elle dirige invitait à Paris, pour une conférence, Blairo Borges Maggi, gouverneur de l’Etat du Mato Grosso (Brésil). Titre de la conférence : « Production agricole, commerce et environnement, le cas de l’État du Mato Grosso ». Maggi, directeur du Groupe Amaggi, est considéré comme le roi du soja. Son empereur même. C’est dans son État que sont en train de mourir, encerclés par le soja transgénique, les Enawene Nawe, un minuscule peuple indien de la forêt défunte. Maggi est aussi et fatalement l’un des défenseurs les plus acharnés de la route BR-163, longue de près de 1700 km, qui permet l’acheminement du soja jusqu’à Santarém, un port du fleuve Amazone, via la forêt tropicale. Faut-il être plus explicite encore ? Je doute.

Bien sûr, l’Iddri de madame Tubiana a le droit d’inviter qui elle veut, même des coupables de crimes écologiques. Bien sûr. De même que l’Idri a bien le droit de compter dans son conseil d’administration le cimentier Lafarge, Véolia Environnement, et même Coca-Cola, Arcelor-Mittal, EDF, Rhodia, Dupont de Nemours, Solvay, Renault, Sanofi-Aventis, etc, etc.

Mais oui, je vous le dis : madame Tubiana a tous les droits. Dont celui de faire croire qu’elle luttera efficacement pour la biodiversité sans jamais toucher à l’industrie – qui finance gentiment ses activités – ou à l’agriculture industrielle. Quant à moi, je me réserve le droit des bras d’honneur, et du rire dévastateur, en attendant mieux. L’écologie officielle, celle des salons dorés et des conférences endimanchées, je vous la laisse volontiers, madame.

PS : dans la série Rions un peu sait-on jamais, je vous signale ce compte-rendu (involontairement) hilarant d’une réunion au cours de laquelle madame Tubiana estime que « la biodiversité est un concept difficile à saisir » (www.lapeniche.net).

59 réflexions au sujet de « Cette si belle conférence sur le climat »

  1. Tu attaques peu ou prou ton 6ème mois d’hosto, on comprend que tu sois à saturation, je sais que toute notre petite communauté de rédacteurs / lecteurs de Planète sans visa serre les dents et pense à toi en attendant que tu jettes tes béquilles au feu…
    Concernant ton article de 2008, on dirait que tu l’as écrit hier, c’est stupéfiant..
    Pour le reste, on sait tous que cette conférence c’est du vent, et on voit disparaître les loups sous les coups de fusil, les terres agricoles sous le béton armé, l’herbe sous le plastique et les abeilles sous monsanto….(sans majuscule, faut pas déconner)
    Quelquefois, le soleil ne suffit plus à mettre de bonne humeur…
    Repose toi, reste entouré des tiens, et ça va finir par le faire !
    f.c.

  2. Bonsoir Fabrice,
    ce soir, trop fatigué pour même continuer à penser, je veux juste te dire que je te serre dans mes bras et te souhaite une nuit paisible et réparatrice.
    Bien fraternellement à toi.

  3. Bonjour Fabrice,

    ça fait toujours du bien de se moquer un peu de ceux qui se croient puissants, tout en nous rappelant qui ils sont réellement…

    Tiens bon, on est des milliers à penser à toi, et on a besoin de toi!

  4. On est avec toi!Courage.Et merci d’être là.

    Enfouir 100.000 m3 de déchets nucléaires

    les plus dangereux à BURE (Meuse/Haute-Marne) ?

    Ce projet insensé, environ 300 km de galeries souterraines bourrées d’un cocktail radioactif explosif, a été imposé malgré l’opposition de milliers de personnes. Il pourrait être définitivement mis en oeuvre en 2017. A ce jour il n’y a pas encore le moindre déchet radioactif à BURE, juste un puits “de recherche” à – 500m, rien n’est joué !

    Une journée en deux temps : venez le matin,

    l’après-midi ou la journée complète, au choix !

    Le matin : 4 parcours pédestres/VTT etc. dans la belle campagne -à préserver- sont possibles au départ de Saint-Joire (8h30 – 17 km), Bonnet (9h30 – 13 km), Ribeaucourt (10h – 8km), Bure (10h30 – 5 km).

    A partir de 12h : rendez-vous/PIQUE-NIQUE devant le “labo” de BURE. Repas tiré du sac. Buvette et restauration d’appoint.

    Stands d’information indépendante + ateliers d’animations (photo, courriers, arts plastiques ) + chorales révolutionnaires + musique…

    à 15h : chaîne humaine que nous espérons la plus longue et solidaire possible.

    A deux ans de la demande d’autorisation de construction, il est urgent d’envoyer un message fort aux pouvoirs publics. Cigéo, projet à très hauts risques environnementaux et économiques reste la lubie d’une poignée de décideurs et condamnerait non seulement tout un territoire, mais aussi notre avenir collectif, pour au moins… 100.000 ans.

    Toutes les infos sur : 100000pasabure.over-blog.com

    Contact : 06 81 71 54 52 – 06 82 40 63 70 – 100000pas@riseup.fr

    Organisé par Les Habitants vigilants de Gondrecourt le Château

    + EODRA (collectif des élus opposés) + CEDRA 52 + BURESTOP 55 + Bure Zone Libre

  5. Mon Fabrice, je t’envoie toute mon affection, puisse-t-elle te réchauffer un peu le coeur, je pense à toi très fort.
    Je t’embrasse.
    Brigitte

  6. Bonjour et merci,

    Ah la la! Fabrice, de tout coeur avec toi.

    Si tu cessais un peu de penser a nous, (en voulant nous informer), et ne plus penser qu’a toi, ton bien être?

    Le texte avec le poisson rouge n’est pas anodin. Il s’y cache peut être une profonde pensée qui est celle d’avoir la forte envie de décrocher de la toile.

    Qui sait, a part celui qui a bien su lire entre les lignes!

    Cela permettra a ton blog de prendre du recul, t’accorder tout l’Amour de tes proches, pour « renaître » plus fort.

    Notre Martine pourra, encore plus, embrasser et protéger les arbres.

    Notre P.P., occuper ses élèves a semer les bonnes graines pour leur futur.

    Notre Frédéric, prendre soin de son potager et ne pas accentuer son mal être face aux ondes nocives.

    Notre Laurent, terminer enfin, l’élaboration de ses toilettes sèches. Et me ramener un sari. 🙂

    Notre Anne, de mettre des bâtons dans les roues a ceuxcelles qui veulent du mal aux quatre pattes.

    Nos toustes, qui font que le meilleur vient du coeur, qu’ilselles s’y adonnent sans relâche, afin de rendre plus beau, plus jute, plus sain, ce monde d’imposture et de manipulation.

    Mon Dieu! Et surtout ne croyez pas a l’expression: loin des yeux, loin du coeur. C’est un mensonge de plus! C’est du pipeau! Si si! Promis.

    Bien a vous toustes, énormes poutoux,

    PS. Les anges disent. Nous sommes la. Et ils le seront, quoi qu’il advienne.

  7. bonjour Fabrice

    tes nouvelles ne sont pas très souriantes.
    Ce n’est pas étonnant vu tout ce que tu as déjà enduré. J’espère de tout coeur que la tendance moral va remonter avec la chaleur qui arrive 🙂
    On pense à toi.

    A mon humble avis, ne regarde pas trop les ségogo-pitreries autour de cette conférence. Ca ne peut que t’attrister. A mon moins que tu ne penses écrire « qui a tué l’écologie ? 2 le grenelle revient et il est pas content du tout » 😉

    Allez, un p’tit Harmonium de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal !
    Harmonium – Aujourd’hui, je dis bonjour à la vie
    https://www.youtube.com/watch?v=eW8zrPDXoRs

  8. c’est long et tu dois en avoir ras le bol . Je fais partir de ces nombreux lecteurs qui viennent régulièrement sur ce site prendre de tes nouvelles . En ce moment c’est marée basse semble t il mais tiens bon .
    Je t’embrasse
    Annie D.

  9. Cher Fabrice, je me joint a Bakoko, Jaygee, Laurent, Porcinette et les autres, pour te remercier de penser a nous, de continuer a faire vivre ce blog malgre tout, et c’est vrai que ce texte de 2008 pourrait avoir ete ecrit aujourd’hui… malheureusement!

    Oui Porcinette, les toilettes seches, je n’ai pas encore commence, toujours en train de courir apres l’urgence… (y compris une eco-san chez un client)… Par contre le sari il faudra venir le chercher ici… car je ne vais plus guere en France 😉

    Une info pour ceux qui habitent a Paris (parcequ’eviter de raser un ensemble de batiments qui fonctionne, et qui en plus ne manque pas d’elegance ni d’esprit, c’est aussi de l’ecologie)!

    ——————————————-
    Une rencontre-débat publique aura lieu à Paris sur la sauvegarde du campus de Candilis au Mirail, vendredi 5 juin à 15h30, à l’Institut National d’Histoire de l’Art, 2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Perrot (2ème étage), dans le cadre d’une journée d’études sur les cas patrimoniaux en région.

    Le vice-président de l’université chargé du chantier, ainsi que les architectes ont accepté de venir débattre, pour la première fois en public.

    Venez nombreux nous soutenir et faire entendre votre point de vue !

    Julien Roumette
    —————————–

  10. Fabrice, et vous tous, je crois que c’est bon pour le moral et plein de générosité.
    Je vais le lire, j’ai entendu sa présentation à la radio, ça m’a plu et ému. J’ai eu envie de me dire qu’il fallait nous aussi continuer à inventer la suite de tout ça : de cette humanité qui bouffe le monde qui la porte. Sans nostalgie mais avec de belles valeurs.
    Alors… je vais essayer de trouver ce bouquin. On en reparlera sûrement.
    Bonne lecture à tous 😉
    http://editions-metailie.com/livre/louzbek-muet/

  11. C´est vrai Fabrice, comme l´écrit Bakoko, cela fait bientôt une demie année que vous êtes à l´hôpital, dans ce monde confiné fait de souffrances et d´angoisse. Un monde dans lequel on perd plus ou moins tout ce qui nous ancre dans la vie, privé d´une partie de notre identité, de l´intimité de notre environnement quotidien. C´est dur, Fabrice, c´est très dur quand il faut gérer tout cela, quand on se retrouve telle une frêle coquille de noix à tourbillonner dans le maelstrom, tourmenté par les blessures du corps et de l´esprit. Tout fait mal, la chair et les pensées.
    Pensez à ce que vous dit Porcinette, je l´ai aussi déjà évoqué, même si je ne me permettrais pas de vous donner le moindre conseil. Vous savez mieux que nous tous ce qui peut vous faire un peu de bien.
    C´est piètre consolation face à ce que vous traversez, mais je vous prend encore et toujours bien fort dans les bras.

    Je suis tombée par hasard sur un auteur qui parait très intéressant, mais je pense que beaucoup d´entre vous le connaissent, à commencer par vous, Fabrice. Il s´agit de Clive Ponting, qui a écrit « A green History of the World » ainsi que « Le viol de la Terre ».
    Son approche du saccage de la planète, du changement climatique, de la destruction des forêts tropicales et, de manière plus vaste encore, de l´histoire humaine me semble passionnante. Mais je ne suis qu´au début de la lecture du premier des deux ouvrages cités.

  12. Je t’embrasse avec toute mon affection . Nous pensons fort à toi , moi , ma famille et ceux de l’école .
    Je n’ai pas réussi à aller visiter le lien « péniche », ça m’aurai fait rire un peu, ou pas .

  13. Merci,

    Envoyez a Fabrice de belles nouvelles.

    http://www.romandie.com/news/Lacher-de-gypaetes-barbus-a-Obwald-dimanche/597433.rom

    http://www.romandie.com/news/Plus-de-647000-arbres-plantes-en-un-jour-en-Equateur_RP/594148.rom

    http://www.terrevivante.org/245-engrais-verts-plantes-miracle.htm

    https://www.youtube.com/watch?v=VzVZNrpvQAs

    ——-

    Martine,

    Porcinette ne donne pas de conseils, ce sont des jedicequejepense. Avec ce qu’il y a entre les deux seins. Cela ne peut qu’être sain entre deux saints.

    Et si Fabrice continue a être triste a l’hôpital, Porcinette ira prendre des cours accélérés de kiné, voler une voiture, le kidnapper et le ramener dans son vallon tant aimé.

    Laurent,

    Bravo! Porcinette qui a déja grand mal a descendre dans la vallée! C’est trop dommage, elle qui rêvait d’un sari tout rose!

    🙂

    Bises les amis, merci au Ciel qui a fait que tout ces partages soient sincères, que Dieu vous garde.

    Fabrice, moi aussi je te serre fort sur mon coeur. Je ne peut pas tout te dire, mais je sais que tu te remettras de toutes ces souffrances, et que tu apprendras a vivre avec. La vie continue, changée, mais elle continue. Seuls ceuxcelles qui sont passés si proche du « pire » peuvent comprendre.

    Je t’embrasse très très très fort,

  14. Bonsoir Fabrice,

    Ce que je vais te dire semble peut-être naïf ou impossible à faire, mais je suis sûr que la meilleure solution contre toutes ces vilénies, ces horreurs commises par la caste de salauds que sont les dirigeants politiques et économiques est de continuer à agir, à parler, à écrire pour convaincre les uns et les autres et créer un rapport de forces puissant.
    En attendant, je suis convaincu pour ton bien et celui des hommes et des femmes qui t’estiment, il faut que tu te préserves et te protèges. Il faut beaucoup d’énergie pour combattre la brutalité et la violence de cette société décadente, énergie dont tu as besoin pour te reconstituer. Ne disperse pas tes forces, tu n’es pas seul.
    Amicalement.

  15. Hier, en lisant mon journal syndical, j’ai appris l’existence d’un politicien hawaïen qui se préoccupe de la santé du peuple qu’il représente. Il s’appelle Gary Hooser. Il a momentanément quitté son île pour venir demander aux actionnaires de Syngenta que l’entreprise arrête d’épandre de l’atrazine et du paraquat là-bas, alors que ces pesticides sont interdits ici.

    Voici les vidéos :
    https://www.youtube.com/watch?v=cdZxGDl87Zw&feature=youtu.be
    https://www.youtube.com/watch?v=ueSdW2TA77o

  16. Cher Fabrice,
    Le moral n’est pas au plus haut, mais sache que beaucoup pense à toi et t’encourage dans ton combat contre la douleur.
    Continue à nous envoyer tes posts; ils nous motivent aussi face à ce monde en décomposition.
    De tout coeur avec toi.

  17. J’oubliai…
    Je crois que tu lis l’anglais, alors voici une bonne nouvelle en provenance des US. 🙂
    Mercredi, le président Obama a signé le Freedom Act qui interdit la collecte de masse des données personnelles. Bon, elle n’est pas parfaite mais c’est un pas en avant que nos chers sénateurs devraient prendre en compte lors de l’examen prochain de la liberticide Loi Renseignement.
    https://www.accessnow.org/blog/2015/06/04/u.s.-passes-first-significant-surveillance-reform-in-a-generation
    Bonne lecture

  18. Laurence Tubiana en direct ce matin sur France Culture.
    A réécouter là ou regarder la vidéo :
    http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-24-heures-quel-temps-fait-il-les-enjeux-de-la-conference-paris-climat-2015-2015-

    Madame voudrait ménager la chèvre et le chou .
    A 12 minutes, elle dit ce qu’elle veut obtenir pour la Cop : qu’est-ce qu’on veut pour 2030 et gnagnagna… ?
    Elle sait déjà ce qu’elle ne va pas obtenir, elle est pleine de certitudes, franchement énervante.
    Le pire c’est qu’elle forme des étudiants qui se retrouvent ensuite dans les délégations de négociation….
    Bonne journée à tous.

  19. Hello Fabrice,

    Je peux te laisser désespérer, après tout plus rien ne nous sauvera maintenant, c’est déjà trop tard… en attendant de voir le grand fracas dans lequel on va en prendre plein la tronche, on peut se réjouir de l’incohérence et de ce grand n’importe quoi des grandiloquents, de ces décideurs qui ne maîtrisent plus rien à part les flagorneries en tout genre et des gros capitaux qui ne sauveront plus rien.
    Oui, par exemple, cette saloperie de biodiversité qu’il faut anéantir, car ça fait mal aux surfeurs par exemple, il paraît (chacun ses loups, ses prédateurs) : http://reporterre.org/Le-projet-fou-de-Vinci-et-Bouygues-qui-va-ruiner-l-ile-de-La-Reunion

    Courage, fuyons !
    Moi, je commence à me préparer au choc.

  20. Monsieur Fabrice Nicolino, je suis très contente de vous rencontrer à travers vos écrits, depuis des lustres. Je ne sais pas quoi vous dire d’autre que » tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » en ce monde. Vous faîtes partie du (et de mon) monde. Merci pour tout ça. Et vous n’êtes pas seul, je suis de tout mon coeur et de toute mon âme avec vous. Que pourrai je faire pour vous adoucir la vie? Dites moi, et on en cause, dans le poste s’il le faut.

  21. Salut,
    Parmi les bonnes nouvelles, hier on a planté des pieds de tomate, des poivrons, concombres, melons, courgettes, bettes. Ce matin on va au marché bio pour tenter de dénicher d’autres plants.
    La nature autour de nous est pleine de forces. Le figuier super feuillu nous sert de parasol géant et abonde de toutes petites figues. Ça va être une année prolifique en confitures, c’est cool.

  22. @Croaar, je comprends ton désespoir, mais je n’y souscris pas. Nous n’avons pas le droit de baisser les bras. Il y a beaucoup à faire avant ! Plutôt que d’attendre le grand chaos, il y a beaucoup d’autres choses à construire. Ne pas confondre lucidité et renoncement.
    Mais… libre à toi bien sur de choisir le renoncement et la passivité.

  23. Une petite chanson de Neil Young pour se mettre en forme ?

    J’aimais déjà avec « Harvest » alors s’il chante à Monsanto de cesser de casser les prunes aux agriculteurs …

    https://www.youtube.com/watch?v=UC2DpGaykaI

    Les paroles de « A Rock Star Bucks A Coffee Shop »

    If you don’t like a rock star bucks a coffee shop
    Well you better change your station cause that ain’t all that we got
    Yeah, I want a cup of coffee but I don’t want a GMO
    I like to start my day off without helping Monsanto
    Monsanto, let our farmers grow
    What they wanna grow
    From the fields of Nebraska to the banks of the Ohio
    Farmers won’t be free to grow what they wanna grow
    If corporate control takes over the American farm
    With fascist politicians and chemical giants walking arm in arm
    Monsanto, let our farmers grow
    What they wanna grow
    When the people of Vermont voted to label our food with GMOs
    So they could find out what was in what the farmer grows
    Monsanto and Starbucks grew the grocery manufacturer mice [?]
    It sued the state of Vermont to overturn the people’s will
    Monsanto — and Starbucks — others want to know
    What they feed their children Monsanto, let our farmers grow
    What they wanna grow

  24. URGENCE : AIDEZ NOUS A DEFENDRE L’OURS DES PYRENEES…

    http://fr.ulule.com/paroledours-2015/

    Merci de diffuser partout où vous le pouvez. Le programme « Parole d’ours » est un élément incontournable pour l’acceptation de l’ours dans nos montagnes.
    Le document à diffuser est le support que les gens garderont entre leurs mains pour agir une fois que nous les aurons sensibilisé oralement.
    C’est un document qui synthétise la situation en disant les choses sans détour et en proposant à chacun de se mobiliser.
    En résumé, l’ours n’est pas loin d’être sauvé en France (excellente reproduction -inespéré !- : de 5 en 1995 à plus de 30 aujourd’hui donc 50 possibles dans quelques petites années !) mais il ne sera pas réellement sauvé sans nouveaux lâchers car le point faible est la consanguinité (pas assez d’individus au départ pour une variabilité génétique suffisante à moyen terme). Cf rapport du MNHN de septembre 2013 et magnifique article de Fabrice à ce sujet :

    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1694

  25. Bonjour cher Fabrice. Sachez que je me connecte à votre blog très fréquemment, comme une concrétisation de mes pensées qui vous accompagnent. Je ne vous écris pas souvent, j’ai un peu peur d’être maladroit. Un de mes aïeux disaient souvent, en boutade, ou pas: « Que faire pour bien faire? »
    Salutations,
    Jérôme

  26. Bon courage pour ton rétablissement, que ça soit physique et psychique…
    J’ai de grands espoirs en cette conférence.
    Je t’envoie plein de pensées de soutien.

  27. Je me prends la tête avec les mêmes questions Jérôme. Et de temps en temps j’envoie un petit mot, bancal et maladroit pour montrer que je suis là, que nous sommes là, qu’on oublie pas.

    Heureusement il y a Jim Brandenburg et ses belles respirations. Pour ceux qui ne connaissent pas le travail de ce grand bonhomme, c’est ici :

    http://nature365.tv/

  28. Cher Fabrice,

    Vous n’allez pas bien dans votre corps, mais extrêmement bien dans votre tête. Vos articles dans Charlie ou sur ce blog le montrent. Cela n’exclut pas des phases de blues bien légitimes après toutes ces épreuves. Sans compter que les bonnes nouvelles écologiques qui pourraient donner un peu de joie sont bien rares. Difficile de faire quelque chose pour vous, la reprise de vos moyens est forcément une question de temps. Et le temps en souffrance passe si lentement !
    Mais vous allez passer ce cap.
    Merci encore et prenez du temps pour vous.

  29. hier Fabrice; j’ai entendu à une terrasse de café ces mots échappés de conversation d’une table voisine, et j’ai pensé à vous
    ça disait:
     » … mon corps et moi … »

    immédiatement mon corps et moi se sont contractés, dans le souvenir de ces temps où contraints à l’hôpital, mon corps et moi, on éprouvait quelque chose comme ça …
    ce clivage
    la douleur dans le corps qui terrasse
    et empêche toute pensée
    et moi qui disparaît se délite, inaccessible, inmobilisable
    juste le corps le corps le corps, totalitaire
    prenant le dessus

    Fabrice, les mots ne sont d’aucun secours dans ces éternités-là,mais je les pose quand même à côté de votre oreille:
    un jour, un jour, la douleur relâche sa proie et « mon corps et moi » s’accordent à nouveau…
    ce temps viendra …

    Tenir
    Tenir

    bien à vous
    FranBoise

  30. Bonsoir Fabrice ! Depuis le congrès des JNE en Normandie un petit mot pour toi. Ta présence nous manque et nous pensons bien à toi.
    De tout coeur avec toi.
    Eric

  31. Tenez bon Fabrice !! Il est vrai que les écrans d’ordinateur fatiguent l’organisme, de façon insidieuse et persistante. Il faudrait peut-être faire une pause. Enfin bon, on dit ça et c’est plus fort que soi : on y revient, surtout quand il y a plein de choses intéressantes à lire!

    En complément de l’article posté par Croaaaar (http://reporterre.org/Le-projet-fou-de-Vinci-et-Bouygues-qui-va-ruiner-l-ile-de-La-Reunion), ces deux articles de Planète sans visa :

    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1444

    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1458

  32. Benedicte merci pour les paroles de neil Young ! je ne sais pas si grand monde le connait encore ici en France même chez les amis..militants
    Fabrice: PATIENCE patience; plus j’avance plus je mesure concrètement à quel point cette vertu est essentielle…
    la fleur au fusil…

  33. Courage Fabrice; je sais c’est facile à dire .. je viens de lire un papier atterrant dans l’Obs sur la ferme des 1000 vaches; aucun respect des animaux et des hommes; ce qui confirme pour ceux qui l’ont oublié que nous n’avons qu’un coeur, le même pour les humains et les animaux .
    Quand je vois le ministre de l’agriculture jouer les vierges effarouchées quand Aymeric Caron l’accuse de n’avoir aucune compassion pour les animaux et aucun intérêt pour leur bien être (pas plus d’ailleurs que pour l’environnement) et ce défilé de politiques au salon de l’Agriculture, s’ébahissant b^tement devant les poussins, ignorants qu’ils sont des centaines de milliers ,des millions plutôt, balancés vivants dans la broyeuse, se moquant des porcelets castrés à vif et d’autres joyeusetés qui devraient rendre toute personne normalement constituée végétarienne jusqu’à la fin de ses jours., je me dis qu’on est mal barré.
    Donc Fabrice courage ,nous sommes nombreux ,ici et ailleurs ,à avoir besoin de vous .

  34. Oui Catherine, nous sommes de plus en plus nombreux. Il y a maintenant plus de végétariens que de chasseurs en France, faisons lire Bidoche à encore plus de monde!!!

  35. Bonsoir Fabrice,
    Les beaux jours arrivent et les mauvais jours finiront. On pense fort à vous chez les Bretons.

  36. On n’est pas sérieux quand on a 17 ans … » : on est amoureux fou…de la vie !
    Cher Fabrice, je ‘invite et je vous invite tous à découvrir les très beaux clichés d’Etienne Francey lauréat de la 49e édition du prestigieux concours « Wildlife Photographer of the Year » organisée par le Musée d’histoire naturelle de Londres et la BBC Worldwide dans la catégorie 15-17 ans . Son travail est déjà tout autant remarquable que réjouissant , si vous aimez les champs, les forêts, les vallons et ceux qui les peuplent :

    http://etiennefrancey.ch/home.asp

    Lorsque je vois ou j’entends ce type de témoignages , je ne peux m’empêcher de croire que toute cette génération d’hommes en construction trouvera les clés pour vivre en harmonie avec ce monde que nous n’avons pas su percevoir aussi bien qu’eux .

    @ Marie 🙂

  37. Il faudrait avoir de la compassion pour les bêtes, pour le bétail, quand la MODERNITE veut que les humains soient traités comme les mille vaches de la ferme industrielle????
    Je reviens des urgences d’un hôpital flambant neuf, où j’ai passé l’après-midi auprès de mon enfant, rien de grave.
    L’accueil ? Deux portes battantes sur un couloir étroit où deux lits ont du mal à se croiser. Des locaux déjà trop exigus,pas assez de places dans les box, donc des gens en souffrance pendant de longues heures ,alignés dans ce même couloir, et du personnel médical à fond, mais dépassé par l’affluence…
    Pas de temps pour soulager un type qui souffrait le martyre , des coliques néphrétiques, il s’est tordu pendant presque trois quarts d’heure, alors que cinq minutes après la pose de la perfusion, il dormait.La mamie de 90 ans, qui était tombée chez elle, assise trois heures dans ce couloir,stoïque,si patiente mais désirant qu’on s’occupe d’elle ,enfin….Comment voulez-vous que les gens soient sensibles à la cause animale quand on les habitue à être traités pire que des animaux d’élevage? Cela devient une norme.Le même traitement pour tout le monde !
    Un arrêt chez MacDo en plein après midi pour acheter à ma fille de quoi éviter l’hypoglycémie, et pour lui faire plaisir.
    Nous entrons dans ce monde merveilleux, là où tout jeune et moins jeune rêve d’aller pour afficher sa modernité…Des écrans sur lesquels on est obligées de commander sa pitance, la jeune employées refusant catégoriquement de prendre ma commande à l’oral,et me désignant les écrans…. moment difficile .Allons, braves gens,il est fini le temps des gentils jeunes étudiants tapant sur leurs caisses enregistreuses!
    Maintenant, le visage est fermé,non, pas de contact avec les clients,la déshumanisation est bien en marche.
    Les vaches aussi s’approchent maintenant de l’ordinateur pour qu’il leur délivre leur ration, pour nous,ce fût exactement la même chose ! Et les bruits de la cuisine nous ont rappelés le service des urgences que nous venions de quitter, les mêmes Bips, plus ou moins longs, plus ou moins aigus…Et nous acceptons quotidiennement cette maltraitance, elle s’insinue, et nos enfants ne connaîtront bientôt que ce monde.
    Les quelques minutes passées dans cet endroit de perdition-« vade rétro Satanas ! »- m’ont permis de
    parler à mon enfant, à démonter par la parole ce macdo au système fou ,ce ne fût pas que du temps perdu ….
    Ma résistance au système cet après-midi fût de parler, d’aider de mon mieux , de faire le lien entre le personnel médical et les gens en file indienne dans le couloir des urgences.Faire attention les uns aux autres, le nouveau combat.
    Bises à tous et surtout à notre Fabrice !

  38. Yves Paccalet a réagi au bobard du W-End sur cet ado entouré par des loups… :

    Yves Paccalet

    Loups, requins, renards, blaireaux, corbeaux, serres d’Auteuil : détruisons au plus vite tout ce qui est beau !

    L’humanité triomphe. Elle gagne, s’étale, prend la place. Elle élimine ce qui la dérange sur la planète, voire ce qui a la simple audace d’exister. Elle tolère quelques végétaux et animaux si c’est pour les manger ou les asservir à ses activités économiques ; pour en faire des attractions touristiques ou des jouets familiers ; pour les torturer dans une arène ou un cirque ; pour les dépouiller de leurs plumes, de leurs défenses ou de leur fourrure…

    Toute autre présence de ces « étrangers » (y compris celle des Homo sapiens immigrés) est tenue pour une agression, à laquelle nous répondons avec nos armes de destruction quotidienne. Nous éliminons. Nous traquons. Nous déterrons. Nous « effarouchons » (ah ! la belle litote, pour une balle en plein cœur !). Nous « prélevons » pour équilibrer le milieu. Nous luttons contre les « envahisseurs » que nous voyons immanquablement « pulluler » ou « grouiller », alors que nombre de ces espèces sont menacées d’extinction. Nous continuons d’inscrire quantité de « nuisibles » sur des listes écologiquement absurdes et humainement atroces, mais grâce auxquelles nous offrons à nos chasseurs et à nos cracheurs de pesticides un permis de tuer à perpétuité.

    Dans une seule journée de la semaine dernière, j’ai appris qu’en Tanzanie, les populations d’éléphants se sont effondrées de 103 000 à 43 000 sujets en cinq ans ; que le rhinocéros noir d’Afrique de l’Ouest est officiellement éteint ; que les requins continuent d’être pêchés dans toutes les mers pour leurs ailerons ou leur foie, et éliminés parce qu’ils gênent les baigneurs et les surfeurs ; que 120 000 antilopes saïgas d’Asie centrale sont mystérieusement mortes en trois semaines au Kazakhstan, certains disent de pollution chimique ou nucléaire…

    J’enregistre la litanie de ces désastres. Or, dans le même temps, de quoi les journaux (radio, télé, Internet ou papier) forment-ils leurs gros titres ? Ils mettent à la « Une » les déclarations fumeuses d’un berger de 16 ans, nommé Romain Ferrand. Celui-ci affirme avoir été « menacé » dans la forêt de la Blanche, près de Seyne-les-Alpes, par une meute de loups. Le jeune homme dit avoir observé ces prédateurs en pleine nuit, quoique sans lampe. Il a vu « luire leurs yeux jaunes », et les fauves « couraient à une vitesse phénoménale »…

    J’ai l’impression de relire les « témoignages » hallucinés de certains habitants du Gévaudan, à l’époque de la « Bête ». L’adolescent aurait compté treize de ces animaux diaboliques, qu’il aurait pourtant mis en fuite d’un simple coup de fusil tiré en l’air… Sur le site du journal La Provence, le journaliste de service transmue l’histoire en délire : « Il a échappé au pire : encerclé par la meute, Romain Ferrand a dû tirer pour s’en sortir ! » Quasiment un héros de roman d’aventures dans le Grand Nord ! Je rappelle que le précédent « cas » supposé d’attaque de loup contre un humain s’est déroulé en 2001, dans le Mercantour. Lui aussi a fait les gros titres. C’était une affabulation : l’éleveur était tombé dans un éboulis, et avait tenté de faire croire que ses blessures étaient dues aux crocs de la « bête féroce ».

    En France, en tout et pour tout, ne vivent que 300 loups. Ces animaux n’ont pas été réintroduits par un quarteron d’écolos irresponsables, mais sont venus d’eux-mêmes dans notre pays, en 1992, depuis l’Italie où ils étaient protégés, en franchissant la crête alpine qui sépare l’Argentera du Mercantour. On dénombre (chiffres ronds) plus d’un millier de ces animaux en Italie, 2 000 en Espagne et 2 500 en Roumanie. Ces « fauves » ne causent guère de souci dans ces derniers pays, où les troupeaux sont correctement gardés. En France, ils servent de prétexte à certains potentats locaux, plutôt à droite sur l’échiquier politique, pour ne rien faire en faveur des éleveurs, et attiser des passions plus efficaces que la raison pour gagner les élections.

    Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’on voie des préfets ou des maires prendre des arrêtés illégaux, où figurent des « quotas » de loups à fusiller, piéger ou empoisonner, et jusqu’au cœur du parc national des Écrins. Rien de surprenant, dans ces conditions, à ce que le nombre des « prélèvements » autorisés, pour l’ensemble du pays, fasse un bond de 24 sujets pour la campagne 2013-2014, à 36 pour la campagne 2014-2015 (projet gouvernemental). Une augmentation de 50% : mais en un an, la population de l’espèce n’a pas crû dans cette proportion…

    En France, nous tuons des loups dont l’espèce est protégée par la Convention européenne de Berne, que nous avons signée. Ce pourrait être pis ! L’obsession assassine des autorités et de leurs bras armés, les lieutenants de louvèterie (une institution fondée par Charlemagne !), se heurte au travail des associations de protection de la nature, lesquelles (pour le coup) hurlent à juste titre avec les loups, et attaquent en justice chaque texte abusif. Merci Ferus (qui m’a fait l’honneur d’être son vice-président) ! Merci l’Aspas, le WWF et les autres !

    Les humains sont partout pétris des mêmes peurs et des mêmes préjugés. Ce qui arrive aux loups n’est qu’un exemple de l’ignorance et de la violence qui caractérisent notre espèce, laquelle continue néanmoins à se prétendre la plus sage. La vérité est assez dure à formuler. Au fond, nous ne supportons pas la beauté sauvage, celle qui nous précède et (probablement) nous survivra… Nous sommes, sinon heureux, du moins recadrés et rassurés dans l’univers de l’artifice, du béton, du macadam, de la bagnole, de la malbouffe et de la pollution.

    Quelques exemples supplémentaires ?

    À la Réunion, l’hystérie ne se calme pas. Les autorités autorisent la mise à mort de nombreux requins tigres et bouledogues afin de « sécuriser » les lieux de baignade et les « spots » de surf. Sous prétexte que ces prédateurs sont attirés par les poissons des zones protégées de l’océan, certains ennemis des squales vont jusqu’à exiger qu’on détruise à la dynamite et au cyanure la splendide réserve marine de l’île, qui fut si longue et difficile à créer !

    En métropole, des chasseurs, appuyés par leurs édiles, ont récemment lancé de nouvelles battues au renard – ce « nuisible » qui attrape et mange environ 10 000 campagnols par an ; et ne « vole » à peu près aucune poule… D’autres Nemrods de sous-préfecture préfèrent massacrer le corbeau – ce « nuisible » qui incarne aussi le plus intelligent des oiseaux. Sur la côte atlantique, on élimine non seulement les « nuisibles » cormorans amateurs (comme nous) de poissons, mais les « nuisibles » ibis, que les ornithologues qualifient plutôt de rarissimes. Ailleurs, d’autres obsédés de la gâchette continuent de déterrer le blaireau – ce « nuisible » qu’ils asphyxient au fond de son trou avec ses petits, et dont ils oublient qu’il joue un rôle éminent dans l’équilibre de la forêt…

    Si j’étais plus méchant que de nature envers mon espèce, j’écrirais que l’homme n’aime que ce qui lui est « utile » selon les critères de l’économie marchande. Il tient en horreur le loup, l’ours, le requin, le dauphin, le crocodile ou l’éléphant parce qu’il ne goûte que ce qu’il a créé, perverti et sali lui-même. Raison pour laquelle il déteste également les étoiles du ciel… En formulant cela, je reste encore indulgent. La preuve ? À Paris, nos prédécesseurs avaient bâti un joyau d’architecture qu’ils avaient rempli d’orchidées, de broméliacées et d’autres fleurs du monde entier, lesquelles nous font l’offrande de la magnificence de leurs corolles et de la subtilité de leurs parfums. Ils avaient nommé cet édifice « les Serres d’Auteuil ». Or, les autorités s’apprêtent à détruire une partie de ce trésor botanique pour augmenter la superficie des terrains de tennis de Roland-Garros.

    « Tchip ! Tchop !… Tchip ! Tchop !… Trente-quarante !… Jeu, set et match !… » Vous parlez d’une esthétique et d’une poésie ! Mais il en va ainsi dans notre civilisation : quiconque détruit la nature et la beauté du monde gagne le droit de rebaptiser son œuvre « progrès ».

  39. Bonjour,

    Je ne vous connais que par vos écrits qui nous éclairent sur les tristes incompétents et arrogants qui nous gouvernent. Et vous nous donnez du courage pour aussi mettre un pied devant l’autre et résister puisque nous n’avons rien d’autre à faire. Je vous souhaite tout le courage du monde pour votre santé et votre moral. Bien des pensées ! Emma

  40. Cher Fabrice,
    attristée aujourd’hui de savoir que tu souffres encore physiquement et …inévitablement moralement. Comment les médecins te soignent-ils donc? Prends soin de ton âme. As-tu essayé la médecine ayurvédique? http://www.philips-perera-ayurveda.com/
    Pour toi aujourd’hui, je souhaite t’envoyer également cette petite video car dans ce bas monde où a toujours régné et règne encore toutes sortes de cruauté et d’injustice, il y a encore de la poésie, de l’art, des relations humaines exceptionnelles car il y a des gens d’exception, de la douceur, de la bienveillance, de l’élégance, de l’harmonie etc . De temps en temps autorisons une parenthèse pour nous ressourcer…nous serons ensuite plus forts pour lutter! J’espère que tu aimeras: https://www.youtube.com/watch?v=u5VVgQF0ba0

  41. Bonjour Mr Nicolino,

    Mon post n’est peut-être pas à la bonne place, vous voudrez bien m’enexcuser par avance. Je viens de lire votre article sur les Baka et le WWF dans le Charlie Hebdo du 17 juin 2015. Je suis par ailleur donnateur au WWF depuis plusieurs années. C’est donc avec intérêt que j’ai lu votre article. J’ai pris contact avec avec Mme Amélie Malien responsable de la collecte des dons au WWF, afin d’avoir des explications sur les situations que vous évoquez dans votre article. Cette dernière confirme bien qu’il y a eu des situations conflictuelles entre les Baka et les gardes forestiers formés par le WWF, il y a 5 ans. Par contre elle me dit que ‘linformation que vous donnez au sujet du motif de la création du WWF n’est pas fondé. J’ai donc deux questions à vous poser. La première, quelles sont vos sources pour affirmer que le WWF a été créé pour que de riches Britaniques puissent chasser la faune africaine ? La seconde, ne pensez-vous pas qu’appeler à ne pas donner à une telle association puisse nuire à la défense de l’environnement ?

    Cordialement,

  42. Jean-Marc Leconte,

    Bonjour à vous. J’ai consacré un livre – en partie – à ce sujet. Il s’agit de « Qui a tué l’écologie ? », paru en 2011. Par ailleurs, Survival est une association des plus sérieuses, et les dénégations de madame Malien ne sont pour moi que de la com’.

    Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *