Encore une page spéciale Cathos

Oui, je sais. Le texte ci-dessous, qui date de 2009, était déjà en lien dans l’article précédent. Mais, un, je n’ai pas la moindre énergie, et les événements récents – la décapitation en Isère, le massacre en Tunisie – ne peuvent que me replonger dans la folie du 7 janvier. Et deux, l’Encyclique papale me fascine, je n’hésite pas à vous le dire. J’ai reçu un texte en espagnol de l’une des ONG les plus splendides de la planète – ETC -, qui défend la diversité végétale et conteste le développement et l’usage des technologies (ici).

Ce texte m’a grandement frappé, car il montre que des écologistes engagés depuis des lustres dans le grand combat ont spontanément compris que le Pape François parlait sincèrement. Autrement dit, qu’il devenait un allié de poids. Évidemment, une partie notable de la hiérarchie catholique fera tout pour saboter le message. Aux États-Unis, les climatosceptiques cathos sont déjà vent debout, et ce pauvre Jeb Bush, frère de W, et aussi épouvantable que lui, vient de déclarer qu’il n’allait pas à la messe pour entendre parler d’économie ou de politique. Il veut devenir le prochain président américain.

En attendant, ainsi que l’écrit ETC, « El Papa Francisco critica el control de las corporaciones con las tecnologías en general y advierte repetidamente que los movimientos y la “confianza ciega” de la industria en los remiendos tecnológicos es muy peligrosa. (Párrafo 14) ». Oui, le pape critique l’industrie et tient la confiance dans les rafistolages technologiques pour un grand danger. Et c’est pourquoi je le salue bien bas.

—————————————————————————

Comment j’ai fait affaire avec un curé (les Cahiers de Saint-Lambert)

(Le texte qui suit se lit mieux après celui qui précède, mais le diable est dans les détails, et charité bien ordonnée commence par soi-même. À moins que vous ne me donniez le bon Dieu sans confession, ce que je refuserai, soyez-en tous certains.)

Un jour, j’ai rencontré Dominique Lang. C’était il n’y a pas bien longtemps, car j’étais déjà vieux. Mais j’ai été vieux très jeune. Dominique est un prêtre catholique qui doit approcher de quarante ans, à moins qu’il ne les ait eus depuis notre rencontre. Nous nous sommes vus pour des raisons professionnelles, et puis la roue a heureusement tourné. Je veux dire que nous nous sommes parlé. Il faut répéter, si nécessaire, que tout nous sépare. Presque tout.

Dominique appartient à la congrégation des Assomptionnistes et vit dans un monastère non loin de Paris, entouré d’une trentaine d’hectares de bois, Saint-Lambert. Le temps ayant fait son office entre nous, il est arrivé qu’on parvienne à l’essentiel, qui est, comme vous le savez, l’incroyable crise de la vie sur terre. Chez les catholiques, cet incessant ravage devrait, pense-t-on, soulever les cœurs. Car enfin, la Créature – l’homme – n’est pas tout. Dieu ne lui aurait-il pas, par hasard, offert en même temps les splendeurs de la nature, c’est-à-dire la Création ?

D’une manière qui me demeure incompréhensible, les cathos, qu’ils soient de droite ou de gauche, semblent dans leur immense majorité indifférents à la mort des espèces, à la disparition des espaces, à la dislocation des écosystèmes. Mais dans le même temps, et malgré tout, l’Église catholique reste en France une puissance spirituelle et temporelle d’une rare force. Qui influence de toute façon des millions de personnes chez nous, et des centaines de millions ailleurs. Malgré la désertion des églises le dimanche. Malgré les divorces. Malgré ce pape aussi théologien qu’insupportable. Malgré tout.

Dominique Lang, qui a obtenu dans une vie précédente un doctorat scientifique, s’intéresse pour de vrai à cette crise multiforme dont je vous rebats tant les yeux. Nous en avons parlé. Nous avons imaginé ensemble – qui a pensé ceci, qui a dit quoi et à quel moment, je ne m’en souviens nullement – divers projets. Plutôt de douces rêveries qui deviendront peut-être de vrais projets. Ainsi, dans nos esprits, le monastère de Saint-Lambert s’est changé en un clin d’œil en une magnifique vitrine écologique. La forêt alentour, si malmenée, est devenue en un éclair un paradis de la biodiversité revenue. Saint-Lambert s’est changé en une sorte de Communauté de Sant’Egidio de l’écologie.  Sant’Egidio, groupe catholique italien né en 1968, se veut un état d’esprit. Qui a permis de servir de médiation dans d’atroces conflits entre humains. Sant’Egidio a ainsi pu réunir des adversaires mortels pour parler du Kosovo, de l’Algérie, du Guatemala, de la Palestine. Entre autres. Inutile de préciser que, le plus souvent, cette médiation n’a pu régler le conflit.

Bref, une communauté de Sant’Egidio de l’écologie où, le temps d’une halte dans l’affrontement, des ennemis pourraient se parler. L’idée est là, à portée de mains, dans nos cerveaux. Et resurgira probablement. En attendant, nous avons décidé de créer une revue. Modeste mais fière. Petite mais ambitieuse. Les Cahiers de Saint-Lambert ont un sous-titre sans équivoque dont je ne suis pas peu satisfait : « Ensemble face à la crise écologique ». Ce n’est donc pas une énième ritournelle reprenant je ne sais quel oxymore bien connu. Comme ce soi-disant « développement durable ». Cette revue a un socle : la crise écologique. Elle a un objectif : réunir ceux qui s’ignorent encore. Et elle se donne comme moyens la pensée, le débat et l’action. La priorité sera donnée, toujours plus, aux initiatives de terrain, concrètes aussi bien qu’exigeantes.

Pour l’heure, et pour ne rien vous cacher, nous sommes essentiellement trois. Dominique Lang, qui fait office de directeur. Moi qui joue le rédacteur-en-chef. Et Olivier Duron, un ami de très longue date qui se trouve être un graphiste de grand talent. La forme – que personnellement j’adore – de cette revue, c’est lui. J’ajoute qu’il est un écologiste. Un écologiste qui pense. Cette étonnante rareté était nécessaire, essentielle même à notre aventure.

Vous êtes, ou plus sûrement vous n’êtes pas catholique, du moins pratiquant. Mais vous m’honoreriez en allant visiter le site de notre si fragile revue. On peut, entre autres, y feuilleter électroniquement (ici) le numéro 1. Car nous en sommes au numéro 2, même si personne ne le sait. Je vous prie donc sincèrement d’y aller voir et de donner votre avis, même s’il est négatif. En revanche, si le ton vous plaît, si vous y voyez un intérêt, sachez que nous sommes à la recherche de 500 abonnés très, très vite. Faute de quoi nous disparaîtrons. C’est dit. Vous pouvez aussi faire circuler cette information dans tous vos réseaux personnels ou sociaux. Et prévenir directement ceux de vos proches qui pourraient se montrer intéressés.

J’en ai fini. Planète sans visa va avoir deux ans, et reçoit de plus en plus de visiteurs. J’en suis très heureux. Ce lieu demande du travail, comme vous l’imaginez sans doute. Mais les informations y sont gratuites, ce qui est pour moi une chose importante, à laquelle je tiens. Il n’empêche que cette fois, sans l’ombre d’une hésitation, je vous demande un franc coup de main. Ne faites pas l’imbécile. Ne détournez pas le regard. C’est à vous.


45 réflexions au sujet de « Encore une page spéciale Cathos »

  1. Merci, Fabrice, de porter encore la flamme qui nous éclaire dans une pénombre savamment entretenue par ceux qui dominent le monde. Nous savons que le combat sera long et il est donc nécessaire de convaincre en partageant des idées, des exemples, des drames, comme tu le fais si bien. Il nous est impossible de renoncer, chacun de nous doit tenir sa place, comme il le peut, comme il est capable de le faire avec ses forces, son talent et ses limites.

    Prends soin de toi et garde toi des nuages sombres qui passent au-dessus de nos têtes, le soleil et la lumière ne sont pas si loin de toi, de nous.

    Amicalement.

    JMichel

  2. Bonsoir Fabrice, je me souviens avec émotion de cet article et de mon enthousiasme pour les cahiers de Saint Lambert . Nous vivons des heures sombres ,mais nous les vaincrons , tous ensemble . Prends bien soin de toi et de tes proches .

  3. J’imagine cette déclaration interrogative de Jeb Bush devenu président :
    « Le pape, combien de divisions ? »

  4. Hola ! Le lien « y feuilleter électroniquement (ici) le numéro 1 » ne fonctionne pas : « Cette page semble ne pas exister… ».

    Bon et prompt rétablissement.

    Ramen.

  5. « l’Encyclique papale me fascine, je n’hésite pas à vous le dire.  » Fabrice Nicolino, vous avez dû aussi écouter les promesses de FrHollande ?

    Les discours n’engagent que ceux qui les écoutent.

    Que le pape, cette bedaine souriante (besoin de plaire) fasse le ménage au Vatican( qui n’a d’ailleurs aucune légitimité à exister ). Après s’être donné en exemple concret, on pourra commencer à prendre en compte ses théories…

    Pierre RHABI -exemplaire- théorie ET pratique.
    Plus quelques autres, peu.

  6. Bonjour Fabrice, que l’énergie, le sourire et l’enchantement du monde soient avec toi pour tenir et garder le moral aujourd’hui encore. Carpe Diem 😉
    Je sais que ce n’est évidemment pas aussi simple que cela hélas, mais si savoir que nous sommes là et avec toi peut aider ne serait-ce que quelques secondes, c’est toujours ça à prendre peut-être. Ne t’en prives pas car nous ne sommes pas prêts à partir voir ailleurs 😉

    Très intéressant cette ONG espagnole en effet.
    Mais l’espagnol m’est difficile voire impossible (jamais appris… j’ai donné mon temps à l’anglais et à l’italien…), alors ils ont prévu des traductions en français (coin en haut à droite de leur page d’accueil) mais ils ont besoin d’aide pour cela : et oui c’est coûteux de traduire… seuls ceux qui ont des moyens énormes parviennent à tout traduire ou presque… (l’Union Européenne par exemple, avec un budget colossal pour cela ! C’est le prix à payer pour éviter la seule dominance de l’anglais « international »… parcequ’on se prive d’autres outils bien entendu…).
    Quand je parle d’Esperanto, ce n’est pas une blague : à chaque fois que j’ai eu à travailler de façon internationale (assez souvent et parfois de façon très intense et avec plusieurs dizaines de personnes en même temps…), cette langue aurait été un très précieux outil. Le reste n’est qu’histoire de moyens et c’est donc élitiste de croire que tout le monde maîtrisera l’anglais ou n’importe quelle langue complexe : l’Esperanto est simple et rapide à apprendre. Et à ceux qui prétendent que c’est une langue sans culture, je réponds que c’est la langue de ceux dont la culture est (sera) de communiquer efficacement et sans obstacle d’aucune sorte tout autour de la planète !
    L’Esperanto est trop « européo-centré » ? Le plus grand nombre de ses locuteurs se trouve… en Chine ! Démographie oblige, mais quand même !
    Le site en français :
    http://www.etcgroup.org/fr

  7. 1 question (à tous/tes),

    (pas directement liée à votre dernier article)

    sûrement bb

    (bête et bidon)

    mais tant pis

    vos réponses m’intéressent

    quelle est votre hiérarchie des problématiques environnementales (en terme de priorité/urgence)?

    (= en d’autres termes, quel est le front principal? quels sont les fronts secondaires?)

    1.Tous les voyants sont au rouge… si bien que tout est urgent et en fonction de sa sensibilité on œuvre sur telle ou telle thématique, locale / internationale / biodiversité / pollutions chimiques / ogm / artificialisation des sols / etc. ? tout est bon à prendre car tout est dans un état critique

    par ailleurs tout s’imbrique, tout est lié, impossible d’isoler totalement telle ou telle question environnementale.. il faut agir globalement

    2.le réchauffement climatique de par son ampleur et les conséquences attendues doit focaliser toute notre attention (par ailleurs quasi toutes les autres thématiques -secondaires donc- impactent plus ou moins directement le climat)

    3.les problématiques majeures (à solutionner d’urgence) sont au nombre de 3, 4, ?. Ce sont les problématiques suivantes : …

    1.? 2.. 3.? autre?

    merci d’avance pour vos réponses’

    et j’en profite pour dévier vers vous une petite brise marine -rafraîchissante et salée- pour tenter d’écarter les nuages -tristes et pesants – de l’horizon

    j’espère que vous allez bien/mieux

    🙂

  8. Vous me censurez très souvent,

    Je crains – pour vous – que vous n’ayez rien lu de l’Encyclique et que vous ne sachiez rien de ce qu’elle sous-tend. Votre point de vue est définitivement établi : comme vous avez de la chance !

    Fabrice Nicolino

  9. Bonjour luci.

    Pour moi il y a deux problèmes principaux, deux croyances solidement ancrées : que nous sommes en démocratie et que la définition actuelle de la création monétaire est incontournable (cette création monétaire qui s’appuie sur la production et la consommation de «  » »biens » » » qui font tant de mal, pollutions incluses).

  10. @ Bénédicte,

    Le lien que vous proposez (dans le fil de discussion précédent) sur « Le Christ cosmique et l’âge de l’écologie », est vraiment passionnant.
    Je ne le connaissais pas. Sa méditation de la lettre aux Colossiens prends d’autant plus de sens dans la foulée de l’Encyclique.
    Je le garde précieusement pour une relecture attentive. Merci à vous!
    http://www.nrt.be/docs/articles/1994/116-1/322-Le+Christ+cosmique+et+l%27%C3%A2ge+de+l%27%C3%A9cologie.+Une+lecture+de+Col+1%2C+15-20.pdf

    Toutes mes pensées et mon soutien sincère Fabrice. Que le souffle de cette Encyclique contribue à vous porter dans l’épreuve! Courage!
    je me permets de prier pour vous 🙂

  11. @Fabrice : encore une femelle et un ourson dans les Pyrénées ! Intéressant : dans un secteur pas encore ré-occupé et qui pourrait faire la jonction Noyau Ouest (deux mâles…), Noyau central (plus de 35 individus désormais) si on est un peu fous ! (beaucoup en fait…)
    Ca c’est pour ton moral. Imagine les bien ces boules de poils sur la neige tarte à la crème et le vert des hêtraies sapinières… Tu la sens la résine des « arbres magiques », ces sapins géants sur lesquels les ours se frottent ?

    @Luci, pour moi, l' »environnement » est un terme à jeter. Définitivement. Il consacre notre coupure d’avec le monde, comme si nous étions son nombril, avec autour, ce qui nous… « environne ».
    Avec « environnement », je jette « développement durable » et … bientôt, « biodiversité » car je pense que l’enjeu est davantage celui de la « naturalité ». Vaste débat…

    Donc ce sont deux problèmes d’écologie dont je vais parler pour répondre à ta question :

    Les deux principaux sont A EGALITE : la VIème crise d’extinction des espèces (pour de multiples raisons qui s’entremêlent tellement qu’il m’est difficile de les prioriser…) et le réchauffement climatique, en sachant que ce dernier influe sur le premier et que les raisons du premier influent aussi sur le second 😉
    C’est de l’écologie, c’est systémique…

  12. Fabrice, 🙂 « les discours n’engagent que ceux qui les écoutent », depuis la nuit des temps. LA NUIT !

    (;) Je dirais la même chose si le pape était une femme.
    Dieu nous en préserve, les mâles n’y ont pas encore pensé… A quoi pensent-ils ?)

  13. Super, l’article sur la « planete sans visa »! Juste ne pas oublier que le controle des populations est la condition d’existence de la « liberte » de l’argent, et il faut se battre sur les deux fronts. La « liberte » de mouvement de l’argent est une ignominie qui prospere grace au « parkage » des gens qui n’en n’ont pas. Sur l’argent moins « libre » mais avec plus de sens et plus de dignite, il y a un bon article sur Reporterre!

  14. Salut luci,l’écologie étant effectivement systémique il n’est pas facile de répondre à votre question en proposant une hiérarchie des « fronts ».
    Je citerais en premier lieu le climat,l’extinction des espèces,la démographie. La patrie la plus viable pour l’avenir sera à mon avis celle de la décroissance. Je ne crois pas (au vu de la situation actuelle)en la notion de développement durable, et qu’on choisisse de l’appeler autrement(développement raisonné ou prudent)ne change pas grand chose au problème.

    J’aime tout particulièrement ce texte de Maurice Maeterlinck, extrait de « La vie des abeilles »:
     » Enfin,c’est « l’esprit de la ruche » qui fixe l’heure du grand sacrifice annuel au génie de l’espèce – je veux dire l’essaimage – , où un peuple entier, arrivé au faîte de sa prospérité et de sa puissance,abandonne soudain à la génération future toutes ses richesses, ses palais,ses demeures et le fruit de ses peines, pour aller chercher au loin l’incertitude et le dénuement d’une patrie nouvelle. »

    Bien à vous toutes et tous.

  15. https://www.grain.org/fr/bulletin_board/entries/5227-le-pape-fustige-l-accaparement-des-terres

    sujet crucial : la confiscation des terres arables et de la ressource en eau occasionne bien des détresses;je n’ai à ce jour entendu aucun membre de la « classe » politique en parler.
    Quant aux financiers qui en tirent profit je suppose qu’ils souhaitent rester dans l’ombre.

    Puissiez-vous aller mieux Fabrice!
    Merci encore pour ce blog si intéressant.

  16. @ P.P, très intéressant ta réflexion sur les mots que l’on emploie pour parler du monde . J’essaye d’entretenir , d’approfondir (car ils l’ont déjà) chez les enfants un sentiment d’émerveillement pour le vivant et l’art de l’observation, la contemplation , mais également l’expression artistique . Je me souviens du titre : « La beauté sauvera le monde ». La notion de naturalité est essentielle car elle nous implique dans ce processus .Merci .
    C’est aussi pour cela que je m’intéresse aux travaux de Steiner, mais il me semble que sans pratique, je ne peux vraiment en saisir l’essentiel .

    @ Laurent Fournier , tu parles de l’article sur les monnaies alternatives ?

  17. Luci, pour moi le problème c’est l’argent, et surtout ce que l’on en fait. C’est devenu une fin et non un moyen. Les pauvres veulent plus d’argent pour vivre moins mal, les moyens (pauvres ou riches) veulent plus d’argent pour acheter encore plus de trucs et de machins inutiles mais qui font genres, et les riches et très riches en veulent plus mais je ne sais pas pourquoi, car il y a des chiffres ou je ne vois pas l’intérêt.
    Cet appétit sans fin pour du fric, entraîne les pires saloperies, tant sur le plan humain que sur le plan environnemental.
    Les développeurs de téléphones portables par exemple, me semblent « gravir les marches » du « progrès » que modèle après modèle, de façon que le client qui veut le dernier, en achète un tous les 6 mois.
    Mais en fait, ce n’est pas l’argent qui est responsable, mais bien l’être humain, c’est son (notre) comportement qui est à revoir, je suis sûr que tous ici sur le blog du Grand Fabrice, nous avons une empreinte écologique supérieur à ce que la terre peut supporter.
    Du fait que nos politiques n’ont aucune notion de ce qu’il se passe, et que le seul refrain c’est la croissance, que la grande majorité de la population n’aspire qu’ a partir en avion (le pire producteur de CO2) à l’autre bout du monde, et bien….
    Claude Levi Strauss a écrit quelque chose comme: « il me semble que le progrès sert à juguler les inconvénients qu’il engendre »
    Pour moi, c’est tout le système qu’il faut remettre en cause, et particulièrement le comportement de l’homme, qui pourrait revenir vers l’être plutôt que courir après l’avoir.
    Cher Fabrice, prends soin de toi,

  18. bonjour Fabrice,

    J’espère que tu es bien au frais sur ton lit et que la douleur te laisse maintenant un peu de répit, car ça va chauffer, dans tous les sens du terme, aujourd’hui et les jours suivants.

    Ton post. Moi, athée ou agnostique (je ne sais pas encore malgré une vie déjà bien remplie), je partage ton émerveillement sur l’encyclique du pape. Je l’ai téléchargée et, si elle est lue comme je l’ai lue, les catholiques devraient se rallier en masse à tous ceux qui défendent, depuis longtemps, notre Planète si belle, si fragile et si mal en point.

    Je rend hommage à cet homme, François, qui trouve le courage de s’élever, même sans l’appui de beaucoup de ses cardinaux, contre les forces obscures de la finance, de l’industrie et de la politique et appelle le monde des « sans dents » à relever la tête et à défendre la Nature.

    Je ne sais pas s’il sera entendu, mais rien n’interdit d’espérer une prise de conscience de l’Homme et de ses devoirs envers notre mère, la Terre.

  19. Luci,
    Naomi Klein pense que tout peut changer, Pablo Sevigne et Raphaël Stevens que tout peut s’effondrer. Dimanche, en longeant les Alpes en train, j’ai pensé que si les ours polaires subissent la fonte de la banquise, ici, de plus en plus de sommets gris, nus et pelés, nous racontent la fin des neiges que nous croyions éternelles.
    Nous ignorons jusqu’où iront les changements irrémédiables qui nous attendent. Alors, dans cette incertitude, quelles sont les priorités ? Porcinette, dans un post récent, parlait de la pyramide de Maslow. Le dernier étage de cette pyramide m’a toujours dérangé. Quoi, il faudrait avoir satisfait tous ses autres besoins avant, enfin, d’avoir le droit, privilège ultime, à une vie spirituelle ? Quelle bêtise à mon sens.
    Imaginons, dans un scénario apocalyptique, l’humanité prise dans la tourmente de la 6e extinction des espèces – eh oui, nous sommes une espèce ! – avec effondrement des ressources au menu. Adieu civilisation industrielle. Quels sont donc les points essentiels à préserver ? Pour moi, d’abord une vie spirituelle (je ne développe pas, bien trop intime). Puis, pour redevenir plus terre à terre, il faut quand même manger pour survivre (la base de la pyramide). Et sans supermarchés, on est mal. Bon, (ré)apprenons l’autonomie alimentaire. C’est tout ? C’est beaucoup !

  20. Benedicte: Oui.

    Myriam: Je suis d’accord avec votre « priorite »!

    Il me semble meme que l’on soit tres en retard sur la « priorite spirituelle ».

    En lisant les commentaires des lecteurs a une tres mediocre tribune de psychologues sur « les tueries terroristes » dans un « grand quotidien » je suis frappe par la perte de notre langage commun, par la perte de la decence, chez des gens qui par ailleurs maitrisent la langue (disons l’orthographe, la syntaxe et meme le style) mais dont l’attitude de pensee est a peu pres celle d’un membre du parti nazi il y a 80 ans.

    J’ai commence a lire « Mein Kampf » de Adolf Hitler. C’est frappant comment il raconte son enfance sans aucun recul, comme s’il etait reste fige a l’age de 13 ans. Il est assez facile de voir, ne serait-ce que par son langage ecrit, que Hitler etait un personnage tres borne, rigide, et immature.

    Mais si aujourd’hui des gens qui ecrivent de maniere apparemment beaucoup moins naive, nourissent cependant les memes idees, est-ce que ca ne rend pas notre situation beaucoup plus grave?

    Retrouver un langage commun peut se faire par la propagande de la NSA, de CNN, Fox News, et meme Liberation, etc.

    Ou bien cela peut se reconstruire, d’une maniere a la fois individuelle et collective, par un effort spirituel (effort individuel et completement libre, et resultats collectifs – combinaison d’individuel et de collectif que seule la spiritualite permet!)

  21. @ luci.
    Quelle est votre hiérarchie des problématiques environnementales (en terme de priorité/urgence)?

    Changements climatiques, Déforestation, Empoisonnement et surexploitation des sols, Disparition des espèces, utilisation des pesticides, la liste est longue. Comment hiérarchiser les priorités ? Il faut les mener de front et, avec le temps qui passe, je me dis que la réponse ne peut être que politique. L’écologie politicarde aux petits pieds m’a conduit pendant longtemps à séparer économique, social, écologique, alors que cela forme un tout. C’est là, au quotidien, comme le fait Fabrice, que la lutte commence avec des écrits, des prises de parole, de la désobéissance civile, mais aurons-nous le courage de le faire ? Ou attendrons-nous un sauveur, un homme ou une femme prophétique, recroquevillé sur notre égoïsme et notre colère ?

    Amicalement à tous.

  22. Mon rêve (fantasme) en ce moment : qu’internet, la télévision et le téléphone mobile s’arrêtent pendant une toute petite année ! Vous imaginez toutes les belles choses qui naîtraient alors ?

    Pour ce qui est d’une vie spirituelle, c’est en effet essentiel dans le sens premier du terme : c’est notre essence même d’humains qui le veut !
    Après… derrière « spirituel », on peut mettre beaucoup de choses…
    En aucun cas la vie spirituelle n’apparait qu’après d’autres besoins. L’Humaninté diverse contredit absolument cette idée !

  23. Bonsoir Fabrice (bonsoir à toutes et tous),
    vu ce soir un spectacle très fort lors de la deuxième soirée du festival d’arts de la rue « Cratère Surfaces » dans l’agglomération du grand Alès: ce soir, c’était à Brouzet-lez-Alès; demain à Vézénobres ( http://www.cratere-surfaces.com). Ce spectacle s’intitule: « Ce qui m’est dû », par la compagnie « La débordante » (pour connaître les autres dates, en savoir plus: http://www.ladebordante.com). Pour ceux qui sont dans le Gard, et même pour ceux qui sont en Ardèche, je vous le recommande vivement, chaleureusement, activement (P.P, cours-y vite!). C’est d’une essentialité qui fait un bien énorme à entendre et vivre, à voir, à partager: étonnant , détonnant mélange de confidence autobiographique-séance psychothérapeutique-harangue politique radicalement écologique-danse contemporaine et tango. Et tout ça, en plein air, devant un parterre de gens scotchés par la gravité du propos au cœur d’un spectacle qui les renvoie aussi bien face aux angoisses actuelles liées au réchauffement climatique qu’aux émotions du partage, de la danse, de l’énergie mise en commun pour sortir de l’impasse… Bon, j’arrête de chercher à résumer mes émotions… C’est à voir absolument. Un moment d’exception où l’on n’est plus face à son écran à se connecter à Planète sans visa ou Reporterre ou tout autre site ou blog concerné, impliqué, engagé, mais face à un duo de comédien(ne)/tragédien(ne)-danseu(r)se qui brouillent nos émotions, les emmêlent, nous secouent l’intérieur grâce à un texte écrit à six mains(que l’on peut acquérir à prix libre à la fin du spectacle et qui mêle des références à André Gorz, Naomi Klein, Henri Mora, Jean-Marc Jancovici, Clive Hamilton, Hervé Kempf etc…)et une mise en scène dépouillée, sans affèterie, d’une grande efficacité.
    Bref, une réussite pour la prise de conscience écologique, un guide pour dénouer les fils qui freinent l’engagement.
    Voilà. A bon entendeu(se)r…

    Et pour finir, un lien vers une pétition pour sauver les dernières forêts vierges d’Europe, dans les Carpates roumaines, dont voici le texte ci-dessous:
    https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1005/les-forets-d-europe-valent-mieux-que-du-bois-de-chauffage?mtu=97348484&t=770

    L’abattage illégal est une pratique courante des entreprises d’exploitation forestière en Roumanie. Dans les Carpates, 400.000 hectares de forêt ont été coupés sans permis depuis 1989. Le bois de Roumanie est transformé et exporté sous forme de parquet ou de pellets.

    « Une des dernières forêts vierges d’Europe est en train d’être rasée pour produire du bois de chauffage » s’insurge Alexander von Bismarck de l’Agence d’investigation environnementale (EIA).

    L’EIA alerte sur le rôle majeur joué par la société Holzindustrie Schweighofer dans la déforestation. L’entreprise autrichienne est depuis plusieurs mois au cœur d’un énorme scandale portant sur la falsification de bons de livraisons, l’octroi opaque de concessions et le versement de pots-de-vin.

    Selon M. von Bismarck, Holzindustrie Schweighofer accepte « consciemment l’achat de bois illégalement coupé ». Pour le chef de l’entreprise Gerald Schweighofer, les preuves filmées en caméra cachée par le défenseur de l’environnement (voir la vidéo) sont sans fondements car détachées de leur contexte.

    Dans la commune de Reci, la mise en service d’une nouvelle scierie dans laquelle Holzindustrie Schweighofer prétend avoir investit 150 millions d’euros a été stoppée. L’écologiste Hans Hedrich considère cette usine illégale étant donné l’absence d’autorisation environnementale. Pour l’activiste roumain, l’arrêt définitif de la scierie de Reci entrainerait la fermeture d’autres usines illégales et provoquerait en conséquence l’effondrement de tout le « système Schweighofer » : « Ce serait une première étape pour la sauvegarde des forêts. »

    Demandons au ministère de l’environnement roumain de combattre le commerce illégal du bois et de refuser la mise en service de la scierie de Reci.

    Fabrice, je t’espère en meilleure forme, le moral retrouvé, à l’abri de la canicule, bien entouré. Tu serais enthousiasmé par ce spectacle. Vivement que tu puisses le voir. Je transmets à la compagnie le lien avec ton blog, sans tarder.
    Courage. Bonne nuit ou bonjour à toi, à toutes et tous.

  24. Gdalia Roulin |

    Bonjour Fabrice,
    Bien que j’apprécie énormément ton travail et que j’aie quelques-uns de tes livres, et que nous nous soyons parlé quelques minutes à la sortie d’une conférence que tu avais faite à St-Affrique, je n’avais jamais encore été sur ton site car mes incursions sur internet sont limitées. Mais il y a quelques jours j’ai fait une recherche à ton nom avec « loi sur le renseignement » pour savoir ce que tu en disais. Et je suis tombée sur « Planète sans visa ».
    Je savais bien sûr que tu avais été blessé aux jambes, mais de découvrir que tu as subi 4 opérations et que tu es toujours hospitalisé m’a vraiment secouée. Je suis assez horrifiée que le même président qui t’a téléphoné à ton réveil puisse agir avec autant de cynisme, et qu’en se servant de l’émotion provoquée par les meurtres du 7 janvier le gouvernement fasse passer une loi destructrice des libertés, une loi d’extrême droite.
    Ce petit mot pour te dire toute ma sympathie et ma révolte devant l’hypocrisie, l’injustice, le cynisme sans nom de ceux qui occupent le pouvoir. Merci à toi vraiment pour tout ton travail et tes articles dans Charlie Hebdo, très intéressants et instructifs. Je t’envoie aussi en pièce jointe les articles que j’ai commis moi-même sur cette loi renseignement. Peut-être me diras-tu ce que tu en penses, quand tu en auras le temps, l’énergie etc. Je t’admire beaucoup de lire, tu l’as écrit, tous les messages que l’on t’envoie dans ta situation si pénible, douloureuse et dévoratrice d’énergie. Je te souhaite la progression de ta santé, si ce n’est aussi rapide que l’on désirerait, mais en tout cas continue et radicale !

    Avec tous mes souhaits chaleureux de bon rétablissement.

    Gdalia.

    PS : Je n’arrive pas à te poster les 6 articles, alors je t’envoie le premier.

    Dans le secret
    «Qu’on me donne 6 lignes écrites de la main du plus honnête homme, j’y trouverai de quoi le faire
    pendre». Richelieu.

    Les tueurs de Charlie Hebdo étaient connus et suivis des services de renseignement. Mais le
    gouvernement utilise l’émotion soulevée par ces meurtres pour faire voter en urgence une loi qui va
    tous nous muer en individus passibles d’une surveillance extrême, considérés non en citoyens libres
    et responsables mais en suspects perpétuels, épiés, fichés à vie de toute part. Les moyens techniques
    actuels pour collecter tout ce qui est «branché» sont hallucinants. Et bien sûr, un fichier reste. Il est consulté, utilisé, diffusé, piraté…
    Des responsables au sujet des droits de l’homme à l’ONU et au Conseil de l’UE s’inquiètent. La CGT Police pointe les risques de dérives. Pour la lutte antiterroriste des syndicats de policiers réclament des formations, des anthropologues et linguistes, une meilleure coordination. Le juge antiterroriste Marc Trévidic dénonce les pouvoirs exorbitants remis aux services de renseignements sans contrôle judiciaire. Le Syndicat de la Magistrature, celui des avocats, la Commission de réflexion sur le droit et les libertés de l’Assemblée Nationale entre autres, le président de la Commission Nationale des Interceptions de Contrôle de Sécurité ainsi que M. Toubon, Défenseur des Droits, la Ligue des Droits de l’Homme, Reporter Sans Frontières, Union Syndicale de la Magistrature, Amnesty International, La Quadrature Du Net et nombre d’acteurs du net protestent que cette loi n’ajoute rien à la lutte contre le terrorisme et menace les libertés publiques. Comme son nom l’indique c’est une loi sur le renseignement, qui donne tous pouvoirs aux services de renseignement et au sommet de l’État, et le secret défense pourra être opposé à toute demande d’explication. Débattue en quelques jours et votée le 5 mai par des députés qui n’ont pas pu évaluer l’impact du texte et qui ont surtout appliqué la discipline de parti (curieuse notion en démocratie), elle sera discutée au Sénat à partir du 20 mai. Alors que les USA reviennent sur le Patriot Act qui n’a fait régresser que les libertés, le Times regrette que la France confère «aux autorités les plus grands pouvoirs intrusifs jamais obtenus».
    Je n’ai rien à cacher, esquivez-vous ? Sans pudeur ? Que diriez-vous si des inconnus fouillaient votre vie intime, vos tiroirs, lisaient vos lettres, vous photographiaient et vous enregistraient quand vous vous croyez seuls chez vous ou en famille, se gaussaient en bande de vos petites manies, et plus si… ? N’est-ce pas du viol ? Les micros et caméras invisibles que les SR vont pouvoir poser dans les domiciles et véhicules, sous l’arbitraire du premier ministre et sans recours réel, n’est-ce pas étouffant ? Les juges sont absents du circuit. Leur autorisation pour ces intrusions visant jusque là des suspects sur qui pèsent des éléments à charge est supprimée, et la CNCTR ne donnera que des avis, parfois a posteriori.
    Toute la population sera soumise à cet espionnage constant, car tout ce qui est connecté sera
    capté, y compris les sources des journalistes. On nous rassure : la surveillance sera l’œuvre de
    machines et des algorithmes feront le tri. Mais en pratique, pour remplir leur fonction, il faut que
    ceux-ci examinent tous les contenus. Devons-nous faire confiance au pouvoir qui choisira seul quels
    critères retenir ? En 1940 on voit lesquels ils auraient été.
    La loi indique des objectifs sujets à interprétation.
    «Les intérêts majeurs de la politique étrangère», et dans la première version «l’exécution des engagements européens et internationaux», cela signifie-t-il qu’on ne peut que se féliciter des actes de guerre français, et qu’il nous faut trouver bels et bons les traités de l’UE, le TAFTA etc ?
    «Les intérêts économiques, industriels et scientifiques majeurs de la France», ques aco ? Nous ne pourrons plus critiquer les multinationales siégeant en France sans passer pour des ennemis publics, ni dénoncer les ventes d’armes et de centrales nucléaires ?
    « La prévention […] de la délinquance organisée». Exit les faucheurs d’OGM et autres désobéisseurs…
    «Prévention des atteintes à la forme républicaine des institutions». Devrons-nous renoncer à réfléchir à une organisation plus juste et plus démocratique de la société, nous interdire de contester aucune institution, et surtout les pouvoirs que la Vème République (aban)donne à l’exécutif ? Les partis politiques, d’opposition mais pas que, les syndicats et associations, les lanceurs d’alerte, les manifestants de tout bord et ceux qui croiseront leur route, tous ceux qui bougent ont du souci à se faire.
    Sous prétexte de nous protéger ce gouvernement détruit méthodiquement nos droits et libertés, réalisant ainsi lui-même les buts du terrorisme, installant des outils d’oppression redoutables. L’État concentre de plus en plus les pouvoirs aux mains de l’exécutif, forçant le passage des lois au Parlement et réduisant le champ d’action du pouvoir judiciaire. Il nous place sous contrôle, alors que ce devrait être au peuple de contrôler les hommes d’État et de vérifier qu’ils respectent leur mandat.
    Gdalia Roulin, mardi 19 mai 2015.

  25. A bénédicte,

    Tu découvres seulement le monde…alors tu prends les plus beaux légumes de ton amap, tu en fais ta plus belle tarte et tu vas porter le tout, accompagné d’un Lacryma Christi, à l’ami Fabrice. Moi je suis trop loin.

    😉

  26. Gdalia Roulin, un grand merci d’avoir partage votre analyse detaillee et eclairante!

    « Sous prétexte de nous protéger ce gouvernement détruit méthodiquement nos droits et libertés, réalisant ainsi lui-même les buts du terrorisme » ecrivez-vous.

    J’ajouterais, …et meme de maniere absolument litterale!

    De l’explosion des 3 gratte-ciels de New York en 2001 a la tuerie de l’hotel Tunisien, en passant par l’attaque au metro de Londres en 2005, celle massive de la gare et de l’hotel Taj de Mumbai en novembre 2008, les explosions de Boston en 2013, la tuerie de Charlie Hebdo en janvier, la destruction de l’etat Libyen en 2011 et la destruction methodique depuis 4 ans des villes Syriennes par les « rebelles moderes », pas une seule action terroriste, grande ou petite, ne porte la trace de services de renseignement de plusieurs pays associes. Pas une seule n’aurait ete possible sans des renseignements precis, detailles et tres intrusifs, impliquant ce que nos politiques va-t-en-guerre aiment appeler le « full spectrum », l’eventail complet des moyens de surveillance, et en particulier une connaissance exacte des mouvements physiques de personnes precises. Pas une seule ne s’est « conclue » sans l’arrestation et la mise a mort publique de « coupables » lies aux services de renseignement.

    Dans « Le Monde », le depute socialiste Jean-Jacques Urvoas et l’ancien premier ministre Michel Rocard jouent consciemment de cette perception croissante en affirmant que contrairement a la NSA, « nos » services de renseignement seraient ethiques, et (suggerant qu’ils seraient aussi, en quelque sorte, « patriotes »), protegeraient les Francais contre « un systeme conflictuel et mondialise »…

    Mais Urvoas et Rocard ne mentionnent aucunement comment nos services nous protegeraient contre les actions des services etrangers, et puisque tout montre au contraire qu’ils sont de plus en plus infeodes aux services etrangers et que la nouvelle loi ne fait qu’accelerer cette tendance et augmente encore plus les moyens de surveillance des mouvements et activites des Francais, la conclusion inevitable, sur la base meme de la suggestion de Rocard et Urvoas, est que cette loi accroit de maniere exponentielle notre vulnerabilite collective au terrorisme.

    Aveugles par leur sentiment de puissance nos services de renseignement nous menent droit a l’abbatoir.

    Et « Le Monde » publie cette tribune stupefiante de naivete matoise, croyant que les noms de leurs signataires, en particulier Rocard, suffiront a sa credibilite!

    Heureusement il nous reste Planete sans Visa, Reporterre et les medias alternatifs pour croire encore au journalisme!

  27. @ Stan , et tu savoures cet instant hein ? 🙂 . Je ne découvre pas je dénonce , mais j’avoue que ces derniers temps j’y retrouvais quelques lignes de bon sens ,il faut croire qu’ils ont retrouvé leur caractère »hygiénique et jetable » , chassez le naturel …

  28. @ Stan bis ! « Le Grand Esprit est notre père, mais la Terre est notre Mère. Elle nous nourrit…Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et ils vous parleront si vous écoutez !  » et quand aux vinx italiens, je préfère une bonne cuvée des abruzzes …question de choix .

  29. @ Luci

    Interrogation justifiée, à laquelle je suis sur le moment incapable de répondre puisque comme toi j’ai essayé de faire une liste mais dessus il n’y avais que des n°1.. Climatoseptique convaincu, je ne mettrais cependant pas le réchauffement en premier, mais pour le reste, le mieux serait d’organiser une soirée / débat à ce sujet, il en sortirait sans doute du productif…

  30. @ Fabrice, tu dois avoir terriblement chaud à Paris, je pense bien à toi .
    Pour reprendre ce que tu soulignes dans cet article, concernant les conservateurs catholiques, ils s’appuient sur une église davantage pauliste que christo-centrée (Laurent Fournier avait abordé les textes de Paul dans d’autres commentaires)pour justifier leur immobilisme face aux changements climatiques, aux problèmes de pollution et aux changements de société que nous connaissons ; c’est à dire que le respect du dogme, augmenté au fil des siècles et des traditions, l’emporte sur celui des valeurs de base des religions chrétiennes et ce d’autant que les craintes de changement augmentent . Les chrétiens qui veulent réellement retrouver leurs valeurs développées longuement par le pape François ont , de mon point de vue, à combattre ces nouvelles formes de « jansénisme » qui ne défendent rien d’autres que les privilèges acquis par une minorité et la peur d’avancer ensemble .

  31. 🙂

    Mes excuses, m’en vas a l’essentiel! Nul besoin du pape pour cela! Hein?

    Meilleures et plus belles pensées a toustes.

    Gros gros gros poutoux

    😉 😉

  32. aujourd’hui, une autre belle nouvelle
    malgré l’intox et le mépris, le peuple grec n’a pas cédé
    Fabrice, et nous tous qui sommes à tes côtés, ne cédons jamais au désespoir

    « La paix dans le monde n’est pas menacée par les révoltés, mais par les soumis.  »

    Georges Bernanos

  33. Le Denmat |

    Bonjour,

    Je me permet de vous écrire afin de réagir à la suite de votre article paru le 1 juillet 2015 dans Charlie Hebdo concernant la «potentielle» menace que ferait encourir Intermarché sur deux espèces de poissons.

    Quelques précisions doivent être apportées à la suite de vos affirmations qui, semblent être après analyse, erronées dans une certaine mesure.

    Vous vous appuyez dans votre article sur une publication de la Commission Européenne préparée par une palanquée de scientifique.
    Je ne remets pas en cause, à aucun moment que ce soit, la qualité du travail rendu. Toutefois ce rapport est à mettre au crédit de l’IUCN et non de la Commission qui n’a fait que la publier.
    Cette publication ne reflète pas nécessairement le vue de la Commission (cf: page2). Qui plus est cette publication n’a fait l’objet d’aucun communiqué de presse de la part de la Commission que ce soit sur son site ou via celui de la DG Mare en charge de ce domaine.
    Par ailleurs, les travaux de l’IUCN ne lient pas juridiquement la Commission Européenne qui s’appuie déjà sur les travaux du CIEM et du CSTEP.

    Pour rappel le quota (Total Average Catch ou TAC) de 2015 de grenadiers de roche (Coryphaenoides rupestreis) est de 8102 tonnes dont 3433 pour la France. Tandis que le TAC de la linge (molva molva) est de 5665 tonnes dont 3622 pour la France.

    Ces chiffres concernent les zones CIEM Vb VI et VII.

    Ces chiffres sont fixés à l’issu d’un trilogue entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen sur le fondement des dossiers d’évaluations des stocks rendus par le CIEM tous les 2 ans.

    La prochaine publication du CIEM concernant les espèces citées dans votre article sera publiée courant 2016.

    Même si l’humour est la clef de voûte de Charlie Hebdo, comparer la protection des pandas géants à celle de la linge bleue et du grenadier de roche est une très BONNE blague.

    À bon entendeur.

    Cordialement,

    Clément LD

  34. Le Denmat,

    Pour vous répondre, six choses. Un, cet article n’a pas été publié ici, et le mieux serait donc d’adresser votre commentaire à Charlie.

    Deux,j’ai dit exactement ce qui est : il s’agit d’une publication de la Commission européenne préparée par des scientifiques. Que voulez-vous donc que je rectifie ?

    Trois, la comparaison avec le panda n’est pas de mon fait. Vous croyez donc que toutes les citations d’un article doivent être attribuées au journaliste qui l’a écrit ? Ce serait désopilant.

    Quatre, je reprends à mon compte sans hésiter cette citation. Ce n’est ni une bonne ni une mauvaise blague, car ce n’est pas une blague. Cela vous embête peut-être, mais un panda qui risque l’extinction peut être comparé à un grenadier de roche menacé de mort.

    Cinq, je vois que vous vous situez, ce qui est bien votre droit. Du côté d’Intermarché et d’une pêche qui ravage les grandes profondeurs de notre océan commun. Vous m’en voyez bien triste. Pour vous.

    Six, vous parlez une novlangue que je ne maîtrise pas.

    Fabrice Nicolino

  35. Fabrice ! Mais tu marches… et tu marches bien ! C’est avec beaucoup d’émotion et de joie que j’ai pu le voir ici (à 4h05 minutes).
    https://www.youtube.com/watch?v=nkJrZGPsLhw
    Je sais que ce n’est pas facile, que c’est (bien trop) douloureux, souvent insupportable qu’il reste beaucoup à faire… mais vraiment, quel bonheur de te voir aussi bien, aussi beau, aussi digne, aussi souriant à cette AG de la LPO !
    Fabrice, pour nous qui sommes loin, c’est une vraie joie de te voir là : c’est la vie qui gagne et qui commence à effacer la violence si stupide et si barbare…
    J’ai compris que tu as (aussi) choisi l’océan pour aller mieux. Comme je te comprends.(et comme tu as raison de remettre à sa place le suppot d’intermarché qui a sévit ici !).

    Continue d’être avec nous, Fabrice et… BRAVO pour ton MACAREUX D’OR !

  36. Une belle journee: Bravo les Grecs! Vous nous donnez une belle lecon de democratie. Si on n’est pas libre dans son coeur, comment peux-t-on meme esperer l’etre materiellement?

  37. @ Fabrice, je t’ai envoyé un mail . Perso je l’ai trouvé très intéressant cet article dans Charlie Hebdo sur la surpêche à la française et l’extinction des espèces . Merci pour ces informations que nous relayons.

  38. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lingue_bleue
    j’ai mangé du grenadier et trouvé cela excellent, (comme de la lingue appelée aussi Julienne chez les poissonniers) mais je n’en mange plus depuis que j’ai pris conscience des ravages de la pêche profonde sur ces écosystèmes encore peu étudiés d’ailleurs.
    Bon rétablissement à Fabrice
    et merci à Alban s’il veille encore aux destinées de « planète sans visa »

  39. 🙂

    Mon Dieu, merci! Quel bonheur!

    Tu vas mieux, c’est tout ce qui importe pour l’instant.

    Je peux partir sereine.

    Enormes bises a toustes, petites gratouilles derrières les oreilles,

  40. @ Fabrice, Alors tu es toujours par Monts et par Vaux , quelle ténacité 🙂 ! Un grand bravo pour ton macareux d’or !

    @ P.P Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *