Quand le neuf apparaît déjà

Ce papier a été publié sur Reporterre le 7 janvier passé.

Vous savez quoi ? J’ai pris trois balles dans la peau le 7 janvier 2015, au siège de Charlie-Hebdo et je ne recommande pas l’expérience. Seulement, je ne supporte plus cette France pétrifiée, tremblante, prête à donner les clés du royaume à ses flics, à ses soldats, à ses nombreux et ténébreux services secrets, que personne ne contrôle parce que personne n’a jamais songé à contrôler.

Cette France à genoux devant la folie meurtrière donne une idée précise de ce que nous sommes devenus. Incapables de répondre sur le plan de l’imaginaire et de la civilisation, nous ne voyons l’avenir que sous la forme d’une surveillance totale, agrémentée, car nous savons vivre, de creux discours sur la démocratie et la fraternité. Attention, pas de malentendu : je pense qu’il faut nommer le totalitarisme nouveau incarné par les djihadistes. Et je suis bien convaincu qu’il faut savoir sortir des armes – des vraies, en acier trempé – quand il faut affronter des barbares.

La question n’est donc pas celle-là. La question est que nous n’avons rien à défendre qu’un monde de pacotille et de falbalas. Quoi ? Le but de la vie sur Terre ne serait donc que la possession de bagnoles – une, deux, trois si possible -, de télés, d’ordinateurs, de téléphones portables ? Il faudrait donc perdre sa vie dans un travail aliéné pour enfin profiter de vacances bien méritées ? À la mer – dans le béton et la furie des foules sur le sable – où au ski, dans ces villages Potemkine où le personnage principal est désormais la neige artificielle ?

Jamais, me semble-t-il en tout cas, le monde que j’habite par force n’aura été aussi laid. Partout résonne un hymne solennel à consommer des objets inutiles, qu’il faut envoyer de plus en plus vite à la benne. Malgré les innombrables propos publics qui clament le contraire, les frontières entre communautés, générations, classes sociales, se changent en précipices. Mais la France officielle des médias et de la politique s’en moque bien !

Ce qu’elle veut, on le sait : des mises en scène, avec roulements de tambour si possible. Ainsi nos maîtres, bombant le torse, parviennent à croire et à convaincre – un peu – qu’ils existent encore. Voyez l’exploitation faite du grand massacre du 13 novembre, à Paris. La veille encore, on misait sur les embrassades de la COP 21 où, répétaient gazettes, ministre et président, se jouait le sort du monde.

Le lendemain, des centaines et milliers d’articles vides d’information, mais dégoulinants d’émotion, repoussaient la conférence climatique dans les coulisses. Quel aveu ! Ainsi donc, un acte de guerre – terrible et terrifiant, mais circonscrit – devenait soudain dix fois plus important que la réflexion commune sur le dérèglement climatique, qui menace toutes les sociétés humaines de dislocation. Mais il est vrai que l’élection présidentielle de 2017 vaut bien cela, n’est-ce pas ?

Y a-t-il une voie ? Il existe en tout cas un chemin, même si je ne sais pas où il mène exactement. Le suivre implique selon moi une rupture radicale et définitive avec la totalité des formes politiques existantes. Ce qui comprend celles dont beaucoup de lecteurs de Reporterre se sentent proches : EELV ou le Parti de Gauche par exemple. Toutes ces représentations appartiennent à un monde qui a déjà largement disparu. Pour citer le vieux Gramsci, que je continue à respecter malgré tout ce qui nous sépare à jamais, « Crisi è quel momento in cui il vecchio muore ed il nuovo stenta a nascere ». La crise est ce moment où le vieux meurt et où le neuf tarde à apparaître .

Oui, le chemin existe certainement. Je parlais d’un peu tout ça, l’autre jour, avec Pierre Rabhi, qui est un très cher ami, et comme un frère même. Nous étions d’accord pour reconnaître que la société est en marche, sous les apparences de la torpeur. Des millions de gens ont d’ores et déjà changé pour partie leur manière de manger, de se vêtir, de voyager, de cultiver, de produire et même de mourir. L’affreux est qu’aucune force politique n’émerge qui pourrait, qui devrait donner un sens général, et désirable, à ce mouvement des profondeurs.

Cela viendra. Cela vient peut-être, tant nous sommes aveugles. En attendant, je me prépare pour une conférence de presse des Naturalistes en lutte, mes amis. Ce rassemblement bénévole a réalisé sur le territoire magique de Notre-Dame-des-Landes un inventaire prodigieux de ses richesses naturelles. Et trouvé des espèces rares que les bureaux d’étude des bétonneurs avaient, dans leur précipitation, oubliées. La loi étant la loi – je me permets de sourire, ce que vous ne voyez pas -, cette découverte devrait en théorie retarder les manœuvres conjointes de Vinci et Jean-Marc Ayrault, ci-devant maire de Nantes. D’un côté le vieux monde, qui tient encore entre ses mains le pouvoir de décision. Et de l’autre, dans les limbes certes, mais lumineuse déjà, davantage qu’une graine. Une pousse. Une pousse déjà vivace.

 

81 réflexions au sujet de « Quand le neuf apparaît déjà »

  1. Pour la première fois j’écris ici,
    Combien de fois j’ai écris, ai parlé et recommandé cet espace ouvert et sans visa… Merci très cher Fabrice pour ce nouveau message dont on peut dire qu’il est un cris et qu’il doit être audible, absolument, clairement et le plus largement possible.
    Je viens donc de te lire et d’écouter dans la foulée ton intervention lors de la conférence de presse… Les politiques actuels sont parfois de bons orateurs mais les discours sont aussi creux et tocs que la pacotille évoquée plus haut. Ce discours en revanche, le tien, le notre et dont tu portes la voix, il vient du coeur et c’est dans ce qu’il reste du monde merveilleux qu’il prend racines. Merci.
    Tu évoques la faune, la flore, les espèces, protégées ou non, et finalement tu parles d’espace, d’un espace à la fois habité de façon équitable et équilibrée, d’un espace préservé qui disparait. Un espace aujourd’hui protégé par les citoyens contestataires qui, paradoxalement, sont les gardiens du respect des lois. Tu parles donc bien d’espace public, celui qui par essence ne peut être exclusif ou privatif, notre patrimoine naturel et démocratique qui devrait faire notre humanité.
    Sans visa nous place très exactement là où la norme, l’expert, la classification réductrice et la technodébilocratie voudraient se placer au dessus des lois.
    Nous, on veut pas.
    Alors j’ai vraiment envie d’emprunter aujourd’hui ce chemin des territoires, des terroirs et des pays sans visas que tu nous invites à arpenter.
    Merci encore très cher Fabrice, et courage pour la suite… Nous marchons.
    Nico

  2. je cite l’extrait d’ouest-France sur internet tout à l’heure:

    « Ouest-France

    Le tribunal s’est prononcé ce lundi sur les expulsions de paysans et habitants de la zone de construction du futur aéroport Notre-Dame-des-Landes.
    Le juge a prononcé l’expulsion des quatre exploitations agricoles situées dans la zone de construction du futur aéroport, sans aucun délai. Les propriétaires peuvent être expulsés dès demain mardi 26 janvier. Le juge a également prononcé l’expulsion des onze familles installées dans la Zad. Il leur a accordé un sursis de deux mois.
    Le juge n’a pas prononcé d’astreinte financière. »

    Voilà.
    Tout est dit en réponse à votre papier.
    Nous avons besoin que tout le monde se lève car nous savons tou-te-s ici qu’il ne s’agit pas que de Notre Dame des Landes!!! Il s’agit de notre vie!!!
    Notre Dame des Landes c’est le refus catégorique de cette société décrite plus haut par vous Mr Nicolino!! La ZAD est autre chose qu’un ramassis d' »ultra violents » comme le bave B. Retailleau…C’est aussi le refus de cette justice qui emprisonne les ouvriers de Goodyear, le refus de la stigmatisation honteuse et révoltante des migrants parqués à Calais dans des conditions indignes et répugnantes et contre qui le président de région veut envoyer l’armée!!!!!!! Le refus d’un monde agricole soumis à la FNSEA et à son maître Beulin…
    NOUS AVONS BESOIN DE VOUS!!!!!!!!!!!!
    Partout!!!

    1. Bonjour à tous, Merci Nathalie.
      Que faire devant cet aveuglement, ce mépris… que faire de notre écœurement, notre impuissance ?
      On peut écrire une lettre (inutile d’affranchir ! c’est comme le père noël sauf qu’à ce dernier moi j’y crois) à cette adresse :
      Monsieur le Président de la République
      Palais de l’Elysée
      55 rue du Faubourg Saint-Honoré
      75008 Paris
      Que se passe-t-il s’ils reçoivent 3 millions de lettres ??
      Bon courage à tous, car nous sommes aujourd’hui de plus en plus, voire tous concernés par ces « grands projets inutiles » qui se multiplient de façon incroyable…

      1. « ces « grands projets inutiles » qui se multiplient de façon incroyable… » (Manu)
        Et si c’était plutôt la résistance à ces projets qui, les rendant soudain plus visibles et moins légitimes, donnait l’illusion de leur multiplication?

  3. Oui c’est comme ça
    A une certaine époque on disait ‘Cours Camarade, le vieux monde est derrière toi’
    Maintenant les nouvelles pousses montrent le bout de leur nez et refusent les vieux modèles productivistes.
    Chez nous dans les Pyrénées Orientales à Prades c’est 30 hectares d’excellentes terres agricoles irriguées qu’on veut bétonner pour un projet digne des années 60.

    Un Collectif s’est créé le CEBTA : Collectif Els Brulls Terres Agricoles parce que – ‘c’est bêta’ – de vouloir sacrifier les dernières meilleures terres nourricières du coin

    Vous pouvez signer la pétition
    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=CEBTA

    Vous pouvez visiter le blog
    http://www.cebta66.blogspot.fr

    et sur FarceBook vous pouvez aller y voir une page dédiée
    Cebta Els Brulls

    La Communauté de Communes du Conflent Canigou (CCCC ou 4C) 47 maires, est à fond pour ce projet et on a vraiment envie de les faire changer d’avis.
    Merci de nous y aider en signant la pétition
    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=CEBTA

  4. Merci,

    Père veilleux. 🙂

    Union sacrée « contre » sacré union. Les vieilles pousses, pourries sur pieds « contre » les jeunes pousses.

    0 achats = 0 déchets.

    1. Vraiment d’accord, notre seule force, pouvoir, c’est le boycott, c’est pour cela que personne n’ose l’employer, puisque c’est totalement illégal, l’appel au boycott, je veux dire, et pourtant…

  5. https://www.youtube.com/watch?v=4zNTX8LaV_k

    « Cette résolution est une réécriture totale de la clause des pouvoirs de guerre dans la Constitution des États-Unis, » a déclaré le sénateur Chris Murphy. « Elle est essentiellement une déclaration de loi martiale internationale, un transfert du contrôle de la puissance militaire qui va permettre au président d’envoyer des troupes américaines à peu près partout dans le monde, « Cette résolution est une réécriture totale de la clause des pouvoirs de guerre dans la Constitution des États-Unis, » a déclaré le sénateur Chris Murphy. « Elle est essentiellement une déclaration de loi martiale internationale, un transfert du contrôle de la puissance militaire qui va permettre au président d’envoyer des troupes américaines à peu près partout dans le monde, pour importe pour quelle raison, avec absolument aucune limitation. »

     » pour importe pour quelle raison, avec absolument aucune limitation. »

  6. Revoyons les choses plus objectivement, ceux qui ont changé de façon de manger, rouler, vivre, et dont nous sommes tous ici, ne sont qu’un pouillème de pourcent ; nos enfants ne nous entendent pas, et plus nombreux sont ceux qui se précipitent au macdo que ceux qui achètent dans les amap… Mais je suis d’accord sur le fait que cela va péter rapidement (?) et inéluctablement, le jour ou une seule personne possèdera toute la planète (On y arrive rapidement, et on voit bien le non sens de la chose)…

  7. ah oui, le neuf apparaît déjà, je vois les innombrables minuscules pousses sortir de partout, et ça me donne des ailes,
    émerveillée je suis par Pierre Rabhi qui démontre que la technique du colibri CA MARCHE, la preuve, tout ce qui se passe autour de lui, ce que raconte DEMAIN, que je vais voir ce soir, et la contagion qui est une énergie tellement surprenante et vivifiante,
    ce que je vois dans mon coin de loir et cher …
    de toute façon c’est la seule option qui m’intéresse, agir en colibri, et avoir confiance dans la contagion ….vive la co-création et la paix
    merci Fabrice

  8. Bonjour,
    tout d’abord ravi de vous lire ( après vous avoir « vu » sur vidéo à la défense des loups.
    Devant l’adversité et les nuages qui s’amoncellent, difficile de savoir quoi faire.
    En ce moment, je lis un livre très intéressant « une question de taille » d’Olivier Rey,
    peut être l’avez-vous lu , il pose d’intéressantes questions sur le gigantisme de nos sociétés
    qui dévore tout.
    Beaucoup de références notamment Illich…
    Bonne journée.

    1. Bonjour Jean-François et bonjour à tous.
      J’ai lu ce livre deux fois et cela m’a convaincue qu’en effet, ce n’est qu’à un niveau local qu’on peut agir.
      Et le film Demain en est une illustration claire: ce sont les sociétés de petite taille (Islande, la Réunion, les villes en transition) qui parviennent à s’occuper d’elles-mêmes sans dépendre de grands organismes centralisés.
      Notre pays n’est pas le lieu idéal pour ça, mais c’est d’en bas qu’on peut faire bouger les lignes, me semble-t-il.
      Amitiés à vous Fabrice et merci de votre travail.

  9. Bonjour Fabrice ! Bonjour tout le monde!
    Oui et …non? Certes, le changement vient tjrs d’en bas et les leaders ne font que suivre (au mieux) mais Est-ce qu’on en a besoin encore d’un contre partie politique…qui ne fasse que repeter les conneries de tous les contre parties du passe, cad prendre notre voix et la laisser se faire phagocyter par les mecanismes inherents au pouvoir centralise, vertical? je reste betement convaincu du propos de Paul Hawken dans son livre Blessed Unrest. We are the ones we’ve been waiting for. We are the planet healing itself. « Nous sommes ce systeme immunitaire, organique, en reseau, non pyramidale, ce rhizome horizontal. Nous savons identifier et encercler les pathogenes sociaux et ecologiques. ET nous navons peut- etre pas besoin cette fois idee d’une SEULE ideologie commune, du monolith, d’une armee, avec un/des male dominant a sa tete.. » soyons ecolos jusqu’au bout, organisons nous comme un ecosysteme. Voici les liens de Paul Hawken: http://www.blessedunrest.com/…. https://www.youtube.com/watch?v=iW8BytViI54 Mais je radote. 😉 excellente journee a tous

  10. Je suis à vos côtés et auprès de tous les humanistes qui défendent le vivant. Oui, vous avez raison: la France est devenue telle que vous la dépeignez. Mais nous sommes là, nous la majorité silencieuse, qui partageons vos idées et vos idéaux. Sachez que nous serons toujours à vos côtés. J’ai lu quelques uns de vos livres et ceci me rapproche davantage de vous et admirer votre courage à cohabiter avec cette douleur morale et physique de vos blessures. Je vous ai découvert à l’AG de la LPO en Juin dernier et ai commencé à dévorer vos écrits. J’étais présente aussi ce 23 Janvier à Lyon et vous ai découvert une passion pour les loups. Je ne suis pas une lectrice de Charlie mais peu importe. Nous serons toujours à vos côtés, vous, Pierre Rahbi, Gérard Charollois, Alain Bougrain Dubourg, Paul Watson et bien d’autres. Amicalement. Stéphane.

  11. Merci de nous encourager de la sorte, et aussi… « grandement » 😉 Fabrice !
    Savions-nous que nous serions tous les sage-femmes forcées de la naissance d’un monde nouveau ?
    Nous devons endosser ce rôle et l’assumer jusqu’à l’extraction de ce qui suivra !
    Ne lâchons RIEN et poursuivons notre chemin !

    Hier je suis tombé quelques instants sur le « vieux monde » et j’ajoute « pourri », en suivant les débats de notre pitoyable assemblée nationale tellement à côté de l’essentiel qui se joue partout… Vals, accompagné des grands sourires d’Ayrault, expliquait combien il était content que la justice ait rendu possible les expulsions des paysans de Notre Dame des Landes…
    Leur monde pue, il pue le mépris et la mort de partout… il n’y a plus grand chose à faire d’eux.
    Construisons ailleurs et ne nous laissons pas enfermer par ces esclaves tortionnaires que nos politiques sont devenus : nous, nous VIVONS et nous faisons ce choix pour LA VIE !
    Un truc qui me fait quand même bien marrer : quelques chercheurs commencent à donner de très solides fondements à nos actes (Descola, Latour et quelques autres !)
    Ils ont compris que l’Anthropocène ébranlait l’ensemble de notre monde et de nos « cadres » de pensée ! Réfléchir, simplement réfléchir, est actuellement le plus sûr moyen de saper le vieux monde pourri qui nous assaille !
    Et bien continuons à briser ces vieux cadres pour les ouvrir vers la nécessité d’une Nature (donc d’un Monde) avec lequel nous serions enfin « accordés », comme l’écrivait le si turbulent Terrasson, grand amateurs de vieux chênes multiséculaires en « sa » forêt de Tronçais…

  12. Je suis en train de lire « Achever Clausewitz » de René Girard, sur les conseils d’un des commentateurs de Planète Sans Visa.

    Je que je retiens de l’approche « mimétique » est la chose suivante :
    – soit on continue sans rien changer et on court directement à l’explosion du fait l’augmentation sans fin de la violence
    – soit on prend le contrepied, on change tout et on arrête de se laisser berner par le désir de posséder ce que l’autre possède déjà ou convoite.

    Je résume comme je peux. Le livre est relativement accessible et très très impressionnant.

    Bref, on n’a pas trop de choix en fait, rêvons et construisons le nouveau.

  13. Je ne crois pas que le terrorisme soit totalitaire. Cela n’a pas empêché les producteurs-consommateurs de se baffrer pendant les fêtes, les soldes, de vaquer à leurs petites occupations futiles.

    La classe dominante mondiale qui a créé et alimenté ce terrorisme s’en sert pour nous surveiller, contrôler et contraindre encore plus pour son plus grand profit.

    Ce qui est totalitaire, par contre, c’est la technologie qui elle nous enserre dans ses filets et nous dicte chacun de nos gestes et de nos paroles.

  14. — Organisé par : La famille de Rémi Fraisse–

    Rémi a été tué par les forces de l’ordre lors d’un rassemblement à Sivens le 26 octobre 2014.

    Spontanément de nombreuses personnes se mobilisent afin que la lumière soit faite sur ce drame.
    (Voir notamment le rapport de la ligue des droits de l’Homme, http://www.ldh-france.org/rapport-commission-denquete-ldh-les-conditions-conduit-mort-remi-fraisse-sivens-octobre-2014/)

    En tant que parents et sœur de Rémi, nous avons lancé une procédure judiciaire qui va être longue et qui engage de nombreux frais (avocats, demandes d’expertises, déplacements divers).

    Nous faisons aujourd’hui appel à votre soutien à travers cette collecte de dons. Ceci afin de donner ses chances à cette quête de vérité qui est la notre et qui doit permettre d’éviter que de tels drames se reproduisent.

    Tous les trois réunis nous vous en remercions chaleureusement.

    https://www.lepotcommun.fr/pot/45pl0brs

  15. Je suis un peu gêné quand vous parlez de la France car ce que vous décrivez n’est pas pour moi la France, c’est juste le comportement ignoble de nos « dirigeants » qui ont une vision limitée aux prochaines élections et qui ne sont absolument pas représentatifs des français (voir le % de support du président).
    Pour moi une grande partie des problèmes vient de ce que la France n’est plus dirigée par les français mais par des étrangers. Ces étrangers sont : la BCE (donc l’Allemagne) pour l’économie, l’OTAN (donc les USA) pour la politique étrangère, l’UE (donc les USA) pour tout le reste.
    Comme les français n’ont plus aucun pouvoir, la France se disloque à tous les niveaux, vendue par des traitres.
    Les français voudraient une autre France qu’ils ne le pourraient pas enchainés qu’ils sont par les traités de l’UE. Il s’ensuit un état schizophrène généralisé à vouloir le changement alors qu’il semble impossible.
    Il est néanmoins possible mais l’afficher ici serait mal vu donc je m’abstiendrais.
    Pour reconstruire la France il faudrait d’abord la libérer de ses chaînes.

  16. « Quand le neuf apparaît déjà »

    Pour rebondir sur ton oeuf, pardon ton neuf! 🙂

    Avant les neuf premiers nombres, le zéro initialise le Tout.

    Altruisme, dévouement. Dépassement de soi. Achèvement. Hyperémotif.

    Le nombre 9 semble être la mesure des gestations, des recherches fructueuses et il symbolise le couronnement des efforts, comme mener à terme une création. C’est la perfection de la perfection, l’ordre dans l’ordre, l’unité dans l’unité. Ce nombre est complet, car c’est le dernier des chiffres complets, il permet l’analyse des autres chiffres, c’est pourquoi il est l’achèvement, le temps complet.

    Il annonce une fin et un recommencement, une transposition sur un nouveau plan, donc l’idée de germination, de création d’autre chose, en même temps l’idée de mort, soit la fin de quelque chose, la fin d’un cycle.

    Le but est atteint, c’est la fin, l’aboutissement, la conclusion, la récompense des épreuves. C’est la plénitude des dons, les connaissances universelles et les vérités éternelles.

    Avec le neuf, L’homme peut méditer, il peut aller vers les autres pour aider, soulager, enseigner. Le 9 est celui de l’expérience, l’altruiste et l’idéaliste. C’est un temps d’achèvement, de bilan, de la récolte, bonne ou mauvaise.

    Extension pour les uns, fin pour les autres, c’est la préparation au nouveau cycle.

    🙂

  17. Je partage entièrement ton constat Fabrice
    peut-être un peu moins ton enthousiasme, on a tellement l’impression de ramer à contre- courant quelquefois
    même si effectivement quelque chose se lève, on le sent (cf l’audience du film Demain)
    et bravo de continuer à soutenir les Naturalistes en lutte que tu as contribué à créer ☺ ils font un travail essentiel

  18. Fascinant la liste, Sale Gosse. Mais plus fascinant serait de savoir qui l’a composé et dans quel but. Malgré tous les indicateurs, nous avons du mal à nous mettre dans la tête que la démocratie est réellement terminée, que nous sommes méprisés et manipulés par une force de moins en moins discrète, et que la situation est exactement la même ailleurs. L’écologie dans l’équation ? Ridicule ! Comment réveiller le monde entier au fait qu’il n’y a qu’un roi, nu et monstrueux, et réussir à l’envoyer se cacher enfin ? Le propagande et distractions des médias « mainstream » de Big Brother (Guardian et BBC entre autres) depuis quelques mois sont devenus flagrant au point de couper le souffle. Je ne supporte plus que Russia Today !

    1. C’est drole, moi aussi ca fait 4 ans que je lis tous les jours d’abord RT (pour les nouvelles internationales), et le reste de temps en temps, pour les nouvelles regionales ou plus specialisee: The Hindu pour l’Inde, Le Monde et Panamza pour la France, Press TV et Haaretz pour le Moyen Orient, Reseau Voltaire et Veterans Today pour les informations sur la guerre, le NYT pour les US, et Reporterre pour l’ecologie. Qu’est-ce qui fait qu’un media parle de ce qui nous interesse vraiment? C’est peut-etre plus mysterieux qu’on ne pense! Et quoi qu’on dise, l’explosion de popularite mondiale de RT est quand meme un symptome de la mondialisation, d’une certaine uniformite, difficile a nier. Sinon, cette liste est assez drole: Je peux compter sur les doigts d’une seule main les medias que je lis et qui n’y sont pas… enfin pas encore!

      1. David Kramer, directeur de l’Institut McCain et ex-président de l’ONG Freedom House, propose de fermer Sputnik et Russia Today pour faire taire la machine à ré-informer russe.

    2. http://www.linternaute.com/hightech/encyclo-pratique/internet/divers/700/comment-savoir-a-qui-appartient-reellement-un-site.html

      Le but? Il est fort, présumable que cela soit préparé afin de satisfaire les ceuxquinesontpasavecnoussontcontrenous. Un pet de travers, et zou, sur la liste conspi! Ensuite …. fermeture!

      http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/jean-jacques-urvoas-un-gardien-de-la-securite-27-01-2016-2013148_1897.php

      La Nomenklatura change les pions… Mais pas le damier.

      Bonne soirée, 🙂

  19. « Y a-t-il une voie ? » questionne Fabrice Nicolino.

    Oui, il y en a une, et une seule…mais elle est tellement banale, tellement simple, tellement simpliste, tellement évidente que peu de gens la comprennent.

    Il suffit de supprimer, voire d’interdire TOUTES les  » modes et tendances », en particulier celles qui sévissent dans nos pays gavés d’occidentaux !!!

    Et quand je dis « modes » et « tendances », je ne pense pas spécifiquement à la mode vestimentaire, qui rend malades particulièrement les femmes et les fashion victims, mais à toutes les tendances, dont la dernière issue des USA, qui consiste à faire livrer par un drone votre achat sur votre emplacement de parking !

    Pourquoi ces modes et tendances sont elles néfastes ?

    Tout simplement, parce qu’elles ne vivent que l’espace d’une mode, et qu’elles auront puisé entretemps inutilement dans nos réserves terrestres.

    Voilà, c’est simple, et surtout cela permet de suivre le chemin vers la frugalité, comme le suggère intelligemment P. Rabhi.

  20. « Le lendemain, des centaines et milliers d’articles vides d’information, mais dégoulinants d’émotion, repoussaient la conférence climatique dans les coulisses. Quel aveu ! Ainsi donc, un acte de guerre – terrible et terrifiant, mais circonscrit – devenait soudain dix fois plus important que la réflexion commune sur le dérèglement climatique, qui menace toutes les sociétés humaines de dislocation. Mais il est vrai que l’élection présidentielle de 2017 vaut bien cela, n’est-ce pas ? »
    Le constat est lucide, et je vous félicite pour votre courage, la situation ne nous permet pas de baisser les bras.

  21. @salegosse, ce type de liste qui amalgament tout et n’importe quoi , favorisent à la fois, les extrémismes et les mensonges d’état.

    1. A chaque chose de faite, il y a une une raison. Un but.

      En ont ils pleine conscience?

      L’ONG Oxfam publie, lundi 19 janvier, une nouvelle étude, consultable en ligne, révélant l’ampleur des inégalités dans le partage des richesses sur la planète. Selon ses calculs, réalisés à partir de données fournies par le Crédit Suisse, la richesse cumulée des 1 % les plus riches de la planète dépassera bientôt celle détenue par les 99 % restants.
      En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/19/les-1-les-plus-riches-possederont-bientot-la-moitie-de-la-richesse-mondiale_4558585_3234.html#21GtjKlDZYr6Xiju.99

      Bien a vous,

  22. Je vous recommande deux lectures que j’ai lu récemment
    « Ouvrez les yeux! Le XXIème siècle est mal parti ». de René Dumont, écrit en 1994, mais qui est un livre d’actualité.

    « La science aveugle » de Michel Schiff.

    1. Manipulation d’embryons humains autorisée au Royaume-Uni

      Des scientifiques ont été autorisés à manipuler des embryons humains à des fins de recherche, a annoncé l’autorité britannique de la fertilisation humaine et de l’embryologie, la HFEA. Il s’agit d’une première au Royaume-Uni.

      Cette autorisation concerne l’utilisation de la méthode Crispr-Cas9, qui permet de cibler les gènes défaillants dans l’ADN afin de les neutraliser plus précisément. Il s’agit d’une des premières autorisations de manipulation des embryons humains, après une première tentative chinoise en début d’année 2015.

  23. Un commentaire de Frédéric Wolff

    « Quand le neuf apparaît déjà »… Avec quelques jours de retard, je découvre ce texte brûlant où se mêlent les ténèbres et l’éclat d’une lumière possible. Quelques mots émus en guise de commentaire.

    Se mettre en chemin, oui. Commencer par nommer et par vivre autrement. Les uns et les autres indissociables : les idées et les actes. Aller vers la lucidité, enfin, sur le monde et sur soi. C’est difficile ? C’est sombre, parfois ? Ça l’est, oui. Mais ce n’est pas que ça. C’est exaltant aussi, ça peut être joyeux. Et surtout, c’est impérieux.

    Etre sur ce chemin à inventer, c’est être dans la vie et pas n’importe laquelle. Une vie qui serait l’œuvre de nos mains, de nos voix. Une vie qui serait la nôtre. Pas celle décidée par d’autres, non, avec leurs emplois inutiles et nuisibles, leurs industries et leurs commerces d’accessoire, alors que l’essentiel – manger à sa faim, vivre dans un environnement sain – fait défaut de plus en plus. Nous avons à reprendre possession de notre parole, de nos rêveries et de nos existences. Nous avons à reprendre vie.

    Le jardin qui me nourrit aujourd’hui, je l’ai d’abord rêvé. Longtemps, je l’ai imaginé. Je l’ai porté dans mes pensées de longues années. Un jour, il est venu à ma rencontre. J’ai tout de suite su que c’était lui. Je crois qu’il m’a choisi autant que moi, je l’ai choisi.

    C’était un jour d’hiver. En surface, tout semblait arrêté. Plus de feuilles dans les arbres, plus de fleurs, pas la moindre abeille. A peine quelques chants d’oiseaux, le matin. Et beaucoup d’incertitudes sur les temps à venir. L’inquiétude grandissait en moi. Est-ce qu’ils vont durer infiniment, les jours gris, la brume, le froid et le vent qui emportent tout ?

    J’ai fait confiance au jardin. Je m’en suis remis à lui. Bien m’en a pris. Il n’était qu’endormi. Il attendait son heure. Sous la terre, un monde prenait vie. Dispersées d’abord, des forces s’agrégeaient, gonflaient comme un levain. Je ne les voyais pas. Elles étaient là, pourtant, bien présentes.

    Je crois pouvoir écrire que, l’un et l’autre, nous nous sommes mis au monde. Chaque année, nous continuons à naître. Le grand cycle des saisons n’est jamais le même, il est toujours à redécouvrir et le jour où nous cessons de l’habiter, nous ne sommes plus vraiment vivants. « Celui qui n’est pas occupé à naître est occupé à mourir », ainsi que l’écrivait un auteur inspiré dont j’ai oublié le nom.

    C’était il y a dix ans. Aujourd’hui, c’est l’hiver et à nouveau, tout paraît dépeuplé, suspendu. Les vestiges de l’année passée prennent toute la place. Le printemps tarde à venir. Soyons de ces forces souterraines. Allons vers le cœur de la terre, un jour et tant d’autres. Soyons un battement d’elle.

    Le monde ne se réduit pas au visible. Ce que nous voyons, ce que nous connaissons ne représenterait que 4% de l’univers. Le reste serait à découvrir. La matière noire, c’est ainsi qu’on la nomme. Moi, j’imagine que la lumière trouve sa source en elle.

    Combien sommes-nous à changer nos « manières de manger, de nous vêtir, de voyager, de cultiver, de produire et même de mourir » ? De plus en plus, probablement. Ô, pas 96%, non. Mais rien d’essentiel n’est jamais venu du grand nombre. Alors, si peu que nous soyons, accueillons nos vies et le merveilleux de chaque jour. C’est ça aussi que nous avons à sauver : l’enchantement, l’attention pas seulement pour nous, d’ici et d’aujourd’hui, mais aussi pour l’invisible, pour l’insaisissable, pour ce qui n’est pas monnayable, pour ce qui ne le sera jamais.

    C’est à cet âge qu’il nous faudrait revenir, quand la terre était un berceau pour la vie, quand nous étions ses enfants, frères et sœurs sans frontière de règne ou d’espèce. Revenir à ce temps où nous étions un fleuve, où nous allions nous jeter dans les bras de la mer. C’était ça, notre vie : traverser les saisons, proches d’être à sec parfois, encore un jour et c’est fini, voilà ce que nous pensions, et à nouveau, tout repartait, à nouveau nous débordions de projets et de vie.

    Chaque jour agrandit le ciel à ma fenêtre. Quelque chose se passe, on dirait. Est-ce le désastre qui s’étend, est-ce autre chose ? Qui l’emportera, de « la pousse déjà vivace » ou des « bétonneurs » sans pourquoi ?

    Faisons le choix de la vie. Devenons le chemin.

    1. « Soyons le chemin; Faisons confiance; » (Frederic Wolff)

      Devenons des mots dignes d’être parlés!

      Ainsi la question n’est plus celle, anthropocentrique, du choix des mots pour dire ce que nous voulons dire, mais celle, sans centre et donc plus universelle, de nous hisser, chacun de nous, « a la hauteur de l’évènement » (Gilles Deleuze), de devenir nous-memes des mots, enfin capables de dire ce qui veut être dit et qui n’a jamais encore pu être exprimé. Soyons le terreau, ou les graines qui ont longtemps attendu, pourront enfin germer.

    2. Vi!

      Merci. Grand.

      Et si quelqu’un te dit, tu es esclave de la nature, répond lui, les yeux dans les yeux, à dix centimètres de son pif, que c’est un des plus grands honneurs qui soient, un cadeau de la vie a la vie, bien plus beau que d’être esclave d’un système illusoire.

      À l’appui, la cruelle histoire ( pour eux, pas pour nous 🙂 ) des poubelles confisquées.

      Gardons confiance.

  24. Oui, moi aussi, je rêve que le campagnol amphibie, le triton de Blasius et le crossope aquatique, les 3 espèces animales protégées découvertes sur le site de NDDL, obligent les juges à faire atterrir les avions ailleurs que dans le marais où ils vivent depuis si longtemps. Bien avant que les hommes volent…

  25. Merci infiniment Fabrice pour votre article sur l´espérance de vie dans le dernier numéro de Charlie. Merci de détricoter ce mythe mensonger qui fait miroiter aux pauvres crétins que nous sommes l´espoir d´une vie quasi éternelle ! Merci d´évoquer cet autre indice dont on ne parle jamais dans les médias officiels, celui de l´espérance de vie sans incapacité, bien plus valable, plus honnête. A mon humble avis du moins.
    Pourquoi vivre jusqu´à 100 ans si l´on est cloué sur un fauteuil roulant à bavoter et à sucrer les fraises, encore plus dépendant qu´un nourrisson et goinfré de médicaments destinés à soutenir une machine qui ne demande en fait qu´à s´arrêter? Les laboratoires pharmaceutiques se frottent les mains mais le vulgaire pékin qui leur sert de cobaye n´y gagne pas grand chose!

  26. France Inter, dimanche 31 janvier 2016 entre 8h25 et 28 (à partir d’une heure 25 sur le lien ci-dessous) :
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1228437

    A propos de l’ «égalité réelle » entre les hommes et les femmes Le journaliste Frédéric Métézeau reproche à la ministre Pascale Boistard (secrétaire d’Etat chargée du droit des femmes) de ne pas voir beaucoup de femmes en tête du gouvernement.
    La ministre du droit des femmes cite alors Mme Belkacem (éducation nationale), Mme El Khomri (ministre du travail, de l’emploi), Mme Touraine (ministre des affaires sociales et de la santé).
    Le journaliste la coupe : « Et tout ce qui est régalien, c’est masculin ! »
    Pascale Boistard : « Ecoutez, les priorités du gouvernement aujourd’hui, c’est l’emploi, c’est la jeunesse et l’éducation, c’est évidemment le développement économique, et ces questions, elles sont partagées par les hommes et les femmes de ce gouvernement, et en titre. »
    Puis la discussion avec le journaliste se poursuit encore quelques secondes sur l’absence d’hommes au gouvernement sur le droit des femmes ( !), sur les combats qui restent actuels (IVG, etc…), on cite Simone de Beauvoir… et le journaliste conclut l’interview en rajoutant in extremis :
    « (…), et puis, deux femmes viennent de me dire que Ségolène Royal – oui, quand même ! – est haut placé dans la hiérarchie du gouvernement : ministre de l’environnement. »
    Bon, Ségolène Royal ne sert pas à grand-chose au ministère de l’écologie, mais quand on voit la place énorme qu’elle prend… et que malgré cela, une ministre, de surcroit chargée des droits des femmes, avoue que l’écologie n’est en rien une priorité du gouvernement, allant jusqu’à occulter complètement une ministre (femme) aussi visible (pour le pire le plus souvent…) que Ségolène Royal… ça semble assez transparent quant au rôle que ce gouvernement assigne réellement à l’écologie. Réellement. C’est limpide, même un mois et demi après leur fabuleuse COP21…

    C’est comme un journaliste qui parle de biodiversité, de naturalité, de crise d’extinction des espèces : tout le monde s’en tape, y compris à gauche, y compris en conférence de rédaction où il faut défendre ce monde du vivant avec tant d’énergie ! Il en sait quelque chose Fabrice 😉

    Nous sommes une minorité culturelle qui doit devenir une majorité civilisationnelle !

  27. Et puis… merci de dire ça, mes amis gauchistes, qui m’énervent de plus en plus apprécieront :

     » Incapables de répondre sur le plan de l’imaginaire et de la civilisation, nous ne voyons l’avenir que sous la forme d’une surveillance totale, agrémentée, car nous savons vivre, de creux discours sur la démocratie et la fraternité. »

    J’ajouterai qu’il est devenu insupportable de constater tous les jours combien nous sommes les esclaves des objets suivants (la liste n’est qu’un début de liste hélas et bien sûr) : des avions chasseurs rafales, des avions de ligne airbus, des TGV, des réacteurs nucléaire à refourguer à tout prix, des turbines de barrages géants, des automobiles et des camions…
    Addiction maximale : ces objets nous gouvernent !
    Qui brisera le cercle ?

    Voilà les richesses de notre société. Ce pour quoi nous sommes prêts à mourir et pour quoi nous ne nous sommes jamais privés de faire mourir. C’est magnifique. Magnifique.
    A Paris, lors des manifs dénonçant la mascarade COP21, d’impressionnants cordons de policiers déguisés en Star Trek se tenaient debout face aux vitrines extrêmement luxueuses et gigantesques d’un concessionnaire auto. Ils devaient craindre qu’un pavé ne vienne frôler un peu trop directement les mètres carrés d’immenses verrières qui servaient de vitrine à toutes ces cracheuses de CO2…
    Quel beau spectacle la à aussi.

    Heureusement, dans quelques semaines, des fleuves d’ oiseaux vont se remettre à passer tout près d’ici. Je ne penserai plus (moins) à tous ces magnifiques objets que nous sommes si forts à produire et à vendre, vendre, vendre…
    J’ai toujours détesté le commerce. Il a toujours été pour moi, preuve d’une imbécilité et d’une hypocrisie sans limite.
    On ne commerce pas, on donne ou on échange 😉 !

  28. En sortant du film Les Saisons, par ce dimanche pluvieux, je pense que le neuf passe par le renouement de notre lien originel avec la « nature », ce lien que nous disloquons désormais à une vitesse exponentielle. Le neuf serait donc cette très, très vieille histoire qui nous concerne tous.

    Julien Perrot, de La Salamandre, fait le pitch du film : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/prise-de-terre/7417425-allo-la-terre-30-01-2016.html?f=player/popup

  29. Pour faire émerger une force politique, il faut beaucoup de réunions, à commencer par des réunions locales. Le présent site est une forme de réunion, mais il n’est qu’une toute petite partie de la solution. Des réunions dans le but qui nous paraît le bon, on n’en voit pas beaucoup pour l’instant.
    EELV et le FdG, au moins eux, ont l’outillage (la discussion au niveau élémentaire), une partie de la solution (mise en lumière des mécanismes de destruction ou d’aliénation), mais sont encore enchaînés au maintien du problème (libertarisme, technolâtrie, croissance verte, productivisme).

  30. P.P. Pour pouvoir continuer à vendre les objets hi-tech, il leur faut rajouter des hautes fréquences pulsées – c’est à dire , mortifères – de plus en plus intenses. Je n’aurai pas le plaisir de mon jardin de banlieue ce printemps. On vient d’ajouter les antennes 4G à quelques mètres. Avec une machine sonore, j’ai pu constater la violence de l’invasion; et puis mes oreilles me font souvent mal, toujours à des endroits précis. Je me déplace, le mal cesse provisoirement. Je ne raconte pas tout ici. Mais pour les oiseaux, les insectes, les arbres….quels effets ? Ce que je veux dire c’est qu’on ne peut à aucun moment aujourd’hui et à ce point d’une guerre invisible qu’on mène si facilement contre nous, faire abstraction de la vente des « choses ». Quand je vois les oiseaux, je ne pense plus qu’à ça. Pardon. Réellement, je vous demande pardon. Je ne suis pas « kill joy » par vocation.
    https://secure.avaaz.org/en/petition/IARC_WHO_Move_Radio_Frequency_Radiation_from_Class_2b_to_Class_1/?snqQjdb

  31. @P.P. Salut PP! Bon, je vais me faire l’avocat du diable 🙂 Et puis j’aime bien pousser les raisonnements dans leurs retranchements.
    Sans la bagnole (moyen de transport individuel), ou le TGV (moyen de transport collectif), il y aurait eu beaucoup moins de monde à la manif loup à Lyon, n’est-il pas ?
    Alors ?
    Concernant le commerce, OK, c’est aussi une chose parfaitement étrangère à mes neurones…
    Vu aussi « les saisons ». Un joli plaidoyer pour « notre » nature sauvage européenne.

    1. @PL, salut 😉
      Sans TGV et sans bagnole ? Je trouve ta question presque saugrenue et je ne m’y attendais pas : sans ces engins, on s’y prendrait autrement, on se donnerait RV avec davantage de marge, on s’organiserait pour un hébergement la veille au soir, etc… tu sais, le cerveau humain est capable de plein de choses quand il faut, là, je luis fais confiance !
      Mais le pire, ce n’est pas tant de construire ces engins chez nous (même si nous en sommes saturés, je ne dis surtout pas le contraire !), mais c’est d’accepter les pires monstres (Iran, Arabie saoudite, naguère Syrie, Tunisie de Ben Ali, Irak de Saddam, etc… liste là aussi interminable) pour en vendre le plus possible à l’étranger, dictatures incluses… On se met à plat ventre devant de véritables bouchers… et la boucherie commence à venir au coeur de nos vies, dans nos pays, en ville.
      Franchement ? On fait tout pour ! Et ce depuis longtemps hélas (colonisons le monde… avec une canonnière : Bizerte, Sétif … et presque dans chacune des anciennes colonies nous avons massacré pour le territoire conquis, le fric, et le pouvoir…).
      Ce qui ne dédouane aucun terroriste.

    2. Sans les bagnoles, sans les TGV… Il y aurait probablement des loups jusqu’à Lyon, et pas besoin que des humains s’y rassemblent pour réclamer qu’ils vivent.
      Excusez-moi, je n’ai pas pu m’en empêcher 😉

  32. Une autre façon de voir la même chose que Fabrice, dans un tout autre style, mais que j’aime aussi beaucoup, c’est le blogueur « Grosse Fatigue », qui ne parle pas que des objets inutiles de notre quotidien, mais quand il le fait, c’est bien, je trouve :
    http://grosse.fatigue.free.fr/GF6.pdf
    Ces textes ont déjà 10 ans et plus, mais entre 2005 et aujourd’hui, on ne trouve pas vraiment de différences.

  33. J’oubliais : un bémol pour le (chouette) film « Les saisons ».
    Parmi les financeurs ……Center Park.
    Pas glop.

    Et puis la note en cours :
    J’aime bien cet article. C’est un rayon de soleil au milieu de la grisaille – lucide – des précédents.

  34. Cher Fabrice ,

    cette nouvelle force politique que nous souhaitons tous voir apparaître , celle qui serait capable de faire pousser cette petite plante vivace et têtue , de semer partout cette graine lumineuse qui partout ne demande qu’à germer , cette force créons la ! nous , là , tous ensemble , tous ceux qui n’en peuvent mai de ce monde de cinglés , les Paccalet , Robin , Rabhi et ceux que j’oublie , les lecteurs de cette page , les gens des collectifs, les gens de peu , les gens de rien mais qui ont un cœur gros comme ça ! rassemblons les , allons leur parler , faisons le naître ce mouvement , Yes we can , podemos , nous pouvons !
    Chers amis de Planète sans visa , qui est partant pour se faire un grand tour de France et proposer aux gens une autre façon de voir à la fois humaniste et écologique loin de tout ce qui existe déjà et qui est moribond?
    NOUS POUVONS .

  35. Intéressant le reportage du 20 Heures de France sur l´atrazine. Intéressantes les réactions des deux directeurs de Syngenta, des deux criminels en col blanc. « Partez, bordel » crie l´un d´entre eux aux journalistes, et l´autre raconte avec le plus grand sérieux qu´il ne faut pas croire les études françaises sur les effets toxiques de l´atrazine. Ce serait de la science poubelle ! Marrant qu´une ordure parle de poubelle !

    1. Après le rachat hier de Syngenta par ChemChina (une opération à 43 milliards de dollars), ça va pouvoir sprayer en Chine, histoire de rentabiliser l’investissement.

      1. Argent en banque ou pas, s’il est décidé en haut lieu de supprimer pièces et billets pour relancer la croissance, pour mieux fliquer ce que font les citoyens avec leur avoir, nous aurons droit a la carte pisteuse. Et ensuite?

        Demandez a votre banquier s’il en possède une, vous serez étonné de la réponse!

        Investissez dans les Couplan!

  36. URGENT mais sans lien avec le sujet:
    l’enquête publique sur l’affichage publicitaire s’arrête le 09/02 au ministère !
    cette pétition a pour but d’affirmer l’opposition citoyenne a des panneaux encore plus grands et encore plus nombreux dans certains lieux.
    Le décret permettrait, dans le cadre de la dérogation prévue à l’article L. 581-8 du code de l’environnement, d’installer des panneaux scellés au sol de grand format, éclairés et motorisés, dans des communes où ils sont interdits depuis toujours.
    L’article 2 du projet de décret prévoit en effet que l’installation de tels panneaux deviendrait possible dès lors qu’une commune fait partie d’une unité urbaine comprenant au moins une commune de plus de 10’000 habitants…
    http://decret-macron.agirpourlenvironnement.org/?utm_source=ape&utm_medium=emailing&utm_campaign=loibiodiv
    merci pour votre aide

  37. Chère Marielle,

    Entièrement d’accord avec vous ! Le temps est venu de fédérer tous les volontaires qui en ont marre de ces politiciens serviles, des ces lobbyistes néfastes, de ces financiers véreux tous au service de leurs intérêts ou de celui de multinationales qui n’ont que pouvoir et profit en tête et qui ne cessent de détruire notre planète en toute impunité !
    Ce n’est pas ce chemin, imposé par une minorité aujourd’hui surpuissante, que des millions d’humains veulent prendre. Partout, sur tous les sujets sensibles (pollutions, produits phytosanitaires, loups, aéroports, société d’hyper consommation, place du politique, modes de vie et tant d’autres…) des manifestations, des rassemblements, des réactions venant de toutes parts et de tous continents démontrent qu’enfin une partie de l’humanité est en train de prendre conscience que l’on court à la catastrophe si on ne change pas de cap !
    Seulement voilà ces mouvements sont encore trop isolés, ignorés ou déformés qu’ils sont par des médias aux ordres. Dès lors, comment faire, comment s’y prendre pour fédérer cet ensemble disparate en une vague de fond qui puisse influer puis changer le cours des choses ? Qui se lèvera pour entamer la longue marche des humains désireux de proposer « autre chose » à leurs enfants et aux générations à venir ?
    « Be the change you wish to see in the world » disait Gandhi. Je suis prêt comme vous Marielle à y prendre part, qui d’autre avec nous ?

    Merci Fabrice de nous permettre d’échanger sur ce lieu préservé de « Planète sans visa » . Courage, courage à toi !
    « Patience, patience dans l’azur, chaque atome de silence est la chance d’un fruit mûr » Paul Valéry.

  38. En parlant de Center parc (hélas, Perrin a noué un partenariat avec eux….), voilà un début de bonne nouvelle, l’un des deux projets se situait dans ma réion Bourgogne.
    Extrait du communiqué de presse de FNE :
    « Pierre et Vacances reporte sa décision définitive d’implanter deux nouveaux Center Parcs à Poligny (Jura) et au Rousset (Saône et Loire). Le promoteur reconnaît préalablement nécessaire la réalisation d’études complémentaires. Les études soumises au débat public en 2015 étaient donc bien insuffisantes … C’est pourtant sur ces éléments biaisés que le promoteur avait emporté l’accord des élus.

    Une mobilisation citoyenne pour un autre modèle touristique

    Les associations de protection de la nature et de l’environnement de Bourgogne et de Franche Comté, critiques par rapport aux projets de Center Parcs, accueillent cette annonce comme le résultat de leur participation utile et entendue lors du Débat Public.

    Le groupe Pierre & Vacances s’est trouvé confronté à une volonté citoyenne responsable et exigeante. Car au-delà des nombreux enjeux environnementaux qui clignotent au rouge sur ces dossiers, il y a surtout une mobilisation massive pour décrier un modèle aujourd’hui obsolète, totalement dépassé. Un tourisme responsable ne peut pas passer par des actes irresponsables comme celui de chauffer à l’année une bulle tropicale à 29° ! Il faut innover pour proposer un tourisme plus ambitieux sur le plan environnemental. Pour Patrice Bau, président de Jura Nature Environnement : « La transition énergétique est une vision d’avenir, pas un vœu pieux ».

    Très consommateurs d’espaces naturels, extrêmement gourmands en eau et en énergie, combien de temps encore ces projets verront-ils le jour en France ? : « Notre région a mieux à faire et à financer pour pouvoir s’enorgueillir de proposer un vrai tourisme de qualité » note Pascal Blain, président de France Nature Environnement Franche-Comté.

    Catherine Schmitt, présidente de France Nature Environnement Bourgogne dénonce les « pratiques en trompe l’œil ». Elle ajoute : « N’oublions pas que ceux qui viennent découvrir nos régions, que ce soit en Franche-Comté ou en Bourgogne, recherchent l’authenticité dans des régions fières de leurs paysages et de leur qualité de vie. »

  39. @Papours

    Oui je comprends que tu puisses trouver ma remarque saugrenue, sur la forme en tout cas, telle qu’exprimée. Avec un peu de malice, j’ai envoyé intentionnellement une petite pique parfaitement impertinente, qui se voulait ironique.

    Plus sérieusement, sur le fond, ce n’est pas saugrenu. Et ça s’adresse autant à toi, qu’à tout le monde sur ce site, et à moi-même également.
    Nous sommes tous, de par nos opinions, en porte-à-faux perpétuel entre nos souhaits que nous exprimons, et ces objets que nous utilisons à l’instant T, malgré tout, plus ou moins suivant les personnes ; l’énergie que nous consommons, plus ou moins également, etc. ; jusqu’à cet ordinateur que nous utilisons tous – forcément.
    C’est inévitable car nous sommes, plus ou moins à notre corps défendant, englués dans cette société ou il faut bien vivre malgré tout, notre travail, notre entourage.

    Ces opinions, ou ces engagements, sur le fond, sont d’une évidence imparable, bien évidemment. Par contre, leur application concrète, dans notre vie de tous les jours est une démarche exigeante, un chemin étroit parmi de nombreux compromis, que chacun va parcourir à son rythme, pas à pas. Et avec toujours l’impression de ne pas avancer assez vite, car il faut laisser le temps du mûrissement pour renoncer à des habitudes ancrées.
    Et aussi en fonction des obstacles de l’environnement, et même de l’entourage des proches qui ne comprennent pas vraiment.
    Il est particulièrement décourageant de parler de tout ça, la sobriété, de voir les personnes approuver, et de constater plus tard qu’elles n’ont rien compris, que ça reste une pure théorie, qu’elles ont gardé leurs réflexes habituels. C’est un changement de paradigme, c’est vraiment une autre façon de voir la même chose.

    Ce qui me gêne, dans des commentaires, c’est quand j’ai l’impression qu’on parle de ces objets « maudits » un peu à la légère et que, fatalement, on continue de les utiliser par la force des choses car ils nous dépannent bien. Ce n’est pas eux qui nous gouvernent mais la société, telle qu’elle est organisée, qui forment un carcan et qui les rend indispensables. Il faut faire preuve de rigueur. C’est une remise en cause, une auto-critique, et un questionnement perpétuel. Par exemple, chacun parmi nous apprécie bien de lire et d’échanger sur ce blog, mais qui sera prêt à balancer « ce maudit ordinateur » et à renoncer à ces échanges ? Pas moi en tout cas. Ce qui ne veut pas dire que je vais en changer tous les 3 ans, le mien a 13 ans… 🙂

    Je ne sais pas si je me suis exprimé assez clairement. Si la plupart ici et toi-même se reconnaissent dans ce que je viens de dire, alors oui, certainement…

    Si personne ne s’est endormi, pour changer de ton et rire (très jaune et grinçant), un truc que j’ai envoyé aussi en commentaire sur la Buvette des Alpages : cela concerne Ségolène Royal mercredi 3 février à France Inter, chez Patrick Cohen, je n’ai pas pu m’empêcher de transcrire in extenso ce morceau d’anthologie. Les petites perles qu’il contient ne peuvent pas être laissées sous silence :

    Cohen : « Question d’auditeurs concernant le loup, une trentaine d’animaux abattus. Le loup est pourtant une espèce protégée, mais, au nom de la défense des brebis, la France autorise les tirs, et s’apprête, dit-on, à allonger la liste. On attend votre décision, la décision du ministère là-dessus, Mme Royal ? »

    Royal : « Oui, là aussi de quoi s’agit-il ? Il s’agit de trouver un juste équilibre, pas évident d’ailleurs, entre la protection …des espèces animales protégées … c’est un sujet très important …il faut protéger des espèces menacées, ça fait partie de la biodiversité. Et en même temps la bonne cohabitation avec les éleveurs, dont on a absolument besoin ; si on éradique… euh…euh…totalement… si on laisse…euh… les attaques… vous savez… » (bafouille un peu) « … elles sont très très nombreuses forcément, parce que le loup qui n’est plus, qui…qui est trop protégé, il prolifère par définition, parce qu’autrefois il y avait un équilibre naturel et le loup était chassé, il y avait les prédateurs, il y avait un équilibre naturel dans la nature. Dès qu’on protège une espèce, dès qu’elle prolifère, là il y a un problème d’équilibre entre les activités humaines, les activités rurales, agricoles, et les élevages, qui sont absolument indispensables à l’environnement et en … donc j’ai autorisé en effet l’abattage…euh… d’un nombre limité de… loups dans le cadre de l’auto-défense » (et les tirs de prélèvement, la majorité ?), « donc là il y a trente…trente-six autorisations qui ont été données. Dès que la totalité de ces abattages aura eu lieu, on y est toujours pas, il y aura une nouvelle autorisation qui sera donnée après consultation du…du comité national loup. »

    Cohen : « Donc 36 pour l’instant… »

    Royal : « Il y aura peut-être une dizaine de…de nouvelles autorisations qui seront données. »

    Impressionnant n’est-ce pas ? Pour ceux qui aiment les uchronies, il faudrait réécrire l’histoire avec Royal présidente en 2007 et Estrosi 1er ministre. Tiercé gagnant.
    Avant que quelqu’un mal intentionné lui souffle que le prédateur qui régulait le loup c’était T.rex ou Smilodon, et malheureusement éliminé par l’homme, il faudra lui faire ingurgiter en urgence des cours de biologie et de biodiversitude pour vaincre son ignaritude sur la question !

    Je passe sur le reste des quelques autres sujets d’écologie, un festival de langue de bois en bonne et due forme…
    Après 2017, avec son expérience sur le fond et la forme, elle pourra toujours briguer un poste de ministre des Droits de l’Homme en Syrie ou en Corée du Nord.

    Papours, je te laisse transmettre ce morceau de bravitude radiophonique à ceux de nos amis de Ferus qui ne l’auraient point entendu et surtout pour le chiffre de la croissance des abattages. Si Hollande n’a pas trouvé la croissance infinie avec les dents, qui mène vers le néant, il s’est vengé sur la croissance des abattages de loups. C’est plus facile.

    1. @PL, il faut le dire haut et fort : Ségolène Royal est une pauvre ignarde, une ignorante fière de l’être qui ne comprend rien à la biologie, à l’écologie et à la nature. Elle ne connait qu’une chose : sa petite carrière minable et ses longues dents qui rayent tous les parquets à la vitesse d’unebrebis au galop en pleine crise de « bravitude… ».
      Un seul mot pour elle : DEGAGE ! Mais vite, aussi vite qu’elle le peut. Pour briguer n’importe quel autre ministère qu’elle juge plus important que le sien (autant dire, n’importe lequel à ses yeux).

      Pour ce qui est de notre liaison dangereuse avec les objets, bien d’accord avec toi. Sauf que j’ai bien choisi ma liste et que je n’y ai mis que des objets pharaoniques (tous extrêmement dangereux pour la planète ET pour nos libertés) dont il est très facile pour un citoyen lambda de se détacher (rafale, réacteur nucléaire, airbus, TGV, turbines hydraulique géante… etc…).

      1. PP, je ne veux pas te saper le moral mais ta « liste facile » ne ressemble-t-elle pas un peu au mythe de « l’atome pour la paix »? Il ne faut pas oublier que nos petites machines a laver et nos « vieux » laptops « de 13 ans » sont encore relies, pour le moment en tout cas et pour quelques temps encore, aux « pharaoniques objets » et forment un meme systeme! La route sera longue, et une catastrophe nucleaire en France n’y changera strictement rien (Les Japonais n’ont toujours pas abandonne leurs laptops ni leurs machines a laver ni leurs trains a grande vitesse), au contraire, nous aurons encore plus besoin de toutes ces choses apres la catastrophe qu’avant, comme l’avaient bien dit, des 1986, Roger et Bella Belbeo’ch. Bref, la route sera longue, commencons par les gros, les petits objets, chacun ou il peut comme il peut… Amities!

  40. 7 février, un petit coin de paradis, quelque part en Bourgogne.
    Au sud, la plaine, baignée de nappes de brumes.
    Sur les pelouses calcicoles dominant le vignoble, la nature accueille déjà le soleil en couleur et en musique : la naissance des anémones pulsatiles, les premières envolées musicales des alouettes lulu, la strophe métallique d’un mâle de bruant zizi.
    Il y a toujours une surprise au détour d’une haie, d’un chemin. Ici une violette, là un tarin des aulnes. Jouissant d’un hiver doux pour l’une, ou d’une nuit arrosée pour l’autre.
    Le vent se lève, retour au village où un concert gratuit est donné. Rougegorge familier, troglodyte mignon, mésanges bleues et charbonnières… les petits passereaux revendiquent leur territoire avec élégance.
    Là-haut, s’échappant de la colline, deux milans royaux saluent la statue de la Vierge avant de poursuivre leur pèlerinage annuel.
    Près de l’église, un grimpereau des jardins signale midi.

    Les prémices d’un printemps qui ne sera pas silencieux.

  41. @ Bakoko,
    Comment peut-on s´ennuyer sur ce blog avec tous les écrits de Fabrice qu´on peut lire et relire? C´est amusant, mais votre réflexion me fait penser à « ennui » ou « s´ ennuyer » en allemand : « Langeweile », « sich langweilen », dont la traduction maladroite pourrait être « demeurer, séjourner longtemps ». L´ennui tel que nous le définissons, et le ressentons, n´est pas agréable, il inquiète, il fait peur, il nous donne une impression de vide, à nous les êtres humains qui avons le sentiment de toujours devoir être en mouvement pour nous sentir vivants. Mais il implique aussi la notion de « ralentir », de « s´attarder » quelque part, de prendre le temps de la réflexion avant de passer à autre chose. Une qualité qui fait bien défaut dans nos sociétés peuplées d´automates !

    Merci FrédéricT de nous faire partager ces belles impressions.

    1. Je préfère lire que relire, un blog n’est pas qu’une archive, surtout celui-ci…
      C’est terrible, le jour où j’avais écrit que je ne voyais pas de contradiction fondamentale à protéger les animaux et voter fn j’avais pris un coup de fusil généralisé, et là il me suffit de dire que je m’ennnuie ce qui sous entend que Fabrice ne tient pas le blog à jour, pour que des reproches commencent à arriver ; j’étais à la manif des loups, (y étiez vous, ou alors étiez vous occupée à philosopher sur la condition humaire ?), j’ai vu Fabrice, il m’a semblé plutôt en bonne forme physique et morale, d’où ma remarque ; s’il l’avait jugée contre productive, il l’aurait effacée sans état d’âme soyez en sure. je ne suis pas comme vous philosophe ni fin lettré, comme vous vous plaisez à le faire sentir, mais votre remarque a du bon, je vais après des années de lecture supprimer le lien qui m’envoie vers ce blog, qui devient, vous avez raison, un refuge pour poètes en mal d’éditeur… Je me sens mieux avec une pancarte qu’avec un clavier… Encore merci et au revoir.

      1. Ahaaaaaa ….

        J’aime bien relire. Cela permet de voir a quel point Fabrice est visionnaire. 🙂 Sa boule est au top!

        Aussi revoir les ( mes) anciens commentaires. Ce qui conforte mon ego. Pouah! On dit que femme varie! Ben non! Mon chemin est et restera le même.

        Merci a vous,

  42. Bakoko,
    je ne comprends pas votre réaction, il n´y avait aucun reproche dans mes propos.
    Vous me faîtes bien rire en me taxant de fin lettré ou de philosophe. Je vis en Allemagne depuis 40 ans, alors vous comprendrez que je cause la langue , par la force des choses.
    Vous avez une manière bien péremptoire de classer les gens sans les connaître.
    Et pour la prochaine manif contre le loup, si vous me payez un billet de train aller retour (je n´ai pas de voiture) depuis là où j´habite (le nord de l´Allemagne), et un endroit pour crècher (je ne suis pas difficile), alors d´accord, je viendrai. Merci d´avance pour votre générosité, je compte sur vous!

  43. @Bakoko34

    Bah coco de l’Hérault , la contradiction est que le FN est un parti qui se fiche des animaux autant que je me fiche des primaires au PS , ce qui n’est pas une vaine comparaison . Le FN est allié avec F. Nihous , et ennemi de F.Nicolino .

    Mais si vous vous appelez Bakoko et que vous avez 34 ans , je reconnaîtrai sans difficulté mon erreur de jugement 🙂

  44. Il y a forcément des manières plus élégantes de s’exprimer pour souhaiter de nouveaux billets sur ce blog que d’écrire à la cantonade, mais en sachant bien que le proprio va lire : « on commence à s’ennuyer… »

    Et supposer que parce qu’il lui a paru en bonne forme physique, il FAUT qu’il distraie Bakoko en écrivant ici, comment dire ? Beurk.

    Moi qui suis moins patiente et gentille que Martine, j’espère qu’il est bien allé ailleurs brandir ses pancartes qui lui semblent si utiles, et qu’il ne reviendra plus ici faire sa petite provocation hebdomadaire.

    Ce blog ne manque pas de lectrices et de lecteurs qui s’enrichissent beaucoup au contact les uns des autres, les archives sont précieuses à tout point de vue, et les trolls finalement assez peu nombreux.

  45. bonsoir à tous ,
    Voilà enfin la belle occasion d’avancer sur ce chemin si désiré: Le Conseil d’urgence citoyenne appelle à un grand rassemblement de tous ceux qui veulent redonner le pouvoir aux hommes et femmes de ce pays et en finir avec la main mise de quelques uns sur nos vies.
    c’est à Vogüé en Ardèche les 4-5-6 mars , soyons nombreux .
    Bises à tous ,
    Marielle

  46. bonjour à tous,
    une question me taraude depuis des années, depuis l’émergence du mouvement ATTAC en fait, et au risque de paraitre bien naïve et bien ignorante, pourquoi toutes ces associations, tous ces hommes et se femmes si compétents dans leur domaine, que ce soit l’économie, l’écologie, les sciences, etc. ne se regroupent-ils pas pour fonder un parti avec un vrai candidat aux présidentielles, quelqu’un comme vous Fabrice, et je le dis très sérieusement, avec autour de vous des experts de toutes sortes ? croyez-vous que seriez moins crédible, moins capable de changer enfin le monde, que notre actuel président ? vous auriez au moins l’ensemble des lecteurs de ce blog qui voteraient pour vous, soyez-en sûr, et bien plus encore… je sais il faut de l’argent pour mener une campagne ; une plate-forme de Crowfounding pourrait y remédier dans un premier temps, on arrive à mobiliser des centaines de milliers d’euros en quelques jours pour telle ou telle cause, il faut y croire. Souvenez-vous de Coluche, il avait toutes ses chances s’il s’était maintenu. Il y a tant de gens autour de moi, qui ne supportent plus cette classe politique gangrénée, pourrie jusqu’à la moëlle, qui tourne en rond et ne pense qu’a se faire réélire coûte que coûte, et qui espèrent (ou n’espèrent même plus, et n’iront pas voter) une vraie alternative… on ne peut plus attendre de changer les choses à partir de la base, c’est beaucoup trop lent, la terre n’y survivra pas. Est-ce un rêve, une utopie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *