Frédéric Wolff n’aime pas l’intelligence des compteurs électriques

Ci-dessous, un message de Frédéric Wolff, que je salue au passage

—————————-

Les collectifs contre les compteurs « communicants » s’organisent. Des communes rejettent cette technologie nuisible, coûteuse et déshumanisante, des individus refusent d’être pollués et fliqués. La propagande d’Etat n’endort plus grand monde, à part peut-être les techno-fanatiques.

Y aurait-il de l’eau dans le Gazpar et le Linky ? Le vent serait-il en train de tourner ?

Pour que le vent tourne effectivement, il conviendrait de ne pas en rester là.

Parce qu’enfin, les raisons invoquées pour décliner ces mouchards à domicile sont, à peu de choses près, les mêmes qui devraient nous conduire à bazarder nos smartphones, nos objets connectés et, plus largement, nos mille et une collaborations à la grande machine à détruire.

Alors Linky, smartphone, objets connectés et mode de vie, même combat ?

Toxiques, les compteurs « intelligents » ? Ils le sont, oui, 24 heures sur 24. Ils émettent des radiofréquences dans le circuit électrique des habitations dont les câbles – non blindés dans la grande majorité des cas – ne sont pas prévus pour cet usage. Les compteurs seront également une source de pollution électromagnétique, ainsi que les antennes qui seront installées pour transmettre les index au fournisseur d’électricité via le réseau de téléphonie mobile. Pour mémoire, ces ondes sont déclarées cancérigènes possibles par l’OMS et des centaines d’études ont prouvé leur nocivité (lire ou relire les rapports Bio-Initiative et l’appel de Fribourg, entre autres).

Nos chers portables seraient-ils toxiques, eux aussi ? A plus d’un titre, oui. Les ondes, inhérentes – faut-il le rappeler ? –  à leur fonctionnement, polluent leurs utilisateurs et pas seulement. Tout le vivant est affecté. Les électro-hypersensibles – partie émergée de l’iceberg – subissent une torture quotidienne qui, parait-il, est abolie dans les pays modernes. Pas pour tout le monde, assurément. Il en va de même pour le wifi et les téléphones fixes sans fil. Grâce à eux, on peut irradier tout un quartier et rendre le monde inhabitable, particulièrement pour les personnes, de plus en plus nombreuses, rendues malades à en mourir, parfois.

Mais la pollution de nos smartphones adorés ne s’arrête pas là. Les mines de coltan et autres métaux rares, qui servent à leur fabrication, polluent les terres, les nappes et les rivières ; les déchets de toutes nos quincailleries électroniques empoisonnent aux métaux lourds les sacrifié(e)s de nos petites commodités. Comment peut-on justifier ça ?

Intrusifs, les compteurs connectés ? Et pas qu’un peu. Même la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) s’en émeut : « Une analyse approfondie des courbes de consommation pourrait permettre de déduire un grand nombre d’informations sur les habitudes de vie des occupants d’une habitation : heures de lever et de coucher, heures ou périodes d’absence, la présence d’invités dans le logement, les prises de douche, etc. » Les voleurs se frottent les mains. Merci qui ? Merci l’Etat et les industriels !

Et nos smartphones idolâtrés, nos réseaux sociaux adulés ? Pire que des indics : des mouchards renseignés par nous-mêmes ! Même la Stasi n’aurait pas osé imaginer ça dans ses rêves les plus fous. Y aurait-il une forme de flicage plus supportable qu’une autre ? Apparemment oui, pour les exaltés de la connexion numérique.

Déshumanisants, les compteurs électroniques ? Aussi ahurissant que cela puisse paraître, c’est l’objectif principal : se passer des releveurs pour récupérer les index en temps réel, pour couper l’électricité à distance en cas d’impayé, pour éteindre certains appareils et lisser les pics de consommation…

Et l’invasion des écrans dans nos vies, le remplacement des humains par les machines ? Un grand progrès pour l’humanité ? Et l’école numérique – en wifi ou en filaire -, une avancée vers la construction de l’humain sans humains, vers des classes sans professeur et des enfants rivés à leurs tablettes pendant les cours et à leurs smarphones durant la récréation ? Et les esclaves de Foxconn où se fabriquent nos cellulaires plébiscités ? Et les puces RFID, la planète intelligente nous réduisant à des données, des flux qu’il faut optimiser, contrôler, piloter. Qui, mieux qu’une machine peut assurer l’efficacité optimale du bétail que nous sommes ? Dans ce monde, l’erreur est humaine ou plutôt, l’erreur est l’humain.

Fragiles, les compteurs innovants ? Incendies, pannes, les préjudices de ce type s’accumulent, les câbles, fils et appareils électriques n’étant pas conçus pour transporter des radiofréquences. Comme ERDF dégage toute responsabilité, comme les assurances excluent des garanties les dommages causés par les champs électromagnétiques, la facture sera payée par les victimes elles-mêmes. C’est nouveau, c’est moderne : la double peine pour les sinistrés, l’impunité pour les coupables ! Quant au risque de piratage, sans doute que nos gouvernants comptent sur la déchéance de nationalité et les assignations à résidence pour dissuader les terroristes de procéder à des black-out – un jeu d’enfant, apparemment – sur notre territoire.

Et la numérisation du monde, l’internet des objets ? Quid en cas de panne électrique, de tempête solaire, de dysfonctionnement technique, de cyber-terrorisme… ? Jamais nos sociétés n’ont été aussi fragiles. Mais qu’importe. Droit devant, telle est la devise de nos capitaines de Titanic, pardon, du numérique.

Favorables aux économies d’énergie, les compteurs branchés ? A ce stade, l’imposture est à son comble. Il ne s’agit en aucun cas de réduire notre consommation électrique, mais de rationaliser la distribution d’électricité pour répondre à la croissance des gadgets connectés, des data centers, des voitures électriques, de la maison et de la ville « intelligentes »… Bienvenue dans « l’enfer vert », cher aux technocrates de l‘« écologie » rebelles et tais-toi.

Concernant les smartphones et particulièrement internet dont la consommation d’énergie explose et dépasse celle de l’aviation au niveau mondial, même logique de dilapidation, mêmes mensonges éhontés. Le numérique dématérialise tout : l’humain, le réel et l’énergie qu’il gaspille pour une finalité unique : accélérer la marchandisation, la « servicisation » et la croissance sans limite.

Le numérique, dont les smartphones et internet font partie, est un accélérateur de nuisances. Le « bon usage », la neutralité de la technologie relèvent de l’enfumage. Le bon et le mauvais côté sont indissociables et comment prétendre séparer le bon grain de l’ivraie dans un « système technicien » (Jacques Ellul) qui dicte sa loi ? D’ailleurs, de quoi parle-t-on quand on évoque le « bon » côté ? La logique de ces machines est de se substituer, à plus ou moins long terme, au monde réel et vivant, à l’imprévu, et in fine, aux humains.

En résumé : Pourquoi faut-il refuser Linky ? Pourquoi faut-il rejeter les smartphones et les objets connectés ? Pour les mêmes raisons. Alors, on va jusqu’au bout de la logique ? Chiche !

Retour sur la terre. La contestation s’étendra-t-elle ? Les contempteurs de Linky iront-ils plus loin que la signature d’une cyber-pétition et, pour les plus acharnés, qu’une lettre à leur maire ou qu’un refus du compteur chez eux ? Questionneront-ils leur mode de vie et ses conséquences ? Renonceront-ils à leur quincaille électronique « de destruction massive » ?

Personnellement, j’en doute, au risque de froisser quelques susceptibilités militantes. Pourquoi cela ?

Parce qu’il est plus facile de défiler contre une antenne près de chez soi ou du Linky dans sa maison que de renoncer à son mobile et à son hyper-connexion. Plus largement, parce que, et c’est bien pratique, le capitaliste, c’est l’autre : le banquier, le trader, « la classe de Davos », « les maîtres du monde », « les responsables de la crise », – « leur crise » -, pour reprendre la phraséologie de Susan George, présidente d’honneur d’Attac. Ainsi, il suffirait de mettre hors d’état de nuire ces « maîtres de l’univers » ; ainsi, nous pourrions concilier expansion industrielle, croissance verte et lutte contre le saccage du climat et de la vie sur terre ; ainsi, « nous continuerons à fabriquer des produits résolument complexes, non locaux et de grande dimension, des avions par exemple qu’il faut espérer propulsés à l’hydrogène et respectueux de l’environnement » (Susan George, toujours, cité par Pierre Thiesset). On croirait presque du Mélenchon dans le texte ou, au choix, des suppôts de l’écologie industrielle !

On se sent tout de suite beaucoup mieux, non ? Nous, les 99% de victimes, extérieures au monde industriel et technicien, nous aurions trouvé les boucs émissaires et la solution ultime, entre les mains des ingénieurs et des économistes. On dégage les 1% d’« affreux » et ça roule ! Décroissants, adeptes de la simplicité et de l’autonomie, passez votre chemin, notre mode de vie n’est pas négociable.

Parce que, de tous ces gadgets connectés en tous lieux et à toute heure, nous n’avons pas vraiment envie de nous priver. Dans notre cœur, la balance penche du côté des bénéfices, jamais de celui des coûts ou très rarement. Les nuisances occasionnées, plus ou moins, nous les connaissons, nous y collaborons. Mais surtout, ne pas se prendre la tête. Ne pas interroger notre conscience. Ne jamais poser la question en termes moraux. La morale, c’est réactionnaire, c’est accusatoire. Coûte que coûte, il faut être progressiste. Revendiquer toujours plus de droits, jamais de devoirs ni de limites. Tant pis pour les torturés des ondes, tant pis pour les empoisonnés de nos déchets électroniques, pour les esclaves de nos gadgets, pour les morts des guerres menées afin de contrôler les ressources rares, tant pis pour les derniers gorilles, pour les eaux et les terres saccagées par les ravages miniers, tant pis pour nos vies soumises à la tyrannie des machines…

Parce que, dans nos existences hors sol, déconnectées des saisons, des arbres, du monde réel, des autres de chair et parole, de nos besoins profonds, nous cherchons des ersatz de connexions via les écrans qui nous déconnectent toujours plus de la vie.

Tout cela pour dire quoi ? Que le combat est à mener dans nos vies, avant tout. Que nous n’aurons rien réglé si nous nous contentons de faire dans l’incantation – « Stop Linky » et, dans le genre pathétique s’il en est, « Pour une école numérique sans wifi », « Pas d’antenne près de chez nous, mais nous ne sommes pas contre les portables, hein ! » -, tout en continuant à collaborer ardemment à la machine à dévaster le monde par notre travail, notre consommation, notre style de vie et les technologies que nous chérissons.

Nous avons à reconsidérer nos besoins et à cesser de nous mentir. Nous sommes partie prenante du système capitaliste et technicien. Notre premier devoir devrait être de nous en extraire le plus possible. Il nous faut mener un effort sans précédent de lucidité. Il nous faut prendre conscience de nos dissonances et en tirer des conséquences, essayer au moins, ne pas nous tenir quittes. C’est une épreuve, sans doute. Elle peut donner lieu à bien des tempêtes à surmonter. Enfin, pas de quoi mettre non plus notre vie en péril, comme ont pu le faire les résistants en d’autres temps.

Je ne prétends pas avoir accompli les changements que j’appelle de mes vœux. Qui, d’ailleurs, pourrait revendiquer une telle prouesse ? J’en suis loin. Mais je ne me considère pas libéré de ce devoir : nommer et tenter l’épreuve du réel.

Sinon quoi ? Qu’y a-t-il à espérer sans cette étape, sans changements radicaux dans nos modes de vie ? De quel partage, de quelles solidarités pouvons-nous nous réclamer, quelles valeurs morales peuvent nourrir nos pensées et nos actes, si nous en restons à l’écume des choses ?

67 réflexions au sujet de « Frédéric Wolff n’aime pas l’intelligence des compteurs électriques »

  1. Bien joli, ce réquisitoire contre notre addiction au « système » et particulièrement à sa face numérique.
    Mais… où s’arrête le domaine des « gentils », et où commence celui des « méchants »?
    A partir de quels actes la « compromission » au système est-elle condamnable?
    Soit dit en passant, pendant l’Occupation, n’était-on pas dans le même genre de dilemme? – Dans x années, de qui pourra-t-on dire: « il ou elle a « collaboré »?

    L’activiste Derrick Jensen apporte quelques réponses, à débattre…
    « Oubliez les douches courtes », nous dit-il:)
    http://partage-le.com/2015/03/oubliez-les-douches-courtes-derrick-jensen/

    Extraits:

    « … l’aboutissement de cette logique de vie simple en tant qu’acte politique est un suicide. Si chaque action interne à l’économie industrielle est destructrice, et si nous voulons mettre un terme à cette destruction, et si nous ne voulons (ou ne pouvons) pas remettre en question (plus ou moins détruire) toute l’infrastructure morale, économique et physique qui fait que chaque action interne à l’économie industrielle est destructrice, alors nous en viendrons aisément à croire que nous causerions beaucoup moins de dégâts si nous étions morts. » (…)
    « Soyons clairs. Je ne dis pas que nous ne devrions pas vivre simplement. Je vis moi-même assez simplement, mais je ne prétends pas que ne pas acheter grand-chose (ou ne pas conduire beaucoup, ou ne pas avoir d’enfants) soit un acte politique fort, ni que ce soit profondément révolutionnaire. Ça ne l’est pas. Le changement individuel n’est pas égal au changement social. » (…)
    « … il y a d’autres options. Nous pouvons suivre l’exemple d’activistes courageux qui ont vécu aux époques difficiles que j’ai mentionnées — l’Allemagne nazie, la Russie tsariste, les États-Unis d’avant la Guerre de Sécession — qui ont fait bien plus que montrer une certaine forme de pureté morale ; ils se sont activement opposés aux injustices qui les entouraient. Nous pouvons suivre l’exemple de ceux qui ont rappelé que le rôle d’un activiste n’est pas d’évoluer dans les systèmes d’oppression avec autant d’intégrité que possible, mais bien d’affronter et de faire tomber ces systèmes. »

    1. Le jour où D. Jensen fera de sa c… un restaurant , il ouvrira avec trois étoiles au Michelin …

      F .Wolff nous rappelle avec justesse , et donc douleur , que le système humain n’est intelligible que par la compréhension des éléments qui le composent ( les individus ) – ce qui fait l’écrasante supériorité de la psychologie sociale sur la sociologie ,  » science  » sans méthodologie fiable , le questionnaire et les enquêtes étant des moyens biaisés – , et notre inspecteur veut faire s’effondrer les  » systèmes  » ! Il se ferait une tendinite aux neurones s’il se demandait pourquoi , depuis le temps que les systèmes , les empires , les oppresseurs etc … s’effondrent les uns après les autres , ils sont remplacés par d’autres …

      Notre camarade godwinien doit s’imaginer , dans la bêtise crasse qui caractérise les théoriciens allergiques à l’expérience , que la misère des animaux d’élevage et des éleveurs est causée par quelques salauds de technocrates inféodés au Grand Capital , secte de cupides sans scrupules , contrairement au peuple ( il existe , prétendent les simplets – d’autant plus facilement qu’il en sont issus – une  » sagesse des peuples  » , que chacun peut chaque jour constater … ) qui , lui , applique chaque jour de sages préceptes – que l’alimentation soit la première médecine – et ne radine pas pour dégager de quoi s’acheter la dernière i-connerie ou aller voir de savants films qui nous expliquent qu’amour ne rime pas avec toujours !

      Salauds de riches , on devrait tous les buter ! Salaud de Bill gates , et ses 50 mds de dollars de fortune personnelle ! Ce qui fait 7 dollars pour chaque habitant de cette planète , non pas par jour , ni par semaine , ni par mois ou année , mais pour la vie .
      Les esprits railleurs s’amuseront ( quoique …) à calculer ce que cela représente comme amélioration du sort des pauvres . Ils peuvent même rajouter l’ensemble de ce 1% d’humains qui détient autant de richesse que la moitié de l’humanité ( celui qui gagne ne serait-ce que 700€/mois est aussi riche que 49 des humains les plus pauvres , mais chut ! il s’agit de s’en prendre aux riches , en taisant qu’ils ont réussi les rêves des pauvres )

      Les simplets croiront encore que  » le changement individuel n’est pas égal au changement social. » , faute de comprendre qu’il lui est bien supérieur puisqu’il est le seul à entrainer durablement le second .
      Sinon , il faut couper des têtes . Qui repoussent . Qu’on recoupe . Qui repoussent . Qu’on recoupe . Qui repoussent . En somme , le révolutionnaire est un coiffeur qui coupe plus bas . Il finira par s’écouter parler avec Luchini , étalera sa confiture culturelle pour masquer son incompréhension du réel , qui ne trouve un apaisement que dans le bouc émissaire . Or , il n’y a pas les gentils d’un coté et les salauds de l’autre , mais que des salauds , répartis en deux groupes : ceux qui le savent ; ceux qui s’ignorent . Les premiers feront ( tenteront ) la seule révolution digne de ce nom : contre soi-même . Les seconds voudront seulement abattre des  » systèmes  » , faute de comprendre qu’ils en sont le moteur . On ne vit qu’au détriment d’autrui .

      Comme ils ne comprennent pas F.Wolff , je vais au devant de leurs supputations et leur adresse mes amitiés Hitler-Staline-Zemmour-Minc-cac40-réac-et-cie-ienne !

      1. Eternel débat ! Le changement individuel est nécessaire, mais il n’exclut pas le combat politique. Faute de quoi, dans dix mille ans, nous en serons encore au même point. Par ailleurs, je suis surpris du ton agressif, violent et méprisant de quelqu’un(e) qui prône la prise de conscience individuelle. C’est en tout cas la démonstration qu’il existe une énorme différence entre deux voies opposées : le sectarisme et l’ouverture d’esprit. Il ne suffit pas de prétendre ou de croire être un esprit éclairé pour l’être.

        Jean-Michel

        1.  » Le changement individuel est nécessaire, mais il n’exclut pas le combat politique. Faute de quoi, dans dix mille ans, nous en serons encore au même point.  »

          Vous n’avez donc pas compris de quoi parle F.Wolff , ni ma réponse à D.Jensen . Nous ne parlons pas du droit de vote des femmes , de la peine de mort ou de l’abolition de l’esclavage , mais de la destruction de l’ecosystème qui permet la vie sur terre et qui résulte d’une somme , toujours plus importante au fur et à mesure de l’augmentation de la population et de son désir de confort , d’actes de consommation quotidienne ( l’alimentation , les vêtements , le logement , l’usage des nouvelles technologies , les transports etc …) .
          De plus , je n’ai nullement écrit que le combat politique était superflu , mais qu’il est voué à échouer sans le changement individuel .
          Et je persiste , violent et méprisant , à dire que les Jensen et cie , théoriciens sans expérience , sophistes plus ou moins talentueux , bavards exaltés , que j’ai maintes fois entendu  » refaire le monde  » dans mes années étudiantes , et qui sont tous devenus des petits bourgeois ( ils detestaient ceux qui roulent en Rolls , mais rêvent d’échanger leur berline contre elle ) sont des simplets . Ils se trouvaient mâlins quand ils casaient  » sacro saint argent  » ,  » capitalistes  » ,  » luttes sociales  » dans leurs diatribes naïves , et ils font désormais les soldes sans jamais se départir de leur tablette Samsung Galaxy à la con , avec leurs chiards et leur grosse . Logique : ce sont des cons .

           » Par ailleurs, je suis surpris du ton agressif, violent et méprisant de quelqu’un(e) qui prône la prise de conscience individuelle. »
          Vous êtes surpris que celui qui a compris que même si les milliardaires de ce monde trépassent à l’instant , l’absence des dégradations qu’ils entraînaient ne suffira pas du tout à inverser le cours funeste des choses , soit méprisant à l’encontre de ceux qui prônent la lutte contre des facteurs mal définis ( c’est qui , un riche ? ) qui n’ont comme seule fonction de désigner un bouc émissaire ( le milliardaire , le capitaliste , le banquier , le politicien …) afin de refuser de sa propre responsabilité ? Non seulement ( cf bakoko plus bas ) ce ne sont pas les végétariens de France qui créent la crise porcine , mais ce sont les consommateurs de viande , qui veulent la payer toujours moins chère , qui en sont responsables .
          Non , je m’égare : c’est E.leclerc le responsable ! Quel fumier , on devrait lui couper la tête , ça lui ferait les pieds !
          Mais bien sûr , mon brave monsieur , ce sont les riches patrons de multinationales qui gaspillent l’eau ! Alors pourquoi ne pas gaspiller nous aussi en continuant à nous prélasser sous la douche ? Voici la  » pensée » de Jensen . Quand il se regarde , il se désole ; quand il se compare , il se console . La moëlle épinière lui suffirait …

           » C’est en tout cas la démonstration qu’il existe une énorme différence entre deux voies opposées : le sectarisme et l’ouverture d’esprit. »
          Vu ce que vous comprenez de ce que vous lisez , je ne suis pour ma part pas surpris de constater que vous ne savez pas ce qu’est une démonstration . Ainsi ,  » le ton agressif, violent et méprisant de quelqu’un(e) qui prône la prise de conscience individuelle  » relèverait du sectarisme ( sic ), d’où l’on déduit , puisque vous dites qu’il s’y oppose , que l’ouverture d’esprit rime avec courtoisie ( sic -heil !)!
          Vous ne savez pas raisonner .

          Pas étonnant que vous soyiez fier de vos fadaises au point de les signer deux fois de votre prénom .

  2. Comment ne pas être d’accord ? Mais voilà bien la contradiction qui, je l’avoue me ronge quotidiennement ou presque…
    Si je n’étais pas « connnectée » un minimum, je n’aurais pas pu lire ce texte et encore moins envoyer un commentaire.
    Comment me passer de Planète sans visa ?
    Comment militer contre NDDL, l’état d’urgence et autres « modernités » ?
    Je connais personnellement des vrais gens non connectés et nous essayons de les prévenir pour les réunions, manifs et autres rassemblements . On n’y pense pas toujours non plus.
    Bref, je me sens prise au piège…
    Mais je vous embrasse avant de retourner à mes réflexions…

  3. Un ordinateur est aussi con qu’une raclette à biner. Mais c’est un outil très puissant. Ce qu’on en fait peut être intelligent… ou terrible donc. Malheureusement, on aurait presque l’habitude, cela permet aux ploutocrates de tout poil (des bêtes ?) d’aliéner et inféoder.

  4. Je vais m’autoriser un hors sujet complet (mille excuses) sur un sujet qui devrait intéresser le « patron » et les « invités »: zika ou pyroproxyfène?

    Voici trois liens datés du 13/02 qui montrent que l’hypothèse du pyriproxyfène, insecticide récent et utilisé au Brésil depuis 2014 commence à « percer le mur du son » (et de l’image) après la dramatisation ultra-médiatisée du zika comme seule cause possible des microcéphalies observées:

    http://www.bfmtv.com/societe/virus-zika-un-insecticide-soupconne-de-provoquer-les-malformations-craniennesbr-951312.html

    http://www.rfi.fr/ameriques/20160213-virus-zika-role-trouble-insecticide-moustique-tigre-microcephalie

    http://www.francetvinfo.fr/le-virus-zika/zika-et-si-les-cas-de-microcephalie-n-etaient-pas-dus-aux-moustiques-mais-a-l-insecticide_1313677.html

  5. 1) C’est la meilleure, celle-là! Tu nous demandes de couper les liens, avec le seul lien qui nous réunit tous! Tu vas bien?

    Un seul texte qui pourrait bien effacer des années d’affections, de partages, d’échanges.

    Je refuse! Ne trouvant pas les mêmes sages et sains « modèles », ou si peu, comptés sur les doigts d’une main, dans mon entourage. Ce que tu proposes est de l’incitation à l’ isolement. Tu me fais peur!

    ——-

    2) Tu as raison. Tes mots sont justes et il serait inutile de nier les évidences. Ce n’est pas pour rien que les dirigeants à l’origine des tablettes, des iPhone, ou des jeux vidéo, laissent à peine leurs enfants toucher à un smartphone. Et Dick Cheney, ex-vice-président de Georges W.Bush, avait annoncé qu’il désactivait les fonctions sans-fil de son pacemaker en 2007. Pourquoi ? Pour éviter un piratage mortel.

    « En résumé : Pourquoi faut-il refuser Linky ? Pourquoi faut-il rejeter les smartphones et les objets connectés ? Pour les mêmes raisons. Alors, on va jusqu’au bout de la logique ? Chiche ! »

    A Dieu, « mon » nounours, « mes » nounours. La neige fondue et le printemps aideront…. Fabrice tu peux mettre le clef sous la porte et éteindre les lumières!

    http://www.lepoint.fr/monde/les-robots-intelligents-arrivent-menacant-des-millions-d-emplois-14-02-2016-2017847_24.php

  6. étant abonnée à enercoop et possédant un cerveau, je dépense environ 35 euros par mois de courant; je fais tourner le lave linge (classe A+) lorsqu’il y a du vent ; je n’ai pas de lave-vaisselle ni de télé mais un frigo (A), un chauffe eau électrique et un vieil ordi-tour; je me chauffe au bois et cuisine au bois ou gaz selon la saison.
    Plutôt que de changer les compteurs actuels pour des « intelligents » mieux vaudrait *mieux éduquer les consommateurs humains dotés d’un cerveau,
    *développer le renouvelable éolien à petite échelle et toutes les énergies renouvelables à petite échelle pour rapprocher la production et la consommation
    * rendre visibles les jours où le renouvelable donne à plein…
    ainsi la consommation d’argent , de matière et d’énergie serait mieux employée qu’en renouvelant les compteurs n’est-il pas?

  7. Il y a une volonté réelle de nous abrutir et de nous faire mourir avant l’heure ; ce n’est pas un effet secondaire. Et nous voyons bien que c’est un plan qui ne fait que s’accélérer. Y-a-t-il un seul politicien – ici ou ailleurs – qui se lève et tape sur la table , qui refuse de se taire, qui oblige les médias à publier, qui exige que les têtes tombent, qui donne les noms, pour en finir avec les crimes des industriels, des banquiers,…. ? Un seul ? Soit ils sont achetés, coupables eux-même, soit on les fait chanter. Vous vous trouvez au pouvoir, on vous informe de graves dangers pour la population, vous ne dites rien, vous ne faites rien ??? Ils sont compromis… par l’argent, par la peur, par quoi d’autre ? Que leurs enfants les jugent.
    Et en attendant Godot, le 20 Heures de France 2 nous tient informés des bombardements effectués par les vilains Russes sur la tête des pauvres gens en Syrie, cela sans la moindre indication de leur source, sans aucun effort d’en apporter une seule preuve. Ils n’ont pas de preuves…rien ! Rien ! On nous veut une guerre contre la Russie, et ces « journalistes », comme ceux de la British Bullshit Corporation, acceptent de jouer ! Ils toucheront leur paie en fin du mois. Que leurs enfants les jugent.

    1. Pour Alice,
      D’un vieil enfant.
      Lorsque l’on casse la croûte, chef, on ne tape pas sur la table (cela renverse la soupe qui est servie) avec sa godasse.
      😀

  8. Revenons à la base de cet article : le compteur Linky, hérésie économique et source potentielle de dangers.

    Pour éviter de se retrouver devant le fait accompli, je recommande fortement d’aller visiter le site de l’association Robin des toits qui propose enquêtes, revue de presse, lettres type pour refuser le compteur, etc :
    http://www.robindestoits.org/Compteurs-dits-intelligents-eau-gaz-electricite_r124.html

    Une pétition ici :
    http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/compteur-linky-sens-economique-eco-1084.html

    1. Répéter les mêmes bétises et être de plus en plus nombreux à le faire ne rend pas une théorie crédible pour autant.
      L’appel de Fribourg est une somme de témoignage et n’a donc aucune valeur scientifique. Seuls les tests en double aveugle permettent de savoir ou non si un lien existe entre les symptomes et l’exposition aux ondes. Or aucune étude n’a réussi à prouvé ce lien …
      ça ne rend pas le projet linky bandant pour autant, mais il faut savoir avoir la critique fine. Robin des toits n’est pas une source fiable car en jettant les dérives technophile actuelles ils ont jeté la méthodologie scientifique et la rationalité avec. Dommage.

      Un très bon article de Sciences et avenir fait le bilan provisoire sur cette affaire :

      http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150826.OBS4798/electrosensibilite-que-dit-la-science.html

      « Selon les sources, très variables (1), il y aurait entre 70.000 personnes et jusqu’à 2% de la population qui attribuent aux ondes électromagnétiques les symptômes très divers dont elles souffrent : maux de tête, fatigue inexpliquée, troubles visuels et de l’audition, problèmes de peau (irritation, rougeurs, sensations de brûlure…), troubles du rythme cardiaque, de la mémoire à court terme, etc. La liste des symptômes potentiels est très longue. Et le « tableau clinique » diffère d’une personne à l’autre. De tels symptômes sont dits « non-spécifiques », autrement dit, ils pourraient avoir pour cause toutes sortes de maladies, une somatisation, voire une condition psychiatrique, selon certains médecins. Or, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), aucune des études menées jusqu’à présent que ce soit en France, Suède, Australie ou encore aux Etats-Unis ne permet de relier ces symptômes à l’exposition aux champs magnétiques.

      Un flou qui n’a pas empêché l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de donner, dès 2005, un nom à ce lien supposé et controversé : l’hypersensibilité électromagnétique (HSEM). L’OMS précise dans le même temps que « la HSEM ne constitue pas un diagnostic médical », mais se caractérise « par divers symptômes non spécifiques qui diffèrent d’un individu à l’autre ». Surtout, elle considère que « quelle qu’en soit la cause, la HSEM peut être un problème handicapant pour l’individu touché ». »

  9. Les linky comme tout autre saloperie pour faire du datamining n’ont effectivement qu’un but: l’efficacité. Cet unique but du système technicien, cher à Ellul. Peu importe la finalité, que ce soit pour vendre plus d’électricité sans risquer de deshabiller Pierre pour habiller Jacques et faire davantage payer cette « qualité » du réseau, ou bien pour tuer un nombre déterminé d’individu(s) ciblé(s) en un seul coup (vivement la chaise connectée, comme dans certains état des USA…). Il ne présente donc aucun avantage pour le particulier (sauf si on est très crétin devant un écran de monitoring) qui n’attend que de la fourniture électrique/énergétique quand il en a besoin, uniquement des inconvénient. Pour l’exploitant en revanche… et c’est bien pour ça que les lobbies arpentent activement les coulisses de l’AN depuis mars/avril 2015 pour rendre quasi obligatoire le déploiement de ces cochonneries, avec donc un discours verdissant (« transition énergétique », n’importe quoi..), chantage à l’emploi – j’appelle ça plutôt du « marche ou crève- et autres billevesées du tonneau progrès et modernité dont il faut très souvent savoir refuser d’écouter les sirènes.

    Bref, je reconnais aussi mon addiction au monde connecté (je parle d’accès à des encyclo en ligne, au vieux mail électronique, pas des silos style twitter et applications de self-quantifying qui communique en permanence dans les nuages qui bouffent une tranche nucléaire pour tourner), l’accès à beaucoup de connaissances que ce soit des matériaux/idées et de personnes, ça me fait sérieusement suer de me couper de cela. Cela m’évite la possession de biens très volumineux, car je souhaite retrouver une certaine frugalité dans mon espace habitable (moins chiant à gérer), si je souhaite accéder à toute information sur les oiseaux, par exemple, dès que j’en aperçois un que je ne reconnais pas ou mal; et qui sait que ça peu être fugace !
    Je cherche « mon » équilibre qui me permet de concilier cette névrose et ses conséquences écologiques, je cherche à limiter de plus en plus ses impacts, j’ai accepté que mon « humanité » (il paraît), l’humanité, est de toute évidence, écocide. C’est dur, et je l’avoue, cet état de schizophrénie passagère est parfois pesante. Mais je cherche… pas du tout sûr de trouver, mais ça m’occupe. 🙂

  10. « Parce qu’il est plus facile de défiler contre une antenne près de chez soi ou du Linky dans sa maison que de renoncer à son mobile et à son hyper-connexion »
    …..
    et d’avoir le plaisir(?) de te lire parce que je suis un abruti de (hyper) connecté, comme toi, si je ne m’abuse!
    Être à contre-courant n’exclut pas de réfléchir à ce que l’on communique en étant connecté.

  11. arg …
    Intéressant.
    Après le registre agressif « nous seuls face aux grands méchants » me fatigue et engendre des raccourcis douteux car décrédibilisants à terme :
    Par exemple affirmer que la nocivité des ondes EM a été plus que prouvée est juste un gros mensonge,les symptômes existent mais aucune étude , n’a prouvé le lien de causalité … Et les symptômes sont non-spécifiques (les mêmes que pour plein d’autres pb). Ce qui est très emmerdant à mes yeux.
    Et je ne crois pas que les études scientifiques soient toutes dévoyées au grand satan technophile.
    Bref assumons un discours complexe et non simpliste. Décrédibiliser la méthodologie scientifique n’est pas un combat sain, un peu de zététique (du doute !) ne fait pas de mal.

    ça ne veut pas dire que les compteurs linky ne soient pas une sombre bétise.

  12. 20 communes refusent déjà les compteurs communicants.
    Voir le détail ici : http://refus.linky.gazpar.free.fr

    Principales raisons : la mise en danger de la santé des habitants par les ondes électromagnétiques générées par ces compteurs et la remise en cause des libertés publiques. Ces compteurs captent des informations sur la vie privée des habitants. Et bien sûr, les économies qu’ils sont censés réaliser ne sont pas démontrées. On s’oriente même vers un surcoût lié à leur installation.

    Sur le plan écologique, je me demande comment on pourrait se débarrasser de 80 millions de compteurs (35 millions pour l’électricité, 30 pour l’eau, 11 pour le gaz) pour la plupart en parfait état de marche ! Les opérateurs assurent que des filières de recyclage vont être mises en place, mais on attend depuis plusieurs années des précisions sur le sujet. Bref, rien n’est prévu.

    Par ailleurs, on peut déjà communiquer par internet sa consommation précise d’électricité, de gaz ou d’eau, sans avoir besoin de compteurs communicants. Je le fais moi même tous les 2 mois.

  13. Je partage le commentaire de @Alice à 200% ; dans le même ordre, passant plus de temps qu’à l’ordinaire devant le 20h, on nous bassine depuis 2 semaines avec les éleveurs de porcs qui manquent de suvbention, qui ne savent plus quoi faire de leur production, etc.. Mais as-t-on consacré 3 minutes à faire parler des végétariens qui auraient pu leur dire que leurs porcs, chers ou non, on ‘en veut plus ? Bien sur que non ! !

    Et pour Linky, je trouve quand même qu’il faut faire le maximum pour l’éviter, donc, amis, pétitionnez, écrivez, campez devant votre vieux compteur, et courage !

  14. beau réquisitoire ! mais pour les électrosensibles dont il est question se passer de wifi smartphone et autres gadgets émetteurs d’ondes néfastes est possible car de leur seule responsabilité mais leur imposer des Linky et autres antennes relais est une autre chose
    Donc laisser au moins la liberté du choix de s’intoxiquer ou pas. après tout l’Etat a bien légiféré pour interdire le tabac dans les lieux publics pour éviter un tabagisme « passif »

  15. Cette note pose les bonnes questions, on en est tous là ici, à ces interrogations.
    « Je ne prétends pas avoir accompli les changements que j’appelle de mes vœux. Qui, d’ailleurs, pourrait revendiquer une telle prouesse ? J’en suis loin. Mais je ne me considère pas libéré de ce devoir : nommer et tenter l’épreuve du réel. »
    Cette phrase résume à merveille le dilemme auquel chacun est confronté à son niveau, plus ou moins avancé.

    Au-delà, quelles réponses ? Pas évident. Tout est une question de mesure, de « sobriété », de dosage.
    On ne reviendra pas dans les solutions du passé. Un exemple : à plusieurs milliards d’humains, nos forêts ne résisteront pas au chauffage au bois, ou sinon elle se transformeront en forêts de culture, biologiquement désertes. Plus les problèmes pulmonaires liés aux particules (cf la Grèce avec cette ignoble crise qui oblige les gens à brûler n’importe quoi pour se chauffer). D’une manière ou d’une autre, nous avons besoin de la technologie, mais pas n’importe quoi. Reste à trier les torchons et les serviettes. A trouver la juste utilisation pour effectivement éviter entre-autres ce « délire connecté », qui est un des éléments du « je fonce dans le mur ».

    Autre chose. Dans la Grèce antique, les citoyens se retrouvaient dans l’agora pour échanger, décider de la marche de la cité. Actuellement les problèmes sont planétaires, les décisions que nous prenons collectivement ont des conséquences planétaires, et vu cette situation, maintenant, il paraît difficile de se passer de cette espèce d’agora dont ce site est un exemple. Et puis ces échanges peuvent jouer un rôle d’encouragement mutuel sur ce chemin difficile où on a l’impression de crier dans le désert. D’autant que l’expression orale est n’est pas facile, et laisse difficilement le temps de la réflexion. Par écrit, ça mûrit, on relit, on ajuste, on corrige pour trouver le mot qui paraît juste.
    Les mobilisations passent par là. Ce qui ne veut pas dire se surcharger d’autant de gadgets inutiles. Facebook, twitter, ipad, et tutti quanti ? jamais utilisé. M’en fous. Un portable basique utilisé une fois par semaine en moyenne, un vieux PC dont je m’acharne à prolonger la vie. Largement suffisant pour être au courant de tellement de choses qu’il faudra filtrer de toute façon. Avant c’était à 100% les journaux, beaucoup plus limités en source d’infos. Fabrication de papier, encre, etc. puis jetés, éventuellement recyclés. Etait-ce mieux ? Les serveurs Internet sont-ils intrinsèquement nocifs ou manquent-ils seulement d’avoir été pensés pour fonctionner avec moins de gaspillage ? L’énergie consommée par les processeurs et dilapidée en chaleur nécessite encore plus d’énergie pour refroidir. C’est con non ? Ne pourrait-on pas utiliser cette chaleur pour autre chose ? On n’est pas forcément obligés de jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Un autre exemple. J’ai été horrifié par ces 10 hectares de forêts rasés dans la Drôme à Réauville, pour installer des panneaux solaires pour Engie, avec la bénédiction de l’élu local. Ça, c’est la méthode bourrin à 2 neurones, pour faire du fric, et devenir le valet d’une multinationale. Dans le film « demain », des panneaux solaires produisent de l’énergie tout en étant disposés de façon judicieuse, et canalisant l’eau de pluie, au-dessus de permacultures nécessitant ombre et soleil. Avec la même chose, on peut faire le pire ou le meilleur.

    Pour en revenir à ces compteurs EDF, c’est vrai que c’est un délire usine à gaz. Les relevés, on peut les faire soi-même et les communiquer par internet. EDF fait des relevés 2 fois par an. Je serais par contre preneur d’un compteur, à usage interne seulement, qui intègre la consommation de chaque appareil en fonction du temps, pour savoir ce qui bouffe le plus (pas évident pour les fonctionnements intermittents). Un flicage interne en quelque sorte.
    La technologie n’est pas systématiquement et intrinsèquement mauvaise. Il faut toujours mettre en balance son impact sur le milieu naturel, sa dangerosité, la santé, les vrais besoins à laquelle elle peut répondre, la manière de l’utiliser, et l’aliénation qu’elle entraîne (ou plutôt qu’on accepte), et décider à partir de là. Le vrai problème est que cette décision n’est pas démocratique, pas collective : la création des objets technologiques n’est pas décidée par des citoyens connaissant tous les tenants et les aboutissants, en connaissance de cause. La décision est prise dans des entreprises dont le but est de faire du pognon en jouant sur le cerveau « reptilien », en créant des envies. Les consommateurs coupables sont acteurs et victimes à la fois.
    Le problème est, à la base, une déficience de nos sociétés, de l’éducation aux modes de décision (Allez P.P., sors-nous Castoriadis ;-)).

    PS hors sujet : consultation sur le dernier arrêté destiné à dégommer 6 loups de plus. Voir le site de Ferus. Même si c’est dans le désert, il faut s’exprimer.

    1. Salut l’ami PL ! Oui, Castoriadis, mais aussi Jacques ELLUL sur la technique qui n’est pas si innocente que ça car selon lui, au bout d’un moment, elle devient … « autonome » !
      Merde, le bouquin sur Casto s’appelle justement « Autonomie ou barbarie » est-ce à dire que Casto fait la promo des « Linky » qui pourraient devenir « autonomes » (eux) ???!!!!
      Mais non,Casto a disparu en 1997, bien avant les compteurs mouchards ! Ouf… la trouille que j’ai eu !

  16. Frédéric et Fabrice, merci de dénoncer les impostures.
    3 autres à dénoncer ce soir :

    1 – la cause des graveissimes microcéphalies du nouveau né au Brésil pourraient être liées à un pesticide utilisé contre les moustique et non au virus Zika transmis par les mêmes moustiques ! Selon des chercheurs argentins.
    http://www.bastamag.net/Un-insecticide-et-non-pas-le-moustique-Zika-responsable-des-malformations

    2 – le patront d’EDF (et le PS) nous entubent bien comme il faut encore une fois :
    http://www.liberation.fr/futurs/2016/02/16/le-pdg-d-edf-flingue-la-loi-de-transition-energetique_1433805
    Allez Ségolène, encore un petit effort et tu l’auras ton EPR à Flammanville (à force de rajouter un milliard par ci, un milliard par là… ça va finir par marcher !).

    3 – c’est pas beau ça : une dangereuse terroriste de 70 ans membre de la non moins dangereuse LPO, plaquée à terre, molestée et menottée sans ménagement pour avoir détaché un peu vite une barrière métallique de rue lors d’une manif extrême, violente, radicale (le pire !) et surement djihadiste de 20 (!) personnes pour sauver des platanes centenaires à Poitiers (ben oui, Poitiers, c’est tendu depuis l’an 732 alors les flics, ben ils sont à cran, faut les comprendre…) :
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/vienne/poitiers/video-poitiers-l-arrestation-musclee-de-katia-qui-s-oppose-l-abattage-des-arbres-929421.html

    VIVE L’ETAT D’URGENCE ! Certains policiers se voient pousser des ailes au cul… et il faut remarquer que c’est un haut gradé qui lance l’affaire (4 barettes = commandant je crois). Rassurant : il a sous ses ordres 100 à 200 policiers voire davantage et il s’attaque avec une rare violence à une brave mamie isolée. Ah… mais oui… une brave mamie… ECOLO !

  17. Le Linky est une invention diabolique destinée à détruire notre précieux fluide vital, pour laisser la place aux descendants de l’Atlantide qui se cachent dans une base secrète de l’Antarctique, qui fut un temps récupérée par les nazis … Merci à ce site de nous tenir éveillés, pendant que c’est encore possible ; mais je regrette de devoir utiliser un ordinateur connecté à Internet pour prendre conscience de mon aliénation ; n’aurait il pas été plus simple de diffuser ce message par un réseau de Tam Tam implanté sur l’ensemble du territoire, et financé par une opération de financement participatif militant ??? Je pose la question, mais je sens mes forces s’amenuiser …

  18. Frédéric Wolff touche du doigt un des deux points importants en écrivant que « le combat est à mener dans nos vies, avant tout. » Je partage son constat qui souligne nos contradictions personnelles, mais il faut selon moi y ajouter la dimension collective.

    Je veux parler du combat politique et citoyen qui, seul, peut stopper ou, au moins, ralentir la course folle menée par des individus cyniques et vénaux, qu’ils soient politiciens ou milliardaires actionnaires. Car, enfin, à quoi sommes-nous réduits dans notre pays où le mensonge est permanent et la démocratie est bafouée et ses principes foulés aux pieds quotidiennement (voir l’état d’urgence et la « guerre » menée par la France selon Valls) ?

    Amitiés à Fabrice.

    Jean-Michel

  19. Fabrice ton article et mon premier commentaire m’ont donné envie d’aller plus loin dans mon coup de gueule sur la dérive irrationnelle qui mine le milieu écolo (dans lequel je brasse depuis ma naissance).

    1. Réaction salutaire, Julien, que celle qui nous évitera de sombrer dans des délires et des élucubrations sans fin alors que les situations sont complexes et ne relèvent pas au niveau global du tout ou rien. Rigueur et sérieux ne conduisent pas à la compromission. Au contraire.

      Amicalement.
      Jean-Michel

    2. Bonjour Julien et tout le monde ,
      The world Wind Web . Ne faudrait-il pas plutôt parler de dérive irrationnelle qui mine le monde ? Je n’ai rien contre la science et pense avoir un esprit relativement scientifique .C’est entre autre la science qui m’a fait choisir la grelinette plutôt que le motoculteur , la science mais aussi l’empirisme et l’idéologie .
      Le hic ! La grelinette une fois achetée ou fabriquée soi-même , ben, ça dure longtemps et ça ne rapporte plus rien à la société .
      Soyons humble , combien d’entre nous ont encore une activité que l’on pourrait qualifier d’indispensable à la vie ? Respirer , boire , manger et se soigner .
      Fort heureusement les plantes nous procurent encore gracieusement l’oxygène , l’eau tombe encore du ciel mais est bien dégueulassée au passage , ce qui pour la rendre potable , fournit du travail et un revenu à certains , l’alimentation on sait ce qu’il en est , un petit pourcentage d’individus produisent ( souvent de la merde ) pour tous les autres .Quant aux soins , d’abus en excès , de serments d’hypocrites en fric on connait la suite …
      Et les autres ? Ben, les autres ils s’agitent parce qu’on nous apprend qu’il faut s’agiter , gagner sa croûte , quitte à faire des trucs machins bidules qui n’ont absolument aucun sens mais bon c’est comme ça , that’s life .
      Paradoxe suprême , qui sont les winners de nos jours ? Les clowns , les saltimbanques , les pousse-boules .
      Les pousse-boules justement , ils ont un avantage , pas de cerveau mais un but .
      Il manque un but , quel est le sens à tout ce progrès ?
      J’utiliserai le world wide web tant qu’il me permettra une certaine forme d’évasion au maelstrom ambiant .
      N’oublions pas l’open source du web qui est tout de même une chose admirable .
      Amicalement.

    3. Pour « Julien »,

      Je crois que c’est la première fois que cela m’arrive en plus de huit années de Planète sans visa. Je viens de virer l’essentiel d’un nouveau message de « Julien » et ne passerai pas ceux qui sont en attente, car j’ai plus que des doutes. Alerté par des amis – Alice, merci -, j’en suis arrivé à la conclusion que ce « Julien » était ici en service commandé de l’industrie. Ne soyons pas naïfs, cela existe, et de plus en plus. Je vous demande à tous de rester vigilants, car une seconde d’inattention – je rappelle que c’est moi qui modère – et hop ! on se retrouve avec des trolls payés pour troller. Salut à tous !

      Fabrice Nicolino

  20. Ben moi, je le trouve très bien, ce texte.

    Je suis à fond engagée dans cette lutte. Peut-on ne pas dire non à Big Brother, à Montpellier ou Grenoble, villes de cauchemar ?
    Je ne fais plus que ça. C’est claquant mais on les aura. Parce qu’on n’a plus le choix.

    Frédéric a raison : il faut remettre en cause notre implication dans la marche à vitesse forcée vers « le meilleur des mondes », notre abominable et inconsciente complicité avec ces technologies qui nous détruisent. Beaucoup trop de gens (y compris chez les militants) sont accros au portable et, plus généralement, à la déconnection (si l’on peut dire) d’avec le monde réel… d’avec la délicieuse caresse du vent qui vous fait dresser les poils sur la peau quand il fait un peu frais… La vie derrière un écran ? Pourquoi pas derrière des barreaux ?

    Les réunions auxquelles j’assiste depuis deux mois me font rencontrer des gens pleins de colère. Oui, cette chose suscite vraiment la colère. Je ne loupe pas une occasion de faire remarquer à tous qu’ils ont un téléphone portable. Tous se trouvent des excuses mais tous sont très gênés. Ils sont conscients de leur contradiction. D’autant qu’il y a maintenant de plus en plus d’électro-hyper-sensibles, y compris dans la salle. Qui les engueulent.

    Je n’ai jamais eu de téléphone portable. Il n’y a plus de cabine (non pétée) nulle part. Je ne téléphone donc plus que de chez moi. M’en fous.

    Aucune Wi-Fi ni autre CPL. Hélas, il y en a partout autour de moi.

    J’ai décidé d’aller de moins en moins sur mon ordinateur. J’ai commencé ma désintoxication. Ça marche. Et je salue d’avance le jour où il n’y en aura plus.

    Planète sans visa ? J’adore mais tant-pis.
    Fabrice n’a pas attendu internet pour écrire. Il continuera quand nous vivrons enfin dans un monde où les gens auront relevé la tête. Je lirai ses bouquins, ses textes sur du papier. C’est ce que je fais d’ailleurs, très majoritairement aujourd’hui. Planète sans visa sera imprimé.

    Mais comment on faisait avant ? On imprimait nos tracts, on imprimait nos brochures, on se voyait en réunion… C’était vivant. C’était en chair et en os.
    Depuis que les amis de pacotille de facebook pullulent, j’ai été exclue (de fait) de deux groupes militants… qui ne fonctionnaient que comme ça.

    Re-noter ses rendez-vous sur un agenda au lieu de programmer des alarmes sur son ordinateur. Prendre le dictionnaire au lieu de Wikipédia. Et tant de choses encore !Je sens que ça va être le pied.
    J’ai eu un ordinateur avant tout le monde et avant internet. On y faisait sortir des choses de nous : textes, dessins, films… Aujourd’hui, pour l’essentiel on s’y informe, on s’y remplit (du meilleur et du pire), on veut savoir et en temps réel, exactement comme les vendeurs de compteurs communicants. On n’a plus le temps de faire sortir quoi que ce soit de nous.

    Pour finir, je ne sais plus qui a écrit sur cette page de commentaires que la nocivité des ondes n’était pas prouvée mais voilà qui est totalement faux. Fouille ! Cherche ! Il y a des milliers – oui, des milliers ! – d’études qui prouve leur nocivité et que l’industrie et les états cachent, discréditent – et les gens marchent parce que ça les arrange ! Hé oui, comme ça on continue sans culpabilité à avoir son petit téléphone portable. Exactement comme pour l’amiante, les pesticides (relis Fabrice… sur papier !) etc etc.

  21. Je connais une personne qui est née avec une maladie dont elle est l’unique cas au monde. Il n’y a aucune preuve d’un lien avec une décharge que, Fabrice, vous connaissez bien, et près de laquelle elle est née. Mais ce qu’il faut noter, c’est son QI à peine mesurable. Et jusqu’à l’âge d’environ quinze ans, elle se mettait à crier (ou hurler, selon que vous soyez sensible ou hypersensible) dès que le micro-ondes était mis en marche quand elle était dans la cuisine. Elle n’aimait pas trop les portables non plus.
    Ça prouve quoi ? Juste que l’argument du facteur psychologique ne tient pas.
    Le plus grave, aujourd’hui, c’est que l’hypersensibilité est considérée comme une pathologie. Plus généralement, si vous êtes sensible à une chose (c’est valable aussi pour ce qui est d’ordre moral) à laquelle les autres sont indifférents, vous êtes malade. Personnellement, je suis en relation avec le monde des esprits : je préfère rester discret sur le sujet.

    * * *
    Je n’ai lu personne relever ceci :
    « Je gage qu’il parie sur une aggravation de la situation telle qu’il pourrait jouer sa carte en 2022, ou peut-être avant. Son calendrier n’est pas celui de Hollande, car un peu plus jeune, il sait devoir sauter la case 2017. En attendant, il lui faut, pour avancer sur le chemin de son grand remake, du sang et des larmes. » PSV, 5/01/2015
    Et dans l’article mis en ligne le sinistre lendemain, un autre qui paradait aussi le 11 janvier était accusé de « crime de masse ».
    Ça ne prouve pas qu’ils soient de vos assassins.

  22. Julien écrit (entre autres) : « L’electrosensibilité est un pb sanitaire évident mais qu’il soit biologique et lié a l’exposition aux ondes restent un sujet de débat et aucune preuve n’a pu être fournie. »
    Moi-même éléctrosensible, je ne cherche pas à contredire. Je n’ai pas besoin de convaincre les autres, et surtout pas de perdre mon précieux souffle avec les saints d’esprit (salut Stan !). Ce n’est pas nécessaire, car la preuve est faite de la nocivité des ondes pulsées pour le vivant, par de nombreuses études, et reconnu du bout des lèvres par la OMS. Cela n’arrange en rien les affaires des uns et des autres…. c’est une histoire de fric, bien évidemment.
    Alors, quel intérêt de s’énerver sur la question de l’électrosensibilité pour ceux qui ne se sentent pas irradié ?
    Cher Julien, votre style vous trahit. Soyez heureux.

  23. Les menteurs aveuglément pro- Linky sont à démasquer, de même que ceux qui prétendaient chez EDF dans les années 70, pour leurrer le gogo, que l’ensemble des déchets nucléaires français tiendraient « dans une piscine olympique » (sic!) ou encore, que le nucléaire civil ne peut pas devenir militaire :

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/du-materiel-hautement-radioactif-vole-en-irak-ravive-la-peur-terroriste_1764848.html#xtor=AL-447

  24. A propos du mensonge pour imbéciles de « LA » piscine olympique pour les déchets nucléaires… on en était plutôt l’an dernier à 385 piscines !

    http://environnement.blogs.liberation.fr/2009/06/30/dechets-nucleaires-385-piscines-olympiques/

    Comme les gens aiment bien être pris pour des enfants par les escrocs du nucléaire. Et ce nucléaire, vous le sentez, pèse de plus en plus dans notre pays par son gigantisme source de rigidité de notre système énergétique et donc gouffre financier monumental et sans fin. Nos factures électriques vont s’envoler dans les années à venir.
    Tout ceci sans encore un seul accident majeur. Lorsque celui-ci se produira (à mon avis inévitable), où en serons nous à part fuir au plus vite en fonction du sens du vent dominant ?
    C’est beau le nucléaire : ça rend notre existence strictement dépendante du vent… et du prix des bougies pour s’éclairer ensuite !
    Nous sommes forts dans ce pays : nous avons le nucléaire, sa dette et ses bougies à venir !
    58 réacteurs les amis… pour 66 millions d’habitants. Quelle faillite !

  25. Pour « Julien »,

    Je crois que c’est la première fois que cela m’arrive en plus de huit années de Planète sans visa. Je viens de virer l’essentiel d’un nouveau message de « Julien » et ne passerai pas ceux qui sont en attente, car j’ai plus que des doutes. Alerté par des amis – Alice, merci -, j’en suis arrivé à la conclusion que ce « Julien » était ici en service commandé de l’industrie. Ne soyons pas naïfs, cela existe, et de plus en plus. Je vous demande à tous de rester vigilants, car une seconde d’inattention – je rappelle que c’est moi qui modère – et hop ! on se retrouve avec des trolls payés pour troller. Salut à tous !

    Fabrice Nicolino

    1. Bonjour,

      J’avoue être dérangé par cette censure. Dans l’éventualité où Julien serait vraiment de l’industrie, tant qu’il argumente, il a le droit de s’exprimer, non?

      A l’inverse, si des écolos s’exprimaient sur un forum pro-pesticide, est-ce qu’il faudrait les censurer?

      Si le problème se pose sur la manipulation par quelqu’un qui se fait passer pour un autre mais dans tous les cas, je pense qu’il faut un débat avec les idées opposées.

      En tout cas, dans ces échanges et dans le cas des anti-onde, personne n’a fourni d’études scientifiques prouvant la nocivité de ces ondes.

      A moins que quelque chose ne m’échappe ?

      Cordialement,

      Fabien

      1. Fabien,

        Faut pas trop pousser le bouchon. Un, il a DÉJÀ parlé ici. Deux, si vous ne comprenez pas qu’il faut se défendre contre les procédés de manipulation – l’industrie est dans ce domaine reine -, eh bien, je crois que nous avons un problème. Vous êtes le bienvenu, certes, mais savez-vous bien où vous êtes ? Je crois que non. J’ai créé Planète sans visa en 2007, et ma Déclaration d’intention est toujours disponible en page d’accueil. Libre à vous de croire ce que vous voulez, mais libre à moi de souhaiter la destruction totale de la société industrielle.

        Fabrice Nicolino

        1. Bonjour,

          N’ayant pas lu les messages censurés, difficile de se faire une idée mais je ne vois pas ce que vous trouvez de manipulation dans les écrits de Julien.

          D’ailleurs, il termine l’un des ses messages par « ce qui ne veut pas dire que les compteurs linky ne soient pas une sombre bêtise ».

          Cependant, vous êtes effectivement seul maître à bord de votre blog.

          Fabien

  26. @ Machet et julien (machet = julien ?): (écrit avant de se faire virer…) :je suis d’accord avec la rigueur et la méthodologie pour avoir un avis étayé. C’est indispensable. Je garde toujours un esprit critique envers tout ce qui peut se dire à tort et à travers. Je ne suis pas un spécialiste de ces problèmes d’ondes électromagnétiques mais on peut constater néanmoins :
    – Problème avec l’Anses : certains membres de ces agences publiques ont pu montrer des conflits d’intérêts avec l’industrie (cf. bouquins de Fabrice par exemple). Quelle confiance peut-on désormais avoir dans leurs avis ?
    – Il reste donc à éplucher les données sources, c’est-à-dire les études réalisées et leur contexte. Non seulement le fond, mais aussi les financeurs, les participants et leurs liens avec l’industrie : Trop d’études financées par l’industrie ont été bidonnées, ou d’autres réalisées par des scientifiques ayant partie liée avec cette même industrie.
    – Dur, dur, vaste programme donc de séparer le bon grain de l’ivraie en ces périodes de crise de confiance. Il faudrait des services d’expertise publiques totalement coupés de l’industrie, aussi bien les personnes (qui devraient être systématiquement « foutues à poil », façon de parler, que le financement (quitte à prélever des taxes sur l’industrie pour l’assurer)).
    – Il me semble (à confirmer ?) qu’il y existe des distances de sécurité pour les lignes à haute tension, à cause du rayonnement généré. Les appareils dont on parle sont de plus faible puissance, mais le rayonnement est de même nature, et nous sommes constitués à 75% d’eau contenant des ions. On peut se poser aussi, outre les électrosensibles, le problème de l’exposition de longue durée (plusieurs dizaines d’années) avec des risques de cancer à la clé. Je ne pense pas (?) que des études de longue durée aient été menées.
    – S’il n’y a pas de certitude, quel principe de précaution ? Nous sommes issus de milliers d’années d’évolution sans ce genre de phénomène dans l’environnement proche (à part ce qui provient de l’espace). Quid de l’adaptation de l’organisme à ce genre de sollicitation ? La vitesse à laquelle va notre société, poussée passivement par l’industrie n’est pas du tout la même que celle de l’évolution. La stratégie actuelle n’est pas l’anticipation et le temps qu’il faudrait pour, mais celle d’essuyer les plâtres…

  27. Je trouve ce billet terriblement excessif.

    Bien sûr, l’humanité est imparfaite. Bien sûr, il y a trop d’écrans, trop de futilité. Mais Mr Wolff rédige bien ses billets avec un ordinateur pour le publier sur un blog, non ?
    N’est-pas déjà vivre dans ce qu’il dénonce?

    Je pense qu’il y a des combats utiles à mener (biodiversité, agriculture, démocratie…) mais être trop excessif oblige à être en dehors de la réalité et décridibilise le message.

    Par exemple, les ondes. Dans ce cas, pourquoi ne pas supprimer la radio, qui utilise aussi des ondes ? Je veux bien admettre de ne pas coller des habitations sous des antennes relais ou des câbles haute-tension.
    Je veux bien admettre aussi un effet cancérigène en cas d’utilisation très excessive mais pour le reste il faut être raisonnable.

    Que l’on soit clair : pour aller au fond du message, en toute objectivité, il faut regarder quel mode de vie propose Mr Wolff? Avec quels avantages et quels inconvénients par rapport au nôtre actuel?

    Attention, encore une fois, je ne nie pas des situations intolérables comme l’élevage intensif ou les abattoirs ou la mort des sols et de la biodiversité.

  28. Un ajout :
    Quand les vaches se mettent à danser….
    https://www.youtube.com/watch?v=hvSjUTLnh44

    Le courant électrique (pulsé, man-made) ne veut plus rester à sa place ! Tous les réseaux sont saturés par les machins-trucs qui se branchent dessus. L’infrastructure est vétuste, inadapté, et la nature dictera toujours sa loi. Le courant retournera à la source par le chemin qui lui plaît – y compris nos corps.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_vagabond ( » Les courants parasites étant faibles, ils ne sont pas directement dangereux. » Vous croyez ?)

    1. Bonjour Alice,

      Je lis tout cela un peu trop vite mais j’ai tout de même regardé votre vidéo.

      Qu’est-ce qui permet de dire que ce n’est pas simplement l’espèce de boîtier qui sert trop la patte de la vache et qui la gène voir la blesse?

      Aussi, l’article que vous citez de wikipedia, dans sa partie courant parasite et élevage explique bien que s’il n’y a pas de risque d’électrisation, il y a bien une gène. Cela aurait même un effet sur les mammites, reconnu par la cour d’appel de Caen.

      Votre citation et votre insinuation « vous y croyez ? » n’est donc, à mon avis, pas saine ni objective voir malhonnête.

      Là où je veux en venir, c’est que les écolos doivent être très rigoureux scientifiquement pour ne pas se décrédibiliser.

      Fabien

  29. Azer, merci.
    J’avais posté ce texte de D. Jensen pour provoquer les réactions.
    Selon les mots de Marina Patton, il y a cette « contradiction qui, je l’avoue me ronge quotidiennement ou presque… »: culpabilité, sentiment d’impuissance.
    L’en peut plus, le colibri, parfois!
    Merci aussi à Jean-Michel, Jeanne Guiader, Marina Patton, PL et Patrice: vos réponses croisées m’ont nourri.

  30. Retour d’expérience .
    Comme je l’avais déjà dit avant , mon portable a dix ans , abonnement au ras des pâquerettes évidemment (sms ou phone pas d’internet ) et comme je m’en fout , j’oublie souvent de le
    recharger ( quand il n’est pas oublié tout court ) .
    Nous passons les fêtes chez la soeur de ma compagne . Le matin du retour , ma compagne ne se sentait pas très bien ( pas d’abus pourtant ) , on prend la route tout de même , deux cents bornes à faire ( son portable est déjà à plat ) .
    Après plusieurs arrêts , en milieu de chemin , elle ne se sent vraiment pas bien du tout
    ( elle avait 7 de tension ) , on sort du véhicule elle se couche dans le talus , j’appelle les pompiers , j’explique la situation et vaguement où nous sommes , en campagne à la sortie d’un village en direction de ….
     » monsieur , donnez-nous vos coordonnées GPS !  »
     » Ben , j’en ai pas de GPS sur mon outil !  »
     » Remettez-la dans la voiture alors et retourner au village le plus proche pour trouver un nom de rue et un numéro ! Branchez votre quit main-libre pour rester en contact !  »
    « Ben , j’ai pas de main-libre ! je dépose mon outil sur le tableau de bord et vous rappelle de las-bas !  »
     » ok !  »

    Arrivé sur place …. batterie à plat ! pas de nom de rue ! … rester calme !
    Trouver quelqu’un ! première porte , on m’ouvre à peine ( peur d’une arnaque sans doute ) « allez voir las-bas , le monsieur est un ancien pompier !  »
    Effectivement , un ancien pompier , j’ai failli le prendre sur mon dos pour aller plus vite , mais bon , très gentil et secourable le monsieur .

    L’ambulance a fini par arriver , car ils l’avaient envoyé malgré tout … finir la journée aux urgences .

    Cette histoire pour dire qu’une résistance sera toujours possible , je n’ai toujours pas d’autre portable et certainement pas de smartphone , mais dans l’avenir , il faudra être prêt aussi parfois à en subir les conséquences .

    1. Dans un autre registre, ça m’est arrivé plusieurs fois de dépanner avec ma bonne vieille carte « papier » des randonneurs paumés avec leur GPS…:-):-)
      La techno, OK, mais quand c’est vraiment utile.
      Le portable de toute façon, ça ne passe pas en montagne. J’y suis souvent seul. Au moins on apprend à être autonome et à mesurer ce qu’on peut se permettre de faire ou pas.

    2. Désolé pour votre amie. Prompte guérison a elle.

      http://www.robindestoits.org/Augmentation-de-50-des-tumeurs-du-cerveau-chez-les-enfants-au-Royaume-Uni-en-10-ans-40-au-Danemark-en-Finlande_a1717.html

      Orange fermera ses lignes de téléphone fixe historiques à partir de 2021.

      Le portable peut sauver des vies. Sans … ou avec, c’est être au mauvais endroit, au mauvais moment. Quand il est l’heure de partir, il est l’heure! Combien de vies sauvées, pour les milliers de malades actuels non reconnus et a venir? Dont beaucoup d’enfants. Qui ont, depuis leur premier jour de naissance doivent subir toutes ces ondes nocives.

      Bien a vous,

    3. Je ne crois pas à l’existence de Paspier, que je vois aussi sympathique que Julien. C’est d’ailleurs possiblement le même. Je ne vais plus prendre aucune précaution pour jeter cette bimbeloterie aux oubliettes.

      Fabrice Nicolino

      1. Et toujours les maux en tôt dès le p’tit déj !
        Dupont et Dupont dans la même tasse… de quoi bayer !
        Ras le bol !
        Courage Fabrice !

  31. Fabien, Je ne vous connais pas. J’ai ajoute la page Wikipedia (souvent avare de vérité) pour ceux qui ne causent pas l’anglais, pour avoir une idée générale du phénomène. Votre cas ? Je ne sais pas et m’en fous royalement. Les utiles sont au bout de ces doigts que votre mère a trouvé si adorables….cherchez à « dirty electricity », ne cherchez pas. Je m’en tape, et je n’insinue rien. Je le dis clairement. On ment comme on respire, on fait de la désinformation, de la propagande, de l’obfuscation sur pas mal de sujets, cela pour protéger la machine à fric, et celui-ci, peu connu en France, en fait parti.

  32. Fabrice,
    Baudouin, de la Buvette des Alpages, que tu dois connaître, il est du métier (site web), et il a débusqué pas mal de trolls avec des adresses louches, sur son site. Il aurait peut-être des « recettes » ….?

  33. Ce n’est pas la premiere fois qu’il y a des trolls sur Planete sans Visa (je me souviens d’une « Sophie » qui valait son pesant de cacahuetes, « etudiante en pharmacie » qui menacait Fabrice d’etre « denonce en infiltration », Brrr…) mais lorsqu’ils sont deployes c’est bel et bien qu’un sentiment de panique envahi leurs employeurs. Frederic Wolff, avec sa plume elegante, a donc fait mouche. Pour moi, ce texte pose calmement les questions importantes, il est a mediter.

  34. Aux électrosensibles (et désolé du lien plein de pubs technologiques), l’état va consacrer encore un peu plus de nos deniers à vous rendre la vie impossible :
    http://www.silicon.fr/mobilite-letat-va-debourser-70-millions-deuros-pour-couvrir-les-zones-blanches-139914.html?utm_source=2016-02-25&utm_medium=email&utm_campaign=fr_silicon&referrer=nl_fr_silicon&t=a1f3a06c64b33d5a11758a1f5745b55f873852

    Il faut que tout soit prêt pour l’Internet des objets.

  35. S’il est fort probable que les ondes électromagnétiques présentent un danger, les officiels mettent souvent plusieurs décennies à reconnaitre un danger (amiante, tabac, pesticides), la lutte contre ces compteurs ne doit pas se limiter à ce seul aspect.
    Ces compteurs sont aussi une source de gaspillage, leur production et le remplacement des anciens ont un coût économique et écologique non négligeable, nous n’avons pas besoin de ce gaspillage supplémentaire, mais surtout c’est un moyen de plus pour une société de surveillance et de contrainte, un pas en avant vers un totalitarisme technologique.
    Si demain, les promoteurs de ces compteurs trouvent un moyen d’éviter leurs effets electro-magnétiques, ils ne doivent pas pour autant être acceptés.

  36. bon bon bon …
    J’avoue être un peu sous le choc, ne pas savoir quoi dire, ou quoi répondre vu que je que je me vois accusé d’être un suppot de satan, un infiltré de l’industrie.
    Sans faire étalage de mon CV, je suis prof de physique à mi-temps, écolo depuis toujours, anti-nucléaire, féministe, éducateur à la sexualité, lecteur de charlie hebdo qui m’a fait te découvrir Fabrice etc etc.
    Je n’ai aucune accointance avec le monde de l’industrie.
    Là je réagit à chaud car un ami vient de me dire « tu as vu les échanges sur planète sans visa ? » et non je ne les avait pas vu … C’est une bêtise de réagir à chaud mais tant pis, je suis trop affecté pour attendre.
    En tant que prof de sciences et citoyen je me suis intéressé depuis peu à la zététique, cette science du doute et de la méthodologie scientifique car je fréquentais de plus en plus d’amis tombant dans une irrationalité dangereuse à mes yeux : ésotérisme, théorie du complot etc.
    Le domaine de la santé cristallise particulièrement ce type de dérive.
    J’étais au salon Primevère dimanche : si quelque’un affirme qu’un plante soigne tel ou tel pb, doit-on le laisser l’afficher comme argument publicitaire ? Doit-on subventionner publiquement ces produits ou non ? C’est un vraie question politique pour moi et j’ai l’impression que les tests de méthodologie scientifiques sont un bon outil pour définir ce qui a un effet biologique de ce qui a un effet sanitaire mais peut être pas biologique. A mes yeux je réserverai les subventions publiques aux produits ayant des effets biologiques testés et prouvés.
    A l’inverse, prouver que quelque chose n’a pas d’effet dangereux est bien plus problématique en terme de méthodo … Le fameux principe de précaution au coeur de plein d’enjeux vient donc là dedans, et c’est bien plus compliqué de s’y retrouver pour moi.

    Bref je ne dis pas « Vive les compteurs Linky et à mort les électrosensibles », je dis »merde, pourquoi on n’arrive pas à prouver scientifiquement l’électrosensibilité ?!! »
    Est-ce parce que les labos sont corrompus ? Les recherches orientées voire censurées ?
    Alors on me répond que les preuves existent (chouette !) et là on me balance une somme de témoignage (appel de fribourg) ce qui n’a malheureusement pas valeur de preuve scientifique d’effet biologique mais témoigne d’un énorme pb sanitaire de société, ça c’est sur !
    Alors Sciences et avenir fait un papier modéré, avec du doute, ce que je trouve bien. C’est tout.
    L’ANSE est forcément le lieu de conflit d’interet et j’ai envie de me battre pour qu’elle soit indépendante (vive les services publics indépendant bordel !!) … Donc je ne la jetterai pas purement et simplement sans pour autant être crédule.
    Alors qui croire ? sur quels arguments ?
    Moi je trouve ça dur et je trouve ça très louche si quelqu’un trouve ça facile !

    Fabrice j’espère que tu croiras au moins la bonne foi de ce message.

    Peut-être que je me fais manipuler et que je crois des sources fausses ou orientées, comme cela m’est déjà arrivé, évidemment.

    Deux liens de zététique (qui guide mon propos je le rappelle) :

    Une description courte de formation à l’IFE qui résume de qu’est la zététique (j’y vais): http://ife.ens-lyon.fr/manfor/info_manifestation.php?man_id=325

    Un article de fond (long et dense mais riche !) de Richard Monvoisin parue dans la Traverse sur les medecines dites alternatives :
    http://cortecs.org/textes-et-opinions/la-medecine-et-ses-qalternativesq-quelques-outils-dautodefense-pour-militant-es/

    Bien tristement,
    Julien

    1. Julien,

      Si vous êtes un admirateur de Fabrice, je vous invite à lire si besoin dans « un empoisonnement universel » comment une belle brochette de scientifiques nobelisés ont été moteurs dans la mise au point de molécules qui ont servi à la guerre et à l’extermination avant d’être utilisées avec le succès que l’on sait dans la « santé des plantes ».
      Se référer seulement à la science est absolument insuffisant quand on parle de dossiers où des intérêts financiers colossaux sont en jeu : elle est utilisée pour l’élaboration de techniques lucratives et manipulée pour leur justification.
      Dans ce dossier des ondes, les enjeux financiers sont là encore faramineux. On annonce la 5G pour permettre l’interconnexion des objets de la planète entière. On peut clairement imaginer que la démonstration de la toxicité de ces ondes serait un grain de sable insupportable dans les rouages de cette gigantesque machine.
      Vous dites « Qui croire ? »
      Au bas mot, sachant que l’atmosphère terrestre est maintenant inondée d’ondes électromagnétiques « utiles » (transport des signaux de radios, de télévisions, de téléphones, de réseaux informatiques, de radars, …) et parasites (émises par des systèmes électriques tels que moteurs, transports d’électricité, transformateurs, éclairages, …), sachant que le transport des informations neurologiques dans le corps humain se fait par impulsions électriques, sachant que les courants électriques sont sensibles aux variations de champs électromagnétiques et constatant qu’un certain nombre de personnes ne peuvent vivre correctement que dans des endroits « protégés » de ces ondes, le doute sur leur innocuité est légitime.
      Et dans ce cas pourquoi le perturbé (faible) devrait-il prouver plus que le perturbateur (puissant) qui bénéficie de la présomption d’innocence ?
      Vous préconisez avec raison le doute et l’exigence scientifique face aux bonimenteurs de tous poils. Ici, nous n’avons eu ni l’un ni l’autre, et je crains qu’on nous balade suffisamment longtemps pour que les retours financiers soient engrangés bien avant les éventuelles indemnisations, comme dans le cas de l’amiante.
      Je me remémore les doutes lors de l’apparition des OGM: quid de la résistance des « mauvaises herbes », quid de la mutation des ravageurs, quid de l’innocuité des poisons générés par la plante génétiquement modifiée, quid de la généralisation d’herbicides totaux sur la santé ? …Rien de cela n’était scientifiquement prouvé. On connait la suite.

  37. Content de voir que Julien est revenu en grâce. Par le plus grand des hasards, il s’avère que je le connais très bien et je n’en suis pas revenu de voir qu’en 3 petits commentaires, il se faisait chasser du site et traiter de collabo de l’industrie ! Et allez, on emploie les méthodes qu’on dénonce par ailleurs… N’y aurait-il pas là un vrai manque de discernement ?

    Le Julien en question s’avère être un fidèle lecteur et défenseur de Planète sans Visa et de Charlie. Il possède chez lui plusieurs ouvrages de Fabrice et lui voue une certaine admiration. On parle très souvent d’écologie entre nous. C’est également un anti nucléaire convaincu. L’esprit scientifique de Julien l’amène à se poser des questions et à ne pas tout prendre pour acquis, ce qui est intéressant.

    On peut ne pas être d’accord avec quelqu’un sans pour autant le traiter de troll et de suppôt de l’industrie. Il faut raison garder. Evitons de nous tirer dans les pattes dès le premier désaccord. On peut, comme là, faire de grossières erreurs sur une personne.

    Bien à vous ; Stéphane

  38. A Julien
    L’esprit critique ne semble pas vous amener à lire par vous-même les nombreuses études scientifiques à la disposition de tous ceux qui cherchent un peu. Que venez-vous chercher ici ? Voudriez vous qu’une bonne âme, lecteur ou lectrice de ce site, se dévoue à vous remplir de certitudes au sujet des ondes ? Je l’ai déjà suggéré à Fabien qui semble avoir le même questionnement existentiel (rigoureusement non-spirituel il parait) que vous. Ne soyez pas triste. Cherchez, Julien, cherchez…
    A Stef
    Il y a toutes sorte de trolls. J’espère ne pas vous l’apprendre. Ceux qui sont payés pour semer la zizanie, ceux qui le font pour le plaisir, etc. etc. etc. Nous avons ici un sujet qui leur convient à merveille ! C’est scientifiquement prouvé !

    1. « Le jour se lève et les conneries commencent »
      Trois copains…
      😀
      (encore des passages de Grues, ici, mais elles ont le mauvais temps)

  39. Linky : cet article de 2014 explique que les fabricants ont été choisis :
    « Au total, 35 millions de compteurs vont être installés au cours des prochaines années.
    Le coût global du chantier devrait être financé à l’aide des économies réalisées par l’installation de ce compteur : beaucoup moins de déplacements grâce aux interventions à distance, et surtout moins de fraudes et d’erreurs. »
    http://www.societe.com/actualites/erdf_choisit_les_fabricants_de_son_compteur_linky-2362.html

    Nous savons déjà par d’autres pays que les fraudes et erreurs seront probablement multipliés, les « smart meters » étant nettement moins surs que les anciens : http://www.bbc.com/news/technology-29643276

    Alors, ne reste que la réduction du nombre d’employés (EDF ou sous-traitants ?) pour combler le déficit. Combien de « releveurs de compteur » faut il virer pour couvrir l’achat et l’installation de 35 millions de compteurs ?

    Les communes vont acheter les compteurs à EDF, qui les aura acheté aux six entreprises cités, si j’ai bien compris. Les employés qui seront virés pour payer la facture n’étaient pas payés par les communes….? Bon, il y a quelque chose qui m’échappe.
    Le Vent, au secours.

  40. Alice bonsoir,

    N’y croyez pas! Les déficits seront comblés par un tour de passe astucieux et ceux qui auront accepté le nouveau compteur paieront la note.

    À qui appartient le compteur électrique ?

    Qu’il s’agisse d’un compteur classique ou de Linky, la règle est la même, votre compteur électrique ne vous appartient pas. L’article 6-2 des conditions générales de vente d’EDF précise que « le dispositif de comptage est fourni et posé par ERDF. Il fait partie du domaine concédé ». L’article 6-3 ajoute que « le dispositif de comptage est entretenu, vérifié et renouvelé par ERDF ». EDF parle de « domaine concédé » car le compteur n’est pas la propriété de sa filiale ERDF, mais appartient aux collectivités locales. Néanmoins, celles-ci ayant concédé le service public de distribution d’électricité à ERDF sur 95 % du territoire, les compteurs relèvent de son entière responsabilité. Sur les 5 % du territoire restants, ce sont les entreprises locales de distribution qui en ont la charge.

    Qui finance le compteur?

    Il est réglementairement prévu que le déploiement de LINKY(1) sera répercuté sur la facture des usagers, via le TURPE (Tarif d’utilisation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité). Qui dit financement par le TURPE, dit compteur faisant partie des biens publics, biens de retour de la concession.

    Tout devrait être expliqué là:

    http://refus.linky.gazpar.free.fr/

    http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2016.php#1

    http://www.santepublique-editions.fr/

    Bien a vous,

  41. Merci, Le Vent. Donc 35 million de compteurs au prix de….allez, 10 euros pièce, au pif. Probablement bien plus. On ajoute un zéro, c’est pratique. 350 millions d’euros, dont une marge pour certains qui ne doit pas être dégueulasse. On pourra se baigner de micro-ondes, tout en se félicitant d’avoir offert de quoi s’acheter une petite ile au soleil à quelqu’un par çi, une belle maison avec piscine à quelqu’un par là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *