Puisqu’il faut parler du cancer

Pas drôle du tout. J’aimerais bien parler d’autre chose. Des bourgeons par exemple, qui me rendent fou. Et qui, soit dit entre nous, sont fous, puisqu’ils éclosent en février. Des bourgeons, oui, et des fleurs, et du printemps qui emportera tout une fois encore. J’aimerais.

Au lieu de quoi, je me lance dans un article sur le cancer, cette sale bête qui mord et fouaille. Cet assassin perpétuel qui blesse et tue nos amis, nos amours, et nous-mêmes. Allons, et vite, que je puisse aller voir ailleurs. Le cancer, donc. Des chiffres saisissants de l’Institut national de la veille sanitaire (InVS), agence sanitaire publique, viennent d’être rendus publics.

En deux mots, voici : en 1980, la France enregistrait 170 000 cas de cancer par an. En 2005, 320 000. Une augmentation de 93 % pour les hommes, et de 84 % pour les femmes. Dément. N’hésitons pas une seconde devant le mot : une telle explosion est si démente que tous, TOUS les journaux devraient en faire leur « Une » plusieurs jours d’affilée. Évidemment. Comparez avec moi la place accordée à une épidémie de légionellose frappant une maison de retraite de Wattrelos, et celle donnée à cet événement fracassant concernant toutes les familles. Vous y êtes ? On se moque. La presse se moque, la presse joue les perroquets des institutions, la presse sous-informe et désinforme. Pas toujours, non, mais là, oui, certainement.

Je ne vais pas critiquer un à un les articles de Ouest-France, Libération, Le Monde et tous autres. Tous ceux que j’ai lus, reposant sur une source unique autant qu’univoque – l’InVS -, euphémisent à qui mieux mieux et font assaut de sornettes. Prenons la dépêche de l’AFP, qui sera certainement servie à toutes les sauces dans la presse quotidienne régionale (afp.google.com).

L’AFP raconte la fable commune. Plus de cas, moins de morts. Formellement, c’est vrai. La mortalité par cancer augmente, mais moins vite que le nombre de cas. Seulement, est-ce bien l’information principale ? Que non, que non, que non ! Le point crucial, c’est que l’incidence de cancers a pratiquement doublé en 25 ans. L’InVS met en avant, avec audace, l’augmentation de la population et son vieillissement constant. Je vais vous surprendre : je suis d’accord.

N’étant ni épidémiologiste, ni cancérologue, ni même vaguement scientifique, je me lance : l’InVS a raison. Quand un peuple voit sa population augmenter et vieillir, il a toutes chances de voir augmenter en son sein le nombre de cancers. Mais jusqu’où ? Car comment expliquer tout le reste ? L’InVS reconnaît en fait qu’il existe une augmentation massive du risque d’attraper un cancer en France. Entre 1980 et 2005, ce qui est une durée incroyablement faible dans l’histoire d’une maladie comme le cancer. Lisez avec moi cet extrait du communiqué de l’InVS (www.invs.sante.fr) : « 52% des cas supplémentaires chez l’homme et 55% chez la femme sont dus à l’augmentation du risque ».

Voilà ce qu’auraient dû titrer les journaux de notre pays, qui s’en sont bien gardés. Je vous ai parlé plus haut de désinformation. N’imaginez pas un plan, et des manipulateurs de marionnettes. Non. La désinformation, comme la censure, peut aisément venir du fin fond de la conscience. Sans s’avouer telle. En l’oocurrence, il s’agit d’une désinformation objective, résultat de la rencontre entre deux désirs inavoués. D’un côté l’InVS, qui présente des chiffres affolants en prenant bien garde de ne pas inquiéter. C’est-à-dire en insistant avant tout sur la diminution relative de la mortalité. Et de l’autre, des journalistes qui n’osent pas poser des questions qui fatalement mettraient le feu aux poudres. Qui préfèrent rassurer en se rassurant. Qui préfèrent colporter les maigres arguments en faveur d’une vision lénifiante de la réalité.

Mais la réalité sans fard, c’est que nul ne peut prétendre savoir ce qui se passe. Nul. Moi non plus ? En effet, moi non plus. Si vous avez le temps de consulter le dossier de presse de l’InVS, qui accompagne le petit communiqué que je viens de citer, vous trouverez cette phrase inouïe : « Pour autant, l’évolution de la démographie et des pratiques médicales n’expliquant pas à eux seuls l’augmentation constatée, l’hypothèse que les modifications de l’environnement en soit responsable en partie doit faire l’objet d’un effort de recherche constant portant à la fois sur l’existence et la nature du lien causal et sur la mesure de l’exposition des populations à des cancérigènes avérés ou probables ».

Je ne vais pas vous faire injure : vous savez lire. À mots à peine couverts, l’InVS reconnaît qu’il faudrait produire un « effort de recherche constant » sur l’exposition des hommes à des produits cancérigènes. Car ce n’est pas le cas. Et telle est bien l’explication de l’accueil scandaleux, frauduleux fait à ce qu’il faut bien appeler les révélations de l’Institut national de veille sanitaire.

Je ne sais pas, non je ne sais pas quelle part des nouveaux cancers relève de l’empoisonnement universel dont nous sommes les victimes. Quelle est la part, dans ces chiffres, de l’exposition aux cancérigènes massivement présents dans les lieux de production, de la pollution générale des sols, des eaux, de l’air, des aliments par des molécules toutes nouvelles, dont les pesticides ? Personne ne peut répondre à cette question de fond.

J’affirme néanmoins, haut et fort, que l’hypothèse d’un lien direct et massif entre les deux phénomènes est fondée sur le plan scientifique. J’affirme de même qu’il faudrait de toute urgence débloquer des fonds publics, de manière à permettre une recherche libre. Totalement libre. Mais bien entendu, cela n’arrivera pas. Cela n’arrivera pas, car dans le cas où cette hypothèse se vérifierait, ce serait une Apocalypse. Pas pour ceux qui vont mourir ou souffrir, non. Car ils vont mourir ou souffrir. Mais pour l’armée de falsificateurs qui continuent à prétendre que tout va bien. Cette armée d’innombrables se battra jusqu’à la dernière seconde, et elle nous surprendra encore. J’en jurerais.

Notre vieux pays perclus trouve aisément neuf milliards d’euros pour le « bouclier fiscal » offert par Son Altesse Sérénissime à ses bons amis. Mais rien pour prévenir l’avalanche de cancers qui frappe une à une la presque totalité des familles françaises. Est-ce réellement bon signe ? Je m’interroge.

7 réflexions au sujet de « Puisqu’il faut parler du cancer »

  1. oui, enfants, jeunes adultes, personne n’est épargné . La médecine, la pharmacopée, là aussi, il y aurait de quoi écrire , et même en plusieurs volumes sur les cachoteries, malversations en tout genre, sans limite aucune (pas mal d’essais cliniques sont réalisés sur des personnes des pays en voie de développement à leur insu ). de quoi faire une mauvaise série à la Marie higuins Clark !
    et l’eau empoisonée en france, (j’aime moins le brouillard depuis que tu en as décrit les composants, et les agriculteurs qui travaillent avec des serres en savent quelque chose), par le premier quidam parce que rien n’est prtégé comme ça le devrait, le grenelle qui oublie le dossier des incinérateurs!!!!ect, ect

  2. Bonjour,

    Pas d’accord avec votre analyse.
    Si on admet que les chiffres publiés sont sincères (mais sinon, pourquoi les discuter ?), j’en retire quelques éléments :
    – l’incidence des cancers chez l’enfant n’aurait quasiment pas évolué durant la période 1990-2003, ce qui ne plaide pas en faveur d’une contamination environnementale générale.
    – la forte augmentation -hors vieillissement- semble bien reliée aux techniques ou opérations de dépistage, au moins pour prostate, thyroide et sein. Je pense au contraire que l’INVS ne s’est pas suffisamment exprimée sur ce point (la fameuse phrase sur les 52 ou 55% d’augmentation).

    Le seul cas qui me paraît vraiment inexpliqué dans les tableaux reste les lymphomes, qui seraient justement plus sensibles aux facteurs environnementaux si j’ai bien compris.
    Voir aussi les mélanomes (que l’on pourrait chercher à relier aux RTT ou au trou d’ozone selon sa sensibilité…).

  3. Pour Dm,

    Merci pour votre commentaire, fort éloigné de mon propos. Je ne doute pas une seconde de votre sincérité, ni de celle des chiffres de l’InVS. Comme vous le dites, vous n’êtes pas d’accord. Et c’est bien votre droit.

    Fabrice Nicolino

  4. Bonjour Fabrice,
    J’ai assisté il y a quelques semaines à une conférence du Professeur Belpomme, spécialiste reconnu du cancer.
    Je crois me souvenir Fabrice que tu n’es pas toujours d’accord avec cet homme, mais pour ce coup il était 100% en accord avec toi.
    Je n’ai pas encore mis au propre mes notes et il faudra que je les retrouve mais il disait en substance qu’il y a des explications pour une partie de l’augmentation du nombre de cas de cancer, mais que pour une grande partie (il me semble qu’il s’agissait du quart mais je ne peux affirmer) il n’y a pas d’explication démontrée. la seule explication qurestait était à son avis l’augmentation de la pollution sous toutes ses formes : nourriture, air, … En particulier l’utilisation des pesticides et des addtifs alimentaires. Voir ton livre sur les pesticides.
    En tous cas ses affirmations étaient en complète contradiction avec celles de dm.
    Et ça ne va pas aller en s’améliorant. En effet, il ne faut pas compter sur les « responsables » pour changer quoi que ce soit. Il y a du boulot et peu d’ouvriers … Quand on voit ce que les apiculteurs doivent batailler pour une seule molécule.
    En attendant, ce sont des morts, précédés de grandes souffrances ; pour quoi ?
    Louis

  5. J’espère sincèrement que dm a raison mais je crains que Fabrice et le professeur Belpomme soient plus proches de la vérité…

  6. Je n’ai pas encore pu voir si l’INVS donne une distribution par âge, mais cela représenterait une info plus pertinente.
    Je pense par ailleurs que cette statistique ne prend sans doute pas en compte un certain nombre malades potentiels (ou réels) « exportés » que sont les nouveaux esclaves de certains secteurs (nucléaire, culture,…), travailleurs étrangers qu’on expose sciemment aux risques et qu’on paie une misère, puis qu’on renvoie chez eux.

  7. De là à avancer de façon hasardeuse que le nombre de cas évoluant « permet » la recherche et le développement de nouvelles molécules de traitement, ce qui financièrement, favorise aussi un secteur chimique et industriel, qui, du coup, ne se soucierait pas de protection de la nature en polluant pour mieux soigner… Le serpent se mord la queue… et il faut bien que ça profite à quelqu’un !!…
    Je sais en tous cas que les différents produits qu’on m’a injecté coûtaient chacun plusieurs milliers d’euros à chaque séance de traitement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *