Stéphane Le Foll et l’éternelle vérole des pesticides

Il y a neuf ans ces jours-ci, j’ai publié un livre avec mon ami François Veillerette (Pesticides, révélations sur un scandale français, chez Fayard). Il s’est étonnamment bien vendu, bien que je ne dispose d’aucun chiffre précis, arrêté. Entre 30 000 et 40 000 exemplaires, je crois. François comme moi sommes fiers de ce livre, qui nous a coûté pas mal de sueur. Je me souviens fort bien de notre rencontre avec celui qui allait devenir notre éditeur, Henri Trubert. Nous étions réunis un soir – d’hiver, me semble-t-il – dans son bureau : François bien sûr, Henri bien sûr, moi bien sûr, et Thierry Jaccaud, le rédacteur-en-chef de L’Écologiste, qui nous introduisait chez Fayard.

Je ne connaissais pas Henri, mais je lui ai parlé franchement. Faire un livre sur les pesticides ne nous convenait pas. Nous voulions le clash, l’accusation flamberge au vent, et même courir le risque d’un ou plusieurs procès. S’il ne sentait pas le projet – et ses risques -, eh bien, il n’avait qu’à le dire à ce stade, car notre détermination était totale. Il s’agissait pour nous de décrire un système en partie criminel. Nous citerions des noms, nous ne nous jouerions pas les gens bien élevés, car bien élevé, je ne l’étais pas. Je dis je, car je ne peux parler ici que de moi. Je ne suis réellement pas bien élevé.

En mars 2007, donc, le livre est sorti et il a fait du bruit et il a fait du bien. Encore aujourd’hui, je pense qu’il a marqué un territoire. Je doute qu’on puisse redescendre en-dessous et oublier, fût-ce une seconde, que les pesticides sont d’incroyables poisons chimiques de synthèse, imposés par des pouvoirs politiques aux ordres, faibles et stupides, inconscients. Et achetés ? Dans certains cas, j’en suis convaincu, bien que ne disposant pas des preuves qui valent devant un tribunal.

Six mois après la parution, le granguignolesque Grenelle de l’Environnement, décrété par un Sarkozy aussi manipulateur et limité qu’il a toujours été. J’ai fait la critique radicale de ce vilain show ici même, en temps réel – ce que je préfère, et de loin – et notamment parce qu’il a été le théâtre d’une farce atroce (ici). Les ONG présentes dans une commission s’étaient hâtées de triompher, car Borloo  venait d’annoncer la diminution de l’usage des pesticides de 50 % en dix ans. Avant que Sarkozy, dûment rappelé à l’ordre par la FNSEA, ne donne la bonne version de l’annonce : on diminuerait la consommation des pesticides de 50 % en dix ans, oui. Mais à la condition que cela soit possible. Et, ainsi qu’on a vu, cela n’a pas été possible.

J’ai critiqué à l’époque François Veillerette et son Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF), devenu Générations Futures. Je précise qu’il reste un ami cher, ainsi que Nadine Lauverjat, qui le seconde, et que j’embrasse au passage. Seulement, quelque chose ne tourne pas rond. La bagarre contre les pesticides, en France, passe par Générations Futures (ici), et elle est sur le point de devenir ridicule. Pourquoi ? Mais parce que la France s’est dotée en 2009 d’un plan Écophyto1, armé d’un budget de 40 millions d’euros par an. Il s’agissait comme à vu, à la suite du Grenelle, de diminuer de 50 % l’usage des pesticides d’ici 2018. Sans préciser d’ailleurs, preuve de la malhonnêteté intrinsèque du projet, s’il s’agissait d’un tonnage général, du poids de matière active, des pesticides jugés les plus inquiétants, etc.

Or donc, un flou dissimulant une embrouille. Les pesticides ne se sont jamais aussi bien portés chez nous. En 2013, augmentation de 9,2%. En 2014, de 9,4%. En 2015, on ne sait pas. Dans un monde un peu mieux fait, où l’on tiendrait l’argent public pour la prunelle de nos yeux à tous, les guignolos à la manœuvre auraient été chassés -restons poli – à coups de balai. Mais dans celui-ci, Stéphane Le Foll, notre ministre de l’Agriculture, a été autorisé à lancer le plan Écophyto2, avec 71 millions d’euros à claquer chaque année. Avec les mêmes acteurs, voyez-vous : les chambres d’agriculture, la FNSEA. La FNSEA ! Ces gens ne manquent pas d’un humour singulier, car qui est le patron de la FNSEA ? Xavier Beulin, gros céréalier de la Beauce, mais aussi P-DG de la holding agro-industrielle Avril (ils avaient honte de leur nom précédent, Sofiprotéol). Chiffre d’affaires d’Avril en 2014 : 6,5 milliards d’euros, dont une partie sous la forme de vente de …pesticides. Ah, ah, ah !

Le Foll. Si j’écrivais ce que je pense de cet homme, je passerais devant un tribunal, et j’y serais condamné. Ce serait justice, car on ne doit pas injurier quelqu’un, du moins publiquement. Que dire ? Cette créature de Hollande – il a été son factotum pendant onze années, quand notre bon président était Premier secrétaire du PS et en tirait les innombrables ficelles – est devenu salarié permanent du Parti socialiste dès 1991. Sans Hollande, il le serait resté. Avec lui, le voilà devenu ministre et porte-parole. On le voit à la télé. J’espère que cela lui plaît. Dans quatorze petits mois, tout sera en effet terminé.

Qui se souviendra de lui ? Moi. Le monsieur se donne des airs, et promeut en vaines paroles l’agro-écologie quand dans le même temps et par ses actes, il défend la Ferme des 1000 vaches et les pesticides. Les pesticides ? Eh oui ! Comme il a dealé – notez que le résultat politicien n’est pas fameux – avec la FNSEA de Beulin, il n’a plus rien à refuser à l’agro-industrie. Et d’ailleurs, il n’a pas hésité à envoyer une lettre aux députés. Lesquels discutaient ces jours-ci d’une éventuelle interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles dans le cadre de la Loi Biodiversité. Dans cette lettre – quelle fourberie, quand même ! – il demandait aux élus de ne surtout pas voter cette interdiction. Laquelle a finalement été obtenue de justesse, avec prise d’effet en 2018.

Voilà en tout cas la situation, et elle est insupportable. Le Foll est un pur et simple bureaucrate du PS, qui fait où on lui dit de faire. Mais le charmant garçon, comme tant d’autres aussi valeureux que lui, aimerait en plus qu’on l’aime. Eh bien, pas ici. Ni aujourd’hui ni jamais. Comme on disait et comme on ne dit plus : il a choisi son camp. Et c’est celui des salopards. Dernière interrogation : l’association Générations Futures ne gagnerait-elle pas à se poser de nouvelles questions ? Quand un combat si ardent échoue d’une manière aussi totale, je crois que le moment est venu de la remise en cause. Comment faire reculer vraiment le poison des pesticides ? Comment ne pas demeurer l’alibi d’un système prompt à tout digérer au profit de son équilibre final ? Oui, que faire ?

 

 

82 réflexions au sujet de « Stéphane Le Foll et l’éternelle vérole des pesticides »

    1. cher Fabrice

      merci pour tes deux derniers articles bien éclairants. J’ai apprécié ton éloge de Dominique Lang, dont je peux témoigner qu’il est toujours aussi actif au sein de l’église catholique. Oui, si comme le pape les y invite, le milliard de catholiques bouge dans son ensemble, tout est possible; c’est même peut-être le seul véritable espoir. Quant aux politiciens corrompus ou non, avec ou sans véritables convictions, et tes considérations sur nos alliés possibles dans cette crise, qui doit nous pousser à transcender certaines frontières idéologiques ou aversions épidermiques, je te livre cette surprise au hasard de mes lectures.
      J’ai cru que c’était de toi mais non. Qui a dit:
       » une abeille qui perd la vie à l’intérieur d’une fleur, c’est comme un premier violon qui meurt en plein concert. La tristesse symphonique du cœur de la nature abîmée devrait finalement toucher le cœur de l’homme. Mais personne ne bronche. Ce ne sont que des abeilles »
      « d’un côté il y a les firmes de l’agrochimie mondiale BAYER et BASF, intouchables. De l’autre,(…), des gens de métier discrets (les apiculteurs) qui n’ont jamais appris à se plaindre. C’est le pot de miel contre le pot de fer. Les firmes et leurs labo faustiens tiennent toutes la chaîne, toute la filière; le syndicalisme agricole inféodé, le ministère de l’Agriculture, la Commission européenne, et ses experts qui confondent bien souvent enquêtes et pourboires. Le pot de terre contre le pot-de-vin. »
      « Pourquoi est-ce si grave? Parce qu’on a oublié l’avertissement prophétique d’Einstein « si les abeilles venaient à mourir, l’homme disparaîtrait à son tour ».
      « l’imagination des firmes est sans limites. Elles contournent les interdictions et inventent chaque jour d’autres produits,infiniment plus discrets et plus performants. »
       » au niveau mondial les ventes de pesticides augmentent dans des proportions considérables, ainsi que la toxicité des produits vendus. Ceci conduit nécessairement à une pollution généralisée des écosystèmes de notre planète »
      « Les risques sur la santé humaine sont cachés au public »
      « tout adulte français héberge jusqu’à 500 produits chimiques industriels différents »
      « on pique les poulets aux antibiotiques dans des hangars concentrationnaires. Les hommes ont perdu la tête. Ils ont cru que la nature était un simple matériau. Qu’on pouvait la manipuler, la soumettre, la brutaliser. Et ils ont cru que les états et les frontières ne servaient à rien. Aujourd’hui nous avons une nature dénaturée, empoisonnée, et des féodalités économiques plus puissantes que les puissances publiques . Au siècle dernier on pensait que Big Brother ce serait un état. Aujourd’hui on voit bien que ce peut être Google ou Apple , c’est à dire des entreprises mercantiles, que rien n’arrêtera, aucune barrière, ni le manque d’argent ni le scrupule moral  »
      « Terrible et curieuse coïncidence: on s’apprête en même temps à fabriquer une homme-pesticide et un homme bionique. Un homme empoisonné et un homme augmenté.  »
      « Les êtres humains sont considérés d’ores et déjà comme une expérience ratée. (…). Ces gens-là ont à ce point perdu l’intuition de la dimension spirituelle de l’homme qu’ils sont incapable de voir la beauté de la création. Je pense au logo d’Apple(…)C’est le retour de la promesse mensongère originelle qui se trame en Sillicon Valley, et que l’humanité s’apprête une seconde fois à proclamer:  » Sicut dei eritis »
      Philippe de Villiers dans son livre « le moment est venu de dire ce que l’ai vu » chapitre 29.

  1. Leur seul rêve : aider le monde industriel à poursuivre sa grande oeuvre, fut-ce armé d’une faux… rien d’autre ne compte avec cet objectif sinon leur carrière et leur égo.
    Il faudra tous les virer un par un (ou tous ensemble !).

  2. Pas sûr que les néonicotinoïdes soient interdits en septembre 2018…
    Le projet de loi doit encore passer devant le Sénat avant de revenir devant les députés.

    Pas beaucoup de monde pour voter
    Apparemment la loi est passée à deux voix près (30 voix pour, 28 contre).
    Les abeilles n’intéressent pas les éluEs, pas plus que la santé des gens, des papillons, des plantes…

    La prochaine fois, si Stéphane Le foll rameute ses partisans ça risque encore une fois d’être repoussé à la Saint Glinglin

    http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/18/delphine-batho-les-citoyens-n-en-peuvent-plus-des-pesticides_1440632?xtor=EPR-450206&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot

  3. Je suis le premier conscient que ça ne suffit (évidemment) pas, mais je vote avec mon assiette. Depuis 40 ans (mais si) nous mangeons (sauf exception exceptionnelle) 100% bio, si possible local, de saison, en direct du producteur (qui peut être nous: un minuscule potager), sur place ou sur le marché ou en boutique bio (plutôt qu’en grande surface), le moins possible transformé. Et on ne roule pas sur l’or. Que tous ceux à qui les biocides (le véritable nom des pesticides: qui tuent le vivant) donnent des boutons en fassent autant. On peut se passer de beaucoup de choses mais pas de se nourrir. Alors si l’on veut changer le monde commençons au moins par ça. Mais peut-être suis-je trop naïf. Quant à Le Foll, je suis comme Fabrice, mieux vaut ne pas écrire ce que j’en pense.

    1. Je suis d’accord avec toi, sauf que tu n’es pas si naïf que ça ! Il faudrait fédérer ce genre de comportement consommateur, amener le plus possible de personne à prendre conscience du pouvoir de l’acheteur aussi peu argenté soit-il seul, nous sommes des millions en France des milliards sur la planète ! Si on décide tous ou un maximum de boycotter une marque en deux ou trois jours on la coule …
      Fastoche, non ? mais c’est dur de prendre le pouvoir et de se lancer .

    1. Louloulepou,

      Je pense qu’on peut obtenir ce renseignement en écrivant à la députée Laurence Abeille :

      A l’Assemblée nationale:
      126, rue de l’Université – 75007 Paris
      Tél.: 01 40 63 49 92
      permanence parlementaire:
      15 ter, avenue de la République – 94120 Fontenay-sous-bois
      Tél.: 09 67 17 39 77

      Et de préférence par mail :
      labeille@assemblee-nationale.fr «

      Facebook: http://www.facebook.com/laurence.abeille.3
      Twitter: @LaurenceAbeille

      (Fabrice Nicolino)

      1. Tous les scrutins publics et solennels aussi je crois sont reproduits sur le site de l’assemblée nationale….
        Voici celui concernant les neocotimachinchoses…
        http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/%28legislature%29/14/%28num%29/1257
        90 % de nos députés n’ont pas jugé bon de se déplacer…sans doute la venue du printemps a dû les retenir, à moins qu’ils n’étaient en train de répandre des pesticides sur leur futur potager…L’herbe commence à repousser de partout, alors…
        Dans un an ou presque exit Le Fol remplacé par Le Même…j’en ris (jaune) d’avance.
        Allez je m’en vais fabriquer mon purin d’ortie et de consoude…pour épandre au plus vite sur les sols qui après un hiver si doux…sans dormance, vont nous réserver de mauvaises surprises…au niveau des récoltes…alors autant leur faire du bien à toutes ces bestioles et bactéries de la terre…qui elles ne s’abstiennent pas de travailler….
        Belle journée printanière à vous.

      2. Contre: 14

        Patricia Adam
        François André
        Jean-Jacques Bridey
        Jean-Claude Buisine
        Jean-Yves Caullet

        Guy-Michel Chauveau
        Frédéric Cuvillier
        Pascal Demarthe
        Françoise Dubois
        Jean-Louis Dumont

        Anne-Yvonne Le Dain
        François Loncle
        Jacqueline Maquet
        Gwendal Rouillard

  4. Que faire ? Continuer à secouer la cage. ChacunE à son niveau, avec ses moyens. Sur le moyen terme, la situation évolue tout de même. Le « bio » est entré dans les moeurs, au point qu’il est récupéré par le système industriel. C’est dire s’il a réussi… Continuer à secouer la cage. Et quand unE tombe, unE autre sort de l’ombre à sa place! 😉

    1. P.P.,

      Savez-vous que vendredi soir, à Aubenas je crois, il y a Cédric Biagini ? (pour son dernier livre : l’assassinat des livres).

      Je compte y aller. Il y aura sûrement Florent Gouget (celui que vous preniez pour quelqu’un de droite alors qu’il est plutôt anar, mais la critique du numérique à l’école n’est pas portée par la gauche progressiste et dès qu’on lève le doigt, on se fait traiter de libéral) , avec qui nous portons un appel contre l’école numérique écrit par plusieurs enseignants (L’appel de Beauchastel), qui après une circulation exclusivement papier de main à main ou par la poste, va être diffusé à plus grande échelle normalement.

      Nous espérons que la presse un peu militante, commele magazine l’Ecologiste, qui a publié (en le tronquant) notre texte No-TICE pour le collège, à notre insu, veuille bien publier cet appel.

      Peut-être se croisera-t-on là-bas ?

      1. Je n’avais pas assez cherché sur gougueule… Voilà donc:
        Cédric Biagini présentera « L’Assassinat des livres » (L’Echappée) samedi prochain 26 mars à partir de 18 heures au centre socio-culturel Le Palabre, rue Seibel à Aubenas. Qu’on se le dise (et l’écrive)!

        1. Michel,

          Oui, effectivement c’est bien samedi et non vendredi à 18h, à Aubenas.

          J’ai lu de Biagini, La tyrannie technologique, L’emprise numérique et j’ai à peine attaqué l’introduction de son nouveau livre.
          C’est toujours très clair et pertinent.
          Il y aura aussi des gens qui écrivent dans l’Inventaire, une revue de critique de la société industrielle.

          Ca va être intéressant 🙂

      2. Bonjour,
        j’ai lu avec intérêt l’article de l’Ecolgiste. (revue fort intéressante d’ailleurs)
        J’y souscris, je ne suis qu’instit mais j’ai le VPI depuis quelques mois dans ma classe
        Je m’en sers avec parcimonie, très pratique pour la vidéo mais je me refuse à beaucoup l’utiliser.
        Déjà notre inspectrice aimerait des tablettes pour les CM, je n’en veux pas.
        Là aussi l’état a capitulé devant la puissance des entreprises informatiques .
        Le rôle de l’enseignant risque d’être dévalué, serons-nous plus tard des « animateurs »?
        S’il existe une pétition je la signerai.

  5. @lionel:
    Cédric Biagini à Aubenas? Ne trouve pas trace de ça. Il y a le festival Les Mots dégelés, mais rien qui corresponde. Si vous avez plus de précisions ça m’intéresse. Ce que j’ai lu (c’est le cas de le dire -et l’écrire-) de lui sur l’importance de la lecture profonde (par rapport à ce qui se pratique via textos, touites et autres faces de bouc…) m’a semblé très pertinent. Merci (pour P.P. aussi…).

  6. Il me restera de Le Foll le souvenir violent de son attitude hostile et méprisante à l’égard de la journaliste Elise Luçet, lorsque celle ci l’a planté devant la carte des consommations de pesticides en France…
    Sans un mot, et juste par son comportement odieux, il a montré à quel point il continuerait à soutenir cette industrie.En bon chat politique, il a essayé à la fin de l’entretien de retourner la situation en sa faveur,et de retomber sur ses pattes ,mais trop tard, on sait décrypter les images…arrêtez donc de nous prendre pour des idiots !

  7. Bonsoir Lionel, au plaisir de se voir, bien sur, mais je ne suis pas du tout d’accord avec ta manière de retranscrire ma critique de Florent Gouget. Je ne pense pas cela de lui :  » celui que vous preniez pour quelqu’un de droite alors qu’il est plutôt anar, mais la critique du numérique à l’école n’est pas portée par la gauche progressiste et dès qu’on lève le doigt, on se fait traiter de libéral  »
    Par contre, je n’accepterai jamais qu’il décrive une situation de l’école qui ne correspond pas à ce que j’y vis. Question d’intégrité. Et désolé si ça manière de faire ressemble aux violentes et permanentes offensives réactionnaires sur l’école, c’est avec lui qu’il faut voir ça, moins avec moi 😉
    Je ne suis pas inscrit du tout dans l’école numérique…
    Enfin, je ne suis ni « de gauche », ni « progressiste » (hi ! hi! hi !). Bon, je n’ai vraiment plus peur de le dire.
    Merci 😉

  8. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/19/et-si-les-pesticides-coutaient-plus-qu-ils-ne-rapportent_4886135_3244.html
    intéressant article sur ce sujet
    voir aussi sur le même sujet le rapport sénatorial sur les perturbateurs endocriniens qui nécessitent une révolution copernicienne des AMM car la notion de DJA est tout sauf pertinente pour ces poisons à petit feu… véritables bombes pour les bébés in utero dans certaines périodes de leur vie fœtale. cf
    http://www.senat.fr/rap/r10-765/r10-7651.pdf
    à quand une définition légale de ces substances PE qui permettrait une règlementation ?

  9. Cher Fabrice quelle vision partielle et partiale de la réalité! De notre réalité! . Les chiffres ne disent pas tout et sauf à faire preuve d’une mauvaise foi sans nom nous insulter en nous traitant d’alibi est finalement tellement nous méconnaître ce que je n’aurai pas imaginé l »ombre d’une seconde te concernant. Hurler et enrager seul face aux collabo d’un système est tout à fait confortable. Qu’à tu fais au quotidien outre sortir cet ouvrage qu’elles sont tes propositions concrètes ? Le grand soir? Vaste escroquerie intellectuelle pour embarquer celles et ceux qui préfèrent dire que tout est pourri et se garder d’agir parce que de toute façon « ça sert à rien » . Je prendrais soin à l’avenir, quand nous traiterons les quelques milliers d’urgences et de sollicitations de ces gens qui se meurent à cause des pesticides de prendre conseil auprès de toi pour les sauver de leur malheur. Je t’embrasse car la tristesse et le deception n’empêche pas la tendresse

    1. Chère Nadine,

      Selon moi, tu as grand tort de me répondre sur le mode de l’émotion. Il s’agit d’un problème collectif, qui regarde tout le monde, moi compris. Je n’ai pas dit que vous n’avez rien fait, car je sais tout le contraire. Mais quand un mode de combat échoue, alors il est bon de s’interroger. Et pas dans son bureau, mais devant l’opinion. Je maintiens que Générations Futures finit par devenir l’alibi d’un système prompt à digérer la critique. Comme la FNSEA tolère dans ses propres rangs une minuscule part pour l’agriculture biologique. Ce qui ne m’amène nullement à rejeter l’agriculture biologique, mais la FNSEA. Je ne conteste évidemment pas le travail que vous faites, et que j’ai salué tant de fois publiquement. Je dis qu’il faut accepter de se remettre en cause. Toi comme moi.

      Je t’embrasse,

      Fabrice Nicolino

      1. Cher Fabrice se remettre on cause nous n’avons de cesse de le faire c’est d’ailleurs pourquoi on teste des dizaines de pistes différentes pour faire bouger a minima ce système – l’échec nous sommes les premiers à le dénoncer et tu le saurais si tu nous lisais vraiment mais nous ne nous en sentons pas le moins du monde responsable . Oui le plan est un échec, oui Le Foll est une grosse enflure (qui soit dit en passant vient de perdre une « petite » bataille sur les néonic, oui les choses avancent aussi « un peu » je t’invite à lire ce bilan que nous avons fait l’année passée: http://www.semaine-sans-pesticides.fr/wp-content/uploads/2015/04/Bilan_propositions_2005_2025_Final.pdf prends le temps de lire ce que nous écrivons et ensuite débattons. D’émotion oui bien sûr qd tu nous insultes – je refuse fermement ce terme d’alibi qui ne correspond en rien à la réalité et qui est juste une vision minimaliste du combat mené. En revanche nous sommes pragmatiques face à la situation contrairement à bcp! Un alibi à rien, je t’invite à te renseigner auprès des ministères pour juger de l’opinion qu’ils se font de nous et du travail que nous nous produisons collectivement (oui oui nous ne sommes pas que 2 à bosser mais bien plus et en plus nous avons eu l’idée saugrenue de lancer un réseau de relais qui sur le terrain – loin des bureaux – sont très actifs!) Alors non nous ne ne faisons pas que des « coups »ou des communiqué derrière nos ordis nous parlons avec des vrais gens et ensemble partout collectivement nous essayons de faire avancer les choses car nous avons une obligation de moyens pour espérer arriver à nos fins ( et ces moyens nous les y mettons) – maintenant je le redis si tu as des propositions concrètes à nous faire , des outils qui nous permettraient de faire progresser la situation, pour améliorer notre action , un plan de bataille qui serait si efficace qu’on arriverait à l’objectif attendu et nous permettrait de prendre le temps de cultiver notre potager alors je prends…, le résultat ne dépendant pas -en effet – que de nous! mais ensemble peut-être pouvons bâtir un projet plus efficace?

        1. Chère Nadine,

          J’arrête là mes réponses, qui ne servent à rien. Tu penses avoir été insultée, et à mon sens tu as grand tort. Je respecte et votre travail et votre engagement, et je l’ai constamment dit et répété. Il reste, et rien ne m’empêchera de le penser et de l’écrire, que l’heure me semble venue des plus vives interrogations. Je retire le mot alibi pour te faire plaisir, mais je maintiens intégralement que les systèmes les plus solides sont ceux qui intègrent et digèrent leurs critiques sans aucunement changer leurs orientations.

          Je t’embrasse,

          Fabrice Nicolino

        2. « Une proposition concrète, un outil ». Ma chère Nadine vous l’aviez a votre disposition en 2007 avec l’association Objectif bio que vous avez sabordé pour rejoindre la fumisterie d’alliance pour la planète et le grenelle de la honte qui a suivi.
          Fabrice peut bien vous conservez son affection moi je conserve un souvenir intact de votre rôle dans ce sabotage. Alors vous voir vous offusquer d’être traitée d’alibi me fait doucement sourire.
          pylm

  10. Quand « Le Monde » essaie de parler comme « La Gueule Ouverte »… (avec seulement 40 ans de retard!), ca donne ca:

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/22/tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-les-pesticides_4887437_3244.html

    Bon, oui ce n’est pas encore tout a fait « La Gueule Ouverte » car les pesticides y sont presentes comme une sorte de nouveau virus ne spontanement sur notre planete, ou bien peut-etre envoye par de mechants Martiens, contre lesquels les bonnes gens essaient de se defendre, en « achetant bio », (en attendant peut-etre Superman?) Mais enfin, un article qui ne denigre pas les « ideologues verts », qui n’essaie pas de prouver que « les pesticides sauvent des vies »… on sent comme un fremissement!

  11. Que dire de plus ?
    Sarkozy se moque de l’agroécologie « pour les bobos ». Pas mal de parler des « bobos », avec ses Rolex et son Cap Nègre. A force de dire n’importe quoi, on finira par croire qu’il fume de la moquette et que ça lui bouffe le cerveau.
    Quand on voit dans ma petite commune qu’ils ont du mal à se passer des armes de destruction massive pour « entretenir » les espaces « verts », ou plutôt créer des « zones de la mort ». On est mal barré, y’a du boulot pour sortir du moyen-âge écologique, on aura le temps de crever avant…

    Hors sujet : j’ai trouvé ce lien chez Jean Gadrey : une très intéressante synthèse sur NDDL, là :
    http://etatsetempiresdelalune.blogspot.fr/2016/01/un-document-evenement-sur-notre-dame.html
    Conflits d’intérêts, études bidonnées, magouilles, rien à envier à Sivens.

    …Une pensée pour les victimes des salopards, en Belgique …

  12. Une petite douceur dans ce monde de brutes. C´est en allemand mais les images parlent d´elles-mêmes : Joao, un retraité qui vit sur une île tout à côté de Rio, a sauvé un jour un petit pingouin de Magellan. L´animal était couvert de mazout, affamé, sur le point de mourir. Joao s´en est occupé, il l´a requinqué et Dim Dim, le pingouin, a repris un jour la mer. Mais il est revenu quelques mois plus tard et a tout de suite reconnu Joao. Depuis, il passe huit mois avec son sauveur et repart chaque année vers sa colonie (probablement à la pointe de l´Argentine) au moment des amours, 8000 kilomètres aller et retour.
    http://www.spiegel.de/video/pinguin-schwimmt-8000-km-zu-seinem-retter-brasilien-video-1660125.html

  13. C’est marrant. Bon ok, le mot n’est peut-être pas bien choisi. Toujours est-il qu’il y a quelques semaines, je rentrais d’un cours de biologie dans lequel nous étudiions l’ADN. J’allume la radio, à la recherche d’un truc qui soit audible et je tombe finalement sur une émission (ça devait-être ça, je pense… http://www.franceculture.fr/emissions/continent-sciences/que-se-cache-t-il-sous-crispr-cas9 ). Des gens parlaient justement d’ADN, d’où ma soudaine attention. Allai-je apprendre quelques nouvelles choses ? Hélas oui, des biologistes s’émerveillaient d’une récente découverte d’un nouvel outil permettant de « révolutionner » la génétique en agissant comme des « ciseaux » permettant de modifier les séquences nucléotidiques constituant les gènes. Et donc de modifier l’information génétique. Un exemple d’exploits qu’ils se vantaient de pouvoir réaliser était d’être capable d’éradiquer une espèce entière. Une espèce « nuisible », bien entendu. Si ma mémoire est bonne ils évoquaient le crapaud buffle en Australie auquel ils pourraient modifier un gène pour qu’il n’y ait plus que des mâles qui naissent. Ou que des femelles, le résultat étant le même. Ils évoquaient aussi pareilles méthodes pour les moustiques vecteurs de virus ou encore des frelons.
    L’idée que l’homme s’octroie ainsi le droit ne serait-ce que d’imaginer de faire disparaître l’ensemble des individus d’une espèce me fit frémir. Quelle est donc la prochaine étape ? Apparemment on pourrait choisir le sexe, la couleur des yeux, etc de nos enfants. Mais encore ? Non vraiment, la technique m’effraie. Après certains évoqueront l’impact que cela pourrait avoir sur des éventuelles guérisons de maladies génétiques. Soit. Mais pour combien de dérives ?
    Enfin bref, ce n’est pas très drôle tout ça… mais c’est marrant parce que je savais bien que cela vous ferait réagir, cher Fabrice. Et de quelle manière ! petit billet à lire ici: https://charliehebdo.fr/direct/une-technologie-de-cons-faite-pour-des-salauds/
    Bien à vous,

    Lisa

      1. Merci pour le lien, c’est… Non, en fait je ne trouve pas le mot qui conviendrait le mieux… . Mais c’est le fait qu’on puisse éradiquer toute une espèce en seulement une génération avec ce crispr-cas9 qui m’avait interpelée et le ton sur lequel les biologistes l’évoquait… Après pour les brevets du vivant, c’est bien sûr lamentable, que ce soit pour les végétaux ou les animaux… Bientôt des humains brevetés ? A moins que cela n’existe déjà…
        Lisa

    1. En réponse à Lisa
      En fait, Jennifer Dounia ( l’américaine ) se méfie et s’inquiète elle-même du Crispr Cas 9 (outil pas cher et facile d’utilisation par rapport à d’autres nucléases) qu’elle a elle-même mis au point ! Cauchemar, c’est elle qui le dit.
      Vu dans le Monde Sciences et Médecine du 23 mars 2016 n° 22141

      Elle s’inquiète pour les applications sur les embryons humains. Pour ma part, je m’inquiète pour tout le vivant car des chercheurs fous pourraient aussi bidouiller des virus, des bactéries … sans parler des applications dans le domaine agricole: des plantes génétiquement modifiées (OGM) par ces  » méthodes d’édition des génômes » sont prêtes à être cultivées, des animaux sont aussi trafiqués.
      Stop à tous ces délires irresponsables !

  14. la question est Comment mettre par terre les lobbies, une centaine contre 2 lobbies apiculteurs et une poignée d asso environnement…avec des budgets de com colossaux et n’hesitant pas à porter plainte contre la commission européenne pour le moratoire, bayer portant plainte et demandant le huis clos pas obtenu…heureusement..on fait quoi contre ces monstres?
    voilà pourquoi je reviens sur l exemple italien qui a interdit les neocotinoides sur le mais dans les d plaines du po et qui a constaté mortalité abeille en chute et rendement excellents! or cette expérience le gouv ne veut pas en entendreparler et les journalistes non plus qui ne relayent pas et c dommage car on se prive d un levier pour leur clouer le bec!

    1. Un génocide est un crime extrême qui consiste en l’élimination physique intentionnelle, totale ou partielle, d’un groupe national, ethnique ou religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que ses membres sont détruits (voire seulement rendus incapables de procréer) pour la raison de leur appartenance au groupe. Le génocide peut être perpétré par divers moyens, dont le meurtre collectif, direct ou indirect.

      L’eugénisme peut être défini comme l’ensemble des méthodes et pratiques visant à intervenir sur le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé, du moins tel que conçu à l’époque en cours. Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État.

      Un génonisme est un crime extrême qui consiste en l’élimination physique intentionnelle d’un groupe indocile et imparfait. Les robots prendront la relève!

      :z

        1. http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/bientot-des-salaries-bioniques-1111773#utm_campaign=20160325&utm_medium

          Des expériences pour augmenter le QI

          Encore plus délicate sur le plan éthique que les implants, une autre option suppose d’intervenir carrément sur le génome. Bienvenue aux HGM, les humains génétiquement modifiés, insensibles aux maladies qui nous fauchent aujourd’hui et dépassant comme une fleur les cent ans et plus de vie active.

          En 2013, des chercheurs du plus gros laboratoire mondial de biotechnologie, le Beijing Genomics Institute, ont lancé un vaste programme de séquençage de l’ADN de 2.500 surdoués au QI supérieur à 160.

          Ils sont fous!

  15. Que faire ?
    Leur faire bouffer leurs pesticides jusqu’au dernier gramme (puisqu’ils les aiment tant et que selon eux ceux-ci ne présentent pas de danger pour la santé des citoyens et l’environnement).

  16. Je viens de terminer »le poivre , le vin et la laine » emprunté à la médiathèque, un bouquin plus qu’ intéressant ( 60 pages qui se lisent très vite, écrites par Carlo Cipolla, avec humour mais non sans références bibliographiques sérieuses) sur l’économie jusqu’à la fin du Moyen Age où il est question du plomb (perturbateur endocrinien) comme une des raisons de la décadence romaine;

    remplacez « plomb » par  » pesticides » (perturbateurs endocriniens )
    et Pline l’ancien (qui prônait la cuisine dans des chaudrons en plomb) par le nom d’un de leurs défenseurs (…) et vous aurez une prophétie qui concerne notre époque!
    Reste à voir qui prend la place des banquiers florentins ruinés…
    bonnes Pâques

    1. Bonjour Marie,

      Je viens de commander « le poivre, le vin et la laine « , sur vos conseils et du coup, j’ai craqué pour « Les lois fondamentales de la stupidité humaine » du même auteur, qui à l’air extra (le livre et le bonhomme!)
      Avec un titre comme ça, on ne peut qu’avoir envie de le lire…
      Merci pour le tuyau, en tout cas.

  17. Infiltration djihadiste dans les équipes internes des centrales, attentat suicide, bombe sale sur un transport radioactif : le nucléaire nous affaiblit considérablement en nous rendant très vulnérables …

    http://www.liberation.fr/france/2016/03/25/france-comment-le-nucleaire-se-protege-de-la-menace-terroriste_1441941

    Tout le contraire de ce que pourrait être une stratégie radicale de défense non-violente où l’essentiel est de se rendre aussi peu « appétissants » que possible aux yeux de l’ennemi… : le nucléaire fait de nous une proie encore plus succulente (en plus d’engloutir nos moyens financiers non investis ailleurs et de nous menacer de mort avec le risque d’accident et celui des déchets pour l’éternité…).

  18. Grand temps de supprimer la viande du menu quotidien ou du moins d´en réduire la consommation :
    ww.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/mauleon/?utm_source=Association+L214&utm_campaign=f67b47477b-Enqu_te_Maul_on3_29_2016&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-f67b47477b-194945129#petition-block

    Soutenez L214 qui fait un travail formidable.

    1. La mention de Haute trahison a disparu du Titre IX de la Constitution.

      La mention de « Haute trahison » a disparu de la rédaction de l’Article 68 du Titre IX de la constitution, lors de la révision constitutionnelle du 19 février 2007, alors que Monsieur Nicolas Sarközy de Nagy Bocsa était ministre de l’intérieur, et que se préparait à Bruxelles le soi disant « mini traité » tenant lieu de Constitution européenne.

  19. Bonjour,
    Une fois n’est pas coutume, je me permets de vous laisser un message.
    Je vois que Le Foll crée moins de polémiques (pourtant il y a matière) que le film Demain…
    Voici juste une petite information que d’aucuns auront peut-être déjà lue aujourd’hui dans Libé :
    http://www.liberation.fr/planete/2016/03/31/l-allemagne-va-continuer-a-broyer-les-poussins-males_1443049

    L’histoire est un éternel recommencement, dit-on ? On reprend les mêmes propositions, on redonne son assentiment, pour plus tard bien sûr, et on les abandonne avant la date fatidique. Certes rien de plus classique mais on ne s’y habitue jamais.
    Plus les gens « d’en bas » sont informés de ces réalités quotidiennes que nous voulons modifier et plus ceux « d’en haut » les ignorent. Continuons donc à forcer notre optimisme en relayant toujours plus ces carnages et autres folies à tous ceux très nombreux qui ne sont pas encore au courant. Et rassurons nous, le collègue allemand de Stéphane Le Foll est est bon chrétien démocrate.
    marina

  20. Fabrice

    Que faire ? ( fin de ton message )
    Ben la révolution pardi ! J’ ai vu aujourd’hui des jeunes de 15 ans qui criaient vive la révolution devant leur lycée, ils étaient beaux, émouvants, ils souriaient, riaient ….
    Pourquoi s’encroûte-t- on en vieillissant ?
    En croyant aux élections ( piège à cons ), à la non violence (pour les opprimés bien sûr), les oppresseurs eux en usent abondamment chaque minute.

    1. Révolution?

      Nous sommes en pleine stratégie du choc (cf Naomi Klein).

      Les attentats de paris et de Bruxelles sont les déclencheurs qui doivent amener les populations en état de choc.
      Profitant de cet état de peur, de confusion, d’incertitude touchant la psychologie des foules, l’état en profite pour faire passer des lois liberticides (état d’urgence, surveillance généralisée…) ou de régressions sociales (loi travail El Khomri).

      Ces lois n’auraient jamais rencontrées l’adhésion du peuple si il n’y avait pas eu ces événements.

      Posez-vous la question de savoir par exemple pourquoi la loi travail est mise en place maintenant alors qu’elle aurait put l’être à mi-mandat présidentiel…

      Comme le disait Talleyrand:  » Il faut agiter le peuple avant de s’en servir »

      Facile de manifester et de reprendre ensuite le chemin qui mène aux chaines, et qui nourri la main qui bat! Quarantaine de la consommation …. de tout …. Sans armes, sans haine, sans violence.

    2. Vegaby, la non-violence n’est pas la réponse des « opprimés » mais des faibles. Alors que la violence est le mode d’action des puissants. Elle ne profite qu’aux puissants (c’est à dire, pour être précis, qu’à la puissance. Car les « puissants » peuvent chuter, ou s’élever dans la hiérarchie, mais la puissance elle se trouve toujours renforcée par toute augmentation du degré de violence). Et comme la non-violence menace le pouvoir, la réponse du pouvoir c’est le terrorisme. Terrorisme qui a toujours été l’arme des riches et des puissants, et toujours été « sous faux-drapeau », même si c’est seulement maintenant que l’expression est devenue populaire. On peut situer l’origine du terrorisme dans les stratégies de survie du colonialisme qui ont été élaborées des la fin du XIX siècle, et presque aussitôt il a été perpétré « sous faux drapeau » c’est à dire en isolant complètement les commanditaires des exécutants, a différents degrés. Georges Orwell a compris que l’essence du terrorisme, d’origine coloniale, allait s’étendre partout. Donc, aujourd’hui dénigrer la non-violence c’est se résigner au terrorisme.

      1. Laurent il faut savoir être simple de temps en temps …. La seule violence légitime est la violence révolutionnaire, mais en fait elle n’ en est pas vraiment une, car elle est éventuellement le seul moyen qui permet à l opprimé de se libérer. Le but n’ est pas la violence, il est de transformer la societé qui se maintient par la violence incarnée dans l’ Etat.
        Mais de nombreux mouvements dits révolutionnaires ou de libération etc.. utilisent la violence comme arme principale. Les palestiniens par exemple. Je suis contre cette violence ( mettre une bombe ou poignarder un passant )qui
        n’ aide aucunement à se libérer, c’ est la même violence que celles des oppresseurs.
        Mais la non-violence érigée comme un dogme est un mot creux, abstrait.
        Le terroriste du bataclan qui tirait sur les gens, fallait il
        l’ abattre, est ce qu’ une des victimes présentes dans la salle aurait pu utiliser la violence contre cet individu ? Je ne doute pas de ta réponse.

        1. Vegaby la realite n’est pas aussi simple que la theorie. Si j’avais ete au Bataclan et si j’avais eu une arme a feu sur moi et si j’avais su m’en servir et si un terroriste s’etait trouve dans ma ligne de tir, alors oui j’aurais tire, sans hesitation. Mais ca fait beaucoup de « si »… Vous savez que Franck Brinsolaro, tue le 7 janvier 2015, avait une arme a feu, savait tres bien s’en servir (ancien garde du corps du chef de la DGSE, ce n’etait pas n’importe qui) mais les terroristes etaient bien organises et l’on tue avant qu’il ait eu une chance de reagir. Si j’avais ete dans l’avion qui transportait la bombe atomique au-dessus de Hiroshima j’aurais tire sur le pilote et sur le co-pilote, si j’avais ete dans le bateau qui transportait la bombe (et dont les marins ont presque tous ete manges par les requins sur le chemin du retour… une mort pas tres « high tech »…) j’aurais sabote le moteur, et je ne vais pas ecrire ici ce que j’aurais fait si j’avais eu en main des missiles sol-air lorsque l’aviation de Nicolas Sarkozy a bombarde la Libye, pays en paix et qui n’etait pas un havre de terroristes… Mais les choses ne sont en general pas comme ca, parceque le terrorisme est l’arme des puissants et ces gens n’ont par consequent guere de raison de prendre des risques pour eux-memes, meme s’ils en prennent, de maniere calculee, pour leurs executants.

        2. Vegaby, voici, plutot que d’utiliser un missile sol-air qui ne ferait qu’encourager davantage de terrorisme, ce que j’aurais peut-etre, un jour, le courage, et l’honneur, de faire:

          http://www.wsm.ie/c/communique-sabotage-us-war-plane-shannon-dec2011

          https://www.vice.com/en_uk/read/ciaron-oreilly-has-destroyed-more

          Detruire en quelques coups de marteau 2 millions de dollars d’armes terroristes, et se faire acquiter par la justice au nom de la protection des populations civiles, c’est pas la classe absolue? Notons aussi qu’il ne faut desesperer de rien, et que la justice est parfois independante et courageuse.

  21. Bonjour à tous, en partie hors sujet, en ce lendemain de manifestations, je tenais à signaler que les lois Sarkozy,Macron, ElKhromi, ne vont pas assez loin.
    J’ai pris les devants, je porte toujours mon portable et mon badge rfid sur moi, pour être surveillé constamment par l’état et mon employeur, je me suis fait posés des électrodes anti-contestation.
    En attendant le remplacement du salaire, des congés payés et de la sécurité sociale, par un droit à la mendicité auprès de l’employeur, j’ai voulu léguer mes biens personnels de la façon suivante : 1/3 pour le PS;1/3 pour l’UMP et 1/3 pour le FN, mais par soucis d’efficacité, j’ai préféré courtcircuiter ces sous fifres et j’ai tout donné au MEDEF.

    Pierrot, Poisson d’Avril

  22. Et une royalitude de plus:
    http://www.reporterre.net/Quand-la-ministre-de-l-environnement-s-oppose-a-la-renaturation-d-une-riviere
    La Sélune, c’est (avec la Sée) l’un des deux fleuves normands qui se jettent dans baie du Mont-Saint-Michel (vous la traverserez dans la baie, à marée basse, en vous rendant depuis Genêts -avec un guide!- à pied au Mont: absolument magique!). Des millions d’euros pour « rendre le Mont à la mer », mais rendre la Sélune (et ses saumons) à la Nature, que nenni, a décrété l’infâme! A vomir…

    1. Ségolène Royal est un potentat pathologique, un ennemi définitif de la nature, de la biodiversité et de la naturalité.
      Ce n’est pas la première fois qu’elle agit de la sorte.
      Elle ne comprend rien aux enjeux de son époque, elle ne « travaille » (elle le dit souvent…) que pour son nombril et sa minable carrière de grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf.
      Qu’elle dégage le plus vite possible du ministère de l’écologie et qu’elle aille s’éclater dans la haute finance ou la com’ politique si ça l’amuse…

  23. Bonjour,

    Connaissez-vous l’AFIS, Association française pour l’information scientifique ?

    J’ai trouvé en kiosque le n°315 (janvier-mars 2016) qui consacre un dossier sur les pesticides appelé « Pesticides : ce qu’en dit la science »

    Je suis effaré dans la lecture de ce dossier qui se révèle être un incroyable plaidoyer pro-pesticide digne d’une croisade… Un vrai conte de fée pro-pesticides où, dans le pesticide, tout est bon, et où il n’y a aucun problème tant leurs doses sont dérisoires et leurs bienfaits nombreux pour l’humanité et l’environnement.

    Le dossier parle de lobby de… l’agriculture biologique et s’opposer aux pesticides relève d’une idéologie fanatique obscure et ésotérique.

    Jadis il y a 20 ans je lisais cette revue dont je partageais le combat rationaliste contre des bêtises comme les sectes, l’ufologie, l’astrologie, la médecine par imposition des mains ou la numérologie, mais la dérive de cette structure est telle qu’aujourd’hui elle semble bien avoir lancé une croisade contre tout ce qui relève de l’écologie, une vraie obsession. Ils semblent soutenir tout ce qui nous révolte : OGM, clonage, extrativisme forcené, une vraie folie techno-scientiste sectaire dont je n’aurai pas imaginé que ça puisse exister à un niveau pareil, proche du fanatisme.

    Qui connait et a eu une réflexion sur cette association et cette revue ?

    Fabrice, avez-vous croisé son chemin dans vos recherches ?

    Amicalement,

    Olivier

  24. Olivier, tu découvres que tu as fait confiance à des scientistes…
    Je trouve salutaire de le dire et de le dénoncer comme tu l’as fait.
    Eux aussi sont une forme de secte.
    Et elle est largement responsable des désastres écologiques que nous vivons.
    Leur lien avec l’industrie est évidemment très fort.

    Le rationalisme est irrespectueux de l’humain et de la nature, il nie les deux.
    (attention, je dis bien le « rationalisme » et non pas la « raison » : l’être humain a une raison qu’il doit mobiliser, mais il a aussi un versant symbolique ou irrationnel très important -et qui n’a guère de rapport avec les charlatans new-age ou autre… – c’est ainsi que l’homme est fait, tous ceux qui l’ont nié ont abouti aux pires atrocités de l’histoire de l’humanité (crimes du communisme, du nazisme, etc…).

    Dans la catastrophe écologique que nous vivons, il est très important de remettre la science à sa place, notamment face à ses responsabilités.

    1. PP, la science est à la place que lui donne la classe dominante (capitalistes et leurs gouvernements ) c est à dire toujours directement ou indirectement au service de la maximisation des profits privés.
      Ce qu il faut c’ est que la science serve l intérêt général, donc qu’ elle soit dans les mains de la population c est à dire socialisée.

      1. Vegaby, je pense que ce n’est pas aussi simple que ça : il ne suffit pas de « socialiser » la science, comme tu le dis, pour qu’elle respecte le vivant.

        1. PP , je pense que ce n est pas la science qui ne respecte pas le vivant mais les hommes et en particulier ceux qui sont en train de couper des forêts pour planter des palmiers à huile ou du soja, dans l’ unique but de faire de
          l’ argent et non pas de satisfaire les besoins humains .
          Dans une société vraiment démocratique, les hommes se respecteraient infiniment plus, la nature y compris et comprendraient qu’il est absurde et criminel de détruire une forêt qui nous rend tant de services. Le capitalisme n’ est aucunement rationnel, il est anarchique car il est basé sur l égoisme et le concurrence .

      2. Donc il faut que « la population » aide le Professeur Seralini, le Dr. Debal Deb, prenne a sa charge les recherches scientifiques, assurant ainsi sa qualite et sa diversite, et apportant du meme coup une reponse a la question de Grothendieck en 1971: « faut-il arreter la recherche scientifique? »… Certains scientifiques, et aussi et surtout leurs soutiens, montrent courageusement le chemin, mais a part ces trop rares cas il y a bien du chemin a faire…

  25. Le mouvement Nuit Debout va t il atteindre le niveau de podemos ou va t il mourir tranquillement le temps que tout le monde parte en vacances à la plage ?

  26. Bonjour Fabrice,

    Comment vas-tu ? Tes interventions se font plus rare sur ce blog. Est-ce les nouveaux numéros de Charlie qui te prennent plus de temps ? J’ai l’impression que tu es plus investi dans cette nouvelle version. En tout cas, il me semble que ton nom revient plus souvent en signature d’articles.

    Ou peut-être que tu travailles à la sortie d’un nouveau livre ? En tout cas, j’espère juste que ton ralentissement ici n’est pas dû à des problèmes de santé ou de baisse de moral.

    Tiens, pour parler de Le Foll : je viens de voir que ce monsieur demande des contrôles dans les abattoirs, pour lutter contre la « maltraitance animale »… Il sait vraiment ce qui se passe dans un abattoir ? Ou alors il lui manque une case ! On devrait lui envoyer un exemplaire de « Bidoche », ou un DVD de « Earthlings ».

    Bon courage en tout cas. On en a tous besoin.

    1. Cher François,

      Merci de te préoccuper. Oui, j’écris moins ici. Non, ce n’est la faute de Charlie. Mes blessures sont graves, et me fatiguent. Et me handicapent. Mais je ne vais pas continuer à me plaindre. C’est comme ça. Bien à toi,

      Fabrice Nicolino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *