Trump fait monter le prix du somnifère

 

Amis lecteurs, trumpistes et non-trumpistes, je vous livre ci-dessous le billet que j’ai écrit vers 14 heures pour le site de Charlie, et qui y est encore visible. Il est court, comme vous verrez, et ne contient donc pas les méandres habituels de ma pensée. Mais enfin, il dit quelque chose que je pense. J’en ai réellement marre des  sérénades et des lamentations. Je viens de lire un papier de Reporterre, dont le titre m’a fait sursauter : « Trump, candidat de l’anti-écologie ». Par Dieu, Clinton ne l’était-elle pas, elle qui était la candidate des transnationales, moteur essentiel de la crise climatique ? Comme je suis fatigué, je ne vais pas plus loin. Mais mon point de vue essentiel, le voici : nous avons grand besoin d’un point de vue écologiste sur la marche du monde. Indépendant des modes, des truismes, des habitudes de pensée. C’est urgent, cela brûle même. Assez de jérémiades : Trump est ce qu’il est, mais Clinton tout autant. Au passage, la question du Tafta – et du Ceta – est un sujet-clé, car son sabordage rendrait un immense service à nous tous. Allez-y de vos commentaires.

 


Le billet de Charlie sur son site :

 

Comme il n’est pas encore intronisé, ce ne peut être considéré comme injure à chef d’État : Trump est un gros empaffé, et le restera. Dans le domaine si décisif de la crise écologique, il va probablement frapper très fort. Ainsi qu’on sait peut-être, il ne croit pas au dérèglement climatique, ce qui risque quand même de plomber l’ambiance à Marrakech, où se déroule en ce moment le 22e épisode des sommets climatiques internationaux. Royal et Fabius passeront moins à la télé.

Répétons : ce gros empaffé – bis – n’en a rien à foutre de rien. Mais est-ce bien une raison pour tout à fait regretter Clinton ? Cette si Grande Dame, défendue par tant de si Braves Gens, était pieds et poings liés au pied du big business américain et se demandait ces derniers temps comment se tirer du bourbier du Tafta, ce projet de traité commercial avec l’Europe. La pauvrette était coincée entre, d’un côté, ses supporters des transnationales et, de l’autre, la révolte de plus en plus vive d’une Amérique qui ne croit plus à la mondialisation.

Trump, ce gros empaffé – ter -, vole au secours des altermondialistes et, s’il tient parole, flinguera le Tafta à la hache et au couteau, comme il aimerait faire avec les Mexicains et les musulmans. Est-ce à dire, docteur, qu’on a mal au fion et qu’il n’y a pas de remède ? Certains jours, oui. Certains matins, on ferme les volets, on se bouffe un somnifère et on oublie le monde.

55 réflexions au sujet de « Trump fait monter le prix du somnifère »

  1. Fabrice, vous lisant, je n’arrête pas de rire encore et encore. Si ce monsieur est un « gros empaffé » il n’est surtout pas un bouffon. Il a su faire revenir tous les abstentionnistes des précédentes élections américaines, les instituts de sondages n’ayant vu que du feu, voulu ou pas… Certes, c’est un économiste…, fils d’émigré allemand d’après la 2 ème guerre mondiale. Egalement, il est passé au parti démocrate juste avant « la croisade » Bush junior et s’est ensuite retourné vers le parti républicain après la fin de l’ère Bush.
    Pour le Tafta ok par protectionniste et isolationniste mais à ce jour personne ne peut dire quoi que ce soit concernant le devenir de ses positions sur le dérèglement climatique car il n’a pas d’expérience dans ce domaine. de surcroît, il aura des conseillers qui lui indiqueront le chemin à emprunter. Si cela sera répète comme à l’époque de Bush (le traité de …) forcément ce sera peu évolutif dans l’immédiat ou dans un proche avenir.
    Quant à la politique étrangère, il s’avère qu’il y aura moins de friction avec la fédération de Russie et sans doute un remaniement de l’organisation de l’Otan. (ouf)
    Ps: après 4 années de gouvernance Hollande, la centrale nucléaire d’Alsace est-elle fermée?
    la France est-elle plus écologiste que les USA?

    1. « Il a su faire revenir tous les abstentionnistes des précédentes élections américaines »

      Je vous invite donc à consulter l’article suivant : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/09/elections-americaines-l-abstention-en-hausse-par-rapport-aux-annees-obama_5027949_4355770.html

      Tout comme Fabrice l’expliquait dans un article sur les élections françaises, on constate que c’est l’abstention, la grande gagnante de cette élection.

      1. @ François
        Lorsque j’ai commenté « il su faire revenir tous les abstentionnistes des précédentes élections américaines » c’est sur une plus grande échelle temps que j’ai considéré la chose.
        Nous savons tous que Obama plaisait lors de sa première campagne, la suivante aussi – mais – il n’avait pas le pouvoir de changer énormément « la face » de l’Amérique puisqu’il n’avait pas de majorité démocrate là ou vous savez.
        Aujourd’hui nombreux sont les « cols bleus » qui sont allé voter.
        (va voter qui le souhaite, personne n’est obligé))
        Combien de « cols blancs » ?
        Sachant que le Parti républicain a soutenu Trump qu’au bout des lèvres, d’une façon timide.
        Peut-être Trump « trumpéziste » plus tard, je n’en sait rien.
        Toujours est-il que ça ne pourra pas être pire que durant l’ère Bush junior, me semble-t-il.
        info: selon un média, Bush père ainsi que Georges Bush junior ne seraient pas aller voter pour Trump.

  2. Moi je suis rassure. Clinton me faisait vraiment trop peur. Non seulement pour ce qu’elle a fait deja comme « secretaire d’etat » (ministre des affaires etrangeres en Francais, ministre de la guerre en langage simple), mais a cause de tous les gens qui la soutenaient, des banques a la famille Seoud, en passant par tous les strateges de la guerre permanente et du « racisme froid » (comme dit Jacques Ranciere).

    Le racisme chaud me fait un peu moins peur. C’est comme la difference entre un voleur qui reconnait qu’il vole et un voleur qui dit « je ne vole pas », avec l’un on peut le prendre de face voire discuter, avec l’autre on s’enfonce dans la violence.

    Trump evitera t-il l’aggravation de la guerre? Penser cela c’est deja mal parti, ca depend de nous, pas de lui.

    Il est drole de voir les reactions degoutees des leaders europeens, (la reaction la plus drole est celle de l’OTAN, cette organisation terroriste regionale et mondiale qui literalement supplie Trump de ne pas les laisser tomber!) en contraste avec celles de Clinton et d’Obama, qui, bon joueurs, souhaitent sincerement bonne chance a leur nouveau president, et bien sur a celles de la Russie et de la Chine, qui ressemblent a de grands soupirs de soulagement.

    Il serait bien sur ridicule « d’esperer » quoi que ce soit de Trump, mais cette election m’evoque comme un moment de repit face a la course en avant, a nous de regrouper nos forces et d’avancer tranquillement mais surement.

    « La force tranquille ». Pour beaucoup cela evoque l’election de Miterrand en 1981. Mais avant d’etre reduit a l’etat de slogan par Jacques Seguela, qui certainement avait du nez, cette expression avait ete utilisee a plusieurs reprises par Pierre Fournier apres la manif historique de Bugey-Cobayes en 1971, et plus encore apres le sit-in de 3 mois aux abords de la centrale. Cette soudaine realisation que le patient travail ingrat des pionniers (le CSFR, Pignero, des gens oublies) portait ses fruits, que les rivieres souterraines arrivent a la surface et en prenant conscience d’elles-memes, ont confiance dans leur force et dans leur non-violence. Il me semble qu’un journal comme Reporterre traduit aujourd’hui exactement cet etat d’esprit. Quand « l’underground » devient « mainstream », c’est la qu’il ne faut rien lacher, avec calme et tranquillite.

  3. Hello,

    Peut-être que Trump est notre meilleur allié pour ralentir le désastre, son splendide protectionnisme va faire en sorte de plomber davantage l’usine chinoise du monde, veut relancer des plans de constructions intérieurs avec rien ou tout juste de vagues promesses, bref tout immobiliser. N’est-ce pas une chance incroyable de commencer la décroissance par une a-croissance mondiale ? 🙂

  4. Entièrement d’accord Fabrice !

    … je dirais même : ras-le-bol de devoir sempiternellement choisir, là-bas ou ici, entre la peste et le choléra !
    entre 2 versions du j’m’en foutisme par rapport à l’urgence écologique absolue que nous vivons

  5. Complètement d’accord, Fabrice, et j’en ai marre des ridicules cris d’orfraie post-élections américaines. Clinton n’était pas la bonne candidate et puis voilà, et il est évident qu’elle n’aurait rien fait pour l’écologie ni pour les pauvres, toujours plus nombreux.
    Si Trump flingue effectivement le Tafta, ça sera toujours ça de gagné.
    Pour le reste ? Bah l’Amérique c’est l’Amérique et Trump ne va pas en changer la face.

  6. Effectivement, il n’y a pas un candidat meilleur ou pire pour lutter contre le changement climatique (à part Jill Stein, peut-être, mais qui en a entendu parler? 1 million de vois, quand même, si je ne me trompe pas). Et Trump est de toute façon prisonnier de réalités concrètes : la fiscalité énergétique dépend des États et non du gouvernement central. De nombreux États ont déjà entamé, et très profondément pour certains comme la Californie, leur transition énergétique. De ce fait, si Trump veut lancer son programme keynesin (oui, vous avez bien lu, Trump a un programme économique keynésien de relance des grands travaux), il devra trouver des chantiers pour lesquels il existe un potentiel de développement. Or, il y a aujourd’hui plusieurs milliers d’entreprises, PME pour la plupart, qui emploient plusieurs millions de salariés et qui œuvrent dans le domaine des ENR. Est-ce suffisant pour commencer à réduire les émissions (18% du total des GES) des USA, je ne sais pas, mais toujours est-il que les marché vont là où est l’argent. Et aujourd’hui, il commence à aller vers le marché des renouvelables. De toute façon, on ne peut être que dans l’expectative.
    Bon, pour ce qui est de Clinton, effectivement, sans oublier qu’il y a avait derrière elle les grands financiers de wall street bien sur, Bernie Sanders avait poussé et réussi à négocier certains virages avec la miss, notamment concernant l’environnement et les traités de libre échange sur lesquels elle avait accepté de revenir.

  7. Le 45ème parallèle… du chaud… du froid… les grands crus… de la politique… des volets… de barres et d’échardes… en sapin certifié PEFC… ou exotique… les éclipses… l’ombre… le mal au dorant… le prix du somnifère… les champignons et le Mexicain… les bestioles… l’humain…
    L’humain ?
    😀

  8. Bof, dans leur grande majorité, les électeurs ne sont pas moins des empaffés (j´adore ce mot) et des décérébrés que leurs élus, ce qui est logique, les uns portant les autres au pouvoir. L´Italie a eu son Trumpusconi, et en a redemandé, des Clinton, corrompus par la grande finance et l´industrie il y en a partout, et les psychopathes mégalomanes genre Poutine, Erdogan (premier président turc à être élu au suffrage universel) ne manquent pas non plus à l´appel, la liste est longue. C´est vrai qu´on peut avoir des doutes sur la manière dont se déroulent les élections chez le Tsar ou le Sultan. Mais enfin, le bon peuple semble les aimer !
    Allez, pas besoin de se faire du mourron, ce sera vite « business as usual », la merde quotidienne. Tout va rentrer dans le calme chez l´oncle Sam. Il s´est déjà coltiné Nixon, cowboy Reagan, Bush papa et Bush fiston, il en a vu d´autres !!!

    PS Hors-sujet : invitée chez quelqu´un hier soir, j´ai mangé une poutine (un plat québecois, pommes frites et petits morceaux de cheddar) ! C´était dégueulasse ! C´est vrai qu´avec ce nom-là, ça fait mal aux viscères !!!

  9. bonjour
    il me semble que l’édito d’hier de Kempf sur Reporterre dit que Bernie Sanders était plus proche de l’écologie que les Trump et Clinton.
    https://reporterre.net/La-faillite-de-la-classe-dirigeante
    un extrait:
    « Et surtout, si Trump a gagné, c’est parce que la pseudo-gauche aux ordres de, ou fondue dans, la finance a mis tout son poids contre le seul qui aurait pu le battre, Bernie Sanders. Celui-ci était le candidat qui parlait au peuple et au jeunes, mais pour leur proposer un avenir où la justice et l’écologie seraient les maîtres-mots, un avenir où l’on reprendrait le contrôle des marchés financiers.
    Pour les classes dirigeantes, il représentait le véritable danger. Il fallait l’éliminer. Et Mme Clinton a bénéficié d’un appui éhonté du Parti démocrate… »
    voir sur le site pour les hyperliens et l’intégralité du texte.
    Il rappelle aussi les liens de Mme Clinton avec la finance et Goldman Sachs…

    C’est la vérité qui dira quel homme est Trump , il est maintenant dans la réalité de la fonction qu’il briguait.
    Merci encore pour tous vos posts.

    1. @ marie r.
      Merci pour votre commentaire sur Bernie Sanders.
      Effectivement, vous avez énoncé un point de vue intéressant.

    2. et oui,et même que c’est lui qui aurait du être au second tour en face d e la Trumpette party,car traffic de voix sur NY, en faveur du clan Clinton est enregistré et les plaintes aussi,et Gill Stein au second tour,nobody talk about,,les merdias US, n’ont pas parlé de Bernie,trop fort,une vague souffle au States et les mouvements écolos aussi,Bernie est le seul évenement important de cette mascarade,sans un rond,il aurait pu être elu si la triche des piliers de l’Ecocide mondial n’avait pas trafiqué les votes,dommage que il se soit fait arnaquer,il serait sans doute passé au second tour.tristesse.

  10. Oui, c’est ça, certains matins, on fermer les volets… etc… car l’élection de Trump n’est en rien une bonne nouvelle. Elle me donne la nausée et je l’assume. La société américaine va encore se durcir, comme la notre s’est raidie avec les années Sarkozy. Ca laisse des traces quoi qu’on en dise. Les républicains tiennent le Sénat, le congrès, ils ont de quoi frapper très fort et ils ne s’en priveront pas. Mais il est vrai que l’élection de Clinton n’aurait pas été non plus une bonne nouvelle pour ce qui nous importe et qui est vraiment l’important … La brutalité d’un empaffé l’a emporté sur une hypocrite engluée…
    Un billet qui va dans ce sens :
    http://www.liberation.fr/debats/2016/11/09/l-election-de-donald-trump-est-une-chance-pour-le-climat_1527335

  11. Résultat des votes: Coin coin a gagné.
    Hillar.. ant a perdu!
    Le 1er est un balourd mais sait négocier et sait très bien qu’il devra revoir sa copie, il n’a pas les coudées franches.
    La 2ème , (on connait le mari , bilan Obama bof … ) ne faisait guère rêver.
    Pour nous c’est toujours la soupe à la grimace , climat, pauvreté, … etc.
    L’amérique souffre depuis un bon moment mais surtout rêve de dominer à nouveau le monde comme avant et nous refiler jean, hamburgers et autres gadgets informatique.
    Ecoutez ce que disait déjà il y a longtemps l’artiste Frank Zappa sur les states :

    https://youtu.be/QXWsByIDe5I

  12. Non mon cher Fabrice
    Mettez-vous plutôt (comme moi) la tête dans les étoiles cela nous fait un temps oublier toutes ces misères sur notre planète.
    Nous sommes toujours auprès de vous de tout coeur.

  13. Pas tout à fait d’accord avec ce billet : A la fin, j’ouvre les volets, en grand, et je regarde tomber les feuilles des deux tilleuls (ça endort parfois…si si…..), de jolies feuilles couleur soleil qui virevoltent, toutes légères, et s’entassent les unes sur les autres, sans dessus dessous, dans tous les sens, toutes différentes et presque pareilles. Elles s’entassent et forment un joli tapis sur l’herbe bien verte. La neige a effleuré les cimes cette semaine, comme dans les tableaux de Brueghel. J’oublie parfois tous ces empaf….(Trump et la liste longue longue longue longue……des deux côtés de l’Atlantique, et ailleurs). De toute façon les éternelles absentes des discours du club des empaf… seront toujours l’écologie, l’éducation, la culture…ah j’oublie l’humain. Et peut être qu’un jour dans quelques millénaires, les petites feuilles tombées, comme nos idées auront formé un terreau suffisant à la survivance de la planète. Si d’ici là le club des empaf ne trouve pas un acheteur chez les martsiens…
    Bonne nuit et doux rêves à tous…

  14. L’acte sexuel anal (enculade, empaffade, sodomie et autres délicieusetés par lesquelles il est, par les homophobes ordinaires, désigné) est une pratique banale dans le monde animal. Pourquoi faut-il que les humains soient si viscéralement anti-homo que cet acte-là (qui en vaut bien un autre à tous points de vue, si vous me permettez), soit transformé en insulte majeure et celle/celui qui « reçoit » toujours assimilé à un gros salopard (c’est plutôt les hommes, en général, qu’on traite « d’empaffés »). Putain, réfléchissez un peu !
    Quant à Trump, il ne fera ni moins ni pire que ses prédécesseurs à quelques exceptions près. Entre autres, pour ce qui concerne le retour sur le réchauffement climatique vu par ce connard comme « bullshit », il ne pourra revenir sur l’accord de Paris (pour ce qu’il vaut) que dans trois ans, étant donné que les USA l’ont ratifié (il n’est pas prévu de retour en arrière), + un an. Donc sa fin de mandat. Entre temps, puisque vous aimez les métaphores boyautines, sortons-nous donc les doigts du cul.

    1. Bonjour,

      Laissons le bénéfice du doute à Fabrice, et gageons qu’il a voulu écrire empafé, et non empaffé. Avec un seul f.

      Cordialement à tous.

      1. Sur l’usage du mot empaf(f)é,

        Je ne supporte pas la police du vocabulaire. Empaffé a plusieurs sens, mais je revendique le droit de l’employer comme je l’entends. Une langue est une histoire, et quiconque fait intervenir des arguments de correction n’est jamais très loin, à mon sens en tout cas, d’une pure et simple novlangue. On empêcherait bientôt l’emploi du mot con, qui désigne – aussi – le sexe d’une femme. Et je me souviens qu’on m’a reproché naguère l’usage de gogol, qui aurait porté atteinte à la réputation des mongoliens. Je me marre, mais ça me fout les boules. Non, pas les boules, ç’est vexatoire pour les coucougnettes. Non, pas les coucougnettes, c’est désolant pour les couilles. Je voulais évidemment, et avec toute l’amabilité dont je suis capable, parler des parties génitales, avec lesquelles battre le tambour est une activité acrobatique.

        Fabrice Nicolino

  15. Cher Fabrice,
    Comme toi nous sommes abasourdis mais malheureusement si peu étonnés. D’accord pour essayer d’échapper momentanément à cette triste réalité sauf qu’au lieu du somnifère j’opterais pour un flacon de beaujolais. Si possible bio. Si si, ça existe !
    Prends soin de toi
    Philippe & Annie

    1. Chère Annie, cher Philippe,

      Je viens de lire les aventures de Jacques Pallu. Trois évasions ! Mazette, c’était quelqu’un. Je vous embrasse,

      Fabrice Nicolino

  16. Je rejoins quelques personnes ici. La grande erreur du parti démocrate, c’est de ne pas avoir préféré Bernie Sanders à Hillary Clinton. Cet homme était beaucoup plus pertinent pour prendre la suite d’Obama et délivrer une politique sociale à laquelle aspirent nombre d’Américains.

    Face au populisme de Trump, Sanders aurait avancé un programme plus humain, à même de trouver un écho dans la population pauvre. Lui aussi était contre le système, mais sans le côté destructeur de Trump. Il était force de propositions et à ce titre, possédait une vraie chance. La campagne aurait été toute autre, plus intelligente, basée sur des idées face à quelqu’un qui n’en avait pas. Railler Trump n’a servi à rien. Lui opposer des idées concrètes aurait été tellement plus pertinent. La presse aurait été obligée de suivre. Il y aurait eu débat.

    Les démocrates se sont trompé de candidats. Ils ont oublié que Clinton avait sévèrement perdu les primaires contre Obama en 2008. Déjà, elle ne faisait pas l’unanimité. 8 ans plus tard, ils n’ont pas vu que Bernie Sanders battait Clinton aux primaires à plate couture dans plusieurs états : Hawai, Washington, Alaska… Il l’a emporté face à Clinton dans 23 états, ce n’est pas rien. Les sondages le donnaient aussi largement gagnant face à Trump. Les jeunes, les afro américains, les latinos auraient été beaucoup plus enclins à voter pour lui que pour Clinton.

    Obama n’a pas pu aller aussi loin qu’il le voulait dans les réformes à cause d’un congrès opposé. En cas de victoire démocrate, le congrès n’aurait pas basculé complètement, mais le parti aurait au moins récupéré le Sénat et cela aurait simplifié les choses pour aller plus loin. Quelle belle occasion manquée de changer l’Amérique !

    Bref, si les démocrates se sont complètement trompés de candidat, les Républicains aussi. On se demande comment Trump va pouvoir gouverner en interne avec des gens de son parti qui ne pensent pas comme lui et qu’il a insulté pendant toute sa campagne…

    Tout ceci doit nous alerter sur le fait qu’en France aussi, nous n’avons que des candidats issus du sérail, totalement déconnectés de l’électorat populaire, pour faire face à Marine le Pen. Le populisme risque d’être une grosse tentation pour les délaissés. Avons nous le temps d’en tirer les leçons ?

    1. Bien entendu, et les gens (l’eventail quasi-complet des media et des politiques) qui ont tout fait pour que Clinton l’emporte sur Sanders, preferent infiniment Trump a Sanders: tellement mieux controlable. Eux aussi, d’une certaine maniere, ont fait le choix du « moins pire », c’est a dire se sont arranges pour que meme « en mettant les choses au pire » (de leur point de vue), Sanders ne passe pas. Ils peuvent gerer Trump, ils le tiennent par toutes ses compromissions, sa boufonnerie, sa vulgarite meme.

      De la meme maniere, ils feront tout pour empecher un candidat non-professionel de la politique, non soumis aux banques, non soumis a l’OTAN, de se presenter en France, laissant le choix entre un Juppe et une Le Pen, et dans les deux cas ils ne risquent pas grand-chose. Le Pen est, comme Trump, leur assurance-vie, leur garantie contre le pire (pour eux).

    2. @ Stef
      « On se demande comment Trump va pouvoir gouverner en interne avec des gens de son parti qui ne pensent pas comme lui ».
      Je modifie la phrase et voyons:
       » On se demande comment Trump va pouvoir s’aligner en interne avec des gens qui sont malgré tout de son parti n’étant pas tout à fait « en phase » avec son programme ».
      Là sont/seront les futures questions posées et adressées par le Parti républicain à Trump.
      Est-ce que Trump sera un trapéziste (« trumpéziste » – commentaire ci-dessus) hors pair montrant de belles figures de voltige (réussies) ou bien il se rangera simplement au côté du régime républicain?

  17. Bonjour à tous, je ne vais pas m’étendre sur le fait que Trump dit tout et son contraire en moins de 5 minutes, sur les aberrations de l’élection américaine : candidat qui a le moins de voix déclaré vainqueur, vote électronique, dépenses électorales faramineuses, bonnet blanc et blanc bonnet…
    Je constate que chaque candidat représente environ un américain sur 4 en tenant compte des abstentions et des non inscrits, et que de toute façon ce ne sont que des pantins aux mains de ceux qui dirigent réellement ce pays : Goldmansachs, Bill Gates, texaco, Google, wal mart and co.
    A nous de rester vigilants et de ne pas nous faire rouler dans la farine par les traités de libre échange.

  18. H.L. Mencken, journaliste, essayiste et critique du Baltimore Evening Sun écrivait cet éditorial qui parut le 26 juillet 1920 :
    « As democracy is perfected, the office of the President represents more and more closely, the inner soul of the people. On some great and glorious day, the plain folks of the land will reach their heart´s desire at last and the White House will be occupied by a downright fool and complete narcissistic moron. »

  19. Malgré les réticences de certains ici pour les pétitions, une dernière peut être pour NDDL?

    http://nddl.agirpourlenvironnement.org/

    Trump, Clinton, on a beau avoir chez nous le suffrage universel, que nous propose-t-on de mieux pour le moment? Rien. Le climat, l’éducation, les droits fondamentaux sont totalement ou très partiellement évoqués dans les programmes proposés par les fameux candidats . Des discours stériles et ennuyeux comme jamais. Va falloir un sacré miracle écologique pour que j’aille voter.

  20. Le grand democrate et grand humaniste, M. Francois Hollande, a exprime aupres de M. Trump son inquietude et l’incapacite de la France et de ses allies Europeens a maintenir en vie les fronts sanglants de la guerre de civilisation, si la future administration Americaine reduisait sa participation, comme M. Trump a menace de le faire lors de sa campagne.

    Selon l’AFP, ils ont evoque durant « 7 a 8 minutes », « la lutte contre le terrorisme, l’Ukraine, la Syrie , l’Irak et l’accord de Paris » (sur le climat).

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/11/11/hollande-et-trump-se-sont-entretenus-et-partagent-la-volonte-de-travailler-en-commun_5029719_823448.html

    Le climat en dernier. Pour faire joli et moins vulgaire, probablement. Gladio II et la prolongation de la guerre en cours contre 3 pays laics, avec un haut niveau d’education, et qui faisaient un pont entre l’Europe et l’Asie, est plus importante. Le racisme et le sort des minorites aux Etats-Unis n’ont pas ete evoques, probablement pour eviter d’etre vulgaire, puisque M. Hollande trouve M. Trump « vulgaire ».

    Ou, c’est peut-etre que la continuation de la guerre de civilisation est la seule chose que M. Francois Hollande, leader socialiste d’une vieille democratie occidentale, est capable d’imaginer, et qu’il appelle, de maniere fort elegante, pas vulgaire, « les valeurs que les deux pays ont en commun ».

    A la reaction inquiete et persistante des dirigeants Europeens pro-OTAN, on comprend mieux l’expression discrete de soulagement des Russes, des Chinois et des Indiens apres la defaite du camp Clinton.

    Et l’espoir, discret lui aussi, de politiciens Americains anti-guerre (mais pro-militaires, combinaison plus interessante que le contraire) comme Dick Black, Ron Paul, Chuck Hagel… Chuck Hagel qui restera dans les memoires pour s’etre fait virer de son poste de secretaire a la defense 24h apres avoir demande a Obama, par lettre officielle, si Al Qaeda etait un ennemi ou un allie des Etats-Unis. Ca c’etait vulgaire… Mettre ca par ecrit.

    1. @ Laurent Fournier
      Ceci n’est que mon avis, Hollande devrait se taire sur « le phénomène Trump » vu sa cote de popularité dans l’hexagone, d’ailleurs, il a la langue un peu trop pendue…
      Aussi, pour qui se prend-t-il puisqu’il risque fortement d’être évincé aux prochains scrutins présidentiels.
      De toute façon il n’est que très médiocre voire nul (si je peux me permettre) en politique étrangère, notamment avec la Russie au sujet de l’Ukraine et de la Syrie. (toujours va t’en guerre avec pour seule arme, la France, bof!?)
      J’ai honte pour la France, quelle représentation lamentable!
      là où il avait « fier allure », c’était lorsqu’il avait été pris en photo montant son scooter chez la Sophie

  21. Le quotidien britannique The Guardian, sorte de croisement entre le serieux politiquement correct du Monde et le langage un peu plus vif mais correctement dose quand meme de Liberation, fait mine d’etre tellement affole par une presidence Trump qu’il serait pret a remettre en question la surveillance:

    https://www.theguardian.com/world/2016/nov/11/trump-surveillance-network-nsa-privacy

    quelques perles:

    – « les exces s’aggraveront sous un president autocrate et obsede par le pouvoir »

    – (les organisations de surveillance se soumettent a) « une transparence minimale, qui leur a ete imposee par les tribunaux, en lieu et place des reformes demandees »

    – « le probleme est que tout est decide par l’executif, pas par la loi (…) meme aujourd’hui, les Americains ne savent pas quelles donnees sont collectees par la NSA sur eux-memes »

    – « dans la mesure ou les agences (le GCHQ britannique et la NSA americaine) ne sont pas separables dans la pratique, il deviendra incroyablement difficile de s’assurer que nos moyens ne sont pas utilises pour des operations risquees ou contraires aux droits de l’homme »

    – « au titre de la collaboration avec le GCHQ (britannique), la NSA (americaine) a acces, entre autres, aux webcams et par exemple aux images pornographiques de 1.8 millions d’utilisateurs collectees durant 6 mois en 2008 »

    Ah voila l’argument-massue: Amis Europeens, vous n’allez pas laisser ce vilain Trump regarder vos bites et vos fesses!

    Les bites on peut en parler, ca devie le regard, ca permet d’eviter de realiser que Gladio-II n’eut pas ete possible sans la surveillance, ca on ne peut pas encore le dire, pas dans le Guardian, en tout cas pas avant que Marine Le Pen ou Tim Morrison soient au pouvoir, ou menacent de l’etre.

  22. Sur Trump or not trump is not the question, en matière de changer de cap personne, aucuns dirigeants au monde n a encore pris un quelconque tournant et très peut de particuliers
    Je vois vivre les gens autour de mois depuis la cop 21 applaudie par tous aucunes de mes connaissances n ont changé de mode de vie
    Aucuns candidats aux élections françaises n a décidé d interdire la voiture individuelle personne n oblige à recycler son eau fabriquer son énergie etc, aucunes aides aucunes initiatives originales rien on continue à aller aussi vite direction la fonte des glaces et Trump ni changera rien ni dans un sens et encore moins dans l autre et pas mieux ni pires que ses pote du reste des Etats du monde ….

  23. Effet imprevu de l’election de Donald Trump: Depuis le 9 novembre, les officiers d’Al Qaeda a Alep et a Raqqa se font discretement assassiner, un par un. On avait deja ete tres officiellement informes des « snipers de Mossoul » et de l’elimination des officiers britanniques de l’Etat Islamique par les forces speciales britanniques a Mossoul, mais pourquoi Alep et Raqqa, pourquoi maintenant?

    Certes il etait clair depuis le depart que dans l’esprit de leurs protecteurs, aucune de ces personnes n’avait « vocation a » survivre a la guerre, malgre les poignees de main avec Mc Cain, Fabius, Erdogan, Hollande, malgre leurs « collegues » occidentaux qui sont evacues en cars aux vitres reflechissantes les jours qui precedent chaque liberation d’une ville, malgre les promesses de soutien a « l’opposition moderee »…

    Mais voila que le resultat imprevu d’une election oblige la CIA a casser ses jouets!

    La grande question des think tank: Le « djihadisme » pourra-t-il survivre a la defaite de l’OTAN en Syrie?

    Ca depend aussi de nous, citoyens de Paris, de New York, de Damas, d’Alep ou de Mossoul, mais je n’y crois pas, en tout cas plus sous cette forme.

    Autre effet imprevu de cette election (mais le mecanisme mental est le meme!): Des journaux comme The Guardian, The Economist (entre autres) trouvent soudainement que les bombes atomiques sont « dangereuses » et « effrayantes », et trouvent fou qu’un Donald Trump ait un tel systeme sous ses ordres.

    Faudra-t-il attendre que Marine Le Pen soit au pouvoir pour que « Le Monde », « Le Figaro », « Marianne », etc. titrent enfin: « la folie nucleaire remise en question », « la roulette russe des OGM dans les mains des satrapes », et « les grands projets inutiles destructeurs de l’economie, au service des autocrates »???

    Ou arriveront-nous, oui ou non, a arreter la machine avant?

    1. @ Laurent Fournier
      Je confirme ce que vous dites à propos de l’élimination des officiers d’Al Qaeda au moyen orient. Cela est mentionné sur le blog d'[bip].

      1. Lefevre,

        Je vous ai censuré, et j’assume sans gêne. Vous avez le droit de visiter le site d’un fasciste militant, mais j’ai celui de vous dire que jamais je ne laisserai mon adresse personnelle devenir un dépotoir. La crapule dont vous osez évoquer le nom me donne l’envie de dégueuler. Vous voilà prévenu. Et je vous en prie, n’essayez pas d’ergoter avec moi, car je sais de quoi je parle. Jamais un fasciste ne s’exprimera ici,fût-ce de manière indirecte.

        Fabrice Nicolino

        1. Merci Fabrice pour l’explication. (vous ètes chez vous)
          Je cherche (je fouine) l’info, un dire, un point de vue particulier ou pas sur tous les blogs, ça ne me gêne pas. Par contre, jamais je visite un Site internet politique extrémiste ou pas car je ne souhaite pas me laisser « embrumer » ou me « faire rouler dans la farine ». Voici mon explication.

      2. L’info sur l’elimination des officiers de l’ISIL de nationalite Britannique par les « special air service » (SAS) Britanniques a Mossoul est donnee par de multiples sources, dont « The Guardian ». A Alep et Raqqa, il faut chercher l’info ailleurs, elle est facile a trouver, et fort credible puisqu’on ne voit pas pourquoi ils feraient une difference entre ces villes.

        Je viens de re-lire cela, dans un (tres vieux) No. de Charlie Hebdo :
        +++++++++++++++++
        Ils disent pas que ces conneries. Un con, c’est quelqu’un qui ne voit qu’un aspect de la question. Il le voit souvent très bien. Il faut donc écouter tout ce que les cons ont à dire. Citations:

        « Mansholt ne prend pas pour point de départ les problèmes de démographie ou de pollution; il part de la crise économique et monétaire des pays capitalistes. Les questions de pollution et de gaspillage ne s’insèrent dans sa réflexion que comme des composants de la crise. Ce n’est pas un problème scientifique que pose Mansholt, mais un problème de sauvegarde du capitalisme »

        Les limites que sa foi imposent à Pierre Juquin, elles commencent juste à coté: quand il remarque, perfidement, que Mansholt ne dit pas un mot de l’industrie de guerre. Il veut croire à toute force, que l’industrie de guerre n’est pas une industrie comme les autres: la guerre, c’est l’irrationalisme et l’industrie, c’est le rationalisme matérialisé. Il n’y a, en réalité, aucune césure discernable entre l’industrie de guerre et l’industrie de paix. (…) Les parachutes des marines Sud-Vietnamiens, c’est une grande marque de soutien-gorge qui les fabrique.
        +++++++++++++++
        Pierre Fournier, Charlie Hebdo, 22 Mai 1972

        « les limites que sa foi (lui) imposent »: Pierre Fournier etait d’accord avec Francois Cavanna sur ce qu’est « un con ». Quelqu’un qui a peur de penser, qui a peur de sa propre pensee. Tout le contraire du soi-disant « entre-soi » que l’on confond avec ce mot.

        Pour moi, on peut lire partout. Meme Mein Kampf (j’ai commence, mais c’est tres chiant, je reprendrais la lecture quand j’aurais vraiment du temps, et puis il est plus urgent de lire les « Mein Kampf » d’aujourdhui). Je « n’aime » pas Malthus, Marvin Minsky, Brzesinski, Bruno Latour, Edward Teller, Heidegger… Il faut parfois se forcer un peu a lire, ca peut donner des perspectives difficiles a trouver ailleurs. Il n’y a pas de con total, absolu.

        Mais bon, personne n’est oblige de lire non plus.

        1. « pour Alep et Raqqa, il faut chercher l’info ailleurs, l’on ne voit pas pourquoi ils feraient une différence entre ces villes ».

          C’est le JSOC « Joint Special Operation Command » qui est mandaté pour neutraliser les chefs d’Al Qaeda en Syrie parce qu’une fois établis en Syrie (avec ceux déjà existants) ces gens risque d’organiser une base d’attentats proche de l’Europe méridionale.
          Le Washington Post

  24. un article du ignacio ramonet monde diplomatiquehttp://www.les-crises.fr/les-7-propositions-de-donald-trump-que-les-grands-medias-nous-cachent-par-ignacio-ramonet/

    on se demande comment un personnage avec de si misérables idées peut rencontrer un tel succès chez les électeurs américains qui, évidemment, ne sont pas tous décérébrés ? Quelque chose ne cadre pas.

    Pour résoudre cette énigme, il a fallu fendre le mur de l’information et analyser de plus près le programme complet du candidat républicain. On découvre alors sept autres options fondamentales qu’il défend, et que les grands médias passent systématiquement sous silence.

  25. Sur l’usage du mot empaf(f)é,

    Je ne supporte pas la police du vocabulaire. Empaffé a plusieurs sens, mais je revendique le droit de l’employer comme je l’entends. Une langue est une histoire, et quiconque fait intervenir des arguments de correction n’est jamais très loin, à mon sens en tout cas, d’une pure et simple novlangue. On empêcherait bientôt l’emploi du mot con, qui désigne – aussi – le sexe d’une femme. Et je me souviens qu’on m’a reproché naguère l’usage de gogol, qui aurait porté atteinte à la réputation des mongoliens. Je me marre, mais ça me fout les boules. Non, pas les boules, c’est vexatoire pour les coucougnettes. Non, pas les coucougnettes, c’est désolant pour les couilles. Je voulais évidemment, et avec toute l’amabilité dont je suis capable, parler des parties génitales, avec lesquelles battre le tambour est une activité acrobatique.

    Fabrice Nicolino

    1. Pourquoi écrivez-vous cela, Fabrice ? Je n´ai pas vu que quelqu´un ici ait été choqué de ce mot. L´argot est une langue drôlement riche et intéressante, contrairement à ce qu´en pensent les vertueux du langage.
      Quant aux coucougnettes, faites par un bon pâtissier, c´est absolument délicieux.

    2. « parler des parties génitales avec lesquelles battre le tambour »
      Et les castagnettes alors, ça n’a pas un beau son?
      Ah, vous n’ètes pas d’origine espagnole.

  26. Beaucoup de commentateurs ont fait l’analogie entre la situation américaine et française. Je suis d’accord avec eux et je pense qu’on les suit à quelques encablures.
    Clinton est le pendant américain de la déliquescence du PS, de sa « haute considération» pour la cause écologique, et de sa cécité vis-à-vis de la marche du monde vers la catastrophe. Et Marine Le Pen a soutenu Trump, Sarkozy piaffant derrière. On s’entend bien quand la vocifération fait office de projet de société.
    Avec ça, on n’a pas le cul sorti des ronces.
    La différence écologique entre Trump et Clinton est que le premier est tout à fait décomplexé. Avec lui, c’est la destruction du monde dans la joie et la bonne humeur. Quand on regarde les bilans globaux, c’est finalement un allié de la planète sur le long terme : il va l’aider à se débarrasser plus rapidement de cette saloperie historique qu’est l’espèce humaine, si bien représentée par des brutes, bourrins et crapules, et dont les personnages politiques dont on nous abreuve médiatiquement par les temps qui courent sont de sacrés caricatures. Bon, certes, il faudra du temps après pour que ça repousse, au milieu des gravats.

    J’ai entendu que 75% des français étaient effarés par l’élection de Trump. Vu que Marine Le Pen (ou Mère Lapine si on mélange les lettres, c’est vrai qu’elle fait des petits partout) soutient Trump, ça fera un test pour notre détestable élection présidentielle, sur sa représentativité et sa bouffonnerie potentielle.
    Ces gens savent très bien exploiter la pauvreté intellectuelle trop souvent accrochée comme un boulet aux basques de la pauvreté économique. Car cette dernière considère par ignorance que l’écologie est une affaire de « bobos ». Alors que les tornades qui ne manqueront pas de dévaster plus encore le Middle West, les ouragans qui gagneront en puissance sur la Louisiane, les cancers qui vont se multiplier, l’eau empoisonnée et les tremblements de terre des gaz de schistes, toucheront les pauvres en premier lieu. Ceux qui n’auront pas les moyens de suivre l’augmentation des primes d’assurance, les moyens de se soigner, de se nourrir sainement, ou de se réfugier dans de bonnes conditions dans des zones épargnées.
    Alors que Trump ou nos chers imposés sur la fortune qui vocifèrent, pourront tranquillement se mettre à l’abri dans une de leurs villas qu’ils détiennent aux 4 coins du territoire. Pour la petite histoire, Trump était propriétaire pour ses déplacements d’un Sikorsky S61, hélico de 30 places, puis de 2 Chinooks, puis un super-Puma, et enfin 2 Sikorsky S67. Engins dispendieux et polluants. Ça rapporte d’être héritier de la fortune de papa et maman. On peut se permettre tous les caprices, beugler n’importe quoi à la télé, se faire élire président des US. Ubu roi, good morning Worm your honour.

  27.  » Vu que Marine Le Pen soutient Trump, ça fera un test pour notre détestable élection présidentielle, sur sa représentativité et sa bouffonnerie potentielle ».
    Ce jour, le magazine l’Obs vient de sortir un chapitre consacré au programme de Macron (phénomène Macron) où il parle de faire travailler les jeunes plus de 35 heures, de faire travailler 32 heures les personnes âgés d’au moins 55 ans; en sommes, une carrière à la carte. Au moins, ça a le mérite d’être nouveau et d’écarter les futures promesses intenables des autres soit-disant de gauche et d’ailleurs y compris Le Pen disant vouloir ne pas augmenter l’âge légale de retraite.
    Comme j’entends par exemple Montebourg , « la marinière made in France en goguette » s’apprêtant à concourir à la primaire en janvier prochain alors qu’il avait soutenu Walls au poste de premier ministre, ça me fait doucement sourire!
    Egalement, le leader du Front de gauche voulant prendre tout à tout le monde, clamant qu’il est un écologiste frénésique, du beau foutage de gueule.

  28. Extrait de campagne américaine vu et rapporté (ce jour sur une antenne radio) par Jean Jouzel membre du Giec, chercheur au CEA saclay:
    « Les trois quart des américains ne croîent pas (spécialement) au dérèglement climatique d’ailleurs ils ne s’y intéressent pas ».

    La future entreprise de pré-démolition du mondialisme plus la remise en question du TAFTA vu par Trump a fait que de nombreux « cols bleus » et aussi une autre catégorie sociale moins en nombre ont voté républicain. Ceci outre le fait de l’appartenance de Hilary Clinton à l’etablishement.

    1. Rectification:
      ce sont 2 tiers des américains qui ne croient pas au dérèglement climatique, non les 3 quarts. J’ai fait une erreur de transcription en transmettant les paroles de Jean Jouzel. Cela est dû à l’étonnement d’entendre cette annonce.
      D’ailleurs cette annonce m’a bouleversé sur le coup.

      1. Lefèvre,

        Je ne sais d’où vous tirez vous infos, mais j’en ai d’autres. Selon le N.Y Times, 70 % des Américains soutiendraient des politiques contre le dérèglement climatique : http://www.nytimes.com/2015/01/31/us/politics/most-americans-support-government-action-on-climate-change-poll-finds.html?_r=0http://www.nytimes.com/2015/01/31/us/politics/most-americans-support-government-action-on-climate-change-poll-finds.html?_r=0

        Fabrice Nicolino

  29. Fabrice, j’ai entendu la même chose que Lefèvre hier soir (mardi) sur France Inter vers 18h45 de la part de Jean Jouzel, sur la COP22 : 1/3 des américains se sentant concernés. Je ne sais pas quelles sont les sources de JJ. En France, qui serait capable de modifier ses habitudes pour cela. On parlait d’accord contraignant fut un temps. Dans contraignant il y a le mot contrainte, non ? Qui est prêt en France à accepter des contraintes ? Ce soir j’ai entendu que le commissaire européen à l’énergie était un industriel espagnol dans le pétrole. Très fort, une fois de plus.

  30. Conclusion:
    Alors, c’est donc 2/3 des américains qui croient au dérèglement climatique et non l’inverse. J’étais en voiture lors que j’écoutais France-info, le son pas assez fort malgré que je sois un comme même un peu sourd.
    C’est plus réjouissant que ce soit dans ce sens.
    Suite à cette annonce faite hier, je n’avais pas vérifié sur le net.
    Merci de la nouvelle.
    Ce sera une possibilité a son électorat (et les autres) de manifester dans l’avenir si Trump n’inversera pas sa position. Aussi les médias auront peut-être leur rôle à jouer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *