Un complément sur Pierre Rabbhi

 

Une lectrice fidèle de Planète sans visa m’envoie un commentaire à propos de Rabhi, et j’ai décidé de le publier ici, suivi du mien. Cela n’a rien d’une thèse, mais d’une réponse au fil de l’eau, qui n’aura pas mûri plus d’une minute et trente secondes. Mais c’est bien mon sentiment.

1/ Le commentaire de Cultive ton jardin :

« Je vois bien que l’auteure est embarrassée, qui oscille entre la réprobation radicale du personnage – ce qu’attend sa revue et, au-delà, cette opinion de la gauche défunte à laquelle elle appartient – et une certaine compréhension, qu’elle paraît partager au moins un peu. » C’est en effet ce que j’ai compris, sans l’interpréter comme toi par une allégeance contrariée à Médiapart. Pour moi, cet article est plutôt positif, il m’a éclairée sur plusieurs points.

D’une part, je suis spontanément positive envers Pierre Rabhi, j’aime sa manière de voir les choses, d’expliquer sa conception du monde, de convaincre, de faire.
D’autre part, je suis gênée par cette propension de ses adeptes à parler de « prophète » (gourou disent ses détracteurs), et leur incapacité à supporter la moindre prise de distance critique avec lui.

Je suis gênée, aussi, par des critiques qui visent essentiellement son entourage: de proche en proche, on peut déshonorer à peu près n’importe qui. Cependant, il n’est pas complètement indifférent au regard que l’on porte sur quelqu’un de savoir qui sont ses proches. Il me semblait donc que l’article de Jade Lindgart était plutôt éclairant sur ce point.

Est ce qu’on a le droit de dire que Pierre Rabhi apporte beaucoup au débat actuel, sans s’aligner sur toutes ses positions? Dire « je prends ça, mais ça, je le refuse fermement », c’est pour moi non seulement un droit, mais un devoir. Personnellement, je refuse fermement (par exemple) sa croyance que l’homosexualité n’est pas « naturelle », son mysticisme, et la tentation d’en faire un homme providentiel, on sait où nous a menés, à droite comme à gauche, cette propension perverse à déifier n’importe qui et à s’appuyer sur une nature fictive pour appuyer des choix politiques.

Sur le droit de caricaturer « le prophète » (pas lui, un autre!) je serais à la fois en désaccord avec lui, bien sûr qu’on a le droit, et en accord, lorsque cette caricature est instrumentalisée par certains pour blesser les sentiments religieux de toute une communauté déjà bien ostracisée par ailleurs. C’est d’ailleurs pour ça que je ne voulais pas « être » Charlie, et là encore, j’ai eu le sentiment qu’on n’avait pas vraiment le droit de ne pas l’être, sans être considéré comme complice des massacreurs.

 

2/Ma réponse

Cultive ton jardin,

Pardonne-moi à l’avance, mais je souhaite que tu te ressaisisses un peu. Tu as bien le droit, heureusement, de penser que l’article que j’ai (un peu) dépiauté serait positif pour Rabhi. Mais alors, que serait donc un article négatif ? L’auteure décrit entre autres un personnage qui serait une « bête de scène », un « communicant redoutable », frayant avec la jet set mondiale,  et plein d’une « appétence pour le luxe ». Adressé à un public très ciblé, cela ne peut vouloir dire qu’une chose : Rabhi est un ruffian, un salopard d’hypocrite qui plaide la sobriété et se torche avec dès que plus personne ne regarde.

Bien entendu, on peut être en désaccord avec Rabhi sur tous les points possibles. Je n’aime pas certains de ses propos, et je l’ai dit, et je l’ai écrit. Encore faut-il savoir de quoi l’on parle. Quand tu prétends que Rabhi pense que l’homosexualité n’est pas naturelle, je te demande sans fard : d’où tiens-tu cela exactement ? Je ne prétends pas qu’il ne l’a pas dit, mais moi, je ne le sais pas. Dans la logique qui est peut-être la tienne et qui est en tout cas celle d’une certaine gauche « radicale », cela signifie en chaîne que Rabhi est un mec épouvantable.

La première des règles est pour moi la vérité. Ensuite, mais ensuite seulement, on peut discuter utilement, éventuellement en s’engueulant. La calomnie est l’une des pires calamités de l’esprit humain, et même si elle est de tout temps, elle a toujours trouvé sur son chemin des opposants radicaux. Je crois en être. Tout ce que tu écris, hélas, est de seconde ou troisième main. Quant à la « la tentation d’en faire un homme providentiel », deux choses. Comme tu le sous-entends toi-même en utilisant l’article « la », ce n’est pas de son fait. Je rappelle qu’il se situe sur le terrain des idées et de la culture, ce qui contredit tes craintes. Et puis, cette utilisation du point Godwin – Hitler ou Staline ? -, ne me paraît pas, restons mesuré, utile.

Encore deux bagatelles. Tu parles de « nature fictive », ce qui me permet de penser que tu ne sais pas grand chose de Pierre Rabhi. Car justement, et cela m’éloigne de lui, il a constamment parlé d’une nature immédiate et concrète, anthropisée, au service des humains. Il a travaillé des années au Burkina, l’un des pays les plus pauvres, pour apprendre aux gueux à cultiver sans abîmer. On parle de la même personne ? Je gage qu’il doit être contre la présence du Loup dans sa chère Ardèche, et je m’en moque, moi qui vénère le sauvage précisément parce qu’il échappe à l’emprise humaine

Je m’en moque, car ainsi que tu sais, je suis un humaniste. Mais réel, au sens que l’humanité doit intégrer pour se sauver elle-même les devoirs qu’elle a nécessairement par rapport au vivant. Ultime pointe, amicale je te le jure : je préfère vivement que tu n’aies pas connu le siècle de combats anticléricaux en France, car tu aurais souffert de voir blessés « les sentiments religieux de toute une communauté ». Une religion reste pour moi un fait social que l’on doit critiquer constamment au plan politique, et accepter sans discussion chez les individus.

Passe une bonne journée,

Fabrice Nicolino

26 réflexions au sujet de « Un complément sur Pierre Rabbhi »

  1. … A mon humble avis, Pierre Rabhi n’evoque certainement pas une « nature anthropisee »! Concept aussi irreel qu’un « humain naturalise »… L’hypothese du « sauvage », du « non-humain » comme aiment a dire les anthropologues, est a abandonner. Hypothese improuvable, donc inutile. L’idee ancienne de « regnes de la nature » (comprenant l’homme) est certainement plus feconde. Mais l’idee d’une cesure fondamentale entre humain et « non-humain », residu d’une certaine tradition metaphysique issue de l’eglise, qui peut facilement finir en puritanisme, ne mene pas, ou peut-etre « plus », a grand-chose. C’est aussi cela que Foucault annoncait, avec un courage etonnant: « la fin de la figure de l’homme ». Contre-partie logique a « la fin de la figure de la nature vierge », meme si on peut arriver aux deux resultats completement independamment, et sans passer forcement par la philosophie, qui est au fond, essentiellement, une tentative d’explication de « la pratique »… Comme celle de Pierre Rabhi (au hasard 😉

    Bon c’etait juste ma petite remarque en passant…

    Je trouve l’echange entre cultive ton jardin et Fabrice Nicolino tres riche. Il porte la conversation a un niveau inattendu, ou les idees, articulees de maniere de plus en plus precises, peuvent etre tres fructueuses!

  2. « serait positif pour Rabhi »
    Ce n’est pas exactement ce que j’ai dit: il a été « positif » pour moi, en ce sens que j’ai mieux compris certaines allusions péjoratives (et « définitives »), et mieux repéré ce qui, en moi-même, alimentait une certaine méfiance.

    Il y a le texte, et la façon dont chacun de nous s’en empare. Un texte dénigrant (je ne crois pas que celui là le soit, mais il est en effet méfiant) peut rendre service au dénigré, une opinion favorable peut le desservir. Selon le regard de celui qui lit.

    Pour moi, par exemple, certains éloges (« prophète » pour Rabhi, mais aussi certaines adorations sectaires de quelqu’un que tu aimes bien 😉 , Mélenchon) sont totalement « à charge ».

    Mais je suspends toujours, le plus longtemps possible, mon jugement « final ». Et je me réserve le droit de trouver des idées fécondes chez le pire des salopards, et inversement, de juger complètement pourries des idées de gens que j’admire globalement.

  3. Je continue, sur un autre thème (je préfère, pour la clarté, ne pas mettre deux idées dans un commentaire):
    « Et puis, cette utilisation du point Godwin – Hitler ou Staline ? -, ne me paraît pas, restons mesuré, utile. »
    Tu m’as mal comprise. Cette idée d’homme providentiel (qui peut, en effet, évoluer vers le tragique) irrigue toute notre conception de la politique (et pas que). Les héros anciens, grecs ou romains, les créateurs de religions, Jésus, Mahomet ou Luther, les révolutionnaires, Robespierre ou Danton, plus près de nous De Gaulle, Mitterrand, Sarkozy, Mélenchon, relèvent tous de cette illusion, parfois féconde, toujours néfaste au bout du compte.
    Ce sont les peuples qui font l’histoire. Et quelquefois, les héros leur mettent des bâtons dans les roues.

    1. Un peu hors sujet mais ça mérite d’être utile pour l’internaute car « vérité ».
      Jésus de Nazaret n’a jamais été créateur de religion. Il s’est seulement élevé contre les israélites ne faisant que du commerce voulant s’enrichir toujours plus sans se soucier de la vie misérable d’autres citoyens de la Palestine . Ce n’est qu’après cinquante ans passé après sa mort sur « le storos » (voir le mot en ancien grec d’origine) et non sur la croix, signifiant la trinité que ses quatre derniers disciples ont écrits les évangiles, canonisés en ensuite lors d’un concil.
      Ponse Pilate: « vous vous faites appeler roi? »
      Jésus répondit: « c’est vous qui le dite ».
      Ponse pilate a dit plus tard: « je me lave les mains de ce juste ».
      Caïphe avait demandé et obtenu sa mise à mortcelle-ci effectuée sur le mont Golgota.
      Depuis, l’évangile de Juda fut découvert au pays des coptes en Egypte, l’évangile de Barnabes a existé au 6/7 ème siècle en Espagne et en Italie, une copie du 16 ème siècle est conservé à Vienne.
      nota: la trinité n’est pas admise par l’Islam car celle-ci représente Jésus le Crist comme « un dieu », demi-dieu , ce qui n’est pas possible.
      nota 2: le protestantisme en France a été promulgé par Calvin.

        1. @ Myriam
          Etes-vous athée?
          Etes-vous dévote? (catho, protestante, musulmane)
          Autre religion: sans importance.
          Avez-vous étudié les religions monothéistes?
          ça fait trente ans que je mettais penché sur le sujet en commençant par lire les atlas historiques, bible, dicos (pages histoire), livres historiques, magazines spécialisés, écouter des émissions , regarder des reportages d’historiens.
          D’ailleurs, connaissez-vous l’histoire de l’abbé ou curé Béranger Saunière et de sa tour Magdala?
          Connaissez-vous les textes apocryphes? (évangiles non retenus par l’église)
          Auriez-vous entendu parler de Marie Madeleine (l’épouse de Jésus) qui aurait émigré au pays de Razès (Languedoc-Roussillon) après la mort de Jésus?
          Combien des disciples ont écrits sur Jésus juste après sa mort?
          Pourquoi les quatre premiers écrits (évangiles canonisés) ont vu le jour cinquante ans après la mort de Jésus?
          A votre avis, est-ce que tous les disciples de jésus vivaient seulement en Palestine?
          Est-ce qui y a eu un/plusieurs disciples qui a/ont assisté au supplice des Jésus?
          Si vous ètes athée, il est normal que vous me diriez que jésus est mort, que sa dépouille a été déplacée ensuite dans un endroit secret afin que l’on n’y fasse pas de pélerinage…
          Un mythe?
          Une religion s’en ait suivie?
          Svp, j’aimerai lire votre opinion.

          1. Bonjour Lefevre,

            C’est un peu étrange pour moi de vous répondre ce qui suit sur le blog de Fabrice, mais je ne veux pas me défiler. Dans votre premier post, vous écrivez vous-même le mot vérité entre guillemets. J’ai réagi à ce terme, car je ne vous suis pas sur bon nombre de vos assertions :
            – « Jésus de Nazareth n’a jamais été créateur de religion ». Il dit qu’il ne vient pas abroger, mais accomplir la loi et il parle d’une nouvelle alliance. Donc, pour moi, soit les Juifs le suivaient, soit une nouvelle religion était créée.
            – « Il s’est seulement élevé contre les israélites ne faisant que du commerce voulant s’enrichir toujours plus sans se soucier de la vie misérable d’autres citoyens de la Palestine ». Il s’est surtout élevé contre les chefs religieux, ce qu’ils n’ont d’ailleurs pas supporté.
            – « … après sa mort sur le stauros… ». Peut-être, mais peut-être pas, ma religion n’est pas faite à ce sujet.
            – « ses quatre derniers disciples ont écrits les évangiles ». Il semble que les évangiles aient été écrits par des chrétiens de la première et de la deuxième génération.
            – le dialogue que vous écrivez entre Jésus et Ponce Pilate n’est pas celui que je connais.
            – « la trinité n’est pas admise par l’Islam car celle-ci représente Jésus le Christ comme « un dieu », demi-dieu ». Dans ce contexte, le Christ serait un tiers de dieu, non ? Les chrétiens considèrent que le dieu trinitaire est constitué de trois personnes entières.
            – « le protestantisme en France a été promulgué par Calvin », oui mais pas que.

            Sur votre second post :
            – non je ne connais pas l’histoire de l’abbé Saunière
            – je connais un peu les évangiles apocryphes
            – la vie et la mort de Marie Madeleine à la grotte de La Sainte Baume fait partie de la tradition catholique, il ne s’agit pas d’un fait historique ; le Da Vinci Code, qui n’est pas un ouvrage historique non plus, affirme qu’elle était la femme de Jésus
            – j’ignore combien de disciples ont écrit sur la mort de Jésus juste après sa mort, mais, 2000 ans plus tard, personne ne le saura jamais
            – je n’ai pas d’avis sur le moment où les évangiles ont été écrits
            – Jésus a prêché en Judée, en Samarie, en Galilée et peut-être encore ailleurs. On peut imaginer, sans aucune preuve, que ses disciples venaient de ces différentes régions.
            – les évangiles rapportent que Jean était au pied de la croix (ou du stauros).

            Ce que j’ai écrit ne doit en aucun cas être considéré comme la vérité. Cela dit, mon prochain post parlera d’écologie, au plus près de mes convictions.

  4. Troisième remarque: Quand je parle d’une « nature fictive », ce n’est pas de la terre que je parle, la « nature » de Pierre Rabhi me semble en effet, sur ce terrain là, très concrète, même si un peu trop « humanisée ».
    Je parle de l’utilisation du mot « naturel » pour y appuyer des concepts moraux ou sociétaux. Ce fut longtemps un argument contre les femmes, il était « naturel », et ça l’est encore pour certains, qu’elles soient subordonnées à l’homme. On le retrouve dans ces documentaires animaliers ou la lutte pour la vie et le mâle dominant sont, artificiellement, mis en vedette.

    Et aussi, dans l’idée que l’homosexualité serait « contre nature ». Je n’ai pas la référence exacte, désolée, mais ça me semble bien être l’opinion de Pierre Rabhi, avec cette nuance que je ne crois pas qu’il utilise le terme de « contre nature » (fort éloigné de sa manière de penser, en effet), il se contente de trouver « naturelle » la relation hétérosexuelle, parce que procréatrice.

    1. Cultive ton jardin,

      Je ne vais pas polémiquer avec toi. Je n’en ai simplement pas le goût. Mais je maintiens que tu te fais la messagère d’une calomnie. Et je trouve singulier que tu puisses parler d’une position de Rabhi sur l’homosexualité sans en connaître la source. C’est ainsi que se diffuse sur le net des rumeurs qui ne disparaissent jamais. Pas de malentendu :je répète que je ne sais rien de cela. Je souhaite juste pouvoir juger sur pièces.

      Bonne journée à toi,

      Fabrice Nicolino

      1. « Et je trouve singulier que tu puisses parler d’une position de Rabhi sur l’homosexualité sans en connaître la source. »

        Je te trouve un peu sévère: je ne suis pas journaliste et je ne garde pas un fichier des sources qui me permettent, en glanant ça et là, de me faire une opinion. Je me souviens avoir acquis la certitude que Rahbi tenait la relation hétérosexuelle « naturelle » par rapport à une relation homo, à cause de la procréation. Je ne porte d’ailleurs pas de jugement sur cette conviction, dans la mesure où elle ne se prolongerait pas d’une stigmatisation des homos.

        Toi, journaliste, tu peux, plus facilement que moi, trouver les références qui confirmeraient (ou infirmeraient, pourquoi pas) cette certitude.

        L’hostilité de Pierre Rahbi envers la PMA est par contre indubitable… et curieuse son argumentation: « Par contre, ce qui me pose problème dans le débat actuel, c’est qu’il y a une troisième entité qui n’est pas consulté. C’est l’enfant. L’enfant qu’on va faire naître par je ne sais quel stratagème… » Car… quel est l’enfant qui a été consulté sur les conditions dans lesquelles on a choisi (ou pas) de le faire naître? « j’ai pas demandé à naître » est d’ailleurs un classique de la rhétorique enfantine, qui place assez classiquement tout parent un peu honnête dans l’embarras.
        Ben oui, hein… on a fait ce qu’on a pu, on était pauvre ou riche, mature ou pas, équilibré ou mal fini, fertile ou stérile, homo ou hétéro, on a fait des enfants, ils nous en sont reconnaissants … ou pas, ils suivent… ou non le chemin qu’on aurait voulu… et les enfants d’homo, nés de façon classique ou pas, font comme les autres, s’accommodent de leur histoire. Tout ce que peut faire la société, c’est de ne pas alourdir leur besace par des considérations méprisantes, paternalistes ou compassionnelles. Du genre de cette phrase qui me fait un peu mal:
        « Je suis plein de compassion à l’égard de ceux qui ont été victimes de discrimination et d’exaction. »
        J’ai vécu l’époque où on traitait encore de « fille mère » une mère pas mariée, et où un enfant né ainsi était facilement traité de bâtard par les pires, et de « digne de compassion » (genre c’est pas sa faute, le pauvre) par les moins pires. Je sens un peu de cette condescendance dans cette phrase.

        1. Cultive ton jardin,

          Là, je trouve que tu abuses. Le devoir de clarté vaut pour tous. Et je vois que tu passes sans explication de cette phrase : »Personnellement, je refuse fermement (par exemple) sa croyance que l’homosexualité n’est pas « naturelle » à cette autre : « Je me souviens avoir acquis la certitude que Rahbi tenait la relation hétérosexuelle « naturelle » par rapport à une relation homo ». Moi, je suis certain que ce n’est pas la même chose. Et par ailleurs, ce n’est pas à moi d’éventuellement rectifier erreurs et approximations. J’ai assez à faire avec les miennes, et je ne plaisante pas. On ne peut pas faire circuler sans connaître leur origine des propos d’une telle nature. Encore une fois, et ce sera la dernière, je ne sais pas ce que Pierre a précisément déclaré sur l’homosexualité. Mais je suggère fortement de dire où, quand, et bien entendu sans décontextualiser sa parole. Ces règles morales s’appliquent – devraient s’appliquer – à tous.

          Passe une bonne soirée.

          Fabrice Nicolino

    2. Tu ne connais pas Pierre,tu colportes ce trés trés mauvais billet de Jade,on te connait bien a a MDP ou tu reprends ,ad vitam eternam, des infos ,que nous avons tous,déja publiées ailleurs ,sans en citer les sources et les auteurs,Pierre est trois lunes et deux cométes de toutes ces minableries,et moi qui le connais bien,franchement ,il a le droit de penser,tout seul,comme un grand, que la nature n’est pas perverse,dans le sens psy du terme,contre Nature.Je trouve tout ces gens qui diffament et déblaterent allégrement sur un homme de sagesse,ce sont les joies des blogs,et leur finalité,moi je ,interprétation folle et mensonge,égo and blabla,sont hélas la maigre récolte ,au sujet de ce minable article de Jade sur MDP.Les journalistes se prennent desormais pour des maitres a penser,et dictent aux gobeurs incultes des diatribes fumeuses sur un homme humble et authentique , et la désinfo et la diffamation bat son plein.

  5. Ce qui frappe tout de suite chez Pierre Rabhi, c´est sa modestie, sa profonde humilité, dans le sens le plus noble du terme. Une qualité rare chez les animaux humains !

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi.

      Ce qui a pu me chagriner un peu, c’est son rapport aux média et notamment avec qui il peut se retrouver « co-interviewé ». Cela dit, la lecture de Paul Watson m’a fait réfléchir à la difficulté du rapport aux média. Il a tout une théorie de stratégie à ce propos.

      S’il y avait plus de Pierre Rabbhi et un peu moins de Trumpéteur, on serait un peu plus serein pour l’avenir.

  6. Sans rapport avec le debat au-dessus, mais une jolie nouvelle: La Slovenie devient le premier pays europeen, et le 19ieme pays dans le monde, a inscrire le droit a l’eau dans sa constitution.

    http://www.la-croix.com/Monde/Europe/En-Slovenie-leau-potable-devient-droit-constitutionnel-2016-11-18-1200804148

    pour la liste des pays ayant deja inscrit le droit a l’eau dans leur constitution:

    http://rampedre.net/implementation/territories/national/world_table_constitution

    Le rapport avec l’ecologie? Le voila, il est tres concret: Si l’on declare que l’eau est un bien inalienable, alors on ne peut pas la faire payer. Donc la seule solution pour avoir quand meme de l’eau, et de l’eau propre, est d’empecher son elimination (par la deforestation, l’erosion des sols, l’impermeabilisation, etc.) et sa pollution (par les engrais, pesticides, etc.).

    Notons que lorsqu’on paye l’eau, on fait semblant de payer pour l’eau alors qu’en fait on paye pour sa depollution. C’est un choix ideologique, techniquement inefficace et couteux.

    Question subsidiaire: Comptez sur Google, et identifiez, quels sont les (rares) medias en langue francaise qui trouvent que cette information vaut d’etre mentionnee!

    1. Oui c’est une très bonne nouvelle.
      Ici, lorsque l’on paie l’eau (pour sa dépollution) potable que l’on nous dit de bonne qualité, il s’avère qu’aucune analyse n’est faite sur les pesticides: herbicides, fongicides, biocides…
      Environ 400 substances sont recherchées périodiquement dans l’eau.
      Ce paramètre n’a pas été analysé au cours de l’année écoulée (2015).
      Je précise que je suis dans une zone où tout fiche le camp; prairies, forêts, bosquets, ripisylve…
      Cette destruction est due aux céréaliers, premiers façonneurs de paysages… propres. Il m’arrive même d’en croiser en premiers protecteurs de la nature équipés en 300 winchester magnum…
      Bon… le principal est qu’ils soient fiers de l’être !
      😀

  7. Vos échanges sont vraiment intéressants. Concernant le loup en Ardèche, il n’y en a malheureusement plus du tout (plus du tout d’indices de présence en tout cas) depuis des mois. Les deux années précédentes, nous avons eu la preuve qu’au moins 3 loups (pas un de plus !) fréquentaient la zone montagne du département (Haute vallée de l’Ardèche et haut plateau), zone limitrophe avec la Lozère.
    J’ignore ce que pense Pierre Rabhi du loup et de son retour en Ardèche et ailleurs mais je ne l’ai jamais entendu dire quoi que ce soit de négatif à l’égard de ce mammifère. Si c’était le cas, ici, les anti-loups politisés sont assez actifs et ils l’auraient relevé à coup sur et certain !
    Peut-être suis-je naïf, mais je vous le dis : rien de Pierre Rabhi à ce sujet, dans un département où les néo-ruraux sont souvent très anti-loup, la Confédération Paysanne jetant hélas constamment de l’huile sur le feu et faisant feu de tout bois à ce sujet, de manière parfois encore plus virulente que les affreux de la fédé ovine (FDSEA)… Je ne remercie pas Bové pour ses propos d’éléveur anti-loup, propos qui ont galvanisé tous les « écolos » pas à l’aise avec le sauvage et la naturalité…( avec l’écologie en réalité !).
    A propos de Lozère, quand en Italie (1000 à 1500 loups) les autorités mettent en place des brigades anti-braconnage, en France (280 loups), l’état développe une brigade de flingueurs de loups dans les Alpes… en vient de lancer le même bataillon archaïque dans le Massif Central, sur la Lozère. Triste.
    http://www.midilibre.fr/2016/10/10/la-brigade-anti-loup-du-massif-central-implantee-en-lozere,1407076.php

  8. @ P.P.
    Il y a trois ans, nous sommes allés dans les Cévennes et en Lozère, avons discuté du loup avec des éleveurs ovins: « pan-pan ».
    A l’entrée du causse Méjean figurait une grande pancarte suspendue à un arbre d’un mouton habillé d’une cartouchière et d’un fusil en bandouillère.
    Au sommet du mont Aiguoïl côté Lozère, un éleveur surveillait ses 300 chèvres sans chien de conduite et sans aucune protection, je me suis entretenu pendant 3/4 d’heure avec lui afin qu’il se prépare à l’arrivée du loup. Il m’a dit vouloir exécuter les prérogatives que je lui avait proposé.

    1. Et oui, il y a beaucoup à faire ici comme ailleurs pour une cohabitation réussie avec le loup, au-delà des postures politiques des syndicats agricoles qui ne savent utiliser le loup que comme un éternel bouc-émissaire au dos bien large…
      Nous sommes nombreux à oeuvrer pour essayer d’inverser la tendance, vous pouvez piocher ici dans les assos de Cap-loup pour aider à mieux réussir cette cohabitation :
      http://www.cap-loup.fr/les-associations/

      1. @ P.P
        Merci pour la liste de Cap loup. Je connais bien l’Aspas, pour y avoir été donateur pendant 7 années, je connais également Mille -Traces pour les avoir rencontré à St-Aignant-en-Vercors (et sur le haut plateau, en forêt de lente sur la piste du loup en rando), je connais aussi l’Aspa-Vosges qui s’emploie à poser des turbo fladry (nouvelle génération) sur les parcelles à mouton. (8 posés à ce jour) Je vais dans le massif des Vosges au minimum trois à quatre fois par ans.

  9. Si cela peut apporter quelque lumière : https://reporterre.net/Pierre-Rabhi-Le-superflu-est-sans, son avis sur les mariages divers…

    « Un autre sujet de ce début d’année, qui intéresse beaucoup les écologistes, c’est le mariage homosexuel. De quelle manifestation étiez-vous en janvier ?

    D’aucune.

    Vous n’avez pas d’avis sur le mariage homosexuel ?

    Pour être honnête, je ne sais pas comment l’aborder. Cette mobilisation est devenue un tel enjeu de société ces dernières semaines… Pour moi, ça ne figure pas sur l’agenda des priorités. Je crois que c’est quelque chose qui m’intéresse assez peu, je suis beaucoup plus préoccupé par les enfants qui meurent de faim. C’est là qu’on se rend compte que nous ne subissons pas les problèmes fondamentaux, que nous sommes dans une sorte de délire généralisé. Le mariage homosexuel est un symbole de cette manipulation des consciences, où on crée des phénomènes de société qui n’en sont pas.

    Le principe de lutte pour l’égalité du droit au mariage ne vous touche pas particulièrement ?

    Si, bien sûr. Je suis plein de compassion à l’égard de ceux qui ont été victimes de discrimination et d’exaction. Que des gens s’aiment et aient des attirances, quels que soient les sexes… je ne vois pas où est le problème. Ils sont libres de le faire et heureusement. Mais que cela devienne ensuite une problématique sociale aussi énorme… Par contre, ce qui me pose problème dans le débat actuel, c’est qu’il y a une troisième entité qui n’est pas consulté. C’est l’enfant. L’enfant qu’on va faire naître par je ne sais quel stratagème… »

    Bien à vous tous.

    Au permanent bonheur de vous lire, Fabrice en tête bien sûr mais je me délecte des commentaires, souvent.

  10. Mais pourquoi demander à Perre Rabbhi sur avis sur tout ? Là on voit bien qu’on le hisse au rang de gourou, ce qui est dangereux… Or il a parfaitement le droit de n’avoir aucun avis sur l’homosexualité, le mariage pour tous, ou même d’être contre… et alors ? Pourquoi être choqué parce qu’il ne penserait pas « droit » ? Quelle est cette police de la pensée ?
    Pour le mariage homo = bon. Contre le mariage homo = méchant ?
    Il a le droit de s’en fiche et nous aussi !

  11. Ce post n’est pas adressé à Myriam qui connait l’essentiel sur la religion chrétienne,
    cependant je peux apporter un peu de lumière afin d’associer au plus près ce qui a été échangé dans les commentaires (ci-dessus) pour ceux (les internautes) que ça intéresse.
    Jésus de Nazareth a prêché, a voulu établir la loi non respectée (comprendre, observer – jugées ont été les 40 années passées dans le Sinaï par le peuple juif mené par Moïse), il était porteur d’un message d’une nouvelle alliance (avec dieu). Respect, tolérance, aide à son prochain… synonymes des valeurs chrétiennes.
    les disciples de Jésus habitait la Palestine et une partie de la Syrie, l’Egypte comprenait une très grande communauté juive ensuite chrétienne au 1er siècle mais elle parlait grec, non araméen. Ils habitaient la Grèce également jusqu’à l’empire romain d’orient avant la prise de Bizance par les turc.
    Avant que la première bible des Septante apparaisse vers 70 de notre ère, des récits oraux transmis furent écrits par des scribes sous forme de lettres.
    La notion de ressuscité pour Jésus est dite dans le sens où le disciple possède la foi… (mettre à part la rationalité)
    La notion de trinité a été édictée parce que les éclésiastiques ont préféré choisir la croix plutôt que le stauros, fruit d’une recherche minutieuse… (ancien grec)
    La croix copte égyptienne par exemple est de date postérieure au vivant de Jésus.
    Selon l’évangile de barbané Jésus est un prophète seulement. Jésus n’a jamais dit qu’il était le seigneur, le roi des juifs ou le fils de dieu.
    Cette considération étaient celles de apôtres.
    Ponce Pilate a dit: « je ne vois pas de crime en cet homme ». (en plus des phrases ci-dessus commentaire)
    (la condamnation de mise à mort a été prononcée à l’issue d’âpres discussions et de menaces de la part des chefs religieux israélistes dont Caïphe)
    Mon opinion: l’on peut/veut croire à dieu ou pas, jésus était un juif considéré comme un juste de son vivant.
    Jésus a existé.
    Après, la religion a pris le pas suite à sa mort au commencement la croix symbolique.
    nota: l’évangile de Judas a été écrit au 3 ème siècle après la rédaction de la bible des Septantes.

  12. ce qui m avait un peu étonnée lors de mon court sejour aux amanins pour une fin d année c l interdiction d emmener ses chiens avec soi…je compare avec un hotel 4 etoiles pres de padoue ou les chiens etaient admis dans les chambres et meme a la piscine dans un coin reservé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *