En avant vers de nouvelles aventures

Je vais vite, car à la vérité, je me fous en bonne part du résultat des élections d’hier. Un mot à destination des Pleureuses : arrêtez de chialer sur tel ou tel épisode. La France était à l’entrée dans 2017 une terre profondément ancrée à droite et paraissait promise à Fillon et à ses redoutables sbires, tel ce président de la région Pays-de-la-Loire Bruno Retailleau, qui serait aujourd’hui ministre de l’Intérieur. Par un coup de baguette magique, le pays a été confiée à des gens moins sinistres, mais qui n’entendent nullement s’attaquer à ce qui domine de si haut notre époque : la crise écologique.

En somme, on n’aura pas eu le pire, mais qu’est-ce que le pire ? Lecteur, imagine cette scène : un ruffian frappe à ta porte, et comme tu ne réponds pas, arrache les gonds et te refile une raclée monumentale. On est d’accord, ce serait mieux si tu pouvais saisir le manche du tisonnier avant d’avoir la tête en sang. Ah ! j’oubliais. La crapule a en outre déposé une bombe dans ton salon, avec un minuteur. Et s’en est allé après t’avoir battu comme plâtre. Et maintenant cette autre scène : un jeune homme bien mis sonne à ta porte, et si je dis bien mis, c’est parce que tu viens de regarder derrière le rideau : oui, ce garçon a l’air sympa. Tu ouvres, et en effet, comme il est agréable ! Il a même apporté une bonne bouteille, et vous vous livrez à une partie d’échecs sur fond de vin rouge qu’il a le bon goût de te laisser gagner. Mais quelle bonne soirée ! Seulement, lui aussi laisse derrière lui une bombinette qui, sitôt qu’il sera parti, arasera ta jolie maison et te transformera en andouille et en andouillette.

Alors, tu préfères quoi, au juste ? La bombe ou la bombe ? Tiens, je remarque que tu as oublié le coup de poing dans la gueule du premier : s’agirait-il d’un indice ?

Bon, et à part cela, je suis content – mais comme c’est mesquin ! – de l’élimination de Cambadelis, qui ne s’en relèvera pas. De El Khomri, de Touraine, de NKM, de quelques autres. Et je suis également content de la disparition, du moins comme force nationale, d’Europe Écologie-Les Verts, dont les chefaillons, tout effrayés de découvrir l’existence du néant, tentent de bricoler encore avec Hamon. Une mention pour ce pauvre garçon appelé Jean-Vincent Placé. Certes, il a rempli la fonction qui était sans doute la sienne : détruire ce mouvement absurde et dérisoire qu’étaient les Verts. Mais j’ai dans l’idée que pour une fois – de son point de vue -, il a commis quelque grave erreur. Lui qui, bien avant tous les autres, déclarait sans complexe être compatible avec la droite, a loupé le coche avec Macron. Le nigaud a choisi Hamon quand un de Rugy, traître bien sûr, mais triomphant, choisissait la République en marche. Bon, on s’en fout. Oui, je m’en fous considérablement, car il faut continuer, sans se laisser distraire par les crottes de mouche. Continuons ensemble, car nous avons un tâche surhumaine à accomplir : sauver tout ce qui peut l’être encore. C’est à l’aune de ce si noble combat qu’on peut, qu’on doit juger tout le subalterne.

 

11 réflexions au sujet de « En avant vers de nouvelles aventures »

  1. Bonjour Fabrice, merci pour cette efficace « allégorie de la bombinette, du poing dans la gueule et de la bouteille de rouge », ça aide en effet à prendre du recul et à faire le point sereinement.
    On a du pain sur la planche, on continue, à bientôt 😉

  2. Hi, hi,

    Quel cru langage!

    Laissons donc tout ce petit monde se congratuler entre eux. Cons gratter le cul entre eux! Oups! pardon, c’est sorti tout seul! 🙂

    Nous, nous ne grattons pas, mais caressons la Terre, qui nous le rend au centuple. Merci.

    Bien a vous tous,

  3. 1 – une question :
    Chacun a bien pu cerner combien un tel taux d’abstention a un fort impact vraiment bien traduit dans les médias. C’ est un énorme caillou dans les bottes de Macron…
    Ses ordonnances vont lui rester en travers de la gorge comme des arrêtes de poisson tout au long de son quinquennat…
    Et chacun peut constater combien le vote blanc est absolument, lui, INUTILE car il a été saboté par nos politiques qui ont choisi de le neutraliser pour paraître plus légitimes.
    Alors pourquoi, mes amis, certains parmi vous (et mes proches) s’obstinent-ils à voter blanc ou nul, ce qui ne sert quasiment à rien par rapport à l’abstention ? Je ne comprends pas. C’est tabou de ne pas voter ? Et si c’est une stratégie (comme pour bcp d’entre nous, une sorte de grève des urnes…).
    2 – un commentaire :
    Bon, cela fait deux fois que nous gagnons les élections, c’est quand même fort agréable ;-): plus de 57% nationalement au second tour… Mais oui, je m’amuse aussi en disant cela… Mais quand même !
    Reste à faire comprendre à ce gouvernement et à cette assemblée tous deux légaux mais tous deux illégitimes aussi… qu’ils ne représentent pas bien d’avantage qu’eux seuls en réalité. Zéro adhésions à leur programme anti-ecologique et anti-social ! (enfin… pas zéro, mais seulement 15% des inscrits ! Soit 85% qui n’ont pas coté pour eux ! Et encore, votes blancs et nuls non comptés).
    Il va falloir qu’ils nous donnent la parole… et partagent le pouvoir. Pardon… que nous prenions la parole… et le pouvoir. Pouvoir de la rue, façon ZAD ou d’une manière qui reste à inventer ! Et… déterminés et solidaires, nous sommes bien plus forts que nous ne l’imaginons…

  4. Pas d’alternative sans sortir de l’économie donc du capitalisme. Ce système a besoin de croissance pour perdurer, donc, il n’ y a pas de crise écologique, comme il n’ y a pas de crise du logement. Il y a simplement ce système qui nous amis dans le désastre et nous conduit à la dévastation pour un seul et unique objectif: créer toujours plus de valeur, donc d’argent quelles qu’en soient les nuisances et destruction sur la faune, la flore, la Vie en générale.

    Pour l’instant, nous devons nous battre pour ne pas être envahis complètement par cette barbarie.

  5. Un commentaire de René :

    Bref, Hulot ou pas Hulot, ça continue comme avant.

    @ P.P.
    L’abstention tant attendue est arrivée, un peu tard mais bon ! Il faut savoir aussi qu’il y a environ trois millions de non-inscrits, soit environ 8% de la population en âge de voter.
    @ Martine
    Une bonne nouvelle: Marie Sara n’a pas été élue dans la 2ème circonscription du Gard, donc pas de torera à l’assemblée nationale.
    @Cyril
    Entièrement d’accord avec votre point de vue.

    1. Et qui plus est, un torero de moins dans les arènes.
      Je sais, c’est mal de se réjouir de la mort d’un homme, mais un torero est-il vraiment humain ?

  6. @ P.P. à propos du vote blanc.

    S’il est vrai que les journalistes n’ont, comme presque toujours, pas fait leur travail pour les législatives, ce n’est pas vrai pour la présidentielle. Pour cette élection, au moins ceux de Radio France ont commenté presque autant les votes blancs, importants, que l’abstention. Il est vrai que pour les législatives, il n’en a presque pas parlé. À noter que l’on ne parle déjà presque plus de l’abstention.
    Tu dis que le bulletin blanc ne sert à rien car il n’est pas pris en compte. Ce n’est pas totalement vrai puisqu’il est quand même compté séparément, ainsi que les nuls (6,35% de blancs et 2,21% de nuls au 2e tour de la présidentielle ; 2,95% de blancs et 1,25% de nuls au 2e tour des législatives).

    Comme beaucoup ici je suppose, j’aimerais que les journalistes fassent preuve de vraie rigueur intellectuelle en annonçant systématiquement les vrais chiffres (Macron vraiment choisi par 18,2% des Français au 1er tour et élus par 43,6% au second tour ; LREM choisi par 13,4% des Français au 1er tour et élus par 16,5% au second tour). Si ces chiffres étaient systématiquement donnés à la place des inévitables 66% et 308 députés (43% des inscrits), cela inciterait peut-être les élus à un peu plus de modestie car la plupart oublient presque immédiatement qu’ils ont été mal élus puisque de toute façon, ils sont « calife ».

    Une remarque. Le vote blanc implique que l’on se donne la peine de fabriquer un bulletin vraiment blanc (et qui ne sera donc pas nul), que l’on se déplace jusqu’au bureau de vote et que l’on vote. Le vote est, avec la grève et la manifestation, un des trois moyens principaux de s’exprimer légalement. Le vote blanc signifie de façon claire et indiscutable que l’on refuse le choix qui nous est proposé. Certes, il reste une petite ambiguïté car il est impossible de dire si le bulletin blanc signifie que l’on refuse le programme, la personne ou l’actuelle constitution. On peut quand même supposer que dans la majorité des cas, sauf candidat totalement pourri, ce bulletin signifie le rejet au moins du programme et, pour une partie impossible à déterminer, le rejet à la fois du programme et ce qu’est devenu le système actuel (un bulletin blanc n’est pas un blanc-seing pour accepter la « démocratie représentative » telle que définie par Sieyès).

    Pour moi, l’abstention est beaucoup trop imprécise. Elle peut signifier la même chose que le bulletin blanc mais aussi : « j’y comprends rien », « m’en fout », « pas la peine, tous pourris », « j’ai piscine », etc. Il est d’ailleurs consternant de constater que cette imprécision sert en partie à minimiser l’importance de cette abstention que les « élites » politiques et médiatiques vont très vite oublier.

    Pour résumer, pour moi, un bulletin blanc est beaucoup plus précis que l’abstention et comme les politiques une fois élus oublient tout, je préfère avoir marqué de façon claire et nette mon désaveu.

    —————————

    Sinon, autre sujet peu réjouissant. Macron veut faire inscrire une bonne partie des mesures liberticides de l’état d’urgence dans le droit commun. Bien sûr et quoi qu’en ait dit le Conseil dÉtat, elles vont largement servir contre les contestataires pacifiques de l’ordre établi comme l’ont déjà prouvé les dérives de l’état d’urgence mais quelle est la suite ? Au prochain attentat, aura-t-on droit à l’état de siège. Un indice : la remontée des Champs-Élysées en « command car » par le « chef des armées ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *