Mais comment remercier Audrey Vernon ?

Vous, je ne sais pas, mais moi qui n’ai pas de télévision, j’ignorais l’existence d’Audrey Vernon. Je le regrettais pourtant.

Mais un matin, au téléphone, elle. Qui m’appelle de la part d’Hervé Kempf, le créateur du site Reporterre (ici). Avec une bande de copains comédiens, elle compte animer une soirée au profit de Reporterre, au cours de laquelle seront lus des textes d’écologistes comme Paul Watson ou Vandana Shiva. Et elle me demande que j’écrive quelque chose, qu’elle lirait.

Je raccroche, j’hésite une petite heure, et puis je me décide à lui écrire ce qu’elle me demande. « Lui écrire », car en effet, tout est de sa faute. Là-dessus, la soirée de Reporterre a lieu en janvier, et Audrey y lit mon texte en conclusion. Je ne sais ce que vous en penserez – moi, je n’ai pas encore regardé -, mais en tout cas, et je me répète : de sa faute.

Sur ce, vous pouvez regarder toute la soirée. Pour ma part, je suis au repère 1h11. Dès que j’aurai un moment, bien sûr, je regarderai depuis la première minute. Audrey, d’ores et déjà, je vous embrasse.

La soirée est ici.

7 réflexions au sujet de « Mais comment remercier Audrey Vernon ? »

  1. Grand Merci,

    Pas de télé non plus!

    « Qui aime la vie pour de vrai ne saurait redouter la mort. »

    Hop là! Génial! Personne ne m’attend nulle part, ici-bas! Tout est fait pour. 🙂

    Tout est énergie. N’offrez les vôtres qu’a celles qui vous élèvent. Merci.

    Par contre, là cela craint. Texte de Fabrice Nicolino. Suite de 11. 1:11:38. 3+8 = 11

    😉 😉

    Grosses bises,

  2. C’est surtout toi qu’il faut remercier Fabrice.
    Bravo pour ce texte.
    Nous agissons en local.
    Nous allons y arriver.
    Et un grand merci à Reporterre également.
    Pierre des Alpes.

  3. Il m’arrive d’être très sérieux. D’ailleurs ne le suis-je jamais ? Vive les personnes comme Audrey, Fabrice, Hervé…

  4. C’est magnifique!
    Ça va juste un petit peu vite pour tout apprécier, surtout quand on a l’habitude de te lire en prenant le temps de la réflexion a chaque tournant de phrase. Mais bon, pas c’est pas grave, je l’écouterai plusieurs fois.
    Mais alors, tellement beau et vrai et profond et juste que ça me fait chialer comme 10 Madeleines.
    Sauf, si je peux me permettre, que je suis absolument certaine que si les morues, les oiseaux, les primates, les papillons, les grenouilles, les abeilles nous quittent en masse, l’esprit de retour, lui, ne les quitte pas, ils veulent rester, la Vie veut vivre!
    Il suffit qu’on lui laisse la place , que l’on cesse de l’agresser à mort, au plus vite, avant que la résilience ne soit plus possible pour toutes ces espèces et les milieux qui sont les leurs.
    Des solutions?
    En ce qui concerne nos espaces agricoles, j’ai des propositions concrètes!
    Ça s’appelle: « 15 ans pour inverser les courbes du déclin »
    Dois-je écrire aux Ministres de agriculture et de l’écologie ou la démarche est elle absolument vaine (surement que oui) ?

  5. Bonjour Fabrice et tout le monde !

    AnneJ,

    Vous pouvez trouver les textes lus dans la vidéo en cliquant sur le lien que Fabrice a donné en bas de son article : « La soirée est ici. » . Le lien vous conduit sur le site Reporterre. Il suffit de faire défiler vers le bas.

    En ce qui me concerne, j’ai commencé par lire les textes et j’ai visionné la vidéo ensuite. Je trouve cette initiative vraiment intéressante. Les textes choisis sont percutants, soulignent l’essentiel et restent accessibles à tous. La gravité de la situation est véritablement mise en lumière grâce au talent des comédiens et à l’atmosphère crépusculaire de la mise en scène. L »idée de prolonger cette expérience lors de spectacles, comme l’a souligné Hervé Kempf, me semble vraiment excellente. Le message passé par les comédiens a certainement plus d’impact sur les gens que n’importe quel commentaire car il fait appel, au delà de la réflexion, à l’émotionnel et à la sensibilité. Je connais Audrey Vernon que je regarde parfois sur internet et j’aime beaucoup son naturel, son humanité et son humour malicieux.

    Je reste à l’écoute, ici et ailleurs.

    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *