Que faites-vous le 5 octobre ?

Vous commencez à le savoir, mais vous commencez seulement. L’association « Nous voulons des coquelicots », dont je suis le président, a lancé le Grand Appel des Coquelicots, qui a dépassé les 200 000 soutiens en deux petites semaines (https://nousvoulonsdescoquelicots.org). C’est formidable, car rappelons-le, l’Appel exige l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. C’est magnifique, mais cela reste dérisoire.

Pourquoi ? Mais parce que nous visons cinq millions de soutiens en deux ans. Si la fusée que nous avons lancée a dix étages, alors convenons que le départ s’est fait en fanfare, mais que nous ne faisons qu’entrevoir le deuxième. Il reste donc neuf étages, ou peut-être sept seulement, mais nous nous comprenons : c’est le début d’une grande aventure collective.

Nous ne sommes rien, douze peut-être, et sans un rond en poche. Nous avons créé dans la joie et le grand foutraque un site internet et fait fabriquer des dizaines de milliers de coquelicots en tissu de récup, très jolis, et qu’on peut accrocher à la boutonnière. Non sans les avoir avant cela achetés sur le site, car ils nous coûtent, personnellement je veux dire.

Nous donnons 24 rendez-vous aux amis des coquelicots. Chaque mois, tout le temps que durera l’Appel. Le premier vendredi de chaque mois, à 18h30, on se retrouvera devant la mairie du lieu où l’on habite, le sourire aux lèvres et le coquelicot – on peut aussi le fabriquer soi-même – bien accroché à la poitrine. Ce qui va se passer ? Nul ne sait. Moi, je pense et j’espère que, de mois en mois, nous serons chaque fois plus nombreux. Et heureux d’affirmer la beauté du monde. Il y aura des dizaines, peut-être deux centaines de rassemblements. Il en fleurit chaque matin.

En serez-vous ? Peut-être pas tous, mais franchement, le sens profond de Planète sans visa est bel et bien là. Tout ce que j’ai écrit ici depuis l’été 2007 menait droit au 5 octobre 2018 devant les mairies. Assez pour une fois de sombres pensées. Assez de « Qu’est-ce que j’peux faire, j’sais pas quoi faire ». Car pour cette fois, on sait. Il faut se lever, se compter, agir. Enfin ! ENFIN !

40 réflexions au sujet de « Que faites-vous le 5 octobre ? »

  1. https://www.francetvinfo.fr/france/auvergne-rhone-alpes/ain/une-explosion-de-naissances-de-bebes-sans-bras-dans-lain-un-hasard_2958303.html
    c’est bien malheureux
    inquiétante(s) perturbation(s) endocrinienne(s) des mamans pendant leur grossesse

    http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/2017-117R.pdf
    pour voir , par exemple, les préconisations quant à l’évaluation des produits phytopharmaceutiques
    je n’ai pas eu le temps de retrouver le texte précis
    https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2011SA0192Ra.pdf

    volume 5 120 pages
    usage des statistiques pour caractériser l’usage, l’exposition aux toxiques etc
    https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2011SA0192Ra-Anx5.pdf
    volume 6 : 36 pages
    info, dispositif de vigilance, maladie professionnelle
    https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2011SA0192Ra-Anx6.pdf

    Volume 7 exposition et homologation des pesticides 56 pages
    https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2011SA0192Ra-Anx7.pdf

  2. Salut Fabrice,

    Tes p’tits amis n’ont pas attendu le 5 octobre (et pour une fois ce n’est pas sur http://www.pseudo-sciences.org/ ) :

    http://www.jim.fr/medecin/jimplus/e-docs/substances_preoccupantes_a_letat_de_traces_une_communication_scientifique_sensible_173792/document_edito.phtml

    Morceaux choisis :
    -un peu de doute:
    « Si la toxicité des substances incriminées aux teneurs retrouvées n’est pas toujours démontrée »

    -beaucoup de science scientifique
    « communication scientifique sensible »
    « favoriser une communication scientifique raisonnée »
    « construire un discours scientifique performant »
    « confiance dans l’information scientifique »
    « vouloir transmettre efficacement une information scientifique »
    « l’objectif d’une bonne communication scientifique est de persuader » (sic)
    « tenir compte de l’identification scientifique du danger »
    « Il est impossible de prouver scientifiquement l’inexistence de tout effet toxique »
     » il est également impossible de prouver scientifiquement tous les effets positifs d’une substance »
    « Toute communication scientifique efficace »

    – toujours les vilains militants hystériques et radicalisés
     » les alertes militantes »

    -un retour au mythes environnementaux
    « Mais il s’agit aussi d’un mythe »
    « Le mythe du poison »
    « mythe qui renvoie au vaccin »
    « Toutes ces controverses s’inscrivent dans la même structure mythologique »
    « un mythe structurant »
    « montrer la force de ce mythe »

    -et pour finir un peu de peur anxiogène
    « redoutables poisons »
    « l’inquiétude continue à couver »
    « sur ces sujets qui suscitent une inquiétude tant au sein du grand public que chez les professionnels de santé  »
    « suscitent une inquiétude »

    Toute ressemblance avec le champ lexical des marchands de cigarettes, d’amiante etc serait purement fortuite.

    1. La politologue Virginie Tournay s’est déjà illustrée dans l’appel à la science façon riz doré !

      voir https://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/ne-nous-reposons-pas-sur-nos-lauriers-en-france-la-culture-scientifique-est-a-reconquerir_a_23369215/

      Petite phrase annodine au passage :

      « Aussi, priver un accès raisonné des agriculteurs aux outils de la biologie moderne et aux produits phytosanitaires est susceptible de conduire à une crise sanitaire et économique grave. »

      Parmi les signataires par ordre d’apparition :
      Gérald Bronner, membre de l’académie des technologies et de l’académie de médecine

      Marc Fellous, professeur émérite de Génétique Humaine

      Jean-Paul Krivine, Rédacteur en chef de Science et pseudo-sciences, Association française pour l’information scientifique http://www.pseudo-sciences.org/

      Gérard Pascal, membre de l’Académie des technologies et de l’Académie d’agriculture de France

      Pour l’hisoire du riz doré
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/07/04/criminel-greenpeace_4962972_3244.html

      1. Pour subvenir a ses besoins en vitamine A en mangeant du « riz dore » transgenique, il faudrait d’abord inventer l’homme trangenique capable de digerer 7 kg de riz par jour…

        Mais 100 « prix Nobel » n’ont meme pas fait ce petit calcul!

        Alors que la vitamine A est abondante dans quantites de legumes pas cher ou meme sauvages!

        Un « prix Nobel » sait-il encore reconnaitre une plante?

        Se mefier des prix Nobel…

      2. Je colle ici une discussion concernant les bébés malformés (Le monde du 8 octobre 2018), il y est question de l’AFIS.

        ALAIN PANNETIER :

        Si vous voulez savoir d’où cela vient, intéressez-vous à une association qui s’appelle l’AFIS (Association Française pour L’Information Scientifique) qui avait à l’origine un objectif de vulgarisation mais dont l’équipe dirigeante a rapidement évolué vers des membres de l’INRA (la « vieille » INRA) avec comme corollaire une croisade contre le bio, en faveur des OGM et des pesticides. Tout ça camouflé dans un discours anti pseudo-sciences (astrologie, fake-meds…) qui attire les militants de base.

        Jiembé :

        Oui j’assume, il me parait salutaire de défendre la pertinence de l’usage des produits phytosanitaires (naturels comme de synthèse). Ce qui ne veut pas dire qu’il faut pas en évaluer la pertinence pour chaque usage selon une balance bénéfices/risques. Je constate que le procès qui leur est fait n’a rien de rationnel et tout de la chasse au sorcière. Le cas présent en est une illustration manifeste. Je préfère passer pour obtus que de laisser filer des inepties sans contradiction.

        Jiembé :

        @AP -> AFIS CA 2018-2019 : Président : Roger Lepeix, physique quantique, Vice-Présidente Brigitte Axelrad, Philosophe. Secrétaire Général Jean-François Chevalier, radiocommunication. Trésorier Igor Ziegler Banque, Trésorier-adjoint Jean-Jacques Ingremeau Physique nucléaire…. En fait dans l’équipe dirigeante actuelle il n’y a que André Fougeroux qui vient de l’agronomie. L’info et l’objectivité selon Alain Pannetier…. → http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article65#par2

        ALAIN PANNETIER: les oubliés du du casting Hier

        Louis-Marie Houdebine (Directeur de recherche INRA) Président AFIS 2011-2014, Gérard Pascal (ex INRA, mis en cause par la « nouvelle » INRA pour continuer à parler en son nom), Yvette Dattée (directrice de recherche honoraire de l’INRA), Léon Guéguen (directeur de recherche honoraire de l’INRA), Hervé THIS (INRA). Sans parler de Marcel Kuntz (pas INRA mais CNRS labo des plantes – très pro pesticides, pro-OGM) et quelques autres.

        Jiembé :

        Alors on récapitule, sur les membres du conseil d’administration actuel de l’AFIS 0/10 membre de l’INRA, et sur son actuel comité scientifique 5/36 membres ou anciens de l’INRA. Est-on sûr que cela caractérise une association noyautée par une organisation occulte en croisade contre le bio ? Sinon Gérard pascal désavoué →http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Systemes-agricoles/Tous-les-dossiers/Le-glyphosate-un-pesticide-parmi-les-autres/Glyphosate-et-sante-humaine-pas-de-certitude/(key)/0

        ALAIN PANNETIER
        Les employés de l’INRA eux même le dénoncent.

        Je cite « L’INRA endosse les propos d’un proche de l’industrie agrochimique et agroalimentaire sur la question du glyphosate, de la santé et des conflits d’intérêt ! » « Cet article n’informe sur aucune recherche de l’INRA mais se contente d’une interview de Gérard Pascal, retraité de l’INRA de longue date, simplement présenté comme « directeur de recherche à l’INRA », sans que sa longue liste de conflits d’intérêt ne soit mentionnée. » https://www.sud-recherche.org/SPIPprod/spip.php?article2906

  3. Bonjour Fabrice,
    Je suis un lecteur fidèle de ton blog, plein de gratitude pour ton travail.
    Je me permets ici de faire entendre un regret que j’ai à chaque fois que je m’y rends : mon Privacy Badger (extension anti-mouchard de Firefox) me signale qu’il doit bloquer le mouchard de google « fonts google apis ». Ne voudrais-tu pas suggérer à ton webmestre de renoncer à ce truc qui ne sert à rien sinon qu’à informer google du passage de tous ceux qui n’ont pas d’anti-mouchard (et c’est la majorité…). L »‘urgence numérique » n’est pas dissociable de l’urgence climatique, à mes yeux. Ne crois-tu pas ? Amicalement
    Pierre Paccoud

  4. Bonjour, je vais faire votre logo en décoration de bonnet d’hiver et aussi en broche à accrocher sur une veste ou autre ce serait bien que les gens affichent ce soutien de manière visible sur eux partout mais surtout pas sur du plastique !!!

  5. Si vous êtes du côté de Villefranche de Rouergue en Aveyron, rejoignez nous devant la mairie le 5 octobre à partir de 18h30. J’y serai. Même seule s’il le faut, la première fois.
    Plein d’amitiés à toi, Fabrice.

  6. Bonjour Fabrice Nicolino

    Autant on pouvait douter de votre sens critique en étant « chez Charlie », autant là vous êtes admirable et soutenable. Merci à la Faucheuse de vous avoir épargné.

    Déjà « Nous voulons des coquelicots » est une trouvaille très subtile, même si sa concrétisation en tissus fait un peu concurrence aux Britanniques s avec leurs poppies évoquant 14-18

    Suggestion : dégotter un poète de notre camp qui trouverait les judicieuses paroles qu’il mettrait sur l’air « Comme un p’tit coquelicot » de Mouloudji et qu’on chanterait – mieux que des bruits de casseroles ! – les Vendredi.

    Refrain facile « On veut des coquelicots, Macron. On veuut des coquelicot »

    Bonne continuation de tout coeur.

    Un vieux militant écolo

  7. Bonjour Fabrice,
    Merci pour cet appel. J’y serai, devant ma mairie ! Certes avec 80 habitants dans la commune, je risque d’être un petit seul pour commencer. Mais si ça n’est que le début…
    Pierre

  8. Bravo pour cette initiative citoyenne, puissions nous faire des émules et faire rougir de honte tous ces pignouffes d’élus devenus rentiers de l’ecologie

    Que leurs renoncements et reniements se noyent à jamais dans le rouge de nos coquelicots

  9. Hé le Fabrisco,
    Si ma Germaine se fait embarquer le cinq parce qu’elle beugle vive les coquelicots en jouant de la casserole tout en picolant du rouge, seule, ou presque, devant la mairie, ben… ça va chier !
    😉

        1. Bonjour,

          Hier soir Vendredi 5, nous sommes allés manifester devant la mairie d’Avessac en Loire Atlantique, petite commune très bien garnie en agriculteurs intensifs, nous étion deux, ma femme et moi, nous nous y sommes pris un peu tard, mais nous avons distribué des tracts, et avpns récolté quelques signatures , le mois prochain nous allons nous organiser et espérons être de plus en plus nombreux. Je ferai juste une remarque, le Vendredi soir, beaucoup de gens partent en congé de fin de semaine, et je ne suis pas sur que la mobilisation ne s’en ressente pas. Nous devons aussi toucher les mères de Famille et les plus jeunes , est-ce que le mardi soir veille du mercredi ne serait pas un jour plus approprié.

          En tout cas merci de cette initiative nous continuons,

          Philippe François et Michèle Mandroux Avessac, le Dresny et la vache nantaise sont nos voisins

  10. Pour info et bienvenue dans le monde des humains :

    > pour information, les propos de Jean-Luc PELLETIER, président de la Chambre d’agriculture de la Meuse, dans L’Est républicain du vendredi 21 septembre 2018 :

    « La fauche tardive protège la biodiversité, certes. Mais au-delà des conditions de circulation souvent rendues dangereuses par le manque de visibilité avec les hautes herbes, je veux dénoncer les conséquences des montées à graines de toutes ces plantes indésirables en bord de nos parcelles. Et maintenant la galega ! » avance Jean-Luc PELLETIER. Si cette plante est avant tout ornementale et même médicinale, ses parties aériennes sont toxiques en période de floraison. Et elle est donc nocive pour les cultures… « Comment demander aux agriculteurs de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires si dans le même temps on ensemmence leurs champs d’un tas d’adventices ? » questionne le président. Selon lui, la biodiversité peut être protégée « tout en fauchant avant les montées à graines. C’est du simple bon sens et une nécessité pour que tout le monde cohabite intelligemment. »

    Cet article, passé sur nos messageries par P.Charlier, (merci à lui) a suscité plusieurs réactions , entre autres que la galega, « dans le temps », était une plante fourragère (et non un adventice – je ne sais pas pour vous, mais moi, rien que le mot, je le trouve moche -.
    Où donc est le bon sens invoqué ? Interdire aux fourragères de pousser le long des routes parce que les deux chevaux ne broutent plus ?

  11. Le pouvoir des fleurs et de nos coquelicots

    Je m’souviens on avait des projets pour la Terre
    Pour les Hommes comme la Nature
    Faire tomber les barrières, les murs
    Les vieux parapets d’Arthur
    Fallait voir
    Imagine notre espoir
    On laissait nos cœurs
    Au pouvoir des fleurs
    Jasmin, Lilas
    C’étaient nos divisions nos soldats
    Pour changer tout ça
    Changer le monde
    Changer les choses
    Avec des bouquets de roses
    Changer les femmes
    Changer les hommes
    Avec des géraniums
    Je m’souviens on avait des chansons, des paroles
    Comme des pétales et des corolles
    Qu’écoutait en rêvant
    La petite fille au tourne-disque folle
    Le parfum
    Imagine le parfum
    L’Eden, le jardin
    C’était pour demain
    Mais demain c’est pareil
    Le même désir veille
    Là tout au fond des cœurs
    Tout changer en douceur
    Changer les âmes
    Changer les cœurs
    Avec des bouquets de fleurs
    La guerre au vent
    L’amour devant
    Grâce à des fleurs des champs
    Ah, sur la Terre, il y a des choses à faire
    Pour les enfants, les gens, les éléphants
    Ah, tant de choses à faire
    Moi pour te donner du cœur
    Je t’envoie des fleurs
    Tu verras qu’on aura des foulards, des chemises
    Et que voici les couleurs vives
    Et que même si l’amour est parti
    Ce n’est que partie remise
    Par les couleurs
    Les accords, les parfums
    Changer le vieux monde
    Pour faire un jardin
    Tu verras
    Tu verras le pouvoir des fleurs
    Y a une idée pop dans mon air
    Changer les âmes
    Changer les cœurs
    Avec des bouquets de fleurs
    La guerre au vent
    L’amour devant
    Grâce à des fleurs des champs
    Changer les âmes
    Changer les cœurs
    Avec des bouquets de fleurs
    La guerre au vent
    L’amour devant
    Grâce à des fleurs des champs
    Changer les
    Changer les cœurs
    Avec des bouquets de fleurs
    La guerre au vent
    L’amour devant
    Grâce à des fleurs des champs

    Paroliers : Alain Souchon / Laurent Voulzy

    1. Une bien belle mélodie qui nous accompagnait toujours lorsque nous montions de NANT sur les chemins du plateau.

      Un rescapé d’une époque glorieuse, mais toujours de ceux qui veulent continuer « à vivre debout »

      Bien à vous tous

  12. Bonsoir à tous
    Le chemin est long…petite expérience ce weekend sur Alternatiba71 à Cluny où j’avais mis un stand des coquelicots, à côté du stand Collectif Mâconnais Pesticides et Santé…Des rencontres incroyables, des personnes qui ne savent plus quoi faire avec les viticulteurs …notamment du Beaujolais…mais aussi du Mâconnais…Alors entre ceux qui préfèrent le vin aux pesticides plutôt que le vin en biodynamie parce que c’est bien connu, la biodynamie c’est la secte de Steiner….et on ne sait jamais, des fois qu’il y ait quelque chose dans le vin, qui les fasse tomber dans…cette secte !!! Et ceux qui, même atteints d’un cancer continuent à épandre des pesticides sur leur vignoble…et accessoirement sur leurs voisins…..Il y a comment dire…..du TRAVAIL !!!

    Euh…comment dire….En plus, la loi Labbé fonctionne bien dans les grandes villes sans doute, mais alors dans les villages de nos campagnes, elle est détournée de façon étrange. Certains maires se déresponsabilisent carrément en accusant les sociétés qui travaillent…pour les mairies…Les chats qui se mordent la queue, c’est un peu cela ici.
    Voilà pour le triste tableau du Sud Bourgogne !

    Et sur les plus de 100 signatures récoltées sur le stand…et bien plus des deux tiers (environ) n’étaient soit pas au courant du mouvement ….soit avaient entendu parlé du mouvement des Coquelicots mais n’avaient pas trop compris…
    Par contre rien que le mot « Pesticide » attire une foule incroyable….pour se renseigner, sur les alternatives, sur les composés, sur Monsanto et cie…..Alors merci à Fabrice pour ce site..et ses livres..et à générations futures pour le site Stop-pesticides, car depuis le temps que je lis sur le sujet, cela m’a bien aidé pour argumenter ce weekend… C’est pas encore gagné, mais on sent bien qu’il y a plutôt une forte demande et que le vent se lève de partout…..bien contente de participer à ce mouvement floral tout en couleurs…
    Bonne soirée.

  13. Bonsoir Fabrice, bonsoir à toutes et tous.
    un lien vers un texte de soutien à l’appel des coquelicots, susceptible de t’intéresser ainsi que les avisé.e.s de Planète sans visa (à part celles et ceux qui en ont déjà pris connaissance, bien entendu):
    https://blogs.mediapart.fr/philips-michel/blog/021018/pourquoi-vouloir-des-coquelicots
    Ça bouge bien. Les signatures se multiplient, les actions s’organisent, des chansons prennent mots, s’accordent avec des musiques. Merci d’avoir stimulé cet élan de créativité collectif, d’avoir canalisé ces énergies éparses.
    Bien à toi et à celles et ceux qui te soutiennent et veulent des coquelicots.

    PS: Quand j’étais gamin, au commencement des mots, je disais « cliclicots ».
    C’est vraiment une fleur qui nous enracine dans les paysages et enracine en nous le sens de la nature, dès la prime enfance.
    D’accord, je radote.

  14. J’abandonne mon bled ( ouais, j’ai envie de survivre assez longtemps pour voir combien l’appel apportera de signatures!), et j’irai prendre le car à Vannes et donc :Hasta manana!

    Dommage Véro et Stan que vous soyez si loin, ça m’aurais plût de beugler avec vous!!
    😮

    1. ne soyez pas désespérée….je n’étais pas très loin de Privas, de tout coeur avec vous! Mais impossible pour moi de venir cette fois. Vous n’êtes pas seule croyez-le bien……Mais la première de beaucoup qui comme moi pourront venir la prochaine fois….

    2. Hier nous étions 7, dont 3 venus de Troyes (et non de Sète) devant la mairie d’Aix-en-Othe, dans l’Aube, seul lieu à des kilomètres à la ronde où un événement coquelicot avait lieu, dans un des départements les plus pollués par les pesticides. Ce n’est pas beaucoup, mais nous nous sommes partagés des actions à mener, notamment contacter les Amap, les cafés de pays et les apiculteurs du coin (il y en a pas mal). Avec l’espoir que le mois prochain le groupe se soit étoffé.

    3. C’était à Aubenas le rassemblement ardéchois, pas à Privas ! Tu croyais q’un rassemblement c’est… « spontanné » ? Ca se prépare un minimum quand même…
      Il n’a jamais été question de rien à Privas… Faut se renseigner des fois 😉
      Place du chateau à Aubenas, devant la mairie, c’était joyeux et il y avait une soixantaine de personnes avec de beaux coquelicots. Ce qui est intéressant : des personnes plutôt différentes. C’est encourageant. La prochaine fois, on sera plus nombreux et pour le 24 ème, on sera 60 000 ! Ca ne tient qu’à nous tous de s’organiser un peu : je sais qu’il y avait un appel à Vals… pour une première en Ardèche, c’est un peu agaçant cette dispersion, il vaut mieux unir les énergies… et quand on sera trop, on fera ça ailleurs aussi. Bien entendu. Mais il faudrait vraiment commencer un peu par prendre conscience de la nécessité de resserrer les rangs… dans le respect de la diversité de chacun bien entendu !

      1. Hello PP, je m’attendais presque à cette réponse… sauf que l’appel était devant chaque mairie et qu’il me semblait plutôt incohérent de faire 70 bornes (aller-retour)!
        Merci à Françoise l’ardéchoise, la prochaine fois on peut donc espérer être au moins 2

        1. Pas de pb, c-est très bien si grâce à vous ca démarre aussi à Privas : 1 en octobre, 2 en novembre puis 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256, 512, 1024, 2048, 4096, 8192, 16 384, 32 768, 65 536, 131 072, 262 144, 524 288, 1 048 576, 2 097 152,
          4 194 304, 8 388 608 pour le dernier de 2020 ! 8 millions !
          Finalement, vous êtes bien partis, c’est une méthode 😉

  15. Bonjour
    C’était aujourd’hui à Chambéry… J’avais complètement oublié le rassemblement et flânait tranquillement en ville avec une soif tenace… lorsque je fus attirée par des tambours, un peu comme ceux du Burundi !!! ça résonnait dans tout le centre ville !… Je m’assoie devant la mairie et commande un sweppss menthe/citron (j’espère qu’il était pas trop pestiféré !), quand tout d’un coup je vois quelques têtes connues des écolos du coin avec les joueurs de tambour (en fait des vieux bidons) sur les marches de la mairie.
    Je me dis, mais qu’est qu’il fait là, Gérard ?…
    Ahhhh ! la honte !!! … mais oui bien sûr !!!… les coquelicots !!!
    « Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de la Savoie » … enfin presque ! Une centaine ? je dirai que ce n’est qu’un début…
    S’il n’y avait pas eu les tambours, je m’en serai voulu d’avoir oublié et pourtant, tous les jours je pense aux ravages sur la biodiversité, tous les jours je me demande où irait le monde si abeilles, papillons, oiseaux n’étaient plus là du tout !
    Pour commencer, dans la foulée de la nomination d’un nouveau Ministre de l’Intérieur, je me mets à rêver que Macron change aussi de Ministre de l’Agriculture, ce serait chouette qu’on en est un qui sache que l’on peut cultiver sans assujettir la terre et le vivant aux pesticides !
    (premier envoi « menace de perte de données, lien bloqué » ! je réessaie)

  16. Quarante personnes à Libourne, place de la mairie, ce soir ! On a fait une belle photo
    tous ensemble. Un monsieur en vélo avait entendu parler des coquelicots, hier dans le journal, pour la première fois …Libourne, bordée de si près par la prestigieuse appellation de Pomerol.Un jeune viticulteur de Lalande de Pomerol disait récemment qu’il serait bien que tous les propriétaires de cette appellation passent ensemble en viticulture biologique !
    On va arriver, vous verrez !

  17. Bonjour les coquelicots !
    Nous étions dans les 80 à Annecy. Pas si mal pour une première.
    Allez au boulot ! Faut égrainer !

  18. hello !
    nous étions une vingtaine devant la mairie de Vendôme hier … il y avait du papier crépon rouge et du fil de fer pour se faire son coquelicot … c’est un début
    contente,
    à la prochaine

  19. « 1 » est le début d’une immense série !
    😉
    Pas de beuglante pour nous, Anne, nous avons choisi le chemin des témoins de Jéhovah, porte à porte avec notre Bible (le livre) et nos feuillets de prières, les textes de l’appel !

    Premier bilan : deux personnes nous ont dit : « c’est trop tard, on va dans le mur « , un autre nous a dit : ça bouge quand même, X passe en bio (100 ha, c’était plutôt une super nouvelle) et le gars en question qui passe en bio nous dit que dans un bled plus loin, 500 ha vont être remis en herbe autour des captages d’eau (moyennant indemnisation aux paysans plus ou moins importante selon qu’il mettent peu ou prou de pestos- plan quinquennal) , c’était aussi une bonne nouvelle.
    On est rentrés stan et moi bien contents, on avait bien travaillé.
    Bon, bien sûr, nous ne sommes pas allés nous frotter pour la première aux conventionnels que nous connaissons … mais qui veut voyager loin ….
    Bises à tous, et encore merci Fabrice et Cie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *