Pour Patric Nottret (jour de grève)

 Il fallait bien que ton assiduité paie un jour, Patric ! Tes nombreux commentaires sur ce blog montrent à quel point nous sommes différents, mais je n’oublie pas que nous avons bu du vin rouge ensemble au Blanc (Indre). Cela aide, cela fluidifie les rapports sociaux, je pense que nous serons au moins d’accord là-dessus.

Je t’écris publiquement ce matin parce que tu nous incites tous, depuis des jours et des jours, à manifester en ce jour de grève contre la toute-puissance de nos maîtres. Non, je n’ai pas changé, et je crois que ce mouvement incarnera surtout un combat du passé, tourné vers l’usage fou des biens matériels et les revendications qui l’accompagnent.

Mais baste ! Je mets mon drapeau dans ma poche, j’espère que ce rendez-vous sera un succès, et que l’Élysée en tremblera sur ses bases ridicules. Si je n’avais que deux raisons pour soutenir ce jour de mobilisation, elles s’appelleraient Chantal Jouanno et Éric Besson. La première, que j’ai déjà étrillée il y a quelques jours, a donné au journal Libération un entretien qui dit par je ne sais quel miracle des choses vraies (ici).

La dame raconte l’importance du Grenelle de l’Environnement dans le dispositif sarkozien, et avoue sans honte ni tremblement : « Et c’est mon travail d’aller vendre cette idée sur le terrain ». Voilà à quoi ces gens réduisent l’idée publique, l’esprit public, le service public, la res publica. À un job de VRP. À la démarche d’un vendeur-bonimenteur sur la place du marché. Nous sommes en pleine décadence de la parole. Et donc de la pensée.

Quant à Éric Besson, quoi ? Pour ceux qui l’ignorent, ce socialiste comme l’ont toujours aimé les socialistes – et cela continuera, croyez-le ou pas – vient d’entrer à la direction de l’UMP. Il détestait officiellement Sarkozy il y a moins de deux ans, au point d’écrire des argumentaires pour son parti d’alors, le PS. Désormais, à bien l’écouter, il se ferait tuer pour lui. Il vient d’être nommé ministre de l’Immigration.

Si vous ne craignez pas de vomir devant l’ordinateur, lisez donc cet article de la Voix du Nord (ici). Besson, entouré de ses flics, s’est rendu à Calais. Pour emmerder un peu plus les immigrés clandestins de ce monde sans morale ni repères. En 2002, son compère Sarkozy avait fermé, menton en avant, le hangar de la honte, où s’entassaient des centaines de candidats au passage vers l’Angleterre. C’était à Sangatte, tout près de Calais.

Et Besson est donc revenu sur les lieux de l’esbroufe. Pauvre petit homme. Pauvre petit Besson. Bien entendu, rien n’a été réglé depuis 2002. La misère a été éparpillée, les flicards balaient les éclaboussures humaines pour que les ministres puissent parler le soir chez Claire Chazal ou Laurence Ferrari. Besson a déclaré sur place qu’il fallait rendre Calais « étanche » à l’immigration clandestine. Étanche. Étanche. Pensez à l’usage que la langue française fait normalement de ce mot. Il s’agit de ne pas laisser passer une fuite. De fluides. Les hommes ne sont plus que de l’eau. Du sang, peut-être ?

Comme Besson est aussi un pitoyable manipulateur, il s’est rendu dans ce qu’on appelle à Calais la « jungle ». Photos, s’il vous plaît. On la refait, avec l’Afghan qui me sert la main. C’est pour TF1 ? La « jungle » est un simple sous-bois où des centaines de réfugiés survivent entre deux descentes policières. Le soir, ils tentent de forcer le passage du tunnel sous la Manche. Ils passeront. Ils ne passeront pas. Qu’ils crèvent.

Besson a promis une rangée supplémentaire de parpaings au-dessus d’un mur qu’escaladent les clandestins. Et une multiplication des contrôles. Qu’il sache au moins qu’un certain nombre d’entre nous crachent sur cette politique, en attendant de pouvoir faire mieux. C’est-à-dire pire pour M. Besson. Et pour en revenir à Patric Nottret, oui, je crois que ces excellents personnages méritent une leçon dans la rue. Et donc, manif, sans aucune réserve pour une fois. Si on se voit, un coup de rouge, hein ? air max 95 air max 95

79 réflexions au sujet de « Pour Patric Nottret (jour de grève) »

  1. Faire une grève de refus. Refus de la peur d’être licencié, refus de voir la liberté de l’individu grignotée par l’argent, un mode de vie contraint par la voiture, les crédits, l’envie d’être propriétaire, refus de ce président qui ne propose rien d’autre que de travailler et se taire et consommer. Et le dire aux enfants. Je n’irai pas manifester. Est-ce utopique ? L’utopie, je la porte en moi au quotidien, elle me permet de sourire, de tendre la main. En fait ce sera pour moi un jour de grève pour dire oui à autre chose.

  2. Pas eu le temps de faire une banderole mais j’aurais écrit dessus ; “Ils brassent du vent et on récolte la tempête”, économique, climatique, etc…

    MH

  3. A propos de pouvoir d’achat, avez-vous vu ? 500 000 € de bijoux dérobés chez Cécilia ex-Sarkozy, dans un domicile parisien qu’elle n’occupe pourtant plus que très rarement… J’espère que c’est Robin des Bois qui a fait le coup !

  4. “…et je crois que ce mouvement incarnera surtout un combat du passé, tourné vers l’usage fou des biens matériels et les revendications qui l’accompagnent.”

    Hélas, mille fois hélas!

  5. Que ce blog ne tombe pas dans le travers de ce que je redoute le plus : la politisation et un affrontement gauche-droite en faveur de la gauche.

    Prenons la critique sur la politique migratoire et Eric Besson :

    – Qui doit prendre en charge les sans-papiers, les émigrès ? Vous, leurs défenseurs ou le contribuable qui tire déjà la langue ? Qui explique que les flux migratoires dans l’avenir vont être des sources de conflits gravissimes entre les populations locales et les déracinés contraints de fuir leur pays d’origine. Qui explique que les états européens sont incapables financièrement de répondre médicalement socialement et en terme d’emploi à ces flux ?
    Qui, Fabrice, va expliquer que faire venir les émigrés en masse c’est une mauvaise politique écologique car les faire venir c’est exclusivement pour accroître le PIB et renouveler les générations et non pas par altruisme et souhait d’une société qui aurait le goût du mélange culturel et biologique ?

    Quant à Besson qu’il soit traître pas traître , sarkoziste troskiste droitiste je m’en contrefous. Même chose pour son excopine politique la Sego one woman shown.
    Ce sont en majorité des traîtes par nature car ils font de la politique et qui dit politique dit tractations compromis, manipulations et retournement de veste.

    Je n’en ajoute pas plus.

    Bien à vous, tous.

  6. Léonard,

    Là, pardonnez-moi, mais vous déconnez, purement et simplement. Attaquant Besson et Jouanno, j’attaque deux histrions qui auraient très bien pu faire partie d’un gouvernement de gauche, sans rien changer à leurs pantomimes.
    Il est évident que la place des jeunes d’Afrique et d’ailleurs n’est pas dans nos pays. Elle est chez eux, à essayer de trouver des solutions sur place, pour tous, avec nous s’il est possible. Voilà ce que je pense et que j’ai souvent écrit.
    Mais comment ne comprenez-vous pas que les lamentables exhibitions de Besson concernent simplement le coeur des hommes ? De tous les hommes ? Comment n’avez-vous pas compris qu’il s’agissait de morale humaine ? Cette morale élémentaire qui disparaît à mesure qu’augmentent les menaces ? Oui, comment ?

    Bien à vous.

    Fabrice Nicolino

  7. Ben ça alors…et moi qui ai installé des mangeoires pour les oiseaux migrateurs* un peu partout…mais attention je paie ma csg pour être considéré comme…quelqu’un d’honnête. *(dont les pattes sont trop courtes pour pouvoir se gratter entièrement le dos)

  8. Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiic!

    «La meilleure façon de servir la République est de redonner force et tenue au langage.»
    [ Francis Ponge (1899-1988) ] – Pour un Malherbe

  9. ” je crois que ce mouvement incarnera surtout un combat du passé, tourné vers l’usage fou des biens matériels et les revendications qui l’accompagnent”, dis-tu. Crois-tu donc?
    Est-ce bien là tout ce que ces deux millions et demi de personnes* en colère qui défilaient dans nos rues pimpantes revendiquaient? Il me semble que certains d’entre eux avaient aussi remarqué que “Moderniser la France”, en sarkolangage, cela signifiait, à terme :
    – supprimer les services publics
    – supprimer la sécurité sociale
    – supprimer les syndicats
    – supprimer les fonctionnaires
    – supprimer les assurances chômage
    – privatiser l’enseignement
    – abandonner la recherche aux boîtes privées
    – ignorer la culture
    – ficher l’ensemble de la population
    et en enfermer le plus possible.
    – distiller la peur et la haine
    – opposer les couches sociales
    – rendre les riches encore plus riches
    – asservir les plus faibles
    – Museler l’opposition démocratique à l’Assemblée
    – Museler les juges
    – Asservir les médias, et se servir comme porte-paroles
    – ériger la démagogie en principe de dialogue
    – ne traiter ses opposants que par l’ironie ou la condescendance
    – Criminaliser les malades mentaux
    – Criminaliser tous ceux qui s’opposent à la ” modernisation libérale”
    – Emprunter de l’argent à nos enfants et petits-enfants pour renflouer les banques qui ont joué et perdu au grand casino, etc.
    Et cette liste, hélas non exhaustive, s’allonge chaque jour.
    Ainsi que me le disait le patron du bistrot où je suis allé me ressourcer après la manif’ à coup de p’tits ballons de rouge (à ta santé, Fabrice, à vot’ santé à tous, hips!) :
    ” Bô les gars, moi faudra m’expliquer pourquô vous manifestez passque j’ai du mal à comprendre…Pis la gauche et la droite c’est bien la même chose, non?”
    Un petit rappel au réel s’avérant nécessaire pour le patron du rade, je n’hésite pas, malgré une migraine tenace (son pinard devait être coupé à l’alcool de sciure) à dresser ici une autre liste :
    – Congés payés :1936 front populaire (Gauche)
    – 3e semaines de congés : 1956 Guy Mollet (Gauche)
    – 4e semaines de congés : 1969 Alain Poher (centre-sénat)
    – 5e semaines de congés : Mitterrand (Gauche)
    – Sécurité sociale :1945 conseil national de la résistance (sous l’impulsion des communistes)
    – SMIG (SMIC) :1950 Vincent Auriol (Gauche)
    – RMI :Mitterand (Gauche)
    – CMU: Jospin (Gauche)
    – Allocation personnalisée d’autonomie: Jospin (Gauche)
    – Retraite à 60 ans: Mitterrand (Gauche)
    – 39h :Mitterand (Gauche)
    – 35h: Jospin(Gauche)
    – PACS:Jospin(Gauche)
    – Abrogation du délit d’homosexualité : Mitterrand (Gauche)
    – abolitions de la peine de mort : Mitterrand (Gauche)
    – ISF : Mitterand (Gauche)
    Mais le patron du bistrot s’en fout de tout ça, lui il regarde grimper son compteur à bouffe et à pinard (frelaté, j’en suis maintenant certain), il n’a jamais défilé de sa vie dans la rue, et les acquis sociaux cités plus haut, acquis fragiles que lui ont décroché de haute lutte son père et son grand-père, il s’en tape comme du premier front populaire. Sans se rendre compte qu’ils sont en train de s’évaporer (comme son rouge infect) sous ses yeux et ceux de ses clients.
    Mais le plus intéressant est que quelque-chose s’est brisé hier dans le royaume enchanté de Sarkozie (une tragique illusion, peut-être?), et que ce quelque-chose pourrait bien être irréversible.
    Je m’en vais donc de ce pas me reprendre un alka-seltzer

    * Payer des fonctionnaires du ministère de l’intérieur pour rayer des listes des manifestants des dizaines de milliers de personnes sans que personne ne semble trop s’en émouvoir, donne une idée assez précise de l’état notre démocratie.Quiconque était dans ces manif’ sait que les chiffres du ministère sont bidons et archi-bidons.

  10. Patric,

    Je ne savais pas ton sens de l’humour à ce point corrosif. Saluer la mémoire de Vincent Auriol, Guy Mollet et Alain Poher, c’est du lourd, dans le genre rigolade. Et je laisse tomber pour les autres, qui ne valent pas mieux pour moi.

    En revanche, je suis content du succès des manifs d’hier. Et je pense comme toi que quelque chose s’est produit. Attendons un peu. Va cuver, ivrogne !

    Fabrice Nicolino

  11. Patric, tu oublies : le droit à l’avortement (Simone Veil, droite), la Sécu (de Gaulle), le vote des femmes (toujours de Gaulle), l’indépendance de l’Algérie (encore de Gaulle…)

    Comme quoi, on écrit l’Histoire comme on veut ! 😉

  12. Profiter de ma faiblesse passagère pour m’attaquer sur Alain Poher est assez petit, je trouve. Je suis bien certain que tu ignorais qu’Alain (oui je me permets, malgré l’émotion qui m’étreint à l’évocation de cette grande figure historique) fut Grand-croix de la Couronne de chêne du Luxembourg. Alors? Respect donc, pour un homme qui aimait la nature au point de ceindre son auguste front de feuilles vertes du genre Quercus.. Bon, je vais essayer la poche de glace sur le mien, de front.

  13. “Jean-Claude Mailly (FO) exige une réunion et des décisions dans les dix jours”..
    “Woerth minimise la mobilisation de jeudi et souhaite que le gouvernement “garde le cap” “je ne crois pas que ça exprime un rejet de la politique du gouvernement”, a-t-il dit” ben dis donc! il est clairvoyant!
    “Jugeant la mobilisation de jeudi “importante”, Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP, a déclaré de son côté que la majorité n’était pas sourde aux revendications des manifestations”.
    Non mais quel pantalonnade!

  14. Patric,

    Je crois que tu l’avais bien cherché. Sortir Poher de sa naphtaline ! Traite le mal par le mal, et sors une bouteille de rouge (bio).

    Fabrice Nicolino

  15. Hélène :
    Non, on n’écrit pas l’histoire comme on veut ( sauf révisionnisme aggravé)
    Le mythe ( français ) de De Gaulle père de la sécu ne résiste point à l’analyse historique. Quant au vote des femmes :
    1936 : la Chambre des Députés se prononce pour l’égalité politique entre les sexes, mais la loi ne peut aboutir. Le Front Populaire nomme trois femmes sous-secrétaires d’État : Suzanne Lacore, Irène Joliot-Curie et Cécile Brunschvicg.
    # Le droit de vote est accordé aux femmes en France le 21 avril 1944 par le Gouvernement provisoire de la République française, confirmé par l’ordonnance du 5 octobre, mais il ne sera utilisé que le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l’Assemblée constituante. Il n’est étendu aux “femmes de statut civil local” en Algérie française qu’en 1958 (décret n° 58-568 du 3 juillet 1958)
    Saluons évidement Simone Weil et Lucien Neuwirth qui ot su s’opposer à leur manière à la droite de leur époque.L’indépendance de l’Algérie me paraît, elle, faire partie d’un autre débat.

  16. Désolée, la Sécu c’est de Gaulle, qu’on le veuille ou non !
    Le vote des femmes aussi…

    Saluons au passage la grandeur d’esprit des députés de gauche qui furent les premiers à faire de la résistance au vote des femmes, arguant qu’elles voteraient pour les curés…

    Ce sont des faits historiques, je n’y peux rien !

    Et tu sais, pour l’avortement, c’est à la société entière que Simone Veil a fait front. Je ne suis pas sûre que la gauche ait été si progressiste en ce domaine…

  17. Hélène :
    Par les lois du 5 avril 1928 et du 30 avril 1930, les salariés bénéficient d’une assurance maladie, maternité, invalidité, vieillesse et décès. On parle même de rendre l’assurance obligatoire, et de donner à l’État le monopole de cette assurance.

    1945 le Conseil national de la Résistance intègre à son programme « un plan complet de sécurité sociale”

    La loi Weil “Je ne suis pas sûre que la gauche ait été si progressiste en ce domaine…”:

    Un projet de loi gouvernemental est déposé en 1973. “Choisir” écrit une proposition de loi qui sera déposée par le Parti Socialiste à l’Assemblée le 16 mai 1973. Il faudra attendre le 13 novembre 1974 et le remplacement de Michel Poniatowski par Simone Veil au Ministère de la Santé, pour qu’un nouveau projet de loi soit présenté.
    30 ans plus tard, la précédente loi Perben voulait donner un statut juridique au foetus, ce qui était un pas vers l’interdiction de l’avortement.

  18. Fabrice, plus sérieusement, si Alain ( Poher) ne fut pas une des plus grandes figures révolutionnaires de son époque, il fallut que De Gaulle démissionne le 28 avril pour que les Français obtiennent la quatrième semaine de congés payés le 16 mai, sous la bienveillante houlette de l’intérimaire Poher, le François Bailleroue de l’époque.
    Les faits sont là. C’est un acquis social, c’est comme ça.
    Sarko partira t-il à Baden-Baden en hélico ou à Disneyland en cas de referendum défavorable? Je suis divisé.

  19. Hélène, je ne fais pas de prosélytisme. Mais admets que les attaques contre le planning familial ( par exemple), ou RESF, autre exemple, ne proviennent que d’un seul camp politique.
    Bien à toi

  20. Patric,

    Je ne vais pas débattre dans le détail, même si cela me ferait rire de bon coeur. Je constate, sans me moquer un quart de seconde, que tu t’intéresses au plus haut point à des histoires qui m’ont jadis pris la tête, mais qui aujourd’hui m’indiffèrent. J’ai une autre hiérarchie dans la tête, et je n’écris pas cela pour rabaisser la tienne.

    Un point quand même. Des conquêtes sociales similaires aux nôtres ont été obtenues dans des pays où la gauche n’était pas au pouvoir. Pour une raison qu’il ne fait pas bon rappeler, car elle est au contraire à la mythologie. Le capitalisme fordiste issu de la guerre avait un besoin majeur, massif, constant, croissant, de consommateurs susceptibles d’acheter ses si beaux produits.
    Il fallait réduire le temps de travail et augmenter les salaires, faute de quoi nous n’aurions jamais connu ces Trente Affreuses que d’autres appellent Glorieuses. En revanche, je tiens certains dispositifs comme des éléments de civilisation qui justifieraient pour les sauver les engagements les plus extrêmes. Au premier rang, cela va de soi, la Sécu. Qui touche à la Sécu doit se retrouver face à de vrais combattants, qui ne reculeront pas.

    Pour le reste… Le De Gaulle de 1944-1945 serait viré de la plupart des groupes de la gauche officielle pour extrémisme. Et là, moi non plus, je ne plaisante pas. Bien à toi,

    Fabrice Nicolino

  21. patric,
    en ce moment, là, oui ça craint !

    Fabrice,
    je pense comme toi à propos de De Gaulle. C’était une sorte d’anarchiste, finalement (mais pas pour la “chienlit” !), visionnaire, envers et contre tout.

  22. Merci Fabrice de votre réponse.

    Je ne déconne pas. Deux histrions, vous dites ?

    Vous êtes trop restrictif. Regarder à gauche comme à droite ils sont légions.

    Je m’égare car je relance un débat vain alors que l’urgence est ailleurs.

    léonard.

  23. Dans cette manif, j’ai crié :”des sous, des sous!! On veut des écrans plats”.
    Pourquoi crier çà? parce qu’il est clair que le but de cette manif était “du fric pour consommer”. Il parait qu’il faut consommer pour sortir de la crise, alors “ils” ne rêvent que de çà.
    Donc, fallait bien crier par dérision un slogan anti-surconsommation.

  24. Hélène,

    Sur De Gaulle. C’était un homme de droite, très influencé par le désastreux antisémitisme familial. Mais justement ! En 1940, à cinquante ans, ce général de brigade va tout perdre, et être condamné à mort par contumace pour s’être opposé au honteux armistice de Vichy. Il se révolte contre tout et tous. Sa famille, l’armée qui est le centre de sa vie, la grande figure de Pétain, qui fut pourtant son mentor. Et il va se battre pendant des années, seul ou presque, y compris contre Churchill et surtout Roosevelt, qui veut faire de la France libérée une semi-colonie.
    À Londres, ce vieux con proche avant guerre de l’Action française va s’entourer d’intellectuels. D’intellectuels de gauche. Et de juifs. Lui ! Alors oui, cela ne souffre pas discussion : il était un grand rebelle à côté de qui Sarkozy, Royal, Buffet and co sont des nains de jardin que je n’ai pas même envie d’enlever de leur petit carré de gazon bien ordonné. Vive la France libre, mes aïeux ! Et debout les morts !

    Fabrice Nicolino

  25. En fait, le Fordisme, c’était la relance par la consommation et l’achat de la paix sociale par l’augmentation des salaires? Du Me rappelle quelque-chose mais quoi? Keynes? Non, non, je m’égare.
    PS:Je ne savais pas que De Gaulle était un type aussi balaise. Une sorte de despote éclairé ?( que dis-je éclairé? Nimbé par l’esprit des Lumières)..Un humaniste doublé d’un farouche rebelle? Et entouré d’intellectuels de gauche en plus! ça, ça ne me rappelle rien, par contre ( qui, Malraux? Peyrefite?).Grandeur et décadence de l’ORTF…Je crois que ça va être à mon tour de rire.

  26. Humaniste nimbé de l’esprit des Lumières ? On n’a pas dit ça.
    Mais envers et contre tous, ça oui.
    Avant-guerre il avait publié un bouquin expliquant dans les grandes largeurs les mesures à prendre pour moderniser l’armée et pour expliquer ce qui risquait de se passer…
    Les Allemands s’en sont inspirés ! ça ferait presque rire. Fabrice, je ne sais plus le nom de ce traité.

  27. Hélène,

    Je ne pousserai pas aussi loin que cela. Son livre s’appelle Vers l’armée de métier. Pas tout à fait ma tasse de thé. Mais il est vrai que De Gaulle avait pensé – il était l’un des très rares – l’usage des engins blindés, dont les chars, dans la guerre moderne. Il avait compris, à l’inverse des culottes de peau qui en pinçaient pour la ligne Maginot, que la guerre contre le fascisme serait une guerre de mouvement. Et il avait raison.

    Patric,

    Je te souhaite de rire, sans rire, sérieusement. Je n’ai jamais écrit ni pensé que De Gaulle était un homme des Lumières. Tout au contraire, il a baigné toute son enfance dans une ambiance réactionnaire, qui vouait aux gémonies les valeurs de la Révolution française. Sa geste londonienne, et ses relations avec quantité d’intellectuels, d’intellectuels de gauche, d’intellectuels juifs, n’en sont que plus belles. Crois-moi, la crise écologique a et aura toujours plus besoin de gens capables de vrais grands mouvements de l’âme. Et De Gaulle, sur ce plan-là – je n’oublie rien du naufrage des années soixante – est un grand homme.

    Fabrice Nicolino

  28. De Gaulle était un vieux con ? Ben là Fabrice
    j’ai plus rien à dire sur votre perception de l’Histoire. Faut arrêter le vin bio. Buvez du Margnat village premier cru. Même effet et moins cher.
    sans arrière-pensée vénéneuse.

    léonard

  29. Léonard,

    J’ai la vague impression que vous ne m’avez pas lu jusqu’au bout. Il est très clair, il est manifeste que le De Gaulle de 1939, sous-secrétaire d’État, encombré par un passé qui ne passe pas, a les apparences d’un vieux con. Du moins au travers des yeux dont nous disposons aujourd’hui. Appelons cela un anachronisme. Mais ce qui est merveilleux chez lui, c’est sa capacité inouïe à sortir de lui-même, à rompre les chaînes mentales qui devraient pourtant le conduire, lui le militaire de près de 50 ans – en 39 – à l’obéissance.
    L’affaire, la grande affaire de ce grand personnage, c’est qu’il devient libre. Et c’est magnifique autant qu’inoubliable.

    Fabrice Nicolino

  30. Mais pourquoi donc – pourquoi grands dieux?-tout le monde parle aujourd’hui de vin bio sur le site de Fabrice? Ce qui serait intéressant serait d’en faire connaître, des vins bio. Hmm? Auquel cas, ce qui serait très très intéressant ( très) serait de faire tourner quelques adresses de producteur, nan?

  31. A Marie : bravo pour cette référence rare (“Pour un Malherbe”).
    Sinon, pour le débat d / g, je connais des gens qui se disent de droite (pas comme moi), vont à la messe tous les dimanches (pas comme moi non plus) et s’investissent beaucoup dans le bio tandis que d’autres ricanent lorsqu’on leur parle des dangers du nucléaire ou des pesticides, vont régulièrement chez Mac Do et… votent LCR ! Comme quoi il faut se méfier des étiquettes.

  32. A Marie et aux amateurs d’histoire. Debout les Morts !, de l’Adjudant Péricard le 8 Avril 1915, au Bois Brûlé. Taper: le Saillant de Saint Mihiel.

  33. J’ai pas tout lu mais je suis tombé sur cette phrase : Parce qu’il est clair que le but de cette manif était (de dire) “du fric pour consommer ” .

    Je trouve ça assez indécent de dire des trucs comme ça (sauf si c’était pour rigoler..). Dans la manif où j’étais, il y avait aussi des employées de la ” grande distribution”, vous savez ces caissières qui bossent à mi temps pour 600 euros par mois, avec des loyers de 500 euros et qui doivent nourrir leurs mômes avec ce qui reste.

    Avant de s’intéresser à la misère du monde et aux grands problèmes de la planète qui nous préoccupent (surpopulation, surconsommation, pollution, déforestation et j’en passe) il est bien légitime que les travailleurs modestes s’intéressent d’abord à leur sort perso.

    On ne peut pas leur reprocher de ne pas être assez “conscients” du devenir de l’Amazonie ou leur reprocher de participer à la grande destruction des richesses naturelles !

    Les travailleurs pauvres de France sont comme les immigrés de Sangate ou d’ailleurs (qui en sont simplement à un stade plus avancé de la misère et qui essaient de sauver leur peau, tout bonnement).

    Leur combat – celui des caissières – est sans doute moins exotique mais n’est pas moins légitime et digne d’intérêt, non ?

    Alors, ironiser là-dessus, ça m’agace quand même un peu ! Et ça semble faire preuve d’une étonnante méconnaissance des problèmes sociaux actuels..Une croix dans la case dommage : quand on veut sauver la planète, faut aussi regarder comment on vit, ici, à deux pas de chez soi. Et pourquoi pas donner un coup de main quand on peut. Jeudi, on pouvait.

    La politique politicienne, certes, ne résoudra pas les grandes questions dont on parle souvent sur ce forum, mais il fallait tout de même manifester, ne serait-ce que pour affirmer que les valeurs de gauche sont tout de même un peu plus porteuses d’espoirs que les autres, dont la nocivité pour tous n’est plus à démontrer.. Amen.

  34. Jacques, que vous répondre sur cette question si souvent débattue ici?
    comme je suis paresseux en ce samedi et parce que je ne saurais dire mieux, je convoque l’auteur de ce blog pour vous répondre…qui écrivait il y a quelques jours :

    “Au risque de me répéter, j’ajoute que l’écologie seule est un véritable humanisme. Les autres manières de concevoir notre avenir commun, parce qu’elles fragmentent la réalité, parce qu’elles en nient des pans entiers, sont autant de bombes à retardement”

    à force de vouloir s’attaquer en premier lieu “aux problèmes sociaux actuels” et de réléguer à la case “exotisme” la crise écologique, on va droit dans le mur…

  35. j’oubliais l’essentiel : le vin bio!
    une adresse d’exception http://www.domaine-viret.com où se pratique la cosmoculture selon des méthodes ancestrales. Je vous laisse découvrir.On y parle de courants telluriques, d’acupuncture terrestre, de desherbage à la main.

  36. Mais, Raton Laveur, je ne relègue pas la crise écologique à la case exotisme ! Je pense juste que l’on peut très bien ne pas négliger les forces qui ont comme préoccupation principale de vivre normalement. Ces forces : les caissières à mi temps et les immigrés (pour rester dans le même cliché) sont les premières victimes (tragiquement immédiates et visibles) du capitalisme destructeur, le même que celui qui empêche l’auto-suffisance alimentaire en Afrique ou ailleurs… donc elles sont objectivement des alliées. Au secours, Fabrice, j’ai dit une connerie ?

  37. c’est ce que j’ai compris en lisant cette phrase “Leur combat – celui des caissières – est sans doute moins exotique mais n’est pas moins légitime et digne d’intérêt, non ?”

  38. Mais vous avez mal compris, Raton. Ou alors j’ai mal expliqué…

    Je récapèpète : il n’y pas un mauvais combat, celui des syndicalistes qui ne verraient pas plus loin que le bout de leur nez, et un bon, celui des écologistes, qui eux, en verraient le bout ..

    On n’a pas à renvoyer dos à dos, comme j’ai cru comprendre au travers de certaines réactions, les victimes et les responsables d’une organisation de la société mondiale injuste et sans avenir. Il n’y en a qu’un seul (juste combat, faut suivre..).

    Avec des niveaux de perception et des priorités variables, soit.

    Jeudi, ce qui était à l’ordre du jour, c’était de se manifester, en France. Pas pour avoir davantage d’écrans plats, mais simplement pour vivre normalement.

    J’ai bon, chef ?

  39. mais ce que nous appelons vivre “normalement” ici, contribue à écraser toujours plus les coupeurs de canne à sucre et autres travailleurs pauvres là-bas. Alors? alors je ne marche plus.

    Quant aux syndicalistes…ceux qui défendent l’emploi dans l’industrie automobile ou ceux qui se réjouissent de la création du nouvel EPR en Seine Maritime?

    extrait d’un article de La Voix du Nord 31/01

    “EDF a pu compter sur le soutien de la CGT qui se bat pour que le nucléaire français reste au sein du secteur public. D’ailleurs à Penly, près de Dieppe, la classe politique locale, gauche et droite confondues, n’a eu d’yeux que pour les 2 000 emplois créés par le futur chantier et les 300 emplois pérennes nécessaires à la maintenance de la centrale. ”

    en aparté Jacques je comprends parfaitement l’élan de solidarité qui vous anime mais je crois, et je peux me tromper, qu’il doit s’exprimer autrement.

  40. Jacques et Raton,

    je vous aime bien tous les deux, et en outre, j’ai très peu de temps devant moi. Dure est la vie. Le débat qui vous anime est central, et commanderait une longue discussion, et même plusieurs.
    Il va de soi, pour moi, que cette société riche qui est la nôtre produit des pauvres, qui en sont très malheureux. Mais il reste vrai que même ces pauvres-là disposent de biens matériels qui les classent parmi les «privilégiés » du monde réel, que nous ne faisons jamais qu’entrevoir, et de loin.

    La revendication sociale, sur une planète ravagée par la crise écologique, ne peut plus s’accommoder des revendications matérielles qui furent de tout temps celles de la gauche. Il faut donc trouver des formes de bagarre qui mettent en question, en priorité, la fabrication d’objets inutiles et cette industrie du mensonge – la publicité – qui les rend désirables.

    Jacques, tu sais bien que je serai toujours avec les opprimés de partout, sans la moindre hésitation. Mais il faut commencer par secouer toutes nos vieille pensées. Tous nos anciens repères. Et c’est dur. Je suis désolé d’arrêter là, je n’ai plus le temps. Mais on remettra ça, hein ?

    Fabrice Nicolino

  41. OK Fabrice. Donc rendez-vous à la prochaine manif pour en reparler..

    Raton : Les coupeurs de canne à sucre n’ont rien à craindre des revendications de ma caissière favorite.

    Ne rien dire aujourd’hui, en France, parce qu’il y a plus malheureux que nous ailleurs ne me satisfait pas.

    Objectivement, cela arrange le pouvoir de figer dans l’inaction quelques courants de pensée en ces temps difficiles pour lui.

    Or la bataille ne peut qu’être globale..

    Pour le nucléaire ou la bagnole, tu as hélas raison. Evidemment, si nucléaire il doit y avoir, autant qu’il reste dans le secteur public..

    Juste un truc : le gouvernement, qui s’était mis une fraction des écolos dans la poche avec le Grenelle et autres promesses présidentielles de ne plus faire de nucléaire nouveau les a trahis.

    C’était prévisible, non ?

    A la prochaine.

    Jacques.

  42. Fabrice:
    “La revendication sociale, sur une planète ravagée par la crise écologique, ne peut plus s’accommoder des revendications matérielles qui furent de tout temps celles de la gauche.”
    Il est vrai que la droite n’a jamais eu à revendiquer quoi que ce soit concernant les biens matériels : elle les a.

  43. Patric,

    Tu vas finir par me surprendre, tu sais ? D’abord un point sur la mythologie. La droite aurait les biens matériels ? Mais la droite – mille fois hélas -, c’est aussi des millions de clampins qui ne font que rêver d’avoir un jour la Ferrari testarossa que TF1 fait miroiter devant leur nez.

    Mais passons. Au-delà, et en imaginant que tu aies raison, parce que la droite aurait les biens matériels que l’on sait – écrans plasma, télé dans les chiottes, vroum-vroum pour toute la famille -, ceux qui se réclament de la gauche devraient en obtenir autant ? Ben merde, alors. Heureusement pour moi, je ne suis pas de gauche. Bon dimanche,

    Fabrice Nicolino

  44. Bon, concernant le vin bio , j’ai découvert une petite merveille vendue comme un simple vin de table : un vin rouge dit “des jardinnettes”. Sinon , un petit merlot sympa aussi . Bref , allez à la biocoop !
    Sinon, t’as raison raton!

  45. Fabrice, ce n’est pas la gauche qui a inventé ” travailler plus pour gagner plus ” ( et consommer plus) ni les ” Français ne s’endettent pas assez”( Et comme l’a dit ( paraît-il) Margaret Thatcher : ” pour prendre le pouvoir, il suffit de promettre aux pauvres qu’ils vont devenir riches”), ce n’est pas la gauche dont les représentants à l’assemblée se font sans vergogne les agents des lobbies industriels et agricoles, que je sache, ce n’est pas la gauche qui fait la chasse aux enfants dans les écoles, ce n’est pas la gauche qui n’a de cesse de casser le service public et la sécu pour les livrer aux marchands.
    Que la gauche revendique la même chose que ce que la droite possède ( je parle des biens de consommation) n’est évidemment pas ce que j’approuve. Je le déplore itou. L’affirmation que je réfute, c’est : “La revendication sociale ne peut plus s’accommoder des revendications matérielles qui furent de tout temps celles de la gauche”. C’est certain que ce n’est pas la droite qui va le revendiquer. Pour ma part, je me félicite de n’être point de droite lorsqu’on voit la casse économique et écologique engendrée par un système – dont on vient de voir le naufrage aussitôt renfloué par l’argent public – qui laisse 80 pour cent de ceux qui en sont victimes sur le carreau et qui renvoie socialement au dix-neuvième siècle.
    Enfin, j’avais remarqué que tu n’étais pas de gauche et quant à finir par te surprendre,tu n’as pas fini : sache que je suis aussi très capable de boire de l’eau. Alors?

  46. @ pattric Notret . juste un point : comme je vous soule tous avec depuis un bon mois , je me bats actuellement dans un collectif pour lutter contre l’implantation d’un circuit de F1 qui ferait plaisir à eclestone et notre premier ministre : Mr fillon . magny-court ça te dis quelque chose ? Ca fait des années que des gens se battent sur place contre ce circuit de formule 1 mis en place sous mitterand…pour Béregovoy . Juste un exemple …là où j’habite, le projet est très fortement soutenu par des élus du PS et PC . On peut dire que tout le monde se serre les coudes ! d’ailleurs, le maire PC qui soutient Pierre bédier a déclaré : “le collectif Flins sans F1 n’est pas dénué d’une certaine idéologie” . En plus, l’hopital qui se fout de la charité !Croire en la gauche ? sans moi .

  47. Je lis avec attention ce débat et note, au-delà des nombreux clivages exprimés: droite-gauche, eau-vin, vin bio-pas bio, nord-sud, etc, etc..que Fabrice N, notre bien-aimé amphytrion, révèle son gout discret, mais certain pour un VRAI luxe et çà, çà me scie! : télé dans les chiottes!
    Top-classe!
    Patric, rends-toi, tu es cerné!
    Like leaves in the wind.
    we’re lost in the world ruled only by lies.
    Bises.

  48. Que veux-tu, c’est l’oecuménisme autour du moteur à explosion, ça transcende les idéologies, comme le foot et le nucléaire. Amen.
    PS: Sur ce circuit, l’épingle à cheveux d’adélaîde est vraiment trop casse-gueule. Mitterrand assassin, verglas complice!

  49. à Bénédicte et Patric

    Regardez bien les noms des défenseurs (ou initiateurs) de ce projet de circuit pour bagnole.. Il me semble que vous y trouverez un certain Eric Doligé, président du Conseil général du Loiret, un élu UMP qui voulait ( veut toujours ?) installer un circuit ici, en banlieue orléanaise. Ceci dit, que ce projet soit soutenu par des élus locaux ” de gauche” est sans doute regrettable, mais cela ne me fera pas changer d’un pouce : la droite, c’est ce qu’il y a de pire. Partout et toujours. Et le premier qui la ramène, je lui met dans les dents Berlusconi, Bush et l’apartheid. Patrick, tiens bon : on les aura !

  50. Marie : Moi j’ai deux télés panoramiques dans les chiottes, et j’ai deux chiottes chez moi ( été_hiver). Soit quatre écrans plats, 140 chaînes satellitaires et des distributeurs électriques de PQ dont les feuilles ( bio) comportent les effigies de différents animateurs de télé . Le réservoirs des chiottes eux-mêmes sont en cristal de Bohème et contiennent une eau si pure que des poissons tropicaux y évoluent gracieusement ( ils sont remplacés à chaque évacuation par un personnel attentionné). Pour la déco, des bas-reliefs délicatement ciselés dans l’albâtre représentent Nicolas Hulot libérant le prolétariat de ses chaînes et le guidant depuis son hélicoptère vers le nirvanà écologiste. Sobre, quoi. Mais furieusement tendance.
    PS: Non, je ne me rendra jamais.

  51. oh oh soyons clairs: ni la droite, ni la gauche pour moi vues ce qu’elles représentent et réalisent dans ce pays . Et ça ne me gène pas d’entâcher de mes mots sales Miterand . Les salades, les scandales, les paniers de crabes, saturation ! Vous avez déjà réfléchi sur la question du business de la dépollution et de l’implication de vos élus locaux quelques soient leurs mines (rouge ou bleues ?). Question pognon, les hommes sont souvent frères .

  52. Pour Jacques, Patric, Bruno et quantité d’autres,

    Je crois que la gauche, que les gauches, que toutes les gauches ont forgé avec la droite une manière de concevoir la vie sur terre. Un cadre dans lequel ces deux pôles bataillent, certes, mais d’une façon telle qu’au bout du compte,une seule et même vision désastreuse s’impose aux pions de go – noirs, blancs, rouges, bleus, on s’en fout – que nous sommes tous.
    Cette vision, c’est l’extrême puissance matérielle. C’est le pouvoir de l’homme sur tout ce qui bouge et vit. C’est l’insupportable capitalisme d’État – et sanguinaire – de la défunte Union soviétique. C’est l’insupportable folie américaine – et européenne – de consommation et de domination.

    L’arrachement fait du mal, précisément parce qu’il faut s’arracher. Un moment du rêve humain, qui s’est appelé la gauche, n’en finit pas de mourir sous nos yeux. Je ne suggère pas de rejoindre le camp des dictatures et des assassins. Je réfléchis au contraire à la manière de penser la justice dans un monde où elle s’éloigne aussi vite que meurt le vivant. Mais vous avez peut-être d’autres idées ? Elles seront toujours les bienvenues.

    Fabrice Nicolino

    PS : Buveur d’eau, Patric ? À titre personnel, je pense que tu vas trop loin.

  53. il reste une question: la réélection de Sarkozy en 2012 vous est-elle indifférente? si la réponse est non, il est assez urgent de soutenir en face de lui des gens (relativement) compétents, de désigner un (e) candidat(e) digne de ce nom. Histoire de ne pas être privé de 2e tour, cette fois-ci. On ne peut pas décemment renvoyer dos à dos gauche et droite face à la question “écologique”, car c’est bien le libéralisme, ” la main invisible du marché” qui laisse libre le fameux ” entrepreneur” de se servir sans aucun contrôle de la collectivité dans les richesses de la planète. Pour mémoire, le libéralisme n’est pas seulement une option économique, c’est avant tout une idéologie. Là-dessus, je vais me jeter un grand verre de contrex’évian.

  54. Sur la ligne de départ, pour la dernière ligne droite: à ma gauche une conduite à droite et à ma droite une conduite à gauche.

  55. Ce qui compte, c’est ce que les gens disent et, surtout, font, au-delà des étiquettes parfois trompeuses. Cela dit, éviter Sarko, ce serait plutôt bien mais, quand on voit l’état de l’opposition…

  56. @ patric, c’est le mot”relativement” qui me gêne . Parce que perso , martine , c’est pas non plus ma tasse de flotte ! S’arracher pour cerner de plus loin les probs et les régler si possible .

  57. les amis, j’ai vu un film qui m’a arraché les larmes, je dirais presque des sanglots et que vous devez aller voir (si ce n’est fait)titre :Pour un instant la Liberté Arash. T.Riahi allez-y! allez-y c’est trop fort beau et humain. JE ne raconte rien.

  58. A Bruno. Du présent compliqué au futur simplifié. Planté sur les vestiges de ce que fût la terre, une main droite serrant une main gauche sur un drapeau au fond couleur écologiste. Si pas d’accord…s’arracher et vite !

  59. Patric a écrit “car c’est bien le libéralisme, ” la main invisible du marché” qui laisse libre le fameux ” entrepreneur” de se servir sans aucun contrôle de la collectivité dans les richesses de la planète”

    non, c’est tout autant le productivisme de gauche qui nous a conduit au désastre, en réclamant sans cesse plus de richesses matérielles. Un label “antilibéral” n’y changera rien.
    J’ai honte d’avoir pendant tant d’années ajouté sans réfléchir ma voix à ses réclamations.Et aujourd’hui je veux payer ma dette envers les plus faibles, bêtes et hommes, que notre développement écoeurant a transformé en réfugiés climatiques.

  60. Il était tout de même légitime que, dans les années 60, tout le monde ait envie d’avoir une salle de bains ? Puis une machine à laver… et puis et puis… Le reste a suivi sans que nous sachions nous arrêter ni remettre ce modèle en question. Que l’on soit à droite ou à gauche.

  61. Raton,

    Je te serre la patte de bon coeur. Au fait, sais-tu que des populations de ratons-laveurs ensauvagés existent en France, en particulier dans les environs des anciennes bases américaines de l’Otan. Ce sont des échappés. Des animaux que les GI’s considéraient comme leur animal de compagnie et qui ont préféré la liberté.

    Bien à toi,

    Fabrice Nicolino

  62. Fabrice,

    La citation de Jefferson, et de source sûre, qui est très proche serait celle-là:
    “I sincerely believe… that banking establishments are more dangerous than
    standing armies, and that the principle of spending money to be paid by
    posterity under the name of funding is but swindling futurity on a large
    scale.” –Thomas Jefferson to John Taylor, 1816. ME 15:23

    Le résultat est le même: ils nous ont créé de toute pièce une crise financière globale pour mieux nous faire avaler de force leur Nouvel Ordre Mondial maudit.

    Et, mark my word, je suis extrêmement vigilant sur le vocable “réchauffement climatique”. Parlons de bouleversements climatologiques, oui. Cest un thème “très chaud” et j’espère qu’on pourra en discuter de vive voix un jour.

    En tout ca, comme par hasard, ils s’en servent aussi pour promouvoir le même “NOM”, nom de nom!

  63. Je croise parfois des gens de droite qui prétendent explicitement que pour que les pauvres aient plus que des miettes il faut prioritairement grossir le gâteau, plutôt que de vouloir, comme vouzotre de gauche, d’abord le redécouper. On ne peut être plus caricatural pour illustrer cette différence potentielle fondamentale quant à l’impact sur la biosphère.

    Bien sûr la gauche a des tares. Le productivisme en est une, furieusement partagée avec la droite; mais est-ce une tare innée ou acquise ? Je la pense acquise. Discutons-en.
    La recherche de la justice n’implique pas la société de consommation ou la folie environnementale soviétique. Or cette justice permet de se distinguer de droite ou de gauche. Comme on ne peut échapper à la question de la justice, on est forcément partiellement de gauche ou de droite. Mais c’est d’accord, c’est insuffisant. Il faut par exemple qu’en occident on apprenne à la justice à intégrer la biosphère en sus de l’humain seul, ou les générations futures. Et puis il y a des problèmes qui surgissent ça et là et on se demande comment les appréhender (par ex la puissance des manipulations/recherches scientifiques qui remettent en question ce qui nous définit comme humains).

    Les élus ou adhérents de partis dits de gauche qui s’engagent pour les projets délirants (boucle à bagnoles, EPR, …) ou qui soutiennent tout simplement la consommation matérielle sont-ils toujours de gauche ? À mon avis, non, malgré eux. Il suffit de voir qu’ils brisent la solidarité avec les autres espèces et avec les générations à venir.

  64. Pour les gens “sans papiers”, les amis, allez voir “l’Eden à l’Ouest” de Costa gavras et “Pour un instant la liberté” dont le nom du réalisateur iranien m’échappe. 2 superfilms à voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *