M.Mélenchon, la Chine et la Russie

Il est certain que je n’aime guère le parcours de ce monsieur Mélenchon, que suivent néanmoins tant d’excellentes personnes. Je n’aime pas ses années dans le groupe nommé OCI, pour Organisation communiste internationaliste, car on y pratiquait le sexisme le plus bas, la triche aux élections universitaires, la violence contre tous ceux jugés gênants, et jusqu’au refus dédaigneux de participer au mouvement de mai 1968. Je n’aime pas davantage ses 31 ans passés au parti socialiste, où il aura pu exercer les pratiques apprises plus tôt. Avant de devenir ce qu’il a toujours été : un politicien professionnel.

Mais baste ! Il est écologiste, n’est-ce pas ? Eh bien non. Il est écologiste comme Mitterrand – son héros, je le rappelle – prétendait terrasser le capitalisme. Je ne doute pas qu’une partie de lui est sincère, mais laquelle, et jusqu’où ? J’ai été une nouvelle fois frappé par ses déclarations au sujet de la Chine, et de la Russie. En octobre 2012 – neuf ans déjà -, il estimait ceci : « Je considère que le développement de la Chine est une chance pour l’humanité ». Et le voilà maintenant qui se livre à de surprenants développements « géostratégiques ».

D’abord le 20 octobre dernier, face au journaliste Jean-Jacques Bourdin, il assure que « les Chinois n’ont pas l’intention d’envahir Taïwan, mais si Taïwan se déclare indépendant, alors il est possible que la Chine, à juste titre, trouve qu’une ligne rouge a été franchie ». C’est déjà très extraordinaire, car j’ai un peu honte de rappeler que la Chine est un État totalitaire. Taïwan, par ailleurs, a une histoire fort complexe, au cours de laquelle des peuples aborigènes ont été envahis par des Chinois venus du continent. L’île a aussi été vendue au Japon en 1895 avant de redevenir « chinoise ». Dans ces conditions, pourquoi M.Mélenchon, qui ne connaît rien à la situation, prend-il le parti de la dictature en justifiant à l’avance une invasion ?

Le 11 novembre, M.Mélenchon accorde un entretien au Figaro, et déclare : «Je ne crois pas à une attitude agressive de la Russie ni de la Chine. Je connais ces pays, je connais leur stratégie internationale et leur manière de se poser les problèmes. Seul le monde anglo-saxon a une vision des relations internationales fondée sur l’agression. Les autres peuples ne raisonnent pas tous comme ça ». De nouveau, c’est très singulier. La Chine, en effet, est l’histoire même d’agressions contre les autres peuples et de conquête de territoires.

L’origine de l’expansion chinoise se situe dans le bassin intérieur du fleuve Jaune, et pendant des siècles, les guerriers chinois n’ont fait qu’avancer, ajoutant à l’Empire des provinces comme la Mongolie intérieure, la Mandchourie, le Xinjiang, le Tibet. Quant à la Russie, n’a-t-elle pas conquis l’Asie centrale, la Sibérie, le Caucase, pratiquement annexé les pays baltes ? Et ne parlons pas des pays de l’est de l’Europe après 1945, privés de liberté par la seule présence de l’Armée rouge, ou l’Afghanistan. Dans ces conditions, est-il vrai que M.Mélenchon connaît bien ces pays ?

Reposons la question : est-il écologiste ? S’il le croit, franchement, c’est qu’il est mal informé sur lui-même. Car la Chine est le plus terrible ennemi existant des écosystèmes. Bien entendu, le capitalisme, les transnationales, notre hyperconsommation de biens matériels, Macron, Biden et tous autres participent aussi à la destruction du monde. Mais la Chine pose des problèmes immédiats d’une autre nature. Une partie notable de son 1,4 milliard d’habitants veut consommer comme chez nous. Aussi stupidement. Aussi irresponsablement.

Car ce n’est possible qu’au prix d’une accélération mondiale vers le collapsus écologique. La Chine, pour commencer, ne dispose que de 9% des terres arables de la planète et doit nourrir 22% de la population mondiale. Avec de plus en plus de viande, ce qui impose des surfaces colossales de pâturages et de cultures pour nourrir les animaux. Qui n’existent pas en Chine. Telle est l’une des raisons, avec le pétrole et le gaz, qui a poussé la Chine totalitaire à s’imposer en Afrique, du nord au sud et de l’ouest à l’est, à y accaparer des terres par millions d’hectares, à y vendre massivement ses colifichets, à y construire routes, ports et chemins de fer, à câliner des élites qui connaissent de longue date le délice des comptes secrets. La Chine en Afrique ? C’est notre Françafrique des années 60, à la puissance dix.

Si vous avez le moindre doute, et si vous comprenez un peu l’anglais, je vous en prie, lisez ceci. Je n’ai pas le temps de plus détailler. Mais la Chine est partout où il est question de saloper le monde. Les forêts du Cambodge et du Laos, si uniques, sont dévastées par ses bûcherons, et tant d’autres par le monde, jusqu’en Sibérie, jusqu’au Guyana, jusqu’en France, d’où l’on expédie nos plus beaux hêtres. Le fleuve Mékong, l’une des grandes merveilles du monde, est en train de mourir, barbelé de quantité de barrages hydro-électriques dont l’énergie est aussitôt envoyée en Chine. Même l’Arctique, le fond de l’océan Arctique, avec son pétrole et son gaz, est devenu une cible.

Et cela ne suffit pas. Et cela ne suffira jamais. En dehors de la dévastation de la Grande Prairie américaine par les pionniers – et ses suites -, je ne vois guère d’équivalent dans l’histoire des hommes. Pour en revenir à M.Mélenchon, écologiste, vraiment ? Qui est incapable de comprendre le rôle si majeur de la Chine mérite-t-il le qualificatif ? Hum.

9 réflexions sur « M.Mélenchon, la Chine et la Russie »

  1. https://grain.org/fr/article/4549-qui-nourrira-la-chine-l-agrobusiness-ou-les-paysans-chinois-les-decisions-de-beijing-ont-des-repercussions-mondiales

    quel est le plus gros importateur de soja , majoritairement OGM, pour nourrir ses porcs? la Chine?
    je ne sais pas si les prévisions données dans cet article de 2007
    https://grain.org/fr/article/695-la-connexion-soja-en-amerique-du-sud
    se sont vérifiées: » Plusieurs analystes mondiaux s’attendent à ce que le Brésil devienne le plus gros exportateur d’ici à 2020, et la Chine, le plus gros importateur. »
    « la destruction de la forêt amazonienne libérera quelque 90 millions de tonnes de carbone dans l’atmosphère, assez en soi pour augmenter le taux de réchauffement climatique de 50 pour cent. »
    Les mises en garde concernant la déforestation massive de l’Amazonie sont plus que jamais d’actualité tout comme celles concernant tant d’autres saccages mentionnés dans l’article de Fabrice. Qui les entend? l’accaparement des terres et des eaux s’étend en Amérique Latine et en Afrique au détriment partout des cultures vivrières

  2. Je lis votre page dans Charlie avec ferveur, et je partage votre rage contre la société de la bagnole et la mégamachine qui nous a complètement coupés de la Nature. Mais plutôt que de vous focaliser sur JL Mélenchon, ses erreurs de jeunesse ou ses prétendus amours pour la Chine, vous feriez mieux de lire et soutenir « L’ avenir en commun ». C’est le programme de l’Union Populaire. Il s’agit de mesures concrètes, cohérentes, réalistes et radicales pour combattre le capitalisme financiarisé qui nous précipite à la catastrophe écologique et sociale. Je suis sûr que comme moi, vous y adhéreriez en grande partie. Il tient en un seul mot: insoumission.

    1. Cher Fabrice,

      Merci de votre mot. Mais je ne me focalise aucunement sur M.Mélenchon, et j’ai pris soin de dire que d’excellentes personnes le suivent. Reste que son rôle est central dans La France Insoumise, et que le rôle de la Chine dans la dévastation écologique ne saurait être surestimée. Je pense donc qu’un candidat à l’élection suprême doit rendre des comptes sur des questions d’une telle importance. J’ajoute, sans polémique je vous l’assure, que les programmes politiques ont constamment été oubliés par ceux qui les avaient pourtant signés. Regardez, vous me direz.

      Amicalement,

      Fabrice Nicolino

  3. Pour ma part, j’ai beaucoup suivi la France insoumise lors de la dernière présidentielle. Moi qui n’ai jamais suivi aucun parti, j’ai même cru enfin en tenir un. Et puis, il y a eu un meeting de Mélenchon auquel j’ai assisté ; sur la fin, il est parti dans un délire sur la conquête de l’espace et l’avenir de l’homme façon Skywalker… Là – merci à ce blog pour ce que j’y ai lu à l’époque – j’ai compris que j’avais encore à un faux-nez, qui peut-être croit lui-même
    vraiment dans son écologie à la Star Wars : mais sûrement pas moi!

  4. Parfois, je rêvais de Hulot président. Je le crois sincère et empreint de gravité sur la situation de l’Homme. Et puis son Pacte écologique, en 2007, c’était pas si bête ce qu’on y trouvait. Aurait-il été tenté ? Toujours est-il que, simple coïncidence sans doute (je n’ai aucune arrière pensée compltiste), le voilà inquiété pour une affaire de viol qui, connaissant le personnage, franchement, laisse tout à fait incrédule… Bref, mais c’est le désespoir pour 2022! Il n’y aura donc aucune personnalité pour se dresser? Je suis tellement écoeuré d’avance que même l’idée de suivre de loin la campagne m’ amertume » – ça méritait bien un nouveau verbe…

  5. Pour moi qui vit en Asie, la Chine représente effectivement une aide et un espoir. Mélenchon a raison lorsqu’il dit que la Chine ne conçoit pas l’économie en termes de guerre, et que c’est différent de la conception anglo-saxonne, dont toutes les guerres au XX siècle et jusqu’à maintenant, sans aucune exception, depuis 14-18 jusqu’au Yemen, ont eu et ont des buts économiques. Lorsque la Chine investit à la fois en Inde, au Pakistan et au Bangladesh, elle n’a pas intérêt à la guerre entre ces pays. La Chine est le seul pays qui investit dans les pays que l’OTAN a détruit, s’efforce de maintenir en état de ruine, ou s’efforce de détruire. Corée du Nord, Afghanistan, Yemen, Syrie, Venezuela, Zimbabwe, Liban, citez un pays, pas un ne manque à la liste.

    Dans un monde où le terrorisme a été imposé par l’OTAN comme la méthode militaire privilégiée, la sécurité en Asie dépend de plus en plus du calme de la Russie (qui sauve la Turquie d’un coup d’état en informant Erdogan à temps, après l’assassinat de son ambassadeur et en même temps attaque les terroristes Turcs en Syrie et en même temps investit en Turquie, ou qui donne des photos satellites du bombardement de Beyrouth après que la France refuse de donner ses photos) et des investissements Chinois, qui n’ont pas de but militaire.

    Je trouve ça rassurant.

    Alors bien sûr la Chine investit aussi dans des barrages géants, des centrales nucléaires et des mines et en cela ils suivent la vague mais on ne peut pas comparer avec les investissements de guerre comme LAFARGE qui fut le fournisseur exclusif de l’état islamique et a détruit les machines de son usine de ciment lorsque l’état islamique s’est retiré.

    La guerre c’est pas super écologique non plus…

    Vu de Kolkata…

  6. Mais sur le thème de « Mélenchon est-il écologiste? » ces discussions sur le meilleur ou le pire politicien ressemble vraiment au choix du « meilleur » poison. C’est pareil dans tous les régimes électoraux. Choisir la corde avec laquelle se pendre. Mais à tout prendre je ne voterais jamais pour un candidat « écologiste » – les écologistes électoraux en Europe sont des champions de la guerre « morale » – qui nous pendra pour notre bien, avec une corde de chanvre bio, et nous enterrera sans produits chimiques…

  7. La population de la Chine est en baisse depuis plusieurs années et cette année pour la première fois le taux de fertilité en Inde est tombé à 2, en-dessous du taux de renouvellement qui est 2,1. Il y a aussi plus de filles que de garçons qui naissent en Inde, peut-être pour la première fois. Mais la faim demeure…

  8. Nous vivons à l’époque de transition entre la période où en occident, sous l’influence de l’église (mais pas St. Paul, qui avait une notion des animaux assez proche des Bouddhistes ou des « anti-spécistes » d’aujourd’hui) la nature était pensée comme ce qui n’est pas divin et devenu à l’époque scientifique ce qui n’est pas humain, et qui survit aujourd’hui avec cette expression complexe et ambiguë, populaire chez les anthropologues, « non-humain », à la période dans laquelle nous avons déjà un pied, où la nature est conçue comme ce qui n’est pas mécanique, et donc, elle inclu les humains, elle n’est pas différentiable des humains.

    Un écologiste comme Pierre Fournier adhérait clairement à la notion moderne. Certains artistes comme Albert Dürer en avaient déjà le pressentiment (vue de la vallée de l’Arco,

    https://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:VIEW_OF_THE_ARCO_VALLEY_IN_THE_TYROL,_1495_BY_ALBRECHT_DURER_(1471-1528,_ITALY)Albrecht-Durer-View-of-the-Arco-Valley-in-the-Tyrol.jpg
    )
    et Fabrice Nicolino aussi et beaucoup d’autres, y compris un penseur comme Lucien Sfez, prenant le chemin inverse, en caractérisant ce qui est mécanique (critique de la communication, 1992) arrive à la même conclusion logique: le non-humain n’est pas la nature mais ce qui est mécanique, l’ordinateur (plus spécifiquement le logiciel).

    Mais aucun politicien ne semble avoir compris encore. Cela va à l’encontre de trop d’intérêts.

    Et bien sûr il y a toute la clique des écologistes misanthropes, de Ehrlich au WWF à la COP21 à Schmidheiny et Strong, y compris « l’écologie profonde », qui défendent becs et ongles l’ancienne notion de l’église, qui sert tant d’intérêts.

    Mais la notion moderne heureusement gagne du terrain et un anthropologue-artiste comme Alessandro Pignocchi exprime avec une éloquence joyeuse comment la notion moderne rejoint la notion très ancienne d’avant l’église.

    L’humain et la nature ne font qu’un, face à la mécanique… créée par nous humains, certes, mais pour la première fois dans l’histoire nous faisons face avec l’IA à quelque chose de véritablement non-humain, et par conséquent, réellement non-naturel, hors de la nature. « Le tautisme », le « mal absolu » comme écrivait Lucien Sfez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *