Flagrant délit sur le staphylocoque doré (ce qu’on nous cache)

On se fout de nous. Ce n’est certes pas une nouvelle bien fracassante, mais elle fera l’affaire. Une sacrée affaire, qui m’éberlue moi-même. Premier temps : un  communiqué en français de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA, selon son acronyme anglais). Le texte, daté du 26 novembre 2009 (ici), rend compte d’une enquête européenne portant sur le Sarm, autrement dit le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline. En anglais, le Sarm s’appelle MRSA (Methicillin-Resistant Staphylococcus aureus), qui n’est autre qu’une bactérie, mais ô combien redoutable : le staphylocoque doré. Pour comble, ce dernier est, dans le cas du Sarm, une bactérie mutante, qui résiste désormais à l’antibiotique qui la terrassait jadis, la méthicilline, et de plus en plus à d’autres. Aussi incroyable que cela paraisse, le Sarm aurait tué en 2005, aux États-Unis, près de 19 000 personnes, davantage que le sida (ici).

En avez-vous entendu parler ? J’en doute, pardonnez. Moi, j’ai consacré un morceau de mon livre Bidoche (éditions LLL, oui, c’est de la pub) à cette folle histoire. Pour les humains que nous sommes, l’existence du Sarm n’a rien de réjouissant, car la viande peut être contaminée par une de ces bactéries mutantes et multirésistantes qui rendent encore plus ingérable le dossier des antibiotiques. Aux États-Unis, une coalition d’ONG, Keep Antibiotics Working, s’est penchée avec le plus vif intérêt sur le Sarm. Elle a interrogé à l’été 2007 la Food and Drug Administration (FDA) sur les travaux entrepris au sujet de cette bactérie. Tout de même, 19 000 morts en une année pourraient susciter un peu d’intérêt public. Mais la FDA a bien dû reconnaître qu’elle ne s’était pas encore souciée de ce qui se passe dans les fermes concentrationnaires du pays. C’est d’autant plus dommage que tout converge vers les porcheries industrielles.

En octobre 2007, un article retentissant de la revue Veterinary Microbiology révèle des faits graves. Menée dans 20 porcheries industrielles de l’Ontario (Canada), elle montre que le Sarm est présent dans 45 % d’entre elles. Qu’un porc sur quatre environ est contaminé. Qu’un éleveur sur cinq l’est aussi. Les souches de Sarm retrouvées dans l’Ontario incluent une souche répandue dans les infections humaines par la bactérie au Canada. Et 9 millions de porcs du Canada sont importés chaque année aux États-Unis.

L’Europe n’est pas épargnée. Voyons d’abord les Pays-Bas, terre fertile, du moins en élevages industriels. En décembre 2007, une étude américaine des Centers for Disease Control établit qu’une souche de Sarm jusque-là repérée exclusivement chez les porcs est la même que celle que l’on trouve chez 20 % des humains malades. En Belgique – on se rapproche –, toujours en 2007, un autre travail, commandé par le ministre de la Santé publique Rudy Demotte, indique que, dans près de 68 % des porcheries étudiées, une souche de Sarm est présente chez les animaux. Et cette même bactérie résistante est retrouvée chez 37,6 % des éleveurs de porcs et des membres de leur famille. Or, dans une population sans rapport avec l’industrie porcine, elle n’est que de… 0,4 % !

Et en France, donc, où en sommes-nous ? Nulle part. Que fait-on du côté du ministère de l’Agriculture ? Du côté de ces innombrables agences sanitaires qu’on nous a présentées comme essentielles autant qu’exemplaires ? Du côté de l’Institut de veille sanitaire (InVS) ? De l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) ? Pourquoi aucune étude importante n’est-elle lancée sur les liens entre élevage industriel et développement foudroyant d’une maladie qui tue les hommes ?

Revenons-en au communiqué de l’EFSA, autorité européenne. Le texte français est très édulcoré par rapport au travail en anglais qu’il est censé résumer (ici). Je n’ai pas le temps d’en faire une analyse complète, et je le regrette bien. Le texte anglais commence par exemple comme suit : « Methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA) is a major concern for public health ». C’est-à-dire que le Sarm est un problème de santé publique majeur. Or il faut attendre le troisième paragraphe du communiqué français pour lire : « Le SARM représente un problème de santé publique important », ce qui n’est pas la même chose. Important n’est pas majeur.

Et tout est à l’avenant, tricoté, si l’on veut être charitable, pour ne pas affoler le monde. Si l’on veut être charitable, mais l’on n’est pas obligé de l’être. L’étude anglaise pointe ce qu’il faut bien appeler des anomalies. Sur les 24 États membres de l’Union, 7 ne signalent aucun cas de Sarm, ce qui ne se peut. On ne trouve que ce que l’on cherche, et visiblement, on n’a pas cherché. Mais les autres alignent des taux de prévalence étonnamment élevés. Souvent plus de 50 % de présence du Sarm chez les animaux étudiés.

Les autorités dites de contrôle ont-elles peur, en France, de découvrir que nos élevages industriels sont farcis de cette bactérie résistante, menaçant les éleveurs de porcs et de volaille en priorité, le reste de la population juste derrière ? Ont-elles peur une fois encore de déstabiliser un marché qui est structurellement en crise ? Ce serait d’autant plus insupportable que l’élevage industriel, si la société n’en vient pas à bout très vite, nous entraînera tôt ou tard dans une catastrophe sanitaire majeure.

Qu’attend-on ? Le désastre final ? Telle est la question que je me pose. Telle est la question que je vous pose. Pour vous aider à mettre des points sur les i, j’ajouterai que madame Catherine Geslain-Lanéelle est la directrice exécutive de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Qui est-elle ? Un haut-fonctionnaire proche de la gauche qui s’est toujours bien entendu avec la droite. J’ai eu l’occasion, dans un autre livre (Pesticides, révélation sur un scandale français, avec François Veillerette, de détailler son rôle très controversé dans l’affaire de l’insecticide Gaucho, qui tuait les abeilles par millions et milliards. Elle était alors la patronne de la surpuissante Direction générale de l’alimentation (DGAL), place-forte du ministère de l’Agriculture.

En juin passé, le journal Le Monde publiait un article vif sur l’EFSA, pour la raison que cette autorité européenne donne toujours des avis positifs sur la commercialisation des OGM. Titre de l’article en question : « Génétiquement pro-OGM ». Il me semble, il m’a semblé que je devais vous mettre au courant. Car tandis qu’on joue aux imbéciles avec le vaccin contre la grippe porcine, opportunément rebaptisée A, puis H1N1 – ni vu ni connu -, le Sarm se répand inexorablement. La raison m’en paraît limpide. Non ?

53 réflexions au sujet de « Flagrant délit sur le staphylocoque doré (ce qu’on nous cache) »

  1. Ils ne feront rien, car cela remettrait en cause le système actuel basé sur la rentabilité maximum, avec tous les risques sanitaires qu’il comporte.

  2. Les aliments industriels pour le bétail contiennent-ils des plantes génétiquement modifiées avec un gène de résistance à un antibiotique?( l’ampiciline?)
    Quid des échanges d’ADN au niveau intestinal pendant la digestion? Quid des recombinaisons possibles entre bactéries intestinales qui”récupèreraient ” ce gène de résistance?
    Tout cela n’a-t-il pas été évoqué dans le livre de H. Kempf sur les O.G.M. qui reprend des réserves déjà formulées par des chercheurs de l’institut Pasteur au début des années 1980?
    Et dans le rapport d’enquête parlementaire n°2254 tome 2 du 13 avril 2005 (J.-Y. Le Déaut)?

  3. Les autorités sanitaires ne servent à rien ou c’est tout comme. On le voit tous les jours avec la pseudo-pandémie de la grippette A H1/N1. Les autorités sanitaires francaises ou européennes, par exemple, ont des liens très étroits avec les lobbies pharmaceutiques, industriels, agroalimentaires et autres saletés du même genre, comment voulez-vous avoir confiance en eux ?
    Voici quelques liens :
    http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/
    http://docteurdu16.blogspot.com/2009/11/grippe-ah1n1v-la-fin-justifie-les.html
    Ou encore cet article ( en PDF ) :
    http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Je_vaccine_mes_enfants_.pdf

  4. etude sur soja ready round up est clair,sur mutatio n et atteinte des parois intestinales ,lesions reins,etc, du a l’ingestion des rats de ces OGM donc pour le betail idem,ils sont nourris ves OGM: de Gilles eric Seralini disponible sur le site du CRIIGEN
    Une bacterie qui mute c’est pour la vie!

    beurcckkk!!!!!!

  5. Fabrice,

    Je vais peut être vous paraitre balot de chez balot mais pourquoi ne pas créer une page “Planete sans Visa” dans Facebook, un compte dans Twitter, etc ?

    Les infos de qualité que vous distillez méritent d’être connues du plus grand nombre.

    Quand j’entre les mots clés “sarm mrsa” dans Google AddWord, c’est moins de 30 recherches mensuelles en moyenne par mois (tous pays, toutes langues).

  6. Jo,

    Merci pour le compliment, et sachez que je l’apprécie. Mais quant au reste, c’est au-dessus de mes forces. Je ne suis pas fait pour cela, tout simplement. Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  7. Bénédicte, ça ça fait vraiment plaisir !!!! J’ai mis la bonne nouvelle sur Facebook. J’avais signé la pétition plein de fois… 😉

  8. un p’tit rapel:facebook a été creé par une grande société de control et fichage pour agrandir leurs leur liste,et non par des étudiant américains(version diffusé).Il yen a qui j’entend d’ici :c’est pas grave,mais laisser et participer a ce fichage apparemment anodin diminue notre “liberté a vivre normalement”.A lire” la grande surveillance”.désolé pour le hors sujet ,mais faire l’apologie de facebook assurer 1984 pour demain .

  9. Je ne fais pas du tout l’apologie de Facebook, mais
    1° on n’est pas obligé d’y mettre n’importe quoi, visible de plus par n’importe qui
    2° pour moi, c’est un formidable moyen d’échanges et de diffusion des idées.
    C’est comme la télé (ou internet en général) on y trouve le meilleur comme le pire… Cela dit, tu n’as pas tort. Faut faire gaffe quand même…

  10. Bénédicte, belle victoire, effectivement !
    Patience et persévérance, maîtres mots dans tous combats ! Et ça fini souvent par payer ! Une belle dose d’espoir ! Merci !

  11. bravo fabrice de nous mettre au courrant,mais hier je suis allée sur le site de Jacque paltz un homme qui se rebelle contre le vaccin de la grippe etc et soit disant que l’état leur a détruit le site, en gros il l’empêche de diffuser.

    fait attention et bon courrage nous sommes tous avec toi

    sophie

  12. Une page “Planète sans visa”, c’est mieux ici que sur Facebook, au moins on n’a pas besoin de s’inscrire pour lire…

  13. bonsoir
    bravo et surtout bon courage, ce n’est pas demain que le lobby cochon va baisser les bras, soutenez la manifestation contre les porcheries industrielles initiées par le Comité de VRITZ 44

  14. Pour Fcebook, je suis comme Fabrice : ce n’est pas mon univers du tout… Par contre, si l’outil est si intéressant que ça en matière de diffusion d’une info, pourquoi ne pas envisager que ceux qui, parmi les lecteurs et contributeurs de commentaires de ce blog, sont motivés et maîtrisent l’utilisation de Facebook, puissent faire le nécessaire pour que Planète sans Visa y soit pleinement présent ? Qu’en penses-tu Fabrice ? Si des personnes motivés font tout le boulot sans trahir l’esprit de ce blog ?

  15. puce electronique sur les animaux sauvages;radars pour auto,fichage de toute sorte(carte de metro,assurance ,autre),camera partout, et tout le monde cautionne cela,virus,maladie propager par les grands groupe pour agrandire les marges;mais la liberté se tapie t’elle au pays des songes.mais mettez moi les chaines.

  16. Merci, Manuel. L’article en PDF est particulièrement convaincant – en tout cas, plus que les discours approximatifs de Mme Bachelot !

  17. Slider, en France, on a (bientôt) le fichier Périclès qui va rendre les choses encore plus faciles que “1984” en permettant d’interconnecter tous les fichiers de police et de gendarmerie, mais également les bases de données d’autres administrations – dont probablement la sécurité sociale… C’est fou non ?

  18. Patrick (P.P),

    J’ai considéré depuis le début de Planète sans visa que les textes publiés ici pouvaient être reproduits librement. Et ils le sont. Je n’ai donc pas à intervenir dans l’usage qui en est fait, dès lors qu’on en respecte l’intégrité. Bien à toi,

    Fabrice Nicolino

  19. Jo le Bug

    Comment pensez-vous que cela a été fait pour connaitre les personnes prioritaire pour la vaccination contre H1N1, sinon en regardant les fichiers de la sécurité sociale ? N’oubliez pas que les médecins sont tenus par le secret médical !

  20. tu me l’apprend jo le bug ,ce monde est triste par certain coté;a vouloir tout controlé ce monde vas devenir un enfer,en plus du probleme écologique.

  21. Le staphylocoque doré est souvent saprophyte, c’est à dire ne causant pas de maladie du fait de sa présence.
    Il est cuit avec la viande et donne très peu d’infections digestives. Il s’agit surtout d’intoxications alimentaires bénignes par les pâtisseries contaminées.
    En fait, il donne surtout des infections cutanées (comme le furoncle) , ORL et pulmonaires.
    Son danger est essentiellement sa transmission pendant une intervention, surtout osseuse ou lors d’un séjour en réanimation.
    C’est typiquement un germe nosocomial, transmis pendant les hospitalisations.
    Les infections communautaires qu’il cause sont habituellement bénignes, même si sa redoutable résistance aux antibiotiques n’en facilite pas le traitement.

  22. Pour Maroy,

    Ces informations sont intéressantes, et je vous en remercie. Mais mon article parle précisément du Sarm, c’est-à-dire d’une bactérie mutante qui résiste à de nombreux antibiotiques.

    Les articles scientifiques sur le sujet ne manquent pas. La mortalité aux États-Unis est très proche de 19 000 morts en 2005, comme je l’ai indiqué.

    Fabrice Nicolino

    http://jama.ama-assn.org/cgi/content/full/298/15/1763

    http://www.ama-assn.org/amednews/2007/11/12/hlsc1112.htm

  23. JE viens de relire l’article sur Libertés et Inernet.
    Je copie ma réponse.

    En effet c’est pas triste . Et dans la même série après avoir vu la série totalement horrifiante des Alimenteurs, version française de Food Inc, sur youtube (http://tinyurl.com/ygoj9gd), j’ai fouiné sur google et trouvé ça, également très réjouissant et pour lequel il n’y a me pas de nom officiel (biotec.ac-dijon.fr/IMG/pdf/ecoli.pdf) mais qui tue en 15 jours aux USA (voir les vidéos)

  24. Article convaincant, je vais creuser encore mais ça semble étayé… L’idée de vacciner les gens pour diminuer leurs défenses immunitaires juste au moment où se pointe justement cette saloperie?… C’est moi ou bien???

    Perso je m’attends à tout pour demain maintenant. Nous sommes rentrés dans une période d’incertitude totale dans laquelle les politiciens, banquiers et dirigeants de tout poils doivent commencer à flipper sévère du haut de leur donjon…

    Une chose est sûre, il va y avoir du sport.

  25. La vaccination ne diminue pas les défenses immunitaires, c’est le contraire 😉
    Mais elle est de peu d’utilité contre les maladies autres que celle contre laquelle on est vacciné…

  26. J’ai une fille de 39 ans qui a attrapé ce virus dans l’hôpital où j’ai accouché.
    Nous traitons le virus par la dédain et elle continue. Elle est assez grande a 39 ans pour décider ce qu’elle veut faire.

  27. Ah bon, moi qui croyait que nous étions surtout menacés par la grippe A, les polluants, les bactéries résistantes et la paupérisation de la société causeraient plus de mort. Ainsi, l’oms et le ministère de la santé, nous auraient menti à l’insu de notre plein gré.

  28. Il y a un medecin dans la salle !?
    Le Staphylocoque Dore est COMMENSALE de l’homme: on le retrouve chez 50% d’entre nous, souvent porteurs sains, la plupart du temps dans les fosses nasales ou la gorge !.. On le transmets tres facilement par aerosols (toux, postillons..) J’en etale peut-etre en ce moment meme sur les touches de mon clavier. Oui, c’est degoutant mais c’est comme ca.
    Et c’est une bacterie BENIGNE en dehors de soucis qu’on retrouve dans les maladies nosocomiales (qui sont de plus en plus nombreuses je vous l’accorde)
    Le sujet reste important et interessant, mais calmons nous un peu. Il me parait tout a fait normal de ne pas mettre cette bacterie au meme niveau de dangerosite que le virus du SIDA.
    http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/staphylocoque-dore-4351.html
    (ou vous lirez que “l’homme est le RESERVOIR NATUREL” de cette bacterie :))

  29. Qa,

    Pardonnez, mais vous exagérez en sous-entendant que les médecins sauraient, tandis que l’alarmiste de service affolerait tout à loisir du haut de son ignorance. Le fait est que les autorités américaines reconnaissent la réalité d’infections gravissimes dues au Sarm (MRSA), lesquelles auraient fait près de 19 000 morts en 2005 là-bas, soit davantage que le sida.

    Je ne sais pas, en la circonstance, qui est médecin. Mais je sais en tout cas encore lire :

    http://jama.ama-assn.org/cgi/content/full/298/15/1763

    http://www.ama-assn.org/amednews/2007/11/12/hlsc1112.htm

    Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  30. Merci pour la publication de mon commentaire cela dit 🙂
    Puisqu’il est question de lecture, dans les liens que vous citez je trouve justement: “[..] our measures of deaths represented crude, in-hospital deaths, rather than attributable mortality. It is possible that MRSA infection did not cause or contribute to some deaths.”
    Soit: “on compte les morts dans lesquels on trouve du MRSA sans savoir si la bacterie est vraiment la cause du deces”

    ou encore, plus loin:
    “[…] Furthermore, we only had test results from isolates of 864 (11.3%) of the cases reported; extrapolation of the molecular characterization to the US population should be avoided. […]”
    soit: “il faut eviter d’extrapoler nos chiffres a la population US” (je passe sur le fait qu’ils ont travaille en ville et pas en campagne etc. de toutes facons ces remarques sont dans leur rapport)

    En gros, beaucoup de reserves logiques des auteurs memes du rapport quant aux conclusions a apporter.
    Le “major problem” pouvant justement consister a cerner mieux ce phenomene, et c’est bien normal.
    Plus precisement puisque nous sommes le ‘reservoir naturel’ de cette bacterie, qui a mute recemment pour etre insensible aux antibiotiques, on en retrouve “associees” a beaucoup de deces, la plupart du temps par septicemie j’imagine, sans pouvoir dire si le staph. dore (qu’il soit resistant ou non) en soit la cause principale.

    Cependant, et pour abonder dans votre sens, je lis aussi:
    “In conclusion, invasive MRSA disease is a major public health problem and is primarily related to health care but no longer confined to acute care. Although in 2005 the majority of invasive disease was related to health care, this may change.”

    ou, dans l’autre lien:
    “MRSA is part of the bigger problem of bad bugs, accounting for only about 10% of health care-associated infections. “If we were to eliminate it, we’d still have so many more,” Dr. Jernigan said. […] Multidrug-resistant bugs like Klebsiella and MRSA have cropped up and spread practically before anyone has had the chance to examine them under the microscope, much less do anything to stop their spread. If this continues, we will return to the pre-antibiotic era.”

    En gros: la nouveaute c’est qu’on trouve desormais trace d’infections graves desormais autant EN DEHORS des soins hospitaliers qu’en leur sein, et pas que du Sarm.

    Oui, c’est vrai, a force de bombarder d’antibiotiques nous-memes ou les animaux que nous consommons, nous avons a nouveau rendu inquietantes des bacteries qui le furent moins du temps ou les antibiotiques – peut-etre la derniere grande avancee de la medecine generale – pouvaient nous en defendre.
    Et parmi celles-ci le Sarm est, forcement, le plus courant (car commensale de l’homme pour me repeter), mais peut-etre pas le plus inquietant…
    (a mon tour d’affoler les foules ?)

    Cela me fait d’ailleurs penser au concept de “bulle medicale” (comme on a eu des “bulles internet”, “bulles boursieres”, etc..) chere a certains de nos medecins, et qui semble juste et inquietante.

    Et puis, la comparaison avec les chiffres du Sida.. comment dire… pourrait signifier que celui-ci est bien traite’, tout simplement…
    Mefions nous de ce qu’on “sous-entend” (chacun son tour;) en posant cote a cote des nombres justement. (meme si l’on voit que des journalistes l’ont helas deja fait dans un article…)

    Cordialement, et en vous remerciant de votre travail et vos recherches, si si vraiment 🙂

  31. @Qa
    Sans affoler personne, il faut juste ne pas ignorer ce fait : des souches toujours plus résistantes de bactéries, du fait de l’homme et de sa consommation d’antibiotiques, emmergent. Ces bestioles sont opportunistes et peuvent, en second rideau, envahir un organisme fragilisé, par une grippe par exemple.

    Pour mieux comprendre ce qu’est la flore commensale chez l’homme et le processus de sélection que nous lui avons imposé :
    http://www.antibiotiques.org/Webtexte-Antibiotiques.htm

  32. Pour Qa,

    J’ajoute ceci : “There were 5287 infections reported in the surveillance areas during 2005; after adjusting for age, race, and sex to the US population, we estimated that 94 360 (interval estimate, 72 850-104 000) patients had an invasive MRSA infection. There were 988 reported deaths, which we estimated were 18 650 (interval estimate, 10 03022 070) in-hospital deaths subsequent to invasive MRSA infections in the United States”.

    In : http://jama.ama-assn.org/cgi/content/full/298/15/1763

    Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  33. Jo, je suis tout a fait d’accord!
    Et des organismes fragilises il y en a plein les hopitaux helas..
    (je m’excuse en passant pour l’absence d’accents a mes commentaires, je tape sur un clavier US, aux US justement..)

    Fabrice, vous citez des textes et chiffres en passant a chaque fois sous silence les reserves et tolerances meme des auteurs de ces etudes !
    Pourquoi ? Il est vrai que cela ne change pas le probleme, que Jo a bien resume, mais cela en change le ton et le contexte.
    Je ne fais a vrai dire que citer vos propres sources a mon tour!.. Il semble que cela vous irrite, mais helas cela me parait bien plus juste et honnete.

    Par exemple, le texte du Guardian que vous proposez comporte aussi cette phrase: “The ONS said the steep rise in deaths linked to Staphylococcus bacteria could be due to improved recording of superbug infections, perhaps as a result of public and political concern.”

    -> Comme vous le dites VOUS-MEME plus haut: on ne trouve que ce qu’on veut bien chercher…

    Mais, encore une fois, pour dissiper tout malentendu: je ne veux PAS dire que la nouvelle resistance de bacteries tres communes aux antibiotiques soit une mince affaire! C’est tout le contraire, c’est grave! Ca fait peur, et je sais que le personnel hospitalier en est tout a fait conscient. Ici aux US, comme en France.
    Peut-etre des efforts sont a faire pour que l’homme de la rue le soit plus.

    Ma reaction est due au fait que j’aurais apprecie que la citation de tels chiffres soit accompagnee des commentaires des auteurs meme de ces etudes quant aux precautions a prendre pour les mesurer, c’est tout.

    Et je finirai sur une note ironique en remarquant que l’on trouve finalement beaucoup d’articles (dont du Guardian! ce n’est pas rien!) sur “Ce Qu’On Nous Cache”, non?.. 😉
    (bon Ok, plus d’articles anglais ou francophones a visee internationale que francaise, d’accord, d’accord)

    Maintenant, ne m’en veuillez pas si je reste muet, je retourne au boulot.. c’est qu’on est au milieu de l’apres-midi ici…

  34. Qa,

    Vous en vouloir ? Certes non. Si je ne fais pas état de réserves dans les textes en question, qui sont très largement d’usage dans les études scientifiques – c’est le cas du texte de Jama – et même dans des journaux sérieux comme The Guardian, c’est que l’essentiel est évidemment ailleurs.

    Et l’essentiel, à mes yeux en tout cas, est qu’une bactérie multirésistante se répand à une vitesse fulgurante, et qu’elle tue un nombre considérable d’humains. Sans que rien de sérieux ne soit entrepris dans un pays comme la France. Et permettez-moi de fortement douter de l’état de préparation du personnel hospitalier français. Connaissez-vous des statistiques fiables concernant la France ?

    Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  35. Ah ça, je ne dis pas que le personnel hospitalier est “préparé” hélas, encore moins qu’il a les moyens de fonctionner correctement, mais qu’il en est conscient, c’est certain. (le Sarm a été découvert dès 1961 en Angleterre et semble ne cesser de se répandre depuis…)
    Pour ce qui est des statistiques fiables sur l’évolution en cours en France je ne pourrai pas vous aider beaucoup.

    Quoique: voici une étude rapportée récemment par le ministère de la santé lui-même qui montrerait une petite diminution des infections du Sarm en milieu hospitalier depuis qq années mais tout en demeurant un problème prioritaire:
    http://www.invs.sante.fr/display/?doc=publications/2009/infections_sarm_sante_2005_2008/index.html

    Je surfais d’ailleurs rapidement et tout simplement sur le site du ministère de la santé, et tiens donc ! que ne voilà-t-il pas que justement Roselyne Bachelot vient de faire une conférence de presse hier 9 décembre sur les maladies nosocomiales !
    http://www.sante-sports.gouv.fr/conference-de-presse-qualite-et-securite-des-soins-tableau-de-bord-2008-des-infections-nosocomiales-et-publication-des-indicateurs-de-qualite-des-soins.html

    Comme quoi on en parle quand même un peu non ? 🙂
    (enfin, oui, c’est vrai, on s’éloigne des élevages de porc là, je vous l’accorde)

    Beaucoup de documents, recommandations et feuilles de route sur ce site du ministère d’ailleurs, dont un des derniers dans lequel on peut lire le déprimant:
    “Parmi les bactéries responsables d’infections dans les hôpitaux français, la proportion de souches multirésistantes est parmi les plus élevées d’Europe. 35% de l’ensemble des staphylocoques (qui sont des germes très fréquents) isolés à l’hôpital sont résistants à la méthicilline ; environ un patient admis sur 200 a une infection à staphylocoque doré résistant à la méthicilline (cet antibiotique de la famille des pénicillines constitue le traitement de référence de ces germes).” etc. etc.
    Je vous laisse fouiller à loisir si vous ne l’avez déjà fait.

    Cependant, toujours dans un soucis de vision complète et pour ne pas perdre complètement espoir (ou affoler inutilement, excusez, un travers personnel) notons les quelques nouvelles pistes de lutte contre le Sarm, entre autres le fait qu’existent toujours des antibiotiques efficaces contre celui-ci, comme le linézolide:
    http://www.cma.ca/index.cfm?ci_id=30412&la_id=2

    ou encore que le décodage du génome du staphylocoque doré (je crois qu’il est réalisé) donnera sans doute de nouveaux outils pour le combattre, etc…
    Mais bon, de l’eau et autres fluides contaminés couleront sous les ponts avec que d’avoir à disposition de tels outils.

    Bonnes recherches!

  36. Bravo Fabrice pour votre blog, c’est ma première visite, je suis du Québec.

    Je ne sais pas si ça servirait à quelque chose de soigner (ou de tuer) les porcs contaminés au SARM, puisque de toute façon, 50% des humains sont également porteurs…

    Le problème en est un d’hygiène. Si on ne fait pas entrer le SARM dans une plaie, on risque moins d’en être gravement malade.

    Je sais que chez vous l’histoire de Guillaume Depardieu a permis de faire la lumière sur les taux d’infections nosocomiales… avec comme conséquence que les mesures entreprises pour les faire diminuer ont donné des résultats. Chez nous c’est à hauteur de 11% que nous infectons nos malades dans les hôpitaux, comparativement à 6% en France.

    Quelqu’un a mentionné dans les commentaires, la bulle médicale.

    Je vous invite à lire ceci sur mon blogue:

    http://www.resterenvie.com/blogue/?p=442

    Ou encore l’original, un texte du Dr. Dominique Dupagne:

    http://knol.google.com/k/dominique-dupagne/la-bulle-mdicale/3cicv6vyqos68/6?domain=knol.google.com&locale=fr#La_bulle_m(C3)(A9)dicale_est_pr(C3)(AA)te_(C3)(A0)_(C3)(A9)clater

    Je salue au passage vos commentateurs; leur démarche, tout comme la vôtre, démontre l’ouverture d’esprit nécessaire à l’évolution de nos sociétés.

    Bonne continuité !

  37. Désolée… le lien étrange (ci-dessus) de knol.google.com empêche de cliquer pour atteindre le but.

    Passez plutôt par le premier lien, vous pourrez cliquer sur le lien de la source.

    Désolée pour cet intermède.

  38. Certains ici disent que le staphylocoque doré est bénin. Ma grand-mère,hospitalisée à la suite d’une fracture du col du fémur, l’a attrapé à l’hopital et en est morte.
    Tellement bénin qu’on l’avait mise à part sous une tente et qu’on ne pouvait l’approcher sans masque et des gants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *