Jacques Le Goff, le Moyen Age et les funambules (gaffe !)

Il y a un post scriptum

Je pense que personne ou presque n’aurait pu faire mieux que Jacques Le Goff, dont vous trouverez plus bas une tribune publiée samedi 13 mars 2010 dans Le Monde, sous le titre : Nous ne sommes plus au Moyen Age. Le Goff est un historien de réputation mondiale, un médiéviste, c’est-à-dire un spécialiste du Moyen Age, précisément. J’ai lu, je crois, deux livres de lui. Le premier s’appelle L’imaginaire médiéval, et j’en gardé le souvenir éblouissant d’un savoir global. Je me souviens bien moins, désolé, d’un livre que Le Goff a consacré à François d’Assise, celui qui devait devenir saint. Je précise cela pour vous dire combien je respecte le savant.

Quant à la tribune du journal Le Monde, elle est pitoyable, presque pathétique. Le Goff, né en 1924, a aujourd’hui 86 ans. C’est un homme de gauche, social-démocrate comme ils le sont tous désormais. L’historien est un véritable archétype de cette génération, de ces générations plutôt qui ont cru au « progrès » des sociétés humaines, et qui continuent, par peur du vide. On compte parmi les sectateurs de cette imagerie la quasi totalité de ceux qui monopolisent la parole publique, quel que soit le domaine considéré. On les entend à la télé comme à la radio, on les lit dans les livres et sur les journaux, ils sont de droite comme de gauche. Ils croient. Ce n’est pas une honte, loin s’en faut. Le malheur est qu’ils ne se voient pas croire. Le drame est que, pour eux, c’est toujours l’autre qui est dans l’idéologie et l’indécrottable naïveté, au mieux. Eux, ils savent. Et relèguent aux marges, parfois aux gémonies, ceux qui prétendent penser autrement, et agir de même.

Voici donc la tribune de Le Goff, qui illustre à la perfection le débat absurde sur les élections régionales. D’un côté, il y a un monde qui s’engloutit en pleurant, tempêtant contre les messagers. De l’autre, dansant sur un fil au-dessus des cascades, doutant de tout mais avançant pourtant, une poignée d’olibrius. Il ne peut y avoir d’accommodement et il n’y en aura pas. Peut-être les funambules tomberont-ils à l’eau. Mais les autres seront alors noyés depuis longtemps.

Nous ne sommes plus au Moyen Age, par Jacques Le Goff

Historien du Moyen Age, j’ai consacré l’essentiel de mes recherches et de mes publications à restaurer l’image d’époque des ténèbres que la Renaissance puis l’époque des Lumières avaient donnée à cette période de notre histoire.

Le Moyen Age m’est apparu comme une époque créative et innovante qui, de la croissance agricole à Dante, en passant par les universités et les cathédrales, avait été un grand moment de la construction de notre civilisation européenne. Je n’ai pas caché qu’il présentait des manifestations d’irrationalisme tout à fait dépassées comme la peur du Diable, la peur de l’Antéchrist, ou la peur de la fin du monde.

Or je crois voir et entendre dans la plupart des médias une renaissance de ces côtés arriérés que je croyais disparus. L’écologie, la peur du réchauffement climatique engendrent des propos producteurs de transes et de cauchemars. Certes, nous devons accorder plus d’attention qu’on ne l’a fait en général dans les décennies précédentes au respect de l’environnement, et prendre des mesures de précaution face à d’éventuelles conséquences graves d’un réchauffement climatique. Il faudrait par ailleurs que ces affirmations et ces craintes soient justifiées par l’opinion de personnes compétentes, et il conviendrait que leurs propos ne soient ni déformés ni exagérés.

Puis-je souligner que les peurs qui sont ainsi suscitées d’une façon souvent irrationnelle ont pour conséquence certaine et vérifiée qu’elles frappent encore plus les populations à l’existence difficile et précaire ? L’incroyable assaut à la consommation de la viande contribue largement aux graves difficultés des agriculteurs, une catégorie sociale sur laquelle l’Europe s’est en partie fondée. Le coût élevé de l’alimentation bio écarte un peu plus les pauvres de la table des riches et rajoute aux difficultés des habitants de pays émergents chez qui la famine fait de cruels ravages.

Voilà, me semble-t-il, le type de problème qui réclame toute l’énergie des nantis : la lutte contre la faim, les maladies, la mort, pour l’équilibre social et pour la mise à niveau des pays émergents. Qu’on n’oublie pas non plus que l’excès dans la malédiction peut aller à l’encontre de son objet. Les critiques énoncées posément et rationnellement justifiées sont les plus efficaces.Comment peut-on réduire à l’écologie le programme économique, social et politique que doit présenter tout parti en démocratie ? Le souci de l’environnement ne doit être qu’un des sujets d’un programme plus large et plus profond. Cet abus me semble se rattacher à la regrettable obsession que je cherche par ces lignes à faire rentrer dans le cadre de la raison, sans pour cela rester les bras croisés devant les réels efforts que demande l’environnement. Il m’est souvent arrivé de m’insurger contre les personnes parfois éminentes qui disaient « nous ne sommes plus au Moyen Age ». Aujourd’hui, face à ces transes, j’ai envie de dire moi aussi : nous ne sommes plus au Moyen Age.

PS : la peur. La peur. Un long traité ne suffirait pas. Je me contenterai de quelques mots. D’abord, elle est humaine. Il est certain qu’elle souvent irraisonnée. Qu’elle prend chez beaucoup d’humains des formes extraordinaires, extravagantes, folles. Mais d’où vient-elle ? Telle est l’une des questions que j’aurais, moi Fabrice Nicolino, aimé poser à Jacques Le Goff. Lui préfère s’en prendre à ce qu’il nomme l’irrationnel. Lui, si fier manifestement de la conquête du monde réalisée par la raison technique, ne voit pas ce qui crève les yeux du premier observateur venu. Depuis qu’elle a triomphé – disons depuis le siècle dit des Lumières -, cette Raison a unifié le monde selon ses règles. Créé les conditions de guerres mondiales plus dévastratrices qu’aucun crime de masse de notre vieux passé « barbare ». Inventé des outillages, telle la bombe nucléaire – qui donnent la possibilité de tout anéantir. Sapé les bases d’éléments aussi essentiels que le climat lui-même. Vidé ces océans que les Le Goff du passé croyaient inépuisables. Etc, ad nauseam. Bref, la peur, quelle que soit la forme qu’elle prend et prendra, est justifiée sur le plan choisi par Le Goff lui-même. Elle peut présenter des formes déconcertantes. Elle peut paraître folle. Mais elle est aussi, profondément et malgré tout, rationnelle. Oui, nous avons bien raison d’avoir peur.

55 réponses sur “Jacques Le Goff, le Moyen Age et les funambules (gaffe !)”

  1. « Comment peut-on réduire à l’écologie le programme économique, social et politique que doit présenter tout parti en démocratie ? Le souci de l’environnement ne doit être qu’un des sujets d’un programme plus large et plus profond. »
    Jacques Le Goff est parfaitement en phase avec Europe Ecologie.

  2. Un lien intéressant : « La vie d’un truc » ou « l’histoire d’un machin » ce sont les traductions possible de « The story of stuff » le film d’Annie Leonard. Ce document d’une vingtaine de minutes nous rappelle le cycle de vie de tous ces objets que l’on consomme au quotidien sans vraiment savoir d’où ils viennent et ou ils vont. Annie Léonard explique d’une façon ludique et sérieuse comment fonctionne l’économie globale matérialiste et ses conséquences sur l’économie, l’environnement et la santé.

    http://www.dailymotion.com/video/x6urii_la-vie-d-un-truc-1-2_webcam
    http://www.dailymotion.com/video/x6ul7u_la-vie-d-un-truc-2-2_webcam

  3. C’est navrant.

    Le problème avec ces esprits sur-saturés de savoirs et à la panse bien pleine n’est même pas de penser différemment mais tout bonnement de se mettre à ressentir. Ressentir physiquement un écoeurement profond face à la destruction d’innombrables espèces, cultures, langues, diversités en tous genres. Ressentir, c’est cela qui manque.

    Ressentir et voir. Accepter de voir que l’agriculture est à genoux, que la bio pourrait être moins chère si mieux soutenue, etc., etc.

    Quant à « la mise à niveau des pays émergents » c’est à pleurer… Sommes-nous au « bon » niveau ? Pourrions-nous nous cotiser pour lui offrir « La Puissance des pauvres » de M. Rahmena et J. Robert qui en dit si long sur l’idéologie du soit-disant développement… Las.

    Quant à la lutte contre la mort, pauvre cher Jacques, elle est perdue d’avance !!! A votre âge il serait temps de le savoir. Réchauffement ou pas, nous mourrons, des Stoïciens au zazen, d’hier ou de demain, c’est notre condition. Ah cet article est à pleurer, de honte.

    Certes, les médias traitent l’écologie comme des arriérés. Mais il devrait bien savoir, le grand homme, faire la différence entre des outils de propagandes et des outils d’informations, non ?

    Oui, nous avons raison d’avoir peur, mais pas que. Et faire face à cette peur est le premier pas pour apprendre à voir. Non ?

  4. Bien les deux vidéos.
    Quant à Le Goff il confond l’obscurantisme et la compréhension par les faits du danger.
    Il me fait penser à Claude Allègre le scientiste voyou qui ne veut absolument pas dissocier la croissance et le progrés de l’humanité.

  5. Et comment se mettre en marche si on n’a pas un minimum peur? Quelle raison de changer, si on n’a pas peur? Il y a des peurs instinctives, qui permettent de survivre, et des peurs raisonnées, qui engagent à travailler à vivre – autrement.

  6. Et il y a ceux que l on délaisse qui s’entassent tous les jours, du coté de Laayoun entre autres lieux , dans des barques délabrées. Serrés les uns contres les autres, morts de peur, ne sachant meme pas nager au milieu de l Atlantique. Quelque fois les gardes cotes leur porte secour puis les entassent dans des camps, quelques fois aussi ils les ignorent et préfèrent ramasser des cadavres bien moins encombrants. Ceux là réclameront un jour en masse le droit de vivre et la peur changera de lieu et peut etre que d obscures pratiques moyenageuses ressurgiront.

  7. ceux sont des hommes qui mettent la technologie avant la vie, eux c’est l’économie le progrè ils ne conçoivent pas que la vie puisse se faire sans, et au font quand on reflechit , nous pouvons comprendre à quoi serviraient ils tous sans leur fichu pognon.

  8. C’est surtout affligeant de connerie! comme quoi on peut être universitaire, bosseur et sourd, à moins que cela ne soit à mettre sur le compte des années..Et puis avoir ce jugement sur le moyen-age..Cela prouve aussi à quel point nos ressentis peuvent être différents! et le malentendu grandissime!j’ai toujours pensé qu’il serait bien de poser la question aux personnes se définissant comme telles : « A quelle occasion, comment avez-vous pris conscience de l’écologie »? ou quelque chose dans ce genre? on aurait pas mal de surprises; car ce mot valise peut renfermer tout et n’importe quoi finalement; chez les gens d’EE combien sont réellement touchés par la fin des hannetons, l’empoisennement des abeilles (hors aspect économique), la destruction de nids d’hirondelles (ici, 123 en catimini, malgré les pourparlers de la LPO et la protection légale)etc..etc..
    en direct du moyen-age une pratique que les madrilènes combattent avec panache: chapeau!
    http://www.lastampa.it/multimedia/multimedia.asp?IDmsezione=59&IDalbum=24924&tipo=FOTOGALLERY

  9. Cher Fabrice.

    Cela fait 50 années que toutes les analyses ont déjà été correctement faites.

    Pendant combien de temps, encore, allons-nous pleurnicher sur notre triste sort pendant que la mafia globaliste continue de tout casser.

    N’est-il pas temps de déclarer « chasse ouverte à l’encontre des quelques centaines de prédateurs militaro-industriels, déments et inhumains, qui détruisent la biosphère et l’humanité?

    Ce n’est pas l’amour qui nous a plongés dans ce pétrin et ce n’est pas l’amour qui va nous en sortir!

    Et pour rebondir sur Haïti, enseveli dans les oubliettes médiatiques, afin de mieux abreuver le peuple de tous les clonés de la politique:

    « Dans son ouvrage magnifique, “The Serpent and the Rainbow”, Wade Davis montre que le vaudou était la défense magique levée par les Indigènes Haïtiens (descendus des tribus Africaines) à l’encontre des prédateurs coloniaux Français. Les manifestations de sadisme religieusement adombré, presque languissant, dans la Haïti coloniale, appartiennent à la panoplie des horreurs les plus ignominieuses qui aient jamais été perpétrées sur cette planète, assurément dans la liste des 10 premières avec 9/11.

    De même que la vaudou était dirigé à l’encontre des prédateurs des natifs Haïtiens, on pourrait dire que la magie surnaturelle de Kali est maintenant dirigée à l’encontre de l’élite fasciste globaliste. C’est la puissance de venger ceux qui ont été abusés, pollués par les potions toxiques des prédateurs, exclus et rejetés, mis au rebut. Kali elle-même est l’exterminatrice des clonés du comportement, les populations Archontifiées vivant dans la terreur de ceux qui règnent sur eux par l’entremise de la collusion victime/perpétrateur, la règle de la tromperie. Mais Matangi est spécifiquement la terminatrice de l’arnaque et l’exterminatrice des arnaqueurs, incluant ceux qui sont complices de la perpétration du mal social et qui dépassent en nombre, de loin, les stratèges, les cerveaux, les initiateurs de ce mal social. Par exemple, les prostitués des médias, les porte-paroles et les acolytes qui ont propagé, ad nauseam, la « couverture » de 9/11. Ceux qui encore aujourd’hui s’exclament sur les chaînes publiques “mais pourquoi le gouvernement nous mentirait?” alors qu’ils connaissent pertinemment la vérité.

    Toute la “puissance noire” du vaudou accumulée à Haïti, pendant des siècles, telle une toxine zombie, fut symboliquement libérée avec le tremblement de terre de janvier 2010. Et pas simplement symboliquement. Le miasme létal de la puissance du vaudou est maintenant dans l’air, porté par les vents, faisant le tour du globe terrestre, infiltrant la psyché humaine. Depuis janvier 2010, la magie du vaudou Haïtien jaillit en une effusion “atmopsychique” tout autour de la planète. Faites en comme bon vous semble. Et dansez avec, si vous en avez le coeur. » (citation du mytho-poète John Lash)

  10. Heu tous le monde parle d’obscurentisme; pourquoi c’est pas ce qu’on vis maintenant…Oui c’est vrai on sait lire; mais la manipulation de masse est-elle fort différente du moyen-age???
    Et encore; on sais lire parce qu’on est du « bon » côté!

  11. Non la manipulation est pire de nos jours, organisée, méthodique, scientifique et systématique; plus de spontanéité possible, dommage. la publicité porte haut le genre.

  12. Voilà un homme du passé qui, en effet, fait pitié.
    Tu fais bien, Fabrice d’écrire cela car c’est bien le noeud du problème à mon avis :
    « Ils croient. Ce n’est pas une honte, loin s’en faut. Le malheur est qu’ils ne se voient pas croire. »
    Or… nous croyons tous car c’est ainsi que l’Homme est fait. Eux le refusent, ils refusent l’Homme en réalité et le mutilent.

  13. Bonsoir,

    C’est du lourd,et pas forcément pour toutes les oreilles.
    Si ce post vous gène,Fabrice,effacer le.Pas de problème!

    Notre cher et si beau Monde.La science,le progrès et le système.
    Oh!Oui!Magnifique,que tout cela!

    « La science est encore insuffisante ».

    Encore heureux qu’elle ne soit qu’a ce stade la!Plus avancée,il aurait « belle lurette » que vous seriez considéré comme un robot avec des « pupuces » partout dans le corps, et faire ainsi partie du cheptel,complètement asservi a ceux qui tirent les ficelles et que certains ne voient pas.C’est pour bientôt,n’espérer pas y réchapper!

    La science et le progrès sont capablent d’envoyer des hommes sur la Lune,des satellites,mais ne sont pas aptent a concevoir une énergie propre,alors que tous les moyens sont a notre portée.Je rève!

    Il y a tellement de boutons dans les voitures actuelles que l’on s’y perd.Mis a part celui des essuis glaces,des phares,chauffage,il nous faut quoi?A la moindre panne technique,vous passer des heures au garage.L’essentiel,c’est que cela roule,le reste,c’est de la gnognotte!

    Si Tesla a détruit une partie de ses travaux,c’est qu’il savait très bien l’usage négatif qui en serait fait par les grands de ce monde.L’électricité gratuite ne rapporte rien,n’est ce pas?Haarp,machine de guerre invisible en est un bel exemple!

    Les bombes et les armes a feu!Inventer du matériel qui ne sers qu’a faire du mal.On marche sur la tête,je vous le dit!Drôle de progrès!

    L’accélérateur de particule,le CERN,voila encore une belle abhération!Une fortune!
    Pour quoi faire?
    Pour savoir comment s’est produit le Bing-Bang?Cela va nous avancer a quoi?
    Nous ne sommes pas capables de rendre les gens heureux,aujourd’hui,maintenant,a l’instant!C’est cela qui est le plus important!Un enfant meurt toutes les 6 secondes de faim,on oublie vite,quand cela ne nous concerne pas directement!

    L’avancée de la médecine a fait que les personnes en bonne santé se rendent malades a force d’ingurgiter des médicaments prescrits par leur généralistes.
    On nous rend malades,avec les pesticides,OGM,etc..et nous n’avons pas d’autres issues que de nous rendrent chez un praticien plus ou moins imposé.Dès qu’il s’agit de médecine parrallèles,naturelles,c’est le tollé général.
    Il faut bien faire marcher les Lobbies.
    Bien sûr,vous allez me dire,mais nous vivons plus longtemps.
    Je vous réponds,plus longtemps comment?
    Allongé au fond d’un lit,avec une degénérescence du genre alzheimmer ou parkison.Un cancer,du a notre mauvaise alimentation, qui vous taraude durant des années,d’hopital en soins,de soins a l’hopital pour finir comme un légume.
    Pasteur,(son accolyte),disait que le TERRAIN était tout.Le manque d’hygiene était aussi un facteur agravant pour l’époque,d’ou les nombreux décès dans la fleur de l’âge.

    Le fait de ne pas trouver de solution a certaines maladies arrange bon nombre de prédateurs financiers.
    Le sida,est sorti d’ou?Vaccination faite a l’époque sur la communauté Gay de Manhattan et en parrallèle en Afrique?Surtout n’en parlez a personne!Chuuut…passez votre chemin.

    Nous sommes empoisonnés de toutes parts et nous laissons faire.

    Une nourriture saine,une vie saine,un nid au vert,permet d’éviter bien des soucis d’ordres médicals(aux?).Une vie bien austère,pensez vous?Cela ne vous empèchera pas d’etre heureux,et de vous faire plaisir avec quelques écarts.

    Le progrès,c’est le système.Le système,c’est le progrès.Un magistral mensonge orchestré par une poignée de clampis avides de pouvoir et d’argent.

    C’est lui qui nous impose le train de vie que nous menons.Nous suivons bêtement,j’allais écrire,bêêêllement!

    Manger,dormir,boire,calin,c’est tout!Le vital!
    Nous traitons nos congénères a quatre pattes de « bêtes »,mais finalement,c’est qui les plus « bêtes »?

    Ceux qui se lèvent a l’aube pour se faire harceler par un patron en manque d’amour,puisque sa « bonne femme » s’est couchée avec un mal de crâne,étant donné qu’elle a passé toute la veille a dépenser le « pognon »de son mari,gagné sur le dos de pauvres « bougres »!

    Gardez votre science et votre progrès!
    Quels sont les essentiels?
    Le reste ne sont que fantaisies et superflux!
    Vivement que cette mascarade cesse enfin!Raz le bol!

    Personne n’a a nous dicter comment vivre.Personne n’a a nous imposer quoi que se soit!

    Le système a besoin de nous pour survivre.Sans nous il n’est rien.Sans nous,tout s’écroule,et cela provoquerait de gros dégâts.Mais a la différence,c’est nous qui aurions choisi la manière de l’abattre.Malheureusement,la majorité de personnes ne sont pas prètes pour vivre dans la disette et la privation.

    La privation de quoi d’ailleurs?La télé,le mobile,la bouffe de merde,tout ce que l’on nous impose!le Monde tel qu’il est aujourd’hui,nous en sommes tous responsables.Nous avons laissé faire,en ne nous préocupant que de notre confort personnel.C’est avant qu’il fallait bouger,raler,manifester.Il est trop tard,trop tard,pour revenir en arrière.C’est comme quand vous faites l’amour,le point de non retour a été atteint!
    Que nous bougeons ou pas,ne changera rien,la finalité reste la meme.Le hasard n’existe pas.Le fait de se rebeller,accélère le processus de CHAOS,je vous le répète!
    RESTEZ SAGES et préparez votre retrait.Vous seuls pouvez le faire.Laissez le Monde suivre sa pente descendante,il va a sa perte,vous le savez,mais protéger vous,et les vôtres en y sortant.Si vous ne trouvez pas suffisamment de courage pour le faire,vous mourrez dedans et avec!Eloignez vous des gens qui vous démolissent et qui vous considère comme des paranos.S’ils ne se rendent pas comptent de ce qui se passe maintenant,ils ne changerons pas d’avis,ou probablement que quand les évènement seront trop avancés pour prévoir un retrait au vert possible.

    Posez vous la question:pourquoi en sommes nous arrivé la?A ressentir ce que les autres ne soupconnent meme pas.Les signes,les clignotants au rouge,les magouilles secrètes,etc…

    La perception des ces signes d’alertes sont différents selon la sensibilité et les croyances.Alors,faites votre déduction vous meme!

    Certaines vidéos et autres infos circulent actuellement sur le net.Ne suivez pas,restez calme,la violence engendre la violence,elle ne fera qu’exacerber la révolte et les rancoeurs contre ce système.Laissez faire,de toute manière,il va droit dans le mur!

    Restez,malgrès tout positifs,vivez dans le partage et la droiture.Une belle expression.Un ami me disait,que tout ce qui sera donné,sera rendu.

    Si cette mascarade de pandémie n’est pas l’excuse pour empècher les gens de manifester lors de la faillite totale du système financier et si la vaccination devient obligatoire,il y a de fort risques pour que cela dégénère.Si les banques se cassent la figure,l’argent n’aura plus aucune valeur,et vous n’aurez plus accès a vos économies,pensez y!La guerre civile ne sera pas loin.
    Je ne peut que vous donner certains conseils,qui j’éspère trouverons des oreilles attentives.Le temps presse,mais surtout ne paniquer pas,cela vous porterais plus préjudice qu’autre chose.
    Commencer par vous contacter personnellement et a faire des groupes(genre groupes de survies)Pour ceux qui sont en ville,sortez en.Trouvez vous un coin éloigné,(montagne,arrière pays),de préférence avec une source,le plus éloigné de la socièté de consommation a outrance.Faites des provisions pour etre le plus autonomes possible.Eaux,denrées non périssable,médicamments,bougies,savon,ancienne cuisinière a bois,vètements solides et chauds,toilettes sèches,potager,poules,etc…c’est une sacrée logistique,mais a plusieurs c’est plus facile,si chacun met du coeur a l’ouvrage.Pensez aussi que vous pouvez etre privés d’électricité,tout est possible.Bientot vous aurez un choix a faire,la socièté actuelle opulente mais enchainés,ou la liberté,mais avec ses privations.

    Crise financière=crise sociale.
    Pandémie =crise sanitaire.
    Climat =crise alimentaire.
    Guerres,provocations,affaires douteuses dans les médias(Karachi,factures anglaises,moeurs,etc…)=déstabilations des états,loi martiale et tout ce que cela concerne de négatif.
    Si Israel attaque l’Iran,ou vice versa,nous allons tous droit au conflit mondial,et n’oubliez pas que les guerres de notre époque ne sont plus celles de nos aieux.Il suffit juste de presser sur un bouton,pour que la planète soit changée en terre brulée.
    Le chaos mondial servira le Nouvel Ordre Mondial.La population le réclamera pour etre en paix.
    Nous sommes sous l’emprise du mal,mais au bout de toutes les épreuves que nous auront a subir,il y a un Monde Nouveau et Saint.Sain dans les deux sens du terme.
    Nous n’allons pas tarder a etre fixé sur l’orientation que va prendre notre avenir.Ouvrez vos yeux et vos oreilles.

    « Se mettre au vert est impossible,il est plus difficile de se faire trouver en ville qu’a la campagne ».

    Il n’est pas question de trouver qui que se soit,mais de survie dans mes propos.
    Pensez vous que le chaos instauré,les autorités compétantes(incompétentes) n’auront pas autres choses importantes a gérer,que de rechercher les récalcitrants dans le « trou du cul campagnard ».

    Lorsque la « crise majeure » se fera sentir,les magasins alimentaires seront pris d’assaut.Une chose en entrainant l’autre.
    Les échaufourrées seront nombreuses,et les services d’ordres seront dépassés.
    Les échanges commerciaux seront bloqués ou les dépots pillés.
    Les fonctionnaires,(gaz,edf),ne pourront plus faire leur travail de maintenance.D’ou mon conseil d’autonomie.
    Les banques seront fermées,donc pas de liquide.
    Les personnes habitués a avoir tout,et tout de suite,péteront les cables totalement,si ce n’est pas déja fait.
    Plus la population est nombreuse,plus il y a des risque d’embrasement.L’effet boule de neige,cela ne vous dit elle rien?

    Irez vous,chez votre voisine,lorsque votre ventre criera famine?D’ou mon conseil de provisions et de potager.
    Avez vous un potager sur votre balcon?
    En hiver,votre chauffage électrique fonctionnera t’il?D’ou mon conseil de chauffage au bois.
    L’eau,vitale a notre survie,sera elle encore buvable sans suivi quand a sa pureté?D’ou mon conseil de source.

    Jusqu’a preuve du contraire,en temps de disettes,de guerres,ce sont les « paysans » qui s’en sont le mieux sortis,non?
    Je n’essaie que de vous préserver,vous et les autres,en vous distillant mes conseils.Je vous laisse libre en ce qui concerne leurs applications,ou pas!

    Méditer sur le mot liberté!La vraie liberté,pas le miroir aux alouettes que certains nous font avaler a longueur de journée.

    Quand les humains seront capables de s’aimer les uns les autres,sans aucune contrepartie,peut être,je dit bien peut être,notre Monde sera sauvé.
    Pour l’instant,il y a beaucoup de boulot encore…

    http://www.dailymotion.com/video/x99ng8_definition-du-mot-empathie_animals

    Pour ceux qui ont eu la patience de lire,jusqu’au bout,merci.

    J’ai omis volontairement des précisions sur les dangers pandémiques,le sujet étant trop long.Mais nous allons en revoir la truffe,la aussi ne vous faites pas d’illusions,le H1N1 n’était qu’un test grandeur nature.

    A force d’attendre il sera trop tard.
    Et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

    Quelle belle tartine,j’adore tartiner,et le comble c’est que je ne déjeune jamais!

    Amitiés,Léa.

  14. Suite a ma verve sur la science,un ami me répond,

    La science est une chose,
    son utilisation est autre chose.
    Les scientifiques ne sont pas responsbles
    des mauvaises utilisations de leur découvertes.

    Exemple :
    Personne ne connaît l’inventeur de la roue.
    Cette invention pacifique a beaucoup amélioré
    le transport des marchandises et des humains.
    Hé bien, cette belle invention a été utilisée
    pour faire des chars de guerre avec des lames
    attachées au centre des roues pour broyer
    les jambes des ennemis. Cette invention a été
    aussi utilisée pour torturer.
    L’inventeur de la roue en est-il responsable ?
    Bien sûr que non.
    Accuser la science de tous nos maux est idiot.
    Accusez plutôt ceux qui en font un mauvais usage.

    Je rétorque,

    Je n’accuse personne!
    Tu portes des lunettes?

    Les aurais tu nettoyées avec une tranche de jambon?

    Il n’est nulle part écrit de ma part quelconque accusations envers les inventeurs!

    L’inventeur de la roue,c’est le PAON!

    La nature donne toujours l’exemple,c’est ensuite aux hommes sensés d’en faire bon usage!

    Les animaux donnent toujours l’exemple!

    Méditer…

    Bises,Léa.

  15. au cours des négociations PS/EE, obtenu par la liste EE en Aquitaine (je crois) que de nouvelles études seraient menées pour la faisabilité du LGV..(EE est contre)à la question: ce n’est finalement pas grand chose, Noêl Mamère a répondu: mais nous sommes en démocratie et notre liste a fait 9, 5 p. 100. c déjà pas mal d’avoir réussi à ce compromis;

  16. Consternante tribune de Le Goff… Le seul mérite qu’elle a, le triste mérite, c’est de permettre de se rendre compte encore une fois, qu’on a pas besoin qu’accumuler un savoir immense, et une culture encyclopédique, pour faire preuve d’intelligence.

  17. @Marie. « Et puis avoir ce jugement sur le moyen-age.. » Le Moyen Âge de Jacques Le Goff se poursuit jusqu’au XIXe siècle. Donc ce n’est pas celui, plus « restreint », qui s’arrête à la fin du XVe. Par ailleurs, on peut certes lui reprocher d’avoir une vue contestable de l’époque actuelle, mais il serait malvenu d’oublier ce qu’il a fait, à la suite de Bloch et Duby, pour réhabiliter cette période qui pour beaucoup encore ne nous a laissé que ce terme idiot et encore si usité de « moyenâgeux ».
    ——————————————-
    Article de Le Goff totalement dispensable et mauvais qui plus est, mais inutile de s’en prendre à ce vieil homme de la sorte, malgré cette « sortie » navrante. Quant à dire qu’il n’a que beaucoup de savoir et peu d’intelligence, c’est ridicule. Il est juste au côté de la plaque.

  18. oui Hacène, tu as raison et ma remarque était fort superficielle; j’aime pas trop juger commeçà..Cependant si Fabrice le cite c’est qu’il a été, est encore un référent, et c au titre de l’influence qu’il a eu et qu’il a encore que son pouvoir de « nuisance » est toujours là : quand on s’appelle J.Le goff écrire que l’écologie est une peur comme d’autres irraisonnées que pouvaient avoir les gens au moyen-âge,c qd mêm grave car un tas de gens vont l’entendre et la politique se gagne par la culture.
    Sinon le moyen âge est une période très intéréssante, non? dommage qu’elle ne soit plus que dans les livres; oui, dans les monuments aussi, mais plus dans le coeur des gens; dommage que Jeanne d’Arc soit oubliée..et seulement adorée par des gens insolites rencontré un vieux berger au fin fond de la sardaigne qui l’adorait! et loin du MA plus proche de nous, idem pour Henri-Fabre, adulé…par les japonais, méconnu et oublié ici ( je parle du peuple, pas des zélites qui font des conférences sur le sujet.

  19. « Comment peut-on réduire à l’écologie le programme économique, social et politique que doit présenter tout parti en démocratie ? Le souci de l’environnement ne doit être qu’un des sujets d’un programme plus large et plus profond. »

    Quelle était la définition du terme « Écologie » au Moyen-Age ? Ceci expliquerait peut-être le discours de ce monsieur Le Goff…

  20. Hacène : concernant sa dernière tribune publiée dans « le monde » on ne peut pas dire tout de même que Monsieur Jacques Le Goff fasse preuve de grande intelligence, ni de discernement. Mais ensuite tu as raison, enfin je crois, c’est un vieux monsieur laissons le tranquille. Et certes je ne suis pas pour juger sans connaitre ni essayer de comprendre. Mais bon des fois, hop, on est un peu réactif. Et je ne doute pas que ce fameux historien eut été brillant et remarquable pour réhabiliter le « Moyen Age ».

    Mais tout de même quand on a une réputation internationale, on a la responsabilité de sa parole publique. Et dire ce qu’il dit, c’est bien l’expression d’un esprit construit sur une certaine vision du monde, une vision froide et « intellectuelle » détachée du sensible, pas vraiment intelligente et pas au fait de ce qui se passe sur le terrain. Du moins sur ce papier là.

    Après, voilà quoi…

  21. la peur et le réchauffement climatique sous la plume de Jacques Le Goff, c’est beau comme du Marcel Leroux!
    j’ai conservé dans mes archives une itw de celui-ci à la revue agriculture et environnement d’octobre 2004 sous le titre « le réchauffement climatique est un mythe! »
    AE:Tout le monde s’accorde à dire que la planète se réchauffe. Qu’en pensez-vous?
    Marcel Leroux :En me parlant de réchauffement, vous voulez sûrement me faire peur, moi qui ai vécu 40 ans en Afrique! Personnellement je souhaite que la terre se réchauffe. C’est d’ailleurs la position de la Russie, qui considère qu’un réchauffement serait bénéfique. En effet, cela nous ferait faire d’immenses économies de chauffage, et donc de matières premières comme le pétrole. En outre, nous gagnerions de larges étendues de terres cultivables en direction des régions subpolaires, comme cela fut le cas dans les années 1930 à 60.
    […]

  22. @Marie. Sa libre opinion dans Le Monde n’aura qu’une faible audience. Ensuite, elle confortera ceux qui n’avaient pas besoin de ça pour penser ainsi et n’aura aucune influence sur les autres, ou si peu.
    Pour ceux qui s’intéressent à la période médiévale, le sieur Le Goff reste une bonne lecture, tout comme Duby, pour lequel j’ai un faible. À propos de Jeanne d’Arc, d’ailleurs, on trouve une vidéo d’une quarantaine de minutes assez intéressante dans laquelle il est central.
    Quant à Fabre, est-ce si étonnant que peu de gens le connaissent. J’avoue moi-même ne pas avoir lu ses mémoires entomologiques. Et l’autre Fabre, celui de l’Aigoual, qui s’en souvient ? Et toutes les figures de ces sciences de l’environnement ? Rien n’a changé, ça n’intéresse qu’une petite fraction de la population, c’est ainsi et c’est pas bien grave. Ca devrait pas empêcher de s’émouvoir devant un paysage, une belle lumière… Ca devrait pas…

    @Sylvain. Idem ! Il pense ainsi et a bien le droit de le dire. J’imagine qu’il a d’ailleurs réfléchi un instant en écrivant ! Il pense de travers selon nous. Reste qu’au lieu de se braquer, on pourrait souligner qu’il dit  » je crois voir et entendre dans la plupart des médias… » Et ben n’en déplaise à certains, c’est pas faux. Entre ce qu’on lit ou entend dans les médias, et ce qu’on lit dans des articles de revues scientifiques, il y a parfois de la marge, et pas qu’un peu. Et internet n’est pas pour rien dans la vitesse de propagation d’informations infondées ou à corriger a posteriori (ce qui est rarement fait), même si heureusement il est aussi le véhicule d’infos solides moins partagées. C’est pas parce qu’on dit ça qu’on nie les problèmes réels. En l’occurrence, Le Goff prend tant de précautions qu’on pourrait se dire que c’est sa position intellectuelle, mais je suis de l’avis de Fabrice, c’est plutôt le reflet d’une conception du monde à dépasser, d’une conception dépassée. Pour ma part, ce qui m’interroge, c’est comment cette « opinion » est arrivée dans Le Monde. Le Goff a été sollicité par ses amis, il s’est manifesté en premier, le journal est venu le chercher ?

  23. Après avoir découvert ses idées quelques questions me viennent à l’esprit:
    -Qu’est ce qui permet le mieux de nourrir les habitants de la planète consommer moins de viande ou continuer à intensifier l’agriculture?
    -Continuer à polluer ainsi permettra t-il d’assurer les soins à l’ensemble de la population (taux de cancers chez les moins de 50 ans qui a doubler en 30 ans)
    -Comment se fait-il que les conditions des échanges commerciaux actuels n’ont toujours pas permis une amélioration de la qualité de vie du plus grand nombre?
    – Pour lutter contre l’extrême droite, les fanatismes religieux et la pauvreté qui se nourrissent mutuellement vaut-il mieux continuer ainsi en ayant une confiance aveugle envers la technologie et le commerce actuel ou réguler les échanges en taxant les produits selon les conditions environnementales et sociales de fabrication (moyen permettant aussi e financer en partie les retraites et la sécu)?

  24. Question supplémentaire
    – La crise agricole actuelle est elle due à une baisse de la consommation de viande ou à une non maîtrise de le production associée à un accroissement des marges des distributeurs?
    Si Mr Le Goff réfléchit à ces 5 questions peut être sera t-il moins ignare et naif après?

  25. Hacène a écrit : »Sa libre opinion dans Le Monde n’aura qu’une faible audience »

    Le Monde a un tirage moyen de 540000 exemplaires. C’est ce que vous appelez une « faible audience »?!

    Hacène a écrit : « Reste qu’au lieu de se braquer, on pourrait souligner qu’il dit ” je crois voir et entendre dans la plupart des médias…”

    son propos plus complet est : « Or je crois voir et entendre dans la plupart des médias une renaissance de ces côtés arriérés que je croyais disparus. L’écologie, la peur du réchauffement climatique engendrent des propos producteurs de transes et de cauchemars. »
    Marre de lire de telles inepties.

  26. A la lecture de la tribune de Jacques Le Goff, j’ai été pris d’une grande tristesse, me demandant comment l’auteur d’un livre aussi génial que « La naissance du purgatoire » pouvait-il maintenant écrire de telles inepties?
    Et je me suis dit: là, sûr que Fabrice va réagir!
    Gagné. Et j’opine à ses remarques sur la peur, sur l’irrationnel, sur la surdité récurrente de la raison… qu’il faut pourtant garder.
    J’ajouterais juste une petite chose: dire des âneries parce qu’on n’a pas assez réfléchi au sujet sur lequel on estime pouvoir donner (trop vite) un avis qu’on croit pourtant intelligent, c’est, tout bonnement, l’un des défauts les plus largement partagés. Je crois du reste que ça m’arrive aussi. Ce n’est pas forcément très grave, néanmoins, car tout le monde est perfectible. Ce qui est inquiétant, par contre, c’est que les pires sottises puissent être diffusées par un quotidien dit « de référence » quand elles sont proférées par un Jacques Le Goff, ou par un « grand éditeur » comme Plon quand elles le sont par un Claude Allègre. Si ledit journal et ledit éditeur faisaient correctement leur travail, la tribune du premier n’aurait jamais dû être publiée, pas plus que le livre du second.
    Très cordialement,
    JLLQ

  27. Raton ne faisant pas la moindre différence entre le tirage d’un quotidien et le nombre de lecteurs de tel ou tel article, on en conclue que lorsqu’il achète son journal, il le lit du début à la fin, sans la moindre omission. Bravo Raton, c’est bien.
    Par ailleurs, Raton a raison, Le Goff n’a pas fini sa phrase par trois points de suspension. Ca méritait d’être dit. Voilà qui est fait. Merci, Raton.

    NB : Raton est libre de rebondir sur chacun de mes propos, par définition captieux, n’est-ce pas ? Il se fatiguera le premier, même s’il semble opiniâtre…

  28. Arrangez-vous comme il vous plaira avec la réalité. Le quotidien Le Monde bénéficie d’un gros tirage. Chaque exemplaire est lu par plusieurs personnes. De plus la publication d’une tribune dans Le Monde est prestigieuse pour son auteur.

  29. C’est tout de meme incroyable que quelqu’un qui maitrise aussi mal ce sujet se voit offrir une tribune dans Le Monde. En effet, ce M. Le Goff, qui semble s’inquieter beaucoup de ce que la consommation de viande soit remise en cause, place en tete de liste des problemes d’aujourd’hui a regler celui de la faim dans le monde. Extraordinaire, quand on sait justement qu’il y a un lien tres clair entre la consommation de viande et la faim dans le monde
    (sachant que pour produire un kilo de viande il faut en moyenne produire 10 kilos de cereales, si tout le monde devenait vegetarien le probleme de la faim dans le monde pourrait etre tres rapidement resolu).

  30. Cette sortie inepte du grand historien Jacques Le Goff rejoint le problème général de ces gens – comme Allègre – qui sont prétexte qu’ils ont une compétence reconnue dans un domaine sont bienvenus à s’exprimer sur tout, vraiment tout, dans l’espace médiatique, et donc à sortir n’importe quelle ânerie. Que ces gens s’abstiennent de se documenter avant de parler, et que les médias même sérieux les laissent s’exprimer sans leur demander la moindre compétence est quand même un problème, quand après ça les mômes vous entreprennent sur le thème : «Mais Allègre, c’est quand même un grand scientifique, non, Papa ?» Marre…
    Pourtant je croyais que la formation universitaire (que je n’ai pas) demandait de compulser la documentation avant de s’exprimer.

  31. « liste des problemes d’aujourd’hui a regler celui de la faim dans le monde. » blablabla!! Lorsque j’avais 15 ans je vendais des crèpes pour ….La faim dans le monde! çà remonte à quelques décennies, et on parle toujours, en 2010 de régler « la faim dans le monde » alors vraiment de quoi parle-t-on? lequel de ces puissants à Davos et autre bildeberg veut-il vraiment donner le « la » pour régler la faim dans le monde? Ils ont déjà réglé le problème des banques à régler suffit comme çà? non?

  32. Marie,

    Oh,punaise!Je suis en éta
    Vous savez ce qu’est Bilderberg!
    Comment ce fait il que la presse n’en parle pas et que des journalistes notoires font la fine bouche a

  33. Excusez moi,mais le post est parti tout seul!
    Si,si,je vous promet,c’est pas une blague!
    Il se passe vraiment des choses bizarres en ce moment!

    Bref..

    Je disais,
    Oh,punaise!Je suis en état de ravissement!
    Vous savez ce qu’est Bilderberg!
    Comment se fait il que la presse n’en parle jamais et que les journalistes « notoires » font la fine bouche et marche sur des oeufs avec ce sujet.

    Nous sommes assis sur un tas de fumier d’une hauteur illimitée.
    Oh!Pas le fumier de nos campagne.Celui la est un cadeau!
    La montagne Bilderberg,mensonges et manipulations,fumier nauséabond et malheureusement inodore.

    Bien a vous,Léa.

  34. moitié minou – moitié raton, permets-moi de te serrer la patte bien amicalement.
    Oui ce genre de publication a beaucoup d’influence, que ce soit chez les faiseurs d’opinion, les journalistes, ou chez d’autres passeurs comme les universitaires qui s’appuient sur les travaux de ces « grands » historiens ou autres savants sachant nous baratiner.
    C’est marrant de les regarder s’agiter. Et de les entendre proclamer, chacun à leur façon, « ne cédons pas à la peur », « Non à la déesse Nature » (Jacques Julliard), « Je combats cette vision de la peur, de la régression et de l’interdiction  »
    (Claude Allègre), ou « gare à l’écologie millénariste! » (Jacques Le Goff).

    petite précision que je souhaitais communiquer à notre hôte. La tribune de Jacques Le Goff a été publiée dans Le Monde daté dim 14-lundi 15 avec le titre : « Nous ne sommes plus au Moyen Age, Gare à l’écologie millénariste! ». Les titres sont souvent tronqués dans leur version web. Bon, cela ne change rien, ça aggrave juste un peu le cas de notre savant historien!

  35. Raton on appelle cela « pontifier » ces gens sont des pontes.
    Il y en a d’autres qui pensent différemment..
    Avoir fait paraitre cet article est-il un signe d’allégeance du journal, ou de l’auteur? : caresser le seigneur et maitre N de Sarkozy dans le sens du poil..n’oublions pas ces paroles urbi et orbi , lors du salon des méchants péquenots-gueux, « l’environnement et tout çà..çà suffit! » ou quelque chose dans le genre. çà peut-être bêtement commercial car le sujet fait vendre.
    en tout cas les écolos se mettent du monde à dos le bateau de greenpeace a été bloqué par des pêcheurs dans le port de Dieppe, la raison étant que les pêcheurs n’apprécient pas du tout la façon dont GP parle d’eux.

  36. Le bon sens ?

    Un des problèmes, avec le « bon sens », c’est qu’il peut beaucoup différer de l’un à l’autre. Ainsi, je me sens vraiment très éloigné du « bon sens » de l’allègre bonimenteur qu’est l’auteur de « L’imposture climatique ». Ou du « bon sens » qui fait dire à certains que s’il y a du chômage, c’est parce qu’il y a trop d’immigrés. Ce genre de bon sens, non, vraiment, merci.

    Et en plus, ledit « bon » sens peut s’inverser.

    Voici ce qu’en disait Bergson :

    «Je suppose qu’un jour, vous promenant à la campagne, vous aperceviez au sommet d’une colline quelque chose qui ressemble vaguement à un grand corps immobile avec des bras qui tournent. Vous ne savez pas encore ce que c’est, mais vous cherchez parmi vos idées, c’est-à-dire ici parmi les souvenirs dont votre mémoire dispose, le souvenir qui s’encadrera le mieux dans ce que vous apercevez. Presque aussitôt, l’image d’un moulin à vent vous revient à l’esprit : c’est un moulin à vent que vous avez devant vous. Peu importe que vous ayez lu tout à l’heure, avant de sortir, des contes de fées avec des histoires de géants aux interminables bras. Le bon sens consiste à savoir se souvenir, je le veux bien, mais encore et surtout à savoir oublier. Le bon sens est l’effort d’un esprit qui s’adapte et se réadapte sans cesse, changeant d’idée quand il change d’objet. C’est une mobilité de l’intelligence qui se règle exactement sur la mobilité des choses. C’est la continuité mouvante de notre attention à la vie.

    Voici maintenant Don Quichotte qui part en guerre. Il a lu dans ses romans que le chevalier rencontre des géants ennemis sur son chemin. Donc, il lui faut un géant. L’idée de géant est un souvenir privilégié qui s’est installé dans son esprit, qui y reste à l’affût, qui guette, immobile, l’occasion de se précipiter dehors et de s’incarner dans une chose. Ce souvenir veut se matérialiser, et dès lors le premier objet venu, n’eût-il avec la forme d’un géant qu’une ressemblance lointaine, recevra de lui la forme d’un géant. Don Quichotte verra donc des géants là où nous voyons des moulins à vent. Cela est comique, et cela est absurde. Mais est-ce une absurdité quelconque ?

    C’est une inversion toute spéciale du sens commun. Elle consiste à prétendre modeler les choses sur une idée qu’on a, et non pas ses idées sur les choses. Elle consiste à voir devant soi ce à quoi l’on pense, au lieu de penser à ce qu’on voit.»

    Bref: le « bon sens » ne suffit guère à établir un jugement, car il peut tout aussi bien conduire à dire des choses intelligentes qu’à proférer des absurdités. Car le « bon sens » d’Untel n’est pas le même que celui de Trucmuche.
    C’est le « bon sens » de Jacques Le Goff, pas le vôtre, et ni sa culture, ni une analyse rigoureuse des faits, qui lui a fait par exemple écrire (lui qui n’est ni « con » ni « crétin ») que « L’incroyable assaut à la consommation de la viande contribue largement aux graves difficultés des agriculteurs. »

    Alors, avec Bergson, s’il vous plaît, méfions-nous de l’idéologie installée dans l’esprit, « qui y reste à l’affût, qui guette, immobile, l’occasion de se précipiter dehors et de s’incarner dans une chose ».

    Amicalement

    JLLQ

  37. ce qui fait le chomage c’est la concurrence sans protectionisme avec des pays à main d’oeuvre sous payée (niveau de vie plus bas, nombreuse, compétente et qui en veut, non? ; aussi des importateurs qui actuellemnt doivent se faire des fortunes.sans compter ce que j’ignore.
    Hacène? tu es de mauvaise humeur? qd mêm ce monsieur a dit une grosse bêtise non? écologie: peur irraisonné comme au moyen age (peur du diable, par ex.)c’est qd mêm une grosse connerie Non? Tu partages cet avis? et ce n’est pas mon voisin qui a dit çà c monsieur Jacques le Goff dans le journal LE Monde; et le Monde y a des tas de décideurs qui n’ont que le temps de décider qui le lisent ou le survolent; alors bon; c’est dommage qu’un tel message soit diffusé..j’aurais préféré le jardin planétaire de Gilles Clément ou le slow food de Petrini, ou terra madre; bref quelque chose de doux à la terre.

  38. 1/2 minou 1/2 raton, ce n’est pas moi qui prend l’exemple du bon sens, c’est vous qui avez écrit que vous n’aviez pas besoin de connaître quoi que ce soit à la climatologie ni même à la météorologie, parce que votre bon sens vous suffisait. Vous faites ce que vous voulez, mais je voulais juste souligner que ne s’appuyer de la sorte que sur le seul bon sens me paraît quelque peu dangereux. En plus, parler du « bon sens des incultes » (par opposition au vôtre) est alors contradictoire. On ne peut refuser le bon sens des autres parce que c’est celui des « incultes », tout en préférant le sien… et en déclarant en même temps que cela vaut mieux que le savoir. Bon, je ne vais pas chipoter, mais un peu de rigueur dans les discussions ou les raisonnements ne nuit jamais. Par ailleurs, nous ne sommes pas d’accord, non. Le bon sens des racistes n’a pas forcément quelque chose à voir avec l’inculture (terme de plus très discutable… mettons: avec le manque d’informations). J’ai bien peur que ce soit, au contraire, quelque chose d’éminemment culturel. C’est dommage, sans doute, mais c’est comme ça, ainsi que Lévi-Strauss l’a démontré il y a quelques lurettes.
    Enfin, je n’ai pas commenté la comparaison avec le garage car, si elle peut à la rigueur servir d’un point de vue pédagogique, elle ne peut en aucun cas constituer un argument (comparaison n’est pas raison) car dans ce cas de suicide, c’est UNE personne SEULE qui DECIDE de se supprimer, ce qui n’est pas du tout le cas de l’humanité (on aurait plutôt plusieurs groupes de personnes qui décident non pour eux seuls mais pour tout le monde, et non pas pour se supprimer mais pour accélérer l’augmentation de leur seul profit, quel que soit le prix à payer par la collectivité ensuite).
    Marie: oui, Jacques Le Goff a proféré une bêtise, et oui, Le Monde n’aurait pas dû la publier, et oui, d’aucuns liront cela sans plus réfléchir et en trouvant que c’est plein de « bon sens » 😉
    mais ce n’est pas une raison pour adopter des attitudes finalement comparables à celle de ceux que l’ont veut critiquer, notamment en les considérant à priori comme incultes.
    Incultes, nous le sommes tous dans des milliers de domaines, et un truc bien avec l’inculture, c’est que ça se soigne assez facilement: suffit de le vouloir.

  39. J’ai commencé à régider ce commentaire ce matin, mais n’ai pas eu le temps de le poster. Depuis, il y en a eu d’autres que j’ai survolé. Je poste donc après coup :

    « Oui Hacène. Ta perception est sûrement la plus juste. La tribune de Jacquo n’aura pas une grande audience et confortera surtout ceux qui n’avaient pas déjà besoin de ça. Ou qui n’attendent que ça. Pour le reste lisons-le si l’on veut s’intéresser à la période médiévale (je ne doute pas qu’il soit passionnant). Et surtout, consacrons notre temps à la construction d’un nouveau monde qui n’attend que nous. Ces petits échanges de commentaires sur cet article, leur lecture, me font me rendre compte que passer trop de temps sur le net à « polémiquer », c’est autant moins de temps à consacrer à la construction de sa cohérence, à servir positivement nos convictions. Nous savons tout ce qu’il faut savoir. Préparons l’avenir, fédérons nous localement, construisons le monde dans lequel nous aimerons vivre. Inscrivons notre démarche dans une énergie épanouissante, et ne nous égarons pas en alimentant des énergies, un système de pensées négatifs qui desserrent la cause. Nous sommes les acteurs du changement d’un monde qui doit relier, faire envie de part ce qu’il propose de plus… plus humain, plus ouvert, plus épanoui. Bon d’accord, ça fait très baba comme discours, mais ce me semble la seule voie qui laisse place à l’espoir ou tout moins à une résistance sur du long terme. »

  40. « …l’odorat qui fait que je sens que le diesel est UNIVERSELLEMENT PUANT ET TOXIQUE, tout ça, ce sont des foutaises! »

    ==> Exactement ! Car avec une réflexion d’un tel niveau, on peut par exemple conclure que le monoxyde et le dioxyde de carbone (inodores) sont sans danger.
    Au revoir, je vous laisse à vos certitudes.

  41. Laisse tomber mm-mr, y’a qui veulent pas voir que l’antartique fond et qu’y’a jamais eu aussi peu de banquise au pole nord que l’hiver de cette année. Tu pers ton temps, avec cela faut rien attendre.

  42. Moitié minou – moitié raton,

    Je n’ai pas eu le temps de suivre la discussion, mais votre ton me semble simplement insupportable. « Il n’y a pas de faille dans mon raisonnement », « je l’ai cassé », etc. Où vous croyez-vous ? Moi, je ne souhaite en aucun cas que Planète sans visa devienne un rendez-vous de cette sorte. J’espère être suffisamment clair.

    Fabrice Nicolino

  43. salut Fabrice !

    c’est une bonne chose de répondre à Le Goff ; mais je ne te suis pas quand tu incrimines la « Raison » ; « la raison  » ne veut pas dire grand chose quand on n’explicite pas ce dont il s’agit précisément, et, surtout, ça n’a pas grand sens de la rendre responsable des maux causés par les humains des sociétés capitalistes des derniers siècles. La raison instrumentale et amorale du capitalisme n’a en effet pas grand chose à voir avec la raison éthique, par exemple. Il me semble que tu te trompes de cible.
    Pour ma part, je pense que la raison est un outil formidable, irremplaçable à vrai dire, que ce soit contre l’irrationnel ou contre les mensonges ou les fautes de logique, les croyances infondées, etc.
    Les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui me semblent venir du capitalisme, du spécisme, du patriarcat, et non pas de la raison ; ces systèmes de domination entraînent des rapports sociaux dévastateurs, qui n’ont rien de… raisonnable, ni de… rationnel !

    bonne continuation à toi !

    yves

  44. « Les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui me semblent venir du capitalisme, du spécisme, du patriarcat, et non pas de la raison […] »

    Et le capitalisme, il vient d’où ? Il ne viendrait, pas, par hasard, de l’hypertrophie rationnelle du christianisme ? De la comptabilité chrétienne ? De la haine chrétienne envers la vie ? « se rendre comme maître et possesseur de la nature » … Descartes dit cela en tant que chrétien. En tant que chrétien qui méprise la vie, qui a peur, qui ne supporte rien… Le chrétien est faible, tout le touche, tout le pique, c’est pourquoi il détruit la vie avec ses gadgets, il ne veut vivre que dans l’au-delà…

    En se proclamant seule vérité, seule religion vraie, contrairement aux religions païennes et non prosélytes, il s’est nié lui-même. Il a ouvert la voie à sa propre contradiction, à la mise à mort du divin par l’industrialisation.

    Le capitalisme ne vient pas de nulle part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *