Chapeau, monsieur Hulot !

Sarkozy et toute la classe politique aux pelotes. On pourra toujours ergoter. Je pourrais bien entendu le faire à propos de Nicolas Hulot, dont j’ai déjà parlé ici plus d’une fois. Et à l’occasion d’une manière acide. Je me souviens d’un coup de téléphone qu’il avait donné chez moi, un matin de septembre 2008 (lire ici). Nous nous étions engueulés, sur des sujets fondamentaux pour moi, comme les nécrocarburants. Plus tard, je l’avais félicité (lire là), et tout était rentré dans l’ordre, un ordre éminemment provisoire et mouvant.

Je n’ai jamais caché que j’aime ce qu’est devenu Hulot. J’ai soutenu son évolution il y a près de quinze ans dans une presse qui lui était froidement hostile. Politis, par exemple. Je ne le connais certes pas en intime, mais nous nous croisons, oui. Et je crois que nous nous apprécions, au-delà de différences considérables. Car je vois évidemment tout ce qui peut nous séparer. L’important, le décisif en cette occurrence, c’est que cet homme est de liberté. Il n’est pas ce qu’il fut. Il n’est plus l’homme des paillettes télévisées. La crise écologique lui a dessillé les yeux, et l’a conduit sur un chemin où je peux, où je dois – tel est mon sentiment profond – lui serrer la main. Je rappelle, malgré la détestation que j’ai pour TF1, que l’émission Ushuaïa Nature est regardée par des millions de nos contemporains. Et que des messages d’une grande force et d’une vraie qualité y ont été régulièrement diffusés.

Rien que pour cette raison, j’aurais grande estime pour lui. Mais ce qui me touche le plus chez cet homme est cette capacité d’arrachement à lui-même qu’il a manifestée. Pour ce que je sais, il vient de loin, politiquement, socialement, culturellement. Le mouvement sincère d’un être fait partie des spectacles qui m’émeuvent en profondeur. Je ne cherche pas pourquoi, je constate. Et pour ce qui concerne la crise écologique, faut-il insister ? Si des millions de gens à qui, a priori, nous n’avons guère envie de parler, ne se jettent pas, tôt ou tard, dans la fournaise, nous sommes perdus. Je considère Hulot comme un éclaireur, un missionnaire.

Et maintenant, cette magnifique nouvelle. La fondation Hulot se retire de cette foutaise appelée Grenelle de l’Environnement, que j’ai conspué dès les premiers instants (ici). C’est tard ? Mon Dieu oui, comme c’est tard ! Mais au moins, c’est fait. Le misérable édifice politicien organisé par Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet s’effondre pour de bon. Car sans Hulot et les 750 000 signataires du Pacte écologique, que reste-t-il ? Une arnaque. Je serais à la place des écologistes officiels de Greenpeace, du WWF, de France Nature Environnement, j’aurais simplement honte. Car évidemment, ce sont eux, les militants de toujours, qui auraient dû mener la fronde. Et ils n’ont rien dit, rien fait. Honte !

Ce pauvre président de France Nature Environnement, Sébastien Genest, a donné il y a une poignée de jours un lamentable entretien à La Tribune (ici). Il y déclare notamment : « L’abandon de la taxe carbone n’est pas synonyme d’une remise en cause du Grenelle de l’environnement. Au contraire, l’événement taxe carbone implique une poursuite et une relance de l’esprit du Grenelle, dont le champ d’intervention est large et ne peut se résumer uniquement à cette taxe. Des tas d’autres engagements du Grenelle ont également de l’intérêt ». Pauvre garçon ! Pauvre mouvement de protection de la nature, à qui Nicolas Hulot administre une leçon tardive, mais sans appel, de courage et de lucidité. Nicolas, si tu lis ces quelques paroles, sache que je pense à toi, que je te salue, que je te félicite.

PS :  Nathalie Kosciusko-Morizet, dont j’ai dit, dont je maintiens qu’elle est une politicienne tout ordinaire, vient de déclarer son soutien à Chantal Jouanno (ici). Ah quelle rouée personne ! Elle qui sait ce que vitesse veut dire – ne s’occupe-t-elle pas d’économie numérique ? – a pris tout son temps, des jours et des jours, avant de trouver un mot en faveur de Jouanno l’esseulée. Je parie, sans preuve aucune, qu’une analyse soignée et soigneuse de carrière, appuyée sur des sondages, l’aura décidée. Sans preuve aucune, certes.

62 réflexions au sujet de « Chapeau, monsieur Hulot ! »

  1. Et que dire de Serge Orru, directeur du WWF, selon qui le Président «doit confirmer les engagements du Grenelle qu’il a pris publiquement en octobre 2007 au Palais de l’Elysée». Hahaha ! Comme le disait un autre président il n’y a pas si longtemps que ça, les engagements n’engagent que les ploucs qui y croient !

    En tous cas, on ne peut que s’incliner devant ta vision tristement prémonitoire des évènements. Chapeau, Fabrice…

  2. Ton billet me fait bien plaisir. Je ne connais pas personnellement Nicolas Hulot mais il m’a toujours semblé sympathique, malgré des divergences d’opinion et de pensée. Et d’autant plus sympathique que j’ai toujours été écoeurée par les milliers de commentaires haineux et méprisants d’une immense majorité de “bons” écolos qui fleurissent toujours, ici et là au hasard de forums et de blogs, et ce depuis que Hulot a décidé de faire entendre sa voix autrement qu’à la TV.
    Moi aussi je salue son parcours. Ce n’est ni le Messie ni un écolo de pacotille, c’est juste quelqu’un qui commence à comprendre l’urgence et qui fait ce qu’il peut pour apporter sa pierre à l’édifice, comme certains d’entre nous.
    Merci Fabrice pour ton objectivité.

  3. Il suffit de lire la lettre ouverte de la Fondation Hulot pour comprendre instantanément que ce Grenelle était une foutaise : on y parle de “développement durable” et d'”environnement”… alors que c’est de NATURE qu’il faudrait parler ! Les deux termes précédent sont synonymes, respectivement, d’hypocrisie économiste et d’anthropocentrisme, deux tares de nos sociétés largement responsables de la crise sans nom que nous connaissons à l’égard du vivant… Oui, la fondation Hulot s’est plantée… mais elle continue de le faire en utilisant ces termes qui ne sont plus pour moi que d’une époque à abolir…
    Lisez le texte, c’est très parlant :
    http://q.liberation.fr/pdf/20100329/23676_lettre-ouverte-aux-signataires-du-pacte-ecologique.pdf
    Bonne lecture à tous et… réfléchissez bien 😉

  4. la ligne de démarcation délimitant une décroissance raisonnée d’un mièvre accompagnement de l’escroquerie consumériste se situe près des intérêts obscurs de cette caste de bonimenteurs représentée par ton nouvel ami , le sieur Hulot.
    Tu excuses la tromperie du Grenelle en dédouanant les rentiers de la banque verte,les vendeurs de gadgets durables,les surfers de vagues bio. Comment te laisser aller à de tels virages incontrôlés, de telles compromissions, de tels rapprochements avec les héros de l’intrigue écolo, les acteurs des telenovelas de la défense environementale. Laisse-là les pitres du green business, qui comptent à rebours le cycle de la planète sur une rolex. Nanti parmi les nanti, Hulot n’a aucun intérêt à bousculer le sytème qui l’a élu au rang des écoutés, il est de ces révolutionnaires de la pensée des autres, un sbirre du libéralisme forcené pour qui l’abolition des privilèges,vrai raison des dérèglements planétaires,représenterait le retour à l’anonymat. La révolution de 89 n’était qu’une farce bourgeoise, on ne va pas se voiler la face deux siècles après, on n’a plus le temps.

  5. On peut quand même se demander pourquoi et comment, ces gens (éclairés, avertis, dans le circuit) ont pu croire un seul instant que tout ce cirque était sérieux? croire en cet arriviste dénué de toute vision, c marqué sur tout son être, comment ces gens avisés ont-ils pu fonder un espoir?

    bon çà pour les zélites

    quand au bon peuple s’il ne décide pas rapidement on est foutu.malgré toutes les belles, bonnes et claires paroles

  6. Il est évident que le grenelle de l’environnement n’était qu’une farce, tout écologiste lucide et sincère le savait depuis le début, et je me souviens qu’à l’époque le président de la CVN Gérard Charollois avait très bien expliqué sur son site pourquoi il ne fallait pas cautionner cette opération sarkozyenne.
    Hulot ne l’avait pas compris, ses yeux se sont dessillés bien tard, certes mieux vaut tard que jamais.
    Mais je n’oublie pas la complaisance avec laquelle il avait interrogé Sarkozy sur France 2 lors de la campagne des présidentielles.
    La veille Sarko avait tenu un discours aussi ridicule que scandaleux, faisant l’éloge des chasseurs, parlant d’eux comme de véritables écologistes indispensables au maintien des équilibres naturels!!!
    Belle occasion pour Hulot d’aborder le sujet et de pousser Sarko dans ses retranchements, mais il ne l’a fait à aucun moment.
    Ses questions avaient tout du cirage de pompes,on aurait presque pu croire que Sarko lui avait dicté avant l’émission celles qu’il devait lui poser.
    Bref, depuis ce jour je ne me fais plus aucune illusion sur Nicolas Hulot.

  7. -bonjour fabrice et aux blogeurs.

    Une arnaque. Je serais à la place des écologistes officiels de Greenpeace, du WWF, de France Nature Environnement, j’aurais simplement honte. Car évidemment, ce sont eux, les militants de toujours, qui auraient dû mener la fronde. Et ils n’ont rien dit, rien fait. Honte !
    —————————————–
    Je suis a 200 % sur le sujet.J’ai le même sentiment sur le dossier du loup en france.

  8. Prosélytisme du lobby chasse envers les enfants

    Borloo et Chatel envoient les chasseurs
    dans les écoles !
    Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

    Et hulot tu en pense quoi.

  9. Pour Bruno GENTY, le nouveau président de FNE : « l’examen, le 8 mai prochain, du texte de loi Grenelle 2, annoncé par Jean-Louis Borloo, aura valeur de test. FNE et ses associations membres attendent encore beaucoup de ce texte comme par exemple : la concrétisation des schémas régionaux air-énergie, la reconnaissance de l’agriculture à Haute Valeur Environnementale, l’opposabilité de la TVB, ou bien encore la construction de la gouvernance avec les cinq familles d’acteurs dans les territoires… »

  10. Europe Écologie monte dans les sondages, Le chien a cassé sa laisse, va-il retourné à l’état de loup ou rappliquer au premier coup de sifflet, les grenelles sont mort les loups se disputent l’empire, on ne peut pas en demander plus aux enfants de l’écologie qu’aux fils de Charlemagne.
    Qui vivra verra.

  11. Fabrice,
    J’aime beaucoup ce que tu dis sur Nicolas Hulot, surtout depuis qu’il est l’objet d’une forme de caricature que je trouve bien injuste. Un homme qui admet avoir fait fausse route, avoir été utilisé, et qui corrige, est toujours plus intéressant qu’un autre qui s’obstine. Je l’ai rencontré quelques fois et peux témoigner qu’il est totalement sincère dans son amour de la nature, et que d’avoir osé lui donner une “valeur” lorsque l’environnement n’était pas encore à la mode (politique), rien que ça, ça mérite un peu de respect. Nos désaccords ne sont que superficiels : il défend la nature pour l’Homme et je prétends, comme le dit Roger Mathieu, qu’on ne devrait pas avoir à s’excuser d’aimer la nature pour elle-même…
    Quant aux critiques que l’on peut lire ici, je lui souhaite d’y attacher la même importance que moi…

  12. Effectivement, sortir du Grenelle, il fallait oser. C’est plutôt réjouissant de voir (re)pousser quelques paires de cojones, même tardifs – si je puis me permettre…

  13. Il a fait ce que les autres organisations auraient dû faire également. On peut s’interroger en effet sur leur silence assourdissant…

  14. Fabrice,

    Dans la newsletter envoyée par la Fondation Hulot, il n’est pas question de rupture, ou de retrait, mais plutôt d’une suspension.. ce qui ne fait pas le même effet.

    Extrait : “C’est pourquoi, la Fondation Nicolas Hulot décide de suspendre sa participation aux groupes de travail mis en place par le gouvernement jusqu’à ce que des décisions fortes remettent le développement durable au cœur des politiques publiques.”

    Retenez-moi si je me trompe, toutes les options sont encore ouvertes, coté Fondation Hulot.

    Ce qui me parait sûr, c’est que le gouvernement français nous dit :”Les préoccupations environnementales ne nous concernent pas.” Sur ce point, le message est clair (il l’est pour la MEDEF en tout cas). Le CAC40 va prendre +10% en 2010 : voilà la bonne nouvelle. Ce qui est clair aussi c’est que les ressources vitales de la Terre vont se transformer en flux financiers et que personne ne semble en mesure d’arrêter cela.

    Je ne sais si c’est le Grenelle, dont tout le monde se moque depuis longtemps, ou Nicolas Hulot, qui pâti le plus de cette situation. Pour moi, c’est bien Sarko qui retire son appui à Hulot (les sondages donnent > 60% de français défavorables à la taxe carbone). Or, sans l’appui du gouvernement, Nicolas Hulot n’est plus qu’un otage des multinationales, un faire-valoir pour leur communication. Sa réaction devient normale !

    Mais ce n’est encore qu’une posture molle. Une suspension … à qui, à quoi ? S’il ne peut pas forger, maintenant, dans les actes la réalité de ses convictions, son image et sa crédibilité va terriblement en souffrir. Il doit frapper du poing sur la table. Il n’est plus temps de ménager la chèvre et le chou.

  15. @Jo le Bug
    Vous avez tout à fait raison. Les réactions et autres attitudes des personnes bien placées médiatiquement sont bien trop timorées.
    Il est grand temps de donner un grand coup dans la fourmilière.

    Pierre.

  16. Devant L’urgence planétaire, si idéaux il y a,démagogie et populisme ne sont plus admissible. Le 21 eme siècle sera frappé du sceau de l’éthique et de la déontologie ou ne sera pas.
    @Georges, l’enjeu actuel va un peu plus loin que le réseau people et les impressions qui inspirent la sympathie ou pas, alors si tout le monde veut bien prendre le temps, pour M hulot et pour relater son parcours, j’ai ça:
    http://www.pacte-contre-hulot.org/

  17. @ Jo le Bug,
    Ce que vous dîtes est (hélas) parfaitement exact : Sarko n’a jamais soutenu Nicolas Hulot ni aucun écologiste, il utilise seulement la période post électorale pour donner un bon coup de barre à droite toute et, par conséquent, se dévoiler un peu plus tel qu’il est.
    A mon avis, ce n’est pas pour ses qualités de stratège politique que Nicolas Hulot est quelqu’un d’intéressant, c’est pour avoir osé laisser germer quelques graines de passion pour la nature dans un monde où ce sujet est absent de (presque) toutes les formations et enseignements. Ensuite, qu’il se soit laissé manipuler, utiliser, tromper, c’est une autre histoire mais c’est aussi un défi dont il n’était pas dupe. Il a dû estimer que le jeu en valait la chandelle : faire entendre à beaucoup de gens des choses qui ne se disent pas ailleurs.
    Et pendant ce temps, et vous avez raison, le monde du Medef poursuit sa route…au moins provisoirement.

  18. et oui Jo,suspendu aux dons des pollueurs ou et de la droite ,il serait tant que Hulot arrête de faire des moulinets dans le vide sideral ,sa Fondation ne fait rien pour l’écologie,petites sommes minables allouées a quelques projets éducatifs pas dérangeants, sortie grenouille,genre 500€ maximum,alors ,moi je crois a ceux qui font dans la vraie vie ce qu’ils disent,et pas devant les médias ou les ors du pouvoirs,Etonné Fabrice que tu t’épanches encore sur lui,bon tu as le droit de l’aimer,mais il ne fait rien de rien que de causer,au nom de gens qu’il ne reprsente pas du tout,la fondation Hulot belle image pour les pollueurs,il serait temps qu’il bouge,il est passé par une dépression réelle et cela l’a fait prendre conscience,mais si tard,et de quoi,et je sais de quoi je parle,nous et quelques unset unes on aide financièrement les assoces de terrain et radicales sur l’Europe,sans l’aide des pollueurs ,donc libre de nos choix trés militants, et qui font bouger les choses,et navrée que tout le fric de sa fondation n’aille que dans du médiatique grand public ,dommage,mais normal puisque pas independant des grands groupes donc poings et mains lié a eux,pas libre de ces choix et ca ,c’est la réalité,alors parfois ta naiveté est etrange,il est dans une position intenable,mais il ne la quitte pas,faut bien vivre,mais il pourrait se mouiller un peu plus,et il est coupé des milieux militants et pour cause,il ne les aide pas,et il collabore avec le pouvoir qui avec les Grenellocomptatibles etaient là pour couler les derniers résistants au credo du verdissement durable ,et qui auraient eu le front de participer a cette mascarade orchestrée par Sarko et sa clique pour exterminer les derniéres forces vives et en les excluants toutes des decisions sauf ceux qui abondent dans leur sens ,dont Hulot,WWF ,FNE,il représente sa Fondation donc les pollueurs dans ces instances,alors les ceux qui passent leurs vies dans ces reunions vaseuses,je connais, sont bien suspectes de ne pas être ailleurs,tu sais bien cela,moi cet homme me rend triste,il ne quittera pas se serail ,il n’a aucun pouvoir sur rien que de causer au poste et payé par ces lobbies cela equivaut a se taire,il n’a jamais été un porte parole de rien que de ceux qui représente tout ce pour quoi la terre est devastée,je le plains,sa place est peu enviable,mais bon personne l’oblige a y rester!

  19. Quand on veut changer le monde, sauver l’homme et la planète, il n’y a pas une multitude de méthodes.
    La première consiste à agir par le bas, par la vertu de l’exemple. Montrer à ses voisins qu’on peut avoir de beaux légumes dans son jardin sans recourir aux engrais chimiques et aux pesticides illustre ce mode d’action que l’on pourrait qualifier d’horizontal.
    La seconde consiste à agir directement au sommet, à convaincre les élites de notre système pyramidal d’imposer le changement par la loi.
    Nicolas Hulot(quelque soit la sincérité de ses convictions) a choisi la deuxième voie… Avec le succés que l’on sait, pour l’instant.
    Je ne prends pas parti pour l’une ou l’autre des méthodes. L’important est d’avancer dans le bon sens.

  20. Je retire le mot, si j’ose, si je le peux encore. Évidemment, non, le courage n’a rien de masculin. Cela se saurait, d’ailleurs, or cela ne se sait pas. Je me suis piégé moi-même avec ces sons castillans qui ont tellement compté dans ma vie. Bueno, entonces, ¡Qué caradura!

    Fabrice Nicolino

  21. Che boludo ! Que manera de hablar !

    @ arkao : J’ajouterais une manière “transversale” : un changement au sein-même de la conscience de chacun.
    On ne peut pas demander à des gens qui ne respectent ni eux-mêmes, ni leurs proches, de respecter l’environnement. L’environnement le plus proche, c’est soi-même.
    Un exemple : si on parvient tant soit peu à calmer ses pensées, ses désirs, on consommera moins d’objets inutiles. Le travail sur soi a alors pour conséquence indirecte un meilleur rapport avec la nature.
    Mais peut-être ce point de vue vous semble-t-il naïf ?

  22. En avoir ou pas…

    Merci pour ta réponse pleine de franchise, Fabrice, il me semblait bien que tu ne pouvais pas cautionner cette approche caricaturale et machiste, tellement éloignée de la rupture à laquelle tu aspires. Cela passe aussi beaucoup par là, il me semble…

    Car lorsqu’on fait l’inventaire des affres dont souffre notre planète depuis bien longtemps, combien sont dues à la moitié “couillue” de ses habitants. Des guerres aux problèmes environnementaux, des viols aux abus de pouvoir, la plupart de ces forfaits leur reviennent.
    Et on continuerait à célébrer le culte douteux des possesseurs de “cojones” ?

    Quiconque a vécu personnellement un accouchement sait de quel côté se situe le vrai courage et la vraie humilité.Il n’y a vraiment pas photo !

  23. Bonjour.

    Depuis que j’ai lu,”Gaines de possibles. Regards croisés sur l’écologie” En livre de poche.Le bouquin de pierre RABBHI en collaboration avec Niclas HULOT.Ce bouquin date de 2005.

    Il est certain, qu’a partir de ce moment,

    j’ai pensé que N.HULOT S occupait sincèrement

    D’une écologie essentiellement basée sur les

    valeurs de la beauté et de la sobriété,de la

    compassion et de la solidarité.

    A vous lire. YVES

  24. J’ai toujours trouvé que Nicolas Hulot, bien que conscient des problèmes écologiques, ce mettait un peu le doigt dans l’oeil au niveau des solutions. Par sa culture, il a une fois non mesurée dans la technique. Pour faire simple, dans “graines de possible”, je suis plutôt du coté Rabbhi que du coté Hulot. La solution ne peut être dans la technique, mais dans la mesure.
    Néanmoins, et même si ils consomment des litres de pétrole, les constats effectués par nos deux “écolos voyageurs” (très clairs et assez exhaustifs) et diffusés sur des supports très grands publics, ne peuvent être que positifs.
    Les associations qui défendent encore aujourd’hui le grenelle tentent désespérément et médiocrement de garder la petite parcelle de pouvoir qu’on a bien voulu leur accorder. Hulot leur a ouvert la porte, aujourd’hui il la claque, les laissant à l’intérieur, faire joujou avec leurs maîtres… Bien vu Nicolas. Là ou je mets un bémol, c’est que Hulot ne s’appuie que sur l’abandon de la taxe carbone (son bébé), alors que le renoncement est sur tous les fronts. Même l’ADEME, après son OPA sur l’environnement, est lâché par le maître… Au théatre des guignols de l’environnement, tout le monde a perdu, mais au moins c’est clair.

  25. @ Emmanuel

    Tout à fait d’accord avec la troisième voie “transversale”, que j’essaye d’ailleurs de mettre en oeuvre au quotidien.

  26. @ YANN. Je fais parti des signataires de la charte COLIBRI. Je ne t’apprends rien sur leurs démarches.

    Il faut essaimer. essaimons, aissaimons…..et laissons Allegre et les stériles politicards.
    Mais je fais encore de l’utopie.

    A vous lire. Yves.

  27. Merci Yves, ça me parle car je suis aussi un très modeste apiculteur, je n’ai que deux ruches enfin je crois, j’ai l’impression que une est morte cet hivers. Vu la température je ne l’ai pas encore ouverte.
    Au plaisir de vous lire.

  28. Bien que je partage les critiques, souvent très dures, concernant Nicolas Hulot, et que l’on puisse être sceptique sur la décision qu’il vient de prendre, il me semble nécessaire de lui accorder quelque crédit et d’attendre la suite. Il y a tellement d’hommes et de femmes, comme l’a rappelé Fabrice à plusieurs occasions, qui, de révolutionnaires purs et durs, après moult renoncements et reniements, sont devenus de véritables renégats et de détestables conservateurs, qu’il serait intéressant de voir quelqu’un parcourir le chemin inverse.

  29. Pour Ourse,

    Mais basta ! Sérieusement, basta ! Moi, je sais qui tu es, mais les autres, non. Il se trouve que, t’abritant derrière un pseudonyme – c’est bien ton droit -, tu te lances dans des attaques ad hominem, comme celle qui vise Franck Laval. Et tu voudrais que je publie ? Et puis quoi, encore ? Planète sans visa, je radote comme un petit vieux, n’est pas un dégueuloir. Tes commentaires sont absolument les bienvenus, à la condition qu’ils respectent des règles élémentaires de savoir-vivre et de savoir-parler ensemble.

    Et sinon, il y a d’autres lieux sur le net.

    Fabrice Nicolino

  30. Oy Sancho mi vida! (ne le prends pas mal, tu n’es pas ma vie, juste une façon amicale de parler). Ben oui, le courage est habituellement féminin c’est archi connu – on peut donc fraternellement le saluer quand il s’incarne chez un homme… Comme ce n’est pas perceptible sur l’écran, je le précise : c’était et c’est un zeste d’humour. Est-ce encore possible ? Brrr ces zécolos tâtillons et si parfaits !!! Et le pied de la lettre il est quoi, masculin ? féminin ? Hasta !

  31. Quand J’ai écrit ce mot je n’avais pas lu le petit billet de Fabrice.
    Il m’ a devancé

    Bonsoir . A vous lire. Yves

  32. @ Yann Guignabert

    Rien à voir avec le sujet du blog, mais en rapport avec l’apiculture. Les ruches de type Warré avec leurs variantes sont ce qu’il y a de mieux pour les abeilles; on peut les recommander à ceux qui débutent en apiculture.

  33. Belle présence Eva. Mais que penser de Nicolas Hulot qui a la ferveur des média. Je pense à l’Abbé Pierre, a-t-il signé avec quelques grandes entreprises pour introduire ses valeurs. L’ÉTHIQUE, la foi en ce que l’on croit. Se recentrer.

  34. Homme ou femme, bof, il y a des idiots partout et de hommes bons comme le pain et d’horribles nanas cachée derrière leur fard.

    si vous voulez garder le moral n’allez surtout pas consulter le dossier des verts et écolos (1986-1995…)versé aux archives départementales; je ne comprends vraiment pas comment çà peut encore marcher sur ce mode-là; sauf egotomisation et lobotomisation généralisées.

    “je radote comme un petit vieux”, mais non, Fabrice.
    c’est qui Frank Laval?

  35. Pendant ce temps-là en coulisses..on s’active

    L’Europe des industriels n’est pas en panne
    Dans un article paru le 24 mars, le Corporate Europe Observatory (CEO) [1] examine la proposition de nouvelle stratégie décennale de l’Union européenne, présentée aux chefs d’Etat et de gouvernement lors du sommet européen du 25 et 26 mars 2010.

    Le verdict est sans appel : La Commission remet une fois de plus une copie sur mesure pour les grands groupes européens. Le message est clair, et pourrait se résumer ainsi : « big business as usual ». La stratégie Europe 2020 reprend en effet les grandes lignes de la « Vision 2025 » de la Table Ronde des Industriels européens (la douce invention du Vicomte Davignon) [2]. Les Dessous de Bruxelles reviennent sur cette stratégie qui promet des lendemains qui chantent…tout l’article ici:

    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/l-europe-des-industriels-n-est-pas-72560

  36. Marie…

    Franck Laval, breton parisien autant qu’écologiste de naissance s’engage très tôt dans l’action. A 14 ans déjà, il créé un comité de soutien aux révoltés de la réserve indienne de Wounded Knee aux Etats-Unis. Dès 1977, sa participation active aux manifestations anti-nucléaires lui vaut quelques ennuis judiciaires, et c’est dans l’organisation internationale “Les Amis de la Terre” qu’il milite alors de façon permanente. Il co-organise notamment le plus grand rassemblement écolo jamais connu en France ni en Bretagne: Plogoff en 1980. Toujours au début des années 80 ,sa grève de la faim aux côtés des objecteurs de conscience lui vaut cette fois des ennuis de santé! Il pense à cette époque que les choses peuvent être changées par l’action politique. Il est alors responsable chez les Verts puis à Génération
    Ecologie . C’est en sortant définitivement du milieu politique dans lequel les écologistes s’étaient engouffrés et, selon lui, perdus, qu’avec quelques amis il crée Ecologie sans Frontière en spécialisant l’association dans le combat juridique.

    Léa.

  37. @Lea, Le lien sur l’article que tu as balancé est à gerber. La taxe carbone est faite pour faire raquer les pollueurs,les grosses industrie tu vois,de notre planète. Pour ce qui est du citoyen il payera à la auteur de ses moyen et l’enjeu du truc c’est que cette taxe soit redistribué pour aider à ce que tout le monde puisse s’isoler, se chauffer, se mouvoir etc.. en polluant moins.
    Et si au lieu d’appeler ça la Taxe carbone, j’appelle ça la CCE: la Contribution Climatique Écologique. Ça passe mieux non? Alors pourquoi appeler ça la taxe? A qui profite le crime?
    Le medef avec Sarko remercient le type qui a pondu cet article sur agoravox. Et en plus les commentaires que ça génère.Bon j’me calme j’vais allé me fumer une clope à défaut d’autre chose.
    Bises à tous.

  38. Un rapport de Greenpeace démontre qu’une entreprise américaine peu connue du grand public, Koch Industries, va jusqu’à surclasser ExxonMobil dans le domaine du financement des climato-sceptiques ces dernières années : De 2005 à 2008, les subventions attribuées par Koch aux groupes qui huilent la « machine à nier le dérèglement climatique » sont de 9,1 millions de dollars pour Exxon, contre 24,9 millions de dollars pour les fondations contrôlées par Koch.

    Koch Industries, dont le siège social est situé au Kansas, est un vaste conglomérat d’entreprises opérant principalement dans le secteur de la pétrochimie. Avec des revenus annuels estimés à 100 milliards de dollars, Koch Industries est présente dans près de 60 pays et emploie 70 000 salariés. La plupart des activités de cette multinationale sont méconnues du grand public, à l’exception de quelques produits commercialisés en France tels que les cotons DemakUP®, le papier-toilette Lotus® ou encore les textiles synthétiques Lycra®.

    http://www.greenpeace.org/raw/content/france/presse/dossiers-documents/Kock-industries.pdf

  39. Désolé René, le dernier post était pour toi.
    Et puisque le sujet c’était Hulot, mais que le nerf de la guerre c’était la taxe carbone, j’ai retrouvé dans mes papiers,relaté par Libé, les déclarations de notre président de retour du G20 en Avril 2009,qui narre avec forces et mérites son intervention:
    «Obama est un esprit subtil, très intelligent et très charismatique. Mais il est élu depuis deux mois et n’a jamais géré un ministère de sa vie. Il y a un certain nombre de choses sur lesquelles il n’a pas de position», assure Nicolas Sarkozy. Et il «n’est pas toujours au niveau de décision et d’efficience», dont lui-même ferait preuve. Exemple : la taxe carbone. Compte rendu, version Sarkozy, de son échange avec Obama sur le sujet : «Je lui ai dit : “Je crois que tu n’as pas bien compris ce qu’on a fait sur le CO2. Tu as fait un discours, il va falloir des actes.” Le pack énergie-climat que j’ai fait adopter sous la présidence française [de l’Union européenne, ndlr] prévoit en 2020 une baisse de 20 % des rejets de 1990. Nous, en Europe, il y a des sanctions contre les Etats et les entreprises. Lui, il s’engage seulement à revenir au niveau de 1990 et il n’y a pas de sanction.»
    Bonne nuit à tous. Yann

  40. Bonjour à tous.
    De mon côté je n’est jamais cru a la politique de ns, borloo, sur l’environnement.
    Quand on sais qu’il reçu nihous, 15 jours aprés sont élection, puis d’être nomé a la tête des élus de montagne.
    Puis tous les cadeaux électoraux.La gauche n’est pas mieu sur le sujet écologique, ces pour cela je demande a europe écologique de bougé les lignes dans le domaine.Sinon ils seront pour moi des démagos.

  41. Léa, merci pour les précisions sur F. Laval, je n’avais jamais entendu parler de son action. Notre époque a la mémoire courte, on le sait, mais du côté de l’écologie, il y a vraiment un gouffre… Connaissez-vous de sites ou des livres retraçant l’histoire de l’écologie en France ? En Europe ? Merci. Eva

  42. Merci léa d’avoir répondu à ma question existentielle et angoissante: mais qui est Frank Laval!

    pour répondre (en partie) à eva il existe un monsieur nommé Roland de Millner qui possède une très belle “bibliothèque de l’écologie”; fut un temps les ouvrages étaient consultables à Gap dans locaux municipaux; quelques péripéties plus tard et pour le moment et à ma connaissance, ce lieu n’existe plus et ces documents sont rangés dans de nombreux cartons en attendant un nouveau lieu.
    Sinon, “les amis de la terre toscane” ont inauguré la première bibliothèque de l’écologie à Florence, en ligne leur catalogue comporte 37 références françaises .

    http://www.amicidellaterratoscana.it/biblioteca-ambientale.html

  43. Merci Marie, je ne connaissais pas celle de Florence mais celle de Gap car nous avons modestement soutenu son déménagement mais… Gap c’est bien loin pour consulter des ouvrages. Tu as raison, c’est à Mr de Miler que je vais demander de me conseiller un ouvrage. Eva

  44. @ Eva :

    Merci pour cette petite mise au point… féminine ! Ouf, c’était donc bien du second degré… Et toc, pour l’écolo-tâtillon que je suis peut-être, mais je l’ai un peu cherché !

    Au sujet de l’histoire de l’écologie, Fabrice pourra te renseigner bien mieux que moi, mais au cas où cela t’intéresserait Wikipédia propose un dossier assez fourni sur le sujet.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l'écologie

    Hasta luego !

  45. Je vous trouve bien tendre avec Hulot. Il n’a pas découvert le cynisme de Sarko vis à vis de l’écologie la semaine dernière. Jusque-là, il s’en arrangeait tout à fait.

    Il a été la caution écologique de Chirac puis de Sarko, deux hommes qui n’ont jamais brillé par leur engagement en faveur de l’environnement.

    Rappelons qu’Hulot a sillonné la planète en avion et en hélico pendant des années (il continue de le faire d’ailleurs), il a fait le Paris Dakar… Bien sûr, on a le droit de faire des erreurs et de changer. Mais ce n’est pas son cas.

    Son émission Ushuaia était sponsorisée par Rhone Poulenc, sa fondation l’est aujourd’hui par Loréal, son dernier film par EDF, je ne vois pas où est l’évolution. Il est toujours l’ami des grands pollueurs. D’ailleurs, il ne les dérange pas, il n’est absolument pas perçu comme le poil à gratter qu’il pourrait (devrait) être.

    Nicolas Hulot, c’est vraiment “Faites ce que je dis, pas ce que je fais”. Il a trop de visages pour qu’on voit clair en lui. Et vue sa popularité, c’est bien dommage.

  46. On peut critiquer la starisation de Hulot, sa collusion avec le monde économique et politique. N’empêche qu’il a réussi à faire de l’écologie un enjeu populaire.
    C’est vrai qu’il revient de loin… J’ai lu son autobiographie “Les chemins de traverse” : l’affranchissement du milieu aristocratique dont il est issu est sans doute la plus belle aventure qu’il ait menée ; sûrement bien plus passionnante que les voyages en Papouasie ou au Tibet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *