Ce nucléaire qui nous tant menés en bateau

Le nucléaire ruine la France après lui avoir constamment menti. On cherche en ce moment un remplaçant au P-DG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, et on ne le trouve pas, car la place ressemble désormais à une bombinette. Oh, Dieu du ciel, quelle arnaque. En mars 1974, ce grand corniaud de Pierre Messmer, Premier ministre d’un président mourant – Pompidou -, responsable de tueries de masse jamais dénoncées au Cameroun à la fin des années Cinquante, annonce un vaste plan. Il s’agit d’investir 100 milliards de francs de l’époque en dix ans, de manière à construire un parc unique au monde de plus de 50 nouveaux – il en existe alors 6 – réacteurs nucléaires.

Qui a décidé dans notre dos à tous ? La (presque) secrète commission PEON, farcie d’ingénieurs des Mines, qui savaient construire du pouvoir concentré, qui leur appartiendrait pour une relative éternité. Ces gens-là promettaient la Lune, une énergie surabondante, pratiquement gratuite à terme, qui ferait de la France, comme l’annonça Giscard d’Estaing dans ces termes, une Arabie saoudite de l’électricité.

Le temps a passé et la totalité de ces salauds a échappé à tout jugement, tout procès, aidés par une presse servile, achetée par des centaines de pages de publicité payées par Cogema, puis Areva, puis Orano, sans oublier bien sûr EDF. L’échec est si vaste, si irrémédiable que l’État français, ultralibéral pourtant, vient de renationaliser EDF, perdant cette fois 10 milliards d’euros de notre bas de laine, après l’annonce d’une perte colossale de 5,3 milliards d’euros au premier semestre 2022. Si EDF était privée, les amis, cela fait beau temps que la clé aurait été placée sous le paillasson. On parle d’une dette qui approcherait pas à pas de 50 milliards d’euros que l’entreprise n’a aucune chance de rembourser avant la saint-glinglin. D’autant que les essais d’EPR – les réacteurs de nouvelle génération – sont un puits sans fond, tant à Flamanville (Normandie) qu’en Finlande. Ce qui n’empêche le lobbyiste Macron de lancer, dans une fuite en avant totale, la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France. L’aventure, c’est l’aventure. L’aventure, c’est fun, quand c’est la société qui paie contre sa volonté.

Il faut vraiment que la société soit en catalepsie pour accepter de tels désastres annoncés. Cela durera-t-il ? Mystère. En 2011, j’ai eu le bonheur d’écrire 40 articles sur le nucléaire dans Charlie. Pour un hors-série que je vous joins ci-dessous. Je n’ai pas tout relu, et il est probable qu’il y a des scories et des erreurs. Mais tel qu’il est, ce document disait la vérité pendant que tant d’autres, savants comme tout, répétaient boniments, approximations et mensonges. Vous, je ne sais, mais moi, ça me fait réfléchir un peu.

PS du 1 août 2022 :

Dans ma précipitation à finir ce texte avant d’aller me coucher – tout arrive -, j’ai oublié bien des choses. Car je n’ai pas parlé de la situation actuelle des réacteurs nucléaires de France. La moitié d’entre eux – sur un total de 56 – sont à l’arrêt. Pour cause de maintenance ou…de sécheresse, qui abaisse le débit des fleuves et empêche le refroidissement des centrales.

Ce n’est pas tout. Le parc actuel est une ruine. On avait promis une durée de vie des réacteurs de trente ans, mais évidemment, on a changé d’avis en route. Plusieurs fois. D’abord trente et même vingt-cinq ans. Ensuite un peu plus. Puis quarante ans. Puis cinquante. Et l’on parle désormais de soixante. Or ces si vieilles choses se fissurent et posent problème. L’hiver prochain sera rude, à cause du gaz jusqu’ici importé de Russie, mais aussi, bien qu’on ne le dise pas, de l’incurie crasse des responsables du nucléaire.

Dans l’état de panique qui est le leur – le gouvernement ne TROUVE pas de successeur au patron d’EDF Jean-Bernard Lévy, touché par la limite d’âge -, il faut avant toute chose camoufler l’état des lieux. Opportunément, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient d’accorder à EDF un surprenant blanc-seing pour « gérer » les graves phénomènes de corrosion constatés dans les centrales les plus vieilles.

Et ce n’est pas tout. Le démantèlement des centrales débranchées est une farce macabre, de Brennilis – réacteur « d’essai » dans les monts d’Arrée (Bretagne) – à Superphénix, dans l’Isère. C’est une bombe à retardement technique, économique, écologique, politique. Qui pèse son poids de dizaines, voire de centaines de milliards d’euros. Les nucléocrates au pouvoir s’en tapent, ils ne seront plus là pour assumer les conséquences de leurs actes.

Et ce n’est pas tout : la question des déchets n’est nullement réglée. Ces pauvres ingénieurs, si minablement ingénieux, entendent imposer leur loi à des menaces qui brilleront de leurs mille feux pendant des centaines de milliers d’années.

Bon, cette fois, stop.

N’oubliez pas le cadeau ci-dessous.

Sortez de la paille, descendez des collines*

Est-il spectacle plus écœurant que celui de cet été 2022 ? Hier, et c’est désormais simple rituel, on apprenait que le jour du Grand Dépassement tombait cette année le 28 juillet. Je rappelle ce que cela signifie : la Terre crée chaque année un certain volume de richesses biologiques. Pas plus, pas moins. Cette biocapacité est aussitôt dévorée par une humanité devenue folle, singulièrement depuis que la révolution industrielle d’il y a 250 ans lui a donné des moyens matériels sans cesse croissants, qu’elle ne peut d’aucune manière mener.

Quand tout ce qui pouvait l’être a été cramé dans tant d’aventures absurdes, il ne reste plus que la bête, qui ressemble chaque jour davantage à un squelette. À partir de ce 29 juillet, on se paie donc sur la carcasse. Les activités humaines s’en prennent aux réserves. À ce qui reste. Aux équilibres fondamentaux. Pour les cinq mois qui viennent.

Les journaux annoncent donc, comme à la parade, que « la planète vit à crédit ». Même un quotidien comme Le Monde. Or cette expression est d’une rare sottise, car en matière d’écologie scientifique, il n’est aucun crédit possible. Ce qui est pris est pris, et concourt au désastre en cours. Aucune dette de cette sorte ne sera jamais remboursée. Au reste, elle est absolument inchiffrable.

Comme si cela ne suffisait pas, on apprend cet après-midi que la mer Méditerranée est en train de bouillir. Elle aussi connaît sa canicule, beaucoup plus longue que ce qui se passe en surface, en France pour ce qui nous concerne. Bien sûr, ce n’est qu’un mot, car elle ne bout pas. Mais sa température dépasse de 6,5° ce qu’elle est normalement à cette saison. Et sur de très larges surfaces. À ces dimensions, les mots manquent, car bien sûr, nous voici confrontés à des temps apocalyptiques. La mer Méditerranée est un immense mouroir. Un cimetière sans sépultures. Nul ne sait encore qui survivra à cette tuerie organisée, mais une chose est certaine : c’est hors de contrôle. Ce que l’on peut faire ? Rien.

C’est ailleurs, c’est autrement que l’on peut agir. Revenons au spectacle. En France, il prend des aspects pathétiques. Par exemple, la Nupes, censée être l’opposition écologiste à ce sinistre monsieur Macron, se fout totalement de ces informations pourtant décisives. Elle se bat ces jours-ci pour une augmentation du pouvoir d’achat et une réduction du prix de l’essence à la pompe. Ce n’est pas seulement absurde, c’est directement criminel. Car en résumé, le pouvoir d’achat, dans le monde tel qu’il va, c’est des émissions de gaz à effet de serre. Mélenchonistes, ne criez pas avant d’avoir lu le texte que j’ai publié il y a quelques semaines, très court, qui figure au pied de celui-ci. J’y montre sans difficulté qu’il est une tout autre façon de parler aux pauvres de ce pays, qui permettrait de relier efficacement combat écologique et justice sociale. Mais voyez-vous, ces gens s’en moquent bien. Ce qui compte, c’est leurs tripatouillages à l’Assemblée nationale, qui commencent à faire penser à la Quatrième République défunte.

Bien entendu, il n’est plus qu’une seule voie, celle d’une révolte essentielle. Celle d’une rupture totale, qui envoie au diable toutes les formes politiques anciennes. Toutes. Toutes. Est-ce bien clair ? Comme j’ai créé le mouvement des Coquelicots en septembre 2018, je me sens une responsabilité. Ce surgissement a été un beau moment, qui a conduit à des centaines de rassemblements mensuels – jusqu’à 850 – partout en France. Pour l’interdiction des pesticides. En défense de la beauté du monde. Oui, je sens comme un devoir. Et les idées ne me manquent pas, par chance. J’espère vivement que vous en entendrez tous parler si j’y réussis, mais l’échec ne me serait pas souffrance. Car que cela vienne de moi ou de tout autre, ou de tous autres, cela ne change rien à la nécessité absolue de combattre ce monde. Et ses si nombreux défenseurs.

Je crois que les temps sont mûrs pour que lève une pâte sans aucun précédent connu. La crise de la vie a-t-elle jamais, au cours de la longue aventure humaine, été aussi grave ? Bien sûr que non. Nous y sommes. C’est l’heure. Oublions le reste, car il n’y aura bientôt plus de reste. Révoltés, jeunes et vieux, sortez les fusils pacifiques de vos cachettes mentales et pointez-les dans la bonne direction. Un seul mot de reconnaissance : vivant. Vivants.

VIVANTS

*Extrait du Chant des partisans, qui permit à quelques milliers de refusants armés de continuer à croire dans l’avenir, quand il était minuit dans le siècle.

Un article mien publié en mai 2022

Comment parler aux smicards ?

Puisque c’est comme cela, parlons des législatives. Je me dois de préciser un point pour éviter des lettres pénibles de lecteurs. Je suis pour la distribution radicale des richesses, et il m’arrive de rêver encore d’un monde sans Dieu, ni César, ni tribun. Je me souviens très bien de ma mère, gagnant seule, pour elle et ses cinq enfants, quelque chose comme 800 francs par mois au début de 1968. Si donc quelqu’un a envie de me (mal)traiter, qu’il tienne compte de ces mots.

Et maintenant, voyons ensemble cette revendication de la gauche désormais unie : 1400 euros nets pour le smic mensuel. Qui pourrait être assez salaud pour écrire que c’est trop ? Hélas, le problème n’est pas celui-là. Du tout. D’abord, la question de la justice est universelle. Elle concerne aussi bien le sous-prolétariat français que les milliards de gueux de la planète, dont cette gauche ne parle jamais. Jamais. D’un point de vue planisphérique, les pauvres de chez nous sont les riches du monde. Ça embête, mais c’est un fait qui n’est pas près de disparaître. Que quantité d’immondes aient beaucoup, beaucoup plus, n’y change rien.

Donc, dès le premier pas, considérer le monde réel, et pas notre France picrocholine. Ensuite, réfléchir à cette notion largement utilisée dans les années 70, et malheureusement disparue : l’aliénation. Par les objets. Par la possession frénétique d’objets matériels qui déstructure l’esprit, rompt les liens de coopération, enchaîne dans une recherche jamais comblée de choses. Lorsque je tente de voir les êtres et leurs biens avec mes yeux d’enfant, je me dis fatalement que « nos » pauvres disposent de béquilles dont nous n’aurions jamais osé rêver : des bagnoles, des ordinateurs, des téléphones portables. Moins que d’autres ? Certes. Mais cette route n’en finira jamais.

À quoi sert de distribuer de l’argent dans une société comme la nôtre ? Même si cela heurte de le voir écrit, une bonne part de ce fric irait à des objets ou consommations détestables, qui renforcent le camp de la destruction et du commerce mondial. Qui aggravent si peu que ce soit le dérèglement climatique. Je crois qu’on devrait proposer tout autre chose. Un gouvernement écologiste, pour l’heure chimérique, s’engagerait bien sûr auprès des smicards.

Il s’engagerait aussitôt, mais en lançant un vaste plan vertueux. On créerait un fonds abondé sur le coût pour tous des émissions de gaz à effet de serre. L’industrie paierait, mais aussi le reste de la société, à hauteur des moyens financiers, bien sûr. Ce fonds garantirait à tous les smicards – et donc à leurs enfants – l’accès permanent à une alimentation de qualité, bio, locale autant que c’est possible. À un prix décent, c’est-à-dire bas.

Ce serait un merveilleux changement. La santé publique en serait sans l’ombre d’un doute améliorée. L’obésité, cette épidémie si grave, régresserait fatalement, ainsi que le diabète et tant d’allergies. Quant à l’industrie agroalimentaire, elle prendrait enfin un coup sérieux. Au passage, une telle volonté finirait par créer des filières économiques solides et durables. Car à l’autre bout se trouveraient des paysans. De vrais paysans enfin fiers de leur si beau métier. À eux aussi, on garantirait un avenir.

Parmi les questions les plus graves de l’heure, s’impose celle de la production alimentaire. Tout indique que les sols épuisés de la terre ne suffiront pas longtemps à (mal) nourrir le monde. La France, qui fut un très grand pays agricole, se doit d’installer de nouveaux paysans dans nos campagnes dévastées par la chimie de synthèse et les gros engins. Combien ? Disons 1 million. Ou plus. Le temps d’un quinquennat. C’est ainsi, et pas autrement qu’on aidera à faire face à ce qui vient et qui est déjà là. Le dérèglement climatique est une révolution totale.

Pour en revenir aux smicards, qui souffrent je le sais bien, sortons ensemble des vieux schémas. Inventons ! Faisons-les rentrer en fanfare dans cette société qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Mais pas au son de la frustration et des sonneries de portables.

Tournant historique en direction d’une impasse

Ce qui suit ne me procure aucun plaisir, car je vais critiquer un homme que je connais – un peu – depuis des lustres. Et que j’estime. En février 2002, il y a donc vingt ans, j’ai pris vigoureusement la défense d’André Cicolella dans une bien sombre histoire. Ce toxicologue, chercheur et chimiste travaillait alors pour l’Institut national de l’environnement industriel et des risques majeurs (Ineris), mais huit ans plus tôt, il avait été viré d’un autre institut, l’INRS, très certainement parce qu’il avait lancé l’alerte sur des polluants très toxiques, les éthers de glycol.

En 2002, il dirigeait à l’Ineris une unité très utile socialement, destinée à surveiller les risques sanitaires des substances auxquelles nous sommes exposés. Et sa direction avait tout bonnement décidé de disperser son équipe de 21 personnes. Pourquoi ? On le devine. Au même moment, l’ordinateur de Cicolella était visité – un constat a été fait -, et Cicolella portait plainte. Bref, c’est un homme courageux, cohérent avec ses principes, même si, bien sûr, je n’ai pas toujours été d’accord avec lui.

En 2009, Cicolella crée une association qu’il préside encore : le Réseau Environnement Santé (RES, reseau-environnement-sante.fr). Elle se présente de manière fort courte ainsi : « Parce que “notre environnement, c’est notre santé”, le RES agit pour mettre la santé environnementale au coeur des politiques publiques ». Au total, cela fait donc bien longtemps que Cico, comme on l’appelle, tente de peser sur les pouvoirs en place. Ajoutons que Cico a toujours joué la carte des institutions, sans jamais remettre en cause leur cadre. Ce n’est pas une accusation, c’est une affirmation. Au bout de trente ans d’efforts, on doit peut-être se poser la question : est-ce que cela a été efficace ?

J’ai reçu hier un bien curieux communiqué du RES, probablement rédigé par Cico lui-même. En voici le titre, un poil pesant : « Feuille de route “Produits chimiques” de la Commission européenne : Un tournant historique ». Et là, ça ne va plus. Du tout. Ce texte (1), restons poli, est un conte de fées. Il prétend que la Commission européenne aurait pris un très grande décision dans le domaine de la pollution chimique « avec la feuille de route publiée lundi 25 avril [qui] marque un tournant historique. On passe de l’approche substance par substance à une approche par groupe de molécules ». Je vais vous dire la vérité : je n’ai fait que parcourir le long texte en anglais de la Commission. J’estimai ne pas avoir besoin de plus, pour au moins deux raisons. Ce n’est pas une loi, c’est une déclaration d’intention, qui renvoie à 2030, autant dire la saint-glinglin.

Mais surtout, c’est dérisoire, car le constat de l’empoisonnement universel auquel la chimie de synthèse nous condamne rend absurdes ce genre de communiqués. La vérité approximative du dossier est simple : l’industrie chimique, surpuissante, a infiltré – y a-t-il vraiment un autre mot ? – tous les lieux de pouvoir européens et les agences dites de sécurité. Je ne peux évidemment détailler, mais les preuves abondent. Loin de se réfréner, cette même industrie met constamment sur le marché de nouvelles familles chimiques dangereuses, comme l’atteste l’exemple récent des SDHI. Il n’y aucun tournant. Il y a continuité, et accélération même.

Cico, permets-moi de te dire franchement que ça ne va pas. Tu tends une main qui t’a été renvoyée en pleine face. As-tu déjà oublié cette étude de quinze chercheurs, publiée en janvier 2022 (2) ? Elle rappelle – oui, rappelle – que la pollution chimique est hors de contrôle. Extrait : « La production mondiale [de composés chimiques] a été multipliée par cinquante depuis 1950 et devrait encore tripler d’ici 2050 par rapport à 2010. » J’y ajoute ces mots de Bethanie Carney Almroth, qui a participé au travail : « Les substances chimiques composant les plastiques sont plus de 10 000. 2 500 d’entre elles sont connues pour être toxiques, des milliers d’autres n’ont pas été étudiées du tout ». C’est ça, qui est historique.

(1) https://www.reseau-environnement-sante.fr/feuille-de-route-produits-chimiques-de-la-commission-europeenne-un-tournant-historique/

(2)https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs.est.1c04158

Ce qui se cache sous le pied d’un promeneur

Eh bien, on va voir si vous suivez. Il y a vingt-cinq ans – qui sait, trente ? -, j’ai découvert une dimension inoubliable. À cette époque, je fréquentais le jardin des Plantes de Paris. C’était petit, décrépit et fabuleux. Un jour, je suis entré dans un de ces bâtiments octogonaux en brique rosée qu’on voit là-bas, à l’intérieur de la ménagerie, au fronton de laquelle on avait placé ce mot étrange : Microzoo. On m’a précédé dans la première salle sur la droite. C’était noir, donc mystérieux, et l’on vous faisait asseoir devant un microscope qui faisait office de lumignon. Je ne sais plus si c’est dans la deuxième ou troisième pièce – on tournait – que j’ai ressenti ce grand choc, mais voici ce dont je me souviens.

Une voix enregistrée expliquait qu’on avait sous les yeux ce qu’on trouve sous le pied d’un promeneur en forêt. Étalé sur une sorte de semelle de plâtre humide. Je ne savais encore rien. Visiblement, j’étais un ignare, car cela grouillait de vie. Il y avait je ne sais combien d’être vivants. Je n’ose dire des centaines, mais peut-être. Sous un seul pas. Des tardigrades – peut-être l’animal le plus coriace de la planète – des collemboles, des pseudo scorpions, des acariens, des nématodes, quantité d’insectes bizarres. Tous utiles, ô combien ! Dévoreurs de matière organique, régulateurs de la flore microbienne, transformateurs infatigables de la litière, décompacteurs du sol, ils faisaient tout et davantage.

Je rencontrai plus tard le professeur Yves Coineau – encore bravo ! -, qui avait imaginé cette œuvre splendide. Il me mit sur la piste d’Emil Ramann, grand chimiste allemand, profond connaisseur des sols, agricoles comme forestiers, qui décrivait ainsi ce qu’est un sol, il y a plus de cent ans : « Le sol est la couche supérieure de l’écorce terrestre soumise aux intempéries. Il est constitué par des fragments de la roche-mère, brisés et remaniés chimiquement, et par des détritus de plantes et d’animaux. »

Si je vous raconte cette historiette, importante pour moi, c’est que les nouvelles ne sont pas fameuses, du côté des sols. Un rapport – je sais, il y en a toutes cinq minutes -, un nouveau rapport de l’ONU (1) rapporte la vérité du dossier, qui est accablante. Près de 40% des terres de la planète sont dégradées, car leur sol est mort ou mourant ou en voie de disparition. Bien des phénomènes entrent en jeu, mais le principal, et de loin, c’est l’agriculture industrielle, cette invention du diable qui a ruiné les paysans, enrichi jusqu’au délire les firmes agrochimiques et de matériel agricole lourd.

Selon Ibrahim Thiaw (2), responsable de la Convention de l’ONU sur la lutte contre la désertification :  « L’agriculture moderne a modifié la face de la planète plus que toute autre activité humaine. Nous devons repenser de toute urgence nos systèmes alimentaires mondiaux, qui sont responsables de 80% de la déforestation, de 70% de l’utilisation de l’eau douce et de la plus grande cause de perte de biodiversité terrestre ». C’est un rapport de plus, certes, mais il a mobilisé de grands connaisseurs du monde entier, et assure que tout est basé sur des preuves. Si cela continue ainsi, dans 28 courtes années, l’équivalent de l’Amérique du Sud sera aussi dégradé que ce qui l’est en 2022.

Bien sûr, il ne s’agit pas que du Sud. Si la France exporte des céréales, c’est parce qu’elle a rendu des millions d’hectares dépendants des engrais azotés et des pesticides. Des sols aussi prodigieux que ceux de la Beauce ont largement été tués par la chimie de synthèse. Et comme vous le savez sans doute, on ne refait pas un sol comme on repeint une chambre.

C’est peut-être difficile à admettre jusqu’au bout, mais l’agriculture prônée par la FNSEA, les chambres d’agricultures qui lui sont inféodées, les coopératives agricoles au bureau desquelles elle siège, est un modèle criminel. Il n’y a aucun avenir possible dans cette direction. Et disons-le sans détour : sans rupture, sans secousse de nature historique, nous préparons tous des famines de masse à côté desquelles celles de notre Ancien Régime paraîtront des cures de minceur.

(1) https://www.unccd.int/sites/default/files/2022-04/UNCCD_GLO2_low-res_2.pdf

(2) en français :https://unfccc.int/fr/news/l-onu-lance-des-avertissements-graves-mais-aussi-des-solutions-pratiques-face-a-la-degradation

Ces lobbyistes qui adorent la guerre en Ukraine

Retenez ce nom : Erik Fyrwald, Américain. Si il y avait un concours mondial alliant stupidité et cupidité, nul doute qu’il serait dans les tout premiers. Il est par excellence l’homme de la chimie de synthèse, passé par plusieurs géants des pesticides comme DuPont, mais aussi le lobby en chef de l’agriculture industrielle, CropScience International. Il est aujourd’hui patron de Syngenta, leader mondial de l’agrochimie. Comme Syngenta est aux mains du Chinois ChemChina, on peut dire sans calomnie que Fyrwald bosse pour un pays totalitaire.

Dans un entretien au journal suisse de langue allemande Neue Zürcher Zeitung – son édition du dimanche -, il lance ce qui pourrait passer, en première analyse, pour une provocation (1) : « Les rendements de l’agriculture biologique peuvent être jusqu’à 50 % inférieurs, selon les produits. Nous ne pouvons pas simplement ignorer la production plus faible. Des gens en Afrique sont privés de nourriture parce que nous voulons des produits bio et que nos gouvernements soutiennent l’agriculture biologique ». Bien entendu, c’est un propos de lobbyiste, et je ne m’attarderai pas ici à répondre à tant de mensonges en si peu de mots. Disons que des études bien plus sérieuses que son pauvre couplet, y compris venus de colloques de la FAO, montrent que l’agriculture biologique peut nourrir le monde à un coût écologique incomparablement plus bas.

Le présent se résume à une alternative. Ou l’on continuera sur le chemin tracé par les assassins du vivant, ou l’on généralisera des systèmes alimentaires cohérents, locaux, sans poisons, économes en eau. Le dérèglement climatique en cours nous rapproche à très grande vitesse d’un choix fondamental. J’ignore si Fyrwald croit au moins un peu à ses conneries, mais il est la pointe avancée d’une stratégie mondiale.

Concentrons nos lorgnons sur la France. Pour la première fois en 2021, les ventes de produits bio ont baissé. De 3,1% en 2021 après une croissance folle à deux chiffres chaque année depuis près d’un quart de siècle. Néanmoins, la nouvelle a pris une place démesurée, et réveillé tous les soutiens de la structure paratotalitaire qui regroupe les administrations centrales du ministère de l’Agriculture, certains cadres de l’Inrae, institut public, l’industrie agrochimique bien sûr et, in fine, le syndic(at) de faillite de l’agriculture industrielle, la FNSEA. Je précise pour les malentendants, que para signifie ici presque. Je sais établir des différences. Mais le vrai est que tous les points de la décision publique sont entre les mains de cette camarilla née en 1945 de la volonté de Fernand Willaume, premier lobbyiste connu de l’histoire des pesticides en France.

Que se passe-t-il ? La guerre en Ukraine est pour ces gens une aubaine. Dans un communiqué (2) intitulé « Conséquences de la Guerre en Ukraine : l’Union Européenne doit remettre la souveraineté alimentaire en priorité absolue », la FNSEA vole cette notion de « souveraineté alimentaire », défendue par Via Campesina (3) depuis vingt ans et plus. Sous la plume des communicants, cette volonté de nourrir sans détruire devient une ode à leurs maîtres de l’industrie. Pour la FNSEA « La logique de décroissance souhaitée par la stratégie européenne “Farm to Fork” doit être profondément remise en question. Il faut au contraire produire plus sur notre territoire, produire durablement mais produire ». La traduction est aisée : place à leur système fou. Partout. Deuxième extrait : « L’obligation dans la future PAC de consacrer 4% à des surfaces dites “non productives” doit immédiatement être remise en question ». Présents dans la nouvelle PAC, ces 4% sont une ridicule concession à la biodiversité. Mais même cela, la FNSEA n’en veut pas. Ses directions, via les coopératives et les chambres d’agriculture, ont trop à perdre, eux qui vivent en partie de la vente de pesticides.

Attention, lecteurs ! La propagande va s’emparer des gosses africains affamés. Des villes et fermes ukrainiennes dévastées, à l’abandon. C’est une guerre, mais pas celle qu’on dit.

(1) https://www.letemps.ch/economie/patron-syngenta-defend-labandon-lagriculture-biologique

(2)https://www.fnsea.fr/communiques-de-presse/consequences-de-la-guerre-en-ukraine-lunion-europeenne-doit-remettre-la-souverainete-alimentaire-en-priorite-absolue/

(3) https://viacampesina.org/fr/la-souverainetliementaire/