Archives pour la catégorie Mouvement écologiste

Être ou ne pas être écologiste

Voilà ce que j’ai écrit la semaine passée pour Charlie

Que personne ne bouge. On va enfin distinguer qui défend l’environnement et qui se bat pour l’écologie. La différence par les éoliennes, qui sont aussi des hachoirs, et le Loup, dont José Bové veut l’élimination. On y va, on y est.

Aujourd’hui, grand débat. Apportez vos chaussons. On va traiter d’une question qui n’a l’air de rien : qui est écologiste ? Ou plutôt, quelle est la différence entre un environnementaliste et un écologiste ? Pour l’environnementaliste, ainsi qu’il est écrit sur l’étiquette, ce qui compte est l’environnement, donc ce qui entoure. Il n’y a pas trop de soucis à se faire, car l’homme est comme par magie au centre. Il ne se préoccupe donc que de ce qui est devant ses yeux et à portée de bras, ce qui l’empêche de faire des cauchemars. Et l’écologiste lui, bien plus emmerdé que l’autre, doit considérer tout ce qui vit. L’homme existe, et sa place est éminente, mais tout ne saurait tourner autour de son nombril, aussi environnementalisé qu’il puisse être.

Prenons, si le cœur vous en dit, des exemples. L’Office fédéral de l’énergie suisse a mandaté la Station ornithologique de Sempach pour réaliser une étude sur le nombre d’oiseaux esquintés ou butés par les éoliennes, qui poussent partout par milliers. On a mis en place un radar calibré pour mesurer « l’intensité migratoire », on a recherché les victimes au pied des pales, et le résultat de cette première grande étude sur le sujet vient de tomber. C’est la merde. En moyenne, 20,7 oiseaux par éolienne et par an sont les victimes de collisions, soit le double de la valeur maximale jusqu’ici admise. Le site de l’étude était placé sur une colline, dans un paysage ouvert, et les oiseaux avaient a priori tout possibilité d’éviter les pales. Or des petits piafs comme les roitelets et les grives, les martinets et les colverts se sont ramassés, de nuit, sur les éoliennes. Multiplier par le nombre de pales glissant le long des mâts. En France, en Europe et dans le monde.

Un environnementaliste n’en aura pas grand-chose à battre, car il voit dans les éoliennes un progrès pour lui, menacé notamment par le dérèglement climatique. Dans son impeccable cohérence, il veut développer partout des énergies renouvelables, dont les éoliennes. Un écologiste constatera que, selon des estimations aussi solides qu’officielles, la moitié des oiseaux ont déjà disparu en France depuis une cinquantaine d’années, et que le devoir élémentaire d’un homme est tout simplement d’arrêter le massacre.

Dans ces conditions, et avant de lancer un programme géant qui se superpose au nucléaire, au pétrole, au gaz, à l’hydro-électricité et même au charbon, l’écologiste aura exigé sans être entendu par quiconque que les mâts éoliens garantissent absolument la sécurité des oiseaux et des chauve-souris. Et soient, dans le cas contraire, totalement prescrits. L’environnementaliste jugera ce point de vue réactionnaire au mieux, antihumain au pire, et les pales continueront à hacher menu les pinsons, les rouges-gorges et les tourterelles turques.

Mais prenons un autre exemple : le Loup. José Bové, représentant parfait des environnementalistes, souhaite qu’on abatte les loups qui osent s’aventurer en terre pastorale, car selon lui, l’animal sauvage est incompatible avec le berger à pipe et moustache. Son leitmotiv, maintes et maintes fois répété : « Il faut éliminer le Loup ». L’écologiste aura un point de vue tout autre. Le Loup, qui habite le territoire qu’on appelle la France depuis bien plus longtemps que l’homme, y a des droits. Certes pas tous les droits, mais assez pour qu’on tolère la présence de 300 loups, pour l’essentiel planqués dans les millions d’hectares de terres marginales abandonnés par la déprise agricole.

Duflot ou même Jadot, autres environnementalistes, se contrefoutent d’apprendre – le rapport Planète Vivante dont on a parlé ici – que 58% de tous les vertébrés ont disparu depuis 1970. S’y intéresseraient-ils qu’ils auraient de toute façon peur d’être accusés par leurs amis socialos d’être les candidats des fleurs et des petits oiseaux. Tout doit disparaître, et tout disparaîtra donc tant qu’il n’y aura pas des écologistes prêts à tout bloquer à la demande. Il est vrai que, présenté ainsi, c’est un poil déprimant. Mais nettement mois que les conneries environnementalistes qu’on entend du matin au soir, ici ou là.

————————————————-

 

Un incroyable cadeau de Noël

Ça ressemble fort à un copinage, et c’en est un. J’avoue tout. J’aime l’homme qu’est Vincent Munier, mais j’admire aussi, et j’admirerais de toute façon le fabuleux photographe qu’il est. Il publie avec un autre photographe – l’excellent Laurent Ballesta – un coffret consacré au voyage que les deux hommes ont fait en Antarctique. Un coffret, et deux livres de photos. Côté Terre Adélie, les clichés de Vincent. Et côté Mer Adélie, ceux de Ballesta, qui s’est spécialisé depuis de longues années dans les photos sous les eaux, douces ou salées.

Le travail de Vincent défie le commentaire. Il montre, d’abord en noir et blanc, ensuite en couleurs, ce qu’on croit tous connaître. Les chaos de glace, le brouillard qui finit par effacer du regard la silhouette des manchots. Mais il y ajoute, sans qu’on comprenne par quel charme, l’impossible. La nuit, le rose, le bleuté, le blanc bien sûr. Je suis longtemps resté bouche bée devant un manchot saluant de ses deux bras écartés une vaste montagne de glace et de neige.

De son côté, Ballesta n’est nullement un faire-valoir de Munier. Il nous offre des images folles à lier, arrachées au monde sous-marin des bords de la banquise. Des phoques qui glissent sous la glace, des manchots qui dansent leur vie, des amas de cristaux de glace et jusqu’à cette boule géante à côté de laquelle le plongeur est une patte de mouche. Ce que c’est ? La partie immergée d’un iceberg. La seule chose pénible est le prix du coffret, 110 euros. C’est réellement très cher, mais c’est un puissant cadeau.

Adélie terre et mer, par Laurent Ballesta et Vincent Munier, éditions Kobalann et Paulsen, 110 euros, ou sur le site de Vincent : vincentmunier.com, puis shop.

Deuxième complément sur Pierre Rabhi

Voici ce qu’une lectrice m’envoie, qui me paraît digne de retenir notre attention à tous. Je précise qu’il s’agit donc – pour le cas où il y aurait confusion – de propos de mon cher Pierre Rabhi. Je suis d’accord pour l’essentiel, et je me précipite d’écrire que je suis pour le mariage homo, des fois qu’on en douterait.

Sur le débat autour de Pierre Rabhi

Si cela peut apporter quelque lumière : https://reporterre.net/Pierre-Rabhi-Le-superflu-est-sans, son avis sur les mariages divers…

« Un autre sujet de ce début d’année, qui intéresse beaucoup les écologistes, c’est le mariage homosexuel. De quelle manifestation étiez-vous en janvier ?

D’aucune.

Vous n’avez pas d’avis sur le mariage homosexuel ?

Pour être honnête, je ne sais pas comment l’aborder. Cette mobilisation est devenue un tel enjeu de société ces dernières semaines… Pour moi, ça ne figure pas sur l’agenda des priorités. Je crois que c’est quelque chose qui m’intéresse assez peu, je suis beaucoup plus préoccupé par les enfants qui meurent de faim. C’est là qu’on se rend compte que nous ne subissons pas les problèmes fondamentaux, que nous sommes dans une sorte de délire généralisé. Le mariage homosexuel est un symbole de cette manipulation des consciences, où on crée des phénomènes de société qui n’en sont pas.

Le principe de lutte pour l’égalité du droit au mariage ne vous touche pas particulièrement ?

Si, bien sûr. Je suis plein de compassion à l’égard de ceux qui ont été victimes de discrimination et d’exaction. Que des gens s’aiment et aient des attirances, quels que soient les sexes… je ne vois pas où est le problème. Ils sont libres de le faire et heureusement. Mais que cela devienne ensuite une problématique sociale aussi énorme… Par contre, ce qui me pose problème dans le débat actuel, c’est qu’il y a une troisième entité qui n’est pas consulté. C’est l’enfant. L’enfant qu’on va faire naître par je ne sais quel stratagème… »

Bien à vous tous.

Trump fait monter le prix du somnifère

 

Amis lecteurs, trumpistes et non-trumpistes, je vous livre ci-dessous le billet que j’ai écrit vers 14 heures pour le site de Charlie, et qui y est encore visible. Il est court, comme vous verrez, et ne contient donc pas les méandres habituels de ma pensée. Mais enfin, il dit quelque chose que je pense. J’en ai réellement marre des  sérénades et des lamentations. Je viens de lire un papier de Reporterre, dont le titre m’a fait sursauter : « Trump, candidat de l’anti-écologie ». Par Dieu, Clinton ne l’était-elle pas, elle qui était la candidate des transnationales, moteur essentiel de la crise climatique ? Comme je suis fatigué, je ne vais pas plus loin. Mais mon point de vue essentiel, le voici : nous avons grand besoin d’un point de vue écologiste sur la marche du monde. Indépendant des modes, des truismes, des habitudes de pensée. C’est urgent, cela brûle même. Assez de jérémiades : Trump est ce qu’il est, mais Clinton tout autant. Au passage, la question du Tafta – et du Ceta – est un sujet-clé, car son sabordage rendrait un immense service à nous tous. Allez-y de vos commentaires.

 


Le billet de Charlie sur son site :

 

Comme il n’est pas encore intronisé, ce ne peut être considéré comme injure à chef d’État : Trump est un gros empaffé, et le restera. Dans le domaine si décisif de la crise écologique, il va probablement frapper très fort. Ainsi qu’on sait peut-être, il ne croit pas au dérèglement climatique, ce qui risque quand même de plomber l’ambiance à Marrakech, où se déroule en ce moment le 22e épisode des sommets climatiques internationaux. Royal et Fabius passeront moins à la télé.

Répétons : ce gros empaffé – bis – n’en a rien à foutre de rien. Mais est-ce bien une raison pour tout à fait regretter Clinton ? Cette si Grande Dame, défendue par tant de si Braves Gens, était pieds et poings liés au pied du big business américain et se demandait ces derniers temps comment se tirer du bourbier du Tafta, ce projet de traité commercial avec l’Europe. La pauvrette était coincée entre, d’un côté, ses supporters des transnationales et, de l’autre, la révolte de plus en plus vive d’une Amérique qui ne croit plus à la mondialisation.

Trump, ce gros empaffé – ter -, vole au secours des altermondialistes et, s’il tient parole, flinguera le Tafta à la hache et au couteau, comme il aimerait faire avec les Mexicains et les musulmans. Est-ce à dire, docteur, qu’on a mal au fion et qu’il n’y a pas de remède ? Certains jours, oui. Certains matins, on ferme les volets, on se bouffe un somnifère et on oublie le monde.

Ces « écologistes » qui flinguent les peuples

Paru dans Charlie y a pas longtemps

Le WWF et deux autres structures du même genre sont accusés par l’ONU de préférer la « protection » des réserves à la protection des humains. Patron du WWF en France ? Un ancien ministre de Hollande, Pascal Canfin.

Franchement, les boules. Je ne savais pas qu’il existe un Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des populations autochtones. En l’occurrence, une : Victoria Tauli-Corpuz. Cette fille appartient à un peuple des Philippines qu’on appelle Igorot, et c’est une combattante. Elle a notamment aidé des paysans pauvres, du temps de ce salaud de Ferdinand Marcos, à bagarrer contre un projet de barrage sur la rivière Chico, finalement abandonné en 1980.

Si je parle de cela, c’est que Tauli-Corpuz est une véritable écologiste, ce qui donne tout son sens à ce qui suit. Un congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient de s’achever à Hawaï et la dame en a profité pour lâcher une bombe : d’importantes associations de protection de la nature violent allègrement les droits des peuples autochtones et soutiennent divers projets qui aboutissent à chasser de leurs terres ancestrales des populations pauvres. Qui finissent – c’est moi qui le précise – au bordel ou dans les bidonvilles. Tout cela, bien entendu, au nom de la protection des écosystèmes.

Tauli-Corpuz n’a cité aucun nom au cours de son intervention, mais a confié en marge qu’elle visait dans son rapport à l’ONU, non encore publié, trois grandes boutiques : Wildlife Conservation Society (WCS), Conservation International (CI) et le WWF. L’affaire n’est pas exactement nouvelle, et j’en ai déjà parlé ici, mais il faut y revenir. En 2004, la prestigieuse revue américaine WorldWatch publiait un article renversant (1), sous le titre : « Un défi pour les conservationnistes ».

L’auteur, Mac Chapin, y montrait ce que sont devenues les grands business de la protection de la nature, dont le WWF et Conservation International. Si le mot business s’impose, c’est que ces transnationales brassent des centaines de millions d’euros par an, et qu’elles sont cul et chemise avec la grande industrie et les États les plus corrompus de la planète. Leurs pontes, payés dans les 400 à 500 000 euros par an, vivent d’ailleurs comme des PD-G.

Chapin rappelle au passage que la presse mexicaine, il y a près de quinze ans, a accusé les bonnes gens de Conservation International de vouloir faire expulser par les flics locaux des Indiens vivant dans la forêt Lacandone. Dans le Chiapas, dans l’épicentre de la révolte zapatiste contre Mexico ! Le texte de Chapin a fait à l’époque grand bruit, et puis a été oublié.

Plus près de nous, si j’ose écrire, l’association Survival attaque depuis des années le WWF, documents à l’appui, et l’accuse de financer au Cameroun des brigades qui s’en prennent aux Pygmées baka. Survival : « Les Baka n’ont ni consenti à la création de zones protégées sur leur territoire, ni accepté les lois qui les criminalisent et les assimilent à des braconniers parce qu’ils chassent pour se nourrir. Ils subissent harcèlement, coups et torture et nombreux sont ceux qui dénoncent des morts parmi eux ».

C’est d’autant plus dingue et rageant que de nombreux travaux démontrent que les peuples autochtones sont les mieux placés pour protéger les territoires dont ils tirent leur subsistance. Ceux qui détruisent à coup de bull et de tronçonneuses sont justement les copains des « conservationnistes ». Lesquels ont visiblement pris des cours de com, car le patron du WWF, Marc Lambertini a aussitôt déclamé : « Le rapport de madame Tauli-Corpuz est un importante contribution à l’avancée des bonnes pratiques en matière de droits des autochtones ». Et tous d’affirmer la main sur le cœur que les cas dénoncés sont « de la vieille histoire ». Tauli-Corpuz, qui n’est pas née de la dernière pluie, assure de son côté que tout continue comme avant sur le terrain.

Le directeur du WWF en France est l’ancien sous-ministre Pascal Canfin, en charge du « développement » entre 2012 et 2014. Je lui rappelle que l’Agence française de développement (AFD), dont il avait la tutelle, a financé en Éthiopie l’un des barrages sur l’Omo, qui a détruit la vie de milliers de Daasanach et de Muguji. On peut donc parler de continuité.

(1) worldwatch.org/system/files/EP176A.pdf

Attention ! Derrière Hollande, Valls (sur Notre-Dame-des-Landes)

Amis lecteurs, et même si vous ne me voyez pas comme un ami, cette confidence : je commence à avoir de vraies craintes au sujet de Notre-Dame-des-Landes. Depuis neuf années – je crois bien avoir été le premier journaliste « national » à évoquer le retour de ce spectre – que j’écris sur le sujet, j’ai souvent manifesté de l’optimisme. Cette bagarre a fait surgir de magnifiques combattants et pour des milliers d’êtres, elle a un caractère sacré. Ce qui en fait la puissance. Ce qui en fait redouter l’issue.

J’ai été optimiste, je ne le suis plus. Je vois Hollande, ce triste personnage, très près de ne pouvoir se représenter pour cause de stupidité chronique. Son attaque contre la « lâcheté » des juges – venant d’un président en exercice ! – pourrait être la boulette de trop. D’un côté, bon débarras, mais de l’autre, qui le remplacera ? Eh bien, dans ce cas désormais très plausible, Valls pourrait bien se lancer dans la course. Or un président affaibli au point où se trouve Hollande ne serait plus capable d’imposer quelque chose que ce soit à un Valls lancé dans l’arène électorale. Et Valls, on le sait, veut que ça saigne. Il veut un affrontement dur à Notre-Dame-des-Landes pour bien montrer, ainsi que son héros politique Clemenceau, qu’il a des collons. Ce mot catalan – Valls l’est lui aussi – traduit le mot castillan cojones. Des couilles, pardonnez-moi.

Oui, le schéma tient. Hollande n’est plus en état de se présenter, Valls prend la main, et lance sa campagne électorale en expulsant par la violence les zadistes. Il va falloir suivre à la loupe binoculaire les événements courants. Et se tenir prêt à tout mouvement d’aide concrète à la si belle Zone à défendre du bocage nantais. Bas les pattes !