La messe est dite (Jouyet à la Caisse des dépôts et consignations)

Si vous ne l’avez pas fait, je me permets – exceptionnellement – de vous conseiller la lecture d’un mien article, paru ici il y a trois jours : Pierre Cunéo, dir’cab de Delphine Batho (et grand ami de l’oligarchie). Vous y ferez la connaissance de Pierre Cunéo, directeur de cabinet de la ministre de l’Écologie, et au passage, celle de Jean-Pierre Jouyet, son ami. Jouyet a plein d’amis : Hollande, qu’il connaît depuis plus de trente ans, Christophe de Margerie, qui est, outre son cousin par alliance, le patron de Total. Et je laisse de côté les trop nombreux oligarques qu’il fréquente assidument, que ce soit au club Le Siècle ou encore autour de l’Institut Aspen France.

Je peux même ajouter une information de plus. Je crois qu’elle est, pour l’heure, exclusive. Jouyet fait partie du conseil d’administration de The Aspen Institute, maison mère atlantiste d’Aspen France. C’est intéressant autant qu’instructif, car on trouve dans ce conseil d’administration des personnes aussi sympathiques que Condoleezza Rice, à côté de gens plus anodins, mais aussi d’une flopée de patrons, parmi lesquels l’Indien Gautam Thapar. Thapar est milliardaire en dollars et ses activités – je n’ai pas le temps de chercher une liste exhaustive – incluent la chimie, la production de papier et l’exploitation des forêts en Malaisie. Il dirige aussi la branche indienne de l’Institut Aspen, qui promeut l’industrie nucléaire en Inde. C’est donc un grand et noble personnage.

Or voilà que François Hollande a décidé de nommer Jouyet à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Ne vous détournez pas : ce poste est stratégique. Mission de la CDC : « La Caisse des dépôts et consignations et ses filiales constituent un groupe public au service de l’intérêt général et du développement économique du pays ». Elle investit en notre nom, au service théorique du long terme. Débordant de fric, la Caisse dispose de plus de 20 milliards d’euros de fonds propres, et réalise un résultat net de plus de deux milliards. Puissance de feu garantie : elle gère, entre autres, l’épargne des livrets A, LEP, LDD, finance le logement social, prête aux collectivités locales, etc. Tout est dans cet etc. La Caisse est le bras armé financier du gouvernement. Et elle siège, ès qualités, au conseil d’administration des plus grandes entreprises du CAC 40. Celles-là même qui sont le moteur, ici, de la destruction accélérée du monde.

Jouyet est leur homme. Je ne mets pas en cause son intégrité, je n’entends pas sous-entendre quoi que ce soit sur son honnêteté. J’ai même tendance à croire qu’il n’a jamais songé à mettre un sou dans sa poche pendant qu’on ne regardait pas. Mais l’essentiel est ailleurs. Il est leur homme. Car il ne connaît qu’eux. Car il partage évidemment leur criminelle vision du monde. Car il entend bien défendre leurs intérêts – qu’il pense légitimes – à la tête de la Caisse des dépôts. Et Hollande, ce balourd qui n’a jamais rien lu de sérieux sur la crise écologique, a décidé, sur fond de vieille amitié, de lui confier la clé du financement public. C’est encore plus dingue que scandaleux. On tourne et on tournera toujours plus le dos au seul avenir concevable, fait d’une extrême sobriété matérielle et d’un immense et authentique partage du gâteau.

Ne rêvons pas. Il n’y a strictement rien à attendre de ce gouvernement. Sauf les places et les miettes qu’il a déjà distribuées aux écologistes de cour et de salon. Je ne suis pas surpris. Je suis en rage.

67 réflexions au sujet de « La messe est dite (Jouyet à la Caisse des dépôts et consignations) »

  1. Accablé à chaque fois que ça tombe, ces infos sur les amis d’amis, ces liens d’intérêts, ces connivences des politiques avec le monde des affaires qui défait le monde.
    « Rien à attendre », en effet, de ce gouvernement, je le pensais et ça se confirme.
    Les « écologistes de cour et de salon » ne sont pas seulement inutiles, ils sont nuisibles. Des fossoyeurs de l’écologie, en somme.
    Lire Fabrice n’est pas de tout repos pour la sérénité ! Pour la lucidité, par contre, ça galvanise et ce n’est pas rien. Ma lueur d’espoir dans ce tunnel, c’est que les écolos de base rejettent en masse les écolos de l’oligarchie et reconstruisent quelque chose.
    Frédéric

  2. « Il n’y a strictement rien à attendre de ce gouvernement. »
    Y-a-t-il quoi que ce soit à attendre d’un politique ? Personnellement je ne le crois pas et c’est bien pour cela que nous essayons ici de proposer et dans notre quotidien de mettre en oeuvre un « au-delà » du couple infernal: état-capitalisme.

    En tout cas merci de nous dispenser tes articles, ils sont plus que jamais nécessaires.

  3. Salut Fabrice, salut à toutes et tous,

    Oui, il y franchement de quoi enrager quand on apprend la nomination de Mr Jouyet à la Caisse de Dépôts.

    Car c’est la preuve tangible que rien, à part quelques retouches d’ordre cosmétique, ne changera. Et que le retour de la croissance, que notre nouveau président attend comme le Messie, sera la seule et unique religion de ce quinquennat. Il ne manque plus que le grand retour de l’inoxydable Jacques Attali pour que le tableau soit complet… Gageons qu’il n’est pas très loin et que nous aurons rapidement de ses nouvelles !

    Quant à la place que l’environnement et l’écologie (la vraie) occuperont dans les prochains mois, il suffit de voir à quel point Mr Hollande se préoccupe de ces sujets. Il est pour l’aéroport de Notre Dame des Landes, pour l’A45 entre Saint-Etienne et Lyon, pour la ré-industrialisation de notre beau pays, pour la ligne de TGV passant par Clermont-Ferrand. J’en oublie sûrement.

    Mais, malgré l’énervement et la grande déception que ces basses oeuvres provoquent en moi, il est un sujet un peu plus éloigné géographiquement qui m’est bien plus insupportable encore, c’est le peu d’émoi que suscite le massacre systématique du peuple syrien. Depuis dix huit mois. Tout particulièrement de ces milliers d’enfants innocents, abattus comme des chiens par des monstres sanguinaires qui n’ont plus d’humain que l’apparence.

    Combien de temps et de cadavres faudra-t-il encore à l’ONU pour intervenir réellement et efficacement ? Pour qu’enfin le tyran qui martyrise son pays soit arrêté et jugé par la Cour de Justice Internationale. Comment accepter que la Chine et la Russie puissent empêcher toute résolution d’intervention internationale ?

    Je sais que l’organisation AVAAZ est loin de faire l’unanimité, mais la pétition internationale qu’ils ont mise en ligne pourra peut-être contribuer à faire bouger les choses. Peut-être.

    Car ce dont meurent tous ces enfants et ce peuple sacrifiés, c’est bien de notre indifférence.

    https://secure.avaaz.org/fr/syria_will_the_world_look_awayfr/?fp

  4. Bon, je crois que je vais arrêter de m’exprimer sur ce blog, y a Frédéric qui parle tout le temps à ma place, ça fait doublon… 🙂

  5. Bonsoir,

    Merci Fabrice.

    ———–

    Sancho,

    « Pour qu’enfin le tyran qui martyrise son pays soit arrêté et jugé par la Cour de Justice Internationale ».

    Sancho, les tyrans ne sont pas toujours ceux que l’ont croient. Eteignez votre télé!

    Bien a vous,

  6. pourquoi être en rage? M. Nicolino:
    ne fallait-il pas en attendre moins de la part des socialistes et de « ce balourd de Hollande »?
    Je pense que nous ne sommes qu’au début de notre rage et qu’il va falloir qu’elle se transforme en ?????

  7. Sancho vous deconnez grave !

    Sur la Syrie il faut surtout que Obama, Clinton, Cameron et leurs clients (Sarkozy et Juppe bien sur, probablement aussi Hollande) arretent de payer des salaires, de livrer des armes et des outils de communication, et arretent de fournir des renseignements aux groupes terroristes plus ou moins informels qui creent dans ce pays une situation de guerre civile en tentant de donner a la violence une coloration religieuse. La Syrie est encore un des seuls pays laics de la region, ou les differentes communautes religieuses vivent encore cote-a-cote, dans le respect mutuel et en paix.

    Pour combien de temps la Russie va-t-elle encore tenir ?

    Apres l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, il faut maintenant dire a Obama Clinton Cameron & Cie : Bas les Pattes ca suffit !

    Il faut leur dire, Huntington etait un raciste obsede par la violence, sa vision du monde n’est pas la notre, et son livre n’est pas un livre sacre ! Il faut leur dire, nous sommes tous des meteques, des bougnoules et des youpins et nous n’avons rien a faire de votre haine !

    Il faut leur dire, arretez les drones ! Le monde n’est pas un camp de concentration et vous n’etes pas ses kapos !

    Avaaz et Amnesty « international-USA » (faudrait savoir si c’est international ou USA… une contradiction sans doute revelatrice) sont devenus une version moderne des croises du Moyen-Age, en remplacant le cri « Dieu le Veut ! » par « Democratie le Veut ». D’ailleurs Bush etait au moins honnete, il reconnaissait franchement que c’etait Dieu qui lui avait demande de detruire l’Irak. C’est la meme pensee malade, incapable de survivre sans un etat de guerre permanent.

    Il est triste que l’apogee de la democratie occidentale arrive a cet etat ou des citoyens bien proteges, qui n’ont pas faim et n’ont pas de drones au-dessus de leurs tetes, apportent leur parresseuse caution morale au terrorisme.

  8. La Caisse des Dépôts et Consignation a créé CDC Biodiversité. Voilà ce que l’on peut lire sur leur site :

    « CDC BIODIVERSITE, UN NOUVEL ACTEUR EN FRANCE, POUR LA BIODIVERSITE
    Opérateur financier de la Biodiversité ; Opérateur de la compensation

    La Caisse des Dépôts accompagne depuis longtemps le pays dans la création d’infrastructures essentielles (logements, transports, tourisme…). Elle souhaite aujourd’hui contribuer au financement des infrastructures écologiques dont il a besoin. Elle apporte à CDC Biodiversité sa capacité financière, la stabilité d’un acteur de confiance et l’assurance d’un suivi de long terme. »

    Il y a aussi CDC Climat :
    « CDC Climat s’engage dans la protection des forêts tropicales et sous-tropicales en confiant 5 M$ (3,8 M€) au Fonds carbone de la Banque Mondiale. Ce fonds est dédié à la réduction des émissions dues au déboisement, à la dégradation de la forêt ainsi qu’au soutien de la conservation, de la gestion durable des forêts et au développement des puits de carbone forestiers (REDD+). »

    La CDC est aussi l’initiatrice et le promoteur du Fonds Carbone européen (FCE)
    « La Caisse des Dépôts s’est associée à la préfiguration du marché du carbone de l’après 2012 en participant à hauteur de 20 % et pour 25 M€ au capital du Fonds carbone Post 2012 initié par la BEI. »

    La CDC est un acteur mondial MAJEUR de l’Economie Verte : marchés et fonds carbone, compensation, REDD+. Elle prête à la Banque mondiale, à la BEI (qui a un budget 10 fois supérieur à la BM !). Cette nomination n’annonce rien de bon sur ce front…

  9. Pardon pour le hors-sujet :
    D´accord avec sancho, attristée et consternée par le commentaire de Laurent Fournier sur la Syrie. Non, sancho, ne « déconne pas grave » (pardon, mais quelle expression imbécile qui ne veut rien dire !), ce qui se passe en Syrie est un génocide, ni plus ni moins, conduit par un dictateur sanguinaire, fils de dictateur. Bilan de la répression depuis mars 2011 : 17 418 morts, 8% de militaires, 92 % de civils. C´est un peu trop facile de ramener toujours le mot « terrorisme » pour expliquer tout et n´importe quoi. Même les activistes de la deep ecology en sont ! 🙁 Informez-vous un peu sur l´histoire de la Syrie et sur les différentes dominations qui l´ont influencée, par exemple sur le mandat français, entre 1920 et 1945. Un chapitre peu reluisant pour la France, comme tout son « opus » colonial !

  10. Mais qui donc a pensé que l’avenir vu par ce gouvernement, pouvait être « d’une extrême sobriété matérielle et d’un immense et authentique partage du gâteau. » ?
    Pas grand-monde à mon avis. Il n’y a donc pas lieu d’être déçu. Simplement catastrophé de voir que tout continue.

    Un seul exemple : hors notre pays, la « soupe » de déchets plastiques des océans dont on commence à parler dans les journaux fera-t-elle changer quelque chose ?…
    On attendrait des décisions fortes : par exemple limiter drastiquement les emballages plastiques des produits de consommation courante. Si tous les gouvernements s’y mettaient, les choses changeraient vraiment.

    Respecter AU MOINS le Grenelle de l’environnement, ce serait déjà beau…

  11. Martine, ce qui se passe en Syrie est terrible, mais ce n’est pas « encore » un genocide. Ni le gouvernement Syrien ni le camp occidental (ou les « Anglo-Americains et leurs clients » pour reprendre l’expression tres claire et precise de Michel Rocard) n’ont pour but d’eliminer physiquement une partie de la population. Enfin, 17000 morts ce n’est pas grand-chose pour les promoteurs de cette guerre. Celle d’Irak en a fait au moins un million ! (Sans compter tous les deces et maladies qui auraient ete evites si l’economie et le systeme de sante de ce pays n’avaient pas ete progressivement et sciemment detruits pendant plus d’une decennie, sans compter les morts a venir suite a l’uranium appauvri pulverise dans tout le pays, et sans compter celle de l’Irak contre l’Iran a l’instigation des Americains, qui a fait au moins 500,000 morts). A la verite on ne voit vraiment pas pourquoi, ni meme comment, ces gens feraient par miracle moins de victimes en Syrie ! Pour eux les gens ne comptent pas. Les grands principes geo-politiques sont la seule chose importante. Madeleine Albright l’a meme reconnu explicitement, lorsqu’elle a declare que les enfants Irakiens victimes des sanctions economiques etaient « un necessaire prix a payer ».

    Cette histoire de « dictateurs sanguinaires » c’est pour amuser la galerie. Nulle part le pouvoir reel ne depend d’une seule personne, toute le monde le sait bien, et le camp occidental se fiche comme d’une guigne de la moralite personnelle d’un Assad ou d’un Kadhafi ou d’un Hussein. Ce qui gene c’est l’emergence de societes multi-culturelles et ouvertes en dehors des Etats-Unis ou a la limite de l’Europe Occidentale. Cela prend des generations pour arriver a cette maturite, et c’est cela qu’ils veulent empecher d’arriver.

    D’autre part, le terrorisme est la realite de la guerre d’aujourd’hui, qu’on le veuille ou non. Les Etats-Unis l’ont compris avant tout le monde et l’ont applique avec logique, par exemple en financant les Khmers Rouges au Cambodge, les Islamistes en Afghanistan et au Pakistan, etc.

    C’est tres « propre » de leur point de vue: faire la guerre sans la faire soi-meme, et en plus on peut se payer le luxe d’eliminer les hommes de main apres leur tache terminee. C’est au fond une evolution logique de la strategie decidee au Vietnam de « Vietnamiser la guerre » avant de s’en extirper soi-meme. Pour cette remarquable invention on peut meme avoir un prix Nobel de la paix en prime, comme Kissinger en 1975…

  12. Sancho,

    je rejoins LBL et fournier pour vous recommander d’éteindre votre télé. en effet, elle vlous prépare depuis des mois à ce que nous, otan, agression la Syrie pour de faux motifs, comme nous l’avons fait en Irak et en Lybie. et au Mali serais-je tenté d’ajouter, tant je crois, tant je sais bien que France atlantiste et USA sont derrière les Islamistes.
    les soit-disant rebelles et civiles manifestants sont bel et bien des mercenaires payés avec nos impôts et les bénéfices des sociétés bien de chez nous. les médias que vous lisez et regardez appartiennent à ceux qui ont intérêt au chaos et à la guerre. c’est banal.

    Je vous en conjure Sancho, restons concentré et ne nous trompons pas d’ennemi. bien des dictaturs pire que celle -là ont le soutien de nos pays, pourvus qu’elles fassent NOS affaires.

    je voudrais, pour l’exemple, citer Roosevelt, qui disait à propos de SOMOZA au Nicaragua (on parle bien du pire ici), ….  » “C’est un fils de pute, mais c’est NOTRE fils de pute”

    Or Bachar El Assad n’est pas un « dictateur ami », comme le sont, Eyadema, Sassou N’guesso, Idriss Déby, Bongo. Il n’est pas non plus un démocrate soumis, comme Issoufou du Niger, ancien cadre de COGEMA/AREVA… etc… c’est là son principal tort.
    tout cela nous élognerait de l’écologie et du détournement de nos pensées ? pas du tout. on est en plein dedans.

  13. sur la syrie pourquoi ces événements éclatent-ils juste maintenant? je ne connais pas le sujet je pose une question; le seul info sont des gens qui m’avaient parlé de ce pays comme d’un pays très correct sur un tas de plan, alors je ne comprends pas exactement pourquoi il se passe ce qu’il s’y passe

  14. Azrael et tous autres,

    Je viens de regarder le petit extrait de film où l’on entend Gérard Chaliand. Je ne suis pas toujours d’accord avec lui, mais là, il résume, magistralement à mes yeux, la situation en Syrie. Ou plutôt, la manière dont nous regardons, les yeux exorbités par la mise en scène médiatique, ce qui se passe là-bas. Je vous invite donc à regarder à votre tour.

    Et merci à Azrael.

    Fabrice Nicolino

  15. Moi j´aime pas trop quand on parle en mon nom. Et je ne me reconnais pas dans le « nous » employé par ce monsieur. L´empathie sélective c´est pas mon truc.

  16. Je viens d’écouter les propos de Gérard Challiand. Ils me confortent dans le sentiment que m’inspire et l’impression que me donne ce qui se passe en Syrie depuis un an et demi. Les quelques informations que je glane sur Internet ou entends à la radio, car je n’ai pas la télévision, me font l’effet d’une subtile manipulation.
    Certains lecteurs de ce blog se souviennent sans doute des mensonges sur le charnier de Timisoara au moment de la chute de Ceaucescu en décembre 1989, ou encore des prétendus meurtres perpétrés par les troupes de Sadam Hussein sur des bébés koweïtiens lors de l’invasion du Koweit par l’Irak
    en octobre 1990, sans oublier bien sûr celui sur les armes de destruction massive soi-disant détenues par l’Irak qui a servi de prétexte pour déclencher l’invasion de ce pays en 2003.

  17. Valérie,
    Il serait vraiment dommage que vous quittiez ce blog, par ma faute en plus, je ne me le pardonnerais pas.
    Je n’irai pas jusqu’à défendre un point de vue qui ne serait pas le mien juste pour que nous soyons en désaccord. Certains ont besoin d’opposition pour enrichir leur pensée, moi j’ai besoin de communions d’idées. C’est aux côtés d’un ami avec qui je partageais le même regard sur le monde, que ma pensée s’est nourrie, a mûri. Il n’est plus et j’en reste inconsolable.
    Ici, je trouve des complicités d’idées, de sensibilités, ici j’apprends. Alors, s’il vous plaît, ne partez pas.
    Frédéric

  18. Syrie (suite)

    Je ne pensais pas que mon dernier message susciterait autant de réactions passionnées. Mes excuses, Fabrice, d’avoir à ce point parasité ton pertinent billet sur J.P. Jouyet. Telle n’était pas mon intention.

    Je tiens à rassure définitivement tous ceux qui me conseillent de ne pas trop allumer ma télé. Je dois la regarder deux fois par semaine et jamais à l’heure du J.T.. Je préfère de loin les documentaires, les articles de Politis, du Monde et les papiers de Fabrice ou d’Hervé Kempf pour me faire une opinion.

    Je ne sais pas si j’ai « déconné grave » (merci à Martine de penser que non ;-), ni si on peut qualifier de génocide les milliers de morts civils, les massacres d’enfants et les tortures abjectes dont ils sont les principales victimes. Mais qu’importe le nom que l’Histoire donnera à ces actes inqualifiables. Faudra-t-il dix mille morts de plus pour que nous trouvions ça tout à fait horrible ?

    La comptabilité cynique que Laurent utilise pour argumenter me fait froid dans le dos. Mais sans doute trouve-t-il préférable de rester de glace pour ne pas risquer d’être taxé d’atlantisme primaire ? Non, l’OTAN n’est pas ma tasse de thé, mais je ne crois pas une seule seconde à la soit disant résistance désintéressée de la Russie ou de la Chine dans cette affaire.

    Le sang des enfants syriens, comme l’agonie de tous les gamins du monde que nous laissons mourir de faim sur l’autel de la mondialisation marchande (1) me bouleversent tous les jours un peu plus. Mais sans doute suis-je un peu trop sensible…

    Bien à vous tou(te)s. Sancho

    (1) Voir « l’Empire de la honte » de Jean Ziegler

  19. À tous, avec mes excuses

    Je viens juste de me rendre compte – il était temps, oui -, que certains commentaires sont évacués par la machine comme spams, et finissent donc dans le grand néant. Cela dure depuis cinq ans ! À tous ceux qui ont pu croire que je les censurais ou les mésestimais, je présente mes excuses. L’affreux, c’est que je ne vois pas comment arranger les choses. J’ai pu, cette fois, rattraper par miracle quelques mots promis à la disparition, mais je ne peux le faire systématiquement, faute de temps. Or donc, je vous en prie, si vous voyez surgir un problème, insistez !

    Fabrice Nicolino

  20. @Martine. « Moi j´aime pas trop quand on parle en mon nom. Et je ne me reconnais pas dans le “nous” employé par ce monsieur. L´empathie sélective c´est pas mon truc. » Ce « on », Martine, ce n’est pas plus lui que vous, c’est les opinions publiques occidentales, formatées, orientées par les media (en laissant de côté les raisons qui gouvernent les media d' »information »).
    Ce que dis Chaliand est simple et ne peut être vu qu’en regardant froidement les événements (ce qui est préférable pour une analyse -ce qui n’empêche nullement d’avoir un coeur et de l’écouter) : si une partie de la population est victime d’une autre, c’est que le rapport des forces lui est défavorable. Faites en sorte que ce rapport s’inverse et les victimes changeront de camp. S’il y a intervention occidentale, ce sera officiellement pour une cause humanitaire, mais ce qui suivra ne vaudra pas beaucoup mieux. Par contre, la redistribution des cartes, qui est le seul motif réel d’une entrée en guerre, conduira à rendre service à tous les dirigeants que vous abhorrez, et à tous ceux à qui ils rendent service en sous-main. Ce n’est rien que de la géostratégie, qui n’a que faire d’enfants égorgés. C’est triste à pleurer, mais c’est ainsi.

    Tout cela est assez clair. L’intéressant serait maintenant de comprendre à quoi jouent les media d’information.
    Un point de vue donné en 1880 (en anglais, je pourrai pourrai proposer une traduction mais pas avant lundi) :
    John Swinton was the guest of honour at a banquet given him by the leaders of his craft. Someone who knew neither the press nor Swinton offered a toast to the independent press. Swinton outraged his colleagues by replying:

    « There is no such thing, at this date of the world’s history, in America, as an independent press. You know it and I know it.

    There is not one of you who dares to write your honest opinions, and if you did, you know beforehand that it would never appear in print. I am paid weekly for keeping my honest opinion out of the paper I am connected with. Others of you are paid similar salaries for similar things, and any of you who would be so foolish as to write honest opinions would be out on the streets looking for another job. If I allowed my honest opinions to appear in one issue of my paper, before twenty-four hours my occupation would be gone.

    The business of the journalists is to destroy the truth, to lie outright, to pervert, to vilify, to fawn at the feet of mammon, and to sell his country and his race for his daily bread. You know it and I know it, and what folly is this toasting an independent press?

    We are the tools and vassals of rich men behind the scenes. We are the jumping jacks, they pull the strings and we dance. Our talents, our possibilities and our lives are all the property of other men. We are intellectual prostitutes. »

    Il y a au moins un journaliste qui fréquente ces pages, et pour cause. Qu’en dit-il ? Que pense-t-il de ses collègues, de ce vaste système de désinformation bien huilé mais heureusement imparfait ?

  21. Azrael,

    Je ne fuis pas la discussion, mais je n’ai pas le temps. Ce que je pense des journalistes est dispersé au long des bientôt cinq années de Planète sans visa. En deux mots, ils sont de leur temps, et ce temps est si calamiteux, si étréci par la vitesse croissante, si dépourvu de culture et de réflexion qu’il ne faut pas s’étonner du résultat. Qui est insupportable. La presse est insupportable. Mais je refuse d’attaquer cette triste catégorie professionnelle sans ajouter que le désastre est partout. Les journalistes, il est vrai, sont censés rendre compte de la réalité, ce qu’ils ne font pas. Mais rappelez-moi comment marche la publicité, cette industrie du mensonge. Ou la télévision, cette monumentale entreprise de décérébration. Bien à vous,

    Fabrice Nicolino

  22. Sancho, si la « comptabilite cynique que j’utilise pour argumenter » vous fait froid dans le dos je suis bien d’accord avec vous, et il faudrait se revolter contre ces medias (Liberation) et politiciens (Juppe etc.) cyniques qui utilisent ces morts pour satisfaire leur vision du monde, et pour qui les morts ne sont qu’un necessaire prix a payer.

    L’erreur tragique des signataires de « Avaaz » est qu’ils se font les petits soldats d’une politique qui instrumentalise 17,000 morts pour en faire plus encore. Ces signataires, je ne leur trouve pas d’excuse. Ils ont acces aux journaux, a internet… Et ils signent en suivant les pointilles ! C’est criminel.

    Quand-est-ce que le Parlement a declare la guerre pour la derniere fois ? (Selon la constitution, seul le parlement est autorise a declarer la guerre.) La realite, c’est que la guerre moderne est devenue du terrorisme, et que les medias, comme dans tout acte terroriste, y jouent un role de premier plan.

    Je vous laisse la responsabilite du qualificatif de « monstres sanguinaires qui n’ont plus d’humain que l’apparence ». Demandez-vous s’il s’applique mieux aux Syriens ou a ceux qui, armes d’une puissance financiere, militaire, technique et de renseignement incommensurable, precipitent ce pays et toute la region dans la guerre.

    J’ai deja eu un debat houleux en Mars dernier avec des Americains, lorsque j’ai decouvert avec consternation que Amnesty « International-USA » se faisait le promoteur de la guerre en Syrie.

    La discussion est encore en ligne ici:
    http://blog.amnestyusa.org/justice/19-reasons-why-russia-must-speak-out-against-syria-atrocities/#comments

  23. L’intervention de John Swinton en 1880 est interessante. Entre autres parce que (selon ses propres criteres, qu’on ne va pas lui discuter) il aura dit la verite au moins une fois dans sa vie, a un banquet de journalistes ! Azrael, le malicieux, ne nous dit pas si Swinton s’est retrouve dans la rue le lendemain, ou a ete mis dans un placard… Le fait est qu’il y a plein de journalistes courageux, qui risquent leur vie, non pour propager leur ideologie personelle, mais simplement pour faire connaitre la verite.

    Par exemple Rainer Hermann, du Frankfurther Allgemeine Zeitung, qui a montre que le massacre de Houla, qui a vise uniquement des familles refusant de prendre part aux hostilites, a ete commis par les forces financees par l’Occident.

    Rainer Hermann a risque sa vie pour enqueter sur place, a reussi a trouver des survivants qui ont eu le courage de temoigner, et les proprietaires du Frankfurther Allgemeine Zeitung ont accepte de publier les articles, et ont pris la defense de Hermann. Il y a des gens courageux, en Allemagne, en Syrie, en France, partout…

  24. Frédéric, c’était pour rire! J’ai essayé — mais je me suis lamentablement plantée — de trouver une variante rigolote pour dire à quel point nous nous rejoignions encore une fois.
    Je ne vais certainement pas partir maintenant que vous avez rejoint ce petit club informel qu’est Planète sans Visa, même si de fait — ma plaisanterie n’en était qu’à moitié une — vous exprimez presque toujours et très exactement mon sentiment.
    A bientôt donc
    Valérie

  25. Il faut stopper le « nettoyage ethnique » perpetres par les Anglo-Americains et leurs clients.

    Lisez le temoignage de Tarek Aziz, ancien premier ministre d’Irak:

    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=28619

    Merci Bush, les Chretiens qui vivaient en Irak en paix depuis des siecles sont maintenant persecutes:

    http://www.lefigaro.fr/international/2010/11/05/01003-20101105ARTFIG00682-l-appel-au-secours-des-chretiens-d-irak.php

    Apres que Alain Juppe et Sarkozy aient eu l’indecence criminelle de demander dans les medias aux Chretiens de Syrie de prendre les armes contre leur pays, les Islamistes Syriens finances par la CIA et l’OTAN commencent le nettoyage ethnique:

    http://www.wnd.com/2012/06/opposition-demanding-syrian-christians-leave/

    Quand aurons-nous un President Musulman en France, un Premier Ministre musulman en Angleterre ? L’Irak a eu un Premier Ministre Chretien pendant 24 ans. C’etait sans doute considere trop arrogant, trop insultant pour les apotres Occidentaux du nettoyage ethnique, comme Alain Juppe, et il fallait que cela cesse.

    Les societes tolerantes et multi-culturelles, c’est en Occident et en Occident seulement que ca doit etre, et par la force si besoin est.

    Comme en Libye, comme en Syrie, comme demain en Iran ?

  26. Il faudrait lancer une petition pour demander que TAREK AZIZ devienne le negociateur charge par l’ONU pour negocier la paix en Syrie.

    Un criminel de guerre comme Tony Blair fait plus de tord que de bien, et un timide comme Kofi Annan, qui se laisse humilier par « Les amis de la Syrie », lorsque ce club criminel reunissant Clinton Cameron Juppe et des Islamistes, appellent publiquement les bandes armees a ignorer le plan de paix de l’ONU, ne peut pas faire grand-chose.

    La France a su parfois faire des gestes importants, comme lorsqu’elle a reussi a empecher les Etats-Unis d’obtenir l’autorisation de l’ONU pour attaquer l’Irak. Elle a ainsi sauve nonseulement son honneur mais aussi celui de l’ONU, et ce n’est pas rien.

    La France pourrait aussi nommer unilateralement TAREQ AZIZ son representant pour la paix au Moyen-Orient.

    Ca nous changerait de la politique de nettoyage ethnique du precedent gouvernement.

  27. @Fabrice Nicolino. Je vous suis bien sûr. Le journalisme ne peut être appréhendé indépendamment de la société, qui le génère.

    @Laurent Fournier. Bien sûr qu’il y a des journalistes et des patrons de presse courageux. Et des gens qui s’informent du mieux qu’ils peuvent et qui croisent leur route. J’ai bien dit que le système (de désinformation) était imparfait.
    Je ne suis en rien malicieux, voyons… Swinton ne s’est pas retrouvé à la rue, ni au placard, non. Il est intéressant de noter qu’il a tenté de lancer son propre journal, trois ans plus tard, donc en 1883. Les buts poursuivis étaient clairs (extrait wikipedia) :
    1. Boldly upholding the rights of Man in the American Way.
    2. Battling against the Accumulating Wrongs of Society and Industry.
    3. Striving for the Organization and Interests of Working men and giving the news of the Trades and Unions.
    4. Uniting the Political Forces, searching for a common platform, and giving the new of all the Young Bodies in the field.
    5. Warning the American people against the treasonable and crushing schemes of Millionaires, Monopolists, and Plutocrats…
    6. Looking toward better times of fair play and Public Welfare.
    Malgré une influence certaine, les ventes n’ont jamais été suffisantes, le grand public, premier concerné, ne l’ayant jamais acheté suffisamment. Le journal eut donc une fin prématurée.

  28. sancho,

    merci de citer Jean Ziegler, cela arrive trop rarement. Ici, en Allemagne, c´est une voix très écoutée et respectée. Mais il ne semble pas vraiment connu en France, et c´est dommage parce que la lecture de ses ouvrages (L´Empire de la Honte, La Haine de l´Occident, Les Nouveaux Maîtres du monde, ou bien encore Les seigneurs du crime : les nouvelles mafias contre la démocratie, entre autres) permet de comprendre, du moins quelque peu, la complexité du capitalisme mondial, de ses enjeux, de ses rouages et de son machiavélisme.

    Azrael, Laurent fournier,

    merci pour vos réponses.
    En ce qui concerne la Syrie, je ne doute pas non plus du cynisme des puissances occidentales lorsqu´il s´agit de défendre leurs intérêts, ni de celui de la Chine ou de la Russie. Ces deux régimes d´oppression agissent exactement de la même manière que les soi-disant démocraties quand il s´agit de fourguer des armes à droite et gauche.
    Tout comme je prends les informations véhiculées par la presse avec un gros grain de sel (un rocher même :-)). Et parce que je refuse catégoriquement de faire entrer la télévision chez moi, je fouine à droite et à gauche pour m´informer, dans les médias allemands, anglais et français (c´est une grande chance de parler couramment ces trois langues). Mais je n´aime pas les affirmations péremptoires qui fichent tous les courants de pensée dans le même sac. Et c´est pour cette raison que j´ai réagi à l´attaque de Laurent contre le commentaire de sancho, comme à l´injonction de LBL d´éteindre la télé :-).

    Laurent, avant d´utiliser un substantif aussi délicat que celui de « terrorisme », il faudrait le définir. Et comme dans ce cas précis ça s´avère difficile, la prudence s´impose dans son maniement :-), ou alors il faut apporter des précisions au sens que vous lui donnez. Dites-vous que certains esprits chagrins assimilent même la désobéissance civile au terrorisme. Josh Fox, le réalisateur de « Gasland » a été qualifié de terroriste! Bien commode ! Et que dire de ceux qui refusent le plus possible les biens de consommation inutiles, essayent de dire non, de nager contre le courant, d´être heureux en voulant moins (Dennis Meadow) ? La société mercantile serait aussi en droit de les considérer comme des terroristes, non ?
    Un ministre du gouvernement Sarkozy n´a-t-il pas dit un jour que consommer est un acte de citoyenneté ? Les réfractaires à la consommation à outrance constituent-ils ainsi un danger pour le système ?
    Voilà ce que je voulais tenter de vous expliquer, sans aucune acrimonie de ma part.

    Bon dimanche à tous, si quelqu´un d´entre vous a un peu de rab de soleil, prière d´en envoyer vers l´Allemagne du nord. On ne sait plus ce que c´est, on est tout pâlichon. 🙂

  29. Valérie,
    En fait, j’avais bien perçu l’humour dans votre commentaire. J’avais souri et rejoins cette façon de dire autrement les complicités réconfortantes qui nous rassemblent sur ce site d’utilité publique. J’étais même parti pour surenchérir, en suggérant une répartition « raisonnée » de nos commentaires, vous les jours pairs, moi les jours impairs…
    Et le souvenir de l’ami des idées m’a rattrapé, l’ami des rires et des pensées partagés, l’ami qui a quitté la vie un été de soleil et de chants d’oiseaux, lui qui les aimait tant. J’ai donc évoqué sa présence en moi toujours, je n’ai pas su, je n’ai pas pu répondre sur le ton de l’humour.
    Je vais refermer cette parenthèse qui ne nous éloigne pas tant que ça des thèmes chers à Planète sans visa. Cet ami n’est pas mort accidentellement, il a été victime des poisons du monde moderne. Mon engagement dans l’écologie a aussi un visage, un rire, des mots, ceux d’un ami fauché dans la fleur de son âge. Il a aussi la voix et le regard d’une amie électro-hypersensible et de bien d’autres encore. Quand je m’entends dire, parfois, que l’écologie serait anti-humaniste, je me demande bien ce qu’a encore d’humain le monde moderne.
    En cela, je rejoins ce qu’exprime Sancho sur cette sensibilité à la détresse d’où qu’elle vienne, cette comptabilité cynique et ces « empathies sélectives » évoquées par Martine. Je n’interviendrai pas sur le fond de ce débat, faute d’en connaître suffisamment les tenants et les aboutissants. J’en reste à un sentiment d’effroyable gâchis.
    Voilà pour dire que vous vous ne vous êtes pas « lamentablement plantée ». C’est moi qui étais sous le coup d’une émotion, celle d’un deuil pas encore accompli, le sera-t-il jamais ?
    Bon, parenthèse refermée, je retourne au jardin, dans le soleil de l’été et dans les chants d’oiseaux. La vie est là, je vais m’y plonger.
    Très bon dimanche,
    Frédéric

  30. Martine je suis d’accord le mot terrorisme est delicat. Au fond la guerre est devenue du terrorisme depuis qu’elle a cesse d’etre le monopole de l’aristocracie. Le Roi chevauchait en tete de son armee, et l’armee decampait des qu’il etait mort.

    Ce fut le cas tout recemment : Tom Paulay, avant de revolutioner la conception anti-sismique depuis son pays d’adoption, la Nouvelle Zelande, etait second lieutenant dans la cavalerie royale Hongroise. En 1944, son superieur mort, il se retrouva soudainement a 21 ans « a la tete de 278 hommes et 308 chevaux », qu’il s’efforca de ramener sains et sauf, alors qu’il etait lui-meme blesse.

    Quelques mois plus tard, l’Amerique entrait definitivement dans l’ere du terrorisme avec Hiroshima et Nagasaki, et de nombreux autres pays l’ont suivie.

    Il est meme interessant de constater que la mise a mort de Hussein, de Kadhafi… a plus d’affinite avec la tradition chevaleresque et aristocratique que, selon toute probabilite, ceux d’en face. Je ne sais pas comment ils vont mourir mais on a du mal a imaginer comment ca aura le moindre panache.

    La guerre descendue au rang de terrorisme est peut-etre le prix a payer pour la democratie, pour qui toute violence est un piege, et qui ne peut etre reelle (et robuste) que non-violente.

  31. J’ai beau tourner la chose dans tous les sens, avec ce qu’il me reste d’envie de sauver ce qu’on appelle la démocratie et les démocraties, je crains que Laurent ait en tous points raison.

  32. Frédéric

    Je vous fais confiance pour trouver ce que j’aurais dit si je vous avais répondu 🙂

    A très bientôt
    Valérie

  33. Je vais tenter de rapprocher la diversion sur la Syrie du theme de l’ecologie:

    Il faudrait etudier le rapport entre le nucleaire et la geopolitique. Je n’ai pas connaissance que cela ait ete vraiment fait. J’ai eu le premier indice avec une citation de Kissinger dans un texte des « Renseignements Genereux », qui n’est plus en ligne. Kissinger promettait aux Chinois de leur fournir la technologie nucleaire malgre les traites anti-proliferation, en ajoutant « Nous passerons par les Francais comme d’habitude »… Ensuite il est clair que la politique Americaine en Inde et en Iran, pour contrastee qu’elle soit en apparence, a au moins un effet commun a long terme : Cette politique garantit que le nucleaire y prenne des racines tres profondes en de-legitimisant tout discours citoyen en situant les enjeux, d’une maniere implicite, a un niveau geo-strategique, niveau auquel le debat a en general tendance a perdre sa rationalite. En somme, l’Inde ne peut resister a l’appel du nucleaire car les Etats-Unis ont mis en scene leur ascendant sur les pays nucleaires en montrant qu’ils leur ont impose l’entree de l’Inde au sein du « club » en derogation du traite de non-proliferation. Pour les Indiens tres soucieux du prestige, cette « derogation » et ce « privilege » ont eu de l’effet. Pour les Iraniens c’est plus basique : Puisque les Etats-Unis prennent le nucleaire pour pretexte pour leur creer des ennuis et mettre en scene la menace (reelle) d’une guerre imminente, tout discours remettant en cause la rationalite du nucleaire devient tres suspect en Iran. La encore, l’enjeu du debat est deplace de force en dehors du cadre rationnel. Enfin un texte etrange du « Atlantic Council » qui, parmi des consideration plus habituelles comme la liberte, l’economie etc. declare qu’une « place appropriee pour l’energie nucleaire dans le monde » est l’un de ses buts. Ce texte est etrange parceque le nucleaire y figure de maniere isolee, sans lien logique avec le reste.

    Il y a d’autres indices: Le gain economique de la vente de reacteurs a l’Inde est probablement tres faible voire nul. (Comme l’EPR Finlandais, c’est une perte economique pour la France, l’enjeu n’est pas economique).

    Et le gain economique du nucleaire pour l’Inde est negatif, ce qui est reconnu par tous: une roupie investie dans le nucleaire produit moins d’electricite que dans n’importe quelle autre energie (sauf jusqu’a recemment, le solaire).

    Enfin un indice indirect: Le livre de John Perkins, confessions d’un tueur a gages economique. Ce livre montre que la destruction economique de certaines regions du monde est consideree comme un but rationnel par les Etats-Unis.

    Bien entendu, la destruction environnementale est l’un des outils les plus puissants de la destruction economique. Detruire les ressources naturelles est la maniere la plus efficace de detruire des emplois a long-terme.

    Dans le cas du nucleaire, il y a un autre aspect en plus de la pure destruction economique : Comme il devient de plus en plus difficile de cacher que la gestion des dechets des pays fortement nuclearises va atteindre un cout exorbitant, susceptible d’avoir un effet negatif sur l’economie, on peut concevoir que certains croient qu’il est de l’interet des Etats-Unis, de la France, de la Russie, etc. de repartir ce fardeau sur une assiette plus large. Meme si ca ne reduit en rien la quantite, ca permet de creer des conditions de competitions moins defavorables, ou certains pays auraient a porter la charge des dechets nucleaires alors que d’autres n’auraient pas a s’en soucier. Comme il n’y a aucun indice qui permet de croire que le probleme des dechets nucleaires sera un jour resolu, ce souci de « mettre tout le monue.de dans le meme bateau », meme au prix d’une aggravation collective de la situation, est rationnel d’un certain point de vue.

    Je crois qu’il est important de considerer ces questions et de ne pas se contenter des questions de sante, de securite etc. qui sont primordiales bien sur mais ne pointent pas sur les motivations immediates de la politique nucleaire.

  34. Je n’admets pas que l’indignation morale de Sancho ou de Martine soit ici traitée du haut d’une position prétendument réaliste et je trouve que c’est Laurent Fournier qui « déconne gravement » sur la Syrie. Je comprends que Martine soit « attristée et consternée ». Je m’explique, si cela intéresse encore ici, car j’interviens tardivement – mais je ne suis pas tous les jours sur le net, loin de là … (si, si, c’est possible). Ce ne sont là que des pistes et des questionnements.
    1. Premier point l’anti-impérialisme. Ce que dit Laurent et quelques autres ensuite relèvent à mes yeux de la position typique de l’anti-impérialisme occidental prêt depuis des décennies à applaudir tous les bourreaux et dictateurs dès lors qu’ils semblent s’opposer aux vues « impérialistes » des USA ou d’autres pays occidentaux. Ainsi Laurent Fournier souhaite que la « Russie » « tienne » le plus longtemps possible face aux volontés de guerre des Occidentaux – acceptant de confondre le très charmant Poutine, dont les mérites démocratiques sont largement connues … et le peuple russe alors qu’il parle par ailleurs d’Obama, Clinton et Cameron. Ainsi il affirme sans vergogne que la Syrie est depuis des décennies un régime « laïc » où règnent « le respect mutuel » entre les différentes communautés et la « paix » – ignorant royalement que cette « paix » est celle de la loi martiale et de l’état d’urgence en vigueur depuis 1963 et que la « laïcité » à la syrienne est celle d’une dictature qui se fiche comme d’une guigne des principes qui fondent une authentique laïcité (un exemple parmi d’autres : le discours d’investiture de Bachar El Assad en août 2000 affirmant que les droits de l’homme et la démocratie étaient spécifiquement occidentales et ne sauraient valoir en Syrie …). La façon dont Laurent répond à Martine sur le qualificatif de « monstre sanguinaire » me rappelle une manif dans une petite ville française contre la deuxième guerre en Irak où les progressistes anti-impérialistes locaux s’époumonaient à crier « Bush assassin ! » et ne souhaitaient absolument pas ajouter le nom de S. Hussein à leur slogan – ce qui me conduisit à quitter aussitôt la manif …
    Et enfin comment peut-on (Laurent, Hammel, René) dans une veine conspirationniste tout aussi typique dans le cadre de cet anti-impérialisme progressiste, considérer que ce qui se passe depuis plus d’un an en Syrie (et même bien longtemps avant qu’il n’en soit question en Occident …) comme le seul fait de groupuscules terroristes soutenus par d’autres pays arabes et par la CIA … et désireux de poursuivre une guerre civile et religieuse – comme si ce n’était pas la répression sanglante du régime syrien qui n’avait pas concouru à favoriser de tels groupes en lieu et place d’un mouvement pluriel et au départ largement pacifiste contre une dictature ? Qu’il y ait des manipulations et des intérêts peu reluisants du côté de tous ceux qui, en Arabie Saoudite, au Qatar ou ailleurs défendent une partie des différentes oppositions à Assad c’est une chose. Mais qu’on en vienne à gommer et la réalité d’un mouvement politique inédit d’appropriation de la chose publique dans les pays arabes (dont on mesure toujours mal l’ampleur) et la réalité de la répression et des faits concordants sur la torture généralisée commis par le régime d’Al Assad, c’est affligeant ; il m’avait pourtant semblé que les lecteurs du blog de Nicolino avaient une certaine rigueur. Pour voir ce que signifie se confronter à la réalité, voir l’évolution de l’historien et journaliste Pierre Piccinin ; ici : http://blog.mondediplo.net/2012-06-01-Syrie-arreter-la-course-a-l-abime ; et là : http://www.franceinfo.fr/monde/un-chercheur-belge-emprisonne-en-syrie-raconte-l-enfer-sur-terre -625547-2012-05-24http://www.franceinfo.fr/monde/un-chercheur-belge-emprisonne-en-syrie-raconte-l-enfer-sur-terre -625547-2012-05-24

    Dernier point sur les contradictions d’une position soit disant réaliste et prétendument désabusée, précisément ce que dit Azrael à Matine : « si une partie de la population est victime d’une autre, c’est que le rapport des forces lui est défavorable. Faites en sorte que ce rapport s’inverse et les victimes changeront de camp ». Dans ces conditions, on aurait pu tout aussi bien dire que si les Algériens avaient été à la place des Français en 1956, ils auraient fait pareil … Et c’est sans doute vrai ; et alors ? Qu’est-ce qu’on fait ? Je crois tout simplement qu’il faut agir et juger dans la complexité des choses ; ainsi, parmi les partisans de l’indépendance algérienne, quelques uns ont su s’engager et en même temps faire la part des choses et dénoncer, à leurs risques et périls, les exactions et la politique bureaucratique du FNL …
    2. Sur les régimes et sociétés occidentaux. Il faudrait être clair sur les dits régimes et sociétés de ce qu’on appelle l’Occident : je pense qu’ils ne sont pas d’une seule pièce, qu’ils sont traversés par des courants très contradictoires. Bien sûr ces régimes sont fondamentalement des oligarchies (et non pas des démocraties) qui ont des intérêts géopolitiques, économiques et militaires évidents dans toutes ces affaires, avec une indignation à géométrie variable comme le rappelle à juste titre Chaliand. Cela étant dit, les sociétés occidentales sont aussi autre chose, quelque chose que les dirigeants de ces régimes rencontrent et auxquels ils font face : une opinion publique, des contre-pouvoir, l’exercice des libertés publiques, etc. ; les dirigeants ont des comptes à rendre, il y a des débats publics, des enquêtes, des contrôles, des procédures de droit – ce qui parfois empêche les guerres impérialistes de se faire ou de se poursuivre et les mensonges d’Etat de perdurer (parfois plus rapidement aux USA qu’en France d’ailleurs …). On pourrait toujours se moquer de l’opinion publique en question, faire valoir la manipulation médiatique (« l’opinion publique ça se travaille … ») et tutti quanti. On aurait raison jusqu’à un certain point : les libertés publiques et le mouvement démocratique sont peut-être bien moribonds, mais il y a encore de beaux restes, et il est de loin préférable de manifester en France, en Angleterre ou aux USA qu’en Russie ou en Syrie pour défendre des droits fondamentaux … Et de ce fait, les politiques de ces régimes occidentaux sont tributaires, peu ou prou (en ce moment c’est très très peu par rapport à d’autres périodes de l’histoire où les mouvements démocratiques étaient puissants), de ces opinions publiques et des mouvements de la population. Grosso modo, comme le disait le fondateur de Survie, F.-X. Vershave, les régimes occidentaux sont clivés entre une face obscure et clandestine (bras armé de leur dimension proprement oligarchique voire impérialiste) et une face « libérale » (au sens où dans ces régimes il existe des libertés publiques et une opinion publique qui influent sur les dirigeants). Aussi est-il aberrant de parler de ces régimes comme si on avait affaire à de pures et simples dictatures ayant des visées purement impérialistes et cherchant à faire du monde un vaste camp de concentration à coup de « nettoyages ethniques » !
    3. Sur ce que peut l’ « Occident ». Par rapport aux massacres des populations civiles comme en Syrie ou ailleurs, on voit depuis au moins la guerre en ex-Yougoslavie à quel point l’Occident est piégé et ce de multiples manières. D’abord, l’Occident s’est bâti depuis les années 70 sur la conscience du judéocide et l’idéologie du « plus jamais ça » (idéologie au sens où c’est une duperie – les crimes génocidaires perdurent, d’où la « mauvaise conscience » et les postures à la BHL). Or ce que l’on ne veut pas voir c’est que les crimes génocidaires et / ou les crimes contre l’humanité (au passage : je ne vois pas en quoi le fait qu’il n’y ait pas à proprement parler de génocide en Syrie rend la répression sanglante d’Assad plus supportable …) ne sauraient être radicalement empêchés par une réaction des Etats puisque, à l’origine, ce sont précisément des crimes d’Etat face auxquels les autres Etats sont soit indifférents ou aveugles (ainsi la lutte contre le judéocide n’a jamais été un but de guerre des Alliés), soit impuissants, soit complices, soit encore de connivence (sans être complices, ils font et savent faire presque autant sinon pire – voir les crimes de Staline d’un côté puis ceux d’Hiroshima et Nagasaki de l’autre). Mais, depuis les brigades internationales de 36 et malgré les fortes et nouvelles actions de non violence, personne en Occident ou ailleurs, n’a su inventer, en dehors des réactions des Etats donc, une nouvelle manière de combattre efficacement les guerres et exterminations menées par des Etats contre les peuples ou les populations civiles. On peut certes toujours attendre des miracles de l’ONU ou de l’OTAN ; au mieux ils arrivent à limiter les dégâts mais après coup (ainsi la CPI a un rôle important pour établir les faits et briser l’impunité), au pire, ils aggravent la situation en pompiers pyromanes …
    Autre piège : le discours des droits de l’homme devient sans cesse plus idéologique, non pas seulement parce que les dirigeants occidentaux sont cyniques et sans scrupule, désireux d’augmenter leur pouvoir, mais surtout parce que le visage de l’Occident a de moins en moins à voir avec les combats pour l’émancipation, le désir d’une vie décente, sobre et autonome, mais au contraire avec les gadgets, les stars surpayés et décervelés, le gaspillage généralisé, l’apathie et l’insignifiance. De ce point de vue là, le réveil des peuples « arabes » peut-il aller vers autre chose que la reviviscence de l’islam ? Les mouvements laïcs résistent courageusement en Tunisie et ailleurs, mais jusqu’à quand ? Et peuvent-ils être porteurs d’un autre projet de société alors même qu’en Occident cela semble s’éclipser ? C’est terrible à dire, mais, pour changer la donne, il faudrait un réveil inédit des peuples occidentaux envers et contre la course à l’abîme à laquelle ils participent! Ce qui rejoint les préoccupations écologiques de notre hôte et son idée forte qu’en deçà d’un mouvement neuf en rupture profonde avec ce qui est nous nous enfermerons dans des solutions ineptes à des problèmes monstrueusement mal posés …
    A la revoyure, je m’en revais loin du net (ou du pas très net d’ailleurs souvent). Pour ceux qui viendraient y faire un tour, merci d’attendre un peu pour d’éventuelles réponses et sinon, à propos de nos régimes oligarchiques, je conseille à nouveau d’aller voir du côté de ce site, et plus particulièrement de cet article :
    http://www.magmaweb.fr/spip/spip.php?article620.

  35. Leyla, sur le rapport de force et de quel côté sont les victimes : c’était en quelque sorte une explication de texte, c’est-à-dire des propos de Chaliand. Avec lesquels je suis d’accord. Ça ne signifie pas pour autant qu’on tient pour négligeable toutes ces morts, sous-prétexte que si ce n’était pas les uns, ce serait les autres, ou pour le dire autrement qu’elles sont inévitables. Le propos est simplement de dire que s’indigner est nécessaire, mais qu’en rester là ne mène pas loin, si ce n’est à ne pas comprendre grand chose et à permettre à terme ce qui se passera, grâce à un chèque en blanc à nos chers dirigeants (et merci aux media). La question demeure : que faire ? Car assister aux événements et considérer que rien ne doit être fait afin de ne pas être manipulés ne peut être envisagé. D’ailleurs cela serait aussi rendre un service à d’autres dirigeants, Assad, bien sûr, mais aussi ceux dont il a le soutien. Est-ce insoluble ? On peut le craindre, ce qui ne devrait pas empêcher de penser à une solution possible.
    Et puis attention aussi à ne pas généraliser. Ce n’est pas parce que des réactions binaires comme ce que vous citez existe, « Bush (et personne d’autre) assassin », que tout le monde pense ainsi. Certains, entendant Bush dire que c’était la lutte du bien contre le mal, ont su corriger d’eux-mêmes en considérant que l’on ne représente pas forcément le bien quand on combat le mal.

  36. LBL, vous avez trouvé une vidéo dérangeante. Calvi, Chaliand et quelques autres, tous normalement très au courant, qui feignent de ne pas savoir ce qu’est Bilderberg. Comment pourraient-ils l’ignorer ? Et mentir si mal. Chaliand ne sait pas ce que c’est, mais explique tout de même ce que ce n’est pas. Ils savent aussi bien que pour Davos ce que sont la Trilatérale et Bilderberg. Et à propos de Bilderberg, Jouyet y était en 2008. Et pour cette année 2012, il y avait parmi beaucoup d’autres le conseil de transition syrien.

  37. MERCI à vous Leyla d´avoir pris le temps d´écrire ce long commentaire, merci pour l´intelligence et la clarté de vos propos. Et merci pour le lien.
    Découragée par le politiquement correct qui règne parfois ici et les vives réactions de rejet lorsque l´on exprime, même courtoisement, une opinion qui n´a pas l´heur de plaire à certains lecteurs, je n´avais plus envie de prolonger le débat. Et de toute manière, je n´aurais pas pu le faire aussi bien que vous 🙂

  38. C´est bizarre, ce que je viens de poster a disparu. Deuxième essai :

    Merci à vous Leyla d´avoir pris le temps d´écrire ce long commentaire. Merci pour votre clarté et la précision de votre propos. Et merci pour les liens.
    Découragée par le politiquement correct qui règne parfois ici et par le rejet sans appel des opinions qui n´ont pas l´heur de plaire à certains lecteurs, même lorsqu´elles sont formulées courtoisement, j´avais renoncé à poursuivre le débat. Et puis je n´aurais pas pu le faire aussi bien que vous 🙂

  39. Leyla, pour avoir une indignation morale il est indispensable aussi d’etre realiste, et ces deux positions ne s’opposent pas mais sont sans realite sans l’autre.

    Il ne s’agit pas ici d’imperialisme ou d’anti-imperialisme, occidental ou non-occidental.

    Si vous me permettez une note personnelle, je prends toujours la defense de la France lorsqu’elle est attaquee injustement dans des arguments primaires d’inspiration « anti-imperialiste ».

    L’argument « vous etes contre la guerre donc vous defendez Hussein, Kadhafi, Assad, Ahmadinejad…(rallongez la liste) » est exactement le choix stupide qu’Avaaz veut nous faire prendre. Il faut absolument le refuser. En quoi defendre les victimes civiles est une defense de Assad ?

    Vous dites qu’il faut « agir et juger dans la complexite des choses ». Ca me rassure, mais alors comment pouvez-vous justifier la vision du monde polarisee et mensongere a laquelle Avaaz veut nous faire contribuer ?

    J’apprecie votre defense de la complexite des societes occidentales, et je l’approuve. Mais il est tellement dommage que vous n’etendiez pas cette complexite aux societes non-occidentales !

    Car cela nous aurait mene au cœur du sujet. La motivation des forces qu’Avaaz sert.

    Contrairement a ce que vous dites, je ne crois pas que la seule issue soit :

    « C’est terrible à dire, mais, pour changer la donne, il faudrait un réveil inédit des peuples occidentaux envers et contre la course à l’abîme à laquelle ils participent! »

    Au contraire, ce dont nous avons urgemment besoin c’est bel et bien d’un « réveil inédit des peuples non-occidentaux ». Le reveil en Occident ne suffira pas. De loin.

    La question c’est donc, devra-t-on maintenir le statu-quo, la vision culturelle et economique d’une vision du monde, avec l’exploitation a l’infini des hommes et de la terre a laquelle elle semble incapable de resister, ou bien autoriser l’emergence d’autres voix ?

    La democratie en Afrique du Sud, au Bresil, a Myanmar, a fait (ou commence a faire) des progres admirables, que personne ne denie.

    Il y avait pourtant une maniere d’empecher ces progres, ou de les retarder : Bombarder ces pays, les envahir, torturer leur population, detruire leur infrastructure, leur cohesion sociale, leur securite, leur espoir, leur respect d’eux-memes. Les faire « retourner au moyen-age », comme des responsables Americains ont declare a propos de l’Irak.

    Il y a seulement 3 pays au monde qui ont volontairement renonce a la bombe atomique, apres avoir avance assez loin sur la voie de son acquisition. Sans bombardement ni pression. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour moi cela pointe sur ce que vous appelez « un réveil inédit ».

    Ce sont l’Afrique du Sud, le Bresil et l’Iran.

    Il y aurait beaucoup a dire sur la defense d’Assad. Et rien qu’en lisant les journaux ! Par exemple, lui et son pere ont tue mille fois moins de personnes que Bush et son pere. Ou bien encore, il accepte de negocier avec des gens qui ont pris les armes contre leur pays, chose que ni Chirac (a Ouvea) ni aucun gouvernement Americain n’a jamais accepte. Et pourtant je respecte Jacques Chirac pour sa position de principe sur l’Irak. Mais de fait, il est revenu a Michel Rocard de faire la paix en Nouvelle Caledonie, pas a Chirac. Et sans bombarder le pays ni envoyer les drones.

  40. Leyla, a la reflexion je trouve le coeur de votre argument, qui est de justifier l’intervention militaire de la CIA et de l’OTAN au nom de la complexite de la societe occidentale, vraiment honteux. On croirait lire Huntington ! Et cela fait preuve d’une vraie ignorance, car c’est quand meme l’Europe et ses rejetons qui ont imagine, et partiellement accompli, le reve d’une societe plus homogene… Alors si vous voulez dire, en etant logique jusqu’au bout, que la grande complexite des societes non-occidentales les justifie a attaquer militairement l’Europe pour ses fautes, alors chapeau : Une justification de plus du terrorisme ! (Comme si on avait besoin de ca)

  41. ah je phantasme sur ce qu’auraient ou être le contenu des échanges sur le blog (anachronisme total) d’icelui nicolino au temps de la guerre de cent ans quand françois et anglois se tapaient sur la cafetière!

  42. Laurent Fournier,

    Vous vous adressez dans votre commentaire à Leyla, je ne veux pas répondre à sa place.
    Mais permettez-moi une petite remarque : j´ai beaucoup de mal (c´est peut-être dû à ma faible intelligence) à déceler une logique dans vos propos, à relier entre eux les différents éléments de votre argumentation, à trouver le fil conducteur qui me permettrait d´y voir un peu plus clair. Que viennent faire ici la Nouvelle-Calédonie, Rocard, Chirac ? L´Afrique du Sud, le Brésil, le Myanmar ? Est- ce le jeu du « cadavre exquis » 🙂 ? Que signifie d´après vous « une société homogène »? En quoi Leyla, de par son argumentation, justifierait-elle le terrorisme ? Ceci dit sans agressivité, mais vous me paraissez obnubilé par une idée fixe qui vous fiche la pétoche.
    Pour finir, et là je ne mâcherai pas mes mots parce que je suis scandalisée. Votre indécente comptabilité des morts à mettre d´un côté sur le compte de Georges Bush et de l´autre à celui des Assad me révulse profondément, vous devriez avoir honte.

    Je partage complètement le point de vue de Leyla et j´attends avec impatience qu´elle réponde. Ses interventions, malheureusement trop rares, relèvent incontestablement le niveau du débat.

  43. Bon, puisqu’il faut mettre les points sur les i:

    1. Lorsqu’on dit que l’intervention militaire ne fait qu’aggraver les choses on s’entend repondre:

    « oui mais Assad-Hussein-Kadhafi-Ahmadinejad (etc, rallongez la liste) » sont des … (censure) et nous en Occident nous sommes une democratie, et tant que ces dirigeants resterons en place il n’y aura pas de democratie dans ces pays et puisque les populations sont terrorisees il faut les aider elles ne peuvent pas s’en sortir seules »

    Voila pourquoi je mentionne L’Afrique du Sud, le Bresil, Myanmar, qui ont mis fin a la dictature sans agression militaire.

    2. Ouvea en Nouvelle Caledonie est un exemple ou le gouvernement a mis a mort les citoyens qui ont pris les armes contre lui. C’est un cas qui est extremement frequent, et il est interessant que par contraste Assad ait accepte le plan Annan qui implique de parler avec l’opposition armee.

    3. Rocard a fait la paix en Nouvelle Caledonie sans intervention militaire. C’est donc un autre exemple en plus de ceux precedemment cites, et qui nous concerne plus.

    4. Homogene c’est le contraire d’heterogene. Si vous dites que votre societe est d’autant plus riche qu’elle est complexe, (ce que je suis pret a admettre aussi) alors il faut aussi porter le meme regard sur les autres societes, et le fait est que (sans porter de valeur) elles sont en general bien plus complexes que les societes occidentales, et donc l’equation « nous sommes complexes donc pas vraiment mechants » s’applique aussi bien, sinon meme davantage, aux societes non-occidentales, qu’elles subissent une dictature ou pas d’ailleurs.

    5. Ne pas denoncer l’action militaire de la CIA, de l’OTAN et de leurs sbires, et signer les petitions d’Avaaz, sous pretexte que « nous sommes une societe complexe » est donc injustifiable. Il s’agit d’une justification du terrorisme, qui se rapproche de celle de Huntington, qui lui aussi place une societe particuliere (la sienne) a l’ecart, au-dessus des autres.

    6. Enfin, la comparaison entre Bush et Assad vient de ce que le nombre de victimes est en general invoque pour defendre une intervention militaire. Il est donc juste de rappeler que l’intervention militaire ne fera que multiplier les morts. D’autre part je n’ai pas choisi Bush au hasard, il fut le leader du pays dominant du camp occidental et ses successeurs ne semblent pas etre capables de changer le cap tragique qu’il a donne. Comme je m’adresse ici surtout a des Francais, il me semble opportun de pointer du doigt la direction vers laquelle il nous faut porter la pression. Nous n’avons probablement guere d’influence sur Assad, mais surement plus sur nos leaders.

    J’espere que c’est clair.

  44. J’oubliais : Oui j’ai la petoche.

    Comment avez-vous devine ?

    Je crains d’aller en Irak, de me faire regarder de travers, sinon pire.

    Je crains d’aller en Libye.

    J’ai peur que ca soit deja trop tard pour aller en Syrie.

    Mais je voudrais vraiment, un jour, voir Ispahan, les jardins Bagh-e-fin, de Chotel sehoun, le pont de Kajou, et ecouter le Daf jusqu’au bout de la nuit. Je n’aurais peut-etre jamais l’opportunite d’y aller mais j’aimerais garder la certitude que si j’y allais un jour, j’y trouverais des amis, pas des ennemis.

  45. La démocratie est un leurre. Elle le restera tant qu´un éveil collectif des consciences n´aura pas eu lieu. Et cela semble plutôt mal barré. L´humanité continuera sur sa lancée aveugle, sur sa lancée terroriste, si vous préférez. L´homo sapiens (quelle blague que ce qualificatif) porte en lui le germe de la destruction, il n´y a qu´à voir ce qu´il fait de son habitat. Moi, j´appelle la destruction de la planète du terrorisme. Tout comme l´exploitation esclavagiste de la misère, c´est aussi du terrorisme, celui des cols blancs du FMI (entre autres), des cols bien proprets, des cols respectés par les instances dirigeantes qui leur sont acquises. Il faudrait peut-être arrêter de tirer des frontières avantageuses, pour soi bien entendu, entre le « Mal » et le « Bien ».

    Et pour ce qui est des interventions militaires, la France a une belle collection de cadavres dans ses placards, la « France-Afrique en kaki ». Rien que l´opération « Turquoise » au Rwanda est encore aujourd´hui lourde de zones d´ombre et un sujet de controverses. La belle Marianne a du sang sur les paluches !

  46. Bonsoir,

    Je me permet … pas d’entrer dans le débat, trop ardu pour mon modeste savoir, mais …

    Les Etats-Unis voient encore plus loin. Ils considèrent la Chine, puissance économique montante, «comme le plus grand défi à leur domination mondiale dans les quinze années à venir». Or la Chine est confrontée à un manque croissant de pétrole. La majeure partie de ses importations proviennent du Moyen-Orient. En contrôlant le pétrole de cette région, les impérialistes américains veulent aussi pouvoir saboter l’économie chinoise.

    De l’Irak à la Syrie et l’Iran. Le but de l’impérialisme américain est de passer du renversement de Saddam Hussein au renversement de tous les régimes qui s’opposent résolument à sa mainmise. Le ministre américain de la Guerre Donald Rumsfeld répète que si l’Irak est la cible première des États-Unis, d’autres «États voyous menacent également la sécurité des États-Unis». Et de citer l’Iran, la Syrie, la Libye. Tous ces pays du tiers-monde ont l’audace de s’opposer à la guerre d’agression américaine contre l’Irak, de refuser la mainmise de l’impérialisme sur leurs ressources naturelles.

    Tout les mensonges sont bon pour arriver a cette fin.

    Qui c’est qui a dit? La quatrième mondiale se fera avec des cailloux.

    Franchement, je me demande parfois si certaines personnes n’ont pas reçu comme présent le programme VERITE.

    Bonne soirée a vous toutes et tous,mmerci pour vos commentaires … je reste avec Laurent. 🙂

  47. Et puisque nous parlons de peur, moi aussi j´ai les jetons, mais pas les mêmes que vous. Pour en citer un, je redoute plus le paysan qui a son champ derrière chez moi. Non, non, il ne me regarde pas de travers pas plus qu´il ne me menace. Bien au contraire. Toujours jovial, toujours souriant, il fait un grand signe de main pendant que, assis sur son tracteur, il arrose copieusement son lopin de pesticides. Et le vent rabat le nuage toxique sur le village. Merci Monsanto, Bayer, Syngenta, les firmes terroristes bien connues qui font d´excellentes affaires. Et combien de morts? Chut, motus et bouche cousue!

  48. LBL,
    La Chine procède exactement de la même manière que les Etats-Unis pour faire main basse sur les ressources dont elle a besoin, comme en Afrique, par exemple où elle n´hésite pas à violer les limites des parcs nationaux pour faire des coupes sombres dans la forêt équatoriale ou abattre les animaux à « ivoire ». Si le débat est trop ardu pour votre « modeste savoir » (le mien est tout petit mais je m´informe peu à peu), alors lisez « La Haine de l´Occident » de Jean Ziegler, cela vous aidera peut-être à dépasser votre anti-américanisme primaire 🙂 et à faire la part des choses. L´impérialisme, les visées hégémoniques, le besoin de dominer et d´asservir en pillant, tout ceci n´est pas nouveau, l´histoire de l´humanité le démontre, elle n´est qu´un long fleuve sanglant. Aujourd´hui encore, toutes les grandes puissances jouent des coudes pour tirer la couverture à elles.
    « Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu´un atome ». 🙂
    Albert Einstein

  49. Bonjour Fabrice Nicolino,

    Qui aurait bien pu imaginer que ce gouvernement change la donne? Ce sont les mêmes mais en rose! Ces personnes là ne peuvent absolument pas changer quoi que se soi. Ils ne peuvent pas penser et agir autrement car il ne savent pas faire!
    Ces humains là ne le sont plus, ils sont conditionnés et lobotomisés afin que la roue tourne dans le sens de la secte!

    Gilles.

  50. Il y a 3 mois un ami et moi discutions par e-mail sur cette question du petrole. Il ecrivait : « La guerre en Iran n’a rien a voir avec le nucleaire. C’est le petrole, le petrole et encore le petrole… »

    Mais je suis persuade qu’en fait ca a plus a voir avec le nucleaire qu’avec le petrole… seulement, pas de la maniere dont les medias nous l’expliquent !

    Je repondais ainsi a cet ami (traduction) :

    Ca n’a pas grand-chose a voir avec le petrole. Ca a a voir avec empecher l’emergence de peuples independants en Asie Occidentale. Ca a a voir avec maintenir l’Asie Occidentale sous la coupe des mentalites les plus retrogrades et rigides.

    Compare la vie culturelle et la societe civile en Iran et en Arabie Saoudite… Compare combien de papiers sont publies dans des revues scientifiques a comite de lecture par des Iraniens ou par des scientifiques originaires d’Iran et par des gens des pays environnants. Des pays multi-culturels, laics, en Asie Occidentale ou la societe civile existe deja ou menace d’emerger et pourrait meme agir de concert avec les gouvernements pour developer un nouveau type de societe specifique a l’Asie Occidentale, sont les vraies menaces pour « l’Occident ». Le nettoyage ethnique fait partie de cette politique Occidentale. Les Chretiens ont fuit l’Irak. Le premier ministre de Saddam Hussein, un Chretien, attend son execution. Il s’est rendu aux Americains en echange de la liberte pour sa famille, et il savait qu’ils ne le laisseraient pas vivre. Il a ete juge coupable de persecution contre des groupes Musulmans. Les Chretiens se preparent maintenant a fuir la nouvelle Syrie qui est maintenant fabriquee a coup de guerre civile financee par l’Occident. Les Juifs fuiront probablement l’Iran s’il y a une guerre. Les Etats-Unis veulent se considerer comme la seule societe multi-culturelle, parceque cela rend les autres peuples, organises selon des lignes ethniques et religieuses, beaucoup plus facile a controler. C’est le plan explicite de ce livre maladroit, « Le clash des civilisations et la re-organisation du monde ». Le message implicite, illogique mais puissant, est que les « civilisations » clashent, mais les Etats-Unis (et le Royaume-Uni et leurs eventuels clients) ne sont PAS des « civilisations, and ainsi sont capables de « re-organiser le monde ». Et bien sur, cette « re-organisation » ne peut se faire que par la violence et la coercion, puisque les « civilisations » (PAS les Etats-Unis) « clashent ».

    Il fallu un petit professeur de Harvard pour habiller un programme politique de guerre permanente, en travail academique.

    C’etait necessaire pour vendre la guerre a l’opinion publique Occidentale. Le reste du monde ne l’a pas gobe, mais ce n’etait pas a leur intention.

    Les Etats-Unis se sont assures que la marge de manoeuvre de l’Iran est reduite a zero. Les Iraniens ont demande de maniere repetee que les negociations nucleaires soient « discretes », mais se sont vu denier ce droit diplomatique de base. L’Occident agit d’une maniere telle que le gouvernement Iranien ne peut abandonner le nucleaire, a moins de perdre toute legitimite et respect aux yeux des Iraniens. Il est assez remarquable qu’ils aient unilateralement renonce a la bombe atomique dans cette situation. Qu’ils aient deja ce niveau de pouvoir (ce niveau de confiance mutuelle entre les gens et leur gouvernement pour se permettre le luxe d’une decision aussi anti-populiste) a surement inquiete l’Occident, and c’est pourquoi ils ont decide qu’une guerre doit avoir lieu tres vite et ne peut attendre trop longtemps. La « fenetre d’opportunite » n’a rien a voir avec des usines souterraines, il s’agit de la confiance croissante en eux-memes des gens en Iran.

    Heureusement l’Ouest aussi est diversifie, et je suis sur que tu as lu le poeme de Gunter Grass:

    http://pulsemedia.org/2012/04/07/what-must-be-said

    La question nucleaire est aussi une politique a long-terme de l’Occident. Le « Conseil Atlantique » declare qu’ils est dans l’interet des Etats-Unis et de leurs allies que l’energie nucleaire se repande dans le monde. La politique Americaine en Inde et en Iran accomplit exactement cela, en utilisant des moyens qui sont consideres appropries pour les mentalites differentes en Inde et en Iran. »

    L’original en Anglais est peut-etre plus clair:

    I don’t think it has much to do with oil. It has to do with preventing
    > the rise of independent people in Western Asia. It has to do with
    > keeping western Asia under the most retrograde and rigid kind of
    > mental set-up. Compare the cultural life and civil society in Iran and
    > Saudi Arabia… Compare how many papers are published in peer-reviewed
    > journals by people from Iran or from Iranian origin and from other
    > neighbouring countries. Multi-cultural, secular countries in Western
    > Asia were civil society is already existing or is threatening to
    > emerge and could even work in tandem with governments to develop a new
    > type of society specific to Western Asia, are the real threat to the
    > « West ». The ethnic cleansing is a part of this Western policy.
    > Christians have fled Irak. The Prime Minister of Saddam Hussein, a
    > Christian, is awaiting his execution. He surrendered to the Americans
    > against a safe passage for his family, and he knew they would not let
    > him live. He has been found guilty of persecuting some Muslim groups.
    > Christians are preparing to flee the new Syria which is being
    > manufactured through Western-funded civil war. Jews will probably flee
    > Iran if there is a war. The US want to see themselves as the only
    > multi-cultural society, because that makes other people, organised
    > along ethnic and religious lines, much more easy to rule from outside.
    > That is the explicit plan of this clumsy book, « The clash of
    > civilizations and the remaking of world order ». The illogical but
    > forceful subtext is, « civilizations » clash, but the US (and the UK and
    > their occasional clients) are NOT « civilizations », and thus are able
    > to « remake the world order ». And of course, this « remaking » can only
    > be through violence and subjugation, because « civilizations » (NOT the
    > US) « clash ». It took a minor Harvard professor to cloth a political
    > program of permanent war, into the appearance of an academic work.
    > That was necessary to sell the war to western public opinion. The rest
    > of the world did not buy it. But that was not for them to buy.
    >
    > The US has ensured the Iran government’s hands are tied. The Iranians
    > have repeatedly asked for « discreet » discussions on nuclear issues,
    > but were denied that basic diplomatic right. The West acts in a manner
    > that the Iran government has no choice but pursuing nuclear otherwise
    > it would loose all legitimacy and all respect in the eyes of their
    > people. It is quite remarkable that they have unilaterally renounced
    > atomic bombs in this situation. That they already have this kind of
    > power (this kind of mutual trust between government and people to
    > allow such non-populist decision) has surely worried the West, and
    > that’s why they have decided a war must be done very soon and can’t
    > wait too much. The « window of opportunity » has nothing to do with
    > subterranean nuclear facilities, it is about the rising
    > self-confidence of the Iranian people.
    >
    > Fortunately the West is also diverse, and I am sure you have read
    > Gunter Grass’s poem:
    >
    > http://pulsemedia.org/2012/04/07/what-must-be-said
    >
    > The nuclear issue is also a long-term western policy. It is even
    > explicitly written in their policy documents. The « Atlantic Council »
    > states that it is in the interest of the US and their allies that
    > nuclear energy spread in the world. The US policy in India and in Iran
    > achieves exactly that, in a manner which is considered appropriate for
    > the different mindset of Indians and Iranians.

  51. @ Martine, sur la « Haine de l’Occident »…

    Ziegler est certainement un grand bonhomme, un combattant infatiguable, et sa longue experience et son travail font qu’il sait surement mieux que moi de quoi il parle !

    Mais malgre cela, je prefere me reposer sur mon experience et sur ma perception personnelles, pour limitees qu’elles soient, et elles ne m’ont jamais fait penser a de la « haine ».

    Il y a en Asie une fierte qui confine parfois au desinteret, mais toujours sur un fond de respect. Le ressentiment envers les anciens colonisateurs et ce qu’ils ont fait existe, et aussi tres souvent une fascination tres superficielle, et parfois un interet reel, profond, pour l’Occident.

    J’ai percu a la fois cette fierte, ce ressentiment et cet interet chez ce copain indien qui m’a dit un jour brutalement : « Vous les Francais vous pretendez etre cultives mais en 3 semaines a Paris je n’ai rencontre personne dans la rue capable de soutenir une conversation sur Levinas » ! (Si j’avais le sens de la repartie j’aurais pu lui dire que pour moi, en 20 ans a Paris, ce fut pareil !!!)

    En Occident par contre la fascination prend une forme differente, et a part une sorte de dedain commiseratif assez repandu (typiquement : « les pauvres ! Franchemement je prefere vivre en France! »), il y a aussi une maniere de ne voir en l’autre que ses propres obsessions sous une forme differente, appelee « Orientalisme ».

    Donc d’un cote un desinteret base sur la fierte et le contentement d’etre soi, et de l’autre un interet superficiel qui cherche essentiellement a calmer son inquietude et a se justifier soi-meme en comparaison…

    Il n’y a pas de symmetrie, mais dans les deux cas je ne vois pas de « haine ».

    La chose a faire c’est de connaitre sans tricher. Petit a petit on finira bien par comprendre des choses.

  52. Laurent Fournier
    J´ai aussi l´expérience de plusieurs années passées en Asie et dans le monde arabe et je comprends ce que vous voulez dire. Je partage en grande partie votre avis. Avec une légère restriction : j´essaye de ne pas trop me laisser influencer par ce que j´ai vécu et de faire la synthèse entre les expériences personnelles et les informations que je tire d´ouvrages comme ceux de Jean Ziegler, entre autres.
    Bon, vous voyez, nous sommes parfois d´accord ! Fêtons cela, buvez un lassi à ma santé 🙂
    Bonne journée.

  53. @ Azrael.
    L’analyse de Chaliand n’est pas fausse ; ce qui me chagrine c’est la prétention à la neutralité sous couvert de « réalisme » et le regard hautain sur tous ceux qui se risquent à un jugement moral et politique ; comme si une observation de la réalité n’engageait pas toujours une certaine vue sur les choses et une certaine position politique et morale, fût-elle celle du cynisme. Dans ce genre de choses plus qu’ailleurs, la neutralité est une duperie. Je crois qu’il faut demander : mais quel monde voulez-vous ? de quelle manière vous vous représentez le monde pour dire ce que vous soutenez ? sortez de votre pseudo-expertise et rendez compte des attendus de votre jugement … Pour moi les attendus du jugement de Laurent F. sont inacceptables (voir ma précédente intervention concernant l’anti-impérialisme, qui n’est certes pas une position unique mais qui existe et s’avère parfois bien plus durable qu’on ne pourrait le croire – voir par exemple le côté malheureusement très binaire de certains défenseurs de Mélenchon lorsque notre hôte le déshabille …) ; en ce qui concerne Chaliand je ne vois pas très bien d’où il parle …
    Oui une analyse la plus lucide possible et la moins dépendante des œillères des médias est nécessaire ; cela étant dit, il existe d’autres œillères, du côté de bien des mouvements, voix ou médias qui se veulent dissidents ou anti-système et qui restent enfermés dans des présupposés hérités du marxisme, du gauchisme, de l’anti-impérialisme critiqué plus haut, etc. Ce n’est pas parce qu’on récuse les médias dominants qu’on est forcément lucide et pas « manipulé » par d’autres aveuglements.
    @ Laurent.
    J’ai apprécié plusieurs de vos interventions ici et récemment, je vous ai trouvé courageux dans les répliques que vous avez su porter contre les bêtises d’Olivier à propos de l’écologie (voir ici, nos interventions sur le blog d’Olivier : http://objectifterre.over-blog.org/article-savitri-devi-ecolo-nazie-francaise-et-preceptrice-influente-de-cornelius-castoriadis-107310175-comments.html#anchorComment) . Sur la discussion qui nous occupe, je ne vous suis toujours pas (et je suis d’accord avec Martine, la logique de vos propos n’est pas toujours claire). Vous ne répondez pas vraiment à ce que j’ai développé et vous me prêtez des positions que je n’ai jamais eues … Je ne défends pas une guerre menée par les USA ou l’OTAN ou même l’ONU, où lisez-vous cela dans mes propos ??? Si vous voulez vous donnez un adversaire facile, autant en restez-là. Ce n’est pas moi qui ait appelé à soutenir Avaaz ; j’ai seulement voulu défendre le principe d’un soutien aux dynamiques de résistance et d’autonomie des populations civiles syriennes (et arabes en général) contre le régime dictatorial au pouvoir, sachant 1. qu’il y a d’autres dynamiques à l’œuvre (pro-islamistes notamment) bien moins défendables ; et 2. que nous occidentaux sommes piégés pour savoir que faire en deçà d’un réveil majeur des populations occidentales pour prendre leur destin en main (envers et contre les dynamiques oligarchiques et capitalistes) – et c’est pour différencier, dans les pays occidentaux, les régimes des sociétés que j’ai souligné l’importance de ce réveil, vous rejoignant par ailleurs sur le fait que le réveil doit aussi se produire ou plutôt se prolonger ailleurs, puisqu’on peut dire que ces dernières décennies, des mouvements d’émancipation ont surtout émergé ailleurs qu’en Occident (du Chiapas à la Tunisie). Je ne défends donc absolument pas les régimes occidentaux en place, mais ce qui reste du mouvement démocratique (au sens premier du terme, au sens où par exemple l’élucide Castoriadis) et de l’esprit démocratique dans les sociétés occidentales. Je suis parfaitement d’accord avec vous et avec Robespierre pour dire : « Les peuples n’aiment pas les missionnaires armés » (mais encore une fois ai-je dit autre chose précédemment ?) ; aucune transformation réellement démocratique ne peut émerger dans et par la violence armée, c’est une évidence.
    Je maintiens que vous vous enfermez dans une défense bien curieuse d’Assad au nom de ce que je ne sais comment appeler autrement qu’un anti-impérialisme progressiste assez attristant mais répandu. Vous lui attribuez à nouveau des qualités qui feraient frémir les syriens qui lui résistent au prix de leur vie (s’ils avaient le temps de lire ce blog …) et qu’une analyse minimale des fait vient aussitôt démentir (respect du plan Annan, vous voulez rire ???).
    Pour ceux que cela intéresse, sur un conflit précédent, voir cet article sur le Kosovo, par l’équipe de l’importante et belle revue Réfractions : http://refractions.plusloin.org/spip.php?article375.

  54. Leyla, j’ai reagit par rapport au message de Sancho qui appelait a signer la petition d’Avaaz. Je me suis efforce d’expliquer pourquoi il ne faut surtout pas signer la petition d’Avaaz. Non que cela vienne en aide aux Syriens, mais au moins ne pas signer la petition evite de leur nuire. Je crois avoir ete assez clair que defendre le droit a la vie et la droit a la securite des Syriens n’a rien a voir avec defendre Assad. On peut etre contre Sarkozy (ou Hollande) et cependant defendre son pays contre une agression exterieure. Les Syriens c’est pareil. Je ne crois pas que les Francais soient pour autant reduits a l’inaction ou a l’impuissance, comme certains le suggerent. Hollande poursuit, de maniere hypocrite, la meme politique que Sarkozy et Juppe. Il faudrait reclamer que la France arrete d’envoyer des armes en Syrie, arrete de participer au groupe « les amis de la Syrie » qui travaillent a detruire ce pays. Voila ce qui est de la responsabilite des Francais aujourd’hui, s’ils pretendent se soucier de la Syrie. Pour Assad, laissons les Syriens decider de leur destin et aidons-les, pour ceux qui le peuvent, sans violence.

  55. Un article dans la version en ligne de l´hebdomadaire allemand « Die Zeit » explique qu´Assad tient l´occident pour responsable des massacres qui ont lieu dans son pays. Selon lui, la Syrie serait la victime d´un complot organisé à partir de l´étranger, la plus grande partie des morts sont des fidèles de son régime, massacrés par des membres d´Al Quaida ou d´autres extrémistes. Et parce que la majorité de la population syrienne ne prend pas part aux manifestations de révolte, il n´envisage en aucun cas de démissionner. Il explique qu´un président ne peut pas reculer devant un challenge national comme c´est, d´après lui, le cas en Syrie. Jamais son gouvernement n´a fermé la porte à quelque représentant d´un pays étranger, pour autant qu´il soit sincère et honnête. Et si le plan en six points de Kofi Annan n´aboutit pas, c´est aussi la faute de l´étranger.
    Sans commentaire !

    Un petit rappel, parce que les médias ne semblent pas s´y intéresser : à Bahreïn aussi, les gens se battent pour la démocratie, au péril de leur vie, chaque jour. Les informations sur ce mouvement sont rarissimes mais la répression n´a rien à envier à celle du pouvoir syrien.

  56. Martine, que voulez-vous dire ? Qu’est-ce qui vous fait penser que ce que dit Assad ne soit pas vrai ?

    Moi en tant que citoyen Francais je reclame que mon gouvernement cesse d’envoyer des armes en Syrie.

  57. Syrie, suite…

    On le savait depuis plus d’un an par les medias Iraniens, Russes, Indiens, etc. mais maintenant « The Guardian » (equivalent Britannique de « Le Monde ») semble avoir recu l’autorisation de le reconnaitre officiellement: Les Americains, les Anglais et les Francais entrainent, « depuis plus d’un an » en Jordanie des groupes armes pour intervenire en Syrie.

    http://www.guardian.co.uk/world/2013/mar/08/west-training-syrian-rebels-jordan

    Quand j’avais ecrit ici que massacrer 17.000 personnes en Syrie avait pour seul but de rendre possible le massacre de 500.000 ou un million, on m’avait traite de « cynique ».

    Aujourd’hui nous en sommes a 100.000. Et, affreux scandale, la vie continue en Syrie: Lorsque les obus ont explose a l’universite d’Alep, les etudiants etaient en examen. Lorsque les voitures piegees explosent en pleine rue, les pompiers sont arrives pour secourir les blesses. C’est cela, ces gens qui persistent a vivre malgre tout, qui scandalise « Le Monde », Fabius, Hague, Cameron et Hollande. Car on ne voit ces images d’etudiants, de pompiers en uniformes et de medecins que dans la presse non-occidentale.

    Donc, comme il n’y a pas encore assez de chaos, Fabius et Hague accroissent leur aide aux groupes armes. Lorsqu’une voiture piegee explose en pleine rue faisant des dizaines de morts ils ne denoncent pas l’attentat ils disent « Assad l’a bien cherche ».

    Leur vrai but c’est d’arriver a une situation de chaos telle que, lorsque les pompiers et les medecins arriveront apres un attentat, les drones Occidentaux leur tireront dessus. Comme cela a ete deja experimente en Irak (voir « Collateral Murder ») et se fait aujoud’hui de maniere quotidienne au Pakistan.

    Qui a donne mandat a ces tristes sbires, Fabius, Hague et Cie, pour financer le terrorisme avec nos impots?

    La guerre a l’ancienne, d’avant le terrorisme, etait plus saine: Les peuples s’entretuaient eux-memes, directement.

    Celle d’aujourd’hui ressemble a une mise en pratique des methodes experimentees dans les camps de concentration. Le directeur du camp joue Bach au piano et ecrit des rapports, pendant que les criminels de droit commun, les extremistes et les sadiques qu’il a soigneusement selectionne et arme, massacrent a tour de bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *