Réveillé

Je n’ai qu’un minuscule et provisoire accès au net. Excusez donc ma brièveté. Je suis réveillé, mais grandement plâtré, et immobilisé pour des semaines… C’est un peu dur.

Le magnifique soleil du dehors est voilé par un insupportable nuage de pollutions diverses. On ose conseiller aux vieux, aux malades, aux gosses de se planquer. Surtout ne pas courir ! Surtout ne pas ennuyer Peugeot, notre beau champion du diesel !

Avez-vous vu que l’Ademe, agence publique normalement à notre service, a enterré sur ordre ministériel – madame Royal – un rapport qu’elle avait pourtant commandé ? Il est vrai qu’il conclut que la France pourrait être alimentée à 100 % par des énergies renouvelables dès 2050. Pour moins cher que le nucléaire. Et voilà pourquoi les atomistes associés, de droite comme de gauche, ne veulent pas que l’on sache.

J’embrasse qui le souhaite et je salue de ma chambre tous les autres.

93 réflexions au sujet de « Réveillé »

  1. Même si la situation est sans doute très difficile pour vous, voire douloureuse physiquement, je lis ce bulletin avec joie.
    C’est une vraie bonne nouvelle de savoir que vous êtes réveillé.
    C’est une vraie bonne nouvelle (bis) de voir que vous avez eu envie/besoin d’écrire quelques mots sur le rapport de l’Ademe.
    Je vous embrasse

  2. Il est dur d’être immobilisé au printemps quand tout chante la vie, enfin si l’on est un tant soit peu éloigné de la pollution de l’air. J’espère de tout cœur que la vie chante en vous malgré ces mois post-traumatique, bercé par la morphine et/ou entouré de plâtre. Vous avez une multitude gens à vos cotés, même ceux comme moi qui sont restés silencieux jusqu’à présent par incapacité à trouver les mots. Courage et Merci d’être là.

  3. Quelle joie de te savoir réveillé!
    Dur pour l’immobilité!
    Rapport ou pas le nouveau directeur de l’Ademe est l’ancien directeur de la maîtrise des risques de l’Andra!!
    Amitié et bisous de Clara

  4. Content de vous lire!
    Malgré « tout », vous trouvez la « gnac » (« niac »?) de vous indigner. La « pensée », la vie en somme, garde le dessus, reste au dessus de ce « tout »!
    J’ai fait regarder aux 5e un c pa sorcier (dont tout n’est pas à prendre tel quel, évidemment…)sur les énergies renouvelables. Nous sommes un certain nombre (masse critique, comme vous le dîtes, un jour, sûrement) à être sensibles, préoccupés au sujet de ce gaspillage généralisé d’énergie. Manifestons-le par tous les moyens!
    Exemples de gaspillage: sur 6 litres de carburant brûlés dans un moteur à explosion, seule l’énergie tirée de la combustion de moins de 3 litres est convertie en énergie motrice, l’énergie des plus de 3 autres litres est transformée intégralement en chaleur non récupérable (dissipé dans l’air).
    Le pétrole brulé par jour sur Terre tient dans un nombre de barils qui ferait le tour de notre planète (le long de l’équateur).
    Bon j’arrête de faire le prof…
    On garde quand même le sourire, parce que ça rend plus fort!
    Bien à vous, cher Fabrice.

  5. Merci pour vos billets.
    Je suis heureux de voir que votre combativité l’emporte et vous donne le courage de continuer.
    Je cherchais depuis quelques temps un moyen de vous aider. Je crois que j’ai trouvé : je me suis rappelé avoir lu le magnifique livre de Jean-Paul Kauffmann, La maison du retour. Un formidable récit de retour à la vie, de victoire sur la barbarie. Est-ce que je peux vous l’envoyer, aux bons soins de Charlie Hebdo ?

  6. Tes chroniques et avis acérés et judicieux nous manquent. Courage et merci pour ton engagement constant et ton combat pour nous tous.

  7. Salut Fabrice, heureux que tu sois de retour parmi nous. C’est difficile, mais cela va aller de mieux en mieux maintenant. Vu les nouvelles sur le rapport enterré de l’Ademe; de nombreux médias ont relevé cette tentative de censure et ils ne sont pas tendres avec Royal et consors. En attendant, repose toi et pense surtout à te rétablir. Courage.

  8. 🙂

    Grand merci, Fabrice.

    A la bonheur, réveillé, éveillé et à veiller.

    Un gros coeur sur ton plâtre. Enfin …. pas trop gros, faut laisser de la place pour autrui.

    Bisous verts,

  9. Bonjour Fabrice,
    Et, une opération de plus ! Je te souhaite un bon rétablissement. Prend tout ton temps pour guérir de tous tes maux même si j’enrage de ne te lire qu’occasionnellement, les temps sont durs pour les écolos comme moi, libre et indépendant.
    Avec toute mon Amitié.

  10. Salut Fabrice !

    Content de te savoir réveillé ! Tu sais « les vieux » dont je suis continuent de cavaler même s’ils côtoient parfois – aussi – la grande faucheuse. Alors courage,courage, et puis tiens…bises à toi frère de combat.

  11. Bonjour Cher Fabrice
    Ne te mets pas la rate au court bouillon au réveil, ils n’en valent pas la peine
    Si je croyais en dieu je me dirais qu’ils auront des comptes à rendre un jour ou l’autre, mais je ne crois pas, pas en dieu et encore moins en l’humain, à quelques exceptions près bien sûr et puis comme disait Brassens, « dieu s’il existe il exagère ».
    Prends soins de toi
    « Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme. »
    Saint Augustin

  12. Merci Fabrice d’avoir le courage de venir nous donner rapidement de vos nouvelles. Rétablissez vous vite, la planète et nous tous avons besoin de votre combativité.

  13. Salut Fabrice,
    Alors ? Réveillé et bien réveillé me semble-t-il.
    Demeure la même sempiternelle et unique question :
     » Et maintenant, que faire de ce que nous savons ? »
    Nous rassembler et faire tenir ensemble toutes nos idées,nos désirs, nos utopies pour inventer quelque chose d’autre. Je t’embrasse

  14. Merci de cette généreuse persévérance qui vous conduit malgré votre état à nous donner de vos nouvelles. Que faire contre ces nuages qui viennent ternir la lumière dont vous avez tant besoin? Pourvu que les quelques rayons solaires qui se risquent encore à les transpercer vous apportent tout de même un peu de douceur.

  15. Content de te relire, emplâtré certes mais bien vivant et combatif.
    Où est-il enterré ce rapport de l’Ademe ? J’ai une pioche et un pelle.

  16. Bonjour Fabrice !
    À mon petit niveau et à distance, je continue de me battre contre le projet de center parc de Roybon. Votre immobilité forcée me pousse à avancer à grandes enjambées. Face à un groupe comme Pierre & Vacances, nous sommes petits mais nous pouvons parfois chausser des bottes de sept lieues. Je suis sûre que, dans vos bottes de plâtre, il y a mille fourmillements qui vous démangent mais travaillent en silence.
    Je vous envoie du courage, des montagnes et de la lumière.
    À bientôt !
    Blandine

  17. Cher Fabrice,
    Je t’ai envoyé des histoires (courtes) pour penser à autre chose, une photo et une vidéo du fameux cerisier aujourd’hui en fleurs .Vent, chants d’oiseaux … Les oiseaux, justement, font encore la navette entre ses branches et la fenêtre .Je n’ai pas eu le coeur d’interrompre ce magnifique ballet de plumes et de fleurs… pas encore . Préviens moi si tu n’as rien reçu .
    Bises

  18. Merci pour ces nouvelles et de tenir notre conscience éveillés. Ravie de voir que votre esprit soit toujours aussi alerte et ouvert à ce foutu monde qui nous entoure. Je vous envoie ces chants printaniers qui m’enchantent chaque jour, ceux des merles moqueurs en attendant le temps des cerises et des lendemains enchanteurs… il y en aura forcément ! prenez soin de vous.

  19. Fabrice,

    Bon courage Fabrice, tiens bon, le printemps est arrivé, dehors dans les bois, dans les champs, dans mon jardin la vie reprend ses droits, et elle ne t’oubliera pas Toi son fidèle et ardent défenseur.
    Nous on va t’attendre bien sagement, prends ton temps et surtout prends bien soin de toi.Comme l’exprime si bien Régis dans le message précédent, nous aurons besoin de nous rassembler pour donner vie à nos utopies. Nous aurons bien besoin de toi pour nous retrouver et nous redonner confiance,car aujourd’hui l’écologie politique est morte. Ils ont piétinés nos idéaux et trahis les fondements de l’écologie. Une poignée de guignols n’ont d’autre horizon que le périmètre d’un parti.Certains d’entre eux faisaient pourtant leur beurre en rabâchant « qu’un autre monde était possible » . Aujourd’hui leur seul combat c’est l’obtention d’un siège,pitoyable,et rude combat…

    Alors Fabrice, tiens bon, nous aurons bien besoin de toi, pour nous resituer entre gens convaincus et habités par l’intégrité

  20. en cette journée de printemps, je vous envoie beaucoup d’énergie et un bouquet de chants d’oiseaux pour que tu tiennes bon.

  21. Grand sourire en ouvrant « Planète sans visa », de voir que Fabrice Nicolino écrit de nouveau… Et tout de suite après, navrance de lire ses lignes.
    Mais c’est comme ça qu’on vous lit : vous n’apportez pas que de bonnes nouvelles, mais vous êtes essentiel (l’avais-je déjà écrit ?)pour vos excellentes synthèses et votre (vrai) travail de (vrai) journaliste.
    Bon vent, et que le vent, le vrai, lève la merdouille sur Paname où j’ai des enfants et petits-enfants, ce qui, depuis mes collines stéphanoises, me navre, mais enfin, tout le monde peut pas être d’ici, y en faut bien d’ailleurs (adapté du Lyonnais).
    Salutations printanière, que le ciel bleu s’affiche à votre fenêtre de chambre !
    Marie-Hélène

  22. merci Fabrice de ces nouvelles et de cette mention du rapport de l’ADEME
    souhaitons une bonne croissance à ce rapport enterré c’est le bon moment pour les plantations …
    merci aux contributeurs de ce blog

  23. Bon rétablissement et courage Fabrice, on compte sur vous pour continuer à nous réveiller !

    Vous écrivez : « On ose conseiller aux vieux, aux malades, aux gosses de se planquer. » A New Delhi, ceux qui sont aux premières loges pour observer les méfaits de la pollution, à savoir les médecins, leur disent carrément de partir:

    http://indianexpress.com/article/india/india-others/leave-delhi/

    http://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/0204287844793-new-delhi-veut-un-accord-a-la-conference-de-paris-sur-le-climat-1110235.php

  24. bonsoir,
    des journées difficiles vous attendent,tenez le coup,bientôt le soleil rayonnera pour vous.
    Bon courage.
    Armelle

  25. Merci pour ces nouvelles de toi ! Plâtré, immobilisé, tu t’en remettras, je le souhaite et je n’en doute pas.
    Pour le reste, plus rien n’étonne.
    Ce qui n’est pas le cas d’autres espèces : hier encore, épatée par de beaux étourneaux, imperturbables, ramassant des brindilles (pour faire leur nid ?).

  26. Quel plaisir de vous savoir réveillé ! Bon rétablissement à vous, courage, force, mes pensées vous accompagnent.

  27. Bonjour Fabrice,
    merci pour les bisous

    1000 excuses je n’ai toujours pas réussi à choisir mes 3 articles préférés… ils sont tous super !!!

    J’espère que tout ira pour le mieux.

    Pierre

  28. Je te serre bien fort dans mes bras, Fabrice!

    Il me semble que le probleme du rapport de l’ADEME c’est d’avoir mis par ecrit ce que tout le monde sait: Que le nucleaire est de plus en plus cher, les renouvelables de moins en moins cher, et que le point de basculement (a plus ou moins 10-20 ans pres selon les regions et les technologies) est maintenant. Le futur inevitable, c’est que le ron-ron des machines des systemes de surveillance, de securite et d’entretien des futurs usines a dechets nucleaires seront alimentes au solaire, seule technique abordable a l’echelle immense consideree. Mais comme on ne peut pas dire que maintenant c’est le solaire qui va subventionner les conserves nucleaires, les politiques attendent le genie de la communication, le « philosophe » du pouvoir qui va nous offrir un « recit » digestible.

    Le theme de la rentabilite et des subventions est interessant: Une technique rentable c’est le plus souvent une technique dont les subventions et les couts sont deja integres dans le systeme, donc lorsque la societe change les techniques « rentables » ne sont plus les memes. Le capitalisme a du changer de configuration avec la fin (officielle) de l’esclavage, et nous assistons au changement de configuration du capitalisme avec la fin (officielle) du droit a polluer. Mais tout comme l’esclavage continue quand meme, sous des formes plus subtiles et non moins massives, la pollution continuera…

  29. contente de lire votre message, même si les nouvelles sont et bonnes et pas bonnes,
    je n’ai pas encore entendu les hirondelles qui sont pourtant arrivées paraît il dans les villages environnants … je les attends,
    à la sortie du plâtre, le meilleur est devant
    cordialement

  30. Bonjour,

    Je n’ai pas de mots assez forts pour vous témoigner mon respect et mon admiration pour votre combat quotidien!!!
    Je vous embrasse

  31. Bonjour Fabrice,

    Un grand merci pour ces nouvelles.
    Ca ne va pas te consoler, mais saches qu’à l’âge de 15 ans, j’ai été plâtré six mois des hanches jusqu’à la poitrine pour un problème de colonne vertébrale qui a depuis disparu.
    Depuis, je ne supporte plus que les vêtements amples !
    Je connais le bruit un peu inquiétant mais inoffensif de la scie à plâtre, les positions difficiles à maintenir, les gratouilles parfois si agaçantes sous le plâtre, les douleurs des os qui se remettent lentement en place et tout le reste…
    Allez, je sais que tue es dedans, je voulais juste te dire ma solidarité d’ancien « grand platré » 😉

    Passons à l’essentiel 😉
    Ici, le soleil est là aussi, le ciel est d’un de ces bleus du Sud que je m’amuse à appeler le « bleu Van Gogh ».
    Je te raconte hier : sortie pour l’AG de la LPO 07 au bord des gorges de l’Ardèche. On se ballade dans la garrigue une petite 1/2 heure et d’un seul coup, Baoum ! Deux vautours percnoptères surgissent en remontant du fond des gorges, ils prenaient le thermique et ils déboulent à 100 mètre, à hauteur de nos yeux, pleinement éclairés par le soleil… pour continuer leur course dans le ciel. On a pu les admirer près de 40 minutes. Grand spectacle, je me serai cru en Haut-Béarn où j’ai l’habitude de les voir survolant à hauteur de clocher le marché de Bedous… village et vallée que je ne fréquente plus depuis que l’ours n’est plus dans ces (ses) vallées. Ca finira par changer 😉
    A propos du « Moussu », tu as vu la bonne nouvelle ? 31 ours dans les Pyrénées en 2014 (effectif minimum détecté, même s’il y a eu deux morts depuis : l’oursonne Auberta et le mâle Balou, l’une à cause de la connerie scientiste et techniciste -implanter un émetteur intra-abdominal à une oursonne…- l’autre peut-être à cause de la foudre sur son collier émetteur !).
    Et puis… il y a, croisons les doigts, sûrement eu des naissances cet hiver dans les tanières !
    Il n’y avait plus que 5-6 ours en 1995 : les ours sont bons, comme tu l’écris dans l’une de tes notes 😉 c’est Royal et son gouvernement qui est nulle, eux qui refusent tout nouveau lâcher. Or, tu l’as bien écris, il y a de la place pour 250 ours dans les Pyrénées… reste à obtenir les lâchers qui permettraient d’éviter l’extinction prévue (par consanguinité : la population souche, avec 8 individus, n’est pas assez diverses génétiquement pour assurer le maintien de l’espèce à moyen terme… il faut donc du sang neuf ! cf rapport Museum National d’Histoire Naturelle). Pour finir sur cette parenthèse, l’ensemble des 31 ours minimum ont en 2014 prédaté seulement 176 brebis ! (contre 20 à 50 000 qui crèvent chaque année pour des raisons toutes autres : maladies, foudre, chiens, parasites…).

    Je reviens en Ardèche : en repartant de l’AG LPO 07 le soir, à nouveau un percno qui remonte encore des gorges à portée de vue immédiate. Spectacle encore une fois avec ce vautour blanc aux bords d’ailes tranchés de larges bandes noires et à la tête couleur peau-jaune vif. J’imagine les hommes de Chauvet comme ils devaient eux aussi s’émerveiller de ces êtres célestes si puissants et majestueux… Les rémiges des vautours, au bout des ailes, ressemblent à des doigts humains ouverts des deux côtés des ailes sur le cosmos et sur la Terre ! Des esprits volants trait-d’union verticaux entre notre monde et l’univers que ces imposants oiseaux !
    Je crois que Jean Clotte a raison : ces peintres géniaux de Chauvet ont sûrement réalisé leurs oeuvres de toute beauté dans une cadre chamanique. Je suis certain qu’ils se prenaient par moment pour les animaux qu’ils peignaient, intégrant une relation au monde où la coupure d’avec la nature est absente.

    Hier matin, avec les percno, il y avait aussi jusqu’à 17 milans noirs ensemble et beaucoup de fauvettes dans la garrigue avec ça et là des hirondelles qui fendaient le ciel et des martinets à ventre blancs se livrant à des prouesses aériennes dont ils ont le secret.

    Prends soin de toi, Fabrice, prends le temps de rêver des beautés du monde, sois patient, patient, patient : tu es certain, absolument certain de sortir de tout cela. Et nous sommes là.
    Belle(s) journée(s) 😉

    P.S : le comptage à l’Escrinet se poursuit et … 100% de soiseaux qui passent le col se dirigent vers toi : plein Nord 😉 La pollution au-dessus des grandes villes et vallées industrielles ne les arrêtera pas tout de suite ! Mais quelle nouvelle honte pour Royal que sa manière d’aborder la pollution de l’air. L’épisode du rapport enterré est minable. Il est urgent qu’elle DEGAGE aussi rapidement que possible du ministère de l’écologie. Vite !

  32. Toutes mes excuses pour mes nombreuses erreurs d’orthographe ci-dessus… j’ai mal relu, mes doigts vont plus vite que ma tête… et cette dernière est trop encombrée !
    Petite erreur de nombre aussi : pour 2014, les 31 ours (et peut-être d’autres!) ont prédaté 178 et non 176 brebis dans les Pyrénées françaises.
    En 2013, c’était 171 ; 272 en 2012 ; 176 en 2011 ; 167 en 2010…etc…
    Bref, c’est assez stable (alors que le nombre d’ours augmente !) et c’est vraiment très faible !
    Et ce sont les « victimes » = animaux d’élevages tués ET blessés. Des ovins très très majoritairement.
    Pour ceux que l’Ours brun des Pyrénées intéresse :
    http://www.ferus.fr/wp-content/uploads/2015/04/Rapport_du_Reseau_Ours_Brun_2014.pdf
    Et n’hésitez pas à relire Fabrice à ce sujet :
    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1694

  33. Bonjour,
    Je vous envoie plein de courage dans ces moments difficiles. Prenez soir de vous et ne perdez pas espoir. combattez vivement pour revenir au mieux physiquement et toujours aussi brillant moralement.

  34. 🙂

    Oui, plein de belles, bonnes, saines pensées pour toi. Grosses bisettes.

    Ah mince alors! Je voulais t’envoyer des photos des oiseaux, mais ils ne veulent pas prendre la pose.

    Les violettes, non plus, elles n’aiment pas, elles sont sauvageonnes.

    Par contre, des machins qui ne bouge pas et qui reste pour quelques jours, cela est possible!D es ampoules. Cela te branche? Tu vois, nous changeons le Monde. Les petits cailloux peuvent enrayer une machine. Non?

    Bien a vous toustes,

    http://www.icone-gif.com/gif/emoticones-gros/love/36_4_9.gif

  35. Contente de vous savoir réveillé et au courant de ce rapport de l’ADEME qu’on voudrait nous cacher.
    La vérité finit toujours par se savoir.
    Courage à vous et à bientôt de vous lire

  36. Bonjour Fabrice,

    J’imagine à quel point c’est dur de devoir rester enfermé maintenant que les beaux jours sont revenus.

    J’ai écrit il y a quelques temps un scénario de jeu de rôle sur le thème de la ZAD. Comme tu me l’as inspiré par un de tes articles, je te donne le lien : http://rolistesnantais.blogspot.fr/2015/04/la-communaute-de-la-zad-un-scenario.html

    Même si tu ne pratiques pas le jeu de rôle, ça se lit comme une histoire, j’espère qu’elle te fera un peu sourire et égaiera un petit peu ton séjour.

  37. Hier j’ecoutais une conference de Debal Deb au « Basudha Study Circle » a Kolkata, sur « comportement animal et evolution ». De Darwin a Frisch en passant par Fabre, Diane Fossey, le « sourire de Duchenne », les comportements appris et innes, etc.

    En y repensant aujourd’hui, je vois que finalement les animaux et nous les hommes avons le meme but dans la vie: Dans notre extraordinaire diversite, nous nous efforcons de faire le meilleur usage des forces dont nous disposons, quelles que soit ces forces. Puisque nous sommes tous si differents, il y a un certain nombre de choses qu’une seule personne precise dans une situation precise est en mesure de faire. La seule chose qu’elle pourra vraiment regretter, c’est de ne pas les avoir faites, et le reste n’a aucune importance.

    A cette aune, non seulement les animaux et nous jouons le meme jeu, mais il y a fort a parier qu’ils y reussissent mieux que nous.

    L’idee que nous n’avons en commun que « les bas instincts » est donc assez minable et completement insuffisante: Nous avons surement aussi en commun de tres hauts instincts!

  38. Je profite d’une matinée un peu tranquille pour venir me joindre à tous ceux qui font vivre ce blog, si riche en pensées et en Amitié. Merci à eux. Personne ici n’a évoqué, je crois, ce référendum à Malte… où les habitants ont voté POUR la chasse. Vous savez, la tradition, celle de tuer en masse tous ces malheureux oiseaux migrateurs qui ont la mauvaise idée de passer par cette ile. Commet peut-on organiser un référendum pour une activité illégale. Cela me dépasse. Fabrice, il n’est pas un jour où nous ne parlons pas de toi, entre nous, à nos stagiaires, aux personnes que nous rencontrons… Et même, il y a peu, aux premiers busards cendrés qui sont arrivés en Aveyron ! Les St martin « sont à fond » et ne cessent d’écrire dans le ciel, leur désir de Vie au travers d’acrobaties et de vrilles incroyables. Et c’est toute cette Energie que je t’envoie ce matin. Celle de la VIE. Je t’embrasse.

  39. bonjour fabrice ,

    merci de vos nouvelles, c’est une autre étape à passer et ça ne peux aller que vers le meilleur courage fabrice aller on est là!!!!

  40. @Viviane, hélas, oui, vu le résultat du référendum sur la chasse aux oiseaux migrateurs à Malte.
    Sauf que… la « chasse » en période de reproduction des oiseaux, ce n’est plus de la chasse, c’est du BRACONNAGE et quand ce ne sont pas des espèces « gibier » qui sont abattues (ces maltais vont jusqu’à abattre des cigognes… c’est vrai que ça ressemble tellement à des grives…) alors ce n’est même plus du braconnage mais de la DESTRUCTION D’ESPECE PROTEGEE…

    Seul point positif : le oui à la chasse d’après mes sources (à confirmer) n’est passé qu’à 51 %. On peut dire que la moitié des votants est contre cette chasse. Ce serait intéressant d’avoir la proportion de votants par rapport au corps électoral puis à la population totale.
    Une fois encore, la totalité des politiques locaux a été en dessous de tout, soutenant ce braconnage en faisant preuve d’un clientèlisme/clanisme bine connu en France dès lors qu’il s’agit de protection de la nature.
    Hélas, pour protéger la nature, plus les décisions sont décentralisées et pire c’est. C’est l’Etat central ou l’Europe qui protègent le mieux… Inutile de parler d’Etat central à Malte. Malte qui, soit dit au passage, a toujours été l’un des plus forts soutiens au colonel Khadafi !
    Evidemment, ce qui est très grave c’est que Malte, pour les oiseaux migrateurs, est sur l’un des 4 seuls couloirs les plus importants de Méditerranée (1 = Gibraltar, 2 = Tunisie/Malte/Italie, 3 = Pointe Lybienne/Grèce/ 4 = Bosphore).
    C’est l’une des articulation Europe/Afrique qui est gravement touchée chaque année par ces viandards egoïstes et inconscients.

    Boycott de Malte et, espérons-le, sanctions de l’Union Européenne pourront peut-être pousser à changer la donne.
    N’allez pas, n’allez plus à Malte… et dites- le !

    http://news.sky.com/story/1463480/malta-votes-to-keep-bird-shooting-tradition

    et

    http://www.bbc.com/news/world-europe-32239141

  41. Bon, enfin un message qui sent le plâtre (normal) et la bonne humeur (ouf !) Effectivement nous compatissons tous pour ton état de santé et surtout pour les dégâts occasionnés par des balles, c’est très impressionnant…
    Alors c’est bien de te lire, parce que nous, quand on nous dit de ne pas respirer pendant une semaine, on trouve cela presque « normal », on dit c’est la fatalité, c’est les usines de l’Est, heureusement que tu es là pour nous botter un peu les neurones !
    Pour le reste, je voudrais qu’on n’oublie pas les animaux, je viens de regarder un film commenté par Maxime Ginolin, « Terriens », que je conseille à tous (on doit le trouver sur le net) et qui permet de ne pas oublier…
    L’homme est le seul animal a aimer faire souffrir, c’est pas rien… sans doute c’est une erreur de parcours qui fait que nous nous sommes retrouvée en haut de l’échelle, si ça avait été les thons ou les baleines on serait moins dans la m… aujourd’hui…
    Allez, bon courage à toi

    f.

  42. bonjour cher Fabrice: une carte postale virtuelle;
    imaginez le grand pommier fleuri fuschia
    et un papillon zébré jaune et noir avec un peu de bleu et de vermillon et des ailes finissant en pointe qui se pose avec soin sur les fleurs les plus nourrissantes,
    des dizaines d’abeilles,
    plusieurs gros bourdons bleu-noir très bruyants,
    un petit bourdon roux très affairé à visiter les fleurs en prenant beaucoup de temps pour chacune et des coléoptères noirs et blancs gros comme des centimes qui, un peu gauches mangent les étamines mais s’envolent prestement dès qu’on essaie de les saisir …
    la vie d’un pommier issu d’un semis, au printemps
    en liberté depuis plus de 20 ans, compagnon d’un rosier ancien blanc qui s’appuie sur lui pour grimper un peu
    juste un arrosage de temps en temps
    comme dit le poète: ne rien faire
    regarder un peu chaque jour
    laisser faire la nature, le temps et la saison.

  43. Bonjour Fabrice,
    Heureuse de lire ces bonnes nouvelles, tenez bon ! Là où je suis, dans le vert Poitou, le printemps est doux et les nuages absents (les pollutions sont plus invisibles, mais elles sont malheureusement là comme partout…), un temps à passer la journée dehors à se promener sous les arbres…
    Je vous envoie beaucoup de soleil, de couleurs, et vous salue très chaleureusement. Prenez votre temps, mais revenez-nous vite 🙂

  44. Bonjour Fabrice,
    Content que tu sois revenu parmi nous. Luce Lapin ne manque pas de son côté de nous donner de tes nouvelles régulièrement 🙂
    Le débat du jour, c’est la loi renseignement présentée aujourd’hui à l’Assemblée et qui va encore nous enlever nos libertés si elle est votée en l’état, comme l’a demandé notre cher Valls. au cas où tu serais suffisamment en forme, voici le lien vers la lettre ouverte publiée sur Mediapart conjointement par de nombreux opposants : https://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-chemla/030415/lettre-ouverte-aux-traitres-la-republique
    Repose-toi bien et à bientôt.

  45. Bonjour,
    Il me semble que votre plâtre devrait être bien décoré par quelques amis dessinateurs!
    Bon courage a vous!

  46. Et oui, Martine, en Egypte…
    Les méditerranéens sont devenus des viandards, eux dont l’alimentation était tellement végétarienne par nécessité…

  47. you are in our thoughts everyday, amigo
    pauvres oiseaux migrateurs qui reviennent d’afrique en ce printemps pour respirer (?) Peugeot, comme tu dis
    on te souhaite courage

  48. Bonjour,

    Alors, comment va? Comment va « mon » prince charmant? * Grosses, grosses bisettes.

    Heureuse, très, que tu ais tant de messages d’amitiés. Même dans la plus grande solitude, nous ne sommes jamais seuls. Quand tout se pense perdu, nous ne sommes jamais seuls. Ne l’oublie pas. Merci.

    Vais faire ma chieuse. 🙂

    Il faudrait peut être que certains mettent le frein sur l’envoi de mauvaises nouvelles. Si vous croyez que c’est aider au rétablissage du moral de Fabrice, je doute que c’est ainsi qu’il y arrive. Ce n’est pas avec du moche que l’on remonte la pente. Envoyer lui du beau, du bon, du sain. Faut cesser de voir toujours en négatif. Les belles actions, les beaux gestes, ont aussi leurs importances et pourtant elles restent dans la discrétion, alors qu’elles devraient inonder la toile.

    A présent, c’est vous qui voyez! Le sombre attire le sombre!

    De quoi je me mêle? De votre bien être. Serait ce péché? Si vous ne l’avez pas compris, tant pis!

    Bien être a vous toustes,

    * Je taquine. 😉 😉

  49. J’espère que maintenant le plus dur est derrière vous. Bon rétablissement et continuez à nous tenir informer.
    De grosses bises.
    Christine

  50. A Porcinette,

    Sais-tu, Vieille croyante, que mentir sur le siècle est péché ?

    Vassili Peskov : – Ermites dans la taïga
    – Des nouvelles d’Agaphia ermite dans la taïga

    😀

  51. Bonjour Fabrice,

    Tu ne te souviens peut-être pas de moi mais nos routes se sont croisés il y a quelques années lors de ton passage à Montier en der : ce jour là, nous étions voisins de dédicaces. Nous avions échangé au sujet de l’état de notre planète.
    Je viens ici te souhaiter un bon rétablissement : que la force physique et morale t’accompagne dans ce combat sur le long chemin de la guérison.
    De tout coeur avec toi. Au plaisir de te revoir debout

    Laurent

  52. Salut

    Immobilisé au printemps ,j’ai connu maintes fois ce genre de chose . Pour le plâtre j’en ai eu un de 7 kgs…
    Pour l’histoire du rapport de l’ADEME arrêtez de faire les surpris . Vous pensez sans doute être en démocratie ?
    Sur ce ,un peu de lecture sur charlie…
    http://www.lesinrocks.com/2015/04/13/actualite/article-11-exhume-une-citation-de-charb-si-je-navais-pas-ete-dessinateur-jaurais-ete-kamikaze-11737329/

    Courage à toi et à nous

  53. Moi j’aime bien lire les commentaires sur Planete sans Visa. C’est drole, c’est peut-etre le seul site sur lequel, d’abord, presque aucun commentaire n’est censure, mais surtout sur lequel la censure est toujours explicite. Merci et bravo, Fabrice, d’avoir cree ce phenomene unique!

    Par ailleurs, le phenomene de la censure des commentaires sur les sites de journaux ou sur les blogs est extremement interessant!

    Il y a ceux (comme Liberation) ou environ 70% de mes commentaires sont censures, et ou, grace a un tel pourcentage, un profil ideologique particulier, coherent, se dessine avec assez de precision. Mais il y a aussi, encore plus interessant, ces blogs ou l’auteur revise son texte suite a un commentaire… qu’il censure quand meme (ha ha!), ou bien ceux, plus maladroits, ou la moitie d’un commentaire est « magiquement » effacee…

    Autre particularite de Planete sans Visa: Le texte n’est jamais modifie, mais un corrigendum est explicitement ajoute.

    La classe, Fabrice!

  54. Bonjour Fabrice,

    Le monde va à la dérive. Heureusement qu’il existe encore de belles personnes dont tu fais parti qui gardent le cap. Tiens bon, tenez bon !

    Tous mes voeux de rétablissement.

    Eléna

  55. Bonjour et merci pour toutes ces chroniques !!
    Bon courage et plein d’énergie, de soleil, d’hirondelles et d’odeurs de printemps !! Et courage aussi pour le plâtre, c’est finalement vite passé.
    Enormes bises.

  56. Bien venue parmi nous! courage, toujours.
    Puisque la ville de Paris est candidate pour les JO je tiens à lancer ici mon idée de JEUX SANS VISA.
    L’idée est de créer de vrais jeux sportifs conviviaux et ouverts à tous.
    Chaque pays organise tous les quatre ans un grand tirage au sort de tous les concurrents, non professionnels, pour toutes les épreuves, parmi les citoyens âgés entre, par exemple, 20 et 60 ans.
    Les tirés au sort ont ensuite quatre ans pour s’entraîner.
    Toutes les épreuves sont ouvertes sans différence de sexe, d’age ou de handicape.
    Cette année là peut être que le 100 m sera remporté par votre tante de 55 ans en 15 secondes, et alors, quelle fête !!
    Voilà, donc à tous ceux qui veulent organiser les nouveaux Jeux, bien venus pour créer cet événement, pour un nouveau monde ou la compétition ne sera pas la finalité.

  57. @Porcinette, si Fabrice ne voulait que des bonnes nouvelles, il nous l’aurait dit. Il a toujours (j’insiste sur toujours) parlé de ce qui va… et de ce qui ne va pas en ce monde. C’est ce que nous apprécions tous ici notamment. Nous en sommes tous là il me semble 😉

  58. Merci Stan,

    Merci pour ce magnifique cadeau. C’est un cygne du coeur. J’ai une grande chance de vous avoir rencontré, toustes, même si ce n’est que par le biais d’un écran. Merci la Vie.

    « Arrive-t-il à cette personne si peu commune de songer à la mort qui, mais le comprend-elle, la guette à chaque instant? Oui, elle y songe, oui, elle le comprend. Mais la mort pour Agafia, ce n’est pas la même chose que pour la plupart d’entre nous. Ce n’est qu’une frontière vers un autre royaume. « Et si tu rencontres un ours et qu’il te déchiquette, de quelle résurrection peux-tu parler? » Mais cette éventualité n’alarme point Agafia. « Ah! Vassili Mikhaïlovitch, tout se recoudra là-haut. »

    🙂

    ——-

    Coucou Laurent,

    Les commentaires posés, envoyés sur PSV et qui ne sortent pas visibles, sur le sujet, ou vont ils? Quoi? Dans la poubelle? C’est pas bien ….

    ——-

    Bonsoir Bénédicte,

    Le métier de Fabrice? Métier? Beurkkkk! Passion, oui. Pas la peine de discutailler, c’est lui qui voit. 🙂 Suis pas sa nounou!

    Bien a vous toustes,

    PS. Ne prenez pas tout au premier degrés. C’est plus souvent de l’humour. Un peu grinçant. Pour vous. Mes journées, mes nuits dans la vraies vie, sont assez sérieuses pour ne pas en rajouter.

  59. P.P.

    Pardon, nous nous sommes croisés.

    Vous êtes un garçon et ne ressentez peut être pas de la même façon la portée des mots que Fabrice nous permet de lire.

    Quand il se dit triste, j’estime presque déplacé de rajouter de la peine a une peine. Cela donne des entassements, qui finissent par affecter encore davantage les pensées chagrines.

    Je ne juge point, chacun fait comme il lui semble bon, mais je m’abstiendrais de lâcher des infos angoissantes, dans « mon » monde, il est interdit de voir des larmes dans les yeux, peut importe a qui ils sont.

    Des larmes de joies, oui!

    Bonne soirée,

  60. @ Porcinette , quoi « Beurk?  » , métier c’est plutôt un joli mot : métier, ministère c’est à dire « servir » ou « aver mestier » « être nécessaire » …attention, je n’ai pas dit « être indispensable « …et ça n’empêche pas de trouver belle (de loin car je ne suis jamais allée) la taïga .
    Bien à toi

  61. Bon courage, et prompt rétablissement ! Bien sûr, je ne vous envie pas, je n’aimerais pas être à votre place (qui le voudrait ?) mais, comme je vous admire ! Je vous envoie des ondes positives pour, j’espère, alléger vos souffrances…

  62. pour l’avoir vécu, seconde après seconde,
    pendant des mois,
    un jour, Fabrice, on quitte le plafond pour seul horizon, on se hisse à la position verticale en appui sur les arbres qu’on aperçoit enfin à la fenêtre, puis on découvre comment on fait pour marcher, puis pour monter une marche, et la descendre ( ce n’est pas le même geste)…
    un jour on se retrouve dehors, et alors on n’oublie jamais, jamais, l’immense traversée humaine que ça a été,
    et ça reste à jamais la plus grande expérience de vie qu’on ne pourra partager qu’avec celles et ceux qui en savent quelque chose, silencieusement.

    Courage Fabrice, pour contenir l’impatience d’un corps qui ne demande qu’à vivre libre. Chaque instant est « un pas » de plus vers cette conquête.

    Bien à vous

    FranBoise

     » Et l’enfant demandera :
    – Maman, puis-je courir aux Indes ?
    Et la mère répondra :
    – Emporte ton goûter ! »
    P. Morand

  63. @ Porcinette, sauf que tripalium n’a pas la même racine , mais je suis d’accord que l’on peut tout pervertir, tout dépend de notre rapport au monde .
    Chouette la vidéo, comme un clin d’oeil à mon boulanger bio : il s’appelle Daniel !

    @Fabrice, des articles intéressants dans le dernier Charlie, dont le tien sur les pesticides dans les rivières . cela fait longtemps que je ne consomme plus de poissons locaux , mais tout de même : les chiffres que tu donnes font réellement frémir . Quand je pense que mes aînés ont fait du canoë ! C’est certainement cela le plus dur : se faire une raison. Nos générations n’échappent ou n’échapperont pas aux conséquences de cette pollution généralisée . Mais On peut se battre pour améliorer le futur .
    Un beau dossier sur les roms également dans Charlie .

  64. Cher Fabrice,
    je prends autant de nouvelles que possible depuis ce triste 7 janvier…
    Secouée, comme beaucoup…
    Merci pour tes publications et tes nouvelles…
    Tiens bon! On a encore et encore besoin de ta plume experte.
    Je te souhaite de retrouver vite le chemin de ton sweet home…
    Je pense bien à toi et serais contente de te revoir.
    Amicalement,
    Sylvia

  65. Bon courage Fabrice, je viens ici régulièrement « prendre » de tes nouvelles, même si je ne commente pas à chaque fois. Je te souhaite encore le meilleur rétablissement possible.

  66. @ Fabrice, @ tous ceux de Planète sans visa
    Comme avec ton plâtre, tes passages répétés sur le billard, les morts de janvier qui hantent, c’est pas forcément toujours la joie (même si ça a l’air d’aller mieux, l’article sur les intellos est du meilleur cru ! sans parler des ébats animaliers), je me suis dit…

    Voici un jeu. Appelons-le le Grand Sommeil (on voudra bien comprendre plus tard).
    Episode 1 : scénarios pour 2050 sans nucléaire, un curieux anniversaire…

    Soit le texte suivant (à lire in extenso avant de répondre aux questions !)
    « Le solaire, oui. Mais pour quoi faire ? C’est sur ce thème qu’un petit groupe de chercheurs présente le projet «Alter». Ou comment la France pourrait vivre, en 2050, sans pétrole ni nucléaire, avec des énergies renouvelables, exclusivement. Pas une prévision ni une utopie. Mais un scénario rigoureux. Ces scientifiques — Ils se sont baptisés « groupe de Bellevue » — travaillent au C.n.r.s., à E.d.f., à l’Institut de la recherche agronomique (Inra). Leur proposition tend simplement à démontrer qu’un avenir solaire est possible. A condition de le préparer dès aujourd’hui. « Ce n’est pas la peine de se lancer dans le solaire si nous restons dans une perspective de consommation galopante. Mieux vaudrait alors concentrer notre effort sur le nucléaire ou chercher de l’énergie sur Mars… » Ceci posé, le groupe de Bellevue considère que limiter nos besoins ne signifie pas sacrifier notre confort. L’originalité de leur démarche, qui va à l’encontre des méthodes utilisées en politique énergétique, est justement d’évaluer avec précision les besoins à satisfaire en fonction desquels les possibilités d’utilisation du « gisement » solaire sont étudiées. A chaque besoin, à chaque usage, correspond la forme d’énergie la moins coûteuse pour la collectivité. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. Par exemple, le secteur résidentiel et tertiaire utilise de la chaleur à basse température mais satisfait ce besoin avec des combustibles qui fournissent des calories haute température ou, même, de l’électricité. Bref, on utilise toujours l’énergie la plus noble pour ses usages les plus dégradés. Une absurdité. En refusant la fatalité d’une pression de la demande exponentielle, le groupe de Bellevue se donne quelques hypothèses de base. Le cadre de son étude : en 2050, plus de réserve fossile et pas d’invention spectaculaire dans le domaine énergétique. La France compte alors 60 millions d’habitants et consomme presque autant d’énergie qu’aujourd’hui. Les besoins ont évolué : 100 m2 de logement par ménage au lieu de 70 en 1975, le double de locaux socio-culturels, plus de voitures mais qui roulent moins et une priorité effective des transports en commun. Le projet Alter considère que les besoins d’équipement et de consommation des Français sont respectivement 1,5 et 1,3 fois supérieurs aux besoins actuellement satisfaits mais que le pays produit des équipements plus durables, en économisant 15 % d’énergie. Le groupe de Bellevue distingue quatre sortes de besoins. A la chaleur basse température correspondrait, pour 80 %, le chauffage solaire direct. Dans les villages et les petits ensembles, des petites centrales solaires pourraient assurer tous les besoins, le stockage étant alors plus facile. Pour les villes et les grands ensembles, l’héliogéothermie serait possible et l’eau à 200° réinjectée en été dans des couches géologiques pour être récupérée en hiver. Pour les usages industriels, ce procédé pourrait également être utilisé. La force motrice, fixe ou mobile, peut être alimentée grâce à la biomasse. Les origines de cette biomasse sont extrêmement variées : ordures ménagères, déchets, paille, branchages et sciures des scieries, plantes fourragères à haut rendement. Transformables en combustibles solides, liquides ou gazeux. Le paysage se trouverait profondément transformé par ces choix. Le groupe de Bellevue envisage la création de petits complexes agro-industriels, sortes de coopératives. Les montagnes seraient spécialisées dans l’élevage et les Français devraient manger moins de viande. L’occupation des sols serait également affectée : le tiers de la forêt française exploité rationnellement et 2,5 millions d’hectares de terres agricoles consacrés à des cultures énergétiques (sur un total de 35 millions d’hectares). Les centrales solaires, d’autre part, occuperaient 300 000 hectares, à comparer aux 120 000 noyés actuellement par les barrages. Enfin, restent les usages proprement électriques, satisfaits pour 53 % par des centrales solaires, pour 40 % par l’énergie hydraulique et enfin, pour 7 %, par les éoliennes. Ces pourcentages, le projet Alter les donne sous toute réserve, simplement pour démontrer que cet avenir n’est pas utopique ; contrairement à ce que les chantres officiels du nucléaire voudraient nous faire croire. Intéressant par sa méthodologie même, Alter prouve qu’une alternative existe. Encore faudrait-il laisser l’option ouverte pour le prochain siècle. Il faut compter plus d’un demi-siècle avant d’espérer pouvoir mettre en place une telle structure de consommation et de production. En somme, il faudrait s’y mettre tout de suite. C’est à ce prix que l’objectif d’un nouvel équilibre décrit par le groupe de Bellevue aurait quelque chance de voir le jour. L’urgente nécessité nous en presse. Mais nous n’en prenons pas le chemin. »

    Maintenant les devinettes.
    I. Qui est l’auteur de ce texte ? D’où provient-il ? De quand date-t-il ?

    Réponse a. Ségolène Royal et François Hollande dans un fanzine de Sciences Po Paris en avril 1978.
    Réponse b. Alain Badiou dans une note interne du groupe maoïste l’Union des communistes de France marxiste-léniniste en janvier 1979.
    Réponse c. Jean-Luc Mélenchon dans un article pour l’Organisation Communiste Internationaliste, section de Besançon, lors de la canicule de 1976.
    Réponse d. Nicolas Sarkozy dans un fanzine de Sciences Po Paris en mai 1981 (article paru à l’époque en anglais).
    Réponse e. Frédérique de Gravelaine dans L’Unité (Hebdo du Parti Socialiste) en avril 1978.
    Réponse f. C’est un faux monté de toutes pièces par la CIA et le Mossad publié sous pseudonyme dans Charlie Hebdo au moment où la France était sur le point de conquérir son indépendance énergétique grâce au nucléaire, vers 1978.

    II. Quelles sont vos réactions à sa lecture ?

    Réponse a. Vous vous réjouissez de la précocité de Royal et Hollande en matière d’écologie et trouvez que leur politique actuelle confirme en tout point leur grandeur, même si les détails techniques sur le solaire vous échappent. Vous imaginez en toute cohérence que la publication du récent rapport de l’Ademe a puisé son inspiration dans ce texte précurseur.
    Réponse b. Vous hurlez de rage en lisant qu’il fallait que les Français mangent moins de viande (dès les années 70 !) et vous dites finalement que Badiou n’a pas écrit ce texte car il n’est pas question de l’idée communiste.
    Réponse c. Vous vous énervez contre votre moteur de recherche qui vous a conduit à ce maudit site qui ne perd pas une occasion de discréditer le grand homme de votre vie (Mélenchon), alors qu’il fait tant pour l’écologie aujourd’hui.
    Réponse d. Vous imaginez que Sarkozy restera décidément dans l’histoire comme le grand président de l’écologie grâce au Grenelle de l’environnement, dont cet article était déjà le signe avant-coureur. Vous vous étonnez tout de même qu’à cette époque Nicolas ait pu croire en la possibilité de limiter nos besoins mais voyez cela comme une erreur de jeunesse ou, plus probablement, une erreur de traduction.
    Réponse e. Vous cherchez attentivement les détails qui témoignent du caractère manipulateur du document et vous demandez notamment comment ce groupe de Bellevue a pu œuvrer ainsi. La coïncidence avec la date de 2050 vous frappe : pour vous, ce ne peut être que la même cellule dormante qui a pondu le rapport de l’Ademe.
    Réponse f. Vous comparez ce projet de 1978 au rapport de l’Ademe d’avril 2015 et vous vous demandez si tout le monde n’aurait pas dormi depuis, en particulier du côté « socialiste »… Puis vous cherchez avec curiosité et émotion qui étaient les auteurs de ce projet alternatif en vous disant que le combat peut s’appuyer sur de valeureux précédents.

    III. Qu’allez-vous faire maintenant ?

    Réponse a. Heureux d’être si bien gouvernés, vous vous rendormez paisiblement en rêvant à des panneaux solaires installés sur votre maison par François et Ségolène.
    Réponse b. Vous reprenez de la viande rouge et relisez les grands textes de Badiou sur Mao ; vous vous rendormez aussitôt à leur lecture.
    Réponse c. Vous vous calmez en allant chercher sur le blog de Mélenchon quelque chose sur le rapport de l’Ademe ; puis vous vous rendormez peu après avoir lu un grand texte sur le sauvetage d’Alcatel, fleuron de l’industrie française.
    Réponse d. Vous envisagez avec délectation le retour du président Sarkozy en 2017 en vous disant qu’il saura quoi faire de ce curieux rapport de l’Ademe. Persuadé qu’il saura tout de même préserver l’énergie nucléaire, vous vous rendormez benoîtement sur votre IPad.
    Réponse e. Vous envisagez immédiatement un post pour le site de Thierry Meyssan persuadé qu’il fera bon usage de ce nouveau coup des impérialistes et vous vous rendormez en imaginant la discussion qu’il aura avec son pote Assad.
    Réponse f. Plus réveillé que jamais, vous discutez avec vos amis des luttes écolos des années 70, de l’inanité des partis politiques et des occasions de saisir « l’urgente nécessité qui nous presse »…

    A suivre…

    Bien à vous,
    Leyla

  67. Réponse pour le jeu « Le Grand Sommeil », épisode 1, question I.
    L’article, signé Frédérique de Gravelaine et intitulé « Le scénario des visionnaires de Bellevue », est extrait du n° 291 de L’Unité (hebdomadaire du PS) du 14-20 avril 1978. Il est consultable ici : http://62.210.214.184/unite/u-result_frame.php?catalogueID=11344&NumeroJournal=291.
    Le numéro était titré : « Le soleil demain ? » – également consultable en son entier sur le même site…

    Etonnant, non ?

    Bien à vous,
    Leyla

  68. Leyla, merci pour ce texte « historique »!

    Je me souviens aussi d’un ingenieur hydraulicien de EdF, specialiste des barrages, qui vers 1977-78 expliquait « off the record » qu’il n’y avait aucun besoin de faire plus de barrages en France car tous les sites encore potentiels ne pouvaient plus servir qu’au nucleaire, c’est a dire que le debit d’eau disponible ne pouvait en aucun cas justifier un grand barrage, qui donc ne pouvait servir que de stockage d’energie (par pompage-turbinage) pour absorber les pics et les creux journaliers auxquels le nucleaire ne peut pas s’adapter, et qui necessitaient le maintien d’une capacite importante de centrales au fuel, au charbon et au gaz en parallele au nucleaire. Mais il avait refuse qu’un journaliste l’ecrive en citant son nom… On a tous une famille, besoin de gagner sa croute!

    Mais plus generalement, ce texte devrait nous rappeler qu’il est certes important, crucial, de s’informer, mais que cela ne sert a rien si ca ne debouche pas sur une action individuelle, qui seule, repetee a grande echelle, peut forcer les gouvernements a agir.

    Sinon la realite economique finit nous forcer a faire ce que nous aurions pu faire de notre plein gre en evitant un peu de casse!

    Avant-hier, j’ai vu dans un marche de Dantewada, dans le district du meme nom en Inde, parmi les sandales en plastique, les legumes, les grains et millets… des panneaux solaires entre 2W et 20W, pour recharger les lampes et telephones portables.

    Comme quoi, lorsque les riches n’ont « pas les moyens de s’offrir le luxe de choisir le romantisme Bo-bo de l’energie solaire », les pauvres, sans s’embarrasser avec les explications psychologisantes, ont souvent une longueur d’avance.

  69. juste un tout petit mot, Fabrice, pour te dire que, comme tant d’autres, que je ne t’oublie pas. amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *