Le pape est avec nous (une Encyclique miraculeuse)

À Dominique Lang

C’est un très grand jour. Celui de la publication de l’Encyclique du pape François, appelée Laudato si – Loué sois-tu -, « sur la sauvegarde de la maison commune ». Qu’est-ce qu’une Encyclique ? Un texte souverain qui engage le pape, et derrière lui, en théorie du moins, toute l’Église et le 1,2 milliard de catholiques de la planète. Or cette Encyclique-là, par quelque miracle que je ne prétends pas expliquer, est écologiste.

Vous avez bien lu : écologiste. Je sais bien que l’on peut y trouver toutes les limites que l’on veut, mais avec ce texte, le pape François fait un mouvement prodigieux dans notre direction. Vous lirez les quelques extraits saisis au vol – désolé, non, je n’ai pas eu le temps de tout lire – et vous comprendrez pourquoi je considère dès ce jour François comme un formidable allié dans l’immense combat en cours pour la défense de la vie.

J’imagine que certains d’entre vous se récrieront. Comment ? Se prosterner devant le calotin des calotins ? J’assume sans aucune gêne. Je sais que bien des questions forment un vaste fossé entre lui et moi. Et de même entre la hiérarchie catholique et des mécréants de mon espèce. Mais ceux qui ne voient pas le changement venir risquent de finir bien seuls, ce que je ne leur souhaite pas.

Ma position est claire : il faut bâtir des alliances autour de valeurs, ce qui exclut beaucoup de monde, il est vrai. Dans le temps qui reste avant les vraies dislocations, il est inconcevable que nous puissions convaincre assez de monde pour renverser la table. Notez que ce serait ma préférence. Renverser la table, je veux dire, et donner la leçon qu’ils méritent à tous les médiocres salopards qui tiennent si mal les rênes de nos affaires communes.

Nous n’avons plus le temps. Et nous avons donc un besoin immédiat de renfort, d’aide, de compréhension, de mouvement, et j’ose le mot, d’amour. L’Église Catholique a beaucoup de choses à se faire pardonner – parmi lesquelles de grands massacres -, mais elle est toujours debout. Nous ne savons parler aux grandes masses humaines qu’elle influence et parfois guide. Son virage écologiste, s’il se maintient, sera un fabuleux accélérateur de conscience.

L’accélération est un moteur, qui comme son nom latin – m?tor – l’indique, remue. En l’occurrence, les esprits et les cœurs. Les paroles, d’évidence sincères, de François, sont désormais à la portée de tous. Rien ne sera plus comme avant. Je sais ce bout de phrase usé jusqu’à la corde, mais c’est bien cela que je veux dire. Rien ne sera jamais plus comme avant, car nul ne pourra effacer ce qu’une grande conscience humaine a pu un jour écrire. Chaque homme sur cette Terre pourra désormais s’appuyer, quoi qu’il arrive, sur cette immense et majestueuse tirade.

Malgré ma radicalité résolument totale, je ne crois pas être un sectaire. À la fin de 2008, j’ai lancé avec mon ami Dominique Lang – un prêtre catholique – une revue nommée Les Cahiers de Saint-Lambert (Ensemble face la crise écologique). Vous en saurez plus ici. Pour des raisons absurdes, cette revue a cessé de paraître à l’été 2011, mais elle avait le vent en poupe, croyez-moi. Elle matérialisait la nécessaire rencontre entre catholiques – Dominique – et écologistes – moi. Dominique était le directeur, Olivier Duron l’excellentissime directeur artistique, et moi le rédacteur-en-chef. Je vous le dis sans trépigner : je suis fier des dix numéros parus, dont vous trouverez le PDF du dernier ici.pdf.

Je me répète, mais la cause est la bonne : ce jour est historique, et je m’endors dans un bonheur simple et vrai. Et toutes mes excuses à ceux qui n’aimeront pas, que je crois assez nombreux.

——————————————-

EXTRAITS DE L’ENCYCLIQUE DU PAPE FRANÇOIS (je le répète, je n’ai pas lu le texte dans sa totalité, de loin)

La poésie

Si nous prenons en compte la complexité de la crise écologique et ses multiples causes, nous devrons reconnaître que les solutions ne peuvent pas venir d’une manière unique d’interpréter et de transformer la réalité. Il est nécessaire d’avoir aussi recours aux diverses richesses culturelles des peuples, à l’art et à la poésie, à la vie intérieure et à la spiritualité.

La propriété privée

Par conséquent, toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. Le principe de subordination de la propriété privée à la destination universelle des biens et, par conséquent, le droit universel à leur usage, est une ‘‘règle d’or’’ du comportement social, et « le premier principe de tout l’ordre éthico-social ». La tradition chrétienne n’a jamais reconnu comme absolu ou intouchable le droit à la propriété privée.

La richesse de la culture

Il ne s’agit pas de détruire, ni de créer de nouvelles villes soi-disant plus écologiques, où il ne fait pas toujours bon vivre. Il faut prendre en compte l’histoire, la culture et l’architecture d’un lieu, en maintenant son identité originale. Voilà pourquoi l’écologie suppose aussi la préservation des richesses culturelles de l’humanité au sens le plus large du terme.

Sur les écologistes

Le mouvement écologique mondial a déjà fait un long parcours, enrichi par les efforts de nombreuses organisations de la société civile. Il n’est pas possible ici de les mentionner toutes, ni de retracer l’histoire de leurs apports. Mais grâce à un fort engagement, les questions environnementales ont été de plus en plus présentes dans l’agenda public et sont devenues une invitation constante à penser à long terme.

Des points de rupture

Il suffit de regarder la réalité avec sincérité pour constater qu’il y a une grande détérioration de notre maison commune. L’espérance nous invite à reconnaître qu’il y a toujours une voie de sortie, que nous pouvons toujours repréciser le cap, que nous pouvons toujours faire quelque chose pour résoudre les problèmes. Cependant, des symptômes d’un point de rupture semblent s’observer, à cause de la rapidité des changements et de la dégradation, qui se manifestent tant dans des catastrophes naturelles régionales que dans des crises sociales ou même financières, étant donné que les problèmes du monde ne peuvent pas être analysés ni s’expliquer de façon isolée. Certaines régions sont déjà particulièrement en danger et, indépendamment de toute prévision catastrophiste, il est certain que l’actuel système mondial est insoutenable de divers points de vue, parce que nous avons cessé de penser aux fins de l’action humaine.

L’anthropocentrisme

Les Évêques d’Allemagne ont enseigné au sujet des autres créatures qu’« on pourrait parler de la priorité de l’être sur le fait d’être utile »42. Le Catéchisme remet en cause, de manière très directe et insistante, ce qui serait un anthropocentrisme déviant : « Chaque créature possède sa bonté et sa perfection propres […] Les différentes créatures, voulues en leur être propre, reflètent, chacune à sa façon, un rayon de la sagesse et de la bonté infinies de Dieu. C’est pour cela que l’homme doit respecter la bonté propre de chaque créature pour éviter un usage désordonné des choses ».

Le dérèglement climatique

Le changement climatique est un problème global aux graves répercussions environnementales, sociales, économiques, distributives ainsi que politiques, et constitue l’un des principaux défis actuels pour l’humanité. Les pires conséquences retomberont probablement au cours des prochaines décennies sur les pays en développement. Beaucoup de pauvres vivent dans des endroits particulièrement affectés par des phénomènes liés au réchauffement, et leurs moyens de subsistance dépendent fortement des réserves naturelles et des services de l’écosystème, comme l’agriculture, la pêche et les ressources forestières. Ils n’ont pas d’autres activités financières ni d’autres ressources qui leur permettent de s’adapter aux impacts climatiques, ni de faire face à des situations catastrophiques, et ils ont peu d’accès aux services sociaux et à la protection. Par exemple, les changements du climat provoquent des migrations d’animaux et de végétaux qui ne peuvent pas toujours s’adapter, et cela affecte à leur tour les moyens de production des plus pauvres, qui se voient aussi obligés d’émigrer avec une grande incertitude pour leur avenir et pour l’avenir de leurs enfants.

Une solidarité universelle

Malheureusement, beaucoup d’efforts pour chercher des solutions concrètes à la crise environnementale échouent souvent, non seulement à cause de l’opposition des puissants, mais aussi par manque d’intérêt de la part des autres. Les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques. Il nous faut une nouvelle solidarité universelle.

147 réflexions sur « Le pape est avec nous (une Encyclique miraculeuse) »

  1. Fabrice, pour tes douleurs, on pense sérieusement à organiser un séjour à Lourdes dès cet été, promis ! ;-);-);-);-)
    Et en plus, Lourdes, c’est une belle partie des Pyrénées, comme ça, on fait d’un pierre deux coups !;-);-)

    Allez, sans rire : ce qui me souffle le plus, c’est que le pape ose s’attaquer à la propriété privée. On aimerait bien lire ça chez beaucoup de partis de gôche français (ou d’ailleurs même…).
    Et pour le reste, en effet, c’est une encyclique… écologiste !!
    Bien d’accord sur la nécessité de trouver d’énormes alliés face à la double crise écologique que nos sociétés ont créées.

    Mais… comme je trouve insuffisants bien des discours écologistes, je me demande si ce « Laudato si » va assez loin. Notamment sur le terrain fondamental de la coupure anthropologique homme/nature que seule la société occidentale pratique… et promeut.

    Néanmoins,comme je n’ai pas eu le temps de lire cette encyclique, j’espère me tromper lourdement!
    Il y a de toute façon, avec ce texte, un mouvement très intéressant qui fera forcément date. Ce reste historique pour des écologistes, c’est certain.

    Si l’Eglise pouvait faire pareil sur d’autres thèmes (avortement, féminisme, homosexualité, préservatif…) quel espoir ça redonnerait ! Je ne me convertirais point, mais je me sentirai en paix avec les catholiques non réactionnaires…

    Quant au point de vue de Fabrice et à son indulgence pour tout ce qui est papale, n’oublions pas que ses origines ritales expliquent bien des choses… j’en sais quelque chose : chez moi c’est pareil !;-)
    Cela dit, dans ma familles paternelle, gare à qui osait se moquer du pape, ce qui m’arriva souvent étant ado et à l’égard de Jean Paul II à l’époque… et bien… il y eut quelques grands repas de famille où je me sentis subitement bien seul à ricaner ! Mais je ne regrette rien, jamais JP II n’aurait été capable de produire une encyclique écologiste… 😉

  2. Bonsoir à vous tous et toutes,
    Cela fait longtemps que je me pose la question suivante:
    Comment se fait-il qu’un bon nombre de ceux qui croient en Dieu, donc qui croient, à priori, que c’est Dieu qui a créé la Nature, ne sont que si peu respectueux de la Nature?
    Le Pape François se serait-il aussi poser cette question?
    Merci, Fabrice, pour cet article. Et encore bon courage à vous.
    Jérôme

  3. Sacré Fabrice (loué Fabrice !) : jamais je n’aurais imaginé un jour citer un lien menant vers une encyclique papale …
    C’est ici :
    http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

    J’ai lu des extraits… il semble que mes réserves ci-dessus soient en passe d’être levées : ce que j’ai lu montre un texte PRODIGIEUSEMENT écologiste et allant vraiment loin dans la réflexion !
    Je peine à lire tout ça à l’écran mais en effet, le texte est pour moi une IMMENSE SURPRISE ! Le passage sur la biodiversité est digne d’une diatribe de Fabrice, un autre passage va très loin sur la chosification de la nature par la science… bref, là, on ne plaisante plus !
    Si le PS fait de cette encyclique son programme, je vote pour eux demain !

    Allez, avouez tout les gars : c’est toi Fabrice, associé à Yves Paccalet, Edgar Morin, Philippe Descola et Pierre Rabhi qui avez écrit ce texte à François ???!!!

  4. Oui, je crois que tu as raison de te réjouir. Qu’on le déplore ou qu’on s’en loue, le pape a une grande influence sur pas mal de gens. Pour des catholiques honnêtes et sincères, mais un peu timorés dès qu’il s’agit de résister aux puissants, le pape donne un feu vert. N’oublions pas qu’il reste de nombreux catholiques fervents dans les pays pauvres: le pape leur donne sa « bénédiction », ce n’est pas rien. Pour les puissants, il est une force qui ne peut être complètement méprisée, il faut au moins faire semblant.
    Donc, cette encyclique devrait avoir un impact positif important.
    (Continue à bien prendre soin de toi: toi aussi tu as un impact positif important.)

  5. Bonsoir Fabrice,

    Cette encyclique est aussi belle et intelligente que porteuse d’espoir. Dans ce que dit le Pape François, j’apprécie particulièrement sa citation sur l’animal, « créature (qui) possède sa bonté et sa perfection propres », son constat sur les points de rupture comme son appel à la solidarité, qui vont à contre-courant des idées, principes et valeurs – financières – actuelles. Merci à lui et mes pensées amicales pour que tu recouvres la santé et conserves ta foi dans la vie. Il existe bien des hommes et des femmes dignes de ce nom.

  6. Bonsoir, Merci,

    Pas envie de commenter.

    Je pense a l’arbre et ses fruits.

    Ce n’est pas mon chemin …. désolée. Porcinette est ritale et dans le pardon 24 heures sur 24 depuis des lustres. Le pardon n’oblige en rien a suivre ce que le coeur ne sent pas vrai.

    Bonne continuation a toustes, Paix dans les coeurs,

    Immense MERCI pour tout les partages, prenez bien soin de vous,

  7. Bien d’accord, et je me réjouis pour les mêmes raisons : il nous faut toute l’aide possible…
    Mais je persiste à craindre (allez savoir pourquoi) que les « instances » s’acharnent à ne rien vouloir voir ni comprendre tant que quelque chose ne leur aura pas sauté à la face – personnellement…
    Espérons que tout ce beau linge me fera mentir…
    En tout cas, heureuse de vous savoir endormi dans un bonheur simple et vrai. Ça, c’est pris ! 😉 Bonne nuit

  8. J’aime bien les croyants en general, quelle que soit leur religion, ils donnent l’impression d’etre faits d’une substance sincere et honnete. J’ai plus de mal avec leurs gourous, surtout lorsqu’ils sont hierarchises, mais bon, ne gachont pas notre plaisir, cette encyclique est peut-etre tout simplement la reconnaissance par leur hierarchie que les catholiques dans le monde sont des ecologistes pratiquants plus sinceres que la moyenne des gens, et qu’il etait temps de s’accorder avec eux. En tout cas j’apprecie la conception large, et cependant tres juste, de l’ecologie dans ces extraits. Au moins il n’y a aucune des tentatives de rehabiliter la technologie predatrice, la croissance, la propriete privee et le capitalisme, qui sont en arriere-plan plus ou moins explicite, des professions de foi des politiciens typiques en faveur de l’ecologie! Si cette encyclique pouvais pousser un peu quelques « catholiques zombies »… (mais je n’y crois guere)

    Bon, apres toutes ces precautions de langage, je me lance: « Le Pape avec nous »! D’accord.

  9. @ P.P je l’avais déjà mis en lien, mais voici le PDF en français de l’encyclique présenté par le journal reporterre :

    http://reporterre.net/IMG/pdf/encyclique_franc_ois_en_franc_ais.pdf

    Il y a d’ailleurs des phrases écolos d’autres papes et de patriarche citées, intéressant .

    @Fabrice, les cahiers de saint Lambert représentent une revue absolument remarquable que j’espère pouvoir relire un jour . Concernant cette encyclique j’espère aussi, et j’y vois peut-être les signes de nouveaux paradigmes à venir plus en phase avec le respect et l’amour de la vie .

  10. Merci Fabrice, encore une fois, pour tes textes. Pour une fois que même l’église est du bon côté, on ne va pas bouder non plus. Il est en tous cas moins aveugle que ces militants du WWF qui continuent à nier l’évidence…

    P.P.: je suis moi aussi un incroyant indécrottable (comme dans le poème de Prévert :
    A comme absolument athée
    T comme totalement athée
    H comme hermétiquement athée
    E accent aigu comme étonnement athée
    E comme entièrement athée) mais il y a aussi, et heureusement, beaucoup de chrétiens non réac. Le problème c’est comme toujours que les plus c. crient le plus fort, et sont toujours surs d’avoir raison… Là ça risque d’être un peu plus compliqué.

    Fabrice, porte toi bien, mes pensées sont avec toi. Pour le cortège à Lourdes, je peux venir avec mon accordéon ? 😀 A défaut, je jouerai en pensant à toi.

  11. Pour ceux qui auront le courage de le lire :

    Rapport fait au nom de la commission d’enquête chargée d’établir un état des lieux et de faire des propositions en matière de missions et de modalités du maintien de l’ordre républicain, dans un contexte de respect des libertés publiques et du droit de manifestation, ainsi que de protection des personnes et des biens

    Auteur(s) :

    MAMÈRE Noël, POPELIN Pascal
    FRANCE. Assemblée nationale

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-enq/r2794.asp

  12. Bonjour,

    Ce texte me semble tout bonnement incroyable venant de la part d’un pape.
    Ce qui m’a scotché en ce qui me concerne, c’est le dernier paragraphe : « Les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques. »

    Cette confiance en les futures solutions techniques est partagée par tellement de gens, que la voir dénoncé ici me semble un bel exemple de maturi