Faut-il créer autre chose ?

Ce n’est qu’une ébauche, et même pas. Une rêverie dont je vous laisse juge. Faut-il imaginer autre chose pour que l’information réelle sur le monde réel circule réellement ? Je parle de cela avec bien des gens depuis bien du temps. Pas très nombreux, il est vrai, mais vaillants. Tous. Et l’évidence, c’est que nous avons besoin de quelque chose.

Mon ami, mon cher ami Patrick Herman a déjà un nom qu’il me jette à la face en rigolant chaque fois que nous nous voyons. Ce serait un journal, appelons cela un journal. Qui sélectionnerait cinq ou six questions jugées essentielles et qui garantirait à ses lecteurs une sorte de contrat. En nous lisant – chaque semaine, chaque mois ? -, vous auriez la garantie complète de recevoir l’information la plus fondamentale qui soit sur les thèmes sélectionnés à l’avance. Vous auriez l’assurance de recevoir sous forme papier, ou électronique peut-être, le meilleur disponible sur terre au moment de la parution. Je sais, c’est ambitieux. Mais tel serait le jeu.

Il pourrait s’agir d’une veille ardente sur l’agriculture/alimentation; la crise climatique; les alternatives déjà à l’oeuvre; la biodiversité, etc. Ma question de ce jour, que je vous demande de méditer, c’est celle-ci : selon vous, existe-t-il un public décidé à lire un journal de cette sorte, rigoureusement hiérarchisé, agréablement présenté, professionnel au bon sens du terme ? Il va (presque) de soi qu’une telle offre aurait un coût, pouvant tourner autour de 5 euros par mois. Mais ce n’est que théorie, vous le comprenez.

Bref. À titre exceptionnel, je sollicite de bon coeur votre participation. Envoyez en commentaire ce qui vous passe par la tête. Même si cela vous semble déphasé. Même si cela vous semble sans intérêt. Car le public visé par un (très) éventuel projet neuf, c’est vous. Vous êtes des milliers – oui, il faut bien que je vous le dise un jour – à venir visiter ce blog. Et aujourd’hui, j’ai besoin de votre sentiment direct. Pas de faux-semblant ! Dites sans détour ce que vous pensez. Avons-nous besoin d’autre chose ? Je vous avoue que je ne sais.

PS : Je suis absent de Paris et de ce blog jusqu’à dimanche 27 avril inclus. Il est possible que des commentaires attendent jusqu’à cette date, mille excuses. À bientôt !

25 réflexions au sujet de « Faut-il créer autre chose ? »

  1. Bonsoir,

    Nous sommes dimanche, je rentre d’un périple dans l’ouest de la France, et je découvre qu’un incident a effacé tous les commentaires de cette page. Pour ceux qui voudraient recommencer, ce n’est pas interdit. Mieux, c’est encouragé, et par moi.

    Fabrice Nicolino

  2. Ma remarque est naïve, mais ce projet n’est-il pas déjà celui d’un grand nombre de publications ?
    Et comment pourrait se concrétiser cette assurance d’avoir : « le meilleur disponible sur terre au moment de la parution » ?
    Comment cette publication se différencierait-elle du reste de la presse spécialisée ?

  3. J’avoue me poser un peu la question de Loïc . cependant je rejoins la réflexion de Valérie à ce sujet (sur l’autre blog) . En venant réguli-èrement et assez exclusivement sur ce blog, je viens chercher
    1- des nouvelles du monde
    2- un point de vue analytique sur ces nouvelles
    3- un style , une plume .
    Il m’arrive d’ailleurs souvent de lire un commentaire sur des informations que j’avais déjà découvertes ailleurs . mais , alors qu’ailleurs, je zappe, ici, je squate ! tes réflexions totalement dépourvues d’édulcorant me permettent d’approfondir les miennes . il m’arrive même de te lire et d’en être momentanément fachée ! néammoins, ta maitrise quasi sans faille de ces sujets (environnement, société..)me font gagner du temps . et nous manquons de temps . je recherche des outils efficaces pour avancer avec les autres le plus vite possible vers la reconstruction, la solidarité, la péservation des milieux naturels, ce qui n’est pas simple . Ton style franc sans faux semblant a le mérite, s’il manque parfois de tact, de clarifier . Et quand il devient poétique, ça repose !

  4. sincerement, ce qui touche un lecteur, c’est l’âme de l’écrivain . tu es d’une grande humanité . Si vous vous réunissez à plusieurs de la même trempe, ce journal aura ses lecteurs .

  5. Pour plus de clarté je mets ici mon commentaire baladeur (en gros car j’avais modifié le texte.

    Depuis longtemps, comme beaucoup, je vais à la pêche à l’info comme on part à la chasse au « trésor », avec tous les aléas que cela suppose, surtout sur le web. Quand je tiens une source (papier ou en ligne) intéressante, j’y suis fidèle et je me suis donc constitué un panel de références. J’y tiens beaucoup, sachant qu’on ne peut pas avoir accès à tout, la sélection est donc une première nécessité (je suis documentaliste). Et, quand une nouvelle initiative apparait, surtout lorsqu’elle est alternative, cela m’enchante, dans le sens où elle vient grossir voire grandir les propos, au risque évidemment de la dispersion, la redondance…. Mais est-ce gênant au fond? Lorsque des personnes estimables prennnent de telles initiatives, en gros il y a 2 postures : donner une info nouvelle ou apporter un point de vue particulier. Et encore relayer, mettre en perspective des sources diverses. Un exemple, le RISAL, site auquel j’étais fidèle, disparait. Les infos était tirées d’un ensemble de sources internationales, données par des bénévoles, sans financement, et d’une qualité que je trouvais remarquable. Sans doute que la charge immense de ce travail aura eu raison de ces passionnés de l’Amérique latine, j’imagine. J’espère qu’il ressurgira, peut-être justement avec des moyens. Comment être pérenne, visible et faire référence? C’est sans doute la question majeure. Peut-être faut-il coupler une partie payante et une partie gratuite, comme les grands journaux de type Courrier international? En tout cas, le jeu en vaut la chandelle, chaque initiative à son public particulier, plus un public commun à d’autres, bref, c’est comme ça qu’on fait tâche d’huile, alors oui, il faut y aller. En plus, on a ses préférences de ton, de fond, de démarche.

  6. Bonne idée mais pas facile, en tout cas comme il est dit plus haut, c’est en partie ce que je viens chercher sur ce blog, parce que j’y aime le ton, l’écriture, la précision ect…çà va faire un peu brosse j’arrête…

  7. En effet ce type de projet ne peut être que très intéressant vu le manque flagrant d’informations du au peu de médias qui s’y spécialisent.

  8. Bonjour.
    Je vous lis, depuis peu, avec grand intérêt.
    Ca fait bien longtemps que je ne sais plus quelle presse lire pour avoir des infos fiables, sur des sujets aussi essentiels que l’avenir de notre belle planète et les alternatives possibles pour un monde plus juste et plus respectueux de toutes ses « composantes ». J’ai peu de temps et j’ai l’impression d’en passer la moitié à trier / filtrer (avec mes petits moyens et mes petites connaissances) les infos qui me parviennent. J’apprécie votre vision des choses et je vous fais confiance. J’ai l’impression aussi d’une grande dispersion des bonnes volontés. Il me semble que votre projet en prévoit un regroupement, pour la rédaction de dossiers traités de manière approfondie et circonstanciée. Pour toutes ces raisons, votre idée m’intéresse.

  9. Le projet dont tu parles, il est déjà là, sous jacent dans ton blog, et les informations essentielles sur les thèmes important d’aujourd’hui je viens les chercher ici, tu dois t’en douter un peu…
    Ce projet est certe ambitieux et en même temps il est humble, puisqu’il se donne un objectif et que tous les participants vont donner tout ce qui est en leur pouvoir et faire de leur mieux pour tenir leurs engagements. Il y a peu de journaux qui peuvent se vanter d’en faire autant, de plus le prix me parait abordable pour les enjeux que cette entreprise véhicule, il y a des magazines plus chers à buts moins nobles. Je crois que ton projet pourrait intéresser, en plus de moi, plusieurs personnes de mon entourage, je t’encourage donc !!!
    La seule chose qui me vient en tête c’est les évènements qu’il se passe en ce moment, je ne sais pas si c’est juste moi qui m’intéresse plus aux informations maintenant ou si cette impression que tout s’enchaine très vite maintenant est commune à d’autres… En même temps un mois ça passe vite …
    Faites ce journal ! C’est tout ce que je dit, j’en serais une lectrice avec joie et espoir 😉 !

  10. Au delà du plaisir que j’aurai à vous lire Mr Nicolino dans un journal intransigeant, indépendant, sachant consacrer bien plus qu’une page à l’environnement ( Le Monde m’est témoin que cela existe encore!), mon mauvais esprit, lui,malheureusement ne pourrait s’empêcher de penser qu’un journal de plus, qu’il soit le plus professionnel ou original possible, ne changerait rien à l’affaire qui est, faut il le rappeler, l’inaction générale, mon inaction personnel, notre inaction collective ( Et je ne vous inclue pas, bien évidemment, ni tous ceux que je ne connais pas qui luttent tous les jours, d’une manière ou d’une autre pour la vie de notre planète).

    Mon mauvais esprit rajouterait qu’il n’y a pas de réels défauts d’information – Qui Cherche , Trouve l’info vrai – et que malgré l’info mainstream à tendance libérale, nous avons déjà tellement d’infos sur le triste état de la planète, qu’un peu plus ne ferait que, soit nous emmener dans une dépression abyssale, soit nous décourager définitivement d’une inversion possible des tendances…Ce qui, dans les 2 cas, n’est guère réjouissant. Alors quid ? Tenter tout de même l’aventure et donner 5 € par mois pour une information qui nous confrontera à une horreur grandissante et qui, bien entendu, restera confidentielle puisque, par souci d’indépendance, vous feriez appel à peu ou pas de soutien publicitaire et qu’en conséquence votre revue ne se trouverait que dans des magasins très spécialisés ou en téléchargement confidentiels…… Tout ça pour quel résultat ? Au nom de l’information ? Mais il y en déjà pleins! L’alerte est au rouge, partout ! Au nom de l’action ? Mais ou serait elle ? Dans l’achat de votre revue ? Hmmmm…..Un peu trop peu, un peu trop tard, non?

    Voilà pour le mauvais esprit.

    Alors quoi ? Laisser tomber ? Et bien non! Mon bon esprit ne s’y résout pas et il reprend le dessus pour vous dire de le lancer ce journal. Car il faut rassembler et éveiller. Créez le, développez le pour qu’il soit un outil, un symbole, un pouvoir. Mais donnez vous les moyens d’un journal franc, direct, humain, naturel et vrai. Car OUI nous avons besoin d’autre chose ! Mais vraiment d’autre chose qui ne tourne pas sempiternellement en rond ou qui soit consensuel, ménageant la néochèvre libérale et le vieux choux capitaliste; un journal sachant prendre la position juste sur un sujet ( car il y en a toujours une) sans se noyer dans les hésitations scientifiques, pseudo techniques ou encore les considérations lobbyistiques. Nous avons besoin d’un journal qui ne nous laissent pas seuls. Qui nous mette en contact , nous rassemble et nous donne les moyens collectifs d’assurer la vie sur Terre. Un journal qui, s’il devait titrer l’Etat du monde, parlerait non pas de PIB mais de réalités humaines et environnementales; qui parlerait d’égalités et de fraternités et non plus de réussites ( sauf celles à assurer le bien commun, bien sûr !)! Un journal qui serait largement diffusé et pas perdu dans les linéaires boursouflés de revues.Pas un mensuel trop lent. Non. Un quotidien sur le vif qui, tous les jours assène les méfaits, martelle le compte à rebours et nous délivre des actions possibles et imaginables afin de changer la course au profit en une marche pour la vie. Un journal qui incarnerait un nouveau mode de vie, désidéologisé et tout simplement humaniste et responsable.Il n’y a plus temps pour un journal de plus qui surfe sur la vague mais, tout juste à peine un petit espace pour « Le Journal » qui saura la créer cette vague !

    Vous avez les idées , Mr Nicolino ?, Vous avez les moyens ? L’envie et les amis ?Alors allez y.

    Alors nous vous lirons. Nous vous lirons et peut être un jour….L’action.

    Cyril G.

  11. D’accord avec Cyril, aussi bien pour le bon que pour le mauvais esprit… Merci à lui de m’avoir fait gagner du temps !

  12. Vous avez avec vous tous les vents que la tempête peut soulever. Qu’ils rugissent. Nous serons là pour nous en faire l’écho.

  13. Bien.Nous sommes le 28 Avril ,je n’ai absolument pas envie de faire des phrases « tarabiscotées »(je n’en ai jamais envie,d’ailleurs)mais plus envie de dire des choses simples,sur ce « blog »comme: bonne fête Valérie et silence « action » dès la parution du journal de Fabrice .Amitiés,stan.

  14. J’ai pas bien compris s’il s’agirait d’un journal papier ou électronique (comme ici)… Je viens souvent me renseigner sur « planète sans visa » (que j’apprécie et recommande sur mes listes de diffusion), et je trouve important que ça reste libre d’accès, au moins sous la forme actuelle. Alors je ne comprends pas très bien non plus pourquoi ce projet. Si c’est pour recueillir des fonds (comment faire autrement!) alors oui, un tarif est envisageable, mais sur des dossiers approfondis, avec information sur les parutions (de thèmes choisis lors d’une éventuelle inscription à ce service, ou par simple visite). Il s’agirait alors d’une formule « à la pièce » qui me semble préférable. Vous factureriez non pas les articles (qui sous la forme actuelle deviendraient en fait des éditoriaux), mais les dossiers…
    En tout cas Fabrice: merci

  15. il n’y a évidemment pas de réponse simple, mais n’existe-t-il pas déjà des initiatives intéressantes ?

    entre la fougue post-adolescente (ce n’est pas une méchanceté) de « la décroissance », les analyses socio-politiques (ce n’est pas un gros mot) du « sarkophage » et l’alter-écologisme (euh, j’ai pas mieux) de « politis », pour ne citer qu’eux, je ne vois pas où un tel projet peut se situer sans marcher sur des plates-bandes déjà bien plantées, vu l’audience de ces médias (et je ne parle pas du net)…

    hier soir je regardais « mourir à 30 ans » de romain goupil – malgré l’exaltation de mai 68, on y voit bien la lutte (!) pour la défense de chaque pré carré et pour le (petit ?) pouvoir d’exister, de se montrer, ou de diriger, quitte à marcher sur le voisin qui fondamentalement pense la même chose.

    pourquoi réinventer ce qui existe déjà ? pourquoi s’éparpiller ? pourquoi pas un rapprochement entre des sites web de qualité (celui-ci, d’autres), et des médias papier pré-cités (et d’autres) pour créer un gros machin qui aurait un impact plus fort ?

    si c’est pour faire un nouveau journal diffusé à 1500exs. chaque mois pour le plaisir de sa propre chapelle, je ne pense pas que ça vaille le coût écologique (papier, encre, transport…).

    amicalement, damien

  16. je reviens sur ce thème .En parlant de décroissance, internet commence à me poser problème . Certes, c’est un outil de communication extraordinaire, et l’information y est diffusée à la vitesse de l’éclair , mais . quand neela dit qu’elle a l’impression que tout va de plus en plus vite, je dirai, que tout va surtout au rythme de la machine et non plus au notre! avons nous le temps d’approfondir tout ce que nous lisons et d’en faire seulelment quelques chose? J’ai calmé un peu le rythme, car ces derniers temps, j’avais plus l’impression de vider mon sac en coeur que d’avancer concrètement, et j’ai pris du retard , sans compter la dépense d’énergie nucléaire nécessaire au fonctionnement de ma machine .alors continuer sur la lancée d’un quotidien comme c’est suggéré plus haut, avec le risque de survoler ces thèmes qui nous sont chers sans offrir d’autre alternative que celle d’attendre l’info et la reflexion du lendemain…quels sont les buts recherchés ? L’info essentielle sur le monde , ok, et pour en faire quoi ? je me souviens de certaines de tes réflexions d’il y a six mois sur ce poste (transhumanisme, renards, ogm, ect) et je m’en sers encore . Effectivement, il y a un éparpillement des énergies journalistiques et certainement aussi de celle des lecteurs (car une jopurnée ne suffit plus à lire toutes les parutions !). J’ai lu également des auteurs très pertinents dans l’âge de faire, le journal de la décroissance (reflexion sur le temps, nottamment), la maison écologique et j’en passe . Nous avons besoin de moins de produits , de recentrer pour pouvoir faire ensemble .

  17. Votre blog est un vrai bonheur par l’originalité et la qualité de vos prises de position. Pourquoi ne pas pousser l’originalité plus loin et sortir franchement des sentiers battus ? Pourquoi un x-ième journal de plus ? Et pourquoi payant ? Sortons une fois pour toute de ces schémas de pensée traditionnels ! Internet est une chance pour cela. La « toile » permet de développer des réseaux, son accès est simple et gratuit, à la portée de millions de gens. Je pense qu’il faudrait plutôt améliorer encore votre blog en proposant une sélection de liens vers vos sites préférés, faire une blogroll, syndiquer, mutualiser, organiser l’info. Bref développer votre réseau avec d’autres blogs et sites amis (je pense par exemple aux excellents sites de Marc Laimé). Ce serait un régal pour vos fidèles lecteurs dont je suis ;-)) et l’info circulerait bien mieux !

  18. salut a tous

    connaissez Yes Magazine ?
    http://www.yesmagazine.org/
    on le trouve dans les cooperatives bio US (organic). C’est un format magazine en couleur a 6 dollars sans pubs.
    Je ne sais pas si ce sont les plus « intransigeants », mais leur interview de Pete Seeger vaut vraiment le coup.
    Il y en a d’autres comme ca, parfois plus specialises (sante bio, jardin bio …).

    Ca peut peut-etre donner des idees, non ? Meme si les americains ont leur specificites.

    a mon avis, c’est important que tout travail soit remunere (quelle evidence …). Reste a trouver les regles du jeu (journal papier, internet …) pour faire rentrer les sousous, sans pubs a la gloire de la con-sommation.

    encore bravo pour le blog.

  19. Merci à vous tous, et une précision : je ne propose pas de rendre payant un (très) éventuel journal pour gagner de l’argent, car cette activité ne m’intéresse pas. Je l’envisage pour rémunérer le travail des quelques valeureux qui se jetteraient dans une aventure de ce type.
    Certes, d’un côté, nous n’avons pas le temps. Mais il ne sert à rien de vouloir forcer le pas. Continuez donc, si le coeur vous en dit, à donner ici votre point de vue. Et puis nous aviserons. Ensemble, bien entendu. Portez-vous bien,

    Fabrice Nicolino

  20. « Tant de forêts arrachées à la terre
    et massacrées
    achevées
    rotativées

    Tant de forêts sacrifiées pour la pâte à papier
    des milliards de journaux attirant annuellement l’attention des lecteurs sur les dangers du déboisement des bois et des forêts. »

    Jacques Prévert, in « La pluie et le beau temps »

    Jacques PREVERT: « La pluie et le beau temps »

  21. Dans la série « vases communicants » : dans le dernier n°de « Politis » (que je vous recommande), B. Langlois recommande le livre de Fabrice sur les biocarburants.

  22. l’idée première c’est oui, trois fois oui et l’envie d’y participer follement même si je ne sais pas si je serai à la hauteur de l’enjeu. Puis à la lecture des commentaires, ce qui me vient et qui me trotte dans la tête depuis longtemps, c’est la force de l’image : un film donc, à la Al gore fait par vous Fabrice pour nous prévenir, nous alerter, nous faire vibrer comme vous le faites sur Internet. Mais à une échette mille, dix mille fois supérieure. Sinon, je suis d’accord avec Benedicte pour l’âme de l’écriture.

  23. Oui ! Je dis oui à la proposition que tu suggère Fabrice. Oui, je crois qu’il existe cet espace pour un tel projet avec un traitement et un choix de ces informations là, qui devraient être celles qui nourrissent notre quotidien pour que demain, quelque chose advienne. Oui, et en dépit de l’état moribond de la presse actuellement, je crois encore et toujours en la capacité de l’information – non pas traitée en deux feuillets, grand tendance mortifère pour les consciences, quand on a affaire à des sujets qui en méritent vingt – pour « faire mouvement » sur les enjeux fondamentaux que l’on connaît. Mais sous quelle forme, avec quels moyens, là, je sèche. Soyons valeureux !

  24. Très cher Fabrice,
    moi je pense que ce blog c’est ton espace de liberté,un domaine où tu es le Roi, et donc où tu existes.Et c’est ce souffle vibrant de l’écrivain que je viens chercher:d’ailleurs je me régalle autant même plus quand tu nous parles de ton mai 68, de ton frère, de tes potes que de tes colères contre tel politique; j’aime lire tes émotions devant la nature,un film, faire des louanges à des amis et avec toi on s’incline devant eux en souriant….Bien sûr je vais sur ton blog pour tater la températur de la planète, mais comme de toutes les façons comme ailleurs tu ne proposes rien de concret, ça ne m’interresse pas vraiment, même ça me désole, même si tu veux je trouve ça malsain, très journaliste: moi je suis encore au bord du fleuve du Brésil avec le curé gréviste et je souffre réellement que tu ne nous ais pas donné de ses nouvelles,pour moi c’est comme filmer des animaux en train d’agonniser,et j’aime pas dutout,et c’est ça que j’attendais: un blog où on ne fait pas que parler; ce n’est pas un reproche…je me débrouillerais toute seule…à chacun de construire son domaine où il est Roi Tout ça pour dire: NE CHANGE RIEN ON T’AIME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *