Des fleurs pour Chantal Jouanno

Je me suis salement moqué de Chantal Jouanno le 22 janvier 2009 (ici). Je signalais notamment un film vidéo réalisé au moment de la campagne des présidentielles, où elle était follement ridicule. Elle le reste, je viens de le regarder à nouveau. Et, de nouveau, j’ai rigolé aux dépens de la secrétaire d’État à l’Écologie.

Mais je dois reconnaître aujourd’hui qu’elle a changé. La championne de karaté, propulsée hors des tatamis par Sa Seigneurie Sarkozy en personne, donne ce jeudi 25 mars 2010 un entretien au quotidien Libération. Elle se lâche. Elle y parle avec une sincérité que je n’attendais pas. Concernant la défunte taxe carbone, elle tire à boulets rouges contre le patronat, disant par exemple : « C’est clair, c’est le Medef qui a planté la taxe carbone. Au nom de la compétitivité. Est-ce que le Medef s’est ému des 2 milliards de bonus distribués aux banquiers ? ».

Faut-il le souligner ? Ce n’est pas dans la ligne. Borloo, l’increvable bonimenteur, a préféré hier accuser les socialistes d’avoir miné son beau projet. Non, elle n’est pas dans la ligne officielle, et j’ai envie de croire qu’elle n’est pas en mission commandée. J’ai envie de croire qu’elle parle d’elle-même, sans y avoir été incitée par Sarkozy pour tenter de calmer l’incendie. Ai-je tort ?

J’espère que non. Chantal Jouanno a des mots convaincants. Elle dit : « Si on attend que l’Europe prenne une décision, la taxe carbone sera reportée sine die. Cela pose un problème ontologique à la gauche comme à la droite. Nos élus et une partie de la société n’ont pas compris l’importance de l’écologie. On a vingt ans pour changer les mentalités ». Et elle ajoute : « Il faut essayer quelque chose. Il me reste la parole. Je me ferai peut-être exploser mais ce n’est pas grave. Je vais juste parler vrai. Je préfère aller au bout. Je ne suis pas là pour faire de la provoc, mais porter la parole que l’écologie n’est l’otage d’aucun clan ».

Pas de panique à bord ! je ne viens pas de brutalement tomber amoureux, et mon regard ne me semble pas, pour l’heure en tout cas, alangui. Je sais qui est cette dame. Je sais sa proximité avec Sarkozy. Autant dire que des années-lumière me séparent et me sépareront toujours d’elle. Il reste qu’à la différence d’une Kosciusko-Morizet, politicienne jusqu’au bout des ongles, passant de l’Écologie à l’Économie numérique avant d’aller peut-être à la Santé, il semble que Chantal Jouanno a pris conscience de quelque chose qui la transcende.

Un grand mot ? Oh oui ! Exagéré ? Peut-être bien, l’avenir le dira. Mais je dois rappeler, malgré mes emportements aussi nombreux qu’extrêmes, que je mise sur l’homme, et la femme. Si je ne croyais pas à la possibilité que des êtres dissemblables – et lointains les uns des autres – se mettent en mouvement, je ne parlerais plus de crise écologique. Je ne parlerais plus du tout, en réalité. Or je pense que le cours des esprits et des âmes est le seul espoir authentique qu’il nous reste. Que m’importe à la fin d’où l’on part, pourvu qu’on se soit mis en marche dans la bonne direction. Le reste viendra par surcroît, s’il advient.

Madame Jouanno, je me répète, ne pensera jamais comme moi. Moi surtout, je ne la rejoindrai jamais sur le terrain qui restera, en toute hypothèse, le sien. Et peut-être suis-je, de toute façon, en train de bâtir un château de cartes et de sable dans l’Espagne la plus profonde qui se puisse concevoir. Il demeure que la crise écologique devra sous peu mobiliser des millions de personnes dans ce vieux pays couturé qu’est la France. J’ai le pressentiment que madame Jouanno en sera. Et c’est pourquoi, à rebours de ce que je suis pour l’essentiel, je lui offre ce jeudi matin un frais bouquet de fleurs des champs. Without any pesticide application. bracelet pandora bracelet pandora

48 réflexions au sujet de « Des fleurs pour Chantal Jouanno »

  1. et bien qu’elle demissionne pout être coherente avec ces pseudos convictions,franchemment Boorlo risque d’être 1 ministre,alors elle attend son tour,quand a la sincérité de cette femme ,je n’y crois pas,les medias c’est une chose ,les actes une autre,si on est pas en phase,on s’en va ,comme Lepage sur OGM elle a demissionné,cà c’est coherent,alors permet moi de douter de cette femme,very antipathique et sur le terrain,nada.une ministre Durable!

  2. Ourse,meme les politiques ne sont pas des clones,et certains sont peut etre plus sincères que d’autres.Les pressions avec les industriels soucieux de s’enrichirent causent des blocages a l’échelle des politiques,mais aussi de la population,désirant achetez endormie par les pub de toute sortes.

  3. Elle s’est fait enfumée la pauvrette. quand on visionne le discours de C. Jouano durant la campagne on se dit que les rapaces veille au grain.
    Ils ont la parfaite secrétaire a l’écologie.Quelques mois plus tard on voit le résultat.Ce n’est pas la première ni la dernière à se faire …Borloo boit un verre à sa santé.Et la fnsea boit du petit lait(les surplus).

    Quelle naïve.
    A vous lire. Yves

  4. Ok. Bouquet de fleurs bio pour Jouanno.
    Par contre demain, on sort tous nos vélos, nos grelinettes, nos fourches et retourne un peu la terre et le compost.

    Ok ?

  5. Comme quoi, tout espoir n’est pas totalement perdu…

    Des conversions sont quelquefois possibles et les bonnes surprises vont même jusqu’à s’insinuer dans une chaîne de télé privée… entre deux pubs !

    Hier, sur M6, l’émission Capital Terre de Guy Lagache abordait le problème crucial de l’alimentation dans le monde.
    Eh bien, j’ai trouvé cette enquête plutôt bien faite (si l’on excepte les 2 sujets à la gloire de Findus et Casino, annonceurs potentiels…)

    Le problème de la viande, à travers un reportage sur les élevages concentrationnaires du Texas, m’a paru honnête et bien documenté et le sujet sur l’Ethiopie (qui loue ses terres aux multinationales de l’agro-alimentaire) également.

    Pour ceux que cela intéresserait, je vous laisse les coordonnées de l’émission :

    http://www.m6replay.fr/#/emissions/capital-terre/10050

  6. Mon petit lopin de terre est bêché. Je vais mettre ail, oignon et échalote.Je vais doubler les quantités car j’arrive en rupture de stock.
    Chez moi aujourd’hui ça décoiffe(pays de Loire).Il y a un vent à décorner les bœufs.Bon la lune n’est pas favorable au plantations des oignons, mais je ne peux attendre la prochaine lune.je verrai bien la récolte.

  7. exacte yves il y a du vent, je suis à orléans .
    Et mon jardin pas encore bêché mais peu de temps.
    mais j’y pense

  8. le genre d’info qui fait plaisir, mais glané 2 secondes sur europe 1 et pas répété, évidemment:

    Bienvenue sur la page web de la résistance
    au projet Family Village à Mougins Saint-Martin

    C’est d’une seule voix que la salle Léo Lagrange, comble pour l’occasion, a exprimé son courroux, sinon sa colère, mercredi 25 mars, en soirée, contre le nouveau dossier présenté par Ikea-Altarea à Mougins-Saint-Martin.
    Deux heures durant, André Aschieri d’abord, Jean-Jacques Cozzari, son premier adjoint ensuite, et M-L. Gourdon, conseillère générale du canton, ont chacun présenté moult arguments techniques liés à la proximité d’équipements publics (école, collège, IME, caserne des pompiers), à l’environnment (pollution atmosphérique accrue par le trafic automobile induit par les 10 à 17 000 véhicules/jour qui se rendent en moyenne dans chaque magasin Ikea en France), à la présence aussi des nappes phréatiques présentes sous la zone d’installation du projet, nappes qui alimentent la source de la Foux, ou encore la surenchère des enseignes commerciales dans le département des Alpes-Maritimes, dont même la Chambre de Commerce et d’Industrie des Alpes-Maritimes s’alarme !
    Il a été évoqué enfin, la grande manifestation programmée samedi 27 mars,
    à partir de 11 heures, devant le cinéma-médiathèque de Mouans-Sartoux dont les organisateurs attendent plusieurs milliers d’opposants au projet.
    D’autres manifestations de plus grande ampleur encore et “délocalisées” ont par ailleurs été évoquées et programmées dans les semaines à venir.
    Notons, enfin, que l’opération “cartes postales” est maintenue. Il convient néanmoins d’envoyer les cartes (disponibles en mairie) à l’adresse suivante : IKEA France, 202 rue Henri Barbusse – 78 370 PLAISIR.
    http://www.mouans-sartoux.net/contreikeamougins/

  9. Merci, Fabrice, quelque soit la vraie nature de la réaction d’icelle, de nous montrer (surtout à ceux qui vous croient obtus, et toc!) que vous êtes ouvert aux “conversions” d’esprit. Bref, que vous croyez en l’Homme, ce qui est finalement rassurant et essentiel pour continuer le combat.

    et @ Sancho, merci du lien vers cet article qui montre très concrètement la supercherie d’Allègre.

  10. @ Léa. T’es un peu en avance avec tes pis en lit. Tu voulais la jouer champêtre.

    Je plaisantais.

    A vous lire. yves

  11. Sans préjuger de rien, j’ai une puce à l’oreille et je me demande si la secrétaire d’état n’est pas en train de travailler à “droitiser”, l’écologie, la ramener un peu dans le giron présidentiel; il faut dire que ces derniers temps tout l’en a éloigné, or ce terme (surtout s’il reste vague) peut servir d’attrape-voix..on ne tiendra évidemment pas compte de certaines (très)mauvaises langues anglaises racontant des choses sur icelle et icelui, aussi madame serait en service commandé, somewhere? comediante? la suite nous informera et ce sera assez vite vu . ce monde est cruel, surtout pour les abeilles,les porcelets et les bleuets

  12. Le nouveau film de Coline SERREAU sortira en salle le 7 avril prochain. “Solutions locales pour un désordre global”

    Ce film propose des solutions pour permettre à chacun de “faire sa part”dans la construction de nouveaux modèles alimentaires.

    Un rendez vous à ne pas manquer!

    C’est tout a fait dans notre optique.

    dorenavent,La lutte contre la mal bouffe et contre les multinationales, c’est de s’en passer.

    A bon entendeur salut! Yves

  13. « Non je ne laisserai pas faire taire l’écologie. Non, je ne reculerai pas. Non je ne cèderai pas à la petite musique qui vient dire que l’écologie, ça commence à bien faire… »

    De la même Jouanno. Au congrès de France Nature Environnement.

    http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20100325trib000491936/chantal-jouanno-devant-france-nature-environnement-je-ne-laisserai-pas-faire-taire-l-ecologie-.html

    La droite aurait donc décidé de cannibaliser l’écologie en saturant l’espace médiatique avec des messages contradictoires ?

  14. Bien d’accord, Yves !

    Pierre Rabhi l’a compris il y a quelques années et a imaginé des solutions qu’il met en pratique dans le cadre de l’association Colibris… (www.colibrislemouvement.org)

    J’irai voir le film de Coline Serreau dès qu’il sortira. Je crois que Colibris s’est impliqué dans la réalisation de ce long métrage.

  15. Je partage le sentiment de Fabrice . La réaction spontanée de Me Jouanno me semble le reflet honnête d’une conviction sincère . Et surtout que Me Jouanno ne démissionne pas car nous sommes nombreux en cette année de la biodiversité à espérer qu’elle tiendra sa parole et s’engagera efficacement dans la reconduite du plan de sauvegarde de l’ours dans les Pyrénées … Nous comptons tous fortement sur elle pour juguler les intégristes pastoraux anti-ours et décider dans la foulée d’un plan de renforcement de la population ursine . De J.Lassalle à Sarkozy , nous savons bien ce que vaut la parole politique donnée , ce n’est pas parole d’évangile ! Cependant , Me Jouanno , j’ai envie d’y croire ! Deux ourses slovènes relâchées en Béarn pour le bonheur des derniers mâles de souche qui errent lamentablement et stérilement depuis 2004 et la mort de Cannelle !!! Dites , si c’était vrai !

  16. Moi, désolé mais je n’arrive pas à suivre : il ne fallait “surtout” pas voter pour EE dont les listes comptait tout de même bon nombre de gens plus qu’estimables et maintenant il faudrait envoyer des fleurs à la sarkozyste (et peut-être plus manoeuvrière qu’il y paraît) Mme Jouanno ???

  17. Bruno,

    Je suis désolé, car je n’ai pas l’intention de désorienter qui que ce soit, à commencer par toi. En deux mots, que te dire ? Il y a des personnes, des personnes estimables dans bien des lieux étonnants, et parfois même infréquentables. Je le sais, car j’en connais. En (me) caricaturant, il est aisé de trouver des gens admirables qui votent à droite et des sales cons qui votent à gauche ou en faveur de l’écologie politique. Je pense, j’espère que, jusque là, tu es d’accord.

    Sur un autre plan, général, celui des idées susceptibles d’enfin nous aider à bâtir un avenir commun, je juge que la totalité des formes politiques existantes sont dans une impasse définitive, car ontologique, conceptuelle, paradigmatique. Toutes ces formes, Verts compris, ont déployé leurs ailes dans un cadre – le progrès, la consommation, l’individualisme, la raison technique, le déferlement matériel – qui est mort. Mort, mais en apparence et pour l’immense majorité des contemporains, encore valide.

    Si je te parais si dur avec les Verts, c’est parce que leur responsabilité est plus grande. Ils manient des idées qui, s’ils les croyaient tant soit peu, devraient les conduire à une politique radicalement neuve. Mais comme ils sont et resteront – pour des raisons de fond, objectives – une queue de comète de ce qu’il y a plus néfaste dans l’héritage de mai 68, ils ne changeront pas. Qu’est-ce que j’entends par néfaste ? Essentiellement le culte hédoniste de l’individu, qui conduit un parti à engager des forces et du temps dans des revendications abstraitement justes, mais concrètement criminelles.

    Criminelles ? Certes, car le temps disponible est compté. Pour les êtres que nous sommes, évidemment. Mais aussi pour la société des humains. Et dans la réalité de leur pratique – préparer des élections qui préparent des élections qui préparent des élections depuis près de quarante ans, sans aucun résultat tangible -, les Verts jouent un rôle épouvantable.

    Ils font croire à des citoyens comme toi que l’écologie avance, alors qu’elle recule. Ils rassurent, ils flattent les plus ineptes illusions sur la gravité de la crise, ils jouent le jeu. Et comme ils se présentent comme écologistes, ce qu’assurément, à mes yeux en tout cas, ils ne sont pas, ils répandent l’idée que l’avenir pourrait se décider entre le bloc social-démocrate, auquel ils adhèrent, et le bloc libéral. Les deux nous mènent au désastre. Les deux. Exactement semblables par rapport aux fractures d’ores et déjà manifestes dans l’équilibre des grands écosystèmes de la planète, dont nous dépendons tous, ce me semble.

    Alors, et Jouanno ? Si tu me relis, tu verras que je ne concède rien sur le fond. Je donne acte à cette femme qu’elle s’est mise en jeu par le mouvement. Et voilà bien ce que je nous souhaite à tous : que nous acceptions de nous mettre en jeu par un élan sincère.

    Bien à toi,

    Fabrice Nicolino

  18. Bien vu Fabrice,une fois de plus. C’est vrai que cette femme a SOUDAINEMENT de quoi étonner dans le bon sens du terme !
    Concernant l’ours, que je connais assez bien, et bien qu’il n’y ait pas que l’ours dans la vie, on peut dire que Jouanno a eu un discours en légère rupture avec ses prédécesseurs, elle a été courageuse face aux anti-ours (et notamment face à un journaliste de la Dépêche du Midi à plat ventre devant ces derniers…) et elle a affirmé que la France tiendrait ses engagements, ce qui n’était pas gagné à l’heure où “l’environnement, ça commence à bien faire” et quand on sait combien la poignée de ruraux CPNT qui hurlent contre l’ours (ils n’étaient que 2000 à tarbes le 13 mars dernier) sont un électorat disons… traditionnel de son parti, même si en Ariège, c’est le PS derrière Bonrepaux et les barons locaux qui épouse CPNT dans le discours et dans les actes… sauf qu’E.E a fait un score énorme en Ariège et que François Arcangéli, maire d’Arbas, la capitale du Pays de l’Ours dans les Pyrénées, a été élu conseiller général grâce à la fusion EE/P.S… pour laquelle j’ai néanmoins la même analyse que Fabrice.

  19. Cher Fabrice,

    Merci pour ton message. Bien sûr, je suis d’accord avec ce que tu écris dans tes deux premiers paragraphes.
    En revanche, je ne peux approuver que partiellement tes critiques adressées aux Verts qui, tu le reconnaîtras, ne coïncident pas tout à fait avec EE – ex : G.-E. Séralini par chez nous.
    Quant à croire que la crise écologique se règlera grâce à quelques % de plus pour EE, je ne suis pas si naïf que ça car, comme toi, conscient de l’urgence extrême de la situation. Cela dit, que quelques pas puissent être faits dans la bonne direction grâce à eux (cf. l’exemple donné ci-dessus par P.P. à propos de l’ours), je ne peux que le constater – tandis que je n’ai évidemment aucune illusion sur ceux qui nous gouvernent. C’est pourquoi je crains que Mme Jouanno ne rentre vite dans le rang du sarkozysme…
    Bien à toi.

  20. Samedi 27 mars 2010 à 14h10 au cinéma Utopia Manutention AVIGNON: projection du film documentaire “Solutions Locales pour désordre global”, en présence demembres de l’assoc.”Les Amis De la Terre”.
    POUR montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions de ceux qui inventent et expérimentent des alternatives. Coline Serreau nous invite dans “Solutions locales pour un désordre global” à découvrir de nouveaux systèmes de production agricole, des pratiques qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne.

  21. Corinne Lepage,ancienne ministre de l’écologie de droit, n’est elle pas une femme courageuse. Je ne la connais pas, mais elle ne s’enferme pas dans un parti et à un moment elle sait claquer la porte.

    C’est peut être cela le courage en politique.

    A vous lire. Yves.

  22. Je n’avais pas lu ça, merci de le dire haut et fort :
    ” Toutes ces formes, Verts compris, ont déployé leurs ailes dans un cadre – le progrès, la consommation, l’individualisme, la raison technique, le déferlement matériel – qui est mort. Mort, mais en apparence et pour l’immense majorité des contemporains, encore valide.”
    Et …
    “Si je te parais si dur avec les Verts, c’est parce que leur responsabilité est plus grande. (…)
    Ils font croire à des citoyens comme toi que l’écologie avance, alors qu’elle recule. Ils rassurent, ils flattent les plus ineptes illusions sur la gravité de la crise, ils jouent le jeu. Et comme ils se présentent comme écologistes, ce qu’assurément, à mes yeux en tout cas, ils ne sont pas, ils répandent l’idée que l’avenir pourrait se décider entre le bloc social-démocrate, auquel ils adhèrent, et le bloc libéral. Les deux nous mènent au désastre. Les deux. Exactement semblables par rapport aux fractures d’ores et déjà manifestes dans l’équilibre des grands écosystèmes de la planète, dont nous dépendons tous, ce me semble.”

  23. Fabrice,

    Tu es pertinent mais tu es aussi trop radical.

    Je ne suis pas d’accord avec ta position sur les soi-disant (pseudo) écologistes au pouvoir ou autres…

    Les Verts ( et autres militants sans forcément d’étiquette) se battent dans le merdier politique depuis fort longtemps pour avoir une représentativité et agir aussi en local pour arrêter les projets foireux, voire en créer des nouveaux à grande échelle même si ça n’est pas suffisant, j’en conviens.

    Je ne comprends pas ton insistance à les blâmer plus que les autres acteurs politiques…Qu’est ce qui aurait changé si ils avaient été des radicaux à une certaine époque où l’on ne voyait pas encore le “désastre” s’annoncer ?
    On les aurait stigmatisé davantage qu’ils ne l’étaient déjà.
    Aujourd’hui, un radicalisme, une rupture (telle que tu la préconises) ne peut pas non plus déboucher sur l’adhésion. Les gens se braquent, Fabrice, dès que c’est trop brutal, trop rapide.
    J’ai converti des gens à utiliser les modes de déplacement doux uniquement en faisant de la pédagogie et en passant d’abord par le covoiturage proactif. Et accessoirement en donnant l’exemple.

    Oui, dans l’absolu il faudrait brûler les étapes.
    Au début j’étais pressé, comme toi.
    Mal m’en a pris, l’adhésion ne pouvait pas prendre. Les chemins intermédiaires sont beaucoup plus fructueux. L’objectif est le même.

    Qu’aurait dit le Commissaire de l’Enquête Publique de la Rocade Nord de Grenoble si les Verts n’avait pas fait tout le boulot de lobbying dans les couloirs du Conseil Général ? Ou encore si les Verts n’avaient pas participé à la mise en oeuvre d’une contre expertise pour s’opposer aux mensonges du PS au pouvoir…?
    Et ben il aurait émis un avis favorable.
    Grâce à tout le boulot de toutes les associations, les Commissaires ont rejeté ce projet farfelu.

    Désolé, les pires, ce sont ceux qui nous font ramer à l’envers à terme. Les monteurs de projets avec l’appui des lobbys (qu’il faut surveiller et combattre sans arrêt). Sûrement pas les Verts.
    C’est même un peu insultant pour tous ceux que je connais et qui ne comptent plus les heures en réunions, actions militantes (tracts, manifs, etc…).

    Fabrice, ta conception de rupture écologiste ne mènera à rien. (Elle m’étonne sachant que malgré tout tu as confiance en l’humain (homme et femme)). C’est mon expérience sur le terrain qui dicte ce propos.

    Il faut se rassembler pour faire changer les états d’esprit. C’est la première étape. Ensuite ? Tout va s’accélérer. J’ai confiance.
    Ca marche chez moi. Il n’y a pas de raison que ça ne marche pas ailleurs.

    Allez courage.

  24. Si en plus Chantal Jouanno annonce la réintroduction de femelles ourses pour les mâles esseulés des vallées pyrénéennes, je rajoute une barquette de myrtilles au bouquet de fleurs des champs offert par Fabrice!

  25. PHAMB j’aimerai avoir le même optimisme que toi et c’est bien de l’être, mais voilà du temps nous n’en avons plus beaucoup car à chaque fois les politiques disaient comme toi “il faut y aller par palliers” et bien 30 ans après toujours rien et maintenant tout est pollué, le lobbies n’ont jamais eu autant de force ( regarde le thon rouge et le reste ) le climat s’embale, les animaux disparaissent le forets avec, je suis d’accord pour la pédagogie, mais faudrai t il encore que le relais soit fait par tout les médias, et les politiques qui parlent qui parlent…..
    Les associations font du bon boulot tant qu’elles ne sont pas trop riche car elles tombent vite dans le piège de la cupidité elles aussi, et je pense qu’il faut y intègrer le “comportement humain” et là nous pouvons constater malheureusement que celui ci ne changera jamais;
    Mais je te souhaite bon courrage, je suis une écologiste convaincu je suis dans l’associatif (SPA) depuis 15 ans et je continu à me battre (plus par conviction que par la vision que celà pourrai s’arranger).

    bien à toi

    sophie

  26. Coucou,
    Ce qui m’a (une fois de plus) géné dans le film de Coline Serreau… qui est par ailleurs instructif et à voir, belles images de bêtes, de gens et de regards.. riches et enviables expériences agricoles,c’est qu’il n’y a aucun reportage (hormis la France) sur l’EUROPE, les autres pays européens: Italie, Allemagne, Autriche, Espagne..çà me gène car mon territoire politique c l’europe et je me rends compte qu’il reste méconnu: on me demande de voter aux européennes; et non pas au Brésil , ni en Russie, ni en Inde.
    par ailleurs de connaitre les démélés des autres pays d’europe avec les firmes de chimie (par exemple) ne pourrait avoir (il me semble) qu’un effet bénéfique , de savoir pourquoi l’italie et l’autriche sont les grands producteurs bio de l’Europe, de savoir combien il y a encore de petites exploitations dans ces deux pays, etc..
    j’imagine que ce ne doit pas être possible pour des raisons politiques? En tout cas je trouve cela frustrant, une perspective manque, car cela concerne pratiquement tous les films qui tournent sur ces sujets. (sauf erreur de ma part). Sortie des sujets que chacun connait (mafia etc..)la concernant, l’Italie n’existe pas : c’est simple.
    Ps: on voit souvent Dominique Guillet, Philippe Desbrosses et les Bourguignon dans ce film.

  27. Les politiques, je ne sais plus qu’en penser.
    Fût un temps où je les pensais au service des français. Et puis, la désillusion s’est imposée.
    Le livre “Plainte contre la France pour défaut de protection de l’ours des Pyrénées” http://www.aves.asso.fr/article1074.html vous en donnera un exemple.
    Le dossier est verrouillé politiquement depuis des dizaines d’années (par tous les partis).
    Dans le livre, vous verrez les réponses des services de l’Etat, les réponses de la justice… bref, une flopée de courriers-type qui noient le poisson (et l’ours).
    Quand je vois que le dernier livre d’Allègre fait parti des TOPS des ventes, je me demande si un jour les français évolueront… et malheureusement, tant que la base préfèrera croire un Allègre, le discours des politiques ne fléchira pas.
    Va-t-on dans le mur ? Certainement.
    Y aura-t-il un rappel national pour réparer les freins ? Je l’espère encore !

  28. POur Christophe:

    Commentaire de lecture : Ma Vérité sur la Planète
    Claude Allègre

    http://www.manicore.com/documentation/serre/ouvrages/verite.html

    “Il est difficile de dire si la consternation, l’admiration ou l’ébahissement est le terme plus approprié pour caractériser ce qui vient à l’esprit une fois refermé ce livre. Ce dernier comporte une telle densité d’âneries au centimètre carré de page imprimée qu’il en devient une énigme. A-t-il seulement été écrit par un adulte, ou bien par un petit-neveu d’Allègre dont ce dernier n’aurait pas relu les propos ? Comment une personne qui détient – normalement – un doctorat en physique peut-il, même très énervé (car cela fait des années qu’Allègre ne supporte plus le changement climatique, après l’avoir très bien supporté dans un livre qu’il a écrit en 1987, ce qui est une énigme de plus) et même en dehors de son domaine de compétence (car Allègre n’a jamais publié de travaux scientifiques concernant l’influence de l’homme sur le climat) aligner une telle série de contre-vérités grossières, d’approximations qui en deviennent fausses, d’amalgames indus, d’erreurs de raisonnement indignes d’un collégien, de propos cités de travers pire que chez un très mauvais journaliste débutant, voire de tournures dignes d’un enfant de 6 ans ou de phrases qui ne sont même pas écrites en français ?

    Cette avalanche d’inepties pose du reste un problème spécifique à qui veut s’essayer à une critique : par où commencer quand, sur des chapitres entiers, chaque page (je dis bien chaque page) contient une démonstration qui n’en est pas une, un procès d’intention, une citation rapportée de manière inexacte (ce qui évidemment rend ensuite la critique plus facile !), ou encore une absence de précision – délibérée ? – qui rend impossible l’identification même de l’individu ou de l’entité visés (le pronom “on”, qui dispense opportunément de préciser qui a dit quoi exactement, est employé à jet continu, et quand “on” ne sait pas qui est visé exactement, il est difficile de savoir quoi répondre…).”

  29. Merci Marie.
    J’avais lu ce commentaire sur le site de Jean-Marc JANCOVICI.
    Je l’ai rencontré il y a quelques mois lors d’un débat dont le sujet était : “l’homme est-il responsable du réchauffement climatique ?”
    Ce monsieur est très intéressant, passionnant même, et fait parti des rares à s’attaquer aux propos d’Allègre.
    Je parlais de politiques tout à l’heure et j’y reviens :
    Le débat dont je parle était organisé par Serge Lepeltier (ex ministre de l’écologie).
    J’ai pris la parole pour dire :
    “Avec nos petits moyens, nous avons lancé une campagne de sensibilisation auprès des enfants. Ils ont intégré les petits gestes pour réduire leur empreinte sur la planète. Que dois-je leur répondre quand ils me disent qu’on leur a servi des tomates à la cantine en plein hiver ?”
    Monsieur Lepeltier a rétorqué que le bio coûte trop cher pour être servi dans les cantines.
    J’ai rétorqué que dans un premier temps, on devait rééduquer les enfants et leur servir des fruits et légumes de saison.
    Il est reparti sur le bio trop cher.
    Voilà, la politique, c’est ça aussi…

  30. “Monsieur Lepeltier a rétorqué que le bio coûte trop cher pour être servi dans les cantines”

    mentalité de boutiquier, fort répandue ma foi..ou sont les peuples artistes?

    Dans un autre ordre d’idées, ici les organisateurs ont osé proposé un spectacle de cirque aux enfants pour Noel, à l’heure où d’autres pays pensent à les interdire..mais les specateurs n’ont rien dit.

  31. claude allègre plait car il vas dans le sens de la majorité.Ne pas donner mauvaise conscience,ne pas étre moralisateur(c’est dans l’air du temps),dire que l’évolution technique est une bonne chose,qui d’ailleur résume la peur fondamental de l’immobilisme.Allègre séduit car il dit ,ce que les français veulent entendre.

  32. Bonjour, a la radio ont indique qu’elle ses fait remonté les bretelles par le secrétaire de l’élyssé.

  33. @SLIDER
    les paysagistes des ronds-points donnent aussi à voir ce que “les gens” veulent voir ou plutôt ce qu’ils pensent que ‘les gens’ veulent voir.
    Au milieu du rond point quelle belle mise en évidence mais cela a-t-il valeur de témoignage sur les préoccupations réelles des municipalité concernées?
    On peut très bien construire un beau(faux ) puits au milieu d’un rond point et planter un bel olivier (vrai)mais cela signifie-t-il qu’on se bat pour préserver la qualité des aquifères (AMPA et autres) et qu’on préserve les zones agricoles?

  34. Bonsoir,

    C’est trop drôle…

    Par ChatquiChouine,26 mars

    Ah, au fait, il faut que je vous dise, dans les couloirs de Copenhague, j’avais vu un Trader de l’ EU ETS (bourse carbone Européenne).
    Ce dernier était face au mur, les mains jointes. Il semblait prier.
    Je me suis approché, et j’ai alors entendu :

    Notre carbone, qui est aux cieux,
    Que votre émission soit tarifée, et votre quantité règlementée,
    Que je puisse vous échanger, comme la terre et bientôt le ciel,
    Donnez-moi Oh carbone, mon impôt quotidien,
    Pardonnez à mon yacht d’en avoir rejeté comme je pardonne à ces miséreux de t’avoir ignoré
    Et laissez-moi s’il vous plaît, succomber à la tentation
    Des espèces sonnantes et trébuchantes
    Ainsi soit-il !

    Je suis parti avant qu’il n’ait dit « Amen ! »

    C’est rigolo,non?

    Bonne soirée,Léa.

  35. Taxe carbone

    Nicolas Sarkozy milite pour l’adoption d’une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne. Crédits photo : Le Figaro
    La Commission européenne proposera en juin un mécanisme carbone aux frontières de l’Union européenne, a déclaré Nicolas Sarkozy. Mais les oppositions sont nombreuses parmi les Etats membres.

    A la demande de la France, la taxe carbone revient au menu de la Commission européenne. Nicolas Sarkozy a déclaré ce vendredi à Bruxelles que l’exécutif européen proposerait un texte sur le sujet aux Etats membres en juin. Mercredi, le président avait confirmé le report sine die de l’entrée en vigueur d’une taxe carbone française et subordonné son application à une solution européenne.

    «Je pense que chacun considère aujourd’hui que la question d’un mécanisme d’adaptation aux frontières de l’Europe est un sujet incontournable», a déclaré le chef de l’Etat. «Au mois de juin, il y aura une proposition de la Commission sur le sujet», a-t-il ajouté. Après «un débat très franc» au sein du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement réunis depuis jeudi soir à Bruxelles, «aucun pays ne s’est opposé» à la proposition française.

    Nicolas Sarkozy s’est félicité de cette avancée diplomatique. «La victoire politique que représente l’examen par la Commission de la possibilité d’un mécanisme d’ajustement aux frontières, c’est quelque chose de capital», a-t-il insisté. Une «taxe aux frontières» de l’Europe, avait-il expliqué plus tôt dans la semaine, «protégera notre agriculture et nos industries contre la concurrence déloyale de ceux qui continuent à polluer sans vergogne».

    La taxe carbone promet d’être un sujet épineux à Bruxelles, car relevant du domaine fiscal. Ce champ de compétence nécessite des décisions à l’unanimité. Or, les Britanniques et les Suédois, par exemple, sont opposés d’un tel mécanisme aux frontières de l’Union européenne. Elle pourrait être assimilée à du protectionnisme et être répercutée au final sur les consommateurs européens, avancent-ils.

    Jouanno recadrée

    Nicolas Sarkozy a profité de cette conférence de presse à Bruxelles pour recadrer sa secrétaire d’Etat à l’Environnement Chantal Jouanno. Cette dernière avait déclaré être «désespérée» par par l’abandon de la taxe carbone. «Je n’ai pas apprécié ces propos», a lâché le président. «J’ajoute que les ministres n’ont pas à être désespérés, ils ont à faire leur travail. Il y a une stratégie, elle a été fixée par François Fillon et par moi-même. Que chacun s’y tienne», a-t-il ajouté.

    Léa

  36. oui ,mais elle a plié et s’est excusée en allant le voir,pour pas lui faire de peine ,elle est trés proche du chef de l’état,une amie,et voila,rester et se taire,et Borloo qui continue a détruire par medias et Grenellocomptatible un monde Durable infini,tout estb durable, toutes les forces de l’écologie en France,c’est son boulot préféré,dejà sous Mitterand il fut le fossoyeur des ecolos via l’image fausse servie aux medias que MittMit lui avait demandé de couler les ecologistes, ,caricature,Duflot hier sur France Culture vraiment bien,elle tient la route ,intelligente,alors,vaut mieux aller planter des fleurs dans le jardin,le pouvoir est le piége banal des humains,mais Duflot résiste a DCB qui hait les verts,liberal convaincu,ses votes a l’Europe sont consternants,ce qui se passe a le mérite de clarifier ou sont vraiment certain ,aux yeux de ceux qui ne sont pas informés en direct.
    Je ne suis d’aucuns mais je les connais,et la trame invisible est toujours la même,donner une image caricaturale des ecolos afin de les détruire.Après les jeux d’égos ,Jouanno ne démissionnera pas et va appliquer ce qu’on lui dira de faire,la naïveté de croire que elle va démissionner pour ces conviction ne m’a jamais effleurée,trop proche de Sarko.

  37. un article dans libé.de ce jour; (les commentaires, sont vraiment parfois affligeants ).

    NKM se dit «solidaire» de Chantal Jouanno
    Après les remontrances de François Fillon et Nicolas Sarkozy à Chantal Jouanno, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Ecologie a rappelé avoir vécu une situation similaire avec les OGM…

  38. “Il demeure que la crise écologique devra sous peu mobiliser des millions de personnes dans ce vieux pays couturé qu’est la France. J’ai le pressentiment que madame Jouanno en sera.”
    Elle n’a effectivement certainement pas envie de donner sa place, pour preuve l’OPA de l’ademe, son tremplin, sur tous les sujets touchants de prêt ou de loin au “développement durable” et à l’environnement. Par sa porte d’entrée historique, l’énergie, l’ADEME c’est répendu sur tous les sujets, a investi tous les ministères, a un avis sur tout, des solutions pour tout.
    c’est sur, ça ne se fera pas sans elle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *