Fatale irresponsabilité de Borloo (sur les gaz de schistes)

La situation est d’une rare limpidité : Jean-Louis Borloo se planque. Surtout, surtout éviter le moindre mot qui pourrait écorner sa si belle image d’écologiste de droite. Je vous rappelle qu’il a signé, en sa qualité de ministre de l’Écologie et de l’Énergie réunies, des autorisations scélérates d’exploration en vue de découvrir des gisements de gaz de schistes. Le 1er mars 2010, et sur des surfaces géantes, qui incluent Larzac et Cévennes. Entre autres.

Bien entendu, comme je l’ai déjà écrit, un pauvre garçon comme Borloo, une pauvre madame comme Kosciusko-Morizet n’ont le plus souvent pas la moindre idée de ce qu’ils paraphent chaque soir. Ils n’ont pas le temps, figurez-vous ! Ils passent leur temps à soigner leur carrière publique, à parlotter, à serrer des mains, et à éviter les chausse-trapes. Entourés par un petit staff à leur service – leur cabinet, qui arrive et part en même temps qu’eux -, ils sont censés commander à l’administration centrale de leur ministère. Laquelle est entre les mains, ici en tout cas, d’ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées. Si vous voulez réellement trouver des corps de pouvoir oligarchique en France, voilà la meilleure adresse qui soit.

Donc, Borloo se planque. Le courage et la vertu consisteraient à assumer, fût-ce en expliquant. Mais il a bien trop peur de s’empêtrer dans ce qui pourrait se transformer en un retentissant scandale. Car en effet, sous sa signature, la France a accepté de vendre le sous-sol de régions sublimes sans daigner en informer leurs habitants. À Total, Suez, à des compagnies américaines. Au pire. La logique s’impose : courage, fuyons !

Mais alors, les amis, qui est responsable ? Cela devient réellement passionnant, car la réponse est : personne. Certes oui, comme indiqué hier ici-même, celui qui a préparé et supervisé le permis dit de Nant, proche du Larzac, porte un nom. Il s’appelle Pierre-Marie Abadie, directeur de l’Énergie. Par délégation de l’autorité de Borloo, il a en effet signé un document. Je l’ai en ma possession, mais ne peux le reproduire ici. Quoi qu’il en soit, c’est le seul nom de Borloo qui figure sur le Journal officiel (30 mars 2010) de la République. On peut légitimement parler d’imbroglio.

En effet, le ministre se défile, car il prépare sa candidature de 2012. Et l’ingénieur des Mines se défilera sans nul doute si on lui pose la question, car il répondra fort justement que la seule responsabilité appartient à l’autorité publique. Lui, dans la majesté de ses bureaux, monte des dossiers à partir des étroites considérations liées à sa formation. Ensuite, avec la toute-puissance attachée au corps des Mines dont il est un éminent responsable, il présente à la signature du ministre des documents de diverse importance, dont certains sont évidemment décisifs pour notre avenir.

Voilà donc où nous en sommes. « On » a vendu la France, mais ce « on » restera à jamais un pronom indéfini. Vous aimez ?

65 réflexions sur « Fatale irresponsabilité de Borloo (sur les gaz de schistes) »

  1. Non, j’aime pas !
    Est-ce en prévision de ce scandale que mr Borloo n’a pu être premier ministre ?? je me demande….

  2. HALLUCINANT,ces dirigeants de paccotilles sont pret a empoisonner la vie des gens;a tout polluer sous pretexte d’argent ,et de peur que leurs machinerie qui marche au capitaux,ne cesse du fait de la raréfaction du petrole dans 40 ans.ils sont pret a tout pour continuez coute que coute leurs idéaux de folie.il fait lutter et le faire savoir

  3. En même temps Borloo est dans la ligne, puisque « le conseil de l’union européenne « appelle les 27 à explorer les gaz de schiste ».

    « Rechercher les gaz de schiste et les schistes bitumeux en Europe, telle est une des recommandations lancée par le Conseil de l’Union européenne consacré à l’énergie vendredi 4 février à Bruxelles. La France où la contestation s’accentue, soutien les conclusions du Conseil tout en annonçant la suspension des travaux exploratoires. « …
    http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article7429
    Rappel wikipédia sur Le Conseil de l’Union européenne, officieusement appelé Conseil des ministres, organe institutionnel qui décide des actes législatifs et budgétaires au sein de l’Union européenne. Il partage sa compétence avec le Parlement européen dans les domaines soumis à la codécision. Ceux qui y siègent sont les ministres des États membres de l’Union européenne en lien avec l’ordre du jour de chaque réunion (ministres des finances, ou ministres de la santé, etc.)… ».

    Pour Borloo, tout va donc bien, il suffit qu’il se fasse oublier un petit peu ici dans l’euroland france..! les seuls « c..de l’histoire sont les peuples comme d’habitude.. le système leur agite de nombreux leurres devant le pif pendant que dans les coulisses agissent les gens sérieux (iter, spoutniks, armes, schistes etc..etc..).
    la question reste pourquoi cette histoire de schiste apparait seulement maintenant? puisque Toréador a apparemment déjà commencé à creuser

  4. Plutôt que de décider que « personne » est responsable, on pourrait considérer que « tous » sont responsables. Chaque écrivaillon qui a participé à la rédaction du rapport final qui a entraîné la conviction et la signature du ministre est un maillon de la chaîne.

    Pour toutes les grandes saloperies du siècle passé, pour celles du siècle à venir, jamais un seul homme n’aurait pu en venir à bout sans l’armée de petits et de grands exécutants qui ont apporté leur goutte ou leur trombe d’eau.

    Où sont-ils, tous ces obéissants?

  5. Et au niveau de « nos » partis de gauche, ils pourraient s’emparer de ce projet fait en catimini pour piquer au vif au plan national ?
    Au lieu de cela, on met le paquet pour démolir MAM, ce dont les français se tapent franchement, par rapport à leur habitat, leurs terroires !
    Les gazs de schiste, tout de même plus payant et accrocheur sur le plan de la lutte, que la gourdasse-fille-à-papa-sénateur-héritière !Non ?
    Les Mélenchon-Ségo-Etc…Etc…sont plutôt aphones ! Ou alors, j’ai loupé leurs sublimes interventions 😉

  6. La situation frise le ridicule et c’est le peuple qui est dans la misère avec ces forages de gaz de schiste. Il va falloir que le peuple prenne la rue pour être écouter si ça continu. Ma santé, mon air et mon eau m’appartiennent, si des industries viennent polluer mon environnement pour que eux seulement en plus s’enrichissent et bien jamais les gens concernés vont accepter cela, réveillez-vous, pour les générations suivante, une vie de misère les attends. Personne va venir brimer mes droits à ma santé, on se dirige tout droit vers une guerre entre citoyens et gouvernement.

  7. Oui, Vee, pourquoi ne nous réveillons pas?
    Il me semble que nos ainés étaient bien plus courageux et actifs malgré des moyens de communication moindres. Voir le Larzac….
    Quand est ce qu’on les foutra dehors ces ploutocrates?

  8. @bakounine :
    « Au lieu de cela, on met le paquet pour démolir MAM, ce dont les français se tapent franchement, par rapport à leur habitat, leurs terroires ! »

    Je suis bien d’accord.
    MAM, que certains ont surnommé certainement à raison « Mouche A Mer*de » lorsqu’elle a fait sa proposition pour aider la police tunisiennne dans la répression de l’insurrection, semble être le fusible à faire péter, le bouc-émissaire qui va emporter avec lui quand la chasse va être tirée, les 24 ans de collaboration mafiafricaine nécessaire à toute société capitaliste avec le potentat Ben Ali dans l’imaginaire des Français.

    Les journalistes (sur Inter) sont déplorables :

    – pas un pour parler de la françafrique, ou plutôt désormais mafiafrique, servie par MAM mais ça aurait pu être tout autre pion du gouvernement, même socialiste.
    Quand il s’agit d’entretenir des relations économiques, pour peu qu’on arrive à fourguer quelques centrales, airbouses, TGV, extraire des métaux rares, l’amnésie fonctionne (Kadhafi, Hu Jintao, kim jong il…)

    – en revanche tous pour bêler en chœur les lieux communs de la soi-disant liberté du numérique, de l’idéologie de Progrès : Internet = Liberté, Facebook = Liberté, téléphones portables = liberté. La révolution grâce à Internet !

    N’importe quoi : cela relève du fantasme de la toute-puissance de la technique qu’il veulent à tout prix voir de partout.

    C’est peut-être justement parce qu’on leur a coupé Internet 5 jours, et que leurs portables étaient HS que les tunisiens ont été obligés de sortir, de se dé-scotcher de leurs écrans et s’organiser. 🙂

  9. l’Europe on vous l’a vendue comme un belle idée!eh bien la voilà l’europe! et vous n’avez rien à dire! c’est trop tard, Borloo n’en est qu’un laquais et puis les maitres à penser qui tiennent les crachoirs de la république vous disent que sortir de là c’est mal! alors! coincés qu’on est! coincés! et si ces fichus gaz des schistes qui viennent de tomber réussissent à s’implanter sur nos sols; hé bien on pourra tous aller se coucher!

  10. à Lionel : Vous ne devez pas écouter souvent France Inter et les reportages de Benoît Collombat en particulier…

  11. Commentaire :
    « Démesure Energétique sur un Plateau du Sud Aveyron » par Carole Joly Présidente de l’association Plateau survolté
    Notre département de l’Aveyron est deuxième producteur à partir de l’hydraulique et répond à la demande énergétique au delà de Midi-Pyrénées ce qui veut dire que les parcs éoliens qui s’installent en Aveyron, dans le Tarn ,dans l’Hérault, dans l’Aude , produisent un excédent d’énergie. Aussi, afin d’évacuer cet excédent, un transformateur sur 10 hectares est prévu à ST Victor pour 2011 ainsi que de nombreux autres transformateurs de 2 à 3hectares qui lui sont liés et qui vont bientôt émerger de terre un peu partout en Aveyron , mais aussi dans toute la France, tout ceci n’aura d’autre fonction que de permettre d’absorber à la fois la production actuelle nucléaire et à la fois la production à venir des parcs éoliens toujours plus nombreux à coloniser les crêtes ( montagne noire et sud-aveuyron) , pour ensuite l’évacuer vers les pays voisins car il y a excédent de production et engorgement des lignes, puisqu’il n’y a
    toujours pas réduction de la consommation ! Et cet excédent est traité comme un produit financier, en Bourse de l’énergie ( Voir site de « RTE gestionnaire » dédié aux traders )
    A ceux qui espèrent que ces parcs vont permettre de suppléer peu à peu aux centrales nucléaires, je vais leur répondre que ce n’est pas la bonne stratégie, disons qu’avant de produire plus, la priorité c’est de mettre un frein à la consommation énergétique et même de la réduire . RTE investit tout de même un milliard (répercuté sur les distributeurs puis sur les consommateurs) pour agrandir le réseau pour ce supplément d’énergie. Agrandir le réseau cela veut dire pouvoir accueillir sur celui-ci à la fois la production des E.R et à la fois celle issue du nucléaire. Alors comprenez bien qu’il ne sera plus question de baisser la demande, plus question de fermer quelques centrales, il s’agira d’amortir les investissements, ce sera l’excuse toute trouvée. Dans l’avenir, Il faudra produire plus afin de vendre aux pays voisins, ce réseau n’aura pas été étendu pour que n’y transite qu’une misère de mégawatts. Tant pis pour le
    s 23 % d’économie d’énergie prévues pour 2020 ! et tant pis pour les populations confrontées sur certains territoires à de nouvelles THT et à des parcs d’éoliennes gigantesques, tout cela dans des espaces naturels jusque là préservés.
    Si on veut réellement réduire le CO2, si on veut réellement ne plus dépendre des ressources fossiles, si on veut répondre aux objectifs de 20 pour cent d’énergie renouvelable dans notre consommation, si on veut que les E.R se substituent au nucléaire :
    d’abord il faut faire en sorte que diminue la demande ( priorité aux économies)
    Ensuite en parallèle de ces solutions, de cette politique pour récupérer des mégawatts égarés dans de mauvais usages de l’électricité, il faut répondre , aux besoins locaux par une solution locale, adaptée et en utilisant les ressources locales( ex : méthanisation à partir de petit lait, le gaz produit est brulé en cogénération, pour produire de la chaleur et de l’électricité) , que les E.R s’implante localement pour une distribution au plus proche, sans voyager sur le réseau central, remplaçant peu à peu la consommation électrique par de l’énergie produite sur place afin qu’il y ait moins de transport de mégawatts sur le réseau centralisé.( petites et moyennes unités de production ) Conclusion : la demande au réseau central diminuant, (et c’est sur ce réseau que circule l’énergie issue du nucléaire,) d’autant diminuerait la demande d’électricité provenant du nucléaire. Peu à peu s’éteindrait la demande et les lignes TH
    T nécessaires aux transports lointains pourraient diminuer, surtout il ne serait plus nécessaire d’en construire de nouvelles, voila qui répondrait bien au problème de l’impact sanitaire posé par les diverses associations luttant contre les lignes THT. On assisterait alors véritablement à une substitution de la production nucléaire par les E.R locales.
    Un groupe d’experts indépendants ( Global Chance) recommande cette architecture nouvelle décentralisée pour l’intégration des énergies renouvelables et pour une moindre vulnérabilité des lignes.
    Propositions faites à partir du livre : L’autonomie énergétique de Herman Scheer ( député allemand, prix Nobel alternatif, à l’origine des Énergies renouvelables en Allemagne), Et de l’exposé de Bernard Laponche ( Global Chancehttp://www.global-chance.org/ http://www.sudaveyron.org/plateausu

  12. @Raton Laveur :
    J’écoute les infos de 8h00, celles de midi suivies de Régis Mailhot pour les zygomatiques.

    Ces derniers temps j’ai remarqué ce dont j’ai parlé dans mon commentaire précédent.

    Au temps pour moi si je me suis trompé.

  13. Bonjour tout le monde,
    comme à peu près tout le monde sur ce forum, je suis de près nos malheureuses aventures énergétiques qui restent aux yeux des médias (même ceux qui me paraissent « indépendants » presque inexistantes. Pourquoi? les journalistes sont-ils payés à nous « désorienter » ou sont-ils tellement citadins que la question de l’environnement leur semble-t-il rétrogrades?
    Ceci dit, ayant remarqué que Mr Bové était signataire de la pétition et s’étant présenté à l’émission de Laurent Ruquier samedi dernier, j’ai espéré qu’il en toucherait quelques mots…pourquoi pas….samedi soir, sur la deux, ça pouvait faire son effet…peut être que je me trompe puisque j’ai regardé son passage sur internet (je n’ai pas la télé) et que j’ai pu louper la séquence (je l’espère ) mais il me semble que Mr Bové n’en n’a pas touché mot. Pourtant l’occasion étant inespérée !!C’est un peu dommage de venir faire la promo de son livre et d’oublier de faire celle de notre chère planète.
    PS: si certaines séquences ont été coupées sur internet et quil en a parlé, je m’excuse d’avance pour ces accusations.
    Bonne soirée.

  14. Les médiats sont seulement obnubilé par quelque sujets ,et ignorent les autres,comme si ça n’existait pas.Le probleme de la pollutions monstrueuse généré par cette transformation du paysage,est beaucoup moins importante pour eux que quelques éleveurs qui bèlent pour un ours(ou une)de plus dans les pyrénées.une vingtaine d’ours et des millions de moutons ,et il PLEURENT leurs mères.ah l’utilitarisme a de beaux jours et de belles nuits de cauchemars devant elle.On érode notre planète jusqu’au dernier billet d’euros heureux

  15. José Bové est aussi passé sur Canal plus et sur l’émission de Poivre d’arvor et il ne semble pas avoir abordé le sujet des gaz de schistes; sur canal plus c’est normal cette émission est une émission de divertissement, n’allons pas assombrir la vie de nos concitoyens avec ces sujets qui les dépassent en fait.

  16. @ Cultive ton jardin
    J’aime cette idée de co-responsabilité ; je partage.
    D’ailleurs, ne sommes nous pas tous, même simples citoyens, les maillons d’une chaîne que nous affaiblissons par nos mutismes convenus, notre inexcusable inculture, notre propension à ne nous concentrer que sur les détails (même si c’est là que réside le Diable) et cette incurable et détestable accoutumance qui consiste à consommer (de la télé à la mal-bouffe) futile plutôt qu’utile …
    Peut-être serions-nous bien inspirés d’en prendre conscience, chacun à son niveau, -si modeste soit-il-, et de ne plus considérer l’autre comme unique responsable de tous nos maux communs !

  17. Il y en a qui sont peut-être plus responsables que d’autre..
    « La crise et les restrictions budgétaires semblent ne pas s’appliquer au président de la république. Après ses grands discours sur la nécessité de se serrer la ceinture en temps de crise, et alors que l’éducation nationale est taillée dans le gras, Sarkozy lui, préfère ne pas appliquer ses concepts à lui-même , et va donc se payer son petit joujou présidentiel, son « Air Force One » à la française , auquel il tenait depuis si longtemps… crise ou pas crise.

    Pour la modique somme de 280 millions d’euros, ..Sarkozy en a aussi profiter pour commander deux Falcon 7X, les derniers modèles de Dassault.
    On connaît déjà l’ ampleur du groupement d’avions de la Présidence et du gouvernement (six avions d’affaires et sept Airbus) . Après une augmentation perso de salaire de 170%, une augmentation du budget de l’ Elysée cette année de 11,45% et une nouvelle voiture , Sarkozy utilise maintenant le budget de la Défense pour se payer un avion à 280 millions d’euros » euros.http://www.impots-utiles.com/le-air-force-one-de-sarkozy-coutera-280-millions-d-euros.php..

  18. ben si, Bové en a parlé sur France 2.

    « Gaz de Schiste, la nouvelle colère de José Bové » c’était aussi la une du Monde Magazine du 22 janvier dernier.

    et non, je ne pense pas que les journalistes soient payés à nous désorienter. La question serait plutôt : pourquoi nous lecteurs, ne sommes-nous pas réellement en mouvement contre ces forces de destruction?

    1 post sur deux pour désigner les coupables journalistes du doigt – sur le blog d’un journaliste, cherchez l’erreur! – gaffe à cette mélenchonisation des esprits!

  19. @ marie
    Il me semble que le conseil qui s’est réuni vendredi est justement « le Conseil » (ou conseil européen), qui réunit les chefs d’Etats et qui est différent du « conseil des ministres » (ou conseil de l’Union Européenne) qui réunit… les ministres. Ces 2 organes n’ont bien sûr rien à voir avec le Conseil de l’Europe qui n’est pas une institution de l’UE.

    Si même les médias ne sont pas clairs (le journal du DD), je ne vois pas comment les citoyens peuvent s’y retrouver. Merci de corriger si j’ai dit une ânerie.

    Vee dit : « D’ailleurs, ne sommes nous pas tous, même simples citoyens, les maillons d’une chaîne que nous affaiblissons par […] notre inexcusable inculture, notre propension à ne nous concentrer que sur les détails (même si c’est là que réside le Diable) […]. »
    Je soigne mon inculture en me noyant dans les détails. Que faire ?

  20. je reçoit une missive du ministére de NKM,ils gagnent du temps, disant que ils vont proceder a des etudes,blabla,vu le nombre de lettres reçu a notre cabinet,blabla,vu l’ampleur que prend ce combat,ils nous prennent pour des gogos!!

  21. ben non, José Bové est passé chez laurent ruquier et sur canal plus et chez poivre d’arvor et il n’a pas dit UN MOT sur les gaz de schiste mais seulement sur le livre qu’il a écrit « de bruxelles au Larzac » ou l’inverse ! et je me permets de trouver çà, pas bien et curieux et je veux avoir le droit de le dire sans qu’une quelconque ligne politique ne pose aussitot le bandeau d’infamie! c’est quoi ce barbarisme « la melenchinisation? « .

  22. ps ne pas oublier :l´émission Thalassa diffusera le reportage « Paul Watson, un homme en colère », le vendredi 18 février 2011 à 20h35, sur France 3.

  23. Donatien j’ai vérifié et voilà (c’est un peu vicieux!!): a/Le Conseil européen désigne le sommet des chefs d’État ou chefs de gouvernement des vingt-sept États membres de l’Union européenne, sous la tutelle d’un président chargé de faciliter l’apparition d’un compromis. A
    b/Le Conseil de l’Union européenne, officieusement appelé Conseil des ministres, est l’organe institutionnel qui décide des actes législatifs et budgétaires au sein de l’Union européenne.

  24. Vous vous rendez compte !
    Déjà dans des pays grands comme les USA et le canada et l’inde, ça fait des dégâts considérables, vous imaginez en france où c’est un jardinet et où ces ingénieurs des Mines continuent à le considérer comme un vaste espace sans limite.
    Un accident nucléaire en URSS c’est une horreur, mais en france ? Simplement elle existe plus.
    C’est sans appel. Et hop, on recommence avec les gaz de schiste….

  25. Le concours des Mines est un des plus difficiles. Pour avoir été moi-même un ex-futur ingénieur, reconverti à temps dans la musique, je peux vous assurer que deux ans de classe prépa, à fricoter jour et nuit avec des équations, ça a de quoi vous rendre plus d’un ingénieur complètement coupé de la réalité.
    C’est malheureusement ce qui se passe, les ingénieurs des Mines et de Polytechnique qui ont le pouvoir de prendre ce genre de décisions en France sont des malades mentaux.
    La faute à un système élitiste et hyper-spécialisé… Allez faire un tour à la sortie des classes de math-sup et math-spé, à Louis Legrand par exemple, et demandez aux étudiants ce qu’ils pensent de l’écologie…

  26. Jean-Louis Borloo est un « bien portant imaginaire » de l’écologie. Il devra bien expliquer un jour ses décisions dépourvues de sens. A bas ce gaz de bull shit !

  27. Ce ne sont pas les mêmes forages mais …
    vous noterez l’importance des mots notamment dans l’avant dernier paragraphe assez déplorable dans la démission.

    « WWF met en garde contre des forages de gaz en Méditerranée

    LEMONDE.FR avec AFP | 09.02.11 | 21h09

    Après les forages de pétrole, et les risques de marée noire qu’ils entraînent, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a mis en garde, mercredi 9 février, contre les risques environnementaux de forages en eaux profondes pour exploiter des gisements de gaz colossaux dans l’est de la Méditerranée, qui causeraient des dommages irréversibles à la biodiversité marine.

    « Le fond de l’est de la Méditerranée regorge d’une vie d’un type très spécial et unique. WWF condamne fermement les forages aveugles sur des réserves de biodiversité qui pourraient causer des dommages irréparables », affirme dans un communiqué Sergi Tudela, chef du département pêches au WWF.

    « Ces écosystèmes marins uniques sont particulièrement fragiles et vulnérables à des interférences extérieures. Ils ont évolué dans un environnement stable et faible en énergie qui a conduit à la création d’écosystèmes exceptionnellement rares », ajoute-t-il.

    Le gisement de gaz Léviathan, récemment découvert à 135 km au large des côtes d’Israël, est le plus important localisé en eaux profondes ces dix dernières années. Le gisement du delta occidental du Nil, découvert cette année, se trouve dans les eaux égyptiennes à 80 km au nord-ouest d’Alexandrie.

    MILLE ANS POUR RECONSTITUER L’ÉCOSYSTÈME

    Selon le WWF, « le problème est que ces deux sites recèlent un écosystème unique et délicat, avec des espèces rares tels des éponges d’eau de grand fond, des mollusques et des coraux d’eau froide, dont certains ont plusieurs milliers d’années ».

    « WWF appelle donc les pays de l’est de la Méditerranée — en particulier Chypre, l’Egypte, Israël et le Liban — et l’Union européenne à assurer que les standards environnementaux les plus élevés soient établis concernant les développements actuels et futurs lors des forages de gaz et de pétrole en eaux profondes dans l’est de la Méditerranée », affirme le communiqué.

    « Une fois qu’un écosystème en eaux profondes a été foré, cela peut prendre un millier d’années ou plus pour reconstituer l’unique micro-écosystème », met en garde l’organisation. »

  28. @ La petite bergère et à Marie. Ce petit mot pour vous faire savoir que j’ai répondu à vos commentaires de mon commentaire du billet de Fabrice du 27 janvier sur l’anarchie. Ce billet étant déjà un peu loin, ma réponse pourrait passer inaperçue, ce qui serait dommage vu le mal que je me donne…

    On dirait qu’il y a un réveil et une accélération des choses depuis peu.

  29. Bpnsoir,

     » Voilà donc où nous en sommes. « On » a vendu la France, mais ce « on » restera à jamais un pronom indéfini. Vous aimez ?  »

    No, no, du tout!

    ^^

  30. Salut Fabrice,
    Bravo pour ton excellent travail. Et content de voir que tu réussises à faire cause commune avec Bové quand l’enjeux en vaut la chandelle (à laquelle on veut tous retourner d’ailleurs, c’est bien connu…). En mémoire de certains de tes postes et de mes réactions!

  31. @ Emmanuel Savoye,

    D’accord avec toi, j’ai eu l’horrible sensation d’être pris pour une bête à concours. N’hésitez surtout pas autres lecteurs à faire le rapprochement avec bestiaux de foire, c’est exactement de çà dont il s’agit. Un ‘X’ donc aussi un ‘X Mines et Ponts'(voire Pines et Monts) est certes quelqu’un de très brillant mais aussi et surtout très obéissant. La responsabilité de ce qu’il fait ne peut être en dernier ressort que celle des politiques!!!!!!!!!!!!

  32. Bonjour,

    GAZ de SCHISTES: Nos territoires, nouveaux terrains de jeu des pétroliers !

    Fabre Pujol — Réunion d’INFORMATION JEUDI 10 février de 19 h à 22h à ST Jean du Gard (30), Salle Stevenson Avec Fabrice Nicolino , journaliste, écrivain, lanceur d’alerte Sortir de la dépendance énergétique pour aller vers l’autonomie et la sobriété : un principe de responsabilité.

    AGENDA – Vendredi 11 février 2011 : réunion publique d’information à Montpellier .

    Une conférence sur le gaz de schiste aura lieu à Montpellier vendredi 11 février, à 20h, au Corum, salon du Belvédère. Avec André Cicolella chercheur spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires et Fabrice Nicolino, journaliste spécialisé en environnement.

    Fabrice, Fabrice!

    Attendons avec patience votre retour pour avoir le plaisir de vous lire.
    Nous voulons, pardon, nous voudrions tout savoir!

    🙂

    Merci, bises, Léa.

  33. Hello,

    Le gouvernement faisait état jusqu’ici de l’existence de trois permis accordés en mars 2010 autour de Nant (Aveyron), Montélimar (Drôme) et Villeneuve-de-Berg (Ardèche) sur une surface d’environ 10.000 km2.

    Le site Mediapart vient de relever dans le rapport d’activité 2007 de l’ancienne DRIRE (aujourd’hui DREAL, direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement) Midi-Pyrénées l’existence d’un autre permis dit « de Foix ». Attribué au début 2006, il a donné lieu en 2007 à des forages d’exploration en Haute-Garonne et en Ariège, selon la technique incriminée de la « fracturation hydraulique ».

    Le permis de Foix accordé en 2006 à Encana France (filiale d’un groupe canadien) a été prolongé en juin 2010 jusqu’en 2014, mais sur une surface ramenée de 3.478 à 549 km2 attribuée à Vermilion Pyrénées SAS (filiale d’un autre canadien). Un forage en octobre 2007, avait permis selon la Drire de trouver du gaz mais « la quantité recueillie ne permet(tait) pas d’avoir une rentabilité économique du forage ».

    Confiance?

  34. @ vee et @ marie
    Je ne pensais pas aux simples citoyens, même si, c’est vrai, le fait de laisser faire n’est pas innocent. Je pensais à tous ceux qui, dans le cadre de leur boulot, participent activement à la réalisation de ces projets mortifères. Soit à regret (mais « ce sont les ordres ») soit en se convaincant, au prix d’une certaine mauvaise foi, que c’est pour un avenir meilleur.

    Et bien sûr, certains sont plus responsables que d’autres. Mais le petit gamin d’Andersen qui crie « le roi est nu », pas besoin qu’il soit « responsable » avant pour être l’auteur d’un grand retournement.

  35. Un article dans « Silence » de janvier sur les villes en transition, un mouvement qui est né en Angleterre et qui progresse, montre des initiatives locales très intéressantes.

  36. Nobles habitants, de l’Ile de France, du Lot de l’Ardèche et d’ailleurs; vous refusez un peu de benzène dans votre eau et vous refusez de livrer quelques hectares de vos terres aux pelleteuses et foreuses. Ne voyez vous donc pas quelles richesses sont enfouies sous vos pieds. Notre Ministre du commerce extérieur Pierre Lellouche serait bien heureux de réduire un peu le terrible déficit du commerce extérieur de 50 milliards du uniquement au fait « que la France n’a pas de pétrole » Pensez enfin aux énormes bénéfices que pourraient faire les compagnies multinationales et avec lesquels elles pourraient verser quelques subsides à votre équipe de foot locale et à votre club du troisième age. Tout cela pour protéger la tranquillité des vaches et la pureté de votre eau alors que nous sommes le premier producteur de vin.

    Je vous le dis tout cela n’est pas bien raisonnable, il y a pourtant une solution, simplissime, gratuite, immédiate, excellente pour l’environnement . Cette solution je vais vous la révéler, mais avant sachez que d’autre avant nous y ont déjà pensé et l’appliquent. Ce ne sont pas de lointains pays gouvernés par des dictateurs ou quelques irresponsables ce sont nos voisins Belges, Hollandais Suédois, Norvégiens

    Notre consommation de carburant est de 4 milliards de M3 par an. Une petite réduction de la vitesse maximum sur les routes et autoroutes de 10 Kmh ferait économiser 600 millions de litres de ce précieux liquide.

    Maintenant vous avez le choix :
    Soit accepter une limitation de la vitesse à 120 kmh sur autoroute et 80 sur route; réduisant ainsi les accidents, réduisant les émissions de CO2, et permettant un allègement du poids des automobiles facteur supplémentaire d’économie

    Soit subir 100 puits d’extraction d’huiles de schistes produisant chacun 100 barils par jour.

  37. @ phlecorneur,

    D’accord avec toi, mais si tu n’incites pas simultanément au(x) covoiturage, réduction des puissances des voitures, mise en route de transports collectifs performants avec plates formes de connexions intermodales, bref si l’élément que tu décris n’est pas dans un ensemble cohérent politiquement décidé sans rien céder aux lobbies calés sur une argumentation économistique vantant croissance et emplois, çà ne sera qu’une mesurette pour un Grenelle III!

    Bref,il faut pousser un peu plus la réflexion – bien commencée sur ton site – en allant jusqu’aux questions des liaisons entre technologie politique et morale.

    Ce n’est que par une liaison cohérente des deux dernières que l’on donnera des cahiers des charges explicites à la première pour qu’elle soit au service de l’humanité; comme ce n’est que par cette même liaison que tu pourras secondariser l’économistique sans même devoir évoquer l’idée de décroissance.

  38. @ phlecorneur;

    « Touches pas à ma bagnole ! »
    Pourquoi ne réduire que les vitesses, alors qu’il suffit de réduire les véhicules ?
    Surdévelopper le réseau ferré, les bus citadins et liaisons communales !
    Pour ce que j’en dis…

  39. Je viens de faire une découverte ahurissante dans le cadre de mes recherches universitaires!
    Je m’intéresse à George Mitchell, un industriel états-unien (dans le domaine de l’extraction d’hydrocarbures), parce qu’il a financé à partir du milieu des années 1970 une série de conférences sur la soutenabilité, au cours desquelles se sont exprimées les positions parmi les plus radicales sur la nécessité d’une décroissance économique (Herman Daly et Donella Meadows, auteure principale du rapport sur Les Limites à la Croissance, notamment). Ces conférences se sont inscrites dans la droite lignée du rapport au Club de Rome sur les limites à la croissance, dans la perspective d’apporter des traductions politiques et concrètes aux recommandations de rupture avec la croissance.
    Dans les premières pages d’une biographie que je viens de recevoir, je découvre que la Mitchell Company a été une pionnière pour le forage horizontal et la fracturation hydraulique, et que George Mitchell « est extrêmement fier de la contribution que sa compagnie a faite pour améliorer la sécurité énergétique de son pays et, en même temps, pour ralentir le réchauffement global »… Et d’autres choses qui vont dans le même sens…
    Le bouquin s’appelle George P. Mitchell and the idea of sustainability!!!
    Je continue ma lecture!

  40. @ Elodie,

    Voilà donc bien encore un mec qui écrit le contraire de ce qu’il fait… Si morale il y a ds son blabla, ce ne peut être que de la morale pour singes bouffeurs de cacahuètes. Dans le cadre de tes études, tu pourras t’intéresser au bouquin d’Emilie Hache qui vient de sortir:
    http://www.bibliosurf.com/Ce-a-quoi-nous-tenons.

    Sa tentative d’articuler technologie politique et morale ne va pas encore à mon avis assez loin, mais çà recoupe peut-être tes préoccupations…

  41. Histoire d’avoir un aperçu sur la logique:

    « Ce matin du 8 août 2010, Christophe de Margerie enchaînait les entrevues. Il arrive en coup de vent, La Presse sous le bras, me montre la première page. Il fulmine. En très gros plan, un pélican englué par le pétrole de la marée noire du golfe du Mexique. En plus petit, dans la colonne de gauche, Fernando Alonzo et son bolide : nous sommes à deux jours du Grand Prix. « Sur l’image de droite, c’est pas bon, mais sur celle de gauche, c’est bon ! Dans les deux cas, c’est du pétrole. Le défi de l’industrie pétrolière est un défi d’image ! »
    Votre principal défi serait-il de refaire l’image de l’entreprise ?
    Oui. Et le seul moyen est de parler, d’essayer de montrer les incohérences des positions que soutiennent nos opposants. On ne peut pas réclamer la fin de la production de pétrole ou de l’exploration des mers tout en continuant à rouler à l’essence, à se chauffer au mazout et à utiliser des matières plastiques ! Si nous produisons du pétrole, c’est que les gens en ont besoin. C’est toute la société qui est responsable de la consommation de pétrole, pas seulement les pétrolières. »
    tout l’entretien ici
    « Le pétrole un choix de société, mais à quel prix »

    http://www.magazineforces.com/

  42. « Si nous produisons du pétrole, c’est que les gens en ont besoin »
    Non, monsieur de Margerie, ne mets pas les choses à l’envers ! c’est parce que TU produits du pétrole que les gens l’utilisent ! Lis « la Billebaude » de Henri Vincenot, et tu verras qu’avant TOI, les gens VIVAIENT, et n’avaient pas BESOIN de ton pétrole.

  43. Ici en Cévennes, nous sommes de plus en plus nombreux à nous préparer à résister à cette déclaration de guerre. Le souvenir Camisard est toujours aussi vif pour défendre nos libertés et notre sol. Prenez garde!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *