Archive pour mars, 2008

Mourir a-t-il de l’importance ?

Ce matin du 31 mars 2008, après avoir pris un petit déjeuner fait de thé vert, de pain, de beurre et de jus d’orange, j’ai osé penser aux autres. Eh oui, d’une manière assez désinvolte, j’ai songé à ceux qui se lèvent sans être sûrs de rien. L’huile aura-t-elle encore augmenté au marché ? Combien […]

Suite..>>

Que reste-t-il vraiment de mai 1968 ?

(Si vous avez la patience de lire jusqu’au bout, sachez que ce texte parle aussi, fatalement, de la crise écologique, objet de ce rendez-vous. Il y a donc sa place. Mais si.)
Défiez-vous des sycophantes. Cela paraîtra abrupt, et ça l’est. J’abhorre cette engeance, je dois l’avouer sans détour. Et pardonnez-moi d’avoir paru une […]

Suite..>>

Jean et son troupeau, à jamais, pour toujours

Quand je ne suis pas ici, devant la machine, il m’arrive d’être là-bas, où je viens de passer quelques jours. C’est un pays que j’aime tant qu’il m’en vient des frissons. On franchit sans y penser les frontières les plus essentielles qui soient. Par exemple, on descend à pied de la maison, sous la lune […]

Suite..>>

De quoi pèse notre argent

 Sauf si je me trompe, j’interromps ce rendez-vous pendant quelques jours. On survivra.
Après le tigre, la poule ? Oui, la poule et ses poussins, la poule et ce flambard de coq. Avec la vache, les cochons, le boeuf et le taureau. Sans oublier le cheval, l’âne, les oies, le lapin, les canards de la […]

Suite..>>

Jamais je ne quitterai le tigre

Jamais je ne quitterai le tigre. Jamais il ne quittera mon rêve. Et je sais bien pourquoi : il est le dieu de la forêt, le Grand Van de Sibérie. Un esprit, si vous préférez ce mot. Je reste hanté à jamais par les récits de Nicolas Baïkov, officier russe installé à Harbin, ville chinoise […]

Suite..>>

Page suivante »