Je reviens une seconde à mon livre

Pour les sourds et malentendants – graves -, pour les aveugles et malvoyants – nombreux -, je rappelle que je sors ces jours-ci un livre sur la contamination chimique généralisée, Un empoisonnement universel (comment les produits chimiques ont envahi la planète), aux éditions Les liens qui libèrent (LLL). J’y reviens pour commenter une émission de France Inter à laquelle j’ai participé tout à l’heure (ici). Je précise que je ne me suis pas réécouté : je n’ai pas le temps, et en outre, je déteste m’écouter. J’espère que mon cas n’est pas désespéré.

Mon commentaire : misère ! Miserere mei, Deus ! Aie pitié de moi, mon Dieu ! Grâce à la bienveillance de Mathieu Vidard et de Lucie Sarfaty, j’ai pu correctement présenter mon livre dans La tête au carré, et qu’ils en soient remerciés. Quant au reste, je trouve simplement fou que le député Gérard Bapt ait fait les réponses qu’il a faites. Je précise pour ceux qui l’ignorent que Bapt, ancien médecin,  est en pointe sur les questions de santé publique en relation avec l’environnement. Il a aidé à rendre publique la triste affaire dite du Médiator (ici) et on aurait pu espérer de cet homme respectable ou qu’il conteste mon livre, ou qu’il trace des perspectives pour sortir du drame dans lequel nous sommes plongés.

Mais ni l’un ni l’autre. Il a fait l’éloge de mon travail, et il n’a pas énoncé le moindre début d’idée sur la manière d’avancer ensemble. Il n’en sait rien. Et d’ailleurs, disons-le sans détour, il ne sait à peu près rien du sujet évoqué. À plusieurs de mes questions précises, il s’est contenté de se réfugier dans ces détestables généralités de la novlangue politique, sans se rendre compte du mal qu’il fait au passage à sa fonction. Le pire : j’ai évoqué le vote de l’Assemblée nationale le 3 mai 2011, qui interdisait à la stupéfaction générale phtalates, parabènes et alkylphénols. Une telle décision, dérisoire au regard des enjeux, était pourtant spectaculaire dans le monde réel. La France aurait été la seule à prendre des mesures contre ces grands poisons.

Sauf que rien. Voté en première lecture par une Assemblée de droite – Sarkozy règne -, la loi est oubliée dans un placard et n’arrivera jamais au Sénat. J’ai déploré ce coup de force lobbyiste auprès de Bapt, mais surtout, je lui ai dit : « Mais vous, qu’avez-vous donc fait de ce projet quand votre famille politique l’a emporté à la suite de l’élection de Hollande à l’élection présidentielle ? » Bapt a évidemment botté en touche, car la terrible morale de l’histoire, ainsi que je le détaille dans mon livre, est que personne ne fait rien. Pour de multiples raisons qui aboutissent à l’inertie et à la tétanie. Étonnez-vous après cela du discrédit total des classes politiques !

Ce matin, interrogé sur l’antenne de Radio France Internationale pour une émission à venir, j’ai dû répondre à la question d’une excellente journaliste polonaise, Anna Rzeczycka-Piekarec. Comme elle me demandait : « Avez-vous le sentiment d’avoir écrit un livre important », je lui ai aussitôt dit oui. La forme peut être jugée mauvaise, cela va de soi. Mais sur le fond, sans aucun doute possible, c’est important. Très.

33 réflexions au sujet de « Je reviens une seconde à mon livre »

  1. Monsieur Bapt noyait le poisson, c’est manifeste…une attitude de défense pour quelqu’un qui est pleinement conscient de son impuissance ET qui sait que malheureusement l’environnement est – sous cette législature comme sous la précédente – la 5° roue du chariot.

    Bravo et merci à vous M.Nicolino pour votre pugnacité lors de cette émission.

    Cordialement

  2. L´inertie de la classe politique ne fait que refléter celle des citoyens qui l´ont portée au pouvoir.
    « Si nous devons attendre que le peuple se révolte, alors là on est bien mal barré (et j´en suis fortement désolé) » (DD dans un commentaire précédent). Je partage complètement ce point de vue. Et il ne s´agit pas de pessimisme mais d´une simple constation, étayée par la congruence que j´observe entre ce qui se passe autour de moi (voisinage, ville, région) et la destruction à grande échelle de la planète. Je-m´en-foutisme individuel, anéantissement mondial. Cela ne sert à rien de donner cinq euros pour « sauver » les orang-outangs quand on sort du supermarché avec dix sacs en plastic remplis de merde inutile et nocive.
    Seul un refus massif des citoyens, une grande vague de désobéissance civile et « consumériste » pourraient induire un début de changement.
    Là où je vis, on en est encore à des années-lumière. On préfère déjà penser aux préparatifs de Noël 🙂 ! Faudrait peut-être interdire la bière et le foot pour assister à un sursaut de révolte !!!

  3. Un commentaire qui n’a rien à voir: la presse, ces jours ci, se déchaine contre le loup, avec la confédération paysanne comme procureur, et aucun point de vue contraire,malgré les protestations des associations (cap loup)
    sur le site de cap loup,des liens permettent de faire parvenir vos protestations à ces journaux (libération, politis)
    http://www.cap-loup.fr/actualites_cap-loup/acharnement-mediatique-contre-la-protection-du-loup-reagissez/

  4. Fabrice,

    Je viens juste d’écouter l’émission « la Tête au carré » sur internet.

    Cette fois, rien à dire sur la clarté de ton message , je crois que c’est passé 5/5 ! BRAVO et MERCI !

  5. Je désire intervenir ici sur plusieurs points :
    * D’abord pour dire l’intérêt pris à la lecture- toujours en cours- de votre livre. Je découvre l’histoire de Tambov. (J’aborde la troisième partie).
    * Concernant Gérard Bapt : la déception dont vous faites part ne me surprend pas vraiment : le Dr Marc Girard, qui avait joué un rôle notable lors de l’épisode planétaire du H1N1 – pour dénoncer l’alarmisme injustifié mais par ailleurs intéressé des firmes pharmaceutiques – ne cesse de conspuer la posture à ses yeux faussement déterminée de Mr Bapt. Je dois avouer tout de même que l’opinion du Dr Girard concernant Mr Bapt me semble parfois un peu outrée. Elle doit toutefois être entendue.
    * Sur Fritz Haber : j’ai découvert il y a peu une magnifique bande dessinée de David Vandermeulen qui y consacre un blog ainsi qu’un site web http://fritz-haber.over-blog.com/pages/AGENDA-87772.html http://www.editions-delcourt.fr/fritzhaber/
    * Concernant le DDT au sujet duquel j’avais pris le temps de rechercher quelques infos historiques il y a un an ou deux : c’est dès son étude par les autorités militaires américaines que des doutes concernant son innocuité ont été évoqués. Mais la situation militaire fit qu’on préféra ne pas y prêter attention…

    Enfin permettez que j’en profite pour aborder un tout autre sujet : au hasard de la bande passante je suis tombé sur une émission de RMC ; Alain Finkelkraut était invité sur le plateau : il a attiré l’attention sur la ferme des mille vaches en regrettant que la Confédération Paysanne soit bien seule à s’y opposer, et reprochant à EELV de ne pas soutenir la conf . Cette position de Finkelkraut, qui n’a pas bonne presse dans le milieu écolo, méritait je crois d’être soulignée. [ Puisque j’évoque la Conf et au vu d’un précédent commentaire : je ne pense pas que le loup devrait rester une espèce STRICTEMENT protégée].

  6. Loulou, il y a 300 à 400 loups en France et il ne faudrait pas les protéger ?
    Penche-toi sur les mesures actuelles (plus de 300 arrêtés préfectoraux autorisant des éleveurs à s’armer et tirer au canon rayé -donc très précis- sur le loup) c’est une manière de flinguer les mesures de protection réelles qui, n’en déplaise à la propagande de la Conf (grand barouf médiatique en ce moment…) à l’unisson de la FNSEA cette fois, fonctionnent : OUI, LES MESURES DE PROTECTION FONCTIONNENET et elles fonctionnent TRES BIEN ! A condition… de les mettre en place !
    Mais à quoi bon puisque les préfets accordent des autorisation de tirs à tout va, parfois pour une seule bête prédatée, dans des zones où un ou deux loups sont à peine de retour (cas de l’Ardèche) y compris à des éleveurs n’ayant perdu AUCUNE bête en 2014 (mais une en 2013 !) osant appeler ça des « dommages importants » !
    La manière dont la France traite le retour du loup est une honte absolue, Confédération Paysanne en tête, elle dont on pouvait attendre une analyse un peu plus HONNETE (simplement un peu d’honnêteté !) de la situation.
    Comment peut-on parler de « stricte « protection du loup dans ce contexte ?
    36 individus peuvent être flingués pour le plaisir de faire de la politique d’affichage et en torpillant les mesures de protection réelles (chiens patous, regroupement des bêtes le soir et… présence d’un berger ce qui est très loin d’être le cas partout, très très loin !).
    Quel éleveur va faire l’efrot de mettre tout ça en place puisque’en foutant un peu le bordel( quelques carcasses devant une permanence de député par exemple…) , on obtient le droit au fusil ?
    Vraiment ras le bol de lire des âneries sur le loup à longueur de commentaires.
    Penchez vous sur le problème avant de prendre des positions marquées par l’absence de vision globale du sujet et par une profonde méconnaissance de ce dernier, perméable que nous sommes tous à a propagande de la Conf. La Conf devrait avoir honte de sa position sur le loup. A cause de cela, elle est devenue une ennemie de la nature et de la naturalité, comme 100% des syndicats agricoles. Elle se déshonore.
    Finalement, elle est COMME LES AUTRES. C’est pitoyable et il faut le savoir.

  7. Petite erreur (qui ne change rien à ma colère qui à mon texte) : ce sont plus de 300 arrêtés de tirs contre le loup avec canons rayés ET LISSES (moins précis mais possiblement létaux quand même).
    Le pire ce n’est pas tant peut-être les loups qu’ils risquent d’abattre que le sabotage absolu des mesures de protection que cela est en train de produire : inutile de protéger son troupeau, le préfet vous met un fusil entre les mains de toute façon…

  8. Je n ai pas entendue l émission de France inter mais une sur rfi, c était très bien!
    Hélas trois fois hélas je pense qu’il ne se passera absolument rien en réction, la seule chose qui préoccupe les politiques c est le retour de la croissance donc surrement pas la fermeture de quelques industries chimiques au contraire plus de produits chimique serait bon pour relancer la croissance,et le retour de l emploie, meme pb et comme le publique ne réagira pas temps que l on ne meurt pas par paquets de 100 par jours et bien tout va continuer encore 100 ans comme pour le reste et au moment ou on se réveillera tous il sera trop tard comme dab …

  9. Loulou,
    D´après vous le loup ne devrait plus être une espèce protégée? Grands dieux ! Déjà que le malheureux passe sa vie à tenter d´échapper aux tirs nourris dont il fait l´objet, et ce malgré des mesures de protection théoriques, alors qu´adviendrait-il de lui si on le livrait totalement à la vindicte des éleveurs accrochés au mamelles généreuses des subventions et indemnisations? Je sais que certains éleveurs pratiquent encore leur métier avec noblesse mais malheureusement ils sont une minorité qui ne pèse pas dans la balance.
    Allez voir sur ce site comment la France traite les espèces soi-disant protégées, loup et autres :
    http://www.buvettedesalpages.be/loup-tir-de-prelevement/
    Elle n´aura de cesse de les avoir toutes éradiquées. Alors rassurez-vous, au train où cela va, il n´y aura bientôt plus de loups sur son territoire. Ni d´ours, ni de bouquetins, ni de marmottes, ni de vautours, etc… Des moutons, des nains de jardins et des bestioles en plastique 🙂 ! Douce France !

  10. @ P.P : J’avais pris une position de principe, vous me reprenez sur les modalités d’application. Affirmant que le loup ne devait pas être une espèce STRICTEMENT protégée, je savais que cela m’exposerai à une éventuelle controverse sur les modalités de son contrôle ( ou place-t-on le curseur ? Quitter la protection stricte, n’est-ce pas déjà risquer d’aboutir à terme, par glissements et retraites successifs, à l’abandon pur et simple de toute protection ?). Alors c’est vrai que je ne connais pas bien ni les mesures prises ni le discours de la Conf. Ce à quoi je réagissais, c’était juste au texte mis en lien par Anne, où dans l’introduction on peut lire :  » Tous ces reportages…font suite à un voyage de presse organisé récemment par la Confédération Paysanne…réclamant que le loup ne soit plus une espèce strictement protégée.  »
    Mais qu’est-ce qu’une espèce strictement protégée ? Je découvre, à lire la page de la Conf dédiée à cette question ( http://www.confederationpaysanne.fr/mc_nos_positions.php?mc=54&PHPSESSID=a1499b6e13e ) qu’aux termes de la convention de Berne cela ne signifie pas une interdiction absolue de tir mais le respect d’un quota national [si j’ai bien lu…ce que la conf suggère à ce sujet].
    En définitive, peu informé de ce débat, je suis disposé à m’informer plus avant.
    Cordialement.

    PS : Repérée, ce 06 octobre à Paris, conférence sur « Les transitions écologiques face à l’enjeu des inégalités » http://www.iddri.org/Projets/Seminaire-Croissance-et-Prosperite/Les-transitions-ecologiques-face-a-l-enjeu-des-inegalites

  11. Que celui qui entre ici abandonne toute espérance.
    Les entrées pour l’enfer sont multiples, insidieuses, omniprésentes, inévitables.
    C’est la vie qui est niée. Si l’on s’en doutait, à la lecture du livre la confirmation est là.
    A quoi bon savoir: ne plus dire que l’on ne savait pas. Et agir.
    Commencer par lire « un empoisonnement universel »

  12. Fabrice, France Inter a mis un lien vers ton blog à la fin de sa page internet consacrée à l’émission « la Tête au Carré » à laquelle tu étais invité dernièrement.

    Sans doute quelques centaines de lecteurs supplémentaires pour « Planète sans Visa »…

  13. « La forme peut être jugée mauvaise ».
    Ne sois pas modeste, la forme est excellente, ça se lit presque comme un roman (un peu trash…). J’aime quand les livres sérieux sont, en plus, bien écrits.
    Mais là, je commence juste (j’en suis au zyklon B). J’y retourne.

  14. Je me permet de vous rappeler une manif super importante à
    GARDANNE(Bouches du Rhône)
    ce Dimanche 5 Octobre à 10h30
    pour mettre fin à un projet complètement absurde de transformation de centrale électrique à charbon en centrale bois.
    La Région est contre, le département est contre, les élus des communes concernées par les coupes de bois sont contre, les techniciens sont
    contre… et les camions arrivent avec des grumes de bois ?
    Je ne vois plus que la mobilisation citoyenne car a priori la 5ième république a capitulé
    devant les lobbies !

  15. Loulou, ça signifie quoi une « position de principe » quand toute la réalité contredit ce principe ?
    Près de 350 arrêtés préfectoraux autorisant les tirs sur le loup sur des troupeaux non protégés, tu trouves que c’est de la « protection stricte » ?
    Avec moins de 400 loups en France on en est déjà à flinguer à tout va ?
    Je te parle des modalités d’application, en effet, c’est que le diable se cache dans les détails, tu penses bien !
    Et ce qui est perfide et diabolique (et que la conf soutient à fond) c’est que tirer sur un loup devient un moyen de protection de son troupeau quand les chiens de protection, les bergers, le regroupement nocturne sont jetés aux oubliettes… puisqu’il suffit de faire parler la poudre ! Voilà où nous mènent les « positions de principe » qui valent accord silencieux.
    Non, ce que fait la conf est une honte concernant le loup (des autres syndicats on n’attendait pas moins).

  16. PP, excuse-moi, mais tu débarques avec ta Conf!!
    Tu croyais quoi, exactement?
    Le moins que l’on puisse dire c’est que ce syndicat n’aide pas plus les petits paysans que la FNSEA…
    Et cette prise de position sur la problématique du loup et du pastoralisme, a grand renfort de comm’ sur plaquette ne peut que laisser dubitatif étant donné que ce syndicat ne s’exprime quasi jamais sur rien! Ça pue ce truc c’est sur.

    J’aime bien le témoignage de cette conseillère régionale EELV qui a passé une semaine en écovolontaire à l’initiative de l’asso Ferus auprès d’un éleveur-berger.
    J’aime bien les gens qui se donnent les moyens de mieux comprendre, d’un côté comme de l’autre…c’est si rare.
    Le temoignage ici: http://annabellejaeger.europe-ecologie.net/2013/09/10/ma-semaine-avec-un-berger-dans-les-alpages/

    Ici, Ferus : http://www.ferus.fr/category/actualite/actualite-pastoraloup

    Bref, revenons à nos moutons…Le livre de Fabrice est prenant!

  17. @ P.P : T’énerves pas camarade ! J’avais conclu que j’étais disposé à m’informer…pas à être agoni d’objurgations.

  18. AnneJ, je ne débarque pas, ça fait 20 ans que je me coltine les délires anti-prédateurs de la Conf (ours puis loup…)… mais il se trouve qu’elle jouit toujours d’une grande aura auprès de beaucoup d’écologistes et… comme elle vient de se livrer à une importante campagne de presse (qui fait mouche… les médias étant ce qu’ils sont : truffés d’incompétents ou de collabos), je tenais à le faire savoir. Regarde ça :
    http://www.cap-loup.fr/actualites_cap-loup/acharnement-mediatique-contre-la-protection-du-loup-reagissez/
    Loulou, rien contre toi, simplement, c’est vrai que la facilité avec laquelle beaucoup écrivent n’importe quoi sur le loup a tendance à m’énerver de plus en plus… quand tu te prends en pleine face la réalité du terrain, crois moi, il y a de quoi râler très fort !

    Cela dit, désolé pour cette grosse parenthèse, revenons à nos moutons chimiques avec Fabrice (mais je sais qu’il nous soutient à 200% sur le loup !).

  19. Yves Paccalet, hier à 28 minutes, a fait référence à la manière dont la présence des loups dans le Mercantour a stoppé une épidémie chez les cerfs, et a fait référence au parc de Yellowstone, objet de la vidéo donnée plus haut en référence par Violette, et que je redonne ici si vous l’avez manquée:
    http://www.youtube.com/watch?v=rWOb8qKGbOU

    Je suis demandeuse d’arguments « grand public », ayant constaté que, hélas, les arguments militants et encore plus les diatribes manquent leur but et creusent le fossé entre « croyants » et « incroyants ». Et aussi, je fréquente des éleveurs. Leur émotion en cas d’attaque ne peut pas être simplement évacuée d’un coup d’épaule méprisant.

    À propos d’épidémie, chez nous, on tue les loups… et aussi les bouquetins victimes et vecteurs éventuels d’une épidémie. Et bien sûr les éleveurs sont pour.

  20. @cultive ton jardin, tu écris au sujet des éleveurs :
    « Leur émotion en cas d’attaque ne peut pas être simplement évacuée d’un coup d’épaule méprisant. »

    Jamais à leur égard je ne me suis permis le moindre coup d’épaule méprisant (le contraire est rarement vrai…) quand un éleveur est victime d’une attaque de loup.
    J’en fréquente certains de très près moi aussi.
    Très peu de mes amis défenseurs de la cohabitation avec le loup se permettent le « coup d’épaule » dont tu parles.
    Par contre, beaucoup d’éleveurs s’octroient tous les droits à notre égard… et à celui du loup.

  21. empoisonnement universel par l’air, l’eau, l’alimentation, le contact…;et rien sur l’injection directe!
    aluminium (hydroxyde)-aluminium (phosphate)-aluminium (sulfate d’hydroxyphosphate amorphe)-Benzonase-bêta-propiolactone-borate de sodium-bromure de cétrimonium-désoxycholate de sodium-éther éthylique-formaldéhyde-glutamate / acide glutamique-glycérol / glycérine-néomycine-phénoxyéthanol
    (éther de glycol)-squalène-trométamol- thimerosal ou thiomersal(mercure)
    liste non exhaustive de ce qu’on trouve dans les vaccins; impossible d’imaginer après lecture du livre que l’injection directe de ces cocktails soit sans effets délétères.
    Du coté de l’autisme actuellement c’est le mercure qui est le plus mis en cause aux USA-vous n’en dites mot, serait-ce pour dédouaner par avance la vaccination?
    « l’apport des vaccinations à la santé publique », dernier livre de M.Georget professeur de biologie m’incite à dire qu’il manque un chapitre complet à votre livre. N’oubliez pas que Pasteur fut le plus grand falsificateur de l’histoire scientifique française..(« pour en finir avec Pasteur » du docteur E.Ancelet). Il utilisa tous les procédés que vous dénoncez dans votre livre, acceptez au moins de passer au crible de votre sens critique son « oeuvre » et ses conséquences en allant chercher le vrai pour le démêler du faux

  22. À Philippe Gahon,

    De mon côté j’ai aussi noté des absences. D’autres absences. C’est vrai, Fabrice n’a pas mentionné ceci et cela. Dont nombre de belles saloperies qui font des ravages.

    Mais, à ce compte, ce n’est pas un chapitre mais quelques centaines ou plutôt quelques milliers qui manquent à son livre. Et ce n’est pas un livre mais une encyclopédie qu’il y faudrait. Et pas un auteur mais des milliers…

    Et je ne soupçonnerais pas Fabrice Nicolino d’être vendu à l’industrie des cosmétiques pour ne pas s’être appesanti sur la kyrielle de produits toxiques que l’on trouve dans la moindre crème ou lotion.

  23. je ne parle pas des cosmétiques. Je ne parle pas en terme de produit mais en terme de système. Je parle d’un acte obligatoire qui est la principale source d’intoxication aux produits chimiques dés les premiers mois de la vie. Je parle d’un système que les communicants ont réussi à faire passer du domaine scientifique (même biaisé et perverti) au domaine religieux: la vaccination, on est croyant ou hérétique. Je ne parle pas de l’absence anodine (par rapport à l’ensemble de l’ouvrage)de tel ou tel produit ni de l’industrie des cosmétiques mais de l’occultation de la plus importante source d’intoxication aux nombreuses saloperies qu’il dénonce dans son livre. Je parle d’un système fabriqué sur des mensonges et des bases scientifiques erronées qui rapporte des milliards et pourrait à lui seul être aussi délétère que l’ensemble des faits dénoncés (à très juste titre) par Fabrice N. Et encore, je n’ai pas parlé des conséquences de l’acte vaccinal en lui même, à chacun d’accepter de s’informer c’est pourquoi j’ai cité 2 livres mais il existe nombre d’études et d’enquêtes sur le sujet.

  24. Aurais-je été insuffisamment clair ?

    « Un empoisonnement universel » nous montre qu’il n’y a (malheureusement) pas de principale source d’intoxication mais tout un système où on serait bien en peine de déterminer si telle source, tel produit ou telle utilisation serait plus dangereuse que les autres. Notre hôte dresse une liste fort longue de ce qui est très dangereux.

    « Un empoisonnement universel » nous montre aussi le côté invasif — vous employez le mot obligatoire qui lui est ici synonyme — de cet empoisonnement. Impossible d’échapper ou de passer à côté des multiples sources de contamination. Tout logement est farci de produits chimiques, depuis les peintures et colles jusqu’aux cosmétiques ou produits d’entretien, en passant par les « protections » des bois (lindane) et les matériaux entrant dans la composition des biens meubles.

    « Un empoisonnement universel » nous montre aussi comment l’industrie a toujours su faire passer aux oubliettes les dommages collatéraux de ses produits pour son plus grand bénéfice. Fabrice Nicolino détaille ainsi comment l’industrie a influé dans l’histoire de l’amiante, des nicotinoïdes et des perturbateurs endocriniens, ou comment elle a manœuvré pour torpiller telle décision internationale.

    « Un empoisonnement universel » nous montre aussi comment l’industrie, au nom de la sainte religion du progrès, a toujours su manœuvrer pour flétrir la moindre des critiques.

    Fabrice Nicolino n’a pas faire œuvre d’encyclopédiste et ce n’était pas son but. Vous ne lui reprochez finalement que de ne pas avoir parlé de votre cheval de bataille. Et vous avez le tord de ne pas avoir son sens de la mesure. Comprenez que vous décrédibilisez vos inquiétudes justifiées par exemple en couvrant Pasteur de merde. S’il n’a pas fait que des choses parfaites sa méthode de conservation des aliments nommée pasteurisation a rendu et rendra encore longtemps service. C’est aussi à mettre au crédit de Nicolino que de ne pas chercher à noircir ce qui n’a pas à l’être.

  25. Je suis d’accord, il y a tout un système, avec de nombreuses sources d’intoxication; la seule chose que je reproche à Fabrice N. c’est d’ en avoir omis une, d’importance. Je ne lui reproche absolument pas de ne pas avoir fait œuvre d’encyclopédiste, mais d’avoir omis de nous montrer comment l’industrie du vaccin « a toujours su faire passer aux oubliettes les dommages collatéraux de ses produits pour son plus grand bénéfice », et « a toujours su manœuvrer pour flétrir la moindre des critiques. »(votre texte en est malheureusement une preuve de plus)
    J’ai lu les autres ouvrages de Fabrice N. et je fais mon maximum pour les faire lire, et je lui sais gré de son indispensable travail. Je suis adhérent de Génération Futures, depuis longtemps, si cela peut vous convaincre que la vaccination n’est pas mon seul cheval de bataille.
    Je ne couvre pas Pasteur de merde, je fais référence à des faits qui ne sont même plus contestés. Je mets un lien, pas pour vous convaincre, pour vous inciter à ne plus croire mais à chercher à savoir.
    http://www.votre-sante.com/suite.php?dateedit=1349534637
    je connais la pasteurisation, je connais aussi l’appertisation (1795), que la pasteurisation soit une bonne chose n’empêche pas que mercure formaldéhyde aluminium sont certainement encore plus nocifs par injection que par les autres sources d’intoxication.
    Si votre crédo est de croire, croyez, si vous voulez savoir, informez vous. M.Georget n’est que agrégé de l’université, professeur honoraire de biologie des classes préparatoires aux grandes écoles, si vous pensez qu’il ne cherche qu’à noircir je peux vous conseiller d’autres ouvrages, ceux de S.Simon par exemple qui était journaliste.
    Le blog de Fabrice N. n’étant pas fait pour polémiquer sur ce sujet je vous propose d’en rester la.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *