Un appel pour les renards

J’ai reçu un message d’une lectrice régulière de Planète sans visa, Anne, et je ne pouvais faire moins que le relayer. Faut-il le rappeler ? La barbarie est une.

—————————
Salut,

L’autre jeudi, l’amicale des chasseurs d’Assérac est venue sur le petit pré de Kermalinge dans lequel nous faisons du foin depuis 12 ans et qui appartient depuis peu au Conservatoire du Littoral. Ils ont fait venir un spécialiste de vénerie souterainne, afin d’éradiquer le terrier de renard qui se trouvait là.

Ils ont massacré des renardeaux de 2 mois en les faisant dechiqueter par leurs chiens au fond du terrier. Barbarie absolue. Je suis choquée, je ne décolère pas. Et Marc aussi. Je pleure « mes » petits renards de Kermalinge. De plus, ils ont roulé en bagnole dans notre beau foin prêt à être fauché… alors qu’une partie de ces gens sont eux-même agriculteurs.

Les renards sont toujours classé comme « nuisibles » dans notre beau pays de France. Ils sont donc persécutés sans pitié. Et ce, même hors période de chasse. Puisqu’il faut encore le préciser en ce début de 21 ème siècle, les renards sont indispensables à l’équilibre des écosysèmes. Ce sont des amis précieux pour la biodiversité dont ils font partie.

Dans le petit pré de Kermalinge, par exemple, ils participent à la régulation d’une importante population de lapins de Garenne qui sans prédateur sera en surpopulation, deviendra malade, et dégradera l’équilibre de la dune grise voisine. Mais partout, ils sont les alliés des écosystèmes et de l’agriculture ( un renard prélève 10 000 campagnoles par an).

L’ASPAS a ouvert une pétition pour la Ministre de l’écologie. Si ce n’est déjà fait, je voudrais bien que vous la signez.

Voici le lien: http://www.mesopinions.com/petition/animaux/protegeons-renards/13081

Merci

31 réflexions au sujet de « Un appel pour les renards »

  1. L’éradication d’une espèce quelle qu’elle soit déséquilibre toute la chaîne alimentaire et la biodiversité.
    Exemple de barbarie dans ma région : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2015/05/19/en-vallee-du-geer-la-decouverte-d-un-piege-a-corneilles-et-a-150761.html
    Les agriculteurs cherchent à obtenir la remise en route de l’autorisation de chasser les blaireaux en région wallonne (pour quelques épis de maïs boulotter !), j’ai écrit au ministre en lui demandant la possibilité d’autoriser la chasse aux agriculteurs productivistes qui empoisonnent la terre, l’eau, ce que nous mangeons, et notre santé (en plus de la leur), j’ai pas reçu de réponse. J’ai dans le fond de mon terrain un terrier de blaireaux, (il y a aussi des renards,du moins il y en a toujours eu) il(s) vien(nen)t boire la nuit dans le petit étang du jardin, chercher des vers dans la pelouse, ou fouiller le seau prêt pour le compos.
    Le premier qui rentrent dans le petit bois pour toucher au blaireau je lui conseille de compter ses abattis …

  2. Bonsoir les amis,
    Ces gens sont non seulement abjects mais complétement cons. Après les renards ils flinguerons les lapins et après les lapins que tueront ils ? et ben après ils désherberont au round up l’herbe que les lapins n’auront pas mangée…(enfin je ne sais pas , c’est juste une image) c’est sans fin , c’est épuisant cette barbarie, cette connerie qui s’affiche si férocement.On en deviendrait méchant.
    Je vous embrasse chers co-lecteurs de « Planète sans visa » et à Fabrice je souhaite le meilleur.

  3. Bonsoir,

    Merci Fabrice,

    Ah la la! Tu me stresse!

    Moi qui aime tant les animaux, y a t’il aussi une pétition pour le sort des campagnoles?

    Grosses bises sur le museau,

  4. Bonsoir : La barbarie des hommes est sans limite. Notre planète Terre qui fonctionne en vase clôt pour maintenir la vie organique miraculeusement créée en son sein saura tôt ou tard éradiquer cette espèce inhumaine terriblement nuisible.Le dérèglement climatique est l’arme absolue pour solutionner l’éradication des hommes. Planète Terre commence à œuvrer. ça va chauffer pour nous. Dommage que les dégâts collatéraux seront considérables pour nos amies les plantes et nos frères les animaux. Bon rétablissement pour tes jambes que je sais défaillantes . Merci pour tout ce que tu écris même fortement blessé.

  5. Bonjour, c’est signe.

    Pour Martine: (si vous etes pres de Heidelberg ou Tubingen), Debal Deb donnera une conference demain au colloque sur « sauver les graines », et le 2 juin donnera 2 conferences sur la politique agricole et sur l’agrobiologie a l’universite de Tubingen.

    http://www.saatmachtsatt.de/program.pdf

  6. Celle, ou celui, qui trouve un blaireau mort peut récupérer les poils de l’animal, pour fabriquer un blaireau, vous savez, ce petit pinceau rond qui permet d’étendre la mousse à raser sur le visage du blaireau. Question: quel est le plus nuisible?
    Bon d’accord c’est de l’humour à 2 balles!!!
    Portes toi bien Fabrice.

  7. Merci beaucoup Fabrice.C’est tellement important d’en finir avec ces horreurs.
    T’as signé, j’espère!

    Je vous tiendrai au courant des représailles pour avoir régis, car nous avons toujours des représailles…

    Pour ceux qui n’ont toujours pas compris comment ça se passe sur terre, un lien:
    « la chaîne alimentaire expliquée aux enfants ».

    https://fr.vikidia.org/wiki/Cha%C3%AEne_alimentaire

  8. La chasse sur les terrains du Conservatoire du Littoral …..ça aussi c’est pas mal.Je serais curieuse de savoir la réaction des responsables !
    Que vous ont-ils dit, Anne ?
    En Gironde, on chasse à la tonne et à la palombe sur ces terrains, on ménage les chasseurs qui sont aussi des électeurs, ne l’oublions pas !

  9. Nous le savons, l’homme est un prédateur, le premier en tous genres. La biodiversité, il l’a veut choisi et non subi. Or il lui faut comprendre les difficiles équilibres entre les animaux. On protége le chamois, mais on tue son prédateur, le Lynx, donc le chamois prolifère et il faut à la longue tuer nous-même les chamois trop nombreux. Il en va de même avec les mulots et les campagnoles qui ravagent les champs qui ne trouvent plus leur prédateur le renard sur leur route. Relisons les numéros de La Hulotte, si instructif et amusant.

  10. Réponse à Marilyn :
    Les terrains du Conservatoire ne sont hélas pas des réserves naturelles. La chasse peut être donnée ou pas, selon les cas et selon les gestionnaires des terrains ( le Conservatoire n’est jamais gestionnaire de ses terrains, ce qui pose problème).
    Mais de plus il faut bien différencier droit de chasse et « gestion-destruction des nuisibles » que le Conservatoire délègue aux sociétés de chasse, aux ACCA et peut-être à d’autres acteurs de la cynégétique, je ne sais pas exactement. Mais normalement d’après ce que j’ai cru comprendre, le « nuisible » en question doit réellement poser un problème à un tiers.
    Dans notre affaire, personne n’a l’autorisation de chasser sur ce terrain. Mais les chasseurs ont souhaité « gérer  l’abominable  nuisible » et ont été volontairement très imprécis quand au lieu de destruction du terrier des renards. Ils ont laissé croire qu’il s’agissait d’un terrain entouré d’habitations et que les renards posaient « problème ». Alors que c’est tout l’inverse. En plus, c’était l’occasion pour eux de pouiller notre foin (représailles caractérisées!).

    Quand à la vénerie souterraine et au déterrage, j’ai interpellé le Conservateur. Je lui ai demandé de faire en sorte d’abolir ces méthodes sur les terrains du Conservatoire, disons au moins sur ceux sur lesquels nous travaillons… Parce qu’évidemment, tout ça ce n’est pas simple. La loi exige la destruction des nuisibles et le Conservatoire est une administration qui doit s’y plier. Je ne sais pas encore ce qu’il va faire, mais j’ai des raisons d’espérer. Je vous dirai ce qu’il a été décidé.

    Ce qu’il faut surtout, c’est que cette liste de nuisibles diminue de plus en plus jusqu’à disparaître complètement. Les animaux concernés subiront encore la cruauté des hommes, mais certainement moins et ce sera illégal !

    Merci à celles et ceux qui ont signé la pétition « Protégeons le renard ».

  11. http://environnement.ecole.free.fr/biocenose_relations_alimentaires.htm

    Il y a quelques années, j’avais fait découvrir aux représentants des chasseurs et des agriculteur du Lot à la commission préfectorale gérant la chasse dans le département le régime alimentaire du Renard qu’on peut découvrir sur ce lien, et je leur avais expliqué en amenant le manuel que cela faisait partie du programme de Sciences de sixiéme que j’avais enseigné aux jeunes collégiens. Long silence… après mon intervention tranquille. Que croyez vous qu’il arriva? On laissa le Renard dans la liste des nuisibles…. « …Mère des saintes habitudes. Princesse des gens sans remords. Salut à toi, dame Bêtise » chantait Jacques Brel.

    Fabrice…il faut tenir..et guérir surtout.

  12. @ Laurent Fournier,
    merci pour l´information, malheureusement, je suis à Göttingen, et ce n´est pas la porte à côté. Mais je transmets à des gens que je connais et qui iront certainement l´écouter. C´est dommage, j´en aurais bien fait de même.

    Les souffrances animales c´est aussi cela, les vaches auxquelles on arrache leurs petits (lettre d´infos de L214) !
    http://www.l214.com/lettres-infos/2015/05/27-lait-fete-des-meres-A/

    Réduisez les produits laitiers ! Nous en consommons beaucoup trop.

  13. Bonsoir Fabrice,
    bonsoir Anne.

    Je suis « voisin », de Saint-Nazaire.
    Anne as-tu contacté une association de protection de la nature locale (Bretagne vivante, LPO, Fédération presqu’île environnement, Natur-Action) ?
    c’est dur de lutter tout seul, je ne pense pas qu’il y ait de groupe ASPAS ici.

  14. pour appuyer les propos d’Anne, un exemple : chez moi, une consultation est en cours pour la création d’une réserve naturelle régionale. Evidemment, les chasseurs sont contre. Voilà une partie de leur argumentation (traduction de ce charabia, ils ont peur de ne plus pouvoir tuer la racaille poilue des campagnes…) :

    « En conclusion, Monsieur le Président, nous sommes opposés à ce projet car il nous apparaît
    tantôt inutile, tantôt incohérent et tantôt dangereux.
    Inutile, parce qu’il nous semble inopportun d’ajouter une couche règlementaire à un
    territoire déjà bien préservé par les bonnes pratiques des acteurs locaux. De plus, ce genre de démarche coûteuse apparaît comme mal venue en période de restriction budgétaire.
    Incohérent, parce qu’il fixe certains objectifs sur lesquels nous pourrions nous
    retrouver mais il prévoit parallèlement des réponses et des moyens soit contradictoires soit inadaptés.
    Dangereux, parce qu’il tend à laisser penser
    qu’un territoire ne peut être préservé que
    par des structures et des intervenants hors
    -sol,par l’intermédiaire d’outils artificiels et non plus par des acteurs de terrain responsables et conscients du patrimoine écologique de l’espace sur lequel ils travaillent ou exercent leur passion. »

  15. Les exactions commises sur cet animal magnifique, prédateur et tendre avec ses petits, intelligent et joueur, me font mal au ventre! 🙁
    Je ne comprends pas cette obsession en France!!

    Voici mon commentaire sous ma signature pour la pétition:
    « Parce que c’est un être sensible qui a droit au respect et à la vie tout autant que l’espèce humaine. La renarde est pleine de tendresse et de soins vigilants pour ses petits. Cet animal est beau et sa place est importante dans la nature sauvage, et de plus en chassant les multiples rongeurs, il protège les récoltes des agriculteurs! Enfin, cessons par la loi de mal agir. »

  16. Pour répondre à Dominique

    Merci pour ton intérêt. Nous connaissons ces assos depuis longtemps. J’ai envoyé mon mail à quelques membres. Mais que peuvent-elles faire? Détruire les nuisibles est légal, même par déterrage, même sur les terrains du CL. Veulent-elles se mobiliser contre? Ce serait bien…et des courriers pour appuyer notre demande auprès du CL seraient le bienvenus. Mais c’est à elles de voir.

    Oui, bien sur que c’est dur de lutter tout seuls. Et c’est notre quotidien, ça ne s’arrête jamais! Mais nous n’avons pas le choix ou alors on met la clé sous la porte et on regarde en pleurant qui va réussir à s’emparer du si convoité foncier…
    Mais dans tous les cas, les « nuisibles » seront toujours détruits si la loi ne change pas!
    Si nous étions plus de petits paysans écologistes, nous serions forcement moins seuls! Mais y’en a pas beaucoup, par ici.
    Et je regrette vraiment qu’il n’y ai pas de groupe ASPAS dans le coin.

  17. @ marc giraud: je vous ai écouté avant hier sur la radio RTL, le soir dans une émission consacrée aux animaux. Vous parliez des pachidermes, des chevaux, de chats donc moi-même, j’en profite pour lancer un appel au don en croquettes à l’intention des écoles du chat de votre coin.

  18. bonjour

    connaissez vous ce site sur lequel est mis en ligne la pétition, et qui demande une adresse postale en france ? c’est bien la premiere fois que l’on m dmde autant de précisions, ce qui me plait assez moyennement je dois dire…
    merci de vos éclairages, q ce soit Fabrice ou vous autres lecteurs…

  19. Mr Klod,

    Bonjour,

    Aha, vous aussi cela vous a fait tiquer?

    L’Amour pour les renards a pris le dessus. C’est un choix. Entre le corps et l’Ame.

    🙂

    Bien a vous,

  20. Klod et Porcinette,
    idem pour moi. Et puis de toute manière, comme pour les animaux d´élevage, notre traçabilité est sans failles ! Merci la NSA et autres paranos du même acabit !
    🙂

  21. Martine, bonjour,

    Peur = demande de sécurité. Toujours aux grands profits de qui je pense.

    Nous sommes au bout. Au bout du matériel. Je le sens profond.

    Bisous,

  22. J’ai eu la chance et l’honneur cette année d’observer à ma guise avec mon fils de 7 ans et demi un terrier de Renard avec cinq renardeaux ce fut un moment instance de bonheur, le lendemain quand on y retourne, catastrophe, un imbécile avait mis une cage devant le terrier, de colère, je suis rentré dans le pré et j’ai jeté la cage le plus loin possible
    La nature m’a souri les renardeaux sont toujours là ils ont grandi en sécurité la cage a été ramassée
    et moi, j’ai partagé mes obs avec des amis naturalistes

    Brunoaydat

  23. @ Anne:
    s’il n’y a pas de groupe ASPAS localement … peut-être faudrait-t-il en créer un, s’il y a suffisamment d’adhérents ??
    seul c’est très difficile de lutter contre les préjugés et la bêtise
    et les associations locales sont malheureusement souvent un peu timides
    courage les ami(e)s !

  24. Juste ces quelques mots..

    Merci pour ces écrits en faveur de cet animal que j’aime beaucoup …incontestablement c’est allié des écosystèmes ,je le pense aussi.

    Merci et à bientôt , au plaisir de vous lire

    Thierry

  25. Ca lui va bien d’être classé dans la catégorie (tag) » beauté « , cela doit le changer de la case « nuisible  »
    C’est vrai qu’il est beau , pour en avoir observé et photographié des dizaines , je confirme , il est magnifique , un regard …. suffit .
    Dommage que ses défenseurs aient besoin de justificatifs à son existence , ainsi va l’homme .

    Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *