Attention ! Derrière Hollande, Valls (sur Notre-Dame-des-Landes)

Amis lecteurs, et même si vous ne me voyez pas comme un ami, cette confidence : je commence à avoir de vraies craintes au sujet de Notre-Dame-des-Landes. Depuis neuf années – je crois bien avoir été le premier journaliste « national » à évoquer le retour de ce spectre – que j’écris sur le sujet, j’ai souvent manifesté de l’optimisme. Cette bagarre a fait surgir de magnifiques combattants et pour des milliers d’êtres, elle a un caractère sacré. Ce qui en fait la puissance. Ce qui en fait redouter l’issue.

J’ai été optimiste, je ne le suis plus. Je vois Hollande, ce triste personnage, très près de ne pouvoir se représenter pour cause de stupidité chronique. Son attaque contre la « lâcheté » des juges – venant d’un président en exercice ! – pourrait être la boulette de trop. D’un côté, bon débarras, mais de l’autre, qui le remplacera ? Eh bien, dans ce cas désormais très plausible, Valls pourrait bien se lancer dans la course. Or un président affaibli au point où se trouve Hollande ne serait plus capable d’imposer quelque chose que ce soit à un Valls lancé dans l’arène électorale. Et Valls, on le sait, veut que ça saigne. Il veut un affrontement dur à Notre-Dame-des-Landes pour bien montrer, ainsi que son héros politique Clemenceau, qu’il a des collons. Ce mot catalan – Valls l’est lui aussi – traduit le mot castillan cojones. Des couilles, pardonnez-moi.

Oui, le schéma tient. Hollande n’est plus en état de se présenter, Valls prend la main, et lance sa campagne électorale en expulsant par la violence les zadistes. Il va falloir suivre à la loupe binoculaire les événements courants. Et se tenir prêt à tout mouvement d’aide concrète à la si belle Zone à défendre du bocage nantais. Bas les pattes !

45 réflexions au sujet de « Attention ! Derrière Hollande, Valls (sur Notre-Dame-des-Landes) »

  1. Analyse partagée… et Vals fera d’autres dégâts que NDDL s’il s’engage dans la course à l’Elysée… qu’il n’a à mon avis guère de chance de remporter, mais au cours de laquelle il aura contribué, comme le grand irresponsable qu’il est, à faire monter d’un cran encore le niveau de compétition débile avec la droite et le F-Haine sur le thème de celui qui a le plus de poigne, d’autorité (autoritarisme convient mieux…), de “collons”…
    Voilà où nous en sommes …

    1. Les policiers en ont marre d’être sur tous les fronts sans arrêt depuis des mois.
      Ne pourrait-on s’adresser à eux et leur faire comprendre qu’un affrontement à NDDL ne fera qu’ajouter à leur surmenage sans rien leur apporter d’autre que des coups et une mauvaise image.
      Eux aussi serient en droit de dire Re zo re, trop c’est trop, et refuser d’y aller…?

  2. Complètement d´accord avec vous.
    En bon aficionado, Walls se délecte de voir le sang des taureaux, et, pour réaliser ses ambitions politiques, il n´hésitera pas un instant à faire couler celui des combattants (le mot est très juste, Fabrice) de Notre-Dame des Landes. Sinistre et dangereux, le boucher de Matignon.
    L´occasion de se rappeler Boris :
    https://www.youtube.com/watch?v=AhTI39LsC0c

  3. Je partage.
    Mais pas sûr que, pour lui, ce serait gagnant d’entamer une guerre qui se révèlerait sanglante.
    Il a peut-être des “collons”, mais on peut aussi les lui couper !
    Nous sommes sur le fil du rasoir, c’est vrai, mais déterminés à ce que NDDL soit un immense symbole d’une lutte juste, légitime contre la destruction continue de notre environnement.
    Une majorité de citoyens en a assez de ces politiques aussi véreux les uns que les autres.

  4. Sur le sujet, je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager ce texte magnifique qui résume très bien l’état d’esprit actuel sur la ZAD. C’est un peu long mais ça en vaut la peine, pour comprendre ce qui se joue dans ce coin de bocage…

    ZAD : Valls sans retour.
    Depuis Notre-Dame-des-Landes par le collectif Mauvaise Troupe

    Alors que nous écrivons ces lignes, le bruit de l’hélicoptère tente de
    briser notre concentration. Il tourne, désormais quotidiennement,
    là-haut où les avions ne volent pas, répandant sa rumeur de guerre et de
    reconquête. César1 guette et cherche à impressionner. Parfois il se met
    légèrement sur le flanc, pour nous mieux observer. Est-il surpris par la
    ronde des tracteurs qui depuis quelques jours déposent des balles de
    foin aux carrefours ? Par ces comités de soutien qui viennent repérer
    les lieux les plus stratégiques où ériger leurs barricades ? Par les
    formations qui chaque fin de semaine regroupent plus de cent personnes
    venues se préparer aux expulsions annoncées ? Peut-être l’est-il
    davantage encore de tous ces gestes qui perdurent. Sylvie et Marcel qui
    soignent leur troupeau, les moissons du sarrasin, un fest-noz célébrant
    la récolte de patates, quatre-vingt charpentiers bâtissant l’ossature
    d’un gigantesque hangar ou une bibliothèque tout juste inaugurée. Son
    regard peut-il embrasser avec les 2000 hectares toute la richesse de la
    vie qui les peuplent ? Celle qu’il prétend détruire dans le mois à
    venir…

    Les préparatifs d’une nouvelle opération d’occupation et de destruction
    du bocage à sept mois des élections présidentielles ont quelque chose
    d’irréel. Après un printemps de grèves, de blocages économiques,
    d’agitation de rue contre la loi travail, en plein état d’urgence, quel
    serait l’enjeu de transformer ce coin de campagne mais aussi la ville de
    Nantes en véritables poudrières ? Ce n’est certes pas seulement pour
    construire un aéroport de plus et ainsi honorer les « accords
    public-privé » avec la multinationale Vinci. S’il est vital pour les
    gouvernants d’écraser la zad, c’est qu’elle constitue une démonstration
    insolente d’une vie possible sans eux. Et d’une vie meilleure. À l’heure
    où la seule prise politique qui nous est proposée consiste à choisir, le
    nez bouché, le moins pire des affairistes en mesure de battre le FN
    (mais d’en appliquer le programme), le surgissement d’un territoire hors
    et contre le principe même de gouvernement leur est insupportable.

    Car ici, l’expression « zone de non droit », qu’ils voudraient
    effrayante, a pris une acception radicalement positive. Contrairement à
    ce qui a lieu dans les rues des villes « policées », à la zad, personne
    ne dort dehors et chacun mange à sa faim. De grands dortoirs accueillent
    les arrivants, un « non-marché » hebdomadaire propose les légumes, la
    farine, le lait, le pain et les fromages produits sur place, sans qu’un
    prix ne vienne en sanctionner la valeur. Dans les nombreuses
    infrastructures collectives, mais aussi dans les échanges ou les travaux
    collectifs, les relations se basent sur la confiance et la mise en
    commun, à l’envers des logiques ayant cours qui s’appuient sur le
    soupçon et l’individualisme. Ce que les cyniques de tous bords taxent
    d’utopie irréalisable est éprouvé dans les gestes et la matière. Même
    l’absence de police et de justice – les gendarmes ne fréquentant plus la
    zone depuis 2013 – n’a pas produit le chaos que d’aucuns auraient
    imaginé et souhaité. Les opposants à l’aéroport ont démontré qu’ils
    étaient capables de vivre ensemble sans aucune tutelle les surplombant.
    Une communauté de lutte a donc patiemment vu le jour, nouant des liens
    tissés pour résister aux attaques comme au pourrissement. Tout ceci ne
    va pas sans heurts, évidemment, si déshabitués que nous sommes à décider
    nous-mêmes de nos devenirs. Nous réapprenons, nous apprenons, et rien
    n’est plus joyeux et passionnant que de se plonger dans cet inconnu.

    C’est pour toutes ces raisons que la zad représente une véritable
    expérience révolutionnaire, de celles qui redessinent radicalement les
    lignes de conflit d’une époque. Le mouvement anti-aéroport s’étend
    aujourd’hui dans des pans de la société habituellement plus sensibles au
    chantage à l’emploi et à la crise qu’à la défense d’un bocage. Les
    salariés de Vinci, mais aussi de l’actuel aéroport, ont clairement
    exprimé, via leurs sections CGT, qu’ils rejoignaient la lutte et ne
    seraient jamais des « mercenaires ». De même, les lycéens et étudiants
    mobilisés au cours du mouvement contre la loi travail s’apprêtent à
    bloquer leurs établissements dès l’arrivée des troupes. Trop d’espoirs
    sont condensés ici pour que nous puissions être vaincus, il en va de
    notre avenir, de nos possibilités d’émancipation. Nombreux sont ceux qui
    le pressentent, se tenant prêts à transformer la bataille de
    Notre-Dame-des-Landes, si elle a lieu, en véritable soulèvement
    populaire, capable de rabattre l’arrogance d’un État qui pense pouvoir
    impunément casser les travailleurs, précariser la population, mutiler
    les manifestants, tuer Rémi Fraisse, Adama Traoré et tant d’autres,
    donner un blanc-seing à sa police et continuer allègrement sa chasse aux
    migrants.

    Face à leurs fusils semi-létaux, face à leurs blindés à chenilles, nous
    aurons les armes séculaires de la résistance : nos corps, des pierres,
    des tracteurs et des bouteilles incendiaires, mais surtout notre
    incroyable solidarité. Peu importe que la partie soit inégale, elle
    l’était tout autant en 2012, quand après des semaines dans la boue,
    derrière les barricades, nous leurs avons finalement fait tourner les
    talons. Il y a quelques semaines déjà, alors que sous le hangar de la
    Vacherit l’assemblée du mouvement touchait à sa fin, un octogénaire se
    lève, un éclat de malice dans le regard et des cartons plein les bras.
    Il déballe fièrement les mille lance-pierres qu’il a fabriqués avec
    quelques complices pour projeter des glaçons de peinture. Tous rient,
    mais en essaient l’élastique. Car s’il faut à nouveau prendre les
    sentiers de la guerre pour défendre ce bocage, nous serons nombreux à le
    faire, ici, partout. C’est ce que nous avons affirmé ensemble une fois
    de plus lors de la grande manifestation du 8 octobre. Brandissant nos
    bâtons, nous avons scellé ce serment : nous défendrons ce bocage comme
    on défend sa peau ; policiers, soldats, politiciens, vous pouvez venir
    raser les maisons, abattre le bétail, détruire les haies et les forêts,
    ne vous y trompez pas : la fin de votre mandat ne suffirait pas à
    éteindre ce que vous embraseriez à Notre-Dame-des-Landes.

    Collectif Mauvaise Troupe

  5. Valls n’a strictement aucune chance, mais aucune chance d’être élu, donc c’est une fausse panique. Non il n’y a plus que 6 mois à tenir pour NDDL. Ca va le faire !

  6. Hélas, hélas. Tout cela est plausible. C’est même probable. « L’évacuation, c’est pour cet automne. Ça se fera. Il ne peut pas y avoir d’autre voie. » Signé Valls.
    Sans doute qu’un mort à Sivens, ça ne suffit pas. Des mutilés à vie non plus. « Faut qu’ça saigne », chantait Boris Vian, comme le rappelle Martine.
    Le cataclysme climatique ? Pinotte.
    Un rapport qualifiant le projet de démesuré ? Quelle importance.
    Il y a des enjeux autrement plus importants. Les scores dans les sondages, les élections à venir. Chacun, chacune se peaufine son image, se découvre une âme de boucher et même d’écologiste à l’occasion. Les jeux de cirque ont commencé.
    Les arguments des bétonneurs ?
    – « Le respect de la loi ». Et les directives sur l’eau polluée aux nitrates ? Les lois sur les espèces protégées… Je fais court. Vous pouvez compléter.
    – « Un enjeu d’autorité publique et de crédibilité ». Quand on sait comment les estimations et les chiffres du projet ont été faussés, on se pince. Quant aux engagements pris lors de la COP 21, quelle imposture.
    – « La démocratie. La parole du peuple ». Une consultation bidon, dont on connaissait le résultat d’avance, il fallait oser. Et le non au référendum sur le traité européen, finalement ratifié par le Parlement trois ans après… Elle a beau dos, la parole du peuple.
    Au-delà du projet d’aéroport, il y a ce qui se passe sur la ZAD, ainsi que le rappelle le collectif Mauvaise Troupe cité par Fantaisiste. L’expérimentation d’une utopie. Le respect de la vie. Un « non-marché » avec des légumes, de la farine, du lait, du pain, des fromages produits sur place, à prix libre. Des dortoirs pour accueillir les arrivants. Des travaux collectifs, de la mise en commun, des rapports de confiance, du débat, de la vie possible sans Etat, sans police…
    Ce samedi, Valls vient de lancer un « appel à l’unité et au rassemblement ». Parmi « les grands enjeux du monde », il a cité « le réchauffement climatique ». C’est bien parti.

  7. Quel beau texte, quelle belle expérience, déjà réussie !
    Loin du monde pourri, un autre monde est né à NDDL !
    Il est local (20 km X 1 à 2 km) mais il ne prétend pas donner le ton pour l’ensemble du territoire national. Simplement témoigner durablement qu’un autre monde existe et qu’il vaut mieux que celui, pourri jusqu’à l’os, qui est en train de ronger le monde et tous ses habitants.
    C’est à tout le reste du territoire national (et au-delà bien entendu, au diable les frontières !) de se réveiller lui aussi pour se remettre tout simplement (ou en toute simplicité !) à … VIVRE !

    Cette phrase résume beaucoup de choses :

    “À l’heure où la seule prise politique qui nous est proposée consiste à choisir, le
    nez bouché, le moins pire des affairistes en mesure de battre le FN
    (mais d’en appliquer le programme), le surgissement d’un territoire hors
    et contre le principe même de gouvernement leur est insupportable.”

  8. A la lecture de votre réponse je suis néanmoins inquiète pour la bataille que nous menons ensemble contre ce projet inutile. Malheureusement après l’opération César il ya Valls.,le résultat du référendum….bref de quoi faire de nôtre lutte une bonne occasion de sortie de gouvernement allant vers une droite renforcé et malgré notre détermination gagnerons nous la bataille?

  9. Puisque j’y suis allé de mon “Vals” est coupable de faire monter le niveau de fascisation de notre pays et puisqu’ici, on ne peut pas ne pas être sensible aux causes réelles du terrorisme et à ce qu’il est vraiment, je me permet ce lien, parce qu’il éclaire et surtout parce que cela fait pas mal de temps que j’écoute et lis des articles sur le djihadisme. A chaque fois, les propos de Filiu, chercheur, spécialiste du sujet, m’ont parus très pertinents, très justes, clairs et pleins de bon sens. Qu’en pensez vous ?
    Ici, ça s’applique à ce pauvre type qu’est Zemmour, créature du star système médiatique finalement mortifère et d’un pays qui perd la boule (merci à Ruquier de lui avoir servi la soupe pendant des années de manière totalement irresponsable dans son émission nulle mais pleine d’audience… au nom de la liberté d’expression* )… donc voilà, pour la justesse des propos de Filiu :
    http://filiu.blog.lemonde.fr/2016/10/16/zemmour-daech-et-nous/

    * A propos de cette manière journalistique de considérer la liberté d’expression, je reviendrai dessus au sujet de CO2 mon amour (France Inter) et du très (trop?) gentil Cheyssoux qui finit par m’agacer prodigieusement, une fois de plus.
    Fabrice, tu es journaliste, ce serait intéressant que tu dises ensuite ce que tu en penses. Patience, ça va venir, là, plus le temps !

    1. Filiu a raison bien sur. Et s’il n’y avait que le pitre insignifiant qu’il épingle… Mais l’ISIL a bien d’autres alliés et partenaires, dont le rôle ne requiert pas la même visibilité.

      Je tente un lien avec NDDL: La résistance contre le terrorisme requiert l’effort et la vigilance de tous (la je cite Manuel Vals, je ne sais pas s’il serait content!), créer des liens de personne à personne, se réapproprier nos vies jusque dans les détails les plus matériels, tout prendre de manière très personnelle, prendre soin les uns des autres, et de nos frères animaux, et des graines, de l’eau, de la terre. Essayer de ne pas être soi-même un terroriste, la manière la plus efficace d’y survivre. Mais Frédéric Wolff écrit ça tellement mieux que moi, Gébé a dessiné ça de manière tellement plus lumineuse !

      “Combien de Musulmans dans votre pays”? – 23 millions, répond le grand mufti.

      “Combien de Chrétiens dans votre pays”? – 23 millions, répond l’évêque.

      Henry Lowendorf, dans la vidéo ici : https://youtu.be/Yc-RmAVK8Pg (13:20 – 14:30)

      Les Syriens n’ont pas été vaincus. 1986-2016, le “djihadisme” aura duré un peu plus que l’hitlérisme, mais aujourd’hui il est triste de constater qu’il n’y a plus que quelques pitres et politiciens européens pour essayer d’y croire encore…

    2. ” Les morts qui appellent pour moi le respect sont ceux tombés sous la terreur de Daech, et non leurs assassins. Devoir expliciter une telle évidence morale et citoyenne est déjà en soi, avouons-le, une douleur.” , écrit mr Filiu.

      Ce qui est une douleur est de constater qu’il oppose une imbécilité pour en contrer une autre . Ainsi on peut être respecté non pas à partir ce qu’on fait mais à partir de ce que les autres nous font subir ! Car il va de soi que les morts du Bataclan , de Nice , d’Auchwitz , des goulags et autres geôles étaient des gens vertueux , et que la vertu appelle légitimement le respect . Tous ces morts étaient des gens honnêtes , altruistes pas seulement en paroles , ne volaient pas , ne calomniaient pas , n’étaient ni misogyne , ni homophobes , ni racistes , et bien sûr ne se délectaient pas de chair animale , même quand ils savaient ce que cela implique comme renoncement à la bonté …
      Et pour ne parler que des morts récents en France , non seulement aucun ne pensait que les Nicolino et cie sont un ramassis de pédés et d’obscurantistes qui veulent nous faire retourner dans des cavernes éclairées à la bougie , que Valls aura bien raison de mater à coups de triques ces feignants de rsa-istes et de terrosistes manipulés pas l’anti-France que sont les zadistes , mais aucun ne pensait non plus que Zemmour a raison , que les bougnoules ne font que voler le pain des français et qu’ils sont tous des terroristes en puissance , et cerise sur le gâteau , que Filiu n’est qu’un pauvre con ! Je ne les rejoints que sur ce dernier jugement , et il me fait penser à cet autre lumière ( son nom m’échappe , qui se finit en sky , je crois ) qui déclarait qu’Onfray crachait sur les morts du Bataclan , car il n’avait pas fait son premier commentaire en pleurnichant sur les victimes mais par une considération géopolitique .

      Voici à quelle aberration conduit l’abscence de logique ( qui s’accomode fort bien d’une bonne instruction ) : c’ est être victime d’une injustice qui commande le respect , et non pas ce qu’on est et qui se juge à la somme de ses actes .

      1. Azer, votre intransigeance est… touchante, en fait! J’ai l’impression que vous l’appliquez a vous-meme. Mais si les faits contredisent la logique, doit-t-on changer les faits ou changer la logique? Vous connaissez la chanson de Brassens, “les morts sont tous des braves types”… Etre victime d’une injustice inspire (non pas commande) le respect, effectivement. Pour moi, et je crois pour tout le monde. Ce n’est pas incompatible avec le respect inspire par les actes. Cela peut se reconcilier avec la logique si l’on admet plusieurs sources de respect. Pourquoi n’y en aurait-il qu’une seule? Et puis le respect est aussi un acte, ce n’est pas qu’une reaction passive a l’etre qui le “commande”! Le visage d’autrui demande le respect, nous dit Levinas (en fait, plus que simplement du respect, il nous demande d’etre humain, ce qui est un defi!) ce qui revient a dire que si personne ne respecte ce visage il n’y a plus de visage. D’ailleurs je suis completement oppose a Filiu sur bien des points, ca ne doit pas m’empecher de reconnaitre quand il a raison et l’exprime clairement!

      2. Azer, j’ai beaucoup de mal à comprendre ce que tu veux dire.
        En quoi est-ce condamnable de dire que des victimes innocentes sont respectables en tant que telles ?
        Il faut donc te ressembler à 100% pour devenir digne de respect ?
        Ce que tu appelles “logique” me semble être une pensée terriblement binaire…
        Je trouve cette pensée redoutable, est-ce bien la tienne ou est-ce que je me trompe ?
        Il me semble en effet que ce que tu écris laisse à penser, par exemple, qu’une personne favorable à l’aéroport de NDDL qui se serait faite abattre au Bataclan ne mériterait pas le respect et le statut de victime innocente à tes yeux ?
        Ne serais-tu pas en train de mélanger des choses bien différentes ?
        Merci, s’il te plait, d’être un peu plus explicite.

        1. @ P.P

          si la pensée binaire consiste à tenir compte du sens réel des mots , et non pas à donner à ceux-ci le sens qu’il nous arrange de leur donner ou que nous leur donnons par ignorance , telles les touches blanches du scrabble , alors le qualificatif de binaire signifie tout bonnement rationnel .

          respect : sentiment de considération , de déférence envers quelqu’un .
          C’est ce que dit le dictionnaire , les autres définitions étant hors de notre propos .
          voyons donc le sens du mot considération ( je laisse les définitions hors de notre propos ) :
          considération : estime que l’on a pour quelqu’un .
          déférence : attitude respectueuse envers quelqu’un .
          Le mot déférence étant donc synonyme de respect , c’est le mot considération qui donne la clé , et puisqu’il signifie estimer , voyons ce que signifie estimer :
          estime : jugement favorable , considération envers quelqu’un
          estimer : juger de la valeur .

          En quoi être tué par des imbéciles , qu’on soit coupable ou non de ce qu’ils lui reproche , donne-t-il de la valeur à l’ être tué ?
          Je ne peux que répéter ce qu’est le réel : quoi qu’on pense d’un assassin , cette pensée n’ ajoute ni ne retranche rien à la valeur à sa victime .
          Personnellement je pense que le nazisme est une idéologie pour bons à rien ou pour ceux qui ne savent comment expliquer la laideur du monde humain qu’en désignant un bouc émissaire , mécanisme de défense et de préservation de l’estime de soi puisqu’il externalise les causes de cette laideur ; je pense que le stalinisme n’est que le résultat de la stupidité de son auteur qui n’a pas compris ce que les auteurs du communisme ont dit ( je n’ai rien lu dans le Manifeste du parti communiste qui dise qu’il faille collectiviser les terres et déporter les réfractaires …) ; je pense que l’islamisme n’est le fait que d’hommes ayant un problème avec la sexualité car les femmes sont un miroir de la virilité du mâle qui ne demande pas à sa femme ” Alors , heureuse ? ” après le coït simplement par le souci de l’autre que commande l’amour ou seulement la sympathie mais pour être flatté dans l’image qu’il a de lui ( j’ai fait jouir , donc je suis un homme , un vrai ) .
          Mais que je pense tout cela ne donne aucune valeur ni n’en enlève aux morts d’ Auschwitz , du goulag ou du Bataclan , et le respect qu’on a pour un être découlant du jugement qu’on a de sa valeur ( la subjectivité de ce jugement n’est pas la question ) , je ne respecte aucun de ces morts , mais je regrette que certains le soient .
          Je ne respecte pas Charb d’un iota davantage parce qu’il a été tué par des débiles , je le respecte parce que je juge cet humain de bonne qualité .
          Je ne respecte pas Fabrice d’un iota davantage parce qu’il a failli subir le même sort , je le respecte parce que je juge cet humain de bonne qualité .
          Et je ne respecte pas d’un iota moins les aficionados et les beaufs en tout genre qui sont morts , qu’ils aient été tués par des crétins ou victime d’une injustice , car ce sont des humains de qualité inférieure . Que les expressions ” êtres supérieurs ” et “êtres inférieurs ” aient été utilisées par les nazis ne change rien au fait qu’il existe des êtres meilleurs que d’autres , donc des êtres inférieurs et des êtres supérieurs .

          Qu’on soit innocent et tout de même puni , donc victime d’une injustice , ne change rien aux caractéristiques intrinsèque d’un être .
          Ou bien alors il faudra respecter Valls si demain il est tué par un chauffard ou quelqu’un qu l’ a confondu avec l’assassin de son fils , ce qui serait une injustice puisque Valls n’est ni responsable de l’alcoolisme ni n’a tué d’enfant .

          Ceux qui en revanche sont parfaitement fondés à respecter des morts , ce sont les daechistes qui respectent les tueurs de Chalie Hebdo , du Bataclan et de Nice , puisque ceux-ci ont agi en conformité avec leurs idées , leurs valeurs , et qu’ils ont donc fait preuve de cohérence , de détermination et de courage . Que cette cohérence , cette détermination et ce courage soit au service de la connerie la plus crasse n’est pas en question puisque le respect étant un jugement sur la valeur , alors que le jugement soit bon ou mauvais ne contredit pas la logique qu’il y a à respecter ceux qu’on juge bons et à mépriser ceux qu’on juge mauvais .

        2. J’ai supprimé une partie de mon commentaire car j’ai pensé qu’elle était redondante , en réponse à votre paragraphe ” l me semble en effet que ce que tu écris laisse à penser, par exemple, qu’une personne favorable à l’aéroport de NDDL qui se serait faite abattre au Bataclan ne mériterait pas le respect et le statut de victime innocente à tes yeux ? ”
          Mias il vaut mieux finalement courir le risque de se répéter inutilement que d’être mal copmpris , donc je précise à nouveau : un partisan de NDDL qui se fait abattre au Bataclan n’a pas mon respect pour cette raison , car il ne l’avait déjà pas de son vivant . Un partisan de NDDL est un être peu intelligent dont la stupidité a pour conséquence de compromettre mes chances de mener une vie jusqu’à son terme naturel , par la déterioration des conditions de vie sur cette planète . Son mode de vie est factuellement une atteinte à mon intégrité physique , alors que le mien n’est pas une atteinte à la sienne . Il constitue donc un ennemi , au même titre qu’un virus ou qu’un microbe , et sa grande proximité génétique avec moi ne change rien à ce constat .
          Qu’il soit une victime innocente est un fait , écouter de la musique n’étant pas un crime .

  10. Bien vu! Valls est le véritable danger, il aime la corrida, la violence, la mise à mort! la haine transparait sur sa figure, il s’obstine, n’écoute personne que lui ses acolytes Retailleau et consorts. Il s’acharne tous azimuts non seulement sur NDDL mais étend sa nuisance jusqu’en Wallonie où il enjoint le président Paul Magnette à voter pour le Ceta (http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/valls-veut-convaincre-les-wallons-d-accepter-le-ceta-1048285.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&link_time=1476532307#xtor=CS2-30 ) il faut l’empêcher de nuire ! j’ai envoyé un tweet à Paul Magnette
    Marie José Thouv ‏@mjthcap21 27 sil y a 27 secondes

    ” @PaulMagnette @mjthcap21Monsieur le président soutien de nombreux citoyens ne vous laissez pas influencer par Mr Valls, dites NON au Ceta ” . De même il faudrait faire une pétition citoyenne sur change org, faire signer le maximum, mais je ne sais pas faire !

  11. Ils ont déjà échoué en 2012.
    La résistance s’est organisée entre-temps.
    S’ils attaquent, ils seront mal accueillis.
    Il y a plus de 20000 bâtons plantés sur la Zad 🙂

  12. Hors-sujet, pardon, mais que penser de ce qui vient de se passer sur le foirail de Rethel, dans les Ardennes, où un boeuf blessé, sciemment abandonné par son propriétaire, a agonisé pendant 48 heures avant d´être euthanasié. Sûr, un animal aux tendons et aux muscles des pattes arrières déchirés, ça n´a plus de valeur marchande. Alors on le laisse crever, et on rentre bien tranquille chez soi !
    Le S[bip] qui a fait cela s´appelle YANNICK GOURY. Il est, entre autre, président directeur général de la Société du Bétail et des Viandes du Réthelois (25 employés, chiffre d´affaires 2 504 700 euros).

    1. Oui , j’ai lu cela . Le pire est que cet homme déclare ” ce n’est pas bien de parler de ça dans la presse , ça va faire plus de mal que bien ” .
      Ce qui signifie : vous êtes de beaux enfoirés de mettre à jour mes dégueulasseries car cela va faire baisser mon chiffre d’affaire !
      Encore un homme qui pense qu’un égoïste est quelqu’un qui ne pense pas qu’a lui …

      Il est tard , mais demain nous verrons ( je posterai des liens )de leur propre aveu que la régulation n’est pour les chasseurs qu’un alibi .

  13. dans l’article http://www.lejdd.fr/Politique/Valls-recadre-Royal-sur-Notre-Dame-des-Landes-L-evacuation-de-la-ZAD-se-fera-816553
    Valls conclut par
    “Bien sûr qu’il y a des craintes de violences […]. Mais la violence est du côté de ceux qui ne respectent pas la loi, l’autorité de l’État et l’expression démocratique. Nous ne pouvons pas céder face à la menace de la violence des zadistes.”
    effectivement y’a du très très lourd …

    Je viens de finir le “Earth force – Manuel de l’eco-guerrier” de Paul Waston. A mon avis, ce livre est une mine d’or pour des luttes comme celle de NDDL.

  14. Le fait est que, partant d’une grosse partie du PS jusqu’au FN en passant par LR, les rodomontades et les coups de menton mussoliniens sont dans l’air du temps. Vent mauvais. Les bourrins au pouvoir. Il faut bien qu’ils masquent leur impuissance vis-à-vis des attentats terroristes en tapant avec fermeté sur les baba-cools verdâtres. Lutte contre Daech et lutte contre NDDL : même combat.
    Hollande, de « la hauteur de la fonction présidentielle » se voulait réconciliateur des français. Du fond du cul de basse-fosse où il a le nez dans le caca maintenant, il ne peut que contempler un monceau de gravats. La charge mortifère et sans doute mortelle que se proposent de faire tous nos tartarins ne va qu’élargir l’énorme fracture qui se dessine entre les tenants de 2 mondes irréconciliables. Irréconciliables, parce que les enjeux deviennent tellement importants qu’il ne peut en être autrement. Nous en sommes ni plus ni moins qu’à un tournant de l’Histoire. Nos Gamelin en rangers ne l’ont pas compris. Ils tiennent l’état, qui ne joue plus le rôle qu’il est censé tenir, mais seulement celui du bras armé du pouvoir des lobbies nationaux et internationaux. Je n’en veux pour preuve que son abdication sans condition devant les (gros) bonnets rouges, représentants de cette agro-industrie bretonne surpuissante. Triskalia, un de ses fleurons à l’origine du scandale des ouvriers intoxiqués aux insecticides, ne sonne-t-il d’ailleurs pas un peu comme Tricatel de « l’aile ou la cuisse » ?
    L’épilogue de NDDL sera un test pour jauger la France de 2016 par rapport à celle des années 70, celle qui avait su malgré tout accueillir les boat-people indochinois sans faire d’histoire, renoncer au Larzac ou à la centrale de Plogoff.
    Ces jours-ci en tout cas l’enfumage va bon train à la radio, de la part des pro-NDDL. On ne parle plus que de référendum (vu même dans les commentaires ici, attention plongeon marylis !), au lieu de consultation – la confusion est intentionnellement entretenue-, et de démocratie. Dites-moi si je me trompe sur la suite. Référendum = définition dans le dictionnaire « Vote de l’ensemble des citoyens d’un pays sur une question d’intérêt général ». De plus, pour moi un référendum a force de loi. Alors que NDDL était une consultation locale, qui n’a pas force de loi. D’ailleurs dans le cadre de la « démocratie participative » (un autre enfumage), le ministère de l’écologie consulte le public lors des arrêtés de tirs de loup. Malgré 90% d’opposition exprimée à tous les coups, dans ce cas le gouvernement se torche avec la consultation, passez-moi l’expression. Nos tenants de la « démocratie » la veulent en fait arbitraire et à sens unique, pile je gagne, face tu perds. Après les « démocraties populaires » du temps de l’URSS, la langue de bois a décidément de beaux jours devant elle…

  15. PL: lisez Reporterre, (ou le Journal du Dimanche) et vous verrez que les politiciens sont divises sur NDDL. Meme des cadres de Vinci refusent le projet. Et le President de la Republique dans son livre bizarre dit publiquement qu’il ne croit pas a cet aeroport. D’autre part, ce que reclament les opposants au projet est tout simplement le respect de la loi. Rien d’extraordinaire. Donc ce ne sont pas “deux mondes irreconciliables”, il y a des transfuges, et essentiellement d’un seul cote, car au fond personne n’aime vraiment les aeroports, c’est seulement l’argent, et aussi le pouvoir, et s’il n’y a plus ni argent (pour cause de vigilance accrue de la societe civile), ni de pouvoir (la violence pour un projet bancal fait perdre le prestige, donc l’espoir de gagner la competition pour le pouvoir), alors on ne l’aime plus tant que ca, cet aeroport. Enfin la langue de bois est aussi, peut-etre essentiellement, une maniere non-violente de sauver la face, et si on ne laisse pas les gens sauver la face, on les pousse a se retrancher dans leurs positions, ce qui est contre-productif (oui il y a une autre maniere de sauver la face, c’est la terre brulee, declencher une catastrophe de telle ampleur que les mauvais coups se retrouvent insignifiants en comparaison, mais jusqu’a present cette maniere de faire etait plutot reservee aux colonies, on peut esperer que le gouvernement ne l’appliquera pas cette fois a sa propre population). Donc se battre pour le respect du droit, pour le patrimoine naturel de la France, pour nos enfants, et forcer le gouvernement a faire son metier correctement ! (au lieu de se confesser dans des livres bizarres)

  16. Il y a encore des recours,et surtout l’Europe demande des éclaircissements et fait predominer la Loi Européenne sur le Droit au logement,qui interdit de virer ceux qui vivent sur place ,plus les recours qui ne sont pas jugés a la cour européenne,Royal se prépare,le bateau coule,elle va là ou cela va,tout le monde est contre,la loi doit être respectée par Vinci qui est maitre d’oeuvre .Je ne suis pas sur que Valls fasse la connerie d’envoyer les flics,si il le fait ,c’est la guerre civil,il est foutu,donc les com’s c’est une chose,le terrain et le juridique une autre.Et c’est là que NDDL gagne sans arrêt,donc soutenir Ceta a la téle,dire les flics nanananére sont mes amis,tout ca c’est de la com.C’est Vinci qui décide,ou notre président qui peux dire basta,moins mollement que dans ce livre débile fait par 2 journaleux du Monde, merdia quand tu nous tiens!

  17. http://www.courrierdelouest.fr/sondage/etes-vous-d-accord-avec-segolene-royal-qui-suggere-un-abandon-du-chantier-d-aeroport-a-notre-dame-de-16-10-2016-287330

    oui et pour les explications concernant toute la différence entre une consultation et un référendum voir le site de Reporterre.net,
    et monsieur Vals qui prétend que la démocratie serait bafouée si l’aéroport n’était pas construit…j’aurais envie de lui répondre “et ta soeur”
    mais je préfère rester de marbre
    bonne journée à tous

  18. Répression de masse, répression rapide, justice expéditive, attention, les coups vont pleuvoir !
    Les conditions semblent réunies pour que le pire arrive à Notre-Dame-des-Landes et à Calais. Le pire, souhaité et préparé par le gouvernement de Valls qui confond apparemment sa fonction ministérielle avec le sale boulot d´un matador ! Matar : tuer !
    https://reporterre.net/

  19. Puisqu’on cause destruction d’une région par des industriels, voilà ce qui se passe en Louisiane :
    http://www.bastamag.net/Ecologistes-ultra-droite-vote-Trump-Amerique-profonde

    Cet article pose une question essentielle : Que se passe-t-il quand un homme opposé à la régulation de l’Etat et aux programmes de protection de l’environnement, partisan fervent du marché libre, est soudain confronté à la ruine à cause d’une entreprise privée (qui vient forer dans son jardin) ? Comment réagit-il alors que cette destruction aurait pu être empêchée par des régulations gouvernementales plus rigoureuses ? Change-t-il d’avis ou pas ? Réponse dans l’article…

  20. @Laurent. Bonjour,
    Oui bien sûr, ils sont divisés, c’est ce que j’entendais dans un commentaire du précédent billet de Fabrice : « Pour NDDL, les 40000 personnes sur site le 7 octobre doivent en faire réfléchir plus d’un. Royal a senti le vent tourner, elle veut garder son lifting d’écolo pour plus tard. Hollande a conscience qu’il traîne un boulet pour la forme, il voudra peut-être refiler la patate chaude aux suivants. Valls continue de foncer comme le bourrin qu’il est. Drôle de mayonnaise… ».
    Quant aux 2 mondes irréconciliables, il s’agit d’une part de celui du « business as usual » et sa croissance infinie, promu de Hollande à la quasi-totalité de la droite, et d’autre part cette expérience alternative que l’on voit à NDDL et soutenue par « la gauche extrême » comme disent certains. Et plus encore le monde des Wauquiez, Sarkozy, Le Pen qui ne demandent qu’à casser de l’écolo. Après, que certains changent de côté, par conviction ou clientélisme, n’est effectivement pas impossible. Mais quelque part je sens, peut-être à tort mais Wauquiez à la tête de Rhône-Alpes me conforte dans cette opinion, une distance et une crispation de plus en plus grande entre 2 conceptions du monde.
    Sinon à NDDL, on a tous les ingrédients d’un drame à venir :
    – Des policiers épuisés par leurs interventions à tout va et excédés par les agressions récentes.
    – Les mêmes qui voteraient FN à 70% selon France Inter ce matin. Je ne connais pas la source précise de cette info ni sa fiabilité, mais ça me paraît vraisemblable.
    – Un Valls qui présente les zadistes comme des violents, au contraire de sa police. Ce qui, dans une certaine mesure, justifie à l’avance toutes les dérives que cette dernière pourrait commettre, et incite tous les plus bourrins à se lâcher, ils sont implicitement couverts.
    – Valls et ses tenants au PS, LR, FN qui poussent vers une dérive autoritaire de l’état, et qui pourrait trouver son terrain d’application idéal à NDDL. Ceci justifié par le droit et la démocratie arrangés aux petits oignons des conflits d’intérêts et des amalgames/confusions (ex : référendum vs consultation). Et les mêmes qui ne demandent qu’à casser ces emmerdeurs d’écolos djihadistes, violents et totalitaires (cf. les délires d’Attali).
    Tout cela fait froid dans le dos. On ne peut que saluer, une fois n’est pas coutume, un certain courage et lucidité chez Royal, tout au moins en apparence, et quels que soient les motivations qui sous-tendent ses propos, peut-être de se laver les mains sur Valls des probables victimes à venir et de se racheter une virginité après Sivens. Cazeneuve, lui, s’arrache les cheveux sur la technique d’une telle évacuation, il ne pourra que souffler s’il échappe à quelques morts qui lui seront attribués.
    Seul Hollande a le pouvoir de stopper ce massacre prévisible et ce furieux de Valls, mais en le désavouant implicitement, et indirectement sa politique depuis quelque années.
    Salade toxique et mayonnaise périmée au menu.

  21. Pour rebondir sur les propos d’ourse blanche, je crois effectivement que s’il reste un gramme de bon sens aux décideurs ils vont y réfléchir à deux fois avant de lancer la grosse artillerie. Et pour que le domaine de la loi et du juridique fasse hésiter tous les “Vanderdendur de l’agrobusiness ou du bétonbusiness” de la planète (pastiche d’une expression de Christian Laborde), il faudra bien que soit enfin reconnue un jour la notion d’ “ecocide”.

    http://www.geo.fr/environnement/les-mots-verts/crimes-contre-l-environnement-la-difficile-reconnaissance-de-l-ecocide-159360

  22. Bonjour à tous, je me pose une question, existe t-il un lien entre le montant de ce projet inutile pour la majorité de la population : environ 2 milliards d’euros qui iront dans les poches de Vinci and co, les comptes de nombreux politiciens (lepen, balkany, cahuzac…) dans les paradis fiscaux, la clémence de certains membres du gouvernement (Valls Sapin) dans l’affaire luxleaks

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/
    et les moyens utilisés par ces derniers pour imposer cette gagébie.

  23. Sur le loup, pathétique Bruno
    Propos de lemaire<>

    B-lemaire
    http://www.brunolemaire.fr/

    http://www.brunolemaire.fr/le-contrat-presidentiel/27-une-france-juste/1222-france-qui-noublie-pas-territoires.html

    [IF3] Notre-Dame-des-Landes : plus jamais ça !

    « Cet ordre républicain devrait régner partout, il est de plus en plus souvent contesté ou bafoué : par des individus isolés, par des trafiquants en tous genres, par des militants d’extrême gauche qui contestent les décisions publiques au nom de la désobéissance civile, à Notre-Dames-des-Landes et ailleurs. »

    Bruno Le Maire, Ne vous résignez pas ! p. 123

    I. Pourquoi ?

    La région de Nantes, comme la France dans son ensemble, a besoin d’infrastructures modernes, porteuses de croissance et d’emplois, tout en étant respectueuses de l’environnement. Le projet d’aéroport du Grand Ouest (AGO) à Notre-Dame-des-Landes est important car il est le symbole d’une France qui investit et qui croit en son avenir.

    Le projet d’aéroport du Grand Ouest aura d’importantes conséquences positives pour la région. Le nouvel aéroport sera construit à 20 km du centre-ville de Nantes (au nord de l’agglomération), et à 85 km du centre-ville de Rennes (à vol d’oiseau). Il se situera en temps de parcours routier à 20 minutes du périphérique de Nantes. L’aérogare aura, à l’ouverture, une capacité minimale de traitement de 4 millions de passagers par an, ce qui correspond au trafic actuel de l’aéroport de Nantes. En raison de la croissance continue du trafic, cette capacité, prévue au début du projet, devra être étendue. À terme, l’aéroport pourra accueillir jusqu’à 9 millions de passagers par an. Pour mémoire, en 2015, l’aéroport de Nantes-Atlantique a accueilli 4,4 millions de passagers, et l’aéroport de Nice Côte d’Azur, le plus important aéroport de province, 12 millions de passagers.

    Le chantier du nouvel aéroport mobilisera environ 800 emplois par an pendant 3 à 4 ans. Le concessionnaire a pris des engagements auprès du Conseil régional des Pays de la Loire quant au type d’embauches qu’il effectuera : il recrutera ainsi près de 4 % de son effectif en alternance d’ici 2017 en prenant en compte les personnes en difficulté. Du personnel compétent sera, de la sorte, formé sur le long terme.

    L’exploitation du nouvel aéroport nécessitera des embauches supplémentaires (de l’ordre de + 500). En saison à Nantes-Atlantique, entre 2 000 et 2 500 personnes travaillent sur la plate-forme. Le nouvel aéroport permettant d’accueillir des passagers supplémentaires, on estime que l’effectif sera porté à 2 500 – 3 000 personnes.

    Le projet d’AGO, dont les premières études datent de 1963, est un projet ancien qui a déjà été largement débattu :
    •Le débat public sur l’opportunité du projet a été organisé en 2002 et l’enquête publique a été réalisée en 2006, tous deux conduisant à une déclaration d’utilité publique en 2008 (confortée par un jugement du Conseil d’État rejetant sa demande d’annulation du projet) puis à la signature du contrat de concession avec la société Aéroport du Grand Ouest (Vinci) en 2010 ;
    •une commission ad hoc de dialogue, une commission agricole et une commission d’experts environnementaux ont rendu leurs rapports le 9 avril 2013 ;
    •des pétitions ont été déposées auprès de la Commission européenne fin 2012/2013 ; cette dernière a indiqué fin 2013 qu’aucune infraction (au regard du droit de l’environnement) n’était constatée sur le projet ;
    •aux municipales (mars 2014), aux départementales (mars 2015) et aux régionales (décembre 2015) ont systématiquement été élues des listes ayant clairement pris position en faveur du projet ;
    •un rapport complémentaire a été établi en mars 2016 par le conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), à la demande de Ségolène Royal, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer. Ce rapport ne remet pas en cause le projet de transfert mais cherche à diminuer la taille du futur aéroport ;
    •un référendum destiné aux habitants de Loire Atlantique a été organisé le 26 juin 2016. Le “oui” l’a emporté avec 55,17 % des voix. Le taux de participation a atteint 51 %, alors que près d’un million d’électeurs étaient appelés aux urnes.

    Ce projet est aujourd’hui victime des divergences et de la faiblesse du gouvernement et d’une contestation violente couplée à une occupation illégale du site de la future plateforme. Or si tout projet d’infrastructure suppose un débat (débat d’ailleurs prévu par la réglementation française et européenne, et qui a largement eu lieu), le débat suppose le respect de la loi, des décisions de justice et du territoire de la République. La future zone aéroportuaire à Notre-Dame-des-Landes n’est pas une zone de non-droit. Quand la justice ou l’État prend une décision, celle-ci doit être respectée.

    La position que nous défendons à propos de l’aéroport de « Notre-Dame-des-Landes » répond ainsi à deux considérations :
    •« remettre en ordre l’État » : « un État fort qui sait se faire respecter », une fois le débat clos et les décisions prises ;
    •« retrouver notre esprit de conquête » : un État qui ne se résigne pas à ne plus rien entreprendre parce que les chantres de la décroissance promeuvent l’immobilisme.

    II. Quoi ?

    1) Nous proposons de laisser le projet d’aéroport de « Notre-Dame-des-Landes » se réaliser. Pour mémoire en effet, l’État a signé, en 2010, le contrat de concession avec la société « Aéroport du Grand Ouest » pour une ouverture de l’aéroport « Notre-Dame-des-Landes » en 2017.

    2) Nous proposons par ailleurs de rationaliser les procédures d’autorisation des grands projets d’infrastructures, afin de limiter le temps écoulé entre la prise de la déclaration d’utilité publique (qui autorise l’État à procéder aux expropriations nécessaires à la réalisation du projet et à construire l’infrastructure, sous réserve d’obtention des autorisations environnementales ultérieures) et la mise en travaux. Plus généralement, il s’agit de réduire le temps entre la décision d’opportunité prise à l’issue du débat public (conduisant à l’engagement des études de conception) et le lancement des travaux.

    3) Nous proposons enfin que le chantier se poursuive dans la sérénité, afin de ne pas faire payer aux riverains l’enlisement actuel du dossier. A cette fin, il est nécessaire d’évacuer la « ZAD » (Zone à Défendre) par une opération d’envergure, de sécuriser les lieux et de poursuivre systématiquement les auteurs de délits (squats, dégradations, routes barrées, incendies, etc.).

    III. Comment ?

    Laisser la société concessionnaire « Aéroports du Grand Ouest » poursuivre l’exécution du contrat de concession signé avec l’État en 2010, en considérant que le projet a déjà été largement (et suffisamment !) débattu.

    S’agissant de la rationalisation des procédures d’autorisation des grands projets d’infrastructure :
    •ne porter au débat public et n’engager ensuite, le cas échéant, les études préalables à la déclaration d’utilité publique que des grands projets d’infrastructures susceptibles de se réaliser dans un délai de 10 à 15 ans, et inscrits comme tels dans la loi de programmation ou d’orientation sur la politique nationales des transports (voir fiche IF1) ;
    •ne porter à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique que les projets dont l’engagement des travaux est envisageable dans un délai de 5 à 7 ans, et inscrits comme tels dans la Loi de programmation pluriannuelle des infrastructures de transport,
    •présenter, dans le dossier d’enquête publique, un plan de financement du projet, indiquant la participation attendue des différents co-financeurs publics et du/des gestionnaire(s) d’infrastructure(s), ce qui permettra de tirer toutes les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 15 avril 2016 annulant la déclaration d’utilité publique de la ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges.

    IV. Combien ?

    Le Gouvernement n’a pas clairement exprimé ses intentions à l’issue du référendum du 26 juin 2016, même s’il a annoncé vouloir évacuer la ZAD en octobre 2016. S’il confirme l’engagement des travaux, des surcoûts seront sans doute à prévoir en raison des retards constatés sur l’avancement du chantier. Cette décision sera neutre, toutefois, sur la programmation budgétaire pluriannuelle (en autorisations d’engagement) de la prochaine législature.
    •Le coût estimé du projet est de 560 M€ environ. La contribution publique globale est de 246 M€ (moins de 40 % du coût global), avec un partage entre l’État (130,5 M€) et les collectivités territoriales (115,5 M€). Le contrat de concession prévoyait une mise en service de l’aéroport fin 2017.
    •Le contrat de concession prévoit que les surcoûts éventuels de construction imputables à l’État sont à la charge de ce dernier : des négociations sont en cours entre la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) et Vinci Concessions afin de minimiser, pour l’État, le coût des retards déjà constatés sur l’avancement du chantier.
    •L’abandon complet du projet nécessiterait une indemnisation du concessionnaire. La résiliation du contrat de concession ne pourrait en effet se faire que pour « motif d’intérêt général », ce qui conduirait à indemniser la société concessionnaire sur la base des fonds investis à ce jour et du manque à gagner pour ses actionnaires.

    La rationalisation des procédures d’autorisation des grands projets d’infrastructure conduira à des économies à terme (coût d’opportunité d’acquérir des terrains à un stade très en amont par rapport à la réalisation d’un projet, mobilisation des équipes projets sur une durée moins longue, moindres frais associés à la gestion de la contestation des projets, etc.), qui apparaissent toutefois difficilement quantifiables à ce stade.

  24. Projet de plan national d’actions en faveur des chiroptères
    enquête publique nationale où chacun peut s’exprimer du 20/10/2016 au 01/12/2016
    http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1570

    à rapprocher de ce constat:
    “Depuis 1970, près de 60% des vertébrés, poissons, oiseaux, mammifères, reptiles ont disparu d’après les analyses de terrain de nombreux scientifiques, et notamment, ceux de la société zoologique de Londres.”
    plus d’infos sur:
    http://www.rfi.fr/science/20161020-vie-terre-est-train-disparaitre-wwf-canfin
    supprimer les projet de destructions de zones humides serait déjà un premier pas de bon sens pour le maintien des habitats (vieux arbres) et des zones de nourrissage certaines chauves-souris ne se nourrissant que des insectes noyés à la surface de l’eau.
    La simplicité ferait-elle peur?

  25. Hélas, avec le livre (‘Un président ne devrait pas dire ça’) qui vient de sortir il semble que Hollande se soit grillé auprès d’un max de gens ; du coup l’hypothèse de Fabrice devient encore plus vraisemblable.
    Valls pourrait se présenter et l’emporter aux primaires.
    Bon
    J’imagine que d’ici les élections, il va se passer des tas de choses qui ferons peur aux gens et que sécurité et repli sur soi vont gagner.

  26. “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l´une ni l´autre, et finit par perdre les deux.”
    Benjamin Franklin

  27. Correction
    J’imagine que d’ici les élections, il va se passer des tas de choses qui feronT peur aux gens et que sécurité et repli sur soi vont gagner.

  28. Autre lieu, autre ZAD. Vinci est non seulement derrière NNDL, mais aussi derrière le projet de l’autoroute A45, doublon de l’autoroute existante entre Lyon et St Etienne. Projet réactivé par le nouveau président de région, le fou furieux Laurent Wauquiez.

    En septembre, les agriculteurs et la population locale étaient sur le pont pour dénoncer une nouvelle fois ce projet ubuesque. Petite vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=eXHejudEURM&feature=youtu.be

    Pour en savoir plus : https://rhonenddl.wordpress.com/tag/a45/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *