Un livre de photos (pour les fêtes ?)

Je suis bien embarrassé, car je suis obligé – par moi-même – de vous parler d’un livre où j’ai une place. Il y a deux ans, je crois, j’ai croisé la photographe Sylvia Tostain, qui m’a parlé alors d’un projet étrange. Elle voulait faire un livre de photos, accompagnés de textes, qui présenteraient la galaxie écolo d’aujourd’hui en France. Qui irait de Daniel Cohn-Bendit – horreur, malheur – à Christian Vélot, de Serge Orru, du WWF, à Nicolas Hulot, de Gilles-Éric Séralini à Corinne Lepage, d’Yves Cochet à Allain Bougrain-Dubourg, de Marie-Monique Robin à Katia Kanas, de José Bové à Jean-Claude Pierre, de Michèle Rivasi à…moi-même.

Le livre était improbable, le projet semblait démesuré compte tenu des moyens de Sylvia, et au profond de moi, j’avais des doutes sur l’avenir d’un ouvrage aussi bizarroïde. J’ai aidé néanmoins Sylvia, comme je l’ai pu, et elle a fini par gagner, se passant, bien obligée, d’éditeur. À l’arrivée, comme vous le verrez peut-être, le résultat est unique. Inattendu, curieux en diable, mais bel et bien réussi. Je précise que chaque double page est occupée par un personnage de la scène – ce mot convient-il ? – écologiste française. Avec une biographie courte mais sérieuse, quelques phrases de sa main, et même une signature. Après l’avoir regardé plus d’une fois, j’en tire la conclusion qu’il nous offre un panorama vrai de ce qui est. Une sorte de plongée dans un mouvement que je juge pour ma part englué, et même perdu, mais qui existe en tout cas.

Reste la question du prix de 35 euros, qui n’est pas rien. Il va de soi qu’il faut de l’argent pour débourser une telle somme, et je pense en priorité à ceux qui ne l’ ont pas. Évidemment. Reste que ce livre a toutes les chances de devenir collector, car il a su saisir avec finesse ce qu’est une galaxie. Sylvia est une femme plus optimiste que moi, même si elle s’en défendrait peut-être. Mais n’avons-nous pas besoin d’espoir ? Cela va de soi. En tout cas, je crois bien vous avoir trouvé un cadeau de Noël ou du Nouvel An. Et ma photo personnelle me flatte. J’en ai assez dit, et même trop dit. En tout cas, c’est fait.

Ci-dessous, divers textes de Sylvia Tostain. Il y a une adresse sur le net :  http://www.messages-pour-un-monde-meilleur.fr/
____________________________________________

« Messages pour un Monde Meilleur » de Sylvia Tostain
50 acteurs pour la Planète réunis autour d’un même combat : laisser à nos enfants une Terre vivante.

« Messages pour un Monde Meilleur » est un ouvrage dans lequel la photographe Sylvia Tostain raconte l’histoire de notre planète malmenée, à travers les portraits de personnalités engagées dans des combats pour la protéger et laisser à nos enfants une Terre vivante…
Ce projet personnel, mené de manière originale et inédite sous la forme d’un recueil artistique où la photo côtoie l’écriture, est devenu un ouvrage collectif où chacun signe de sa plume un « Message pour un Monde Meilleur ».

Des personnalités remarquables

Ethnologues, agronomes, médecins, scientifiques, porte-paroles et représentants d’associations, militants, agriculteurs, éleveurs, apiculteurs, ou encore politiques, juristes, économistes ou philosophes…

Arnaud Apoteker, Claude Aubert, Youri Bandazhevsky, Émilie Barrucand, Sandrine Bélier, Dominique Belpomme, Jean-Pierre Berlan, Marie-Christine Blandin, Allain Bougrain Dubourg, Lydia & Claude Bourguignon, Jacques Boutault, José Bové, Jean-Michel Calut, André Cicolella, Henri Clément, Yves Cochet, Daniel Cohn-Bendit, Roland Desbordes, Philippe Desbrosses, Benjamin Dessus, Dany Dietmann, Marc Dufumier, Michel Fernex, Véronique Gallais,Emmanuelle Grundmann, Nicolas Hulot, Katia Kanas, Guy Kastler, Serge Latouche, Lylian Le Goff, Gilles Lemaire, Corinne Lepage, Fabrice Nicolino, Serge Orru, Jean-Marie Pelt, Claude-Noëlle Pickmann,Jean-Claude Pierre, Isabelle Poitou, Michel Prieur, Jean-patrick Razon, Michèle Rivasi, Marie-Monique Robin, François Sarano, Gilles-Éric Séralini, Wladimir Tchertkoff, Jacques Testart, Christian Vélot, François Veillerette, Patrick Viveret, Ghislain Zuccolo

Sylvia Tostain est partie à leur rencontre et les a photographiés … comme l’étaient les acteurs des années 50. « Messages pour un Monde Meilleur » est un projet créatif qui réunit deux univers photographiques : Sylvia Tostain présente ses portraits en noir & blanc sur les images de Frédéric Di Méglio, mondialement primé pour ses magnifiques photographies d’univers subaquatiques. Un choix guidé par une démarche tant artistique que symbolique, pour raconter l’histoire de la Terre, la planète bleue…

Ce projet est édité par l’association « Mouvement artistique pour un Monde meilleur», qui a pour but de développer des projets culturels autour de sujets ayant trait à l’environnement et au social.
L’ «Association La Nef», la «Fondation Nature Vivante», l’association «Générations Futures», «Stella Studio», et le «WWF France» y ont apporté leur soutien.

En savoir plus :

Extrait du livre en ligne : http://www.mamm.fr/flipbook2_mmm_extrait/flipbook2.htm
Dossier de presse : http://www.messages-pour-un-monde-meilleur.fr/medias/documents/Livre-MMM_Com-presse_4p-print.pdf

Le livre est vendu par internet sur le site de l’association, et dans les Biocoop (320 magasins en France).
Format : 24 cm x 32 cm, couleur, 144 pages;
imprimé sur papier PEFC avec des encres végétales

Association Mamm
www.mamm.fr

24 réflexions au sujet de « Un livre de photos (pour les fêtes ?) »

  1. sans denier l estime pour ces personnes, et nous, on est quoi, du vulgum pecus…qui ne sert qu a cirer les pompes , des pas grand chose..la demarche me semble trop elitiste, en voyant le prix…35 euros, non mais pas du tout populaire tout ca et si le mouvemeent ecolo est perdu c est aussi et surtout parce que le peuple ne suit pas et n a pas la culture idoine, il est vrai que le star system est partout, 35 euros, non mais, volez le comme disait choron, si au moins ces gens s entendaient pour creer un comite de vigilance ou de je ne sais quoi pour alerter ex reconduction des cruiser on n entend personne sonner l alarme, ou alors par ci par la..

  2. « Et ma photo personnelle me flatte. »
    C’est clair, y a du Bruce Willis… en plus jeune.
    Attention à celui qui tombait amoureux de son image… 🙂
    Bonnes fêtes à tous

  3. Tu parles d’un cadeau ! Tiens, au Nouvel An, avec Trente cinq euros – j’en profite pour rappeler aux gogols que le « pour un franc de plus » … est devenu « pour un euro de plus » … c’est à dire 6,559 fois plus cher – j’adhère à deux associations … y’a pas photo !

  4. Bonsoir,

    Merci Fabrice. Narcisse Fabrice, vous n’êtes beau a l’extérieur que parce que vous l’êtes a l’intérieur.

    Aie! Le Livre: Message pour un monde meilleur, trop onéreux.

    Mais le cadeau, c’est Tata Thérèse.
    Le cadeau, c’est vous.
    Le cadeau, ce sont tout ceux et celles qui laisse des commentaires.

    Merci a toutes et tous, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année, et la Paix dans vos coeurs.

    Bien a vous,

  5. Mariemelina et Stan,
    Vous commentez le prix d’un livre que vous n’avez pas feuilleté !
    C’est un « beau livre », avec des photos originales, une mise en page soignée.
    Et j’ajoute qu’il est édité par une association créée pour l’occasion. Ce livre représente trois ans de travail et d’acharnement pour son auteur.
    Feuilletez-le virtuellement sur le site http://www.mamm.fr ou pour de vrai au rayon librairie des Biocoop, où il est distribué.

  6. heureusement qu’il y a des gens qui pensent pour nous…
    et en plus ils sont photogéniques
    alors le monde peut continuer de s’écrouler

  7. C’est cher mais ça fait pas plus qu’une semaine de clopes pour un fumeur (moins pour certains). La vraie interrogation, c’est surtout à quoi bon ? Pour le même prix, on a un beau livre d’images sur la nature, ce qu’on devrait préférer quand c’est elle qu’on essaye de défendre. Ou bien un ou deux livres de réflexions, d’informations sur ces thèmes. Et puis même si c’est un projet original, bien mené, tout ce qu’on veut, ça apporte quoi ? Des mini biographies avec des photos (bien) façon stars, c’est quand même un peu ridicule sur le fond, ce qui n’empêche pas de dire que dans la forme c’est vraiment réussi. Mais c’est sûr acheter de la forme c’est « tendance » !

  8. Bon, j’ai été voir le livre . C’est un beau livre et je suis consciente du travail qu’il a nécessité . les images sont belles, les idées également . maintenant, c’est la loi de l’art qui s’expose : moi, je ne suis pas fana . Un livre sur ceux qui ont fait l’écologie qui réunit Katia Kanas et Daniel Cohn Bendhit mais qui oublie Pierre Rabhi …il y a également tant d’anonyme valeureux qui font l’écologie au jour le jour .Le merveilleux océan en toile de fond comme une tenture suggérée second empire chez Ingres . Et puis j’en ai un paquet de livres, à commencer par « pieds nus sur la terre sacrée  » . Mais ça n’engage que moi et l’expression artistique est nécessaire .

  9. Bien d’accord avec le message d’Eric.

    N’est-il pas un peu facile de démolir d’un commentaire mordant le travail incroyable qu’a réalisé Sylvia Tostain ?

    Savez-vous, Mariemelina et Stan, que cette jeune femme a mené son projet à bien malgré des obstacles innombrables ?

    Que son livre n’a absolument rien à voir avec une opération commerciale mais qu’elle y a mis toutes ses tripes et consacré des centaines d’heures de sa vie depuis 2009 pour qu’il puisse enfin être édité ?

    Que n’ayant pas trouvé d’éditeur assez courageux pour l’accompagner dans son rêve, elle a lancé une souscription auprès de ses amis et réseaux afin de récolter de quoi l’éditer toute seule ?

    Alors quand je lis dans ton post, Mariemelina que, comme le préconisait Choron, ce livre il faut le voler, permets-moi de te dire que s’il est un livre qu’il faut acheter, c’est bien celui-ci.

    C’est vrai, 35 euros ce n’est pas rien. Mais ne payons-nous pas tous les mois un abonnement internet à ce tarif-là sans trouver cela révoltant alors que dans bien des pays ce service est gratuit (ou presque) ?

    De plus, comme le précise Eric, c’est un superbe livre et la démarche de son auteur tout à fait authentique, n’en doutez pas. Sylvia est de tous les combats (OGM, nucléaire, pesticides) et depuis des années.

    Ne vous trompez pas d’adversaire, s’il vous plaît… Et soutenez-là plutôt que de la critiquer 😉

  10. Ce livre porte un espoir quoi qu’on en dise : on voit à quel point ce que défendent les personnes qui y sont exposées est JUSTE.
    Ca fait du bien de se sentir dans une constellation avec eux, même si on ne peut être d’accord avec tous.
    Pour moi, qui milite à la base, au quotidien depuis 25 ans, c’est rassurant, j’ai aussi besoin de ça de temps en temps. Après, acheter le livre ou, pas, c’est une autre histoire (évitons les hypocrisies du genre « c’est cher » : oui, le beau livre est cher, pas seulement celui-là !).
    Et puis, c’est vrai que notre Fabrice y est radieux !
    Au-delà de ce livre, il faudrait quans même que nous, les écologistes, on en vienne un jour à se demander pourquoi nous échouons à atteindre la masse critique.
    Pour moi, c’est assez évident : nos contemporains ne veulent pas changer de civilisation, de mythes et… de nombreux écologistes non plus (sans parler des gens de « gauche… »). Inutile d’en rajouter sur la droitre ou sa diabolique extrême pour contrebalancer… c’est pour moi évident : ils n’ont toujours été que de formidables repoussoirs… et pour cause ! Comme Fabrice, je suis plus que jamais héritier du mouvement ouvrier. Mais pas « de gauche » : écologiste avant tout. Ce que de nombreux écologistes ont oublié hélas !
    Ce qui manque à l’écologie, ce sont des fondements philosophiques solides et conséquents, des intellectuels digne de ce nom pour porter cela comme Marx portait le communisme. Ces derniers (intellectuels) n’existent pas nulle part ! Voilà le mal de notre époque et ce qui fait que nous stagnons depuis des décennies.
    A la place, il n’y a que des intellectuels conformistes et collaborateurs du système (à droite, à gauche, chez les écolos souvent…)ou des gens forts génreux et attachants mais… trop sectorisés et ne portant pas la globalité de ce que doit être notre changement de civilisation, puisque ce n’est plus que de cela qu’il s’agit pour moi. Au diable les alternances dont 2012 va encore nous faire souffrir pour quelques années de plus.
    Pendant ce temps, Durban, Fukushima, le climat, la VIème extinction de la biodiversité, la démographie qui plombe la nature et le sauvage…

  11. Mode « humour noir » ON :

    C’est sûr qu’André GORZ, à l’heure qu’il est, doit pas êt’ ben photogénique ….

  12. Mode « modération » ON :

    Trente cinq euros, c’est cher ou c’est pas cher ?

    Trente cinq euros, c’est pas rien, dit l’un. Evitons les hypocrisies, dit l’autre …

    Euh … Soyons clairs : il y a en a des pour qui 35 euros, c’est pas grand chose de leur budget, et qui les mettront sans hésiter dans « le magnifique travail de Sylvia Tostain ».
    J’aimerais qu’ils aient gagné l’argent pour acheter le livre de façon écologique, mais une petite voix en moi me dit « rêve pas blaireau ».

    Il y en a d’autres qui disposent des 35 euros, mais qui jonglent avec le nécessaire et le superflu. C’est ce que stan exprime : mes 35 euros, je les mets où ? seront bien mieux à l’ASPAS (asso indépendante) et au CSL (asso subventionnée). Surtout qu’avec les plans d’austérité, faut pas rêver les gars, les subventions des asso, c’est peau de chagrin et compagnie.

    Et puis … et puis, ya les autres, qu’ont pas le droit au livre, même s’il est protégé, même qu’on écoute même pas, c’que leurs pauv’ yeux racontent …. Bavez pas sur les images, madame, ou on appelle les vigiles. J’exagère ? A peine ….

    Après, c’est affaire de goût. Yen a même qui aiment pas les livres …. (arf)

    Sur un autre billet, Fabrice parlait d’autres livres et perso je préfère les aquarelles de zoizo aux photos d’humains, même de Fabrice, pas honte de le dire. Et mon budget sacré ira à d’autres préférences. Le SMIC à 1700 euros, mais vous n’y pensez pas, madame blaireau, vous feriez vivre les libraires, ces parasites.

    Je n’ai pas le courage ce soir d’aborder l’autre débat, aussi intéressant, mais bien plus difficile, que véro et Mouchkine abordent. Mais je suis tout d’accord avec eux.

  13. 0 Eric Dessin, Sancho et P.P juste un mot de plus : la critique est nécessaire à l’art .En fait , elle le fait vivre et dans ce cadre, le pire est l’indifférence . Nous auriez vous parlé de Sylvia s’il n’y avait eu les critiques ? Faciles ? Méchantes ? Ne méprisez pas le regard du public, il lui est nécessaire sur tellement de points .Par ailleurs, qu’est ce que l’art engagé ? Encore de l’art ou l’expression de dogmes intouchables ? Pour moi écologie est synonyme de nouveauté, invention, liberté(et je ne me reconnais pas dans l’officielle) , peut-être encore plus dans l’art et sa critique . et en matière d’art, j’aime ce qui dérange, ce qui remue , ou tout simplement le mouvement, c’est comme ça .

  14. The Ecologist

    They sought it here and sought it there
    They sought the creature everywhere
    Up mountains climbed, through jungles fought
    By plane and car and juggernaut

    They even overturned a stone
    And found a beasty quite unknown
    They picked it up and put it down
    And pulled its legs and hit its crown

    Inserted chips to check its path
    And took some blood (just for a laugh)
    Then at a loss without a norm
    They labelled it the Protoform

    God watched all this with growing rage
    Please stop, He said, and act your age
    Ecologists are what you seek?
    The real McCoy? No other freak?

    I’ll tell you what you have to do.
    Go down the shops and join the queue

  15. Ok, va pour paysage avant la tempête. Je peux donc aussi me dégonfler, ne plus jouer la lune et redevenir une carpe 🙂

  16. S’il m’est possible de donner ici mon avis en deux mots sur ce livre :
    Réaction épidermique.

    Je m’explique et cela n’engage que moi.En 2010, Coline Séreau nous proposait un très bon film, « Solutions locales pour un désordre global ». En quelque sorte, des messages pour un monde meilleur, de la part de ceux qui ont les mains dans la terre. Réussi, je pense. Message envoyé au bon moment et donc reçu par un nombre important de personnes.

    Mais depuis 2010, que c’est-il passé à vitesse vertigineuse? Toujours plus de destructions de la nature, d’espèces éteintes, et dans le monde des hommes, des destructions sociales, une terrible pression de la masse sur l’individu avec le franchissement de la barre des 7 milliards d’humains et en réaction de survie, des égos de plus en plus démesurés, ainsi qu’une nette contagion du populisme. Tout le monde essaie d’être encore quelqu’un. La condition humaine, quoi!

    Aujourd’hui, fin 2011, un livre de portait de la galaxie écologiste. Je le ressens un peu comme une France verte d’en haut sur fond d’univers subaquatique au titre-espoir « Messages pour un Monde meilleur ».
    Seulement voilà, immédiatement, je pense à l’état réel de l’univers subaquatique…
    Il me semble que pour les petits poissons dans la masse et la nasse, privés d’univers subaquatique, qui cherchent chaque jour un peu d’oxygène pour vivre, rester debout et continuer de se battre pour un Monde tout court,ce regroupement de représentants de la galaxie écolo ne passe pas, ou plus. C’est pour, moi, complètement décalé et cela ne donne pas envie de recevoir les messages. Je changerai peut-être d’avis un jour, qui sait. Mais pour l’instant, réaction épidermique. Ce qui en soi n’a aucune importance.

    Mais bien sur, ce livre sera forcement un message pour d’autres poissons car c’est un beau travail, qui vient certainement des tripes et on lui souhaite d’être reçu, car ce sont de bons messages, évidement. On préfère ça à tout un tas d’autres messages!!
    Néanmoins, si ce livre ne marche pas, une explication se trouve peut-être ici. Il faudra alors, que Sylvia Tostain et tout les protagonistes de l’histoire fassent comme nous autres, qu’ils remettent sans cesse leur ouvrage sur la table.

    Mon cher compagnon m’a offert le merveilleux « dictionnaire de la nature en Bretagne » et je dois le dire, je trouve que ce livre véhicule vraiment des messages pour un monde meilleur. Il est sublime, sublime…

    Allez, Joyeux Noël quand-même!!!

  17. Hé bien moi, j’ai refusé (malgré l’insistance de la charmante Sylvia) de figurer dans ce livre, pour la simple raison que je ne voulais pas y cotoyer certains individus, en particulier… Hulot !
    C’était bien avant que l’animateur télé ne se lance en politique et ne participe de façon éphémère à la présidentielle 2012 (du moins à la primaire verte 2011).
    Je note aussi dans ce livre la présence de l’infâme Orru, mais aussi beaucoup de gens très biens que je salue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *