L’Inde est en guerre contre l’homme (ne fuyez pas !)

J’aimerais croire au naxalisme. Oh oui ! Mais il va de soi que je déteste définitivement ces oripeaux maoïstes jetés sur une guerre de classe inimaginable pour nous, les petits-bourgeois du monde. Le mieux est de vous expliquer. Cette affaire commence le 3 mars 1967, il y a donc bientôt 43 ans. Nous sommes dans un village au nord du Bengale occidental, près de la frontière avec le Népal. Cet État a pour capitale Calcutta, qu’il faut désormais appeler Kolkata. Et le village a pour nom, lui, Naxalbari.

Ce 3 mars, 150 militants d’un des partis communistes de l’Inde, en l’occurrence ceux du  Communist Party of India (Marxist), ou Parti communiste d’Inde (marxiste) – faut suivre, excusez – s’attaquent à des greniers à riz et à leurs propriétaires. Ils se font vite exclure de leur parti, qui est parlementaire, et pour tout dire installé dans le système. Ceux de Naxalbari, qu’on nommera les Naxalites, créent dès le 1er mai suivant le Communist Party of India (Marxist Leninist) ou Parti communiste d’Inde (Marxiste-Léniniste). Je vous l’avais dit, il faut suivre. Ce nouveau parti est furieusement maoïste, illégaliste, militaire.

Commence une gigantesque bataille de l’ombre dont l’Occident n’a jamais rien su. Un affrontement terrible, qui n’est pas sans rappeler ces fameux « événements d’Algérie » que les pouvoirs de droite et de gauche, en France,  refusèrent toujours d’appeler une guerre. Une guerre, donc, utilisant la violence étatique « légitime » contre des guerilleros et des villageois perdus dans l’immensité rurale indienne. Car l’Inde, que vous ne connaissez peut-être pas, ce n’est pas Kolkata et Mumbai, autrement dit Bombay. L’Inde, c’est un trou du cul géant du monde que jamais personne ne vient visiter. Au bout de chemins défoncés, loin de tout dispensaire, sans école, sans eau potable, sans électricité. Personne. Sauf les Naxalites.

Les militaires indiens ont été formés à la guerre contre-insurrectionnelle par les Britanniques, qui l’avaient apprise sur le terrain, à leurs dépens, pendant la période coloniale, surtout dans la première moitié du XXème siècle. Cela signifie de la casse, beaucoup de casse et de tortures, des rapts, des viols, des meurtres. Cela va de soi. Autre élément très frappant : l’éparpillement délirant, pendant des décennies, du mouvement naxalite, séparé en une bonne vingtaine de factions s’opposant sur la syntaxe de certaines phrases ou le nom de la cousine du voisin. Je peux me tromper et j’avoue n’avoir fait aucune enquête sur le sujet. Mais une telle sottise sent l’action de services spécialisés, hautement spécialisés dans l’infiltration, le retournement et l’affaiblissement subséquent d’une opposition jugée redoutable.

Car les Naxalites sont redoutables. Cons et maoïstes, mais redoutables. Depuis dix ans, ils n’ont cessé d’unifier ce qui pouvait l’être,  forgeant une petite armée de 20 000 hommes peut-être, qui opère dans 200 des 800 districts ruraux de l’Inde, ce qui est gigantesque. Ils ne font pas de cadeaux aux flics, aux agents de l’État, aux agioteurs, ce qui veut dire en clair qu’ils flinguent. J’expliquerai plus loin pourquoi je les comprends sans qu’on me fasse un dessin. Oui diable, je comprends aisément cette violence armée.

En septembre dernier, le Premier ministre indien Manmohan Singh a déclaré que l’extrémisme de gauche – on utilise l’euphémisme left wing extremism pour désigner les Naxalites – est « peut-être la plus grave menace interne à laquelle l’Inde doit faire face », ajoutant que le « niveau de violence dans les États affectés continue à croître ». Tu parles, Manmohan ! 65 000 hommes des troupes spéciales sont sur le pied de guerre, appuyées par des milices armées recrutées dans les villages, qui y font régner leur loi abjecte. L’un de ces groupes, appelé Salwa Judum, contrôle de fait le Chhattisgarh, un État créé en 2000, et les organisations locales de défense des droits de l’homme ne cessent de décrire ses exactions. Comme dans tant d’autres conflits du même genre, ces supplétifs sont à peu près hors de contrôle. Ce qui veut dire qu’ils servent si bien le pouvoir central qu’ils ont toute liberté sur place.

Où va-t-on ? Vers le pire. Qui va gagner ? Sur le papier, les Naxalites n’ont pas une chance de vaincre un tel molosse. Dans la réalité, qui sait ? La plupart des révoltés « sont des tribaux et des dalits [les hors-castes, appelés aussi intouchables] qui luttent pour leur survie et leurs droits fondamentaux. La chercheuse et militante Bela Bhatia a rencontré dans l’Etat du Bihar un ouvrier enrôlé chez les naxalites. “Vous pouvez m’appeler naxalite ou tout ce que vous voudrez, lui a-t-il dit. J’ai pris les armes pour avoir mes 3 kilos de maïs.” Toute la question est de savoir si l’Etat indien doit déclarer la guerre aux plus démunis. “Avons-nous créé un système si atroce que la mort devient plus attrayante que les privations et les humiliations que produit ce système ? Si tel est le cas, pourquoi devrions-nous défendre un tel système ?” se demande Himanshu Kumar, seul militant des droits de l’homme présent dans le lointain district de Dantewada, au Chhattisgarh (ici, la suite) ».

On l’aura compris, les insurgés s’appuient sur deux catégories d’Indiens de seconde zone : les dalits ou intouchables, et les tribus autochtones.  Ces dernières, venues pour l’essentiel d’Asie centrale par les passages du nord-ouest de l’Inde il y a des milliers d’années, compteraient au total plus de 80 millions de personnes, confinées dans les montagnes, les jungles, les déserts du sous-continent. Le « développement » capitaliste venu des villes et du monde s’attaque à leurs fleuves et rivières, à leurs forêts sacrées, à leurs terres ancestrales. Aux écosystèmes sans lesquels ils seraient morts. En échange, le système marchand qui s’étend en Inde au moins aussi vite qu’en Chine, leur offre une clochardisation de première classe.

Si je comprends si bien les Naxalites, c’est sans doute parce qu’il m’a été donné le privilège – oui, privilège – de connaître et sentir de près l’humiliation et la domination. Bien entendu, le maoïsme est un totalitarisme qui ne produirait, dans l’hypothèse d’une victoire de la guerilla, que du totalitarisme. Et donc, non. Mais je lisais tout à l’heure un article démentiel, je pense que l’adjectif convient, sur l’Inde officielle (ici). On y apprend que dans ce pays de 1 milliard et cent cinquante millions d’habitants, les 100 plus riches possèdent 276 milliards de dollars, soit le quart (25%) du PIB annuel de l’Inde. Le pays comptait 52 milliardaires en dollars en 2008. Alors, et je sais que je me répète, mais oui, je comprends de toute mon âme les Naxalites.

Aucun rapport avec les bords de Seine ? Si. J’ai ici même attaqué durement l’un de nos écologistes officiels, Pierre Radanne (lire), qui vantait les mérites de l’industriel Tata, concepteur d’une immonde bagnole à moins de 2000 euros, la Nano. Oui, il y a les écologistes de salon. Et puis les autres. Assurément. La Nano sera un désastre écologique global pour l’Inde, comme l’a d’ailleurs dit le directeur du Giec Rajendra Pachauri, ajoutant que cette voiture lui donnait des cauchemars (ici et).Tata et son groupe industriel sont évidemment au centre même de la guerre sociale entre Naxalites et destruction du monde.

Et moi là-dedans, qui ne suis qu’un neutron perdu sous un bombardement atomique ? Ce que j’écris n’aura pas la moindre importance. Mais une force que je ne maîtrise pas m’oblige pourtant à le faire. Je ne saurais soutenir un mouvement totalitaire. Mais je ne puis davantage oublier qui je suis, d’où je viens et ce que j’ai vu. Permettez-moi donc de vous dire que je suis pour la défense inconditionnelle des peuples paysans et autochtones de l’Inde. Et contre le processus criminel autant qu’absurde que les bureaucraties et les entreprises de ce pays tentent d’imposer à une civilisation magnifique. Comme si souvent, il n’existe aucun bon choix. Mais le pire serait encore de ne pas écrire que l’Inde officielle des bureaux climatisés est lancée dans un combat mortel contre l’idée même d’humanité. Car tel est bien le cas.

5 réflexions au sujet de « L’Inde est en guerre contre l’homme (ne fuyez pas !) »

  1. Dans le dernier n° de Politis, lu ceci :

    « Nous devons travailler de 9 heures du matin à 1 h du matin. Nous ne pouvons pas choisir de travailler uniquement la journée ou la nuit. C’est un travail d’une journée complète. Chaque mois, nous devons effectuer trente jours de travail comme celui-ci », affirme une travailleuse chez un fournisseur de Carrefour en Inde (…)

    Combien d’humanités au total ?

  2. a lire, l’indienne Arundhati Roy, notamment a propos du vol du langage (the theft of language) opere par le pouvoir « democratique » en place et qui designe par anti-nationaliste, anti-indien, anti-progres, anti-development, voire terroriste, tte personne ou groupe de personnes en Inde marginalisee par le rouleau compresseur actuellement en place, cad tte personne humaine qui se bat simplement pour manger a sa faim, ou pour ne pas etre delocalise par un barrage, une usine, une route…le lien:
    http://www.thenation.com/doc/20091012/roy

  3. L’Inde : « la plus grande démocratie du monde », « le patrie de Gandhi et la non violence », des slogans, l’Inde est le pays le plus violent que je connaisse au monde, la démocratie et le système de castes ne vont pas très bien ensemble. Enfin un article qui montre un aspect du pays que l’Inde aimerait bien dissimuler.
    Pour celles et ceux qui peuvent lire l’anglais je vous recommande l’article de Arundhati Roy paru dans le magazine OUTLOOK le 9 Novembre 2009, il est d’autant plus intéréssant qu’il ait suivi des réactions des lecteurs.
    http://www.outlookindia.com/article.aspx?262519
    Encore merci pour votre article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *