L’éternel comique agricole (avec le concours de monsieur Henri Nallet)

 Si les enjeux n’étaient notre avenir à tous, je dois avouer que je rigolerais comme un bossu. Pour être franc, je me gondole quand même, et tant pis. Aujourd’hui se tient au Futuroscope de Poitiers le 63 ème congrès de la FNSEA, le syndicat agricole dominant. Le lieu est excellent, car ce parc de loisirs, créé en 1986, n’aura survécu que grâce à de continuelles injections d’argent public. René Monory, ancien président du Sénat et potentat local, avait d’ailleurs obtenu une gare TGV en 2 000, de manière à doper la fréquentation.

Laquelle lambinait un peu : il aura fallu sept années de pertes payées par l’impôt avant que la situation se reprenne un peu, après 2006. Entre la première pierre, posée en 1984, et 2005, le Futuroscope aura englouti 240 millions d’euros d’argent public. Brillant, isn’t it ? C’est en tout cas dans ce lieu édénique que la FNSEA réunit un congrès que tout le monde présente comme explosif. Et, tiens, il y sera justement question de subventions. Qui touchera quoi ? Le reste n’est que littérature de gare.

Je résume. Il n’y a plus assez de sous à donner à tout le monde. Il faut choisir. Michel Barnier, ministre de l’Agriculture, veut redistribuer 20 % des aides agricoles à partir de 2010. En les enlevant aux céréaliers pour les donner aux éleveurs et à la filière bio. Les céréaliers - leur sens de l’humour est merveilleux - fabriquent des pancartes sur lesquelles on lit : « Barnier fumier ! », et affirment qu’ils perdront dans l’affaire entre 30 et 50 % de leur revenu. Au passage, que le chiffre soit exact ou pas, constatons une nouvelle fois de quelle manière sont payés les paysans en France. Sous la forme de chèques. Certifiés par l’État.

Je vais vous dire trois petites choses que vous risquez de ne pas lire ailleurs. Que se cache-t-il derrière ce « grand choc » entre éleveurs et céréaliers ? Une farce légèrement macabre. Car le plus grand débouché des céréales, en France, et de très loin, est l’alimentation animale. Vous pensez peut-être que les céréaliers, comme leurs agences de com’ le clament depuis des décennies, nourrissent le monde ? Ben non. Ils nourrissent les porcs industriels, les vaches et veaux génétiquement sélectionnés, les poulets concentrationnaires.

Les chiffres sortent rarement dans leur extrême clarté, et je vous conseille donc le survol d’un texte on ne peut plus officiel, le rapport Dormont (ici). En France, 70 % de la Surface agricole utile (SAU) est destinée à la nourriture du bétail. Je sais, c’est incroyable. Mais si on additionne les Surfaces toujours en herbe (STH), vouées au pâturage et celles  des céréales pour les animaux, on arrive bel et bien à 70 % des surfaces agricoles.

Si l’on y ajoute les surfaces vouées aux biocarburants, il faut se pincer pour continuer à croire à la beauté du monde. Car l’objectif de l’Europe, à l’horizon 2020, est toujours de remplacer 10 % des combustibles fossiles actuels par des carburants végétaux, lesquels ne poussent pas dans les cours de HLM. Une estimation prudente juge que la France, en ce cas, devra y consacrer 2,7 millions d’hectares, soit 18,5 % de ses terres cultivables (à ne pas confondre avec la SAU). À moins qu’on n’importe massivement d’Indonésie ou du Cameroun, via Vincent Bolloré, grand ami de Sarkozy et grand planteur de palmiers à huile ?

Pourquoi se faire mal à ce point ? Pourquoi vous infliger pareil traitement ? Parce que je ne peux pas faire autrement. L’agriculture française n’est pas seulement moribonde. Elle est folle, détestable, immorale, et ne pourra jamais être réformée en profondeur. Car les élites de gauche comme de droite sont d’accord sur le fond. Le saviez-vous ? Le grand « modernisateur » de l’agriculture n’est autre qu’Edgard Pisani, ministre de De Gaulle en 1965. Cette même année, en visite sur le terrain, il avait déclaré : « La Bretagne doit devenir l’usine à viande de la France ». Ne l’est-elle pas, pour la gloire éternelle des nitrates et des pesticides ? Et je ne vous parle pas de ce pauvre Henri Nallet, adhérent de la FNSEA dès les années 60 et chargé de mission du noble syndicat entre 1966 à 1970. Comme Pisani, devenu socialiste, Nallet est un homme de gauche. Après 1981, il est conseiller de Mitterrand pour les questions agricoles. En 1985, il sera ministre de l’Agriculture une première fois. En 1988, après la première cohabitation, il devient ministre de l’Agriculture une seconde fois.

Et ? Cet excellent homme n’a pas tout perdu en passant par la FNSEA. Le lobby, ma foi, il connaît. En 2 000, Jacques Servier, patron réputé d’extrême-droite des laboratoires pharmaceutiques Servier, le recrute comme homme-sandwich. Nallet accepte de s’y occuper de lobbying, notamment pour favoriser les Autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments. C’est bien, d’utiliser le carnet d’adresses de la République pour un tel ouvrage, non ? C’est bien, de doubler, tripler ou sextupler ses retraites de député et de ministre, non ?

Mais ce n’est pas tout. Servier est un vrai dur, et quand Nallet se met à son service, il le sait, car tout a déjà été écrit (ici). Voici le début de l’article proposé, qui vient du Nouvel Observateur (25 mars 1999) : « Trois colonels de l’armée de terre, deux colonels de la DGSE, trois agents de la DST, un officier du bureau de renseignements de la marine, un général commandant le bureau de renseignements de l’armée de l’air, deux amiraux, trois capitaines de vaisseau, deux colonels et un lieutenant-colonel de l’armée de l’air, un colonel de gendarmerie, un contrôleur général de la police et enfin un simple garde républicain et l’épouse d’un amiral italien. Voilà une troupe bien singulière. Sa mission l’est encore plus. Tous ces retraités font du recrutement. Ils travaillent pour le numéro trois de la pharmacie en France, les laboratoires Servier, une réussite entrepreneuriale souvent citée en exemple, l’œuvre d’une figure du patronat, le docteur Jacques Servier. En langage maison, on appelle ces galonnés des ADG, “attachés de direction générale”, et leur travail, “des analyses de candidature”. En langage policier, on appellerait ça une enquête de proximité. Environnement familial, personnalité, moralité, fréquentations, les candidatures sont passées au crible. Une attention toute particulière est portée aux opinions syndicales et politiques ».

Voilà, ami lecteur. Me suis-je éloigné sans m’en rendre compte de mon sujet de départ ? Je ne le crois pas. Mais tu me diras sans détour ce que tu en penses. N’est-ce pas ?

Déja 11 commentaires

  1. chanee19 le 31 mars 2009

    Non, Fabrice, tu ne t’éloignes pas de ton sujet de départ, puisque les sujets abordés sont étroitement liés, puisque l’Etat a la mainmise sur l’industrie pharmaco-chimico-agro-alimentaire…
    Si l’humain consommait directement les protéines végétales, on pourrait nourrir 7 à 10 fois plus de personnes. Non, au lieu de celà, on préfère laisser la famine gagner du terrain un peu plus chaque jour… Un vrai désastre basé sur le mensonge et amplifié par les règles iniques du capitalisme.

    Concernant la “discrimination à l’embauche” évoquée dans le papier de J.J. Chiquelin, la loi, les lois en général, ne s’appliquent-elles pas uniquement aux citoyens lambda ? Tu ne vas pas me dire que nos “élites” sont logées à la même enseigne que nous ??! Si ? Les pauvres ! Et leurs libertés d’action occultes, alors ? Zut, c’est pas de chance !

  2. ourse le 31 mars 2009

    les sujets sont lies en France la collusion etat et chimico-pharmaco-agricolo -chasseurs- syndicalo- mafiosi,etc,sombres melodrames que vous rendez tres bien et le ministre,qui vient de donner du fric encore et encore a nos cérealiers qui tuent tout ce qui respire,voila la tristesse,et la colére contre ce massacre en direct et cet etat qui continue a aider les filieres dont personne ne veux plus,et qui avec le changement radicale de société qui s’opere,local,local,pas chimique,alors les campagnes vont se reveiller,avec la faim et la survie!Et cess types, sans aides: ils existent plus,la filiére élevage idem.
    merci pour cet article excellent .

  3. cyril le 31 mars 2009

    Plus besoin de commentaires……….Si ce n’est mes yeux toujours un peu plus sidérés chaque jour à vous lire…..Et puis mon plus profond respect pour le travail d’investigation que vous réalisez.

  4. jean-yves le 31 mars 2009

    Nallet c’est aussi l’époque du scandale de la vache folle.
    Les farines contaminées arrivaient au port de St Malo.
    Je me répète mais nous utilisons sept fois notre surface agricole utile pour nourrir les élevages industriels.(dont une majorité transgénique).
    Affamer les gens là-bas ce sont des pollutions et risques sanitaires chez nous car les sols ne peuvent digérer ces excédents de nitrates, métaux lourds résidus médicamenteux.
    Consommer ces animaux c’est participer à la déforestation.
    Quand je vois passez les trains d’aliments du bétail je me dis que c’est la forêt d’Amazonie que passe.
    Ces élevages concentrationnaires induisent une sur consommation médicamenteuse que l’on retrouve dans tous les milieux, mais aussi des résistances aux antibiotiques.
    Des virus émergents comme le h5n1 se propagent; pas par les oiseaux migrateurs comme on essaye de nous le faire croire, mais par les voies de commications, routes aéroports.
    Le circonvirus de la MAP qui infecte gravement les élevages de porcs représente un risque majeur de la mutation du H5N1 pour devenir pathogène pour l’homme.
    Les groupements porcin en sont arrivé à faire naître leurs reproducteurs par césarienne pour éviter tous agent pathogène.
    Les bâtiments sont sous air filtré ainsi que les silos.
    Même les camions pour acheminer les animaux dans les élevages sont sous air filtré.
    Allez voir sur le site de Nucléus ou génétique porcine.

  5. Chaperon Rouge le 31 mars 2009

    Chanee : je dirais plutôt que l’Etat est à la botte de l’industrie pharmaco-chimico-agro-alimentaire… (tout ce qui pue et qui empoisonne). Mais, bon, je peux me tromper. Sinon, ouep, pareil que Cyril.

  6. chanee19 le 1 avril 2009

    Chaperon Rouge : que l’Etat soit à la botte de ces criminels ou qu’ils soient tous de connivence, les conséquences, on les connait !

  7. depuis Joel le 1 avril 2009

    en fait je me demande si toute cette ecriture n’est pas le vomi d’une situation indigeste et mamlsaine, pour autant quelle est la conclusion : “tous pourris ! ” comme le dit Le Pen ?? dans quels buts

    donc je ne comprend pas le sens de l’ecriture présenté dans ce blog

  8. fabrice le 1 avril 2009

    Joel,

    En effet, il est visible que vous ne comprenez pas.

    Fabrice Nicolino

  9. Chaperon Rouge le 1 avril 2009

    Je voyais tout de même une petite nuance : on peut toujours changer de gouvernement, ceux qui mènent la barque, plus ou moins dans l’ombre, restent les mêmes.

  10. chanee19 le 2 avril 2009

    Oui, Chaperon Rouge, on peut toujours rêver..
    mais l’accession à la gourvernance n’a que 2 motivations : le pouvoir et l’argent.

  11. Kès le 3 avril 2009

    Nallet était aussi Garde des Sceaux quand il fallut étouffer l’affaire (du double meurtre) Urba Gracco.
    Et comme il mentait mal !