Baudouin de Menten est mort

Baudouin de Menten vient de mourir, dans des conditions que je crois connaître, mais ne peux confirmer. J’étais fort loin d’être intime, mais je peux dire que nous nous appréciions. Il menait un combat souvent génial pour le vivant – notamment les ours – et contre la totale idiotie de certains de ses plus vifs ennemis. Il avait créé et animé l’admirable site La Buvette des Alpages, qui était un régal pour tous ses lecteurs.

Je suis triste, réellement triste, et je pense en serrant les dents à sa veuve et à sa famille. Merde. Je commence à ne plus supporter du tout la mort.

48 réflexions au sujet de « Baudouin de Menten est mort »

  1. C’est un choc.
    Il a rejoint cette nature équilibrée et rêvée qu’il défendait si bien.
    Tous les amoureux de la faune sauvage et d’une ruralité tolérante sont tristes.

  2. Oui Fabrice, merde, et merde et remerde ! Encore un choc, un de plus !
    Et une grande tristesse car, sans le connaître personnellement, la lecture régulière de la Buvette des Alpages faisait vite comprendre que Beaudouin de Menten était quelqu´un de bien. Quelqu´un de très bien.
    Moi aussi, je pense aux siens. Et à ceux qu´il défendait avec tant de passion, et avec tant d´humour.

  3. Putain. Merde. Quel coup sur la tête en ouvrant planète sans visa. Les boules. C’est pas juste. C’est toujours « pas juste ».
    La Buvette était au ralenti depuis qu’il avait entamé ses travaux pour faire des chambres d’hôtes, il y a un an et demi.
    Son remarquable site m’a beaucoup beaucoup appris sur cette scène pyrénéenne, et aussi alpine, théâtre bien trop souvent tragique pour nos grands prédateurs. Scène peuplée de nos héros, et de bien trop nombreuses raclures, dont il était une des plumes les plus acérées pour leur régler leur compte.
    Je n’ai jamais eu l’occasion de le rencontrer. Suite aux commentaires que j’écrivais par-ci par-là, il m’avait très obligeamment proposé d’écrire les quelques bafouilles que j’ai publiées sur la Buvette. Il avait aussi ouvert ses pages à P.P. (salut P.P.) qui intervient souvent ici-même. J’espérais discuter enfin avec lui de vive voix un jour, et entendre un accent belge des Ardennes, à l’occasion d’une rencontre du côté d’Arbas ou autre…

    Baudouin, il est heureux que tu ais pu le voir, ton ours, in situ dans les Pyrénées, il y a quelques années. Nos ours et nos loups sont désormais orphelins d’un de leurs défenseurs les plus virulents.
    Une pensée pour ta famille.
    Cette journée est triste pour les défenseurs des grands prédateurs en France.

    Salut Baudouin, on te tire notre chapeau, puissions-nous te retrouver un jour, au paradis des ours et des loups…

  4. Quelle tristesse d’apprendre sa disparition brutale, il va nous manquer et surtout avec sa plume qui dérangeait beaucoup en remettant les choses à leur place.
    Toutes mes condoléances à sa famille.
    jp

  5. Une bien triste nouvelle. Avec lui disparaît un défenseur acharné de la nature en général et des grands prédateurs en particulier, dont l’ours. Il va beaucoup nous, et surtout leur manquer.

    Toutes mes condoléances à sa famille.

  6. Beaudoin, tu nous quittes au moment ou nous aurions besoin de toi. Nous ne sommes pas loin de voir arriver quelques dames ourses entre Bigorre et Bearn.Je sais que la haut tu feras ton maximun pour nos montagnes et nos grans predateurs sans qui elle n ont aucune ame. Je garderai un souvenir memorable de nos rencontres.
    C esT rien et surement debile mais j aimerai qu on donne ton nom a un nos plus beaux ours …

    J en profite pour saluer PP ..donne moi de tes nouvelles..
    fidi65ours@yahoo.fr.

  7. Nous habitons le même village et j’aimais parler loup avec Baudoin. Un grand monsieur, protecteur des grands prédateurs est parti fouler la lisière de la forêt. Bon voyage l’ami et courage a la famille et aux proches.

  8. Nous sommes tous pleins d’une pesante et gluante tristesse depuis que nous avons appris cette terrible nouvelle, si brutale …
    Baudouin était vraiment un chic type. Il laisse une merveilleux souvenir à tous ceux qui l’ont cotoyé, rencontré. On ne l’oubliera pas, vraiment pas. Impossible.
    Je reviendrai évidemment sur ce que j’ai connu de lui, sur ce qu’il nous a apporté. Il l’a toujours fait avec beaucoup de … professionnalisme, on peut le dire, mais aussi, toujours avec beaucoup de rires, d’humour et… quel bon vivant il était !
    Qu’est-ce qu’on a pu se marrer avec lui, notamment sur la connerie crasse de certains anti-ours… il savait les imiter avec beaucoup de talent.
    Je suis trop triste depuis quelques jours pour en dire davantage mais je le ferai. Pour sa mémoire, oui. Nous devons honorer sa mémoire et cela aura forcément un lien avec l’ours et les Pyrénées.
    Bien entendu, j’en suis malade, comme nous tous, notamment pour ceux qu’il laisse. On va faire tout ce que l’on peut pour leur témoigner notre soutien mais ils se sentent perdus et leur douleur est immense. Immense.
    Courage à tous, ce n’est pas le moment de faiblir : gardons de Baudouin de Menten, Romuald de la Buvette, le meilleur de ce qu’il nous a laissé, il le mérite amplement.

  9. Une homélie qui n’a rien a envier au discours djihadiste par Fabrice Nicolinos à propos du loup : « Cette grande bataille est belle, somptueuse même, et grandira tous ceux qui y participeront du bon côté de la barricade. Car il y a barricade. »
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2016/01/loup-la-manif-dont-les-tetes-de-listes_12.html
    Chez Boudoin c’était cent fois pire, haine incitation à la haine, stigmatisation des population rurales, diffamations….
    Paix a son âme.
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/10/la-haine-comme-seul-guide.html

    1. Pauvre monsieur Ouragan,

      Vous vous vautrez dans l’anonymat, et n’êtes pas même capable d’assumer vos insupportables paroles au moment de la mort. Je passe votre terrible mot, car nous sommes quelques-uns à savoir contre quoi nous nous battons.

      Fabrice Nicolino

      1. Il y en a un qui avait une haine féroce contre Baudouin, sans doute celui qui n’ose pas se nommer et qui a d’ailleurs été condamné…On reconnait son style haineux, cela lui ressemble tout à fait et si ce n’est pas lui, ce doit être un de ses proches!

        1. J’ai appris par ma mère, il y a environ 1 mois le départ de Beaudouin. Nous nous étions rencontré lors d’un week-end « scoutisme » organisé par la l’unité de Faimes près de sa demeure familiale. Ados, nous étions devenus rapidement amis. j’admirais chez lui sa vivacité d’esprit, son enthousiasme et son énergie. Je pense que lui admirais mon empathie naturelle et une force physique (à l’époque au dessus de la moyenne). Ainsi, parfois, il me lançait de petits défis 🙂 . Nous partagions nos secrets, nos sentiments sur nos amies et nos premières amours.

          De manière simple, je dirais que j’ai du mal à imaginer son départ, lui qui vibrait avec tant de dynamisme et d’enthousiasme. Je comprends qu’il se soit positionné en tant que défenseur de la nature.

          Mes pensées sont orientées vers ses proches….

    2. Pauvre type, aveuglé par ses obsessions, il ose même vomir son fiel dans ce contexte. Ecoeurant, comme toujours…
      Tu fais profondément honte au genre humain et ton comportement est fidèle à celui des la plupart des anti-prédateurs extrémistes et autres « ultrapastoraux » que compte ce pays. J’ ai honte pour toi. Toujours la même absence de dignité : jamais l’un d’entre nous n’aurait osé vomir sa merde sur la tombe d’un des vôtres.
      Ne t’inquiètes pas, nous ne plierons jamais et tu sais quoi ? Le peuple est avec nous … et pas qu’un peu !
      Merci à Fabrice, c’est honorer Baudouin que de contribuer, comme il l’a toujours fait, à démasquer la saleté de tels mecs.

    3. Après tout, quand on vient la ramener avec balourdise en de telles circonstances, il n’y a pas de masque qui tienne, monsieur Pierre Broin, éleveur de chevaux…

      1. Patrick L,

        On me donne la même identité. Si c’est vrai, eh bien que ce monsieur ait pour une fois du courage. Pour en revenir au texte dégueulasse d’Ouragan, je note qu’il me traite de djihadiste. D’un côté, c’est pleinement ridicule, de l’autre, on peut prendre cela au sérieux. Qui est djihadiste, dans la France de 2016, doit mourir. Je ne suis pas loin de croire que tel est le fantasme de cet épouvantable couillon.

        Fabrice Nicolino

        1. Je confirme que c’est ce même triste sire qui nous abreuve à intervalles irréguliers de sa haine dans des commentaires qu’il dépose sous nos articles sur le loup, et qu’on ne publie jamais, car ce serait lui accorder une importance qu’il n’a pas…

          1. La disparition de Baudouin est un choc terrible pour nous tous , je ne le connaissais pas personnellement mais j’ai du mal encore à réaliser . C’était un chic type , il faudra qu’il y ait un hommage pérenne pour sa mémoire , il le mérite amplement .
            Quant à M.Pierre D… , une telle vilénie est consternante , mais ça résume malheureusement que trop bien ces personnages .
            Bon voyage Baudouin dans la grande ourse , tu sera toujours avec nous .

        1. Monsieur Ouragan,

          Où vous croyez-vous ? Je précise pour les lecteurs que trois messages du même Ouragan suivent les deux lignes que j’ai laissées passer. Ils sont remplis d’une haine incroyable contre Baudouin et me répugnent de la première à la dernière ligne. Évidemment, ils sont là d’où ils sortaient : dans la benne à ordures. Planète sans visa n’est pas, et ne sera pas un dégueuloir pour les ennemis de l’homme, des bêtes, de la nature. Je souhaite ardemment ne jamais vous rencontrer et vous conseille de passer votre triste chemin. Car ici, le respect dû aux morts a encore quelque valeur. Vous êtes un pauvre type.

          Fabrice Nicolino

        2. Vous dépassez les bornes de la plus élémentaire décence. On a le respect que l’on mérite. Quand on donne des leçons d’exemplarité et d’éthique, la moindre des choses, c’est de se l’appliquer à soi-même.
          Venir dans une note traitant d’un décès, pour traiter de djihadiste le taulier qui a pris une bombe dans la poire, une rafale de kalachnikov dans les pattes 20 ans après, et vu une partie de ses potes y passer, par de vrais djihadistes et non pas par une diarrhée de langue de bois d’opérette, il faut quand même avoir quelques trous d’air dans le cigare. Il faudra peut-être faire un stage en première ligne pour apprendre la vraie valeur des choses.
          Le pire, c’est que c’est ceux-là qu’écoutent nos dirigeants et certains des Républicains qui en rajoutent, faut pas s’étonner que le monde aille si mal.
          Il y aurait de quoi en mettre des tartines, je m’arrête, dernière intervention, car ce n’est pas le lieu ni les circonstances et « don’t feed the troll ». Chers collègues, je vous laisse compulser votre Audiard préféré…

          1. Que dire de plus dans cette période de deuil et de recueillement , un de nous a écrit ce mot très juste sur Baudouin comme quoi il avait été un farouche combattant de la médiocrité . Les mots et écrits face à l’intolérance et la bêtise , il avait gagné le combat et réussi à réunir , malgré leur différence , tous ceux qui ont ce goût de la liberté . Il a réussi seul là où les associations ont beaucoup de mal à durer .
            Laissons donc les médiocres à leurs mauvaises pensées et triste destin .

  10. De 15 jours passés en Couserans, Biros, …(Ariège) sur les pas de l’ours, voici une nouvelle qui vous laisse avec une sacrée gueule de bois.
    Alors, Baudouin, comme tu es allé te plonger définitivement dans l’ivresse, Romuald va trouver un sacré concurrent dans ses alpages (estives..) !!!

  11. Merci d’avoir tant fait pour la défense des ours & des animaux sauvages, gardiens de nos forêts & de l’âme de nos montagnes…
    L’ours revient enfin d’actualité dans nos vallées béarnaises d’Aspe & d’Ossau… au grand dam de ceux qui ont tout fait pour le faire disparaître. Le grand méchant ours est à nouveau diabolisé…
    alors qu’il n’est que le gardien d’une nature préservée, Et qui ne demande qu’à être respecté. Merci de l’avoir défendu avec tant d’humour et de franc parler

    L’ours tue quelques brebis et c’est un drame, l’être humain massacre des milliers d’animaux dans des conditions indignes, mais chut, le grand méchant ours est là, et veille du haut de la montagne, sur les petits humains endormis …
    par leurs smartphones pokemon

    Vive l’ours, vive l’authenticité et tous ceux qui défendent cette nature becs et ongles dans le respect des êtres & des choses

    Un grand respect …

  12. Quel ouragan de vomissures et de fiel !!! Quelle indignité ! Fort heureusement, ces propos infâmes ne souillent que leur auteur. Un lâche d´ailleurs, un poltron qui n´ose même pas se montrer !!!

  13. Il y a des individus vils et misérables comme ouragan, mais il y a aussi des gens bien. Et ce sont eux qui comptent.
    Comme Fabrice, Gérard Charollois rend hommage à Baudouin de Menten :
    « La disparition de Baudouin de Menten…
    Avec tristesse, nous apprenons le 30 juillet le décès d´un courageux, ardent, talentueux défenseur de la nature, BAUDOUIN DE MENTEN, animateur de l´excellente publication la BUVETTE DES ALPAGES.
    Les ours, les loups, les vautours des PYRENEES perdent un ami et un puissant avocat.
    Vivre dans les PYRENEES, dans la SOMME, dans le CANTAL ou dans toute région préservée, c´est vivre avec autour de soi une immense majorité de femmes et d´hommes évolués, désireux de sauvegarder la faune et la flore.
    Mais c´est aussi vivre au contact d´une infime minorité d´arriérés, particulièrement violents, primaires, ignorants d´une nature qu´ils occupent sans la connaître et sans la mériter.
    Les menées vindicatives de ces ennemis de la terre suscitent bien de lâches soumissions et de minables reniements.
    BAUDOUIN DE MENTEN eut l´immense mérite d´affronter l´adversité, de dire les faits, d´assumer la valeur du respect du vivant, contre les lobbies de la destruction.
    Nous lui rendons hommage et ne l´oublierons pas.
    Quelle saloperie, la mort ! »

    Gérard Charollois
    https://www.ecologie-radicale.org/

  14. Bonsoir, toutes mes condoléances. J’aimais bien ses publications sur la buvette des alpages, sa franchise…
    Je suis également très triste !

  15. Terrible nouvelle !

    Je ne connaissais pas la personne, mais je lui dois énormément : son site « la buvette des alpages » est une mine d’information dans laquelle j’ai puisé une grosse quantité de savoirs.
    Il m’avait aussi ouvert les portes de son site, où j’avais eu l’honneur de pouvoir publier un billet faisant le parallèle entre la problématique requin à La Réunion et les grands prédateurs terrestres.

    Merci Baudoin pour ton dévouement à la nature, pour tous tes efforts et des travaux, au demeurant très réussis !

    Kenavo !
    Et bon courage à tous tes proches.

  16. Il habitait à une quinzaine de kilomètres de chez moi en Belgique et je ne le savais pas… Je regrette de ne l’avoir jamais rencontré autour d’un Orval..
    La buvette des alpages était une sacrée référence, où j’ai appris tellement de choses. Un grand monsieur nous a quitté.
    Encore tout retourné par cette annonce, j’adresse mes condoléances à toute sa famille.

  17. Que dire de plus ? Pour moi, avec sa Buvette que personne n’a su égaler, Baudoin a montré la voie en soulignant au quotidien l’importance de la communication dans la bataille pour la faune sauvage. Il restera pour longtemps l’un des militants les plus efficaces dans la défense des grands prédateurs. Courage à ses proches. Jacques Baillon.

  18. Même programmé sur une fin de vie, c’est une grande tristesse que d’apprendre la disparition de Baudoin de Menten.
    Un éditeur attentif et engagé, avec quelques encablures d’avance sur le devenir des équilibres nature et ruralité. Il a su construire un site actif performant que beaucoup consultaient, sympathisants comme antagonistes de la cause de l’Ours ou du Loup. Une quasi référence dans le domaine, des débats ouverts, parfois musclés, toujours servis avec passion. Même après cette dernière période de mise en jachère de la « Buvette des Alpages », nous ne pouvons que regretter sincèrement la disparition de ce grand contributeur de la dynamique montagnarde et de ses habitants tant naturels qu’anthropiques.
    Sincères condoléances à sa famille. Quelle puisse bénéficier et puiser dans son courage qu’il avait porté si haut dans ses convictions pour surmonter partiellement l’absence de ce grand Monsieur.

  19. Il y a les bergers qui ont conscience d’exercer un noble métier, un métier où le respect de la nature et des troupeaux à toute sa place. Et puis il y a les autres. Les éleveurs, encore trop nombreux, qui sont à l’opposé de toute la magnificence et la poésie de ce sacerdoce. Ceux-là veulent une montagne domestiquée avec des pistes tracées le plus haut possible pour aller en 4 x 4 deux ou trois fois par mois vérifier que leurs brebis sont toujours-là.
    Merci à Baudoin pour avoir si bien défendu l’ours tout à la fois craint et aimé de ces pâtres respectueux du vivant, ouverts au monde qui les entoure, et défenseur des traditions…

  20. Oui… Moi aussi je suis atterrée et triste de sa disparition.
    Que dire ….? Les ours pleurent …
    Sincères condoléances à sa famille.

  21. Je suis très triste. Nous lâcherons pas le combats pour la défense de la nature et ces habitants-loup-ours-lynx-oiseaux .
    Il est temps de faire basculé tout cela.
    Fabrice merci pour ton article dans Charlie.
    Amitié

  22. C’est en revenant de la vallée d’Aspe où, après des années d’obscurantisme, un vent d’espoir s’est enfin levé, que j’apprends la terrible nouvelle. Baudouin, l’ami des ours, être sensible, chaleureux et subtil, farouche combattant de la médiocrité, nous a quittés. Je conserve comme un bien précieux le message bouleversant qu’il m’adressa peu après la mort de Cannelle. Il était accablé. L’ours va peut-être renaître de ses cendres en Béarn. Cinq maires courageux sont prêts à accueillir deux ourses. Rendons hommage à Baudouin qui aurait tant aimé être témoin de ce retour en étant nombreux et solidaires à leurs côtés.
    Toutes mes pensées vont à ses proches.

  23. Quelle triste nouvelle !
    Il y a quelques années je lui avais fait découvrir Melles avec le lieu du premier lâcher ainsi que le Val d’Aran, coeur de tous les espoirs pour un avenir pérenne de l’ours dans les Pyrénées. Ca restera un nostalgique souvenir désormais.
    Salut Baudouin où que tu sois, mais je n’en doute pas, tu ne dois pas être très loin de La Grande Ourse … !

  24. La buvette des alpages est un site qui permet de penser plus juste, en démontant la désinformation permanente. Merci, monsieur de Menten.
    Le pitoyable ouragan, c’est le djihadiste qui crie au djihadiste pour ne pas être reconnu.

  25. A toi baudouin , je te dédie tout nos engagements a venir .. salut

    a touts ces proches , si besoin nous sommes la

    toutes nos pensées a la famille

    jm ouary pour l equipe mille-traces

  26. Chasseur, pêcheur, éleveur bovin, mon profil n’est sans doute pas des plus classiques sur ce site, je ne partageais pas tous les points de vue de Baudouin de Menten mais son site parodique de l’IPHB était très drôle, sa buvette des Alpages était d’une grande qualité, et appuyait souvent là où ça fait mal, c’est ce qui rendait fous ses adversaires.
    On sentait chez lui une vraie passion pour la nature.Jusque dans ses excès, on mesurait l’authenticité du personnage, qui n’a pas hésité à heurter des intérêts puissants et bien organisés. On avait parfois l’impression qu’il avait pris le parti de rire des choses pour ne pas en pleurer.
    Sa disparition m’attriste, les réactions de certains de ses contempteurs sont affligeantes.
    Condoléances sincères à la famille.

  27. Quelle tristesse d’apprendre la disparition de Baudouin de retour de vacances de cette belle France qu’il aimait tant. J’ai eu le plaisir d’accompagner Baudouin comme formateur en communication dans sa formation d’éco-conseiller à Namur en 2009-2010. J’étais très heureux de le voir reconnu par le réseau des éco-conseillers notamment pour son érudition que j’admirais et que son blog illustrait à ravir. Les éco-conseillers ont parfois été caricaturés comme des professionnels de l’environnement « un peu bisounours »; Baudouin amenait une dimension décapante au rôle d’agent de changement bien nécessaire face aux enjeux environnementaux même si ses sorties cinglantes ont fait grincer bien des dents. J’aurais voulu lui redire tout ça mais j’apprends ébahi et bien tard sa disparition qui m’attriste particulièrement. Le sachant « jeune papa » et très impliqué dans ses projets de rénovation de ses gîtes, je tiens à présenter toutes mes condoléances à ses proches. Je regretterai longtemps ses saillies salvatrices: des coups de poings qui, à bien y réfléchir, nous veulent du bien. Salut Baudouin!

  28. J’apprends la nouvelle aujourd’hui, par hasard, revenu du Pays Basque et des vautours, du gypaète.
    Comme la plupart d’entre vous, je ressens une profonde peine, même si j’avais quelques divergences avec Beaudouin sur le bilan à tirer de la cohabitation. On partageait l’essentiel.

  29. J’ai appris le décès de Beaudouin. Originaire de la même région, je l’ai rencontré « ado » lorsque j’étais actif dans le milieu du scoutisme. Nous sommes restés amis pendant plusieurs années. A cette époque nous partagions beaucoup ensemble et l’énergie, l’enthousiasme qu’il affichait, était sans limite.

    Nos chemins se sont séparés depuis si longtemps mais je garde un souvenir si fort de lui, qu’il m’est difficile d’imaginer le départ d’une telle personne de manière prématurée.

    Je m’interpelle sur la nature de son départ.

    Mes pensées s’orientent maintenant vers ses proches et je désire simplement leur manifester toute la douceur de mes sentiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *